Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Première partie. Statuts sociaux et itinéraires familiaux en algérie : des formes différenciées

Chapitre 2. Les statuts professionnels des ascendants

Texte intégral

1Étudier les trajectoires des enfants d'immigrés algériens conduit à s'interroger sur la mobilité sociale qui a eu lieu d'une génération à l'autre. Si les pères ont quasiment tous occupé un emploi d'ouvrier lors de l'arrivée en France (cf. § 2, IIe partie), il faut revenir en arrière et s'interroger sur l'éventuel emploi qu'ils ont occupé avant d'émigrer. En effet il ne faudrait pas figer le statut du père dans la profession occupée en France, qui plus est à son arrivée. Se limiter à l'emploi occupé dans le pays d'immigration, c'est considérer que l'immigré prend forme dans l'acte migratoire, ce qui serait insuffisant et lapidaire pour appréhender la réalité sociale.

  • 1 En effet, quels liens peuvent être établis entre la profession du grand-père, celle du père et cel (...)

2La profession exercée par les grands-parents, voire les arrière-grands-parents, constitue un indicateur qui permet de saisir le contexte socio-économique de la famille d'origine. La profession exercée par les grands-parents permet en outre de fournir quelques indications quant au type d'activité (agricole, commerçante, artisanale) et au statut (salarié, indépendant). En revanche, il faut être prudent du fait des imprécisions, des difficultés à définir et à comparer les professions exercées par les différents membres de la famille selon les périodes considérées1.

3Si les Algériens de l'époque coloniale appartenaient quasi exclusivement aux « colonisés dominés » face aux « colonisateurs dominants », il n'empêche que deux systèmes coexistaient à l'intérieur de cette société. En effet, elle était composée d'un double système de références sociales : celui des autochtones et celui des colonisateurs qui tendait à se surimposer à la société dans son entier et ainsi à faire disparaître les différenciations propres à la société algérienne. Mais si le système colonial était dominant, tendant à niveler la société algérienne, celle-ci comportait néanmoins, et malgré les efforts de destruction organisés par l'administration coloniale, des différenciations sociales.

  • 2 C.R. Ageron (1990, p. 18-19) écrit : « Le nouveau directeur des Affaires arabes, Daumas (1841-47), (...)

4En effet, si les « petits » des dominants restaient supérieurs aux « grands » des dominés, dans ce rapport de classes qui est la transposition de la situation coloniale entre les Français et les non-Français, être parmi les « petits » ou les « grands » des dominés n'était tout de même pas une situation identique. Il faut notamment prendre en considération l'organisation socioprofessionnelle propre à la société algérienne, antérieure à la colonisation, et les distinctions entre les mondes profane et religieux2. Les « grandes familles » traditionnelles urbaines ou les lignées maraboutiques, qui disposaient de connaissances et de reconnaissance au sein de la société algérienne, témoignent de manière exemplaire de la nécessité d'aller au-delà des classifications élaborées par le régime colonial. D'autres classifications sociales sont donc opératoires.

La difficulté à nommer une situation spécifique

5Le travail de C.R. Ageron (1980, p. 53) révèle par exemple la présence de classes moyennes à l'intérieur de la société algérienne coloniale. Cet historien écrit à ce sujet :

« Après tout, il fut un temps pas si lointain où l'existence de classes moyennes algériennes aurait été purement et simplement niée. On répétait que les Européens d'Algérie constituaient une bourgeoisie, la Bourgeoisie d'Algérie, et les Algériens un immense prolétariat à peine différencié. Pour les Européens, les "Arabes" formaient à la fois une race et une classe : une race prolétarienne en quelque sorte. [...] Mais je crois bien me souvenir aussi que les Algériens que j'ai connus de 1947 à 1957 avaient eux aussi tendance pour des raisons tactiques assez évidentes à se présenter comme tous prolétaires, tous égaux devant l'exploitation coloniale, à l'exception d'une poignée de féodaux ou de quelques grands bourgeois "béni oui-oui". »

6L'intérêt à accorder aux positions des grands-parents dans la société algérienne est apparu grâce à l'écart constaté entre le statut socioprofessionnel de quelques grands-pères, recueilli lors du travail de terrain, et les représentations qui sont véhiculées au sujet de la population algérienne. Il faut préciser que les enquêtés se sont le plus souvent efforcés de limiter la portée des distinctions qu'ils formulaient à l'égard de leurs grands-parents. En d'autres termes, ils ont cherché à minimiser leur situation sociale par le biais d'un dispositif lexicologique. C'est en particulier le cas pour les fonctions sociales ou les statuts professionnels qui n'ont pas d'équivalent dans la société française ou pour ceux qui leur paraissent dévalorisés ou dévalorisants au regard des classifications de la société française. Ces interlocuteurs ont généralement insisté sur le caractère humble de l'activité professionnelle de leurs grands-parents. L'extrait suivant est particulièrement significatif. Cet interlocuteur paraît accentuer le caractère rudimentaire de l'activité paternelle afin de démontrer le lien existant entre la précarité et l'émigration du père. Cet individu utilise un ensemble de superlatifs négatifs comme pour minimiser la situation du père et ainsi justifier la migration. Sans cela, il est vrai qu'il faudrait s'interroger sur la légitimité de l'émigration. Décrire sa famille comme « pauvre, prolétaire, soumise » participe de la nécessité de (se) convaincre des raisons qui ont conduit à l'émigration. Alors même que cet individu reconnaît ne pas s'être intéressé à cette question, sa famille est décrite comme étant nécessairement pauvre.

« C'est pour lui, comme pour tous les gens qui émigrent d'un pays... des difficultés de travail, il avait à l'époque... d’après ce que je sais, parce que je n’ai jamais regardé ça en détail hein, il a eu pendant un petit moment une espèce de petit commerce... familial et puis... bon ça n’a plus dû très bien marcher puisque c’était dans un village [...] je ne lui ai jamais demandé en détail de quoi il s'agissait, j'avoue que ce n'est pas des choses qui m'ont paru, en tout cas, il ne s'est jamais trop épanché sur son histoire. »

7Le père de cet homme était également l'aîné de ses frères et sœurs. Le grand-père paternel est décédé alors que le père était adolescent. Il a alors dû subvenir aux besoins de sa famille.

  • 3 Ce dont témoignent quelques ouvrages scientifiques mais aussi les romans qui nous apprennent incid (...)

8En utilisant systématiquement la minimisation ou la généralisation des propos, le statut social de la famille apparaît dans la norme, c'est-à-dire modeste. Les classifications et représentations sociales qui se sont construites dans le rapport colonial sont encore opérantes : elles sont réactualisées aujourd'hui dans le rapport pays développé, occidental par opposition à pays sous-développé, oriental... Autre exemple, les personnes dont les grands-pères étaient ouvriers agricoles répondent en insistant sur le fait que nous devions savoir qu'à cette époque l'Algérie était française, colonisée par les Français qui avaient exproprié les Algériens de tous leurs biens, faisant de ceux-ci des paysans misérables au service des colons. Ces descriptions s'accordent de plus avec les très nombreux écrits relatant cette période, bien que certains révèlent que la réalité ne saurait être aussi duale3. Et pour ceux dont les grands-parents connaissaient des situations confortables et valorisées, les interviewés insistent sur la situation très précaire de la population algérienne, comme pour tenter d'y inclure leur famille. Ils écartent alors d'un revers de main nos remarques au sujet du statut de leurs ascendants qui, loin de se fondre dans la masse des Algériens, paraît se différencier de la majorité. Ils tentent alors de justifier leurs propos par divers arguments : « C'était une exception ; leur position sociale n'était pas si importante ; il faut relativiser en tenant compte de la période... ».

9Bien sûr il ne faudrait pas négliger, encore moins minimiser, la situation qui était réservée au plus grand nombre : les droits bafoués, la pauvreté, la dépendance... on comprend alors aisément leur souci de le rappeler. On s'interroge en revanche sur la tendance à vouloir minimiser la situation de leur propre famille. S'explique-t-elle par la nécessité de trouver une justification à l'émigration ? Il apparaît en effet peu légitime d'avouer que, par certains aspects, la situation sociale de la famille était parfois plus avantageuse en Algérie qu'elle ne l'a été par la suite en France. Il est aussi significatif de constater qu'une partie des enquêtés ont utilisé les mêmes expressions pour qualifier la situation sociale de leur famille : « On crevait de faim », « mon grand-père marchait pieds nus ». Quelle est la fonction d'un argumentaire qui se répète d'une personne à l'autre ? Démontrer que leur famille avait un statut très précaire dans la société algérienne permettrait par exemple de légitimer la migration et de valoriser leur propre parcours social dans la société française, sachant qu'ils sont partis de rien.

10Quelques interlocuteurs témoignent néanmoins de l'importance de la position occupée par leurs grands-pères. Mais une partie de ces interlocuteurs, en particulier ceux dont le grand-père était commerçant, propriétaire terrien ou « rentier », ont eu tendance à avoir des « trous de mémoire », employant des euphémismes ou mentionnant, comme un aveu, que leur aïeul avait une situation confortable. C'est le cas par exemple de cette personne qui a apporté la réponse suivante (oralement) à la question posée au sujet de la profession du grand-père paternel :

« Mon grand-père ?... Agriculteur, il était propriétaire du village, la grande majorité des terres lui appartenait, mais pour la profession on va dire paysan. »

11Aurait-il fallu inscrire dans le questionnaire, dans la rubrique profession du grand-père paternel « paysan », comme le formule l'interviewé ? Quel est le sens de cette réponse ? Il est vrai que son grand-père travaillait la terre, en ce sens le terme de paysan est approprié, mais en même temps, il est largement insuffisant pour rendre compte du statut familial. Posséder une grande partie des terres du village confère nécessairement une place au sein de celui-ci. On est là confronté à la difficulté de qualifier les positions sociales méconnues dans la société française et/ou divergentes de celles communément admises. Elles ne correspondent pas en effet aux représentations du paysan algérien qui est avant tout représenté comme pauvre, dépossédé de ses terres, soumis au colon. Que dire en effet de son grand-père lorsque celui-ci n'occupe pas une place conforme aux représentations collectives ? C'est pourquoi, le plus souvent, ce n'est qu'après quelques instants, une fois passé le « trouble », comme s'il n'était pas acquis que cette situation puisse être jugée d'emblée légitime, que la parole pouvait prendre place.

12Ces quelques mises en garde concernant le recueil des informations étant faites, les situations socioprofessionnelles des grands-parents vont pouvoir à présent être décrites.

Des grands-pères paternels essentiellement agriculteurs et indépendants

13Les résultats suivants ont été produits à partir du traitement des questionnaires. Les grands-pères paternels sont 42 à être exploitants agricoles, par conséquent propriétaires de leurs terres (c'est-à-dire plus d'un sur deux parmi ceux pour lesquels on a obtenu une réponse au sujet de leur profession (soit 24 nr). Ce chiffre est élevé au vu du contexte historique. Les grands-parents paternels sont de surcroît 12 à être déclarés artisans ou commerçants. En revanche ils ne sont que 9 à être ouvriers agricoles. Les autres sont militaires ou policiers (4), rentiers (4), enseignants (2), maquignons (2) ou encore ouvrier non agricole (1) (cf. infra tableau 3).

14Ces données sont bien entendu à relativiser du fait du faible effectif à partir duquel elles ont été produites. De plus, elles ne sont en aucun cas représentatives de la population algérienne au cours de la période retenue. En revanche, ces résultats soulignent d'une part la diversité des positions professionnelles occupées par les grands-pères des interviewés puisque dans cette population sont présents des agriculteurs, des commerçants, des artisans ainsi que des salariés (militaires, employés et enseignants), même si ces derniers sont très minoritaires. D'autre part, la répartition de ces professions révèle la sur-représentation des indépendants : plus des trois-quarts d'entre eux sont concernés (si on additionne les agriculteurs exploitants, les commerçants et artisans, les rentiers et les maquignons).

15Ces résultats révèlent donc les fortes inégalités au sein de la société algérienne et la diversité des statuts sociaux parmi les ascendants. Il n'empêche que la profession citée ne demeure qu'une indication : la profession mentionnée a pu être occupée à un moment donné, l'enquêté retenant celle qui lui paraît la plus significative. Il se peut aussi que la situation socioprofessionnelle de la famille se soit dégradée, ce qui aurait conduit à l'émigration, mais que les enquêtés retiennent celle qui leur paraît la plus honorable pour qualifier leurs ascendants.

16C'est le cas d'une des personnes qui précise, au cours du questionnaire, que son grand-père paternel était un rentier qui a perdu tous ses biens. Durant l'entretien, qui a eu lieu quelques semaines plus tard, la situation de la famille paternelle apparaît très modeste. Après lui avoir rappelé qu'elle nous avait raconté précédemment qu'avant que sa famille s'appauvrisse, celle-ci disposait d'un grand nombre de biens, elle se reprend et fournit de plus amples informations. Sans ce rappel, aurait-elle poursuivi tout l'entretien en occultant ce fait parce que justement la situation de la famille apparaît ainsi plus conforme à l'image de la famille immigrée ? Dans le même entretien, on passe ainsi d'une « famille très pauvre » à un « grand-père, à un moment de sa vie, très riche ». Les effets de minimisation évoqués antérieurement et le rôle des événements familiaux qui interviennent dans le processus migratoire (cf. § 5, Ire partie) apparaissent ici très clairement.

Une situation atypique : les propriétaires fonciers

  • 4 Durant la période coloniale, ce terme désigne les fonctionnaires musulmans cumulant les fonctions (...)

17Le terme « rentier » a été retenu dans la classification (ainsi que celui de maquignon ou de « caïd4 » ; cf. infra tableau 3) car il a été mentionné ainsi par les personnes interviewées. Quatre d'entre elles ont déclaré que leur grand-père paternel était « rentier ». Cette réponse paraît paradoxale : certes, il s'agit d'un effectif très faible, mais l'usage de cette expression pour qualifier le statut de leur grand-parent paraît en totale contradiction avec la période considérée. L'emploi de ce terme signifie en effet que les grands-parents possédaient suffisamment de biens pour vivre de leur capital sans avoir besoin de travailler. Autre conséquence : tous les biens (fonciers, immobiliers, financiers...) n'étaient pas entre les seules mains des colonisateurs. Si cette situation ne concerne qu'une très faible minorité, on en convient bien aisément, il ne faudrait pas l'oublier, même si, aujourd'hui encore, le poids de l'histoire coloniale rend difficile son évocation.

18L'expression « grand propriétaire terrien » a également été employée pour désigner le statut de quelques grands-pères : ce qui implique une superficie de plusieurs dizaines d'hectares, la présence d'employés qui travaillaient la terre, la production de céréales, de légumes et de fruits. Cela représente une quinzaine de grands-pères paternels qui ont été classés parmi les agriculteurs. Parmi ceux qui possédaient leurs terres, la moitié avait aussi en parallèle une activité marchande (bétail, céréales, produits maraîchers ou plantations d'oliviers, etc.). Ils possédaient donc suffisamment de terres, et des terres productives, pour pouvoir vendre une partie de leurs récoltes. Cela concerne aussi quelques familles maternelles, comme pour cette femme qui est à la tête aujourd'hui d'un cabinet d'études.

  • 5 Conseil délibératif au niveau de la commune, du village.

« C'est une famille [du côté maternel] qui en plus des terres avait un rôle politique dans le village [au sein de la Djemâa5] [...] nos métayers travaillaient pour nos grands-parents, les fermiers aussi, une bonne partie du village de mes parents, les maisons appartenaient à mon grand-père [...] je finis par connaître par cœur parce qu'à chaque fois qu'on fait l’aller-retour entre la villa de mes parents qui est à Tizi-Ouzou et notre maison de famille qui est au village, et sur dix-huit kilomètres j’ai droit à "ça c'est à toi ça c'est à nous ça c'est à toi, etc. ". »

19Les analyses de l'historien C.R. Ageron (1980, p. 65) nous informent sur la manière dont s'est déroulé l'accroissement de la propriété algérienne durant la colonisation.

« L'administration française s'est fait gloire d'avoir créé cette couche de propriétaires aisés qui devait tout, selon elle, à la présence française, à la constitution de la propriété individuelle, francisée grâce aux lois de 1873-1887 et à la loi de 1897. La liquidation de la notion de terre collective progressivement imposée par l'administration de 1830 à 1834 [...] devait naturellement permettre aux colons, mais aussi à des propriétaires algériens, de se constituer grands et moyens domaines aux dépens des collectivités ou des paysans parcellaires. »

20Il n'en demeure pas moins que globalement, quoique dans des proportions différentes selon les périodes, les terres étaient appropriées par de grands propriétaires européens. Les emplois salariés de l'administration, de l'industrie ou du commerce étaient également très majoritairement occupés par des Européens, alors que les Musulmans représentaient 95 % des manœuvres contre 7,2 % des cadres supérieurs (Ageron, 1990, p. 82).

21Cela ne concerne donc qu'une minorité, mais les descriptions fournies au cours des entretiens révèlent que la superficie des terres détenues par quelques familles pouvaient être classées parmi les moyennes, voire les grandes propriétés terriennes. Le chiffre de 70 hectares a même été cité, un autre encore a précisé qu'il fallait trois jours pour faire le tour de la propriété familiale, ou que le grand-père maternel était un des hommes les plus riches de la région. Quelle que soit la valeur à accorder à ces propos, ils soulignent avec force la diversité des situations dans les régions rurales et le fait que certains individus appartenaient à des familles qui disposaient d'un grand nombre de capitaux (financiers, matériels et symboliques). C'est pourquoi, parmi les individus rencontrés, nombreux sont ceux qui paraissent issus de familles appartenant à la « classe moyenne rurale » (Ageron, 1980).

22Pour autant, notre propos n'a nullement pour objet de minimiser ce que furent les conditions de vie du plus grand nombre durant la colonisation. Il est bien évident que proportionnellement les Européens disposaient de la grande majorité des terres, qui plus est, celles de meilleure qualité. Il existait donc de nombreuses distinctions entre la superficie moyenne détenue, la qualité du sol et la répartition selon les régions, toujours au détriment des Algériens. Il n'est en effet pas identique de posséder la même quantité de terres selon qu'elle est située dans une région montagneuse ou dans les plaines de l'Ouest algérien. Il n'est pas de notre ressort de comptabiliser les biens possédés par ces familles durant la colonisation, encore moins de procéder à une comptabilité comparative avec les biens des colons. L'inégalité et l'injustice de ces situations à l'égard des Algériens sont depuis bien longtemps connues et se doivent d'être rappelées. Mais cette situation, pour autant qu'elle imposait une distinction entre les colons et les colonisés qui occupaient le plus souvent un statut subalterne, ne doit pas nous empêcher d'interroger précisément la position sociale des familles étudiées, afin de ne pas en déduire a priori une homogénéité qui ne serait que superficielle.

Émigrer pour consolider le statut d'agriculteur

23Dans ce contexte, qu'est-ce qui permet d'expliquer l'immigration des hommes lorsque la majorité d'entre eux étaient propriétaires de leurs terres ? Ces fils de propriétaires auraient-ils émigré pour se maintenir sur leurs terres, voire accroître leurs biens ? Cette conception va à l'encontre de ce qui est couramment admis et qui peut se résumer dans la formule suivante : l'émigration permettait de « nourrir la terre qui ne les nourrissait plus ». Or, deux tendances semblent coexister : la recherche de revenus monétaires en terre d'immigration permet de continuer à travailler la terre, voire d'accroître le domaine agricole. Émigrer répondrait alors à une stratégie familiale même si, dans un premier temps, les interviewés ont tenté d'occulter ce fait au nom de la représentation communément admise de l'immigration. L'argent gagné en tant que salarié en France fournissait les revenus nécessaires au maintien, voire à l'extension du domaine agricole. Deuxièmement, les emplois occupés en France, dans le secteur industriel, aussi mal payés qu'ils fussent, procuraient des ressources financières devenues nécessaires dans une société en proie à la monétarisation de son économie ; condition d'autant plus indispensable quand ces personnes étaient privées d'emploi en Algérie. Dans les deux cas, émigrer procure des revenus monétaires relativement importants, en comparaison de ce qu'il est possible d'obtenir en Algérie.

« La première fois pour mon père, quand il est venu c'était... enfin comme tout le monde qui venait, c’était surtout par rapport au travail, parce que son père... [le grand-père paternel] avait envisagé d'acheter pas mal de terres et il avait demandé à certains de ses enfants d'aller en France, donc le but c'était de travailler pour avoir ce capital là [...] C'était plus pour accroître une situation que pour... parce que sinon ils vivaient bien... c'est-à-dire que c'était des paysans qui avaient de quoi largement se nourrir, ils avaient des bêtes [...] et puis surtout c’était parce qu’en fait mon grand-père paternel c'était celui qui avait le plus de garçons [de fils] et donc au départ ils [les grands-pères paternel et maternel qui sont frères] avaient la même quantité de terres, mais celui [le grand-père paternel] qui avait le plus de fils, il lui restait proportionnellement peu de terres [du fait du partage entre les fils] en fait il avait peur que ses enfants se sentent obligés d'émigrer, parce que ça ne suffisait pas, donc en fait il voulait accroître la terre pour permettre à ses fils, comme il en avait beaucoup, de pouvoir vivre de ça, c'est pour leur permettre d'avoir quand même assez de terre, c’était plus par rapport à ça en fait que mon père a émigré la première fois. »

24Ainsi, et c'est ce qui paraît paradoxal, le père de cette interviewée émigre pour que la situation d'émigré ne s'impose pas à lui, c'est-à-dire devenir un travailleur immigré qui a dû quitter sa terre qui ne le nourrissait plus.

Des grands-pères maternels moins souvent agriculteurs

  • 6 Le nombre élevé de non-réponses, par absence de réponse, et non pas par refus de répondre, est à s (...)

25La répartition par emploi des grands-pères maternels est sensiblement différente de celle des grands-pères paternels (cf. infra tableau 3) : ils ne sont que 29 à être exploitants agricoles, contre 42 pour les grands-pères paternels (34 nr6). La lignée maternelle, moins fréquemment agricultrice que la lignée paternelle, est aussi moins souvent propriétaire de ses terres. En revanche elle a plus souvent, proportionnellement, une activité commerçante liée à sa production agricole (les deux tiers contre la moitié des grands-pères paternels). Ils sont par conséquent plus présents parmi les gros propriétaires, c'est-à-dire ceux qui produisent sur une grande superficie le blé, les palmiers, les oliveraies, etc. Les grands-parents maternels habitent aussi plus souvent dans ou près des centres urbains, ou des petites communes à partir desquelles ils ont la possibilité d'écouler leur production agricole. Ainsi, l'acte migratoire initial a pu être le fait des grands-pères qui se sont déplacés de la campagne à la ville en vue de conforter ou d'accroître leur activité professionnelle. Ce déplacement constitue une première étape vers la migration internationale.

26En revanche, les grands-parents maternels sont 7 à avoir été ouvriers non agricoles (contre 1 seul parmi les grands-pères paternels) et 3 à avoir occupé un poste d'employé que ce soit dans un restaurant, dans l'administration ou auprès de particuliers (contre 0 dans la lignée paternelle). Ils sont présents à peu près dans les mêmes proportions que la lignée paternelle en ce qui concerne les commerçants et artisans (10 et 12 respectivement), les militaires et policiers (3 et 4), les maquignons (1 et 2) et les ouvriers agricoles (9 dans les deux lignées). Quatre autres ont également été imam, marabout ou qaïd (alors qu'ils sont absents de la lignée paternelle). Au sujet de ces trois statuts, il faut noter que ces fonctions sont l'objet, quoique de manière distincte, d'une forte reconnaissance au sein du groupe de pairs. Là encore, ces résultats dévoilent la diversité des statuts professionnels et la place des indépendants, même si ces derniers sont moins nombreux que dans la lignée paternelle. Il faut de plus noter la présence des employés et des militaires et policiers, emplois qui témoignent d'une relative qualification et de contacts fréquents avec la population française. Ces emplois, ainsi que ceux d'ouvriers non agricoles, paraissent également aller de pair avec le caractère urbain de la localisation des familles maternelles. Les distinctions sont importantes et soulignent la spécificité professionnelle des grands-pères maternels : ils ont plus souvent une activité en lien avec des responsabilités sociales ou religieuses, et avec le commerce, notamment dans le domaine agricole.

Tableau 3. Répartition des grands-pères paternels (gpp) et maternels (gpm) selon la profession exercée

Professions

Professions des gpp

Professions des gpm

Agriculteurs

42

29

Ouvriers agricoles

9

9

Ouvriers non agricoles

1

7

Employés

0

3

Commerçants, artisans

12

10

Maquignons

2

1

Militaires, policiers

4

3

Enseignants

2

0

Imams

0

2

Marabouts

0

1

Qaïds

0

1

Rentiers

4

0

Non réponses

24

34

total

100

100

27Finalement, c'est la grande majorité des grands-pères qui occupent une position d'indépendants, que ce soit dans l'agriculture ou dans le commerce. Ils sont près des deux tiers des grands-pères maternels, contre trois-quarts de grands-pères paternels, à avoir une activité indépendante. Il faudrait à cela ajouter les professions à fort capital social et symbolique, comme les imams et les marabouts.

28Il ne faudrait pas non plus négliger le travail des femmes, les grands-mères, qui ont contribué à l'activité du mari, le plus souvent pour les travaux agricoles. Il faut aussi ajouter que six d'entre elles avaient leur propre activité, généralement dans le commerce, suite à la séparation ou au décès de leur conjoint. D'autres encore ont été employées de maison dans des familles européennes. Ceci a son importance puisque cette situation, si subalterne fût-elle, a favorisé la proximité et l'antériorité des relations entretenues avec des personnes françaises, et par conséquent la langue et les valeurs culturelles. Ce fut également le cas de quelques mères, salariées dans le secteur privé ou public avant leur mariage et/ou l'émigration en France.

29La minimisation, l'occultation ou la dénégation ont été des procédés linguistiques fort répandus au cours de cette étape de l'enquête, qui contribuent à rendre difficile une description rigoureuse de la position professionnelle des grands-parents. Un nouvel exemple en témoigne. L'interviewé décrit, au départ, son père comme berger. Nous pensions qu'il ne devait posséder que quelques chèvres. L'entretien s'est alors axé sur la lignée maternelle qui, elle, était citadine, la mère avait été scolarisée... Ce n'est que plus tard, alors que nous faisions remarquer qu'il devait exister un écart entre la situation sociale de la famille maternelle et celle de la famille paternelle, que l'interviewé fournit des explications qui révèlent un écart de richesses et de notabilité au profit du père.

« Mon père, au lieu d'aller à l'école, il faisait le berger. [Plus loin] C'est beaucoup plus tard que je me suis rendu compte. Quand mon père disait "j’étais berger", pour moi il avait quatre-cinq chèvres, et puis quand j'ai eu vingt ans, il me dit "mais j'avais 750 chèvres" ! Et il me dit : "Voilà, tu sais les seules familles ici qui avaient des chevaux, des mules, des ânes et des vaches, c'était nous !" [...] Il [le grand-père paternel] était également le seul du village à savoir lire le journal français. »

30Ce discours est significatif d'une volonté d'uniformiser la société algérienne, en vue de rendre homogène le groupe des émigrés ; attitude que l'on a constatée chez un grand nombre d'interviewés. L'émigration apparaît dès lors étroitement liée aux conditions économiques : « Nos parents ont émigré parce qu'ils étaient pauvres, ils n'avaient pas de travail. » Si cette représentation est fondée en grande partie, l'image de l'immigration algérienne en France renvoie aussi à la relation tripartite entre la société d'origine, ancien pays colonisé, la société d'accueil, ancien pays colonisateur et les immigrés, anciens colonisés. Chacune des parties ayant intérêt à entretenir ces relations afin de permettre à chacun de rester à sa place, ce qu'il considère être sa place ou ce qu'on lui désigne comme étant sa place (société d'origine dominée, immigrés à dominer, société d'accueil dominante). Tout comme chacune de ces parties a eu intérêt à présenter l'immigration comme temporaire afin de composer avec les contradictions propres à la position qu'elle occupe (Sayad, 1979).

Des pères sur la terre de leurs pères

31Concernant la profession des pères avant l'émigration, une personne sur deux seulement a donné une réponse : un peu plus de la moitié des pères (soit un quart de la population totale) étaient des agriculteurs qui travaillaient le plus souvent sur les terres des grands-pères. Les autres pères ont occupé diverses professions, telles que commerçants ou artisans, employés, enseignants ou cadres qualifiés de l'administration française ; c'est le cas de deux pères, secrétaire général de mairie et inspecteur de police, auxquels nous ferons allusion au sujet de l'émigration politique.

  • 7 Le travail d'enquête mené en France aurait nécessité d'être poursuivi en Algérie afin de le croise (...)

32Lorsqu'on interroge les enquêtés pour savoir si, selon eux, leur père était à la recherche d'un emploi avant d'émigrer, plus de la moitié répondent par la négative. La raison économique n'est donc peut-être pas suffisante pour expliquer l'émigration (cf. § 6, Ire partie). Il faut tout de même préciser que si cette réponse sous-entend que près d'un père sur deux occupait un emploi en Algérie avant d'émigrer, celui-ci pouvait être temporaire et précaire. L'émigration peut alors s'expliquer de plusieurs manières : le père voulait rompre avec une situation précaire ou insatisfaisante, le chômage Ta contraint à émigrer ou il désirait améliorer sa situation grâce à l'emploi salarié en France. Ces éléments sont à manier avec prudence du fait du faible effectif et plus encore de l'effet de mémoire. En effet, les réponses peuvent être fort différentes selon l'époque considérée : le contexte de référence peut biaiser les réponses7. Il reste à noter que ces pères appartiennent au « deuxième âge » de l'émigration, comme l'a défini A. Sayad (1977) : ils sont engagés dans un processus d'individualisation. Du côté maternel, la mobilité a pu être engagée au niveau des grands-parents (notamment lors du déplacement en ville), du côté paternel, elle a lieu à travers l'acte de quitter la terre, et plus encore le fonctionnement ancestral attaché à cette organisation (cf. § 5 et 7, Ire partie). En effet, s'extraire du travail de la terre, c'est par la même occasion s'extraire du poids de la lignée familiale, des obligations liées aux traditions villageoises.

33La diversité des situations socioprofessionnelles des ascendants en Algérie permet de tirer quelques constats qui mettent à mal les représentations de l'immigré, présenté comme l'archétype du paysan rustre, analphabète, pauvre... Les réponses recueillies au cours de notre enquête contribuent en effet à produire une image plus contrastée : la relative aisance sociale de certains, les fortes différenciations d'une famille à l'autre, en termes de revenus, de notabilité, de positions professionnelles, de diplômes donnent à voir une immigration aux multiples facettes. Ainsi, les immigrés se distinguent les uns des autres par cet ensemble de caractéristiques et de parcours qui sont propres à la société d'émigration, et qui auront toute leur importance pour appréhender les parcours professionnels de leurs descendants dans la société d'immigration. En effet, ces deux temps de la migration sont reliés l'un à l'autre car les parcours sociaux se construisent dans cette interaction. Dans cette perspective, les parcours sociaux réalisés en France par les enfants, loin de constituer une rupture avec les parcours des parents, constituent un prolongement de l'histoire migratoire. Reconstituer les itinéraires familiaux permet de considérer les articulations, les hésitations, les mobilisations, les décisions... qui ont concouru à la construction des trajectoires professionnelles des enfants de familles immigrées algériennes en France.

Notes

1 En effet, quels liens peuvent être établis entre la profession du grand-père, celle du père et celle de l'enquêté ? Que représente le fait d'avoir plusieurs dizaines d'hectares de terres agricoles ou d'être commerçant dans l'Algérie coloniale ? Quels liens est-il possible d'établir entre un paysan propriétaire de ses terres dans l'Algérie coloniale, un ouvrier immigré et un commerçant ou un cadre né et vivant en France ? La comparaison se heurte à des espaces/temps fort différents. Si les études de la mobilité sociale dans la société française ont pu, en partie, maîtriser l'effet temps, c'est que les trajectoires se déroulaient à l'intérieur d'une même société et qu'il était dès lors possible d'élaborer des indicateurs prenant en compte l'évolution de la structure de l'emploi ; cf. C. Thélot (1982). Or, dans notre recherche, la population se caractérise justement par la migration d'une société à l'autre, sociétés au sein desquelles les situations socio-économiques sont fort disparates, et qui plus est l'une étant colonisée par l'autre. L'émigration algérienne en France a ceci de particulier : elle est la première émigration d'un pays dit « sous-développé » et colonisé. Les discours produits par les interviewés risquent fort d'être marqués par ces représentations qui caractérisent la situation du plus grand nombre mais pas nécessairement celle de leur famille. Comment ces derniers peuvent-ils rendre compte de la position occupée par leurs ascendants quand tout contribue à leur assigner les places les plus dévalorisées ? Que deviennent dans ce contexte les familles de commerçants, de marabouts, d'enseignants du Coran ou de spécialistes des lois musulmanes ? Malgré cet écart spatio-temporel, quelles comparaisons peuvent être établies ? Comment mobiliser ces classifications pour appréhender une éventuelle mobilité sociale ?

2 C.R. Ageron (1990, p. 18-19) écrit : « Le nouveau directeur des Affaires arabes, Daumas (1841-47), qui avait étudié l'organisation d'Abd El-Kader, convertit Bugeaud au système du gouvernement indirect confié à des chefs arabes appartenant à la "noblesse" militaire ou religieuse : "La noblesse exerce encore un grand empire chez les indigènes, elle doit toujours être prise en grande considération". Le recours à l'aristocratie traditionnelle – celle du moins qui voulait bien nous servir – devint la règle de la politique indigène. » Ainsi, il est avéré que la colonisation a également su s'appuyer sur les distinctions opérantes au sein de la société algérienne.

3 Ce dont témoignent quelques ouvrages scientifiques mais aussi les romans qui nous apprennent incidemment une multitude d'informations qui relativisent l'homogénéité de la société algérienne. Je pense notamment à ceux de M. Feraoun, R. Mimouni, M. Mammeri, I. Eberhardt. Quelques textes de ces auteurs ont été publiés dans l'ouvrage collectif, Algérie, un rêve de fraternité, Paris, Omnibus, 1997.

4 Durant la période coloniale, ce terme désigne les fonctionnaires musulmans cumulant les fonctions d'admistrateur et de représentant de l'ordre. Ils servaient d'interface entre la population indigène et l'administration française. Ils furent le plus souvent soupçonnés par les Algériens de collaboration avec l'administration française.

5 Conseil délibératif au niveau de la commune, du village.

6 Le nombre élevé de non-réponses, par absence de réponse, et non pas par refus de répondre, est à signaler ; dans lequel est compris 3 nc (grands-pères maternels français). De plus, la proportion de non-réponses est généralement plus importante concernant la lignée maternelle. Les relations sont-elles privilégiées avec la lignée paternelle ? Les positions de ces dernières apparaissent-elles plus « prestigieuses » ? Enfin est-ce lié au fait que nous avons interviewé plus d'hommes qui seraient plus enclins à accorder de l'importance à la lignée paternelle qu'à la lignée de leur mère ?

7 Le travail d'enquête mené en France aurait nécessité d'être poursuivi en Algérie afin de le croiser avec des observations, une recherche à partir d'archives... travail rendu impossible dans le contexte de guerre civile qui caractérisait l'Algérie des années quatre-vingt-dix.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search