Version classiqueVersion mobile

Sempre los camps auràn segadas resurgantas

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jacques Gourc
, 
François Pic

Poétique

Le territoire de la mer dans la poésie gasconne contemporaine

Alain Viaut

Texte intégral

Le territoire entre mer et océan

1La poésie contemporaine en occitan correspondant au versant gascon de l’ensemble linguistique d’oc ne saurait échapper à certains référents naturels immédiats aussi présents que la montagne, la forêt ou l’océan. Il s’agit, dans ce dernier cas, de la portion d’océan Atlantique qui borde une côte presque essentiellement sablonneuse allant de la Pointe-de-Grave à Biarritz. Nous renvoyons là à des limites linguistiques de l’occitan gascon qui, sur cette façade, rencontrent quatre types d’espace maritime. Les espaces estuairiens sont ceux de la Gironde et de l’Adour avec leurs barres respectives. Les estrans, soit les laisses significatives entre les lignes des plus hautes et plus basses mers, importants sur la plus grande partie de la côte, sont de deux types majeurs. L’un sera mis à part puisqu’il concerne le Bassin d’Arcachon, vaste baie recourbée sur elle-même quoique demeurant en communication avec l’océan et où l’effet des marées est particulièrement sensible. L’autre concerne le reste du littoral dont le caractère plat et sablonneux détermine une laisse également notoire, mais moins importante que celle du Bassin précité. Le premier a fait l’objet d’un aménagement précis à des fins ostréicoles. Tous deux sont en outre aménagés depuis le siècle dernier, sur certaines portions, à d’autres fins économiques, touristiques en particulier. Au-delà, il y a l’espace océanique visible de la côte, celui du promeneur et du pêcheur autrefois à la senne, à pied ou à l’aide des pinasses à rames. C’est déjà un espace peu encombré, d’un vide, ou d’une plénitude, propre à attirer la rêverie. Encore plus loin, il y a enfin l’inépuisable réserve d’imaginaire que peut offrir un océan au sujet duquel des représentations lui assignant des limites floues, voire un rôle de support pour le surnaturel, ont pu demeurer, tout au moins à travers certains témoignages figés par la littérature orale et les croyances.

  • 1 Cf. Brunet, Roger, Ferras, Robert et Théry, Hervé. Les mots de la géographie. Dictionnaire critique (...)

2Donner sens à l’espace passe par une intentionnalité cognitive qui oscille entre deux pôles, celui de l’intuition, enclin au symbolisme, marqué d’infinitude, et celui de la connaissance expérimentale, marqué, lui, de finitude. Tant les espaces émergés que ceux qui sont liquides font l’objet de ces approches. Ceux qui sont les plus sujets à la préhension, solides, atteignables et façonnables, ont plus facilement été explorés et cadastrés que les autres. Se référer à la notion de territoire pour l’océan à travers l’exemple somme toute classique d’une production littéraire dont l’inscription géographique signale une proximité océanique – atlantique, pour être précis – invite à poser une première question sur la nature de ce territoire. Il peut être appréhendé par la vue et le toucher, mais s’intègre-t-il dans un champ d’appropriation humaine immédiate ou implicite ? L’étendue liquide et plane de la mer se prête mal à des délimitations concrètes. La superficie déterminée par les laisses de la marée descendante, les points saillants, rocheux ou îliens, proches de la côte, les enrochements artificiels sont de nature à fournir des supports pour des délimitations ou des points de repère entre lesquels peuvent s’établir des délinéaments que l’homme se représentera en se référant à la terre où les limites établies sont matérialisables par des traces visibles. Si ces dernières sont naturelles, elles peuvent être identifiées par rapport à d’autres et être investies de fonctions sociales diverses à travers lesquelles l’individu ou le groupe donne un sens à cet espace, ne serait-ce qu’en prenant l’option de se l’attribuer. C’est en ce sens qu’il le territorialisé1.

3L’espace appelle ainsi une domestication qui fait de lui un territoire, ce dernier signifiant intégrant au moins dans son sémème le sens de limite pressentie. La mer, au sens large, dans une société traditionnelle, se prête plus difficilement que la terre émergée à cette opération mentale aux multiples conséquences. Elle ne se quantifie pas aisément et devient alors un complément d’imaginaire, une réserve pour ce qui n’est pas quantifiable, pour le rêve et le symbole. Elle est un espace peu "territorialisable", celui que l’on parcourt ou que l’on traverse pour atteindre d’autres terres connues et donc territorialisées, elles, ou en train de l’être ou, finalement, pour découvrir de nouvelles terres à aménager. C’est dans ce cas un espace provisoire, de traversée, en plus d’être celui que l’on aperçoit depuis une côte. Sa lisière peut être démarquée et compartimentée lorsqu’elle dégage un estran significatif et accessible. En dehors de cela, la mer est difficilement réductible à la géométrie, elle ne sera donc que peu astreinte à une approche de type cadastral dont le Bassin d’Arcachon fournit un exemple connu avec l’ostréiculture. Elle sera ainsi davantage sujette à un investissement de la part d’irrationnel de l’homme. L’appréhension première, visuelle, d’un espace liquide non bordé à son horizon par une terre émergée, demeure comme un terreau pour le surgissement d’images ou de reflets d’infinitude, en retenant d’abord ce que cela suppose de non encadré par les lignes de la raison concrète ou abstraite.

  • 2 Cf. Eliade, Mircea. Images et symboles : Essais sur le symbolisme magico-religieux. Paris : Gallima (...)
  • 3 Cf. Paul-Levy, Françoise et Segaud, Marion. Anthropologie de l’espace. Paris : Centre Georges Pompi (...)

4Au sens géographique, pourtant, la notion de mer sous-entend l’idée de délimitation externe. L’océan est plus vaste, il peut même englober la première (cf. mer d’Islande, mer des Sargasses, ...), et si la cartographie a fini par lui assigner des contours, une de ses caractéristiques premières demeure l’importance de son étendue, alors que la mer, d’eau salée comme l’océan, est par définition plus petite (cf. la mer d’Azov), ou fermée (cf. la mer Caspienne ou la mer d’Aral). Appliquer à l’océan la qualification géographique de territoire impliquera de le voir à travers le regard de l’homme qui cherche à le connaître et à le maîtriser. Or, le territoire implique l’appropriation par l’homme ; il est en cela social, existentiel. L’espace maritime entre moins facilement que les sols émergés dans cette configuration ainsi que nous l’avons indiqué, même si, depuis plus ou moins longtemps, certaines de ses parties, plus immédiatement approchables, font l’objet d’opérations de territorialisation à des fins d’exploitation économique (pêche, commerce, conchyliculture, tourisme, ...). Le reste de cet espace, seulement entr’aperçu par l’œil humain et objet de diverses extrapolations, entrera moins aisément que la croûte terrestre émergée dans le cadre notionnel de la territorialité selon l’approche que la géographie sociale confère à ce terme. En revanche, nous postulerons que l’ensemble du paysage maritime, et océanique ici, rassemble un certain nombre de repères, les uns matériellement identifiés, les autres investis par l’imaginaire, qui représentent des preuves de sa productivité d’un point de vue culturel. Au fur et à mesure que l’on s’éloignera de la partie mesurable et de celle qui, plus largement, constitue l’ensemble des proximités aménageables ou aisées à cerner, l’océan apparaîtra comme un médiateur des lointains en même temps que, dans son immensité, comme une des sources de tous les possibles2. Ces possibles, ce sont, pour les rêveries magico-religieuses et lyriques, les réels désirés ou reproduits, plus la part d’irréel reformulant et recomposant des éléments d’un concret quotidien. En ce sens, l’espace maritime ou océanique peut être mis en parallèle avec les espaces terrestres traditionnellement placés aux marges de ceux qui sont jalonnés et régulièrement occupés par l’homme. Les forêts, les montagnes, certains lacs et la partie souterraine de la terre relèvent de cette géographie et ont été identifiés dans le légendaire humain comme des lieux du sacré, plus précisément du "sacré non organisé"3, avec la part de mystère, d’incertitude, d’angoisse ou d’espoir absolu que cela pouvait laisser supposer par rapport à l’espace quadrillé ayant pour corollaire un sacré "apprivoisé" et organisé.

5Pour une part, la mer et, encore plus, l’océan, apparaissent comme des représentations prototypiques d’un espace continu, dont la liquidité renforce cette impression, alors que le sol émergé en constitue la part dénombrable. L’océan échapperait alors à la délimitation et, de ce fait, à un aspect essentiel du développement des sociétés humaines. Toutefois, pour une autre part, la mer, petite ou océanique, au fur et à mesure du développement technologique, a peu à peu été, elle aussi, circonscrite et maîtrisée pour des fonctions liées à l’activité économique et de déplacement de ces mêmes sociétés. Mais cela ne peut être que de loin comparable, à la fin, avec ce qu’il en a été de la terre émergée sur laquelle les sociétés modernes ont investi les derniers lieux reculés. D’un point de vue anthropologique, l’océan apparaît ainsi comme un au-delà au superlatif par rapport à la terre ferme, mais aussi par rapport à ses propres côtes et aux mers en général. L’océan Atlantique peut alors être perçu comme un au-delà de la mer Méditerranée, et l’au-delà de l’océan peut être le ciel. Si le ciel représente, en tant que support pour des représentations un degré supplémentaire dans l’abstraction magico-religieuse, l’océan pourrait être placé à un niveau intermédiaire, tenant de l’en-haut pour la vastitude et de l’en-bas pour sa consistance physique. Si l’en-haut se manifeste aux sens par la couleur, les mouvements d’air et les bruits qui les accompagnent, l’océan offre en cela davantage de ressources grâce à sa substance plus palpable et au fait qu’il est aussi une voie de communication. Puissant filtre à sensibilité pour le créateur, il est un lieu de passage dont le franchissement est long et hasardeux et constitue une épreuve pour le marin qui pêche, transporte, relève un défi ou cherche un ailleurs. Les avancées techniques rendent cette appréhension de plus en plus dépassée, il n’en est pas moins vrai que l’idée d’espace océanique comporte encore une indéniable part d’inconnu qui impressionne et fait rêver. La confrontation avec cet aspect mystérieux peut constituer une épreuve et revêtir une signification initiatique dans l’imaginaire poétique. La fréquentation de l’océan permet de relativiser d’autres éléments moins impressionnants et, pour qui a su l’affronter ou s’est familiarisé avec lui, de retirer de cette expérience force et part de songe.

6D’un côté, l’océan ne serait donc pas un territoire car il ne peut être perçu comme un espace cloisonné et compartimenté que sur ses lisières, d’un autre côté, il en est quand même un si l’on se base sur une approche large de cette notion. Le territoire, espace que l’homme s’approprie, est ainsi identifié par lui. Projeter sur un signifié une spéculation rationnelle ou lyrique implique cette identification et, au moins, une appropriation symbolique ou intellectuelle. L’espace océanique, le grand, outre qu’il a fait l’objet, au cours des siècles précédents, d’entreprises visant à le préciser en tant que territoire, au moins pour certaines de ses portions ou fonctions (pêche hauturière, communication et commerce, lieu d’investigation), est alors depuis longtemps, en plus, un espace de référence pour l’imaginaire. Si les représentations qui rendent compte de perceptions magico-religieuses des terres non-humanisées (forêts, montagnes, ...) conservent encore cette fonction originelle pour des populations n’ayant pas encore abdiqué cette approche de l’espace au profit d’une vision objective et rationnelle, il en reste aussi quelque chose, de façon plus diffuse, à travers l’expression littéraire. Une telle perception est alors de nature à conférer également à l’océan, et aux mers en général, la qualité de territoire dans le cadre d’une approche onirique du monde à laquelle nous relions la création littéraire qui nous occupe ici.

Nommer la mer

  • 4 Cf. Moureau, Pierre. Dictionnaire du patois de La Teste. La Teste : L’auteur, 1870, p. 69 : "Péougu (...)
  • 5 In : Barreyre, Émilien. Las malineyres (Les filles de la mer). Pau : Edicioun de La Bouts de la Ter (...)
  • 6 Le Bassin d’Arcachon, in : Barreyre, Émilien. Las malinèiras. Pessac – Orthez : Princi negre – Per (...)

7La vastitude de l’océan est exprimée à travers les dénominations grand mar, au nord du domaine gascon, ou, au sud, mar grana, littéralement "grande mer", par opposition à la mar, la "mer", plus petite. La mar, c’est, par exemple, l’estuaire de la Gironde dont on connaît l’importante superficie, mais cela désignait aussi autrefois les parties de la Garonne et de la Dordogne, soit les deux fleuves qui enserrent la région justement dite d’Entre-Deux-Mers, traduction d’Entre duas mars de la documentation gasconne médiévale. Ces deux fleuves, dans cette région du Bordelais, sont, il est vrai, sujets au mouvement des marées et au mascaret qui en découle. Un autre terme renvoie à l’océan, c’est le mot peugue4, associé, dans la région du Bassin d’Arcachon et autour, au signifiant grand mar. Il s’agit encore là de différencier ce qui, étymogiquement d’ailleurs, est la haute mer (cf. le latin pelagus), de la mar ou de la Laca5, voire grand Laca6 d’Arcachon. Au-delà de ces désignations qui témoignent d’une identification et de premiers éléments d’appropriation de cet espace liquide – le mot peugue (cf. supra) comporte également le sens concret de lieu de pêche en haute mer – l’océan représente une valeur de référence à l’immensité, une sorte d’étalon de grandeur. Il en constitue une image à la portée des yeux au même titre que la haute montagne est un intermédiaire vers le ciel et, de ce fait, participe quelque part de lui.

8De ces signifiants ressortent déjà deux appréhensions d’un océan approprié, concrètement ou symboliquement. L’une relève plutôt de l’océan comme élément de l’environnement physique, lieu de travail ou paysage utilisé à des fins économiques. Elle est représentative d’une appropriation objective et descriptive de l’océan. L’autre, liée à l’idée de démesure, relève du territoire onirique. Participeront de cette dernière les thématiques du mythe, de la légende, de la croyance et du sacré d’une part, et d’une sensibilité littéraire entre autres romantique, d’autre part. Nous parlerons, pour cette deuxième appréhension, de la rêverie océanique, avec ses corrélations métaphoriques signalant une appropriation subjective de l’océan à plusieurs niveaux.

9Ce sont ces différents cas de figure que nous pensons voir présents dans la poésie en occitan gascon depuis le siècle dernier, ce motif étant surtout devenu significatif, là comme ailleurs, depuis cette époque, romantisme aidant. Nous allons l’évoquer à travers un sondage dans les écrits censés en témoigner, mais nous noterons d’abord que l’importance de l’emploi du matériau océanique dans la création doit compter avec une tradition orale où il est présent ainsi que nous avons préalablement prévu de le montrer. Elle peut en premier lieu attester la proximité de cet élément naturel telle une référence comme obligée, aussi prégnante qu’un élément du relief.

– Le préalable de l’oralité

10Peut-être pourra-t-on faire une lecture dans ce sens de la présence du motif océanique à l’intérieur de formes courtes telles que cette formule de refus de narrer un conte dite du Conte de la mar monta relevée en Médoc :

  • 7 Noté auprès de M.A. Lambert (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 1985, enquête A. Viaut).

question : Conta-me un conte (Dis-moi un conte !) ;
réponse : La mar monta (La mer monte !) ;
question : Conta-me un aute (dis-m’en un autre !) ;
réponse : La mar sauta (La mer saute !) ;
question : Conta-me un cent (dis-m’en cent !) ;
réponse : La mar descend (La mer descend !)7.

11Il en va de même pour divers proverbes météorologiques ou rendant plus généralement compte de phénomènes naturels. Pour ne citer que les suivants :

  • 8 Noté auprès de M.H. Fauchey (Lacanau, 1974, enquête A. Viaut).
  • 9 Noté auprès de Mme M. Lies (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 1987, enquête A. Viaut).
  • 10 Noté auprès de M.P. Blanc (Lacanau, 1977, enquête A. Viaut).

"Arcancièl dens la mar, /pren ton husèth, / va-te’n hilar" (Arc-en-ciel dans la mer, / prend ton fuseau, / va-t’en filer)8 ; "Quand la mar trunta au Mahon, va plèure" (Quand la mer gronde dans le golfe, il va pleuvoir)9 ; "La luna levada, / la mar demi anada. / La luna au meijorn, / la mar demi de retorn. / La luna cochada, / la mar demi anada" (La lune levée, / la mer à moitié basse. / La lune au méridien, / la mer à moitié haute. / La lune couchée, / la mer à moitié basse)10.

12Tout autre est le contenu de la forme courte suivante dont la fonction n’a pas le caractère de référence immédiate ou instrumentale des précédentes :

  • 11 Noté auprès de Mme M. Lies (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 1990, enquête A. Viaut).

"Dens la mar i a un pin. / Sus aqueth pin / i a un nin. / Dens aqueth nin i a un eu. / Dens aqueth eu / i a un beu. / Quand lo beu brama / tot lo monde se réclama. → Lauratge" (Dans la mer il y a un pin. / Sur ce pin / il y a un nid. / Dans ce nid il y a un œuf. / Dans cet œuf / il y a un bœuf. / Quand le bœuf meugle / tout le monde implore – > l’orage11.

  • 12 "Su ’n puiòu qu’i’a ’n pin, / Su ’quet pin qu’i’a ’n nit, / En ’quel nit qu’i’a dus ouùus, / N’òus (...)

13Cette association de motifs entre le bœuf, l’œuf originel, la mer et l’orage, peut renvoyer à un univers des principes primordiaux. Trois autres devinettes, qui nous sont données par Félix Arnaudin12, utilisent une trame similaire où un pin, un nid, des œufs et des bœufs sont associés non à la mer mais au relief, à un tertre (tuc, pujòu). Les yeux ou une cloche doivent être ainsi devinés à la place de l’orage. Si l’on doit relativiser la part onirique de ce texte, on relèvera néanmoins encore l’importance de l’océan comme une des références majeures pour ceux qui vivent près de lui dans cette région.

  • 13 Cf. Eliade, Mircea. Op. cit., p. 200 : "Le contact avec l’eau comporte toujours une régénération : (...)
  • 14 Cf. Viaut, Alain. Récits et contes populaires du Bordelais. Le Médoc. Paris : Gallimard, 1981, pp.  (...)
  • 15 Cf. Daugé, Césaire. Sounets de Ma / Sonnets de Mer. Mont-de-Marsan : [Imprimerie J. Pindat], 1920, (...)
  • 16 Cf. Viaut, Alain. Récits et contes populaires du Bordelais... Op. cit., p. 81-83.
  • 17 Viaut, Alain. Écrire pour parler... Op. cit., p. 142-145.
  • 18 Noté auprès de M.A. Lambert (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 30-04-1985, enquête A. Via (...)

14Le lieu de tous les possibles suggéré par la démesure et l’indomptable force de l’océan peut conférer une charge sacrée à ce qui passe par elle où en provient13. Nous pensons ici aux différentes versions de la légende médoquine du rebouteux qui acquiert le don de remettre en place les membres démis ou cassés après avoir réajusté les morceaux brisés d’un crucifix échoué sur la plage à la suite d’un naufrage14. Il existe une légende approchante à Parentis-en-Born, dans les Landes, où le Christ ornant l’autel de l’église paroissiale aurait été trouvé, à l’origine, sur la plage. Celui-ci fut subtilisé lors de la Terreur puis retrouvé, ensuite, un matin près de la place qu’il occupait auparavant15. Il est également une légende à Vensac, en Médoc, où un taureau aurait quitté le troupeau dont il faisait partie pour se diriger vers la plage océane et, là, mettre à jour une cloche en grattant le sable de ses sabots. L’instrument, après quelques péripéties chargées de significations sacrées, fut installé dans l’église du lieu16. À côté de cela, cette côte compte aussi ses exvoto, témoins de sauvetages ou d’issues heureuses de tempêtes en mer. La tradition orale peut en rendre compte tel le conte médoquin, La promessa dau patron puscaire, pris sur un mode facétieux17. Le légendaire associé à la mer comprend aussi, au titre de ses légendes de villes ou de terres immergées, l’agglomération que l’on imaginait au large de la Pointe-de-la-Négade ( : Punta de la Negada, littéralement : "Pointe de la Noyée") au sud de Soulac-sur-Mer. Il en va de même du territoire de Cordouan, autrefois rattaché à la terre selon la croyance populaire. Une croyance est ainsi parvenue jusqu’à nous selon laquelle, pendant une période intermédiaire, on pouvait s’y rendre en posant les pieds sur des "crânes de bœuf" (peut-être des rochers qui possédaient cette apparence) permettant de franchir un étroit chenal situé entre Le Verdon, à l’extrémité de la presqu’île médoquine, et l’îlot de Cordouan18. On retrouve au passage le motif du bœuf signalé plus haut.

  • 19 Bladèr, Joan-Francés. Contes de Gasconha. Prumèra causida (contes épies). S. 1. : Lo Libre Occitan, (...)
  • 20 Ibidem, p. 17,19.

15Dans la série des contes de Gascogne recueillis par Jean-François Bladé, l’idée du lointain, simplement, apparaît dans Lo rei de las agraulas (le roi des corbeaux) où il est question du roi des îles de la mer, fiancé de la cadette de l’homme vert19. Dans ce même conte, l’éloignement peut parallèlement avoir un sens négatif20 lorsqu’une île de la mer sert de prison au roi des corbeaux. Là, grâce à l’herbe bleue et au couteau d’or, la reine peut envoûter et tuer les deux loups de la mort qui nous font songer aux deux chiens, l’un blanc et l’autre noir, de la comptine fredonnée sur la côte gasconne :

  • 21 Viaut, Alain. Récits et contes populaires du Bordelais. Le Médoc. Paris : Gallimard, 1981, p. 117.
    (...)

"Siba, saba / Còrn de craba. / Se vòs pas sabar, / Te gitarèi dens la grand mar. / Lo can blanc te minjarà. / Lo can negre t’acabarà" (Sève, sève / Corne de chèvre. / Si tu ne fais pas monter ta sève, / Je te jetterai dans l’océan. / Le chien blanc te mangera / Le chien noir achèvera tes restes)21.

  • 22 Cf. Bladèr, Joan-Francés. Op. cit., p. 17 : dans ce conte du Roi des corbeaux, un loup blanc veille (...)

16Si aucun lien explicite n’apparaît entre le conte et la comptine, nous admettrons simplement la similitude de la référence au loup-chien en double association avec ces motifs fondamentaux que sont l’alternance du jour et de la nuit et l’océan qui engloutit22.

  • 23 Ibidem, p. 44-56.
  • 24 Dardy, Léopold. Antologia populara de Labrit / Anthologie populaire de l’Albret. Tome 2. Barbaste : (...)
  • 25 Cf. le conte-type n° 510 A in : Aarne, A. et Thompson, S. The type of the folktale, a classificatio (...)
  • 26 Arnaudin, Félix. Contes populaires de la Grande-Lande. Édition établie par Jacques Boisgontier et p (...)
  • 27 Bladèr, Joan-Francés. Op. cit., pp. 70-86.
  • 28 Ibidem, p. 82.

17À côté de cela, dans le conte de La mar que canta, la poma que dança et l ’auseron que ditz tot (La mer qui chante, la pomme qui danse et l’oiselet qui dit tout)23, l’océan, la mar grana, joue un rôle bénéfique en étant un des éléments magiques qui aide le héros dans sa quête. Il aide ainsi les deux malheureux jumeaux de la reine honnie par sa belle-mère à se sauver ; il prophétise en outre les retrouvailles avec leurs parents. Dans la version du conte gascon de la petite anguille, fournie par Léopold Dardy24, à relier au conte-type de Cendrillon25, ce poisson magique aide dans ses épreuves Maria Brasoc à sortir de sa condition d’enfant brimée par sa marâtre et à devenir princesse. À la différence des versions de ce conte relevées par Félix Arnaudin26, la petite anguille du texte de Dardy, une fois libérée par la fillette, se retrouve subitement au milieu de la mer, "a mièja mar". À partir de là, l’anguille devient "Anguileta de mièja-mar" lors des appels à l’aide rituels de Maria Brasoc. On rencontre dans ces deux contes la force sacrée de la mer alliée, dans une attitude salvatrice, à l’idée d’espace sans limite : la mar grana exprime, à travers son adjectif, ce qui est vaste, ou mièja-mar qui, avec cette image du "milieu", témoigne de l’éloignement de toute lisière. Cette littérature peut témoigner, par ailleurs, d’appréhensions ambivalentes. Ainsi, dans L’Òme velat27, surgit un Neptune gascon qui subit une punition au fond de la mar grana, alors que, dans ce même conte, l’océan protège de son immensité une île où croît "la fleur dorée, la fleur de baume, la fleur qui chante comme un rossignol", celle qui est censée guérir de la peste noire28. Nous retiendrons ainsi, à travers ces dernières allusions, outre cette relation au sacré favorisée par l’image de totalité suggérée par l’univers océanique, que l’idée d’infinitude et d’éloignement qui l’accompagne peut être source d’angoisse comme signifier une capacité de protection.

– L’écrit poétique

  • 29 "... vouloir atteindre ce commencement du commencement (le "retourner amont" de Char) c’est courir (...)
  • 30 In : Mounin, Georges. Avez-vous lu Char ?. In : La communication poétique précédé de Avez-vous lu C (...)
  • 31 Bachelard, Gaston. La poétique de l’espace. Paris : Quadrige – PUF, 1983 [1957], pp. 168-190.
  • 32 Cela s’inscrit dans un mouvement général de la poésie moderne, voir : Friedrich, Hugo.
    Structures de (...)

18Sans que nous puissions relever une intertextualité entre ces éléments littéraires oraux et la littérature écrite à laquelle nous avons choisi de nous référer plus avant, nous voulons voir un écho des différents traitements du motif océanique par l’oralité dans cette dernière, de la référence évidente ou nécessaire à l’environnement à la magie de la rêverie et au dépassement de l’être. La création, dans ses appropriations objective et subjective de l’océan, renverra, ainsi que cela se rencontre en d’autres endroits, à des poétiques de l’image et de l’être. Cette question croise en plus celle du traitement par le poète de paysages de sa contrée d’origine, ce qui concernera à des degrés divers les écrivains que nous retrouverons plus avant. Plus qu’à la mer en général c’est à l’océan Atlantique que se réfèrent ces derniers. Xavier Ravier, qui a abordé ce point dans une étude sur René Char et la provençalité a rappelé que, loin d’être banal, ce lien avec des lieux ancrés de fait dans la personnalité constitutive de l’auteur représentait un des fondements de l’invention poétique auquel il ne pouvait échapper et avait tout à gagner à assumer, tant il était à la fois un lieu de réalité précise et de source de tous les possibles29. Nous songeons en même temps au vécu de la création littéraire qui, chez Char, intégre une approche du surréalisme envisagé non comme un moyen mais comme une conséquence, "méditation sur la présence de la poésie ; et non sur les moyens de la poésie"30. Cela renvoie à la question de la place des constituants physiques de l’inspiration comme référents poétiques et comme composantes de la langue poétique. Dans le cas qui nous occupe, la place de la mer dans la poésie pourra être mesurée à cette aune. Si nous suivons en outre Bachelard, l’immensité est une des formes privilégiées dont se nourrit la rêverie31 ; l’océan, qui en est une puissante représentation, peut ainsi rejoindre celle qui est en l’homme et s’imposer au poète comme un motif prégnant jusqu’à infiltrer de l’intérieur son langage. De cela, dans notre corpus, un premier pôle participera de la mimésis où le matériau apparaîtra comme accessoire ou pour lui-même, un second sera le résultat d’un glissement du langage sur les choses vers le langage des choses lui-même32. Le matériau à dire et à raconter dans sa relation avec la quotidienneté ne sera pas, néanmoins, forcément isolé dans ce type d’expression, il pourra aller de pair avec des formules évocatoires de nature à prolonger le poème au-delà des enchaînements de sens qui le spécifieraient dans la linéarité d’une description. Au-delà, l’élément océanique pourra dépasser le stade des sensations, voire de la quête d’une unité profonde dont il sera la métaphore, cette dernière, d’ailleurs, pouvant également tenir du parti pris des choses ou de la sensation en elle-même. Suivant cette variation, les auteurs gascons contemporains qui ont utilisé la mer comme motif dans leurs œuvres ou comme élément de leur langage nous paraissent l’avoir fait à travers et autour des types de sensibilité suivants : "la mer nécessaire", appréhension de celle-ci comme référence immédiate, qui s’impose ; "l’océan contemplé" ; "la mer évocatoire", ces deux derniers types pouvant être marqué de romantisme ; enfin, "la mer comme langage" ou élément de la langue poétique.

La mer nécessaire

19Émilien Barreyre (1883-1944) et Adrien Dupin (1896-1973), tous deux originaires du pourtour du Bassin d’Arcachon, nous paraissent illustrer, à travers certains de leurs poèmes tout au moins, le premier type de sensibilité annoncé. Ainsi, pour exemples, dans "La partènce das pescayres" (Le départ des pêcheurs), publié dans le recueil d’E. Barreyre, Las malineyres :

  • 33 Barreyre, Émilien. Las malineyres (Les filles de la mer). Op. cit., pp. 20-21.

"Mé trente pinassots sèguen lou permey, biste, / E, de la ma, sas trucs mudèns e graumadous, / Ban d’estambe e d’estraue. – Oh ! salut, tablèu doits ! /Tu qu’encantes moun cô, pey ma bie e ma biste !" (Mais trente légères pinasses rapidement suivent la première, et sur les bosselures mouvantes et écumeuses de la mer basculent et plongent. – Oh ! salut, doux spectacle ! toi qui enchantes mon cœur, ma vie et mes yeux !)33,

ou dans "L’auratge" (L’orage) :

  • 34 Ibidem, pp. 32-33.

"Baqui : la ma gahèns lou batèu en trauès / Lou rouncèue en auan coum aurè heyt dun tes ; / n ’ère pas tan lèu pitat sus la curpine / D’une andade, qu ’aqueste, en sa ’sgraulénte esquine, / Lou hadèue rula dens un brès graumadous / Oun, per tèms, de la Mort lou ride narrious / Semblèue retreni..." (Voici : prenant la barque par le travers, les vagues, devant elles la lançaient avec force comme une coquille. Et la barque n’était pas sitôt dressée sur la croupe de l’une d’elles, que cette dernière avec son dos croulant l’entraînait dans un vallon d’écume ou parfois l’affreuse Mort ricanante semblait retentir...)34,

apparaît ce lien entre l’élément maritime et son utilisation concrète, lié à la vie des hommes. L’océan peut être grandiose et beau, le poète ne l’ignore pas et choisit ses signifiants en connaissance de cause. Il n’en reste pas moins un lieu de travail, souvent dangereux et menaçant pour l’homme. Chez Adrien Dupin, dans le poème "L’Ome blanc”, la mer enmalide (en colère) est d’abord un lieu de pêche. Ce motif, traversé par la figure divine de l’Ome blanc, acquiert davantage d’autonomie. De lieu simplement physique, l’océan en devient un autre, doté d’une âme qui, au fil du texte, est orné de métaphores animales ou humaines. Ainsi, au moment où l’Ome blanc apparaît :

  • 35 Dupin, Adrien. "L’ome blanc, poème”. Recueil de l’Académie des jeux floraux, 1938, p. 74.

"Lou bènt piùlèt ; la mâ, sus la coste tumade, / Repleguèt en-renac lou ribant de graùmade / Qu ’em lous arremoulins plègue e desplègue adobs” (Le vent s’enroua ; la mer, sur la côte frappée sourdement, replia en maugréant le ruban d’écume qu’avec les tourbillons elle plie et déplie en cas de besoin)35.

  • 36 Ibidem, p. 78.

20Puis, vers la fin du poème, l’auteur livre une vision moralisante du pêcheur récompensé pour son respect du divin. La mer se fait consolatrice : "... E, coum un co malaù, la mâ que loti maùtèbe." (... Et, comme un cœur malade, la mer le berçait)36.

L’océan contemplé

21La mer métaphorisée apparaît encore plus dans les textes de type contemplatif tel le poème ’’L’ounde" de Justin Larrebat (1816-1868), de Bayonne, consacré à l’océan et dont nous extrayons la première et la septième strophes :

  • 37 Larrebat, Justin. Poésies gasconnes. Bayonne : [Imprimerie de P. Lespés], 1868, pp. 29-30.

"Arey de ta bèt au mounde / Com l’ounde, / Cabale aous bets crins esgrumous /E blancous. // Quent se hingle capricieuse / E brumouse, / Quent se brugle dap l’ouragan / En hurlan !..." (Rien de plus beau en ce monde / Que l’onde, /Jjument aux beaux crins d’écume / Blanchis. // Quand elle s’élance capricieuse / Et brumeuse, / Quand elle entre en fureur avec l’ouragan / En hurlant !...)37.

  • 38 Daugé, Césaire. Sounets de Ma = Sonnets de Mer. Mont-de-Marsan : [Imprimerie J. Pindat], 1920, 288  (...)

22Cela est encore plus visible dans le recueil de l’abbé Césaire Daugé (1858- 1945), d’Aire-sur-Adour, carrément dédié à l’océan, Sonnets de Ma38. L’intitulé du premier poème, "Qu’aymi la Ma" (J’aime la Mer), donne le ton. À travers les 126 poèmes composant l’ouvrage, l’auteur se montre fasciné par la force brute et sauvage de l’océan qu’il assimile tantôt à celle d’un cheval que l’on essaie de dompter tantôt à celle d’un méchan (agressif) taureau. La mer peut apparaître d’une beauté caline au printemps et en été, ou indolente en certains sites balnéaires, mais c’est pour rappeler au premier détour sa nature profonde, maléfique et dangereuse ou purgeant qui sait quelle pénitence :

  • 39 Daugé, Césaire. "La grane peniténci". In : Sounets de Ma... Op. cit., pp. 17-18.

"Qui pot sabé dempuch coan d’ans, /Gahan per toustem lou balans, /La praube d’ére atau houruque / Coum à cop de malhuque. / [...] / So qu ’a doun poudut ha / Aquére praube Ma / Enta s’abé gahat ta bère péniténei ?" (Qui sait depuis combien d’années, prenant son essor, la pauvre Mer furette ainsi, comme à coups de massue. [...] Quel crime a donc pu commettre, cette pauvre Mer, pour avoir mérité une si grande punition ?)39.

  • 40 Daugé, Césaire. Op. cit., p. IX.
  • 41 Ibidem, p. VII.
  • 42 Ibidem, p. 266.
  • 43 Ibidem, p. XII.
  • 44 Ibidem, p. XIV.
  • 45 Voir, au sujet de l’origine de la notion touristique de "Côte d’Argent" appliquée à ces rivages de (...)
  • 46 Par exemple : Daugé, Césaire. "Au Boucau-Bielh / Au Vieux Boucau", et "A la caste / À la côte". In  (...)
  • 47 Cf. Bachelard, Gaston. L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière. Paris : Librairi (...)
  • 48 Cf. Hugo, Victor. Les travailleurs de la mer. Préface d’Yves Gohin. Paris : Gallimard, 1980, p. 402

23Daugé reconnaît lui-même que, s’il aime la mer, "notre Mer gasconne"40 : "Les navires n’en veulent pas. L’eau de la Mer de Gascogne sent la mort (sic), comme le bâton d’un gaillard de Pontons, en un soir de fête locale, au temps où l’on vidait sa querelle en se battant avec les durs de Téthieu, les empâtés de Lesgor, les naïfs de Laluque"41. Il donne en note des explications : "Le Golfe de Gascogne est particulièrement dangereux à la navigation. Ses eaux violemment agitées, ses courants profonds et rapides, les sables de ses bords inhospitaliers pour les vaisseaux, le rendent redoutable et singulièrement beau, soit dans son calme majestueux, soit dans ses colères gigantesques"42. Aussi la mer est-elle "lèse" (laide)43, "hastiale e cridassère" (déplaisante et criarde)44, le plus souvent associée à la tempête et au mauvais temps, malgré l’influence touristique45 qui peut faire apparaître une mer plus clémente et commerciale, affublée des descriptions dont la platitude rappelle celle qui était attendue de l’océan alors46. La furie et les grands mouvements de houle vont mieux à l’océan et le poète, s’y retrouvera dans une plus grande créativité. Si les couleurs qui sont associées à cet élément majeur sont plus exceptionnellement évoquées, ce dernier est fréquemment signalé à travers ses mouvements et les bruits que cela provoque. Bachelard l’avait noté : "Est-il un thème plus banal que celui de la colère de l’Océan ? Une mer calme est prise d’un soudain courroux. Elle gronde et rugit. Elle reçoit toutes les métaphores de la furie, tous les symboles animaux de la fureur et de la rage. Elle agite sa crinière de lion... La psychologie de la colère est, au fond, une des plus riches et plus nuancées. Elle va de l’hypocrisie et de la lâcheté au cynisme et au crime. La quantité d’états psychologique à projeter est bien plus grande dans la colère que dans l’amour. Les métaphores de la mer heureuse et bonne seront donc bien moins nombreuses que celles de la mer mauvaise"47. Parmi les éléments extérieurs avec lesquels ces masses d’eau sont fatalement mises en relation lorsqu’elles revêtent cet aspect, les vents et les phénomènes météorologiques tels que le tonnerre et les précipitations occupent une place importante. On songera aussi aux Travailleurs de la mer de Victor Hugo : "Tout l’abîme est impliqué dans une tempête. L’océan entier est dans une bourrasque. La totalité de ses forces y entre en ligne et y prend part. Une vague, c’est le gouffre d’en bas ; un souffle, c’est le gouffre d’en haut. Avoir affaire à une tourmente, c’est avoir affaire à toute la mer et à tout le ciel"48. La littérature gasconne à laquelle nous renvoyons y va naturellement aussi d’une thématique liant tempête et mer comme cela transparaît par exemple dans le poème "La trementa" (La tempête) du Médoquin Joseph Conord (1872-1949) :

  • 49 Conord, Joseph. "La trementa" / La tempête". In : Trùntes de mon pèïs. Inédit (voir deserption du t (...)

"Se la Grand’ Ma /pichosa, /royfosa, /que comença à bramà, / la nua monta, / debèrt nos auts / [...] / las lamas /[...] torcladas / pr’au bèn, / tabaleyàdas / à perde lèn / bronsissen [...]" (sur l’océan / pisseux, / écumeux, / qui commence à bramer, / la nue monte, / lentement monte / vers nous / [...] / les lames / [...] / secouées / par le vent / à perdre haleine / s’élancent J...])49.

24Il peut aussi se faire, chez François Conord (1882-1973), frère du précédent, que l’incitation à la contemplation ne débouche pas forcément sur la métaphore, et l’océan n’est pas seulement considéré pour lui-même mais en association avec un autre motif. Cela n’est pas nouveau et le vent vient à l’esprit, mais ce peut être aussi un autre élément naturel majeur, tel que le soleil, comme cela est exprimé avec simplicité dans son poème "So-cochan ses la grand’ mar" (Soleil couchant sur l’océan). Le signifié océanique, d’abord mis en avant, s’efface ensuite, après qu’il ait été fait silence autour de lui, pour rehausser un soleil déclinant :

  • 50 Conord, François. "So-cochan ses la grand’ mar" / Coucher de soleil sur l’océan". Inédit (voir desc (...)

"Ses la terra, tot es muc / la grand ’mar hei son marmuc / lo sorelh lobas se banha / en.hucat es Cordoan. / Esplandor dau so-cochan /dens la pès de l’escuranha." (Sur la terre tout se tait / l’océan fait son murmure / le soleil là-bas se baigne / Enflammé est Cordouan. / Splendeur du soleil couchant / dans la paix du crépuscule)50.

  • 51 Daugé, Césaire. Op. cit., pp. 17-18.
  • 52 Daugé, Césaire. "Diu qu’a hèyt la ma / Dieu a fait la mer". In : Sounets de Ma... Op. cit., pp. 23- (...)

25Daugé prêtre n’aura pas de peine à récupérer les états impressionnants de la mer. Il verra une analogie entre ces désordres, possibles causes de naufrages, précédant des accalmies, et la vie des humains qui, après des périodes où les âmes se blessent, trouvent des plages de repentir51. Et si la mer – océanique – est agitée, c’est parce que Dieu l’a créée ainsi : "Gran tabé qu ’ou dit la Ma qui brounéch, " (Grand le proclame aussi la Mer qui gronde)52.

  • 53 Cf. Sébillot, Paul. La mer. Paris : Imago, 1983 [première éd. : 1904-1906], pp. 23-24.
  • 54 Ibidem, pp. 192-200.

26Autant chez Larrebat que chez Daugé les métaphores animales dominent, avec l’idée de puissance et de sauvagerie, taureau et cheval indomptés, motifs relativement répandus et renvoyant en outre à des images de la tradition orale communes tout au moins sur les côtes françaises53. Si Larrebat en retire une impression de charme, Daugé, de même que les poètes du Pays de Buch, s’attachent à la mer agitée, éventuellement associée au vent, au bruit et davantage aux luminositées d’orage qu’à celles, apaisées, des éclaircies. C’est un espace sauvage que Daugé s’efforce d’apprivoiser par son art poétique, qu’il territorialisé par ce biais, tout en rappelant que, dans tous les cas, il est fondamentalement territoire de Dieu. La territorialisation par l’entremise du sacré nous ramène aux croyances évoquées au début de ce développement. Les îles des morts se situent loin sur l’océan dans le légendaire occidental et celtique54. Les fonds sous-marins sont investis par l’imaginaire magico-religieux de références à des lieux et à des êtres qui constituent des repères de la compréhension du monde par les hommes. Ces êtres sont aussi monstrueux que fascinants chez le Béarnais Miquèu Camelat (1871-1962), dans son œuvre en vers Beline, et l’océan y est d’abord abyssal :

  • 55 Camelat, Miquèu. Beline. Pouèmi en tres cantes. Pau : Marrimpouey, 1962, p. 46. Traduction tirée de (...)

"La planade laryasse e ba yùgne la ma, /[...] /E lou Gabe e l’Adou, qui s’an dade la ma / [...] / Que hèn la bie lisse à l’esquiau dou nabiu. / E puch, qu’ey la ma, la ma grane, / La gourgue bérde e soubirane, / La prade, gouyats, oun lou qui cad n ’ey méy biu ; / Cop sec lous moustres qu’ou se pèchen /E chens gnaspa-u que l’engouléchen" (La plaine s’évasant va rejoindre la mer, / [...] / Et le Gave et l’Adour s’étant donné la main / [...] / Font lisse le chemin pour la proue des bateaux. / Puis c’est ma mer, c’est la mer grande, / L’abîme vert et souverain, / La prairie, jeunes gens, où qui choie perd la vie. / Aussitôt les monstres le happent / Et l’avalent d’une bouchée)55.

  • 56 Berry, André. Les esprits de Garonne. Geste champêtre. Paris : René Julliard, 1941, 609 p. Voir éga (...)

27La poésie se trouve placée en un lieu stratégique de la captation de ces impressions et de leur exploitation à des fins cognitives de l’approche esthétique du monde. La mise en avant du légendaire et d’un monde tératogène peut être une façon de conférer une identité à l’incommensurable, autrement dit de le circonscrire, même si c’est pour signaler de la défiance envers ces monstres carnivores. Les êtres fabuleux de cet océan une fois de plus inquiétant sont appréhendés dans leur contact avec l’estuaire de la Gironde, notons-le au passage, chez André Berry dans les Esprits de Garonne56, d’une manière plus multiforme et familière. Bien que cette œuvre soit écrite en français, il s’agit d’une langue assidûment régionalisée, nourrie de littérature occitane, où le bestiaire fantastique, nommé en gascon ou en français régional, qui se retrouve à la cour du roi Garon au large de la Pointe-de-Grave, est utilisé de façon volontairement redondante.

28La représentation de l’océan est conditionnée par l’histoire et la personnalité de celui qui en fait état. Celle du pêcheur pourra différer de celle du prêtre. Celui qui le voit comme un lieu de travail n’en retirera pas les mêmes impressions que celui qui se laisse envoûter par son spectacle comme un rêveur ou un touriste qu’il est aussi devenu durant cette période contemporaine. Chez Daniel-Michel Bergey (1881-1950) et Joseph Conord (1872-1949) (cf. supra), tous deux du Médoc, à côté de la fascination que leur suggère l’océan qu’ils contemplent ainsi pour lui-même, d’abord où en liaison avec un autre puissant élément naturel, les ressources qu’ils en retirent pour nourir leur inspiration trouvent également à être employées sur le mode évocatoire. En cela le traitement du motif océanique, impliquant l’auteur, pourra s’avérer encore plus romantique qu’à travers les façons précédemment évoquées de l’aborder. Reflet de ce que l’on retrouve chez des auteurs d’autres pays ou régions, la mer apparaît comme un motif privilégié et évident. La conjonction de l’influence littéraire romantique diffuse avec la présence, plus forte qu’ailleurs sur la côte gasconne, des éléments maritimes, ne serait-ce qu’à cause de la conformation presqu’insulaire, peut y être pour quelque chose. De façon classique, le destinataire de l’évocation est principalement la femme aimée, la divinité pouvant sporadiquement apparaître en filigrane, à partir de l’engagement ecclésiastique de l’abbé Bergey. De ce dernier, le sonnet "Escuragno sé la ma..." (Crépuscule sur la mer...), figurant dans son recueil Ma garbetto, est commandé par un motif amoureux ancré en tête du premier vers :

  • 57 Bergey, abbé Daniel-Michel. Ché lous praoubes (Estúdos dé ché nous aouts) / Chez les pauvres (Étude (...)

"En fresilloun d’amou, lioudzey coume en breyt d’álo, /Parouno lou sablèou et lou ten bert das pïns." (Un frisson d’amour, léger comme un bruit d’aile, / Caresse les dunes de sable et le front vert des pins)57.

29Dans cet autre poème, "Escouto ! " (Écoute !), la mer est un motif évocatoire total des heurts, bonheurs et tâches de la vie humaine. Elle est humanisée comme pour mieux participer aux attitudes et aux gestes de l’âme et du corps de l’homme. Elle prie, crie, chante, gémit, rit, écoute, travaille et berce. Cette mer évocatoire est multiforme et son côté indompté et emporté qui avait tendance à prendre le dessus chez les poètes précédemment cités, en suscitant chez eux une quête du beau à travers des images de démesure, existe également ici mais associé à d’autres états. La beauté de ce qui est grandiose y est, semble-t-il, moins recherchée au profit de la sensation d’un équilibre des états océaniques, d’une proximité de la mer avec les humains, fruit peut-être d’une présence géographique plus prégnante qu’ailleurs et d’une fréquentation non uniquement motivée – signe des temps – par la pêche mais aussi par le développement touristique (cf. supra). Un océan miroir y est davantage associé à la vie des hommes, dans leur quotidien, en tant qu’individus ou en groupe, à travers leur histoire commune ainsi que cela peut apparaître dans cette strophe évoquant la première guerre mondiale :

  • 58 Ibidem, pp. 80-81.

"Escouto ! m’a semblat entènde lou canoun / Qu’esbèntro sous obus se la terro esbouilládo ! / Das gros brassats de ma bourren en fusilládo / En negre tros de roc, blassat coume en mougnoun. /Lous aoubres daou sablèou, de poou o de coulèro, /S’esbrassèyen, toursuts, en prestissènts lou plagn : / Aco’s la ma que plagn / Aon soubeni de touts lous qué mindzèt la guerro." (Ecoute ! J’ai cru entendre le canon / Qui éventre ses obus sur la terre écrasée ! / De grosses brassées de mer s’acharnant en fusillade / Sur un morceau noir de rocher, blessé comme un moignon. / Les arbres de la dune, de peur ou de colère, / Agitent leurs bras tordus, en pétrissant la plainte : / C’est la Mer qui gémit / Au souvenir de tous ceux que mangea la guerre)58.

30Dans le long poème "Lou que siguè..." (Celui qui suivait...), du même auteur, l’océan témoigne d’un drame sentimental qu’il reflète :

  • 59 Ibidem, pp. 86-87.

"Lou cèou, engouloupat de brúmo, / Semblaou sayé bestit d’en long mantèt de dóou. / Et la ma desplegaou, en pleurants, soun linçoou / Que s’estrementissè dens sas frandzos d’escúmo." (Le ciel, enveloppé de brume / Semblait s’être vêtu d’un long manteau de deuil. / Et la mer déployait, en pleurant, son linceul / Qui frissonnait dans ses franges d’écume)59.

Au-delà, il se fait confident :

  • 60 Ibidem, pp. 96-97, in "Nòto de l’aouturt / Note de l’auteur", à la fin du poème "Lou que siguè.../ (...)

"Mais en dessey d’agout, après lou sou coutsan, / Quant la ma me beyut soul a gayta sas lamas, /Me countèt lou secret de lus duos beros amos.../ Et partiri saou cop, pr’aberti lou passan." (Mais un soir d’août, après le coucher du soleil, / Quand la mer me vit seul à regarder ses lames, / Elle me confia le secret de leurs deux belles âmes, / Et je partis aussitôt pour avertir le passant...)60.

  • 61 Conord, Joseph. Trùntes de mon pèïs. Op. oit. (cf. supra note n° 46).

31Joseph Conord (cf. supra) s’est également servi de cette force évocatoire. Dans certains de ses poèmes, essentiellement ceux qui figurent dans son recueil inédit, Trùntes de mon pèïs61. Le grondement de la mer y est familier et peu menaçant. Dans "En sonjans à d’era” (En rêvant à elle), il peut scander des épanchements puis se diluer dans l’oubli et le rêve. En outre, le trunte (bruit sourd et lointain) devient taven (bourdonnement) au fil du texte :

  • 62 Conord, Joseph. "En sonjans ad era". Reclams de Biarn e Gascougne, n° 6-7-8, 1953, p. 81 ; Conord, (...)

"... e sonji [...], / a tos môts amoros, à las bèras nèytadas / que passàven tots dùs quand trùntau la marèya...// [...] // E perdùt dens mon rèybe e lo cap à l’adriu, / la lùna dens lo cèu pàssa tot belamen /pendèns que la Grand’ Ma gromôlla son tavén /e que rojèya l’auba au so-lùvan d’estiu..." (... et je songe [...], / à tes mots amoureux, aux belles nuitées / que nous passions tous deux quand grondait la marée...// [...] // Et perdu dans mon rêve et la tête à l’aventure, / la lune dans le ciel passe lentement / pendant que l’Océan continue son bourdon / et que rougit l’aube au soleil levant d’été...)62.

Dans ’’Prôche de la Ma”, du même poète, une histoire d’amour est égrenée au fil d’une dizaine de strophes qui fait suite à une, préliminaire, où l’océan s’apaise comme pour être plus efficacement complice de ce qui va être raconté :

  • 63 Conord, Joseph. "Pròche de la ma". Reclams de Biarn e Gascougne, n° 3-4, 1950, pp. 37-38 ; Conord, (...)

"Lo gùrp a fenit de gùlà / dens la trementa. La negrèyra / es bingùda e depos en là / lasinèyen, se la costèyra, ..." (Le noir abîme a fini de gueuler / dans la tempête. La nuit / est venue et, là-bas / étincellent sur la côte, ...)63.

  • 64 Conord, Joseph. "Tous dus". Revue méridionale, VI, 1924, p. 512.
  • 65 Viaut, Alain. "L’Escòla dau Medòc et l’influence félibréenne en Médoc". Garona, cahiers du CECAES ( (...)

Le vent, dans cette fonction, peut porter l’océan jusque dans les terres. Le "bèn de la Grand’ Ma" (vent de l’océan) assure ainsi de sa connivence les amants du poème "Tots dus” (Tous deux)64 du même auteur. Ce même vent, qui porte au loin le "trunte de la grand mar" (bruit sourd et lointain de l’océan), également présent dans d’autres écrits des poètes de l’Escòla medoquina65, dont firent partie Bergey et les frères Conord sus-mentionnés, incite à la mélancolie et à l’" Abandon" :

  • 66 Conord, Joseph. Trùntes de mon pèïs. Op. cit. et : Viaut, Alain. Le texte occitan du Médoc... Op. c (...)

"Ey rebingùt sau linhôu himoros, / èy escotat lo trùnte de las lamas, /[...] / lo cô dolit, èy quittat mas pensàdas /s’en anà debèrt los songes d’a’stat, ..." (Je suis revenu sur la plage humide, / j’ai écouté le bruit des vagues, / [...] / le cœur meurtri, j’ai laissé mes pensées / s’en aller vers les songes d’autrefois, ...)66.

32Si la mer peut être un support pour exprimer la nostalgie et donc la mémoire et les impressions dont elle est porteuse, elle ne garde pas matériellement des traces du passé comme le fait la terre. De ce point de vue, elle apparaîtra plus apte à exprimer la nostalgie qu’à rendre compte du souvenir. La nostalgie y est suscitée par le mouvement perpétuel de ses ondes, davantage convocation répétée du souvenir dont on désire réactualiser certaines sensations que répétition de celui-ci. S’il est fait appel à la mer pour suggérer des réminiscences à cause de sa force suggestive, c’est comme support pour exprimer une sensibilité ou bien comme objet de celle-ci. Dans cette dernière perspective, c’est au présent de l’œuvre de l’auteur que l’océan colle encore plus à lui.

33Nous avons ainsi abordé l’univers océanique comme référence (la mer nécessaire) ou comme objet poétique (l’océan contemplé et la mer évocatoire), à la fois objectivé, à partir du texte, et intégré, consubstantiel à lui. Des allitérations et assonances appropriées renforcent les images suggérées par ces textes. Vibrantes et sifflantes contribuent ainsi à traduire l’impression saisissante et grandiose provoquée par l’océan contemplé dans sa force impétueuse. Les mêmes peuvent se retrouver dans la mer évoquant les fureurs du monde, tandis que nasales et labiales alliées à des assonances de voyelles labialisés traduisent plutôt la rêverie de la mer évocatoire, refuge de tensions. Une autre écriture, pouvant intégrer encore plus pleinement ce travail sur les sons, peut incorporer le motif mer – et singulièrement à travers sa forme maximisée qu’est l’océan – tel une de ses images fortes, non plus seulement objet comme précédemment, mais partie intégrante du paysage littéraire de l’auteur. Elle peut surgir au fil du texte sans avoir été spécialement prétextée. Image propre à suggérer sensations et tension esthétique ou image opératoire de la langue de l’auteur.

La mer comme langage

34Nous rencontrons Bernard Manciet (1923-) à ce moment de nos interrogations comme une illustration qui s’impose. Il connaît lui aussi la fascination pour l’océan contemplé ou évocatoire. Son poème "Atlantic” (Atlantique), paru dans le recueil Gesta et dont nous extrayons ces quelque vers, fait ainsi allusion à une mer personnifiée, aussi étincelante que proférée, conférant ses caractéristiques aux peuples qui la bordent :

  • 67 Manciet, Bernard. Gesta. Poèmes. Agen : Cap e Cap, 1972, pp. 34-39.

"La mar es negra, aquest matin. Los corrents estiglan / [...] / Dehens los arreflús atentius, las entr’arreguitnadas, / Los sospirs, quau somarina sorelhèira ? / [...] / La mar ditz pas jamès que de non, /Ni ne se desnega la mar, /E ni ne torna estar la mar /[...]/Envèrs mau enluit d’ua mar esbrigalhada / O d’una andada rompuda. / Pàbles de las hautors intèrnas / Que venem a tu, superficiala. / A tu, tota espumas." (La mer est sombre, ce matin. Les courants rutilent. / [...] / Parmi les reflux attentifs, les ruades, / Les soupirs, quel ensoleillement sous-marin ? / [...] / La mer jamais ne nie / Ni la mer ne se dénie, / Et ni ne commence la mer, / [...] / Envers mal ébloui d’une mer brisée en miettes, / Ou d’une vague rompue. / Peuples des hauteurs internes / Nous venons vers toi, la superficielle. / À toi, toute en écumes)67.

35Dans l’"Òda a la marmolha" (Ode à la méduse), la mer est chair et source de toute forme :

  • 68 Manciet, Bernard. Odas. S. 1. : Tribu, 1984, pp. 62-63.

"... digadanga lo doble / Vad de las duas mans absentas / La mar es las duas mans / [...] / D’alga e de quate boishòrlas / Quand s’esloisha canda la mar hauta / E se desdeisha dinc a l’amna, ..." (... le double se balance, naissant de ces deux mains absentes : la mer, ce sont les deux mains : / [...] / d’algue et de quaternaire, enflure, lorsque la mer à marée haute glisse comme une jante et se délaisse jusqu’à l’âme, ...)68.

  • 69 Cf. Gardy, Philippe. "Bernat/Bernard : une écriture à l’épreuve du bohabrac". In : Bernard Manciet  (...)

36Au-delà, l’océan, lui-même ou à travers les éléments physiques ou humains qui lui sont liés, apparaît régulièrement au fil des poèmes. Non plus seulement métaphores contemplatives et éblouies, ou figures évocatoires, mais convocations de l’élément pour donner souffle au texte69, et cela, par exemple dans les Sonets, avec ces citations parmi bien d’autres, traces, au long des poèmes, de cet enchâssement du motif dans le langage :

  • 70 Manciet, Bernard. Sonets / Sonnets. Montpeyroux : Jorn, 1996, pp. 184-185.
  • 71 Ibidem, pp. 222-223.
  • 72 Ibidem, pp. 232-233.

"Lo só quan a la mar de Cordoan /Hèi pojar las lèrmas / esmolut de verd lo só dalha e dalha" (Lorsque lo soleil fait monter les larmes / de la mer de Cordouan / aiguisé vert tournante serpe)70 ; "La cassora encomblada deus arradims de mar" (le plein chêne s’est comblé des grappes de mer)71 ; "la mar d’aimar sancèra se còbre d’alats" (par amour la mer tout entière se couvre d’ailes)72.

37Dans le grand poème L’enterrament a Sabres, les images suggérées par l’arrière-plan maritime et les impressions qui s’en dégagent, au lieu d’être métaphores d’océan, lui rendent sa dimension première en investissant le texte telle l’eau des vagues, èrsas, andadas ou andas. Si la mer et ses vagues font partie du paysage de l’écrivain au même titre que sa lande ou ses pins, elles nous paraissent se prêter au mieux au travail d’écriture d’un Manciet maniant incises et rappels parfois jetés comme des imprécations afin que l’essentiel de ce qui est profond demeure dans son évidence. Comme parties du paysage évoqué plus haut et comme recours idoine de sa méthode, les vagues océaniques surgissent ainsi avec régularité dans L’enterrament a Sabres telles une référence de base, recours à l’immensité, source de rêve aussi insaisissable et mystérieuse que proche et participant de l’intimité de l’auteur. L’océan est plus qu’une image, il est un élément familier et multiforme, prêt à être utilisé au gré du texte et du style, élément parmi d’autres du lexique de sa langue poétique. Pour ne citer que quelques passages de L’enterrament :

  • 73 Manciet, Bernard : L’enterrament a Sabres. Bordeaux : Mollat, 1997 [première éd. : 1989], pp. 298-2 (...)
  • 74 Ibidem, pp. 338-339.
  • 75 Ibidem, pp. 354-355.

"au clôt de l’èrsa es la mia hauta mar /au plen de l’umba es la nueit la mès longa" (et dans la vague creuse est ma plus haute mer / au plein de mon épaule est ma nuit la plus longue)73 ; "las vacas l’entenen saben pas ont s’escapar / aus sons uelhs grans qu’i hèi gran mar" (elles l’entendent les vaches et ne savent plus où fuir / elles ont dans leurs yeux graves grande mer)74 ; "e de las amnas dont li van amassa / [...] / cap a la mar lurihenca / e que s’ahonan dens las arringadas de la mar / ont i pareishen quant e quant de mars" (et des âmes qui vont de compagnie / [...] / vers la lointaine mer / et elles s’enfoncent dans les racines de la mer / où apparaissent des mers innombrables)75.

  • 76 Par exemple : "... puèi la gota silenci / dau casse enta la mar / s’escor lòng de la man’ (... puis (...)

38Certains passages du recueil Mahon d’AlainViaut pourraient également s’inscrire dans cette tendance76. La référence aux éléments océaniques participe d’une façon de sentir le monde, peut-être aussi parce que ceux-ci s’étaient déjà insinués auparavant comme des composantes lexicales, sémantiques et rythmiques, constitutives de la langue de l’auteur.

D’une mer à l’autre

  • 77 Delpastre, Marcela. Saumes pagans. S.1. : Institut d’Estudis Occitans, 1974, pp. 89-90, 96-98, 101.
  • 78 Tardiu, Joan-Pèire. La mar quand i es pas / Absence de la mer. Montpeyroux : Jorn, 1997, pp. 75-141
  • 79 Casanòva, Joan-Ives. Elegias vengudas de Negre e de Mar / Élégies venues du Noir et de la Mer. Mont (...)
  • 80 Gardy, Felip. Dançars dau pofre. Beziers : La Talvera, 1985, n. p. ; et : Pèr tàntei fugidas egipac (...)
  • 81 Pécout, Roland. Mastrabelè. Montpeyroux : Jorn, 1999, 80 p.
  • 82 Cf. "Co que Tristan se disié sus la mar = Ce que Tristan se disait sur la mer". In : Pouèmo I.
    Pari (...)
  • 83 Dans la troisième partie "Espaci(s)" (Montpeyroux : Jorn, 1998, pp. 135-195).

39Nous constatons après ce sondage que l’océan, également bien présent dans la tradition orale des contrées bordant la côte aquitaine, constitue une des références naturelles notoires de l’expression poétique en occitan gascon. En nous en tenant à la période récente ou actuelle, la mer en général est aussi présente dans d’autres œuvres poétiques en occitan du reste du domaine d’oc. Les poèmes de Marcelle Delpastre (1925-1998) qui s’y réfèrent dans son recueil Saumes pagans77 paraissent par exemple renvoyer à l’océan. Dans d’autres cas, la référence géographique peut être moins précise, comme chez Jean-Pierre Tardif (1954-)78, ou Jean-Yves Casanova (1957-) dans une élégie rythmée par les vagues79, ou plutôt orientée sur la Méditerranée chez Philippe Gardy (1948-)80, également dans le récent Mastrabelè, de Roland Pécout (1949-)81. À côté de cela, on pensera aussi aux évocations océaniques du Provençal Max-Philippe Delavouët (1920-1990), particulièrement dans sa série Pouèmo82, aux parcours atlantiques, préludes à des voyages spatiaux, dans le recueil de Robert Lafont (1923-), La Gacha a la cistèrna83.

  • 84 Cf. en particulier, le chapitre "Le poids des mots et la fin des systèmes" in : Gardy, Philippe.
    Une (...)
  • 85 Une expression de cela in : Delavouët, Mas-Felipe. "Co que Tristan se disié sus la mar / Ce que Tri (...)

40L’océan ou, au-delà, ce qui est maritime, paraît donc constituer un important motif de la poésie occitane contemporaine, sur le versant atlantique sans doute, et probablement aussi sur celui de la Méditerranée comme nous venons de l’évoquer. De là, peut être posée la question de l’inscription de ce motif dans un thème particulier ou dans plusieurs si on lui reconnaît un caractère transversal. Le recours au passé ou à l’intemporalité auquel a été souvent assignée, depuis le siècle dernier, la littérature occitane par rapport à sa fonction de reflet du réel, pourrait alors être de nature à privilégier certains motifs dont celui de la mer. En ce qui concerne tout au moins la poésie de ces dernières décennies, plus libre que la prose à l’égard de cette fonction, il apparaît que l’accent mis sur la forme et les mots84 se soit accompagné d’un regain du motif mer-océan. Au-delà du fait que cette démarche puisse entrer dans la logique de l’exploitation de matériaux dont on aurait retrouvé l’intérêt, la rêverie et la nostalgie, classiquement, d’un côté, ou bien, sans idée préconçue de fuite face au réel, l’évasion intérieure et la redécouverte du moi, mais d’un autre côté aussi, le désir d’ouverture au monde85, sont des ébauches d’hypothèse qui, pour l’heure, nous viennent à l’esprit. La mer, océanique ou non, peut sans doute y répondre à travers, entre autres caractéristiques, ses mouvements perpétuels et changeants et ses infinis d’étendue et de profondeur, vecteurs et symboles de communication vers les ailleurs spatiaux et au-delà.

Notes

1 Cf. Brunet, Roger, Ferras, Robert et Théry, Hervé. Les mots de la géographie. Dictionnaire critique. Montpellier – Paris : Reclus – La Documentation française, 1993 [1992], p. 481.

2 Cf. Eliade, Mircea. Images et symboles : Essais sur le symbolisme magico-religieux. Paris : Gallimard, 1952, p. 199 : "Les eaux symbolisent la somme universelle des virtualités ; elles sont fons et origo, le réservoir de toutes les possibilités d’existence ; elles précèdent toute forme et supportent toute création".

3 Cf. Paul-Levy, Françoise et Segaud, Marion. Anthropologie de l’espace. Paris : Centre Georges Pompidou, 1983, p. 39.

4 Cf. Moureau, Pierre. Dictionnaire du patois de La Teste. La Teste : L’auteur, 1870, p. 69 : "Péougue, s. m. Sorte de pêche en pleine mer. Parage où elle se fait".

5 In : Barreyre, Émilien. Las malineyres (Les filles de la mer). Pau : Edicioun de La Bouts de la Terre, 1912, p. 68, 70.

6 Le Bassin d’Arcachon, in : Barreyre, Émilien. Las malinèiras. Pessac – Orthez : Princi negre – Per noste, 1983, p. 113.

7 Noté auprès de M.A. Lambert (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 1985, enquête A. Viaut).

8 Noté auprès de M.H. Fauchey (Lacanau, 1974, enquête A. Viaut).

9 Noté auprès de Mme M. Lies (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 1987, enquête A. Viaut).

10 Noté auprès de M.P. Blanc (Lacanau, 1977, enquête A. Viaut).

11 Noté auprès de Mme M. Lies (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 1990, enquête A. Viaut).

12 "Su ’n puiòu qu’i’a ’n pin, / Su ’quet pin qu’i’a ’n nit, / En ’quel nit qu’i’a dus ouùus, / N’òus balherî pas per cén pas de bùus : → lous ouelhs (Sur un tertre il y a un pin, / sur ce pin il y a un nid, / dans ce nid il y a deux œufs, / je ne les donnerai pas pour cent paires de bœufs : → les yeux) (Arnaudin, Félix. Proverbes de la Grande-Lande. Édition établie et présentée par Jacques Boisgontier. Belin-Beliet – Bordeaux : Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne – Éditions Confluences, 1996, p. 345. Voir aussi pp. 358-359.

13 Cf. Eliade, Mircea. Op. cit., p. 200 : "Le contact avec l’eau comporte toujours une régénération : d’une part parce que la dissolution est suivie d’une "nouvelle naissance", d’autre part parce que l’immersion fertilise et multiplie le potentiel de vie".

14 Cf. Viaut, Alain. Récits et contes populaires du Bordelais. Le Médoc. Paris : Gallimard, 1981, pp. 90-91 ; et, du même : Écrire pour parler : Los Tradinaires. Présentation d’une expérience d’écriture en occitan en Médoc. Bordeaux : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998, pp. 59-61 et 150-157.

15 Cf. Daugé, Césaire. Sounets de Ma / Sonnets de Mer. Mont-de-Marsan : [Imprimerie J. Pindat], 1920, p. 282.

16 Cf. Viaut, Alain. Récits et contes populaires du Bordelais... Op. cit., p. 81-83.

17 Viaut, Alain. Écrire pour parler... Op. cit., p. 142-145.

18 Noté auprès de M.A. Lambert (groupe des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 30-04-1985, enquête A. Viaut).

19 Bladèr, Joan-Francés. Contes de Gasconha. Prumèra causida (contes épies). S. 1. : Lo Libre Occitan, 1966, p. 10.

20 Ibidem, p. 17,19.

21 Viaut, Alain. Récits et contes populaires du Bordelais. Le Médoc. Paris : Gallimard, 1981, p. 117.
Voir aussi Arnaudin, Félix. Proverbes de la Grande-Lande. Édition établie et présentée par Jacques Boisgontier. Belin-Beliet – Bordeaux : Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne
 – Éditions Confluences, 1996, p. 417.

22 Cf. Bladèr, Joan-Francés. Op. cit., p. 17 : dans ce conte du Roi des corbeaux, un loup blanc veille le jour et dort la nuit tandis qu’un loup noir veille la nuit et dort le jour.

23 Ibidem, p. 44-56.

24 Dardy, Léopold. Antologia populara de Labrit / Anthologie populaire de l’Albret. Tome 2. Barbaste : Institut d’Estudis Occitans, Seccion Out-e-Garona, 1985, pp. 58-65.

25 Cf. le conte-type n° 510 A in : Aarne, A. et Thompson, S. The type of the folktale, a classification and bibliography. Helsinki : Suormalaien Tiedeakatemia, 1961, p. 175.

26 Arnaudin, Félix. Contes populaires de la Grande-Lande. Édition établie par Jacques Boisgontier et présentée par Guy Latry. Belin-Beliet – Bordeaux : Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne – Confluences, 1994, pp. 84-96.

27 Bladèr, Joan-Francés. Op. cit., pp. 70-86.

28 Ibidem, p. 82.

29 "... vouloir atteindre ce commencement du commencement (le "retourner amont" de Char) c’est courir un risque considérable, celui d’affronter le rien initial, antérieur à toute réalité ou à toute parole ; et pourtant à cette expérience le poète ne saurait se soustraire, il ne lui est pas possible de refuser ’les aliments non différés de la source"’, p. 232 in : Ravier, Xavier. "René Char et la provençalité". Littératures (Presses Universitaires du Mirail, Toulouse), n° 35, 1996, pp. 217-234.

30 In : Mounin, Georges. Avez-vous lu Char ?. In : La communication poétique précédé de Avez-vous lu Char ?. Paris Gallimard, 1969 [1947], p. 98. Voir, aussi, du même, p. 97 : "... il confronte les lois [surréalisme] qu’on lui propose avec ce qu’il sent qu’il faut faire. En d’autres termes, il ne va pas de la formule poétique au fait poétique (ceci est poétique parce que conforme à la définition de l’image surréaliste ; mais de la donnée poétique dont il possède en soi le sens irrécusable, à la formule (telle expression est bonne parce qu’elle exprime ce que je sens qu’il faut traduire)".

31 Bachelard, Gaston. La poétique de l’espace. Paris : Quadrige – PUF, 1983 [1957], pp. 168-190.

32 Cela s’inscrit dans un mouvement général de la poésie moderne, voir : Friedrich, Hugo.
Structures de la poésie moderne. Traduit de l’allemand par M.-Fr. Demet. Paris : Denoël / Gontier, 1976, p. 189-297.

33 Barreyre, Émilien. Las malineyres (Les filles de la mer). Op. cit., pp. 20-21.

34 Ibidem, pp. 32-33.

35 Dupin, Adrien. "L’ome blanc, poème”. Recueil de l’Académie des jeux floraux, 1938, p. 74.

36 Ibidem, p. 78.

37 Larrebat, Justin. Poésies gasconnes. Bayonne : [Imprimerie de P. Lespés], 1868, pp. 29-30.

38 Daugé, Césaire. Sounets de Ma = Sonnets de Mer. Mont-de-Marsan : [Imprimerie J. Pindat], 1920, 288 p.

39 Daugé, Césaire. "La grane peniténci". In : Sounets de Ma... Op. cit., pp. 17-18.

40 Daugé, Césaire. Op. cit., p. IX.

41 Ibidem, p. VII.

42 Ibidem, p. 266.

43 Ibidem, p. XII.

44 Ibidem, p. XIV.

45 Voir, au sujet de l’origine de la notion touristique de "Côte d’Argent" appliquée à ces rivages de l’Atlantique au début du XXe siècle : Bertho Lavenir, Catherine. La roue et le stylo : comment nous sommes devenus touristes. Paris : Odile Jacob, 1999, pp. 27-28.

46 Par exemple : Daugé, Césaire. "Au Boucau-Bielh / Au Vieux Boucau", et "A la caste / À la côte". In : Sounets de Ma. Op. cit., pp. 165-168.

47 Cf. Bachelard, Gaston. L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière. Paris : Librairie José Corti, 1942, p. 194.

48 Cf. Hugo, Victor. Les travailleurs de la mer. Préface d’Yves Gohin. Paris : Gallimard, 1980, p. 402.

49 Conord, Joseph. "La trementa" / La tempête". In : Trùntes de mon pèïs. Inédit (voir deserption du tapuscrit in : Viaut, Alain. Le texte occitan du Médoc : inventaire bibliographique. Bordeaux : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1977, pp. 107-108.

50 Conord, François. "So-cochan ses la grand’ mar" / Coucher de soleil sur l’océan". Inédit (voir description du manuscrit in : Viaut, Alain. Le texte occitan du Médoc... Op. cit., pp. 88,92.

51 Daugé, Césaire. Op. cit., pp. 17-18.

52 Daugé, Césaire. "Diu qu’a hèyt la ma / Dieu a fait la mer". In : Sounets de Ma... Op. cit., pp. 23- 24.

53 Cf. Sébillot, Paul. La mer. Paris : Imago, 1983 [première éd. : 1904-1906], pp. 23-24.

54 Ibidem, pp. 192-200.

55 Camelat, Miquèu. Beline. Pouèmi en tres cantes. Pau : Marrimpouey, 1962, p. 46. Traduction tirée de : Lafont, Andrée-Paule. Anthologie de la poésie occitane. Paris : Les Éditeurs français réunis, 1962, p. 87.

56 Berry, André. Les esprits de Garonne. Geste champêtre. Paris : René Julliard, 1941, 609 p. Voir également : Latry, Guy. "André Berry et les Esprits de Garonne". Garona, cahiers du CECAES (Université de Bordeaux 3), n° 14, 1997, pp. 63-84.

57 Bergey, abbé Daniel-Michel. Ché lous praoubes (Estúdos dé ché nous aouts) / Chez les pauvres (Études de chez nous) I Ma garbetto (Ma petite gerbe) : Récits et poésies en langue d’oc (contrée de Lesparre) avec traduction de l’auteur. Bordeaux : Éditions de La Revue Méridionale, 1923, pp. 62- 63.

58 Ibidem, pp. 80-81.

59 Ibidem, pp. 86-87.

60 Ibidem, pp. 96-97, in "Nòto de l’aouturt / Note de l’auteur", à la fin du poème "Lou que siguè.../ Celui qui suivait..."

61 Conord, Joseph. Trùntes de mon pèïs. Op. oit. (cf. supra note n° 46).

62 Conord, Joseph. "En sonjans ad era". Reclams de Biarn e Gascougne, n° 6-7-8, 1953, p. 81 ; Conord, Joseph. Trùntes de mon pèïs. Op. cit.

63 Conord, Joseph. "Pròche de la ma". Reclams de Biarn e Gascougne, n° 3-4, 1950, pp. 37-38 ; Conord, Joseph. Trùntes de mon pèïs. Op. cit.

64 Conord, Joseph. "Tous dus". Revue méridionale, VI, 1924, p. 512.

65 Viaut, Alain. "L’Escòla dau Medòc et l’influence félibréenne en Médoc". Garona, cahiers du CECAES (Université de Bordeaux 3), n° 11, 1994, pp. 57-76.

66 Conord, Joseph. Trùntes de mon pèïs. Op. cit. et : Viaut, Alain. Le texte occitan du Médoc... Op. cit., p.

67 Manciet, Bernard. Gesta. Poèmes. Agen : Cap e Cap, 1972, pp. 34-39.

68 Manciet, Bernard. Odas. S. 1. : Tribu, 1984, pp. 62-63.

69 Cf. Gardy, Philippe. "Bernat/Bernard : une écriture à l’épreuve du bohabrac". In : Bernard Manciet : Le feu est dans la langue. Actes du colloque de Bordeaux (20-21/11/1992) rassemblés et préfacés par Guy Latry. Bordeaux : CELO – William Blake & Co, 1992, pp. 101-110.

70 Manciet, Bernard. Sonets / Sonnets. Montpeyroux : Jorn, 1996, pp. 184-185.

71 Ibidem, pp. 222-223.

72 Ibidem, pp. 232-233.

73 Manciet, Bernard : L’enterrament a Sabres. Bordeaux : Mollat, 1997 [première éd. : 1989], pp. 298-299.

74 Ibidem, pp. 338-339.

75 Ibidem, pp. 354-355.

76 Par exemple : "... puèi la gota silenci / dau casse enta la mar / s’escor lòng de la man’ (... puis la goutte silence / du chêne vers la mer / glisse le long de la main), ou : "seguir lo mar-anant / dinc a la carn de nua /lama avança de luna... (suivre la marée descendante / jusqu’à la chair de nuage / vague s’élance de lune...). In : Mahon. Béziers : La Talvera, 1987, n.p.

77 Delpastre, Marcela. Saumes pagans. S.1. : Institut d’Estudis Occitans, 1974, pp. 89-90, 96-98, 101.

78 Tardiu, Joan-Pèire. La mar quand i es pas / Absence de la mer. Montpeyroux : Jorn, 1997, pp. 75-141.

79 Casanòva, Joan-Ives. Elegias vengudas de Negre e de Mar / Élégies venues du Noir et de la Mer. Montpeyroux : Jorn, 1995, 87 p.

80 Gardy, Felip. Dançars dau pofre. Beziers : La Talvera, 1985, n. p. ; et : Pèr tàntei fugidas egipacianas. Béziers : La Talvera, 1992,, n. p.

81 Pécout, Roland. Mastrabelè. Montpeyroux : Jorn, 1999, 80 p.

82 Cf. "Co que Tristan se disié sus la mar = Ce que Tristan se disait sur la mer". In : Pouèmo I.
Paris : José Corti, 1971, pp. 173-217 ; "Inferto a la rèino di mar = Offrande à la reine des mers". In : Pouèmo IV. Grans : L’auteur, 1983, pp. 7-65. Voir, également de Delavouët, le traitement du motif plus globalement maritime, in : Uno pichoto tapissarié de la mar = Une petite tapisserie de la mer. Illustré par Henri Pertus. Grans : L’auteur, 1951, 31 p.

83 Dans la troisième partie "Espaci(s)" (Montpeyroux : Jorn, 1998, pp. 135-195).

84 Cf. en particulier, le chapitre "Le poids des mots et la fin des systèmes" in : Gardy, Philippe.
Une écriture en archipel : cinquante ans de poésie occitane (1940-1990). Église-Neuve-d’Issac : Fédérop, 1992 ; et : Greco, Rosa Anna : "Chemins de la poésie occitane contemporaine : parcours et perspectives". In : Vingt ans de littérature d’expression occitane 1968-1988. Actes du colloque international de Castries (25-28/10/1989). Montpellier : Section Française de l’Association Internationale d’Études Occitanes, 1990, p. 58-62.

85 Une expression de cela in : Delavouët, Mas-Felipe. "Co que Tristan se disié sus la mar / Ce que Tristan se disait sur la mer". In : Pouèmo I. Op. cit., p. 186-187 : "Mar di milo camin, mar duberto en ventait, /quand la duerbe dóu nas, quand s’avasto e regisclo, /quegardara d’aquel espousc moun cor mourtau ? / Balin-balan, d’aqui-d’eila, turtant lis isclo, / men vau toujour bouscant lou friéu / vers l’unique camin di terro que voudriéu." (Mer aux mille chemins, mer ouverte en éventail, / quand je la fends de mon étrave, quand elle s’épand et jaillit, / que gardera de cette éclaboussure mon cœur mortel ? / De-ci, de-là, me balançant, heurtant les îles, / je vais toujours cherchant le passage / vers l’unique chemin des terres désirées).

© Presses universitaires du Midi, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search