Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Première partie. Statuts sociaux et itinéraires familiaux en algérie : des formes différenciées

Chapitre 5. Incidence du contexte démographique dans le processus individuel d'émigration

Texte intégral

1Il faut à présent aborder les éléments qui sont intervenus dans le contexte familial et qui ont pu inciter à l'immigration. Bien entendu, la situation économique et le contexte politique de l'Algérie l'explique en grande partie, d'autant plus que la France faisait alors appel à cette main-d'œuvre. Il ne s'agit donc pas de remettre en cause les facteurs déclenchants, comme la colonisation, les inégalités de développement économique, l'insuffisance ou l'absence d'industrialisation, la crise de l'agriculture traditionnelle, le fort taux d'expansion démographique... mais l'émigration peut-elle se réduire à un rapport déterministe à cause unique ? Peut-elle être une « simple » réponse à un ensemble de critères objectifs et généraux ? Pour le dire autrement, le phénomène migratoire peut-il résulter d'une équation entre divers paramètres qui excluent toute dimension singulière ? Pourtant, tous les hommes n'ont pas émigré. Tous n'ont pas non plus été rejoints par leur famille. Il semble alors nécessaire de rechercher les raisons de la migration, puis de l'installation de la famille, dans l'histoire individuelle et familiale de chacun. Ainsi, l'émigration ne résulterait pas seulement d'un contexte politico-économique défavorable, mais de la combinaison de nombreux facteurs qu'ils soient d'ordre familial, social, économique ou politique.

2Les caractéristiques démographiques sont l'une des dimensions qui dévoilent l'articulation entre des faits objectifs (être l'aîné de la fratrie par exemple) et leur incidence à un niveau individuel ; sachant qu'un même fait peut avoir des incidences différentes d'un individu à l'autre. Ainsi, la place au sein de la fratrie, la composition de la famille, le nombre d'enfants, en particulier celui des garçons, le décès d'un des parents ou leur éventuelle séparation, sont autant d'éléments qui peuvent influer sur le projet migratoire. De cette manière, des paramètres relevant de l'histoire familiale et/ou individuelle sont pris en considération vis-à-vis d'un phénomène trop souvent réduit à sa dimension collective. Ces variables démographiques contribuent en effet à l'éclairer et à introduire les caractéristiques individuelles qui apparaissent déterminantes pour comprendre la décision d'émigrer.

3Le travail de B. Vernier (1991), au sujet des distinctions entre les aînés et les cadets dans l'île grecque de Kharpathos, illustre comment les cadets contraints d'émigrer du fait des modalités d'héritage propres à cette société, accomplissent un parcours à l'étranger qui leur procure finalement plus de richesses et de reconnaissance qu'à leur frère aîné. Qu'en est-il dans la société algérienne ? Est-ce que les modalités de l'héritage sont l'une des raisons qui ont incité les pères à émigrer ?

L'héritage ou le système de l'indivision dans la société algérienne

4La possession de la terre repose en premier lieu sur le système de l'indivision : maisons et terres de culture appartiennent aux familles, lesquelles sont représentées par leurs chefs. Ainsi le règne de l'indivision permet à chaque membre (individu ou ménage) de détenir une quote-part de jouissance des biens mais non leur propriété. P. Bourdieu (1985, p. 13-14), qui définit ainsi le mode de possession de la terre dans la société algérienne durant la période considérée, souligne que l'impératif qui s'impose dès lors à la famille est de conserver et d'accroître le bien familial.

5Il ne peut donc y avoir d'héritage qui favorise un seul individu, puisque la terre ne peut être partagée et qu'elle appartient conjointement aux membres du groupe familial. Le droit d'aînesse ne serait donc pas opérant dans cette société. Pourtant ce sont bien les aînés qui ont en charge, le plus souvent, la gestion et la responsabilité de la terre, et à qui on doit respect et obéissance. Ainsi, malgré la colonisation qui a contribué à l'abolissement de l'indivision, le système en vigueur reposait sur le maintien de l'indivision, autant que faire se peut, quand les Algériens restaient propriétaires de leurs terres, sachant que l'aîné des hommes jouait un rôle prépondérant. En effet, s'il n'héritait pas des terres, il avait néanmoins une autorité indiscutée sur l'ensemble du patrimoine familial.

  • 1 Il demeure des distinctions entre les modes d'héritage kabyle et arabe. Dans le premier cas, les f (...)

6Ainsi, le mode d'héritage des biens en Algérie ne repose pas sur le droit d'aînesse. Mais l'homme aîné d'une fratrie a tout de même un rôle distinct, d'autant plus s'il est l'aîné de la communauté familiale. Il est celui qui assure l'indivision et qui règle le fonctionnement des pratiques familiales et agricoles. Toutefois, le partage de la terre est une pratique qui a aussi progressé au cours de ces années : la guerre et l'émigration massive sont autant d'éléments qui y ont contribué, notamment pour ce qui concerne l'héritage des femmes1.

Le statut d'aîné : des obligations

7Le résultat concernant le rang de naissance du père est sans équivoque : près de 51 % des pères sont les aînés de leur fratrie, composée en moyenne de cinq enfants. Si l'on cumule la première et la deuxième place, ils deviennent 68 %. Ce chiffre serait encore plus élevé si nous avions tenu compte du fait que les pères puissent être les aînés des garçons sans être toutefois parmi les aînés des enfants.

8Les résultats concernant la mère sont sensiblement différents puisqu'elles ne sont que 36 % à être l'aînée des enfants sur une moyenne également de 5 enfants par fratrie, et 58 % en cumulant la première et la deuxième place. La différence entre les deux lignées souligne nettement une sur-représentation des hommes aînés de fratrie (ou des garçons) parmi les pères immigrés. Ainsi, le fait d'être l'aîné des enfants, plus encore des garçons, pourrait constituer un facteur décisif dans la décision d'émigrer. Il reste à en déceler les raisons.

  • 2 L'analyse de G. Desplanques (1981) met par exemple en avant que les femmes aînées ont acquis un ba (...)

9Il faut pour cela s'interroger sur ce que signifie le fait d'être l'aîné. Plusieurs travaux ont porté sur l'éventuelle spécificité du statut d'aîné2. Peut-elle se résumer à une préférence, voire un privilège plus grand accordé à l'aîné ? L'idée selon laquelle l'aîné est « porteur » différemment de l'histoire familiale dans la mesure où il est le premier à recevoir, à percevoir ce qui définit la structure familiale, paraît plus crédible. L'aîné serait celui qui se sent, implicitement ou non, à tort ou à raison, investi d'une responsabilité familiale, portant des ambitions, mais aussi des déceptions parentales allant parfois jusqu'à seconder l'un ou les deux parents. Il est celui qui, le premier, porte et pérennisera le nom de la lignée paternelle et le premier sur lequel s'est focalisée toute l'attention parentale.

10Les pères des individus interrogés sont très majoritairement les aînés du sexe masculin. Selon les règles traditionnelles de l'héritage, tous les fils héritent dans les mêmes proportions des biens familiaux. En revanche, le fait d'être aîné confère un statut au regard de la famille, l'incitant à seconder son père, éventuellement à prendre en charge le destin de la famille. Ce rôle pourrait donc être accentué lorsque surviennent des événements familiaux, tels que le décès du père, la séparation des parents. Émigrer, quand on est aîné, c'est entreprendre une action pour l'ensemble de la famille : on part rechercher dans l'immigration ce qui va permettre de subvenir aux besoins de la famille.

11Par ailleurs, le droit d'aînesse paraissant s'exercer dans l'autorité conférée à l'aîné, il se peut aussi que quelques pères cadets aient émigré car ils ne disposaient pas de terres ou parce qu'ils refusaient l'indivision, l'autorité du système patriarcal. En effet, l'indivision comportait aussi un certain nombre de contraintes, certains ont alors pu chercher à s'en extraire (en tant qu'aîné ou non). L'indivision ne permettait pas notamment que s'expriment les individualités, chacun œuvrant pour le bien collectif. Partir pour la France, c'était au contraire exprimer ses choix individuels et/ou chercher à acquérir des « richesses » pour sa famille mais aussi pour soi.

Des événements familiaux initiateurs de la première rupture

12Divers événements familiaux ont pu inciter au départ et qui parfois se sont combinés avec le rang de naissance. Deux faits apparaissent décisifs : le décès du grand-père paternel et le veuvage ou la séparation, suivi ou non d'un remariage. Ces événements démographiques prennent encore plus d'ampleur lorsque le père est l'aîné. Le décès du grand-père paternel, alors que le père est encore enfant ou jeune homme, constituerait en effet une des raisons qui ont conduit ces fils aînés à émigrer afin de subvenir aux besoins de leur famille. Ainsi, aux raisons communément admises pour expliquer l'immigration (l'exode rural, l'absence de terres du fait de la colonisation, la pauvreté, la présence d'un parent ou d'un ami en France), s'ajoute le contexte familial.

13En effet, divers événements, décès, séparation des parents, remariage ou mésententes, sont à l'origine de situations familiales douloureuses qui, cumulées avec un contexte économique défavorable, provoquent la fuite du milieu familial et préparent le départ vers la France. Face à la douleur et à la dislocation des liens familiaux s'ajoute la nécessité, d'autant plus quand c'est le père qui disparaît (mort ou séparation), de contribuer aux ressources financières du reste de la famille. Le drame familial conduit alors le fils aîné à aller rechercher, ailleurs, les ressources nécessaires à la famille – la mère ne travaillant pas le plus souvent.

14Ainsi la modification du noyau familial fournirait une raison supplémentaire pour quitter la région, parfois le pays. Au contexte économique et politique déliquescent – qui incite à rechercher dans la migration une situation plus confortable – s'ajoute ce nouveau contexte familial. L'événement familial déclencheur, accentué quand le père est l'aîné des garçons, devient l'élément qui provoque la décision d'émigrer. Tout se passe alors comme si la perturbation familiale initie l'acte migratoire en provoquant une première rupture dans l'équilibre familial. Celle-ci permet qu'ait lieu ensuite, plus aisément, la rupture avec le groupe communautaire. Ainsi, si l'émigration s'inscrit dans une démarche collective, que traduit l'importance des départs en direction de la France depuis la Première Guerre mondiale, cette analyse permet d'élucider et d'inclure les causes individuelles qui préfigurent l'action collective.

15Les extraits d'entretien suivants révèlent clairement comment les interviewés tentent de mettre en avant les raisons objectives qui ont conduit au départ de leur père, « pour des raisons purement économiques », alors que les facteurs familiaux apparaissent également en filigrane. Finalement, ils s'avèrent avoir été probablement tout aussi déterminants (cf. § 6, Ire partie).

« Mon père est arrivé en 1948, il a toujours travaillé à un poste d’ouvrier, il est venu ici pour des raisons purement économiques, il n'y avait pas de travail dans le secteur où il habitait [...] son père s'est remarié après, donc mon père a toujours été un petit peu ballotté entre son père et sa mère [...] il est l'aîné, ensuite il a eu des frères et sœurs paternels et maternels, donc il a eu des demi-frères, des demi-sœurs [...] mon père a quand même vécu dans une certaine misère par rapport au fait qu’il était déchiré entre son père et sa mère, ensuite il a intégré un système religieux [...] ils [avec les autres jeunes] passaient d'un village à l'autre, ils récitaient le Coran et ils faisaient l'aumône, donc c'est vrai qu'a l'âge de 18/19 ans il a décidé de venir en France. »

« Mon père a eu d'énormes problèmes avec son père, ils ne se sont pas parlé pendant vingt ans, mon père s'est engueulé avec son père qui s'était remarié, sa mère étant décédée, mon père a donc quitté la région natale qui était du côté de Sétif pour aller travailler à Alger [...] quand les possibilités étaient offertes à des jeunes de partir, il a saisi l'occasion, il est parti seul, et il a fui son père. »

Notes

1 Il demeure des distinctions entre les modes d'héritage kabyle et arabe. Dans le premier cas, les femmes n'héritent pas (sauf des bijoux par exemple), tandis que dans le second cas, elles héritent de la moitié de ce dont héritent les hommes.

2 L'analyse de G. Desplanques (1981) met par exemple en avant que les femmes aînées ont acquis un bagage scolaire supérieur aux autres, en revanche, peu de travaux permettent de comprendre les raisons de cette spécificité. J.P. Laurens (1992) aborde également cet aspect dans un chapitre intitulé « Réussite scolaire et rang de naissance ».

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search