Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Première partie. Statuts sociaux et itinéraires familiaux en algérie : des formes différenciées

Statuts sociaux et itinéraires familiaux en Algérie : des formes différenciées

Texte intégral

1Tenter de comprendre comment les mobilisations familiales interviennent dans la construction des trajectoires socioprofessionnelles invite à considérer les liens entre l'histoire des familles, leurs caractéristiques, leurs parcours au sein du pays d'émigration et ce qui se déroule en terre d'immigration. En effet, le contexte qui a provoqué l'émigration, les statuts professionnels des ascendants, l'origine géographique, sont autant d'éléments qui contribuent au déroulement des parcours sociaux dans le pays d'immigration. Dans cette perspective, le parcours migratoire et ce qui lui a préexisté constituent une des clés de voûte qui permet d'appréhender les trajectoires réalisées dans la société française.

2Si la réussite professionnelle des enfants laisse à penser qu'une intégration a lieu dans la société française, ne serait-elle pas, plutôt que le résultat d'une démarche visant l'intégration, l'expression d'un cheminement entre deux sociétés, qui peut prendre des visages différents suivant les ressources, les aspirations, les pratiques de chacun ? Les parcours familiaux constituent, dans cette perspective, une ressource qui peut orienter la trajectoire sociale des enfants, notamment par le biais des multiples formes de transmissions qui ont lieu. Cette ressource peut se révéler déterminante, elle n'est néanmoins qu'une ressource parmi d'autres, qui se combine avec d'autres formes de ressources, plus ou moins nombreuses, plus ou moins efficaces. La manière dont ces ressources interviennent, se combinent, se superposent, dépend des contextes de socialisation. Ainsi l'action du milieu familial peut se trouver confortée par celle de l'école et donner lieu à de « belles réussites scolaires » (Lahire, 1995). À l'inverse, ces actions peuvent se révéler contradictoires ou paradoxales. Prêter alors attention à la multiplicité des modes de socialisation permet de reconnaître la pluralité des expériences à partir desquelles s'expriment les actions individuelles selon les espaces sociaux considérés.

3Partant de ce constat, nous débuterons par une description de quelques caractéristiques familiales qui sont significatives du parcours pré-migratoire. Malgré les nombreux travaux qui ont été consacrés à l'immigration algérienne, ce détour par l'Algérie paraît nécessaire. Car, si le volume de publications sur l'Algérie est considérable, notamment sur les conséquences de la colonisation et sur l'immigration algérienne en France, rares sont les travaux qui permettent d'établir une relation entre l'histoire migratoire, l'histoire de la famille dans son pays d'origine et celle dans le pays d'immigration. Sans la mise en relation de ces deux temps de l'histoire familiale, l'analyse des trajectoires sociales reste pourtant partielle. Elle conduit à produire une vision homogène de ce groupe alors que les différenciations et la diversité paraissent prédominer parmi ces familles immigrées.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search