Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Première partie. Statuts sociaux et itinéraires familiaux en algérie : des formes différenciées

Chapitre 3. Les statuts de notabilité : un autre regard sur les positions sociales

Texte intégral

  • 1 Entendue au sens premier du terme, c'est-à-dire d'une personne en vue par sa situation ou son auto (...)
  • 2 Savant en théologie.

1Une autre manière de considérer les positions sociales occupées au sein de la société algérienne est de prêter attention aux statuts de notabilité1 qui sont plus ou moins élevés, plus ou moins manifestes, plus ou moins reconnus. Les statuts de notabilité sont de différents ordres : ils peuvent se caractériser par l'appartenance à une lignée maraboutique, la participation à l'assemblée de la Djemâa, le statut d'imam, de « fqik2 », le nom de famille qui renvoie à une lignée prestigieuse ou la profession qui procure richesse et/ou reconnaissance ; ce qui peut notamment être le cas des « grands » propriétaires terriens. L'ensemble des familles, qu'elles soient rurales ou urbaines, est donc concerné. Il faut en revanche noter que ces statuts de notabilité ne concernent généralement qu'une lignée. Ils sont aussi difficilement identifiables par manque de repères pour les qualifier : seule la maîtrise des codes propres au pays d'origine permet de les repérer. Il est d'ailleurs caractéristique de remarquer que les interviewés, d'autant plus sans doute que leur interlocutrice étant d'origine française ne dispose pas ou est supposée ne pas connaître ces codes, décrivent la situation de leur famille dans le pays d'origine à partir du système de références français. Il a été par conséquent très difficile d'obtenir les informations qui permettent de déduire ce statut de notabilité, il apparaît le plus souvent en filigrane.

Des images ambivalentes dans la mémoire

2Quelques individus ont assimilé les positions de notabilité de leurs ascendants à des fonctions traditionnelles, voire « primitives », ce qui tend à les déconsidérer et à leur nier toute valeur sociale. Est-ce pour mieux se démarquer que certains assimilent leurs aïeuls à de « bons sauvages » ? Ce cas de figure est manifeste lorsqu'on aborde par exemple la question de la possession des terres en Algérie, afin de déterminer si les ascendants étaient propriétaires de la terre qu'ils exploitaient. Plusieurs ont répondu qu'il n'existait pas d'organisation à cette époque, chacun s'appropriant une terre selon son bon vouloir : « Ils mettaient des poteaux et c'était leurs terres. » Or l'indivision qui constituait le mode principal d'organisation de la société agraire, repose sur des règles parfaitement définies.

  • 3 Saint de l'Islam ; par extension les familles qui appartiennent à la lignée de ce saint et qui dis (...)
  • 4 À plusieurs reprises, nous avons eu le sentiment d'être face à des individus dépossédés d'une part (...)

3Autre exemple, le terme de marabout3 que nous avons parfois employé a été dénigré par quelques interviewés. Un reproche accusateur laissait sous-entendre que nous utilisions ce terme pour ridiculiser, dépeindre une situation archaïque, relevant du folklore. Ces exemples montrent la méconnaissance, voire le déni qui pèse sur leur propre histoire familiale et l'histoire sociale de leur pays d'origine. Il n'est alors pas surprenant que les représentations les plus courantes véhiculent l'image de populations démunies, privées de tous capitaux financiers, symboliques et sociaux. Face au tableau dressé par ces interviewés, il paraît bien difficile de croire à l'existence de distinctions au sein de la société algérienne4.

4Pourtant, les positions socioprofessionnelles étaient loin d'être uniformes. L'instruction, le pouvoir religieux et/ou politique n'étaient pas répartis équitablement au sein de la population algérienne : le reconnaître, c'est admettre l'existence d'une marge qui tendrait à amoindrir l'opposition entre colons et colonisés. En effet, la perception immédiate qui nous vient à l'esprit quand on évoque l'Algérie colonisée, c'est la coexistence de deux mondes, d'un côté les colons, de l'autre les colonisés, interdisant toute interaction entre les deux. Or, les biographies familiales, les archives personnelles, les romans, les rencontres plus ou moins formelles au cours desquelles est évoqué le passé de l'Algérie témoignent amplement du contraire. Néanmoins, du côté algérien, il est toujours craint que la reconnaissance d'une porosité entre les deux mondes puisse être assimilée à un quelconque lien avec le colonisateur, une marque de trahison. Un travail considérable de réhabilitation de la mémoire, au même titre que celui que préconise B. Stora (1992b) au sujet de la guerre d'Algérie, paraît devoir être entrepris pour que les parties concernées puissent regarder en face leur passé et ainsi comprendre leur devenir. L'absence d'une mise à plat de l'histoire algérienne explique aussi en partie les déchirements politiques qui se sont déroulés durant les années quatre-vingt-dix et qui sont à l'origine de cette affreuse guerre qui, une fois de plus, ne dit pas son nom.

  • 5 Seules les phrases exprimées en français sont transcrites.

5Quelques personnes, en revanche, ont été en mesure de s'exprimer à ce sujet et de décrire avec précision les caractéristiques sociales propres à leur famille. Ces renseignements, souvent fragmentaires dans un premier temps, ont fourni d'importantes indications concernant le parcours familial. Cette situation s'est par exemple produite au cours d'un entretien avec une mère et sa fille. Cette dernière avait été rencontrée une première fois dans le cadre d'un questionnaire où elle avait surtout fourni des indications concernant la famille paternelle puisqu'elle disait ne posséder que peu d'informations au sujet de la lignée maternelle, en dehors du fait que ses membres étaient plus pauvres. C'est d'ailleurs ce qu'elle recommence à dire lorsque sa mère l'interrompt en arabe pour la contredire5 : la mère décrit alors ses origines familiales, la position des deux lignées dans la société algérienne, avec l'aide de sa fille qui traduit et qui semble découvrir simultanément des pans de l'histoire maternelle.

Fille : « Le père de ma mère avait un magasin, en ville déjà, c'est la ville là-bas
Mère : – Dans la famille de mon père, son père il est mort quand il [le père] est né, il [le grand-père paternel] était riche, très riche, il louait des maisons
Fille : – Son grand-père était riche, il louait des maisons, des hôtels, des biens immobiliers
Mère : – Donc le père à mon père il est mort quand mon père était dans le ventre de sa mère [...]
Fille : – Sa femme a traîné en justice la famille de son mari pour hériter des biens [...] mais elle n'a rien récupéré [...] et puis elle a vendu tout ce qu'elle avait, tout ce qui lui restait, il lui restait un magasin, il lui restait plein de choses, elle a tout dépensé pour pouvoir gagner le procès, mais elle a tout perdu [...] il [le père] a eu par la suite un commerce, il lui restait un peu d'argent quand même à sa grand-mère et elle a aidé son fils à ouvrir un magasin mais il n’arrivait pas à vendre, c'était avant que ma mère naisse, alors au bout d'un moment comme ça ne lui a pas réussi [son commerce], il n’a fait pas beaucoup d'argent, il a donc tout vendu et puis il est venu travailler en France [où il fut ouvrier]
– Et du côté de votre mère, le père de votre mère ?
Fille : – C'étaient des pauvres [...] ah ouais ? ! [explications en arabe et rectification] C’était des profs de Coran, les parents de sa mère, donc son père et tous ses frères, ses oncles à maman étaient professeurs de Coran, dans une école coranique, il y en a un qui est imam..., ses cousins germains étaient juges, c'est des oulémas, je crois qu'on appelle ça comme ça, et donc ils étaient tous instruits, ils disaient et écrivaient bien le français et l'arabe
Mère : – Ils vivaient bien
Fille : – C'était des familles aisées
Mère : – Propres
Fille : – Propres ? ! Maman ! ! À la différence des pauvres qui sont très sales ? !
Mère : – Ils [du côté maternel] avaient tout [...]
Fille : – La famille de mon papa était plus agricole, avec des animaux et tout ça, tandis que la famille de ma maman c'est plus des intellectuels, des professeurs [...] [s'adressant à sa mère] Pourquoi tu ne m'as jamais parlé de ça ?
Mère : – Parce que tu ne me l'as jamais demandé ![...]
– La famille maternelle est plus lettrée et la famille paternelle plus agricole, c'est ça ? Mais dans les deux cas ce sont des familles qui disposent d'une certaine aisance matérielle, reconnues ?
Fille : – Oui je pense, elles ont baissé un peu mais c'est relatif
Mère : – La famille de ma maman et de mon papa étaient bien installées mais la famille de mon mari c'est...
Fille : – C’est moyen, il faut dire que c'était plus rural, c'était une ferme. Ils vivaient bien mais modestement, mon grand-père paternel avait beaucoup de frères qui ont des enfants, ils sont tous dans le commerce, dans les fruits et légumes [commerces en lien avec les produits agricoles] et il y en a qui vendent des burnous, ils font du négoce de tapis... »

6La distinction entre la lignée maternelle, urbaine et lettrée, notamment dans le domaine de la religion musulmane, et la lignée paternelle, rurale, agricole, paraît forte : si les deux lignées paraissent avoir vécu assez aisément, elles n'en ont pas moins un statut fort différent. La mère insiste d'ailleurs sur cette distinction en utilisant les termes « aisée, en ville, propre » pour désigner sa famille, par opposition à celle de son mari. Le second intérêt de cet extrait est de rendre compte du phénomène de descente sociale lié au contexte colonial (modifications de la société agraire perceptibles au niveau de l'exploitation de la famille paternelle), ainsi qu'à un drame familial (décès de l'arrière-grand-père maternel et perte des biens). Si la situation coloniale rend compte à elle seule d'une grande partie des dislocations sociales, elle n'est pourtant pas seule à avoir agi et éventuellement à provoquer l'émigration. C'est la combinaison de ces événements macro et micro sociaux qui donnent toute leur dimension aux multiples décisions et situations qui interviennent dans la vie quotidienne. Retracer les trajectoires familiales permet de dévoiler ces multiples facettes. À partir de là, on est en mesure d'appréhender les positions et les éléments qui sont intervenus et à partir desquels s'élabore la perception de l'univers familial qui, à son tour, participe à l'élaboration des univers de références de chacun.

Un statut néanmoins transmis : un support à l'affirmation identitaire

7Malgré l'absence d'équivalence de ces statuts dans la société française, le fait de savoir que l'on est issu d'une famille respectée et reconnue participe à la construction identitaire et procure un sentiment de légitimité sociale. En effet, ces personnes disposent alors d'une image positive et valorisante de leur famille qui contribue à la formation de leur identité sociale et individuelle. Ces statuts de notabilité sont une forme de distinction, quand les interviewés ont su les percevoir.

8Les quelques éléments épars rassemblés par l'une de ces personnes lui ont permis de se forger une image de sa famille paternelle. Elle lie alors le désir d'ascension sociale de son père, tout en reconnaissant qu'il dispose de moyens limités pour y parvenir, à son origine sociale. Le statut de notabilité dont disposait le grand-père paternel, qu'elle confirme par un ensemble d'éléments, tend à procurer un univers de références, d'aspirations qui se définissent et se révèlent avant tout à travers les représentations qu'elle s'en fait. Le statut de notabilité est donc plus interprété et représenté que perçu à travers des éléments tangibles.

« Je pense que mon père était d'un milieu bourgeois [...] quand je regarde en fait avec du recul la moralité de certaines bourgeoisies je pense que mon père était quelqu'un de bourgeois, je pense que sa motivation pour s'en sortir par lui-même lui vient de la et puis il n'a pas voulu ça [le métier d'ouvrier] pour ses enfants. Mais malheureusement il ne pouvait pas non plus aller au-delà parce que financièrement il était bloqué [...]. [Au sujet de ce qu’elle croit savoir de son grand-père paternel] Une image de mon grand-père : c'est pour moi l'élevage de chevaux arabes, sous un olivier parce que souvent on me parlait des oliviers, il faisait des fantasias aussi et puis je sais qu'il s'était battu au sabre pour se marier avec ma grand-mère, avec un rival, c'est tout, c'est vraiment des bribes. »

9Fort éloigné du cas de figure décrit par M. Pinçon et M. Pinçon-Chariot (1997) au sujet des familles bourgeoises qui transmettent de multiples manières leur position, ce témoignage nous permet néanmoins de constater l'importance de la représentation que se font ces individus de la position occupée par leurs ascendants dans l'espace social quand celle-ci est valorisée. Pour ce qui nous préoccupe, c'est donc moins la réappropriation du statut des ascendants, qui n'aurait de plus qu'une faible valeur dans notre société, que le sentiment de reconnaissance sociale qu'il procure qui importe. Quand tous les discours tendent à décrire l'émigration algérienne comme la migration des plus démunis, reconnaître ces distinctions, valorisées et valorisantes, contribue à alimenter l'univers de références qui sert de support à l'affirmation identitaire. Les transmissions familiales, au-delà de leur rôle socialisateur, servent également à appréhender la réalité sociale et ainsi à se définir en référence aux catégories que chacun perçoit.

Les enfants à la (re)conquête d'un statut valorisé

10Quand la position socioprofessionnelle, le statut de notabilité étaient relativement bien définis et valorisés, l'immigration peut alors être synonyme de perte. Ainsi, plusieurs personnes ont fait part de ce que leurs familles ont perdu dans l'immigration : leurs biens, leur position professionnelle mais aussi les capitaux sociaux et symboliques qui généralement ne sont pas reconnus par la société française. Dans la très grande majorité des cas, ces familles n'ont pu reconquérir en France un statut de notabilité comparable à celui qu'elles ont perdu en émigrant. En effet, comment convertir le fait d'appartenir à l'une des « grandes familles » du village d'origine ? le fait de connaître la loi musulmane ? le fait d'être un sage respecté et lettré en langue arabe ? (cf. § 7, IVe partie).

« [L'exploitation de la lignée paternelle] ça donnait des grandes parcelles de terrain, ça a donné du bétail à gogo, quand il [le père] me faisait voir la où ils [les membres de la famille] stockaient l'huile dans des jarres qui étaient sous terre, il en avait dix, quinze, il y avait des familles qui n'en avait pas une seule... des arbres fruitiers, des grands jardins et ceci et cela, et donc on se découvre, on découvre et on se dit "c'est quand même extraordinaire !" Je veux dire que c’était un environnement assez particulier, tout ça c'est plus valable en partie, attention ! Maintenant les choses se sont, j'allais dire, désacralisées, on n'est plus dans le même contexte mais elle [la famille] reste quand même parmi les premiers propriétaires terriens [...]. Je ne sais pas si c’est la pauvreté [qui a conduit à la migration], j'ai du mal à le croire [...] et l’on s'aperçoit que finalement mon père il n'est pas né dans une famille classique, il est né dans une famille où ils n'ont jamais crevé de faim, c’est un peu difficile à dire mais c'était une famille où tout le monde travaillait, où il y avait beaucoup de terrains [énumère à nouveau les biens] c'est une famille où il y a une espèce, comment dirais-je, de noblesse de l’esprit, une famille de nobles, mais il faut relativiser par rapport au contexte local, mais c'est une famille de nobles, elle fait partie des familles dominantes, des “rois de la terre" [référence au romancier M. Feraoun]. »

  • 6 Cf. J. Berger et J. Mohr (1976, p. 34).

11Cependant, l'immigration a pu aussi constituer un moyen pour (re)acquérir une reconnaissance, un statut, qu'ils n'avaient plus ou que partiellement en Algérie. L'épanouissement personnel, la formulation de nouvelles aspirations ont alors pu constituer un objectif au nom duquel émigrer, afin d'atteindre « autre chose », ce que ne permettait pas le système colonial qui bafouait l'expression et les revendications des Algériens. La croyance en un avenir meilleur est en fait une idée sous-jacente à l'émigration. Les auteurs6 de l'ouvrage Le Septième Homme, qui rassemble des photographies de travailleurs immigrés en Europe, écrivent : « Le migrant désire vivre. Ce n'est pas la seule misère qui le force à émigrer. Par son effort individuel, il essaie de créer une dynamique absente du milieu où il est né. » Émigrer permet de s'inscrire dans un projet de vie plus attrayant et ambitieux. Ces pères ont donc émigré en espérant vivre mieux, ailleurs, plus tard (projet reporté sur les enfants), ou pour mieux vivre quand ils reviendraient. Dans les trois cas, les motivations sont inhérentes à un projet d'ascension sociale comparable à une véritable quête.

12Si ces aspirations ont guidé un grand nombre de parents, il n'en demeure pas moins que la grande majorité n'a pu les réaliser pour de multiples raisons ; la première étant liée à l'inadéquation entre les moyens et l'objectif visé. Les enfants représentent donc ceux qui vont s'approprier et poursuivre ce but. Les dispositions ou ressources familiales ont alors été un soutien lorsqu'elles ont pu être valorisées durant le parcours social de leurs enfants au sein de la société française. Si peu de ces capitaux sont convertibles d'une société à l'autre, leur existence paraît toutefois suffire pour susciter l'élaboration des aspirations et des univers de référence à partir desquels ces personnes appréhendent la société. Ainsi, les parcours sociaux des enfants ne sont pas le résultat d'une transposition directe de ces transmissions familiales, à la différence des familles fortement dotées et pour lesquelles la conversion des capitaux d'un espace/temps à l'autre est aisée. En revanche, leur présence constitue un support à partir duquel s'appuient et prennent forme les mobilités à venir. Les positions professionnelles, et plus généralement le cheminement au sein de la société française, se comprennent alors autant en référence à ces transmissions familiales qu'aux processus de socialisation auxquels ces personnes sont confrontées. Les premières constituent un « terreau » sur lequel se greffent les autres références acquises et expériences, par l'intermédiaire de l'école, du voisinage, des médias, des relations professionnelles, de l'engagement associatif, etc.

Notes

1 Entendue au sens premier du terme, c'est-à-dire d'une personne en vue par sa situation ou son autorité morale, intellectuelle. Cette définition est donc appropriée pour définir une situation qui peut être ponctuelle, définie dans un espace/temps particulier. Ainsi, un individu désigné par un statut de notabilité peut être reconnu au sein de sa communauté, mais ne pas l'être au-delà. C'est pourquoi nous avons privilégié le terme de notabilité à celui de notable qui a un sens plus fort, moins relatif.

2 Savant en théologie.

3 Saint de l'Islam ; par extension les familles qui appartiennent à la lignée de ce saint et qui disposent d'un pouvoir religieux.

4 À plusieurs reprises, nous avons eu le sentiment d'être face à des individus dépossédés d'une partie de leur histoire. L'immigration contribue certes à produire cette distance vis-à-vis du pays d'origine, mais cela tient aussi, et avant tout, au fait que ce fut une société colonisée, et à ce titre, profondément transformée et opprimée au niveau de ses structures et ses normes. Le colonat se faisait d'ailleurs un devoir de « disloquer le peuple arabe », selon l'expression en vigueur, au nom de l'assimilation. Mais les parents ont aussi contribué à cette méconnaissance en ne contant pas leur histoire, leur mémoire. Est-ce parce que cette forme de migration et son corollaire de représentations et d'assujettissement ont une emprise si forte que les immigrés « oublient » de les transmettre ? L'absence de repères, de situations comparables ou de statuts convertibles d'une société à l'autre n'a-t-elle pas renforcé ce « vide » de transmissions ?

5 Seules les phrases exprimées en français sont transcrites.

6 Cf. J. Berger et J. Mohr (1976, p. 34).

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search