Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Première partie. Statuts sociaux et itinéraires familiaux en algérie : des formes différenciées

Chapitre 1. Des origines géographiques multiples

Texte intégral

  • 1 Cf. Hommes et migrations, no 1179, 1994, numéro consacré à la Kabylie, en particulier les articles (...)
  • 2 En effet, le système colonial, qui a exproprié les terres et aboli la propriété indivise par et po (...)

1Dans les nombreux travaux qui ont décrit l'immigration, l'accent est mis d'une part sur l'origine rurale de ces familles, et d'autre part sur le fait que l'émigration provient généralement de l'Est algérien et plus particulièrement de la Kabylie1 (cf. annexe 3 carte 1). Le système colonial, la crise de l'agriculture traditionnelle et la forte expansion démographique sont autant de raisons qui ont contribué à déclencher le phénomène migratoire. Ces éléments, distincts les uns des autres, sont simultanément et étroitement reliés entre eux2. En effet, la population rurale, tout particulièrement exposée à ces bouleversements sociaux, est aussi la première concernée par la migration. Le caractère rural et montagneux de la région kabyle explique qu'elle soit la région la plus « touchée » par l'émigration. La topographie de la région Est (par opposition à celle de l'Ouest) constitue donc une raison supplémentaire.

2La description de l'Algérie nécessite en effet de distinguer les régions montagneuses des plaines afin de comprendre comment s'est opéré le peuplement, les différents types d'exploitations agricoles, les implantations coloniales et, par conséquent, l'émigration. La colonisation, qui a visé par une série de lois l'expropriation des terres au bénéfice des colons, a eu pour effet de perturber et de modifier profondément la société agricole traditionnelle, en introduisant notamment la notion de propriété privée et le système monétaire. Les familles paysannes, qu'elles aient été ou non expropriées de leurs terres – ce qui, dans ce dernier cas, les a contraintes à travailler pour le compte des colons – ont dû « s'adapter » au système qu'imposait la société coloniale qui a accéléré le processus de « dépaysannisation ». L'instauration du système colonial et les injustices, inégalités et spoliations qui en ont découlé ont donc constitué le point de départ de l'émigration algérienne. À cela s'ajoute la pression démographique, la population algérienne est ainsi passée de 6 millions d'habitants en 1930 à près du double en 1965. Les individus originaires des régions les plus soumises aux transformations de la société agricole ont donc été les plus prédisposés à émigrer, et parmi eux les Kabyles. Ainsi, être émigré, c'est avoir été nécessairement paysan, fellah, le plus souvent kabyle.

3À partir de ces quelques éléments, nous allons nous intéresser à la localisation géographique des familles des personnes interviewées afin d'établir quelle était leur situation avant l'émigration. Deux critères vont être retenus : la région d'origine et le caractère urbain ou rural du lieu de résidence. Malgré le présupposé d'une relative homogénéité des provenances, les résultats obtenus permettent de constater des localisations géographiques différenciées à plus d'un titre.

Des Kabyles ruraux et les autres

  • 3 Concernant Alger, la capitale, nous préférons ne pas l'attribuer à une région du fait de sa positi (...)
  • 4 Total des pères et des mères concernés et pour lesquels nous avons obtenu une réponse. Il faut rap (...)

4Concernant la région d'origine, les résultats obtenus au cours de l'enquête révèlent une diversité des provenances3, même si l'Est algérien demeure majoritaire puisque un peu plus de la moitié des individus ont des parents originaires de la région Est, Kabylie comprise. Ainsi sur 189 parents4, 111 sont originaires de l'Est algérien et de la Kabylie (soit 58,7 %). Il n'en reste pas moins que 78 parents sont originaires de l'Ouest, du Sud, d'Alger ou d'autres régions (soit 41,3 %) (cf. tableau 1).

5Cet élément tend à remettre en cause la prédominance de la région Est et notamment de la Kabylie. En effet, si l'émigration Kabyle reste la première en nombre, elle représente cependant moins d'un tiers des provenances, tant pour le père que pour la mère. Cette multiplicité des régions d'origine, finalement plus grande qu'escomptée, pourrait bien révéler d'autres modalités de la diversité.

6Globalement, les deux parents sont originaires des régions retenues dans les mêmes proportions ; à l'exception d'un petit écart pour les régions Sud et Alger. Ce résultat peut s'expliquer par le fait que les mariages sont fortement endogames : les parents proviennent le plus souvent de la même ville, du même village ou d'un village limitrophe, y compris si l'un d'eux a déclaré avoir vécu dans une localité urbaine. Une mère qui a grandi, par exemple, dans la ville de Biskra peut être mariée à un homme originaire d'un village de la région Sud : cette situation est révélatrice le plus souvent d'une installation récente de la lignée maternelle en ville. Elle explique notamment l'écart entre les deux parents suivant le caractère urbain ou rural du lieu de résidence (cf. tableau 2).

Tableau 1. Répartition des parents par région d'origine

Régions d'origine

Père

Mère

Total

Est

27

27

54

Kabylie

29

28

57

Ouest

19

20

39

Sud

12

9

21

Alger

6

4

10

Autre

4

4

8

nr

3

5

8

nc

0

3

3

total

100

100

200

Tableau 2. Répartition des parents selon le caractère rural ou urbain du lieu de résidence

Caractère du lieu de résidence

Père

Mère

Total

rural

71

60

131

urbain

27

34

61

nr

2

3

5

nc

0

3

3

total

100

100

200

L'importance des lignées et leur différence

7Concernant le caractère rural ou urbain de la localité d'origine, il faut noter que près d'un tiers des parents a une origine urbaine. Cette distinction est un peu plus accentuée pour les mères (soit 36,2 % des mères concernées contre 27,5 % des pères – sont exclus les non-réponses [nr] et les non-concernés [nc]). Cette différence paraît être suffisamment significative pour être signalée car elle implique de nombreuses conséquences en termes de mode de vie. Ainsi, une plus grande citadinité peut être le signe de pratiques et d'univers de références sensiblement différents entre les mères qui ont grandi dans ce milieu en comparaison de celles qui ont vécu à la campagne. Parmi les éléments les plus significatifs, on peut noter une probabilité d'avoir atteint un niveau de scolarité plus élevé, le fait que les grands-pères aient plus souvent des emplois non agricoles, des emplois plus qualifiés et variés (cf. § 2, Ire partie), que la mère ait éventuellement un emploi salarié avant l'émigration, que la famille soit en contact avec les valeurs et modes de vie occidentaux, etc. Ce résultat devra donc être mis en perspective avec les éléments recueillis au sujet de la scolarisation, des relations entretenues avec la société française préalablement à l'émigration et des statuts socioprofessionnels des grands-pères.

8Néanmoins, l'ensemble des familles reste très majoritairement rural. Si ce résultat confirme les faits décrits précédemment, il les relativise également et permet de mettre l'accent sur la distinction qui peut exister, à l'intérieur des familles, entre les lignées maternelle et paternelle. Lorsque la mère se distingue du père par ses origines urbaines, leurs enfants sont susceptibles d'être socialisés différemment de ceux dont les deux parents sont d'origine rurale. Que ce soit le père, la mère ou les deux, l'origine urbaine des parents aura de nombreux effets au cours des processus de socialisation familiale. Quand au moins l'un des parents a été élevé dans un cadre de vie citadin, il parle éventuellement le français, il a pu suivre une scolarité et fréquenter des Français (qu'ils soient employeurs, voisins, etc.). Par conséquent, il peut être plus enclin à donner un mode d'éducation qui favorise le parcours social de ses enfants, du fait de la connaissance (plus ou moins maîtrisée) de références, d'habitudes et de codes valorisés dans la société d'immigration. Il n'en demeure pas moins que le cas le plus fréquent est celui où les deux parents ont grandi dans des localités rurales. Néanmoins, quand les deux parents se distinguent en termes de localisation urbaine/rurale, leurs expériences personnelles peuvent se confronter, se conforter ou se renforcer au cours du parcours migratoire. Les deux lignées n'ont pas nécessairement la même histoire, ce que l'on tend à oublier lorsqu'on mène l'analyse en référence au seul chef de ménage. Quant aux raisons qui ont conduit l'un (ou les) parent(s) à grandir en ville, deux apparaissent majoritairement : l'installation en ville date des grands-parents qui ont connu une migration à l'intérieur de l'Algérie pour des raisons économiques ou le(s) parent(s) fait(ont) partie d'une lignée implantée en ville depuis des générations. Cette antériorité urbaine confère le plus souvent, lors de la migration, des ressources symboliques (reconnaissance sociale) et matérielles (scolarisation) précieuses, qui sont à l'œuvre dans les deux extraits d'entretien ci-dessous.

« Ma mère, elle a son certificat d'études et elle a un diplôme de sténodactylographe ! Et ensuite elle a travaillé dans un truc qui s'appelait Croissant rouge et qui était un foyer de bonnes sœurs qui accueillaient des enfants et elle y a travaillé... quatre-cinq ans puis après elle s'est mariée donc [...] Mon grand-père [maternel] était cuisinier, depuis très longtemps il est parti de sa région d'origine [la même que celle du père] c’est un rural qui, on ne sait pas trop expliquer pourquoi, se retrouve à la ville, probablement parce qu'il était à la recherche de moyens de subsistances [...] à l'époque c'était la France, donc des endroits où il y avait du travail, des moyens de subsistance. Mon grand-père a travaillé chez des Français, quelqu'un de très très connu dans la ville de Constantine et c'est lui qui leur a accordé le logement [...] ma mère a travaillé chez les Français donc je veux dire qu'elle connaît bien, elle connaissait bien les Français, elle ne vient pas d'un milieu..., elle est allée à l'école parce que le patron de son père fait une intervention, c'est un piston grosso modo parce que l'école classique est interdite aux indigènes ! Il en a été de même pour mes deux oncles et pour ma tante, ce sont de parfaits francophones et puis après ils ont réintégré le système normal après l'indépendance. [...] Mon père il est en France en 48 il se marie en 66 donc il a pratiquement vingt ans dans les bottes [...] je pense que c'est même un élément qui plaidait en sa faveur pour qu'on lui accorde la main de ma mère [...] la seule chose dont je suis sûr c'est que une des conditions du mariage c’est que ma mère aille en France, [...] en tout cas ce que je sais c’est qu'il était hors de question que ma mère vive en Algérie, en étant mariée, il y a, je crois, deux mois entre le moment où elle se marie et le moment où elle vient en France [...] le confort matériel je pense que ça a été important [comme élément plaidant en faveur de l'immigration], je pense que c'est aussi dans l'esprit de ma grand-mère maternelle, telle que je la connais, un milieu favorable à l'émancipation... c'est une volonté que de souhaiter que ses enfants grandissent [mûrissent] à l'étranger, en France, qui est un milieu beaucoup plus propice à l'épanouissement, c'est aussi une réaction vis-à-vis de ce qui se passe en Algérie, on est en 66, ça fait quatre ans que l'Algérie est indépendante et c'est déjà le foutoir. »

9Le père de cet homme est originaire d'un village kabyle et sa mère de la ville de Constantine.

10L'extrait précédent souligne clairement trois éléments (l'obtention du certificat de fin d'études par la mère, l'emploi salarié du grand-père maternel et l'aspiration à l'ascension sociale) qui auront de nombreuses incidences au niveau des pratiques quotidiennes, une fois la famille installée en France. En effet, à son arrivée en France, la mère est déjà parfaitement francophone, voire francisée, du fait de la proximité avec le milieu français, par le biais de ses parents qui furent les domestiques d'un colon. Sa scolarité relativement poussée pourra également constituer un élément favorable lors de la scolarisation de ses enfants ; l'interviewé est l'aîné de la fratrie, il occupe un emploi de cadre. Enfin, l'histoire maternelle témoigne d'un certain nombre d'aspirations qui s'exprime à travers l'émigration du grand-père vers la ville et le désir de la grand-mère qui encourage l'émigration de sa fille. L'origine urbaine de la mère constitue donc bien un élément décisif lors de son mariage et de l'immigration.

« Ce dont je me souviens c'est qu'il y avait quelques bêtes, qu'il y avait un peu de culture mais que les maisons dans lesquelles les gens vivaient, mes oncles mes tantes mes cousins [côté paternel] c'était pfff... c’était des pièces avec des sols en terre battue [...]. Ce sont des vrais, des urbains déjà... [du côté maternel] il me semble que ma mère est issue d'une famille qui n'est pas forcément aisée mais sûrement plus que celle de mon père. Ma mère avait fait des études, elle a à peu près l'équivalence du certificat d'études [...] même si mon grand-père est mort très jeune, ma grand-mère ne s’est pas retrouvée sans le sou puisqu'elle avait des frères qui l'ont toujours aidée financièrement, donc des frères qui étaient plutôt des gens aisés, des commerçants, des gens... comment dire ? Des créateurs d'entreprise donc... ma mère appartient plutôt à ce milieu-là, de commerçants et de petits notables d'une ville moyenne, c'est vrai qu'il y avait une différence, c'est vrai que c'est la famille du côté de ma mère qui a toujours été une référence en termes de biens ou de reconnaissance sociale. »

11Le père de cette femme est originaire d'un village du Sud algérien et sa mère de la ville de Biskra.

12Il faut néanmoins souligner la difficulté à élaborer une frontière entre la ruralité et l'urbanité du fait des différences de systèmes de références entre la société algérienne et la société française. Ainsi, nous avons retenu les désignations formulées par les individus, sachant qu'elles dépendent aussi des informations qu'ils détiennent au sujet de l'histoire familiale. C'est par exemple le cas pour cette famille dont le père est désigné comme citadin du fait d'un certain nombre de pratiques, de l'ancienneté de sa famille dans la région d'origine, de ses univers de références. Or la famille paternelle possédait une exploitation agricole située hors de la ville ; c'est pourquoi nous parlons de caractéristiques urbaines/rurales du lieu de résidence.

Des situations sociales contrastées dans le milieu rural

13La situation la plus fréquente demeure néanmoins celle où les ascendants travaillent la terre au sein du village. Deux situations coexistent alors : soit la terre leur appartenait, ils étaient alors exploitants agricoles sur des superficies plus ou moins vastes (le plus souvent ce fut sur des lopins de terre), soit ils étaient employés en tant qu'ouvriers agricoles dans des domaines appartenant, le plus souvent, aux colons. La colonisation, en engendrant d'importants et profonds bouleversements de la société rurale, a provoqué une grande pauvreté et l'expropriation de la grande majorité des terres et notamment des plus fertiles. Un grand nombre de familles se sont ainsi retrouvées sans terres. Nombreux sont les interviewés qui précisent que leurs ascendants ont vécu sur des terres qui ne leur appartenaient plus, mais qu'ils devaient « travailler pour les autres », en vivant « dans une sorte de hutte ! ».

  • 5 P. Bourdieu, A. Sayad (1964, p. 17) écrivent : « Le recensement agricole de 1950-1951 montre que 4 (...)

14Cependant, quelques familles cultivaient leurs propres terres, parfois sur de grandes exploitations, nettement plus vastes que celles de la grande majorité des Algériens qui disposait de moins de dix hectares5. Ainsi quelques familles, à l'heure de la colonisation, disposaient de très grandes propriétés ce qui leur permettait de vendre une partie de leur production agricole. Ces familles bénéficiaient alors d'un statut social élevé au sein de leur communauté.

15Le père d'un des interviewés, entrepreneur, décrit la situation de sa famille qui dispose d'une vaste propriété sur laquelle travaillent d'autres Algériens, salariés agricoles.

« Avant je ne travaillais pas chez les autres, je travaillais à mon compte, en Algérie, j'étais propriétaire avec mes parents de la terre et d'un commerce, [...] je vendais des dattes, le blé, les tissus, au moment de la guerre, le sucre, l'huile tout. [...] Il y avait des dattes, de l'huile d'olive, des figues, du blé, maintenant il n'y a plus de blé, il n'y a pas de travail, l'eau elle a beaucoup diminué, [...] pour les dattes il y avait 200 ou 300 palmiers je ne m'en rappelle pas. [...] On travaille ? Nous on payait les gens, je veux dire, des employés. Travailler la terre ? ! C'est pas moi qui travaille la terre, j’ai quelqu'un qui vient et qui travaille la terre, pour les légumes il prend la moitié, il va vendre par exemple pour 1 000 F, sur les légumes il prend 500 F. »

16En dehors de ces quelques cas minoritaires, la grande majorité des familles algériennes a subi une forte détérioration de ses conditions de vie au cours de la période coloniale ; il nous faut toujours rappeler et insister sur le caractère destructeur de la colonisation française en Algérie. En effet, au-delà des effets induits par le processus colonial visant l'expropriation des biens et la destruction de l'indivision, c'est toute l'organisation sociale qui se trouve affectée par une démarche systématique de dévalorisation, de désorganisation et d'affaiblissement de la société algérienne. Dans ce contexte, il faut à présent regarder de plus près quel était le statut socioprofessionnel des ascendants et notamment des grands-parents.

Notes

1 Cf. Hommes et migrations, no 1179, 1994, numéro consacré à la Kabylie, en particulier les articles d'A. Sayad et de M. Khellil. Cf. également M. Khellil (1991).

2 En effet, le système colonial, qui a exproprié les terres et aboli la propriété indivise par et pour laquelle le groupe s'organisait, a provoqué de profondes transformations dans la société algérienne. L'une des premières conséquences est le salariat de ces populations, rendu également nécessaire par l'instauration des échanges monétaires qui furent introduits au temps de la colonisation par le biais des impôts qu'elle prélevait. Cf. P. Bourdieu et A. Sayad (1964) qui ont travaillé tout particulièrement sur les regroupements de la population durant la guerre d'indépendance. C.R. Ageron (1990), historien, décrit également les grandes étapes de la colonisation et ce qu'elle a provoqué au sein de la société algérienne.

3 Concernant Alger, la capitale, nous préférons ne pas l'attribuer à une région du fait de sa position centrale sur la côte méditerranéenne. De plus, nous sommes en droit de nous demander si une partie des personnes désignant Alger comme étant la localité de résidence des parents avant l'émigration n'était pas originaire d'autres localités, la capitale se révélant être en fait la première étape d'un parcours migratoire plus ancien. La catégorie « autre » rassemble les localités que nous n'avons pu classer.

4 Total des pères et des mères concernés et pour lesquels nous avons obtenu une réponse. Il faut rappeler que 100 individus, aujourd'hui cadres ou entrepreneurs et enfants de parents d'origine immigrée algérienne, ont été enquêtés par questionnaire, soit 200 pères et mères parmi lesquelles 3 mères sont d'origine française (elles apparaissent de ce fait en « non concernées », soit nc).

5 P. Bourdieu, A. Sayad (1964, p. 17) écrivent : « Le recensement agricole de 1950-1951 montre que 438 483 exploitations agricoles possédées par des Algériens, soit 69 % de l'ensemble, ont moins de 10 hectares et couvrent une surface de 1 378 464 hectares, soit 18,8 % de l'ensemble, la surface moyenne de la propriété étant de 3,1 hectares (contre 4,7 en 1940), soit très inférieure au minimum indispensable à la subsistance d'une famille paysanne. [...] entre 1930 et 1954, le nombre des propriétaires terriens a diminué de 20 %, tandis que le nombre des ouvriers agricoles, permanents et saisonniers, augmentait de 29 %. »

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search