Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Avant-propos

Texte intégral

1L'Algérie et la France, à travers leurs peuples, se sont rencontrées, affrontées, ignorées, aimées, déchirées, et cela depuis plus de 170 ans. Ainsi, quelle que soit la période, les Hommes de ces deux pays ont vécu en étroite relation. Malgré les douleurs et les déchirements qui ont marqué l'histoire de ces deux pays, les mobilités de l'un à l'autre ont été incessantes. Les liens entre ces deux sociétés sont ainsi perpétuellement réactualisés, à travers les nouvelles formes qu'ils prennent au fil du temps ; c'est le cas par exemple avec l'arrivée des « intellectuels » dans les années quatre-vingt-dix, ou encore quand les « enfants de l'immigration » revendiquent une plus grande reconnaissance.

2Depuis peu, la guerre d'Algérie est à nouveau au centre de nombreux débats, que ce soit à travers la reconnaissance de la torture infligée aux Algériens ou la reconnaissance des crimes du 10 octobre 1961. Il est fait appel au devoir de mémoire pour certains, de repentance pour d'autres. Mais pour tous, il s'agit de nommer ce qui n'avait jamais vraiment été dit ni reconnu. L'histoire et les parcours des familles immigrées s'inscrivent dans cette Histoire-là. Et pourtant, elles apparaissent bien souvent déconnectées, comme si elles constituaient une entité spécifique, homogène, sans lien avec la France, ni avec tout ce qui a relié la France et l'Algérie. Ces familles paraissent, au sens où l'emploie P. Bourdieu (Sayad, 1991), atopos, sans lieu, déplacées, inclassables. Comment s'étonner dès lors que ne soient pas reconnues leurs trajectoires, leurs mobilités, leurs aspirations, leurs diversités ?

  • 1 Il s'agit d'une thèse de doctorat de sociologie et sciences sociales soutenue en mars 1997 sous la (...)

3Ce livre tente, quant à lui, de témoigner des trajectoires qui ont été observées au cours de notre recherche1. Ces trajectoires sociales sont apparues exemplaires à bien des égards. D'une part, elles foisonnent d'une incroyable richesse et ces rencontres, toujours attachantes, ont révélé l'envie de communiquer quels ont été les cheminements individuels et familiaux. D'autre part, allant à l'encontre des préjugés fort répandus à l'égard de la population d'origine algérienne, les récits ont contribué à révéler la diversité des parcours migratoires. Or, le silence et la méconnaissance qui entourent les parcours de cette population ont tendance à faire oublier qu'ils sont le fruit d'une histoire qui se doit d'être rappelée pour être assumée, que ce soit à un niveau collectif et individuel. Nous sommes parvenus aujourd'hui à un stade où la reconnaissance des exactions et des souffrances provoquées par l'histoire coloniale est l'une des conditions nécessaires à la reconnaissance des parcours migratoires, in fine à l'installation sans rancune et sans remords des enfants de l'immigration algérienne. Ces différents temps de l'histoire sont liés, c'est pourquoi il nous faut les appréhender dans leur temporalité et leur complexité.

4Nous nous trouvons dans un champ de la discipline sociologique où, là, plus qu'ailleurs, les enjeux de la recherche ont été étroitement liés aux préoccupations sociales. Dès lors, les faits ont souvent été appréhendés dans leur immédiateté, sans perspective historique ou intergénérationnelle, et dans leur unicité, sans approche transversale. Or, pour comprendre les parcours sociaux de ces familles d'origine algérienne dans la société française, il nous faut les analyser dans une perspective longitudinale et biographique. Si aujourd'hui la question est de moins en moins « comment les intègre-t-on ? », il nous faut explorer, questionner et dévoiler les multiples manières dont ces personnes d'origine algérienne vivent au sein de la société française. Nous avons pour cela accordé une grande importance aux récits qui ont composé et entouré notre enquête. Plus de 120 personnes ont accepté de (se) raconter, de s'exprimer, de livrer ce qu'ont été les parcours de leurs parents et les leurs. Si ces rencontres ont toujours été passionnantes, elles ont été aussi source de questionnements, de surprises et d'émotions. Ces sentiments témoignent de l'intensité de la dimension biographique de cette recherche et de sa valeur heuristique pour appréhender la réalité sociale.

5Les paroles des enquêtés ont été aussi l'occasion pour eux de revenir sur leur histoire familiale, d'avoir un autre regard sur l'immigration de leur famille, et par conséquent sur leur propre histoire. Cet élément est loin d'être anodin. Il a parfois été douloureux de relater cette mémoire familiale, mais cela a été aussi généralement fort apprécié. Nombreuses furent les personnes qui ont pu s'exprimer, parfois pour la première fois, sur leur trajectoire, sur ce qui fait la spécificité de chacune, à travers l'histoire personnelle et familiale. Si de nombres éléments sont communs à toute une génération, beaucoup d'aspects diffèrent aussi. Ces personnes ont su nous le rappeler, quand elles débutaient en précisant que, pour elles, « ce n'est pas pareil ». Certaines ont fait des « découvertes », elles se sont interrogées au fur et à mesure du récit, quand elles ont évoqué tel ou tel aspect de leur biographie familiale. Ces personnes se sont livrées, le flot de paroles a souvent été abondant et riche, notre écoute s'est déroulée dans le plus grand respect et avec la plus grande attention. On aimerait à présent croire que l'analyse de ces paroles contribuera à éclairer et à appréhender plus justement ce que sont les trajectoires sociales des familles d'origine algérienne en France.

Notes

1 Il s'agit d'une thèse de doctorat de sociologie et sciences sociales soutenue en mars 1997 sous la direction de Yves Grafmeyer à l'université Lumière Lyon 2 : Des cheminements sociaux à la construction des trajectoires professionnelles. Histoires familiales, relations sociales et mobilités des cadres et des entrepreneurs d'origine algérienne. De nombreux éléments traités dans ce document n'ont pas été repris dans le cadre de cet ouvrage. C'est le cas notamment des thèmes suivants : les relations qu'entretiennent ces individus avec leur pays d'origine, les relations conjugales et les formes de mixité, les modes de sociabilité et les réseaux relationnels, les langues parlées au sein de la famille. Des articles ont pu en revanche aborder ces questions (cf. bibliographie).

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search