Version classiqueVersion mobile

Sempre los camps auràn segadas resurgantas

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jacques Gourc
, 
François Pic

Histoire et géographie

Une touriste britannique face à l’occitan au milieu du xixe siècle : Louise Stuart Costello

Philippe Martel

Texte intégral

  • 1 Article repris dans l’Anthologie du centenaire des Annales du Midi, Toulouse, 1989,t. 1, pp. 85- 96 (...)
  • 2 Voir par exemple, tout récemment, l’article de Ruth Formanek, "Le voyage d’une Allemande dans le Mi (...)
  • 3 Reise in der Südlichen Frankreich in den Jahren 1803 und 1804, lena 1805, 2 vol. Moritz Hartmann, T (...)

1Xavier Ravier a traité naguère, dans les Annales du Midi, du regard porté sur l’occitan par un anglo-saxon de marque, Thomas Jefferson1. Il appelait, du même coup, l’attention des chercheurs sur l’intérêt que peuvent présenter pour l’historien, comme pour le linguiste et le socio-linguiste, les témoignages des voyageurs étrangers sur la situation linguistique du Midi de la France. Il s’agit là d’un chantier potentiellement important. Dès le XVIIIe, et de plus en plus au siècle suivant, apparaissent en effet, en Angleterre ou en Allemagne notamment, des récits de voyages effectués par des hommes (ou des femmes) de lettres en France2. Et la lecture de ces récits est souvent bien instructive. Car ces étrangers portent sur la langue et la culture du Midi un regard intéréssé, et n’hésitent pas à se documenter à son sujet. On ne trouvera guère chez eux – au contraire de ce qui se passe pour leurs homologues français – Hugo, Stendhal, Taine...– de considérations sur l’ethnotype méridional – ne serait-ce que parce que, somme toute, pour un Allemand par exemple, le monde des petits hommes bruns passionnés et gesticulants commence au col de Saverne, non entre Valence et Montélimar. Par contre, alors que pour un Français la langue du cru suscite essentiellement des remarques teintées de l’agacement qu’un homme bien élevé ne peut manquer d’éprouver face à un patois de sauvages, nos voyageurs étrangers n’hésitent pas à tenter de le décrire, et à en exhiber des spécimens judicieusement choisis aux yeux de leurs lecteurs. Car le préjugé antipatois ne les touche pas. On trouvera donc de longs développements sur la langue et la culture d’oc dès 1804 sous la plume de l’Allemand Fischer, ou sous celle de l’Autrichien Moritz Hartmann en 18553. Des développements agrémentés de citations de textes littéraires, voire, dans le cas d’Hartmann, de considérations critiques sur les efforts des futurs félibres pour rendre à l’occitan son niveau littéraire d’antan, qui montrent que ces touristes un peu spéciaux se sont assez sérieusement documentés. Il n’est pas question ici de traiter, dans son ensemble, du problème de ces regards étrangers sur la langue d’oc. On se bornera donc à un exemple, celui de la touriste Louisa Stuart Costello, auteur de deux récits de voyage : A Pilgrimage to Auvergne, (Londres, 1842, deux volumes) et Béarn and the Pyrénées : a legendary tour to the country of Henry IV (Londres, 1844, deux volumes). Cette dame, à qui l’on doit aussi un récit de voyage au pays de Galles (1845), n’a pas laissé un souvenir impérissable aux spécialistes de la littérature anglaise. Mais dans la perspective qui nous occupe, son témoignage se révèle extrêmement précieux.

2Son premier voyage l’amène donc dans le Massif Central, qu’elle aborde au début de son second volume. Ses contacts avec les indigènes ne sont pas exempts de malentendus. À Néris, près de Montluçon, elle rencontre ainsi une jeune fille qui essaye de lui parler anglais, ou plutôt "some guttural language which I had considerable difficulty in recognizing like my own". Elle répond en français, plongeant ainsi les indigènes dans un émerveillement sans bornes : ainsi donc ils comprennent l’anglais ! (p. 40). Réaction inverse de celle rencontrée par Stevenson des années plus tard au cours de son voyage dans les Cévennes : là, les indigènes considèrent que si l’anglais n’est pas du français, c’est donc forcément du patois...

3Mais ce sont là menuailles, ou prétexte pour faire rire le public insulaire de ces Français naïfs, qui ont d’ailleurs tiré les premiers, puisque, rappelle la voyageuse, ils considèrent que les Anglais sont forcément soit très riches, soit pauvres et un peu fous... Madame Costello reprend son sérieux à Royat, pour nous renseigner sur le "patois of Auvergne" : c’est, dit-elle, un phénomène remarquable :

"It preserves much of the ancient Troubadour language, and, when spoken by children or very young women, is musical and pretty ; but it is generally used by the mountaineers, whose habit of calling to each other from a distance in the open air strangely spoils any beauty of voice they may possess. Ail the town’s people in Auvergne speak the patois, and the facility with which they change their dialect to french when adressing a stranger is curious enough. In the mountains, however, many of the peasants cannot understand french at ail"
("Il préserve beaucoup de l’ancienne langue des Troubadours, et, parlé par des enfants ou des femmes très jeunes, il est musical et joli ; mais il est généralement utilisé par les montagnards, dont l’habitude de s’interpeller les uns les autres de loin en plein air gâche étrangement ce que leur voix pourrait avoir de beau. Tous les citadins en Auvergne parlent patois, et la facilité avec laquelle ils passent de leur dialecte au français quand ils s’adressent à un inconnu est assez curieuse. Dans les montagnes, cependant, beaucoup de paysans ne peuvent absolument pas comprendre le français") (pp. 71-72).

Suivent des considérations sur la musique et la danse locale, la bourrée, accompagnée à la cornemuse, et par les voix déplaisantes des indigènes.

4La visite de Thiers permet à notre voyageuse d’aborder un autre sujet, celui de la littérature auvergnate, à propos d’un poème de l’auteur du XVIIe siècle Pasturel, sur "l’home counten”, dont elle n’hésite pas à rapprocher la thématique de celle d’un poème de l’anglais Pope. Et de citer quelques strophes de cette œuvre :

"Heiroux que sens soucy, sens proucez, sens querella, Ei counten de tenir la quaua de sa padella,
Et que bien provegu de ce que faut chez sé, Ne crent ni fam ni sé" (pp. 97-99)

5La suite de son voyage l’amène dans le Gévaudan et dans les Cévennes. Elle ne peut manquer bien sûr d’évoquer, dans ce décor, le souvenir des guerres de religion. Mais elle n’en oublie pas pour autant de tendre l’oreille pour saisir ce que parlent les habitants. Elle enregistre scrupuleusement l’énoncé très latin d’une vieille femme "garda quest’cavalla e porta esta in la routa". Et formule ce diagnostic :

"The sound of the remarkable and musical patois spoken by the peasants revives recollections of the Troubadours who brought language from Arabia, India, Spain, Italy, Germany, and whose words still remain in the mouths of the people of these mountains on the border of Languedoc"
("Le son du remarquable et musical patois parlé par les paysans ravive mes souvenirs des Troubadours, qui amenèrent la langue depuis l’Arabie, l’Inde, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, et dont les mots demeurent encore sur les lèvres du peuple de ces montagnes sur la frontière du Languedoc.") (p. 206).

6Et, comme en Auvergne, elle ne se contente pas de ces remarques auditives, mais fournit à son lecteur des documents, recueillis par elle-même. Elle reproduit ainsi une vieille ballade populaire, la romance de Clotilde, dont Damase Arbaud publiera vingt ans plus tard une version provençale :

  • 4 La version publiée par Damase Arbaud est plus longue et plus complète. J.-M. Petit et J. Tena ont d (...)

N’erount très fraires
N’hant qu’une sor a marida.

Hola sirbente,
Ou qu ’est la dame du castel ?

L’hant maridada al pus méchant d’aquel pays.

Suis pas sirbanto,
Je suis la dame du castel.

L’a tant batudo amb un bastou de bert poumia.

Ah ma surette
Qu’est qui vous a fait tant de mal ?

Lou sang li coula
De la testa jusqu’ai pes.

C’est, mon chier fraire,
Le mari que m’avez baillé.

Lou li acampoun dins une tasse d’argen fi.

Adonc lou jouine
Ni galoppe bes lou castel.

Acos bilène acos lou bin que tu biouras.
Sa camisetto

De cambre en cambro
Jusqu’à ce que l’o ajut troubat.

sembl’ à la pel d’un blanc moutoun

Qu’a cop d’espase la teste l’o ajut coupat, (p. 207)4

N’i baï à l’aigue per sa camisetto laba.

Pendent que li ero
N’i bei beni tres cabaliés.

7À ce spécimen de poésie populaire authentique, Louisa Stuart Costello ajoute deux autres "ballades" languedociennes, qui lui ont été récitées par un ami – sur lequel on n’en saura pas plus. Cet ami semble pourtant doté d’une belle culture occitane puisque dans les deux ballades languedociennes fournies par lui figure "me cal mouri" de Jasmin. Mais visiblement, Madame Costello ignore – à cette date – l’existence du perruquier d’Agen, et enregistre les ballades de son ami comme simples témoignages de la différence qui existe entre les dialectes du Gévaudan et du Languedoc, et comme échos de la culture orale des populations de ces contrées :

"I wrote those down, however, nearly by air, and am not aware that they have ever been printed. The mixture of French, Spanish, and Italian is very curious"
("je les ai notées (ces ballades) pratiquement à l’oreille, et à ce que je sais elles n’ont jamais été imprimées. Le mélange du français, de l’espagnol et de l’italien est très curieux") (p. 210).

8De fait, sa transcription de la seconde ballade, une bergerie très XVIIIe, moyennement "populaire", est assez approximative :

Per aver moun cor ingace (en gatge ?) Tu veni (veniás ?) sempre in dousou. Are que me lasse, bouladge,
Es vengat (sic) fritch coin un glaçou. Ay, bouladge bouladge,
Torna-me lou, torna-me lou.

9La fin du périple de notre touriste l’amène dans la Haute Loire, où elle rencontre – enfin, pourrait-on dire – la trace directe de ces Troubadours dont l’ombre plane depuis le début sur les chansons patoises des indigènes du Massif Central. Le prétexte à cette apparition des vieux poètes : le souvenir de Pons de Chapteuil et de Peire Cardenal, dont elle traduit deux poèmes (pp. 224-227).

10Deux ans plus tard, Louisa Stuart Costello récidive, mais cette fois-ci avec un voyage dans le sud-ouest, "au pays d’Henry IV". En réalité, le voyage commence en Normandie. C’est seulement dans le dernier tiers du premier volume que l’exploratrice aborde enfin aux rivages aquitains. C’est pour y découvrir d’entrée de jeu, passé Bordeaux, une tribu étrange, celle des Landais – le mot tribu, au pluriel qui plus est, est d’elle. Car il s’agit d’un "peuple distinct", remarquable par sa maigreur, et séparé du reste des Français par des habitudes et des coutumes spécifiques. Au premier rang desquelles figure l’avantageuse activité de naufrageurs, menée au cri mille fois répété de "Avarech ! Avarech !" (pp. 307-310). À peine quittés les Landais, Madame Costello tombe sur une autre tribu, celle des Gavachs de la région de Monségur, désignés par leurs voisins comme "Franchimands", ce qui permet à l’observatrice de proposer à ce vocable une étymologie bien propre à raviver de bons souvenirs chez ses lecteurs :

"This term evidently belongs to the period of the english possession, when a Frenchman was another word for an ennemy"
("Ce terme appartient évidemment à la période de la domination anglaise, quand ’frenchman’ était un autre mot pour dire ennemi") (p. 348)

11À partir de là les notations linguistico-littéraires se multiplient à un rythme plus soutenu que dans le voyage en Auvergne. L’auteur nous offre successivement un retour sur la poésie populaire, à partir de trois vers de la chanson – classique – sur la mort de Biron, et un retour sur les Troubadours, avec une "tenson" attribuée au comte de Toulouse et à Guy de Cavaillon (même si le partenaire habituel dudit Guy de Cavaillon est plutôt le comte de Provence !). Et là-dessus, elle arrive à Agen.

12Ses premières impressions, une fois de plus, sont auditives plus que visuelles :

"It was night when we reached Agen, and amidst a tumult of patois, which sounded like spanish, and was strange to our unacoustumed ears"
("Il faisait nuit quand nous arrivâmes à Agen, ce dans un tumulte de patois, qui sonnait comme de l’espagnol, et était étrange à nos oreilles peu habituées") (p. 361)

Et de noter finement la différence qui existe entre Agen et Bordeaux, où le français domine.

13Mais la ville d’Agen offre au voyageur cultivé une attraction qui vaut le détour, le poète Jasmin, dont Madame Costello signale qu’elle a publié un poème dans son ouvrage précédent – signe qu’elle a découvert depuis l’identité de l’auteur de "me cal mouri". Et ce Jasmin va fournir la matière d’un long développement – quelque soixante pages – qui clôt pratiquement le premier volume. Tout commence par

"A visit to a very remarkable personnage, who is held, both in Agen and throughout Gascony, to be the greatest poet of modem time".
("une visite à un personnage très remarquable, que l’on tient, à Agen comme dans toute la Gacogne, pour le plus grand poète des temps modernes") (p. 368)

14On voit que cette assertion peut se lire à deux degrés différents. Mais c’est l’ensemble du chapitre consacré à Jasmin qui offre cette tonalité.

15Il est vrai que la rencontre avec l’artiste commence mal. Entrée dans la boutique du maître, reconnaissable au drapeau bleu brodé d’or qui la décore, notre voyageuse doit attendre patiemment dans l’arrière-boutique que ledit maître soit disponible – et l’attente se prolonge, à peine agrémentée par les propos de son épouse, qui décrit les triomphes de l’artiste, et montre ses trophées : une couronne d’or offerte à Toulouse, une coupe du même métal venue d’Auch, la fameuse montre offerte par Louis-Philippe lui-même, etc. Tous trophées et témoignages décrits par Louisa Stuart sur un ton mi-figue mi-raisin.

16Enfin Jasmin paraît, et entreprend de présenter sa famille, notamment son fils – le futur pilier du Félibrige de Paris – décrit par son épouse en ces termes :

"Though no fool, he had not his father’s genius, to which truth Jasmin assented as a matter of course"
("Sans être un imbécile, il n’avait pas le génie de son père – vérité approuvée par Jasmin comme si c’était une évidence") (p. 371)

17Tout en parsemant son récit de ce genre de remarques bien propres à camper le personnage du coiffeur gascon, Madame Costello est venue avec une idée bien précise, celle d’entendre le maître réciter ses œuvres. Il résiste d’abord – car il est enroué. Interpellé a propos de "me cal mouri", il assure dédaigneusment qu’il a fait mieux depuis, notamment son grand poème Françounetto :

"If you were not merely running through Agen, I would kill you with weeping. I would make you die with distress for my poor Margarido, my pretty Françounetto"
("Si vous n’étiez pas seulement de passage à Agen, je vous tuerai en vous faisant pleurer. Je vous ferais mourir de détresse pour ma pauvre Margarido, pour ma jolie Françounetto".)

18Ayant ainsi situé son talent à sa hauteur véritable, le poète, apparemment moins enroué à présent, donne à sa visiteuse un exemplaire de son livre, ouvert à la traduction française, et entreprend de lire en "gascon" le texte original, "d’une voix riche et douce". Dès lors, l’ironie de la voyageuse cède la place à l’admiration et à l’émotion : car le barde gascon la fait bel et bien pleurer :

"He is the best actor of the kind I ever saw. I could now quite understand what a Troubadour or jongleur might be, and I look upon Jasmin as a revived specimen of that extinct race"
("C’est le meilleur acteur que j’aie jamais vu. Je pouvais à présent comprendre ce qu’avait pu être un Troubadour ou un ’jongleur’ (en français dans le texte !) et je considère Jasmin comme un spécimen ressuscité de cette race éteinte") (p. 373)

19Et d’embrayer sur le souvenir des meilleurs représentants de la race en question : Gaucelm Faidit, Bernard de Ventadour, Pierre Vidal, Jaufré Rudel. Mais Jasmin, fidèle à lui-même, se charge de la ramener au présent : questionné sur les Troubadours, il les expédie en quelques phrases :

"I am far beyond them all. They were but beginners ; they never composed a poem like my Françounetto"
("Je suis loin devant eux tous ; ce n’étaient que des débutants ; ils n’ont jamais composé de poèmes comme ma Françounetto").

20Suivent des considérations aussi rudes, mais fort instructives, sur la poésie française de son temps, vue par lui-même :

"There are no poets in France now. There cannot be ; the language does not admit of it. Where is the fine, the spirit, the expression, the tenderness, the force of the gascon ?. French is but the ladder to reach to the first floor of gascon. How can you get up to a height except by a ladder ?"
("Il n’y a pas de poètes aujourd’hui en France. Il ne peut y en avoir ; le langage ne le permet pas. Où sont la beauté, le souffle, l’expressivité, la tendresse, la force du gascon ? Le français n’est rien d’autre que l’échelle qui permet d’accéder au premier étage du gascon. Comment accéder à une hauteur sans échelle ?")

21Propos qui évoquent immédiatement pour Louisa Stuart Costello, par une association d’idées assez inattendue, l’attitude des Irlandais à l’égard des escaliers, dont ils ne comprennent pas l’usage. Voilà une comparaison qui n’est pas nécéssairement flatteuse. Et qui ne doit pas cacher le fait que les propos de Jasmin, somme toute, et au delà de toute gasconnade, reprennent à leur façon un thème alors assez courant dans le discours de la critique française, et qui va survivre jusqu’à l’apparition de Mirèio, à savoir la supériorité poétique des idiomes populaires sur la trop savante langue française, désormais inapte à la vraie poésie, la plus naturelle. Mais notre voyageuse aime visiblement mieux entendre Jasmin réciter que l’entendre philosopher, et elle confesse l’avoir quitté – "à moitié fâchée de sa présomption". Ajoutons qu’elle n’est pas la seule : les témoignages du temps sur le personnage s’accordent assez bien avec le sien – et insistent souvent comme elle sur le contraste entre le Jasmin pérorant et insupportable, et cet autre Jasmin, le grand diseur, l’homme qui transporte les foules.

22Elle se console en revenant sur son œuvre, opérant les comparaisons nécéssaires avec Burns, le poète écossais bien connu, et citant/traduisant de nombreux passages des grands poèmes de Jasmin, L’abuglo de Castel Culié, (The blind girl of Castelcuillé) ou "Mous soubenis" ("his recollections’’). Françounetto, ce grand chef-d’œuvre, a droit à un long résumé en prose.

23Le tome I se termine sur l’évocation du retour de Louisa Stuart Costello à Agen au terme de son voyage dans les Pyrénées. Elle revoit Jasmin, pour lui donner de bonnes nouvelles : l’Atheneum de Londres va publier des extraits de ses œuvres, dans une langue, l’anglais, bien plus apte que le français, dit-elle, à rendre la force du gascon, du fait de sa simplicité. Et Jasmin de décider d’apprendre l’anglais, afin de pouvoir vérifier lui-même que le traducteur ne l’a pas trahi, avant de reconnaître de bon cœur l’étendue de son invraisembable vanité -mais lui au moins ne cherche pas à la cacher, argumente-t-il (pp. 425-428).

24Le second volume amène la touriste britannique dans les montagnes des Pyrénées. Et, loin de cette métropole poétique qu’est Agen, la ramène aux curiosités ethnographiques de son voyage dans d’autres montagnes, celles d’Auvergne. Le montagnard qui lui sert de guide et de cocher dans la vallée d’Ossau régale ses clients, à la manière d’un gondolier vénitien, de chansons du pays – en l’occurrence, c’est du Despourrins, précise la voyageuse, qui ajoute aussitôt que le chanteur chante mal. Leit-motiv habituel chez cette fine oreille : les gens du peuple n’ont pas de belles voix. Avant d’ajouter une notation intéressante : une des dames du groupe donne au chanteur les premiers vers d’une chanson du Languedoc – répertoire qu’elle connaît bien ; et le guide embraye sur la suite de cette chanson, qui n’est pas nouvelle pour lui : "il est singulier de voir à quel point ces simples chansons sont répandues d’un bout de la France à l’autre" (p. 118). Madame Costello devance ici, empiriquement, les conclusions des ethnographes de la période suivante.

25Un peu plus loin une belle Ossaloise fournit à Louisa Stuart Costello une autre occasion de déployer ses talents de collectrice, en lui chantant une romance sur la captivité de François Ier : il s’agit de "Quan lou rey parti de France, counqueri d’aütes pays", chanson attestée par ailleurs. Et elle complètera sa cueillette, plus loin dans le volume, avec d’autres chansons gasconnes et béarnaises, notamment celles de Despourrins (pp. 348-355).

26Ses pérégrinations l’amènent entretemps en pays basque, où elle découvre le mystère des origines euskariennes. C’est ici un autre visage de notre voyageuse qui apparaît. La collectrice de chants, à l’oreille aiguisée et au sens musical affirmé cède le pas à la femme de dossiers. C’est à un véritable état de la question basque que le lecteur anglo-saxon va avoir droit. Peu d’auteurs trouvent grâce à ses yeux ; ni les celtomanes du XVIIIe siècle qui ont déliré sur le basque, ni la science germanique représentée par Humboldt, ni Pierquin de Gembloux, ni Garay de Monglave, l’homme qui a "découvert" ce monument de l’antiquité basque qu’est le chant d’Altabiscar, et essaye de prouver que le basque était apparenté aux langues de l’Amérique du Sud :

"It would be somewhat curious to establish the certainty of the south Americans having discovered and colonized Europe many centuries before they were rediscovered by Europeans".
("Il serait plutôt curieux d’établir avec certitude que les Sud-américains ont découvert et colonisé l’Europe plusieurs siècles avant d’avoir été eux-mêmes redécouverts par les Européens") (p. 235).

27Le terrain ayant été ainsi déblayé, Madame Costello peut asséner ses propres vérités : il y a beaucoup de ressemblance entre les Basques et les Bretons (et d’appeler la Villemarqué à la rescousse, comme témoin incontestable des mœurs bretonnes). Dans le même ordre d’idée, elle croit discerner une certaine parenté entre les musiques basque et irlandaise. Par ailleurs, comme homme, le Basque est plus beau que le Méridional, lui-même plus laid que l’homme du Nord – étant entendu que le seul Français a posséder une véritable beauté, en fonction des critères britanniques du moins, c’est le Normand, ce voisin... Tout ceci nous éloigne quelque peu de la science, pour nous ramener à l’impressionnisme et au petit jeu des comparaisons inhérents au genre littéraire "récits de voyage". Il est vrai qu’entre temps, Louisa Stuart Costello, fidèle a sa méthode, a fourni à ses lecteurs plusieurs exemples de chants basques traduits.

28Son périple pyrénéen fournit aussi à notre voyageuse un autre sujet de réflexion : la question de la langue enseignée dans les écoles. Les autorités veulent imposer le français, provoquant des réactions chez les Bretons, les Basques et les méridionaux – et d’évoquer un article du Mémorial des Pyrénées consacré à ce problème. Sur lequel elle a elle-même, comme de juste, une opinion bien arrêtée.

"It is of course quite necessary that they should understand french for their future good ; but there does not appear a sufficient reason that they should neglect their own lenguage, or, at any rate, that they should not be instructed in it, and have the same advantage as the Welsh subject of Great Britain, who did not, however, obtain all they claimed for their primitive language without a struggle"
("Il est bien sûr tout à fait nécéssaire qu’ils comprennent le français, pour leur bien futur ; mais on ne voit pas de raison suffisante pour qu’ils négligent leur propre langue, ou à tout le moins pour qu’ils ne soient pas éduqués dans cette langue, bénéficiant ainsi du même avantage que les sujets gallois de la Grande Bretagne, qui, cependant, n’ont pas obtenu sans lutte tout ce qu’ils réclamaient pour leur langue primitive") (p. 256).

29Au total, l’attention consacrée par Louisa Stuart Costello aux problèmes de langue et de littérature est loin d’être négligeable, même si bien sûr, et compte tenu des lois du récit de voyage, ce sont les paysages, les souvenirs historiques, et les conditions de voyage et de séjour qui constituent l’essentiel de son propos. Ce qu’elle dit sur le sujet qui nous intéresse appelle plusieurs remarques.

  • Il ne faut bien entendu pas lui demander plus que ce qu’elle peut nous donner. Même si elle s’est visiblement documentée avant de partir – ou au moins avant de rédiger – sur les Troubadours ou sur le mystère basque, son propos n’est pas de procurer une somme érudite, dont ses lecteurs n’auraient probablement que faire. Il convient donc de lui pardonner ses approximations, ou ses dérapages dans la rêverie celtomane, clairement visibles dans ce qu’elle dit des Basques. Ceci dit, même en tenant compte de cette réserve, son apport est de poids.

  • Son oreille fine de touriste étrangère -on a remarqué la récurrence des notations auditives, sur la musique des langues par exemple, lui permet de repérer assez bien les contours de la situation linguistique et sociolinguistique des pays qu’elle visite. Et il ne faut pas rejetter son témoignage sur les comportements langagiers des Bordelais comparés aux Agenais, ou sur ceux des Clermontois, rapportés à ceux des montagnards leurs voisins. Et ce au delà de son dédain de lady pour ces rustres aux voix rugueuses qu’elle rencontre et écoute.

    • 5 Cf. Eliane Bec-Gauzit "la chanson occitane pyrénéenne et le romantisme", in L’Occitanie Romantique, (...)

    Plus important encore, l’attention qu’elle porte à la chanson populaire. Bien sûr, on n’est pas forcé de la croire quand elle affirme avoir noté au vol telle ou telle complainte : la graphie qu’elle utilise montre bien qu’elle a eu sous les yeux des modèles écrits, qu’elle s’est bornée à recopier. De fait, au moins en ce qui concerne le Béarn, l’effet Despourrins aidant, la collecte était déjà bien entamée au moment où notre auteur écrit, et elle pouvait s’appuyer sur Vignancour (1827) ou Mazure (Histoire du Béarn et du Pays Basque, 1839) sinon sur Rivarès dont les Chansons et airs populaires du Béarn paraissent la même année que son propre ouvrage5. Mais la démarche qui consiste à s’intéresser à ces chants n’était alors pas si évidente en France. Et, si l’on quitte le Béarn, qui se passionnait alors pour les complaintes du Massif Central ? À ce titre, notre auteur a sa place dans la bibliographie des découvreurs des chansons populaires occitanes au XIXe siècle, et l’on aura tout intérêt à confronter les versions qu’elles procure avec celles qui sont attestées par ailleurs avant ou après elle.

  • L’intérêt de Louisa Stuart Costello n’est pas seulement archéologique. En témoignent les longues pages qu’elle consacre à Jasmin. Bien sûr elle ne manque pas de souligner l’outrance du personnage – et ce qu’elle en dit ne fait que confirmer d’autres témoignages, dont elle a d’ailleurs sans doute eu connaissance. Ceci dit il y a chez elle une vraie sympathie pour le poète gascon, nourrie là encore, sans doute, par la mode Jasmin qui sévit alors dans les milieux littéraires français. Et il y a surtout ce souci de donner à lire ses textes, soit en anglais seul, soit avec leur version originale occitane.

  • Ses allusions fréquentes aux Troubadours, comme référence obligée pour tout ce qui concerne la langue et la culture du Midi à son époque, témoignent du fait que la redécouverte de ces vieux poètes est désormais entrée dans le bagage culturel de quiconque entend voyager intelligemment au Sud de la Loire. Là encore, au delà de ses rêveries sur l’origine de la langue des Troubadours, elle se montre assez bonne lectrice de la littérature disponible sur le sujet.

30Et puis il y a ces assez extraordinaires considérations sur la nécéssité d’enseigner les langues de la France périphérique en même temps que le français. Bien sûr, Nodier avait déjà fait savoir ce qu’il pensait des ennemis acharnés du patois dès 1835, mais le propos de Louisa Stuart Costello va beaucoup plus loin. Et il faudra attendre longtemps encore pour voir les félibres formuler des revendications en matière d’enseignement – des revendications d’ailleurs moins audacieuses que celle lancée en passant par la touriste anglaise.

31Sans doute du fait du pays d’où elle vient. Il nous faut revenir ici sur ce que nous disions au début de la différence d’approche entre voyageurs français et étrangers dans leur rapport avec la culture propre du Midi. Le regard de Louisa Costello est conditionné par son appartenance à un univers culturel qui échappe aux préjugés propres à l’intelligentsia française.

  • 6 Cf. Victor E. Durkacz, The decline of the Celtic languages, John Donald Publishers, Edinburgh, 1983 (...)

32Mentionnons d’abord, à titre d’hypothèse puisque sa biographie nous échappe, le fait de ses propres origines : notre voyageuse porte un nom irlandais – ce qu’elle dit de ces derniers n’incite pas à faire d’elle une patriote gaélique irréprochable, mais il se pourrait bien que ce background minoritaire l’ait dressée à se montrer attentive aux différences internes des grandes nations. Mais il y a plus sérieux. D’abord sa connaissance de ce qui se passe au Pays de Galles, où la question de la langue et de la culture propres commence alors à se poser avec acuité, au fur et à mesure que se répand, non sans débats, l’idée, partie des écoles du dimanche, qu’il est inutile de prétendre enseigner l’anglais directement aux petits Gallois, sans passer d’abord par un enseignement dans leur propre langue6. Et plus généralement, il est tout à fait normal de trouver un véritable intérêt pour la littérature populaire chez quelqu’un qui vient d’un pays où cet intérêt est déjà ancien, et plus prononcé qu’il ne peut l’être en France, même à l’époque romantique. On note aussi l’inévitable référence au poète écossais Burns, bien connu en Angleterre – sans être d’ailleurs totalement inconnu en France. Le va-et-vient constant entre le pays qu’elle découvre et celui dont elle vient fait lui aussi partie des règles du genre "récit de voyage", et il l’amène parfois à des remarques bien malvenues, mais dans l’ensemble, il est aussi porteur d’enseignements. C’est pourquoi il nous a paru important de signaler l’existence de Louisa Stuart Costello, et de citer son témoignage.

Notes

1 Article repris dans l’Anthologie du centenaire des Annales du Midi, Toulouse, 1989,t. 1, pp. 85- 96 ("Thomas Jefferson et la langue d’oc").

2 Voir par exemple, tout récemment, l’article de Ruth Formanek, "Le voyage d’une Allemande dans le Midi de la France en 1804. Les considérations de Johanna Schopenhauer", Toulouse à la croisée des cultures, Actes du Ve congrès international de l’AIEO, Toulouse 1998, t. 2, pp. 677- 685.

3 Reise in der Südlichen Frankreich in den Jahren 1803 und 1804, lena 1805, 2 vol. Moritz Hartmann, Tagebuch aus Languedoc und Provence, Darmstadt 1855.

4 La version publiée par Damase Arbaud est plus longue et plus complète. J.-M. Petit et J. Tena ont donné dans leur Romancero Occitan une version rouergate de la même chanson, assez proche de celle reecueillie par Costello. Mais le changement de langue observable dans cette dernière est étranger aux deux autres.

5 Cf. Eliane Bec-Gauzit "la chanson occitane pyrénéenne et le romantisme", in L’Occitanie Romantique, CELO/ William Blake, 1997, pp. 285-306.

6 Cf. Victor E. Durkacz, The decline of the Celtic languages, John Donald Publishers, Edinburgh, 1983, pp. 157 sqq.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search