Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Préface

Yves Grafmeyer

Texte intégral

1Les hommes et les femmes auxquels cet ouvrage donne la parole sont aujourd'hui médecins, avocats, professeurs, ingénieurs, ou bien commerçants, chefs d'entreprise, ou encore « cadres moyens », comme aurait dit l'insee jusqu'en 1982. Quant à leurs pères, ils ont presque tous été ouvriers et le sont restés dans leur grande majorité tout au long de leur vie active. C'est donc bien d'itinéraires de réussite sociale, au moins relative, qu'il sera ici question. Mais ces pères furent aussi des migrants, d'origine algérienne, qui n'ont bien souvent connu leur première expérience de l'usine ou du chantier qu'à la suite de leur venue en France.

2Dès lors, deux regards différents pourraient être portés sur ces écarts de statut entre la génération des enquêtés et celle de leurs pères. Le premier, calé sur la logique des études de mobilité sociale, soulignerait les handicaps supplémentaires induits par la condition du « travailleur immigré » souvent cantonné dans les emplois les plus déqualifiés, et dépourvu des atouts qui sont susceptibles de favoriser, dans d'autres familles ouvrières, la promotion sociale de leurs enfants. Ainsi apparaîtrait mieux, du même coup, toute l'ampleur d'une ascension que les tables nationales de mobilité sous-estiment en s'en tenant à la nomenclature administrative des groupes socio-professionnels. L'autre regard, inspiré par les problématiques de l'immigration, serait plutôt enclin à voir dans ces parcours un témoignage éclatant de la possible intégration des populations d'origine étrangère, qui trouveraient dans une insertion professionnelle réussie l'un des ressorts les plus assurés de leur progressive assimilation.

3Si ces deux points de vue ont leur légitimité, ils comportent aussi des risques. Risque de dérive vers un point de vue réifiant qui caractériserait l'immigré, voire le « groupe ethnique », par tout un ensemble de traits culturels désignant autant d'écarts et de distances avec les normes de la société d'accueil. Risque, aussi, de verser dans les interprétations purement psychologisantes, dans la célébration ambiguë des mérites personnels et des parcours d'exception, qui n'en diraient que mieux les fatalités sociales pesant inexorablement sur les destinées ordinaires.

4Emmanuelle Santelli évite ces écueils en mettant en évidence l'imbrication forte entre les phénomènes de mobilité sociale et les processus de migration, le lien intime qui rattache les parcours des individus à ceux de leurs familles. Car l'histoire de ces mobilités individuelles, c'est aussi celle de mobilisations familiales. En s'engageant dans des trajectoires ascendantes, ces enfants d'immigrés ne se sont pas pour autant mis en rupture avec leur milieu d'origine. Bien au contraire, une exploration approfondie de leurs biographies montre toute l'importance des ressources matérielles et symboliques qui leur ont été transmises par leur famille, et des interactions qu'ils ont régulièrement entretenues avec elle aussi bien qu'avec d'autres cercles sociaux. Autrement dit, l'entourage familial n'apparaît nullement comme un facteur de confinement dans des positions subalternes, comme un obstacle à l'ascension sociale qu'il s'agirait de surmonter pour échapper au poids de déterminants économiques, sociaux, culturels, dont cet entourage serait inévitablement porteur.

5C'est pourquoi il importait de commencer par examiner, en amont de l'émigration des parents, la place que ces derniers, leurs ascendants et leurs proches, occupaient eux-mêmes au sein de la société algérienne. Cela conduit du même coup Emmanuelle Santelli à confronter les classements français et ceux propres au contexte algérien, et à relativiser les indicateurs fondés sur la profession par d'autres composantes des statuts sociaux. Très peu de pères, on Ta dit, avaient exercé en Algérie des métiers d'ouvriers. Pour autant, les lignées familiales des enquêtés ne s'enracinent pas uniformément dans une petite paysannerie indifférenciée. Dans bien des cas, la césure forte que représente la migration avait été précédée, et dans une certaine mesure préparée, par diverses formes de mobilités géographiques ou sociales, par une expérience parfois déjà ancienne de la vie citadine. Et au sein même du monde rural, de fortes disparités séparaient les familles au regard de leur patrimoine terrien, mais aussi de leur notoriété locale, de leur influence notabiliaire ou religieuse. Aux différences héritées de la tradition se sont surimposées toutes celles qui se sont façonnées dans le rapport colonial, puis dans le contexte de la lutte pour l'indépendance, tant en Algérie qu'en France même.

6La mémoire que les personnes interrogées ont conservée de ces histoires familiales diversifiées, complexes, atteste de la vitalité du lien qui parcourt les générations. Mais elle est aussi, comme toujours, le produit d'un travail où le souvenir le dispute à l'oubli, voire à la dénégation. Emmanuelle Santelli excelle dans l'accompagnement de ce travail de remémoration, dont elle montre bien toute l'ambivalence en croisant les apports du questionnaire et ceux de l'entretien. Ce qui est remarquable, c'est moins le recours simultané aux deux techniques que la gestion méthodique du va-et-vient entre l'une et l'autre, auprès des mêmes enquêtés. L'entretien permet de revenir sur les réponses données au questionnaire, tantôt pour les préciser et les compléter, tantôt au contraire pour leur substituer d'autres informations factuelles ou d'autres systèmes d'interprétation. Certains développements représentent à cet égard des modèles du genre. On voit bien, par exemple, tous les effets d'imposition que le passé colonial peut exercer sur la représentation uniformisante que beaucoup d'enquêtés proposent, dans un premier temps, de leurs propres origines. On voit bien, aussi, comment le sens qu'ils attribuent à leur réussite professionnelle oscille entre la fierté du self made man et la reconnaissance de ce qui leur a été transmis par leur famille.

7Ce dispositif d'enquête assure une mobilisation efficace et judicieuse de l'analyse des trajectoires. Les parcours de ces cadres et de ces entrepreneurs sont saisis dans leurs différentes composantes, et dans la tension entre d'une part les situations, les événements, les états successifs connus par les personnes et, d'autre part, les représentations, les souvenirs, les choix qui s'ajustent à ces données objectives. Ces biographies personnelles sont à leur tour situées dans le temps long de cheminements familiaux qui contribuent à leur donner sens et qui font que les immigrés et leurs enfants « ne peuvent dès lors plus être considérés comme des êtres dépourvus de tout projet, de tout capital, ballottés par les flots de l'histoire ».

8L'émigration des parents est, pour tous, l'événement fondateur à partir duquel se redéfinit le rapport aux origines et se poursuit, dans un contexte nouveau, la mise en œuvre du projet familial porté par les générations successives. Projet de mobilité tout à la fois géographique et sociale, projet de mobilité dans la migration. Cela ne signifie pas pour autant que l'insertion professionnelle réussie de ces enfants d'immigrés – et souvent aussi de leurs frères et sœurs – puisse être interprétée comme l'accomplissement fidèle des aspirations familiales. Volontés et projets se sont réajustés, au fil du temps, dans un environnement fait de contraintes fortes, de stéréotypes dévalorisants, voire de pratiques discriminatoires, qui ont pesé aussi bien sur les conditions d'emploi des pères que sur les orientations scolaires des enfants et leurs propres expériences professionnelles. Emmanuelle Santelli montre aussi quelle fut la part des hasards de l'existence, des liens tissés avec le voisinage, des aides apportées par des amis français ou par des enseignants... Par comparaison avec les années récentes, les enquêtés ont d'ailleurs collectivement bénéficié de circonstances relativement favorables liées à des effets de période : leurs pères ont été assez peu touchés par le chômage, ou seulement dans les dernières années de leur vie active ; eux-mêmes étaient en général très minoritaires dans les établissements scolaires qu'ils ont fréquentés ; et ils ont à leur tour connu, lors de leur arrivée sur le marché du travail, une conjoncture qui n'était pas encore trop affectée par le ralentissement de l'activité économique...

9Cela dit, les destinées sociales qui nous sont présentées ici ne sont pas la résultante mécanique de ces contraintes, de ces hasards et de ces chances. La comparaison méthodique des parcours individuels et familiaux montre bien la variété des choix opérés, des stratégies mises en œuvre, des efforts déployés par tout un chacun pour infléchir sa destinée. Dans telles familles, par exemple, la priorité a été donnée aux solidarités communautaires, et aux ressources qu'elles ont pu offrir notamment pour développer des activités commerciales. Dans telles autres au contraire, le refus assumé par les pères du risque entrepreneurial, la volonté de préserver cette sécurité minimale qu'assurait un emploi d'ouvrier, a eu pour contrepartie un fort investissement dans l'aide à la scolarité des enfants, et cette autre forme de prise de risque que représente l'exposition délibérée de la famille à la mixité résidentielle et aux relations avec des Français. À la grande diversité des expériences jadis vécues par les générations antérieures se surimpose ainsi celle des voies empruntées par les migrants, puis par leurs enfants, pour trouver une place – leur place – au sein de la société française.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search