Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Première partie. Statuts sociaux et itinéraires familiaux en algérie : des formes différenciées

Chapitre 4. La scolarité des parents en Algérie

Texte intégral

1La question des positions socioprofessionnelles renvoie aussi à celle de la scolarité. En effet, le type d'emploi occupé par les parents, tant en Algérie qu'en France, peut être déterminé par le fait qu'ils aient été scolarisés ou non. L'aide apportée aux enfants durant leur scolarité peut également s'en trouver modifiée.

2Il faut à nouveau rappeler le contexte historique. Toutes les sociétés coloniales se sont caractérisées par la relative absence d'un système éducatif destiné aux enfants du pays colonisé. La colonisation française en Algérie n'a pas échappé à la règle avec toutefois quelques distinctions selon les périodes ou les régions considérées. En effet, un effort plus grand a été consenti à partir de 1880, en Kabylie notamment, suite à une intervention de Jules Ferry qui voulut promouvoir, au nom des idéaux républicains, la scolarisation des enfants indigènes, contre l'avis général des colonisateurs. A. Sayad souligne à quel point la scolarité des Algériens s'est trouvée confrontée à une résistance acharnée de la part du colonat qui s'opposait de la même manière à l'émigration des Algériens vers la France. L'auteur insiste également sur les liens existants entre l'émigration et la scolarisation (Sayad, 1994, p. 11) :

« La similitude est étonnante entre l'histoire de l'émigration et celle de la scolarisation, deux éléments contribuant à la même politique ambivalente, tant du point de vue économique (facteur d'amélioration et facteur d'appauvrissement) que politique (l'ambivalence de l'assimiliationniste). [...] Au même titre que le service militaire, l'école - les effets de celle-ci se conjuguant avec les effets de celui-ci, les deux étant une manière d'émigration sur place - ne pouvaient que prédisposer à l'émigration, en ce sens qu’elle constitue et introduit une forme de rupture avec l'environnement social. »

3La Kabylie, au sein de laquelle fut édictée « l'obligation scolaire » en 1885, fut aussi la région de laquelle provenait la grande majorité des premiers émigrants.

4Quant aux raisons pour lesquelles la Kabylie a été « privilégiée », il faut là encore réintroduire le rôle du « mythe kabyle », au service d'une politique différentielle d'assimilation. Aujourd'hui encore, il est fait référence aux origines kabyles pour expliquer une soi-disant plus grande réussite scolaire, une assimilation plus réussie à la société française. L'utilisation de ce mythe a dépassé le cadre pour lequel il a été construit, mais il continue de remplir les mêmes fonctions.

  • 1 Cf. M. Cornaton (1967).
  • 2 D'autres sources fournissent des résultats comparables. Le sociologue M. Khellil (1994), qui a plu (...)

5Dans l'ouvrage Les Regroupements de la décolonisation en Algérie1, les chiffres suivants sont cités concernant l'illettrisme : en 1954, 95 % des hommes et 98 % des femmes étaient illettrés. À cette date, parmi la population étudiée, les mères ont en moyenne 20 ans et les pères 28 ans (en 1995, au moment de l'enquête, les mères ont en moyenne 61 ans et les pères 69 ans). Ces parents font donc partie d'une population qui a été globalement très faiblement scolarisée2. Les chiffres plus récents produits par l'enquête de M. Tribalat (1996) soulignent une distinction entre les immigrés et les non immigrés : les premiers sont un peu plus scolarisés que la moyenne nationale du pays d'origine. Et ils le sont d'autant plus qu'ils ont une origine urbaine. Concernant la population algérienne arrivée après l'âge de 15 ans (p. 42), 41 % des hommes et 44 % des femmes n'ont jamais été scolarisés. Mais les chiffres varient du simple au double si l'on distingue l'origine urbaine et rurale : seuls 21 % des hommes urbains n'ont pas été scolarisés contre 51 % des hommes ruraux et 27 % des femmes urbaines contre 55 % des femmes rurales. Les chiffres fournis dans l'ouvrage précédent de M. Tribalat (1995, p. 138) indiquent un plus fort taux d'illettrisme car ils concernent les hommes et les femmes venus en France avant 1965 et âgés de plus de 15 ans : 75 % des femmes et 54 % des hommes n'ont pas été scolarisés. Ces résultats nous intéressent tout particulièrement puisque la grande majorité des familles a émigré avant l'année 1965.

Des parents scolarisés pour près de la moitié d'entre eux

6Les résultats obtenus au cours de l'enquête corroborent la remarque de M. Tribalat : parmi les immigré(e)s, la proportion de scolarisé(e)s est sur-représentée en comparaison du nombre de scolarisé(e)s dans le pays d'origine. Sur un total de cent questionnaires, 49 enquêtés déclarent avoir au moins l'un de ses parents qui a été scolarisé à l'école primaire. Ces réponses, nous en convenons aisément, sont quelque peu arbitraires, car les parents n'ont pu fréquenter l'école que pour une partie du cycle primaire. Ces chiffres reflètent donc probablement une tendance à la majoration.

7Concernant l'obtention du certificat de fin d'études, les résultats sont probablement plus fiables puisqu'un diplôme est venu sanctionner la fin du cursus scolaire. Plus d'un quart déclarent qu'au moins l'un des parents a obtenu le certificat de fin d'études. Si la proportion de parents ayant poursuivi leur scolarité jusqu'au certificat de fin d'études est faible, il faut noter que les mères, lorsqu'elles ont été scolarisées, l'ont été plus souvent jusqu'à ce diplôme. Le nombre de parents ayant poursuivi leur scolarité au-delà du certificat est bien entendu très réduit : cela ne concerne plus que 15 d'entre eux. Si ces chiffres reflètent la faiblesse du dispositif scolaire, ils sont aussi synonymes d'une grande disparité de situations. Ainsi, replacés dans le contexte de la colonisation, ils laissent entrevoir une sur-représentation des parents scolarisés parmi la population étudiée : plus du quart des enquêtés ont au moins un de leurs parents qui a obtenu au minimum le certificat d'études. Si l'on se réfère aux nombreuses études qui ont démontré le caractère décisif du niveau de diplôme des parents pour expliquer la réussite scolaire des enfants, la scolarisation des parents pourra se révéler être un facteur déterminant lors de la scolarité de leurs propres enfants (cf. § 2, IIIe partie).

Une scolarisation différenciée : les conséquences

8Il faut aussi signaler que si les pères ont plus souvent été scolarisés que les mères, ils l'ont été aussi plus souvent en langue arabe. Alors que quasiment toutes les mères ont été scolarisées en langue française, un quart des hommes l'a été en langue arabe. Cette distinction est révélatrice de la diversité des localisations tant au niveau des régions que du caractère urbain ou rural de la localité d'origine. Les mères, qui avaient une plus forte probabilité d'être scolarisées si elles résidaient en ville, l'ont alors été en langue française. Parmi les différents cas de figures qui expliquent la scolarité de la mère, deux paraissent avoir été les plus fréquents : soit la mère est issue d'une famille qui, par sa position, a pu assurer la scolarisation de sa fille, tant d'un point du vue financier que symbolique (ce cas de figure est donc significatif d'une position sociale élevée au sein de la société algérienne), soit la fille a pu être scolarisée par l'intermédiaire de la famille française qui emploie ses parents. Dans ce cas, l'installation de la famille en ville, plus ou moins récente, et les contacts établis avec le milieu français (même en y occupant une position subalterne) sont les conditions nécessaires à la scolarité des enfants, qui plus est des filles.

9Les différentes régions n'étant pas pourvues de manière équitable en écoles françaises, c'est avant tout en Kabylie que les parents ont été le plus souvent scolarisés en langue française. À l'inverse, les hommes qui ont été scolarisés en langue arabe sont le plus souvent originaires du Sud de l'Algérie. Ils ont alors fréquenté les écoles coraniques, parfois jusqu'à un niveau élevé. La moindre présence de l'administration française dans ces régions ou la volonté plus grande au sein de ces régions de s'en démarquer expliquent ces résultats. Ces écoles traditionnelles, préexistantes à l'administration française et non subventionnées, ont parfois été le foyer de mouvements politiques « anti-français ». On peut d'ailleurs considérer que l'école, de manière générale, à jouer un rôle dans la lutte pour l'indépendance en promouvant des valeurs telles que l'accès à l'égalité, à la connaissance, à une répartition équitable des pouvoirs... Le rôle de l'instruction a donc été déterminant dans la formation du processus identitaire de ces personnes, qu'elles soient scolarisées en langue française ou en langue arabe. Dans les deux cas, la possibilité qui a été donnée à ces enfants d'être scolarisés est également révélatrice de la position sociale de la famille dans la société algérienne.

10La scolarisation au-delà du primaire (qui concerne 5 mères et 12 pères) est soit le fait de parents qui ont obtenu un diplôme technique ou administratif (type cap), soit le fait d'hommes qui ont pu poursuivre leur scolarité dans des écoles coraniques. Les hommes concernés étaient généralement originaires de régions rurales du Sud algérien ou de Kabylie, tandis que les femmes étaient toutes d'origine urbaine. Quelques-unes ont d'ailleurs travaillé, grâce à leur qualification, avant d'immigrer. Concernant la génération des grands-pères, la grande majorité n'a pas de diplôme ou de qualification élevée. Mais le fait de parler, éventuellement d'écrire et de lire, le français, a pu jouer un rôle décisif. Voici ce que nous dit à ce sujet cette femme cadre.

« Ma grand-mère maternelle était très citadine, du côté maternel c'était des gens qui avaient du caractère, des indépendants qui ont toujours voulu avoir un statut mes grands-oncles ils avaient tous eu des situations, j’allais dire de cadres, l'aîné il était commandant dans l'armée française, début 1900, ça se faisait pas beaucoup dans l’armée française pour un Algérien [...] ils savaient tous lire et écrire le français, ils étaient tous dans l'administration française ou bijoutiers, commerçants. C'étaient quand même des gens lettrés que ma mère avait autour d'elle, ce n'était pas un milieu où on travaillait la terre, où on ne parlait pas aux femmes. »

11Au sujet des familles rurales, l'historien C.R. Ageron (1980, p. 69) précise que « les classes moyennes rurales plus enracinées que celles des villes semblent avoir préféré aux filières françaises les voies de la société traditionnelle musulmane et les filières arabophones ». Ainsi elles ont orienté leurs fils (le plus souvent) vers les emplois de la justice et du culte musulman. C'est ce que confirme la présence des grands-pères et des collatéraux qui furent enseignants, notables religieux et juristes dans les régions rurales. Ils étaient le plus souvent non francophones. La non-francisation de ces lignées explique très probablement leur moindre reconnaissance.

12C'est par exemple le cas dans une famille où tous les hommes de la ligné paternelle ont été enseignants dans l'école coranique de la localité d'origine. La mosquée porte d'ailleurs le nom de la famille. Ils faisaient partie des personnes lettrées de la région et, à ce titre, ils disposaient d'un grand prestige. Cette famille est originaire du Sud de l'Algérie. Aucun des membres de cette famille n'était par ailleurs francophone ou francisé. Ainsi, le savoir et la culture de cette famille n'ont jamais été reconnus à leur juste valeur dans la société française du fait de leur non-francisation. Une véritable souffrance et un sentiment de frustration jalonnent la trajectoire de cette famille. Alors qu'elle fait partie en Algérie des familles lettrées, reconnues et aisées, elle fut perçue comme un paria culturel par l'administration française en Algérie puis dans la société française, selon les termes de l'un de ses enfants, aujourd'hui médecin. Le père, ouvrier à son arrivée, n'a pu supporter cette situation et il a cherché peu d'années après son arrivée à s'extraire de cette condition : il y est parvenu en ouvrant un restaurant. Il n'en a pas moins continué à être perçu comme un « travailleur immigré » du fait qu'il ne parle pas le français et que tous les éléments de son histoire familiale ne trouvent pas d'équivalents dans la société d'immigration.

  • 3 Cf. Télérama, Hors-Série, Algérie, « La culture face à la terreur », mars, 1995.

13Un parallèle peut être établi avec les artistes algériens arabophones qui n'ont jamais eu l'audience des artistes francophones. D'une autre manière, on est renvoyé une nouvelle fois à l'opinion a priori favorable à l'encontre des Kabyles, plus souvent francophones3.

Notes

1 Cf. M. Cornaton (1967).

2 D'autres sources fournissent des résultats comparables. Le sociologue M. Khellil (1994), qui a plus particulièrement travaillé sur la population kabyle, indique que 90 % des hommes étaient analphabètes contre 98 % des femmes. C.R. Ageron (1990) cite, quant à lui, les chiffres suivants : de 1883 à 1913, seulement 7 605 certificats d'études primaires avaient été délivrés à des Algériens. La diffusion de l'instruction s'accéléra suite à la Deuxième Guerre mondiale : en 1944 on compte environ 12 000 diplômés à partir du brevet élémentaire. En outre, en 1961, selon les sondages de l'insee, 13 % des Algériens ont un diplôme équivalent ou supérieur au certificat d'études. Ces résultats chiffrés sont difficilement comparables puisque les sources retenues et la période considérée varient ; ils expliquent les écarts mais témoignent malgré tout de la faiblesse de la scolarisation des enfants indigènes en Algérie.

3 Cf. Télérama, Hors-Série, Algérie, « La culture face à la terreur », mars, 1995.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search