Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

II. Textes inédits

Les archives de Pierre Naville

Françoise Blum

Texte intégral

Le travailleur solitaire de tous les jours

1C’est une véritable traversée intellectuelle, politique et scientifique du XXe siècle que l’on peut faire à travers l’ensemble documentaire légué par Pierre Naville à la bibliothèque du CEDLAS-Musée social. Il est aussi à l’image d’un intellectuel militant, doté d’une soif encyclopédique de savoir, d’une diversité d’intérêts qui témoigne paradoxalement d’une permanence, d’une cohérence logique, d’un souci constant de faire de la connaissance un outil de révolte. Ce fonds qu’il destinait au Musée social a été conçu et préparé avec la rigueur et les qualités de méthode que tous ceux qui l’ont connu ou lu ont, sans nul doute, admirées chez lui.

2Je voudrais seulement souligner ici quelques points qui me semblent particulièrement importants et, peut-être, inattendus, sans prétendre épuiser bien entendu tous les enseignements à tirer de ces archives.

3On sait généralement que Pierre Naville avait tenu pendant la drôle de guerre des carnets de captivité, dont une partie a été reproduite dans les Mémoires imparfaites. À partir de cette époque, il a toujours consigné dans des Cahiers ses réflexions, notes bibliographiques, etc. L’intégralité des carnets et ces Cahiers se trouvent maintenant au Musée social. Sur les vingt-trois volumes ainsi reliés et conservés, cinq volumes d’itinéraires personnels constituent une forme très particulière de journal : point de détails scabreux mais des réflexions théoriques et existentielles, écrites en une langue que Naville pouvait avoir très belle. Il y a tracé le canevas d’un roman resté inédit et écrit quelques poésies tout aussi inédites. Ces carnets sont, comme il l’avait souhaité lui-même, consultables sur autorisation de Madame Violette Naville.

4Les soixante-quatre dossiers d’archives proprement dites, consultables également sur autorisation de Violette Naville, mettent en évidence, comme les Cahiers, les conditions de production de son œuvre. Il y a dans ces archives, toute la chaîne du travail de recherche qui aboutit à la publication des œuvres que l’on retrouve, bien entendu, dans la bibliothèque léguée au Musée social. À chaque texte publié de Pierre Naville correspond un dossier qui comprend généralement des notes de cours, des bibliographies, des traductions, des correspondances – discussions, le plan des volumes, le manuscrit, les discussions avec les éditeurs, « les résidus », que ce soient les textes abandonnés de plein gré par Pierre Naville ou ceux abandonnés sous contrainte éditoriale, les réactions, après publication du volume, la préparation des multiples éditions étrangères (qui témoignent aussi de son rayonnement en Italie, au Japon, au Portugal, en Espagne, en Yougoslavie...). Deux volumes, outre le canavas de roman déjà cité, restent inédits : son premier livre Alexandre, écrit à quinze ans, richement illustré et dédié à son père, et des pages choisies de Trotsky.

5Mais le travail de Naville ne cesse pas une fois le texte publié. Pour ses propres ouvrages, pour ses articles qu’il a reliés chronologiquement en 11 volumes, pour les revues qu’il a dirigées ou auxquelles il a participé (L’Œuf dur, La Révolution surréaliste, Clarté, La Lutte de classes, la Revue internationale, la Nouvelle revue marxiste, les Cahiers de l’automation, Épistémologie sociologique...), Pierre Naville a corrigé chaque coquille, rectifié les erreurs de date ou de noms, identifié les pseudonymes ou les anonymes, indiqué parfois les dates précises de rédaction. Au-delà de sa propre production, il a su aussi accomplir ce travail de relecture, de correction, de précision sur l’ensemble des quelque six cents volumes légués au Musée social, et dont une bonne part concernent Trotsky et les oppositions de gauche. Il y a là source de découverte et de véritables surprises. Il est peut-être utile de préciser qu’il ne s’agit pas de l’immense bibliothèque de Pierre Naville mais d’une partie, soigneusement estampillée « Musée social ». Violette Naville a bien voulu nous confier aussi les fichiers de la totalité de sa bibliothèque. Une bibliographie de 102 pages rassemble les références de ses divers écrits : ouvrages, articles, traductions, entretiens.

6Dans ces archives, les grandes correspondances sont regroupées par dossiers personnels. Les surréalistes sont largement représentés : Éluard, Artaud, Soupault, Boiffard, Morise, Aragon, Leiris, sur une durée plus ou moins longue liée aux retrouvailles et aux ruptures. Les correspondances scientifiques ne manquent pas non plus : Wallon, Piéron, Friedmann, Stœtzel, Paul Guillaume, Laurent Schwartz... pour ne citer que quelques noms. Ces correspondances ne sont pas toujours unilatérales. Un des caractères exceptionnels du fonds est d’ailleurs qu’il s’y trouve un très grand nombre de lettres (ou copies de lettres) de Pierre Naville, lui-même. Il en avait compté 2700 en 1974.

7Outre le plaisir évident de lire l’écriture d’Artaud ou celle de David Rousset, celle de Georges Duveau, de Daniel Guérin ou de Maurice Merleau-Ponty, certaines de ces correspondances sont impressionnantes, tant par la durée couverte que par la diversité des sujets abordés : celle avec Jean van Heijenoort, bien qu’il fut le compagnon d’armes de Naville auprès de Trotsky, n’est pas exclusivement consacrée aux questions politiques. Elle comporte aussi de longues discussions sur « sciences, logique et mathématiques » et éclaire ainsi de 1945 à 1985 l’itinéraire intellectuel des deux hommes. La correspondance avec Queneau (1925-1961) est, elle aussi, très variée : des fort belles lettres désespérées de Queneau, pendant son service militaire, radié des EOR pour incapacité en mathématiques, aux débats sur les questions éditoriales, puisque Queneau est le correspondant de Naville chez Gallimard et publiera les premiers grands textes.

8La correspondance chronologiquement la plus longue (1923-1977) est celle avec Gérard Rosenthal. On trouve dans ces lettres comme un écho de la vie de Pierre Naville et, sur Rosenthal lui-même, le témoignage de l’évolution qui fera de l’apprenti-médecin et poète Francis Gérard, l’avocat de Trotsky.

9Il serait injuste de ne s’attarder que sur des noms célèbres bien qu’ils soient nombreux. Durant toute sa carrière de chercheur, Naville a entretenu des échanges épistolaires multiples et n’a jamais méprisé de discuter avec qui le lui demandait, quel que soit son statut. C’est ainsi qu’une impressionnante série de lettres éclaire le réseau des relations scientifiques de Pierre Naville.

10En ce qui concerne l’opposition de gauche, le fonds est riche (de trois cents à quatre cents lettres de Rosmer, Van Heijenoort et Rosenthal déjà cités) et complète admirablement d’autres fonds, tel celui d’Alfred Rosmer, également conservé au Musée social. Il est riche aussi grâce aux efforts de Pierre Naville pour retrouver documents et lettres de l’entre-deux guerres, malgré la perte du contenu très précieux d’une valise brûlée pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ce sont largement ces efforts qui expliquent la présence dans le fonds, de la très importante correspondance de Trotsky : copies des lettres retrouvées à la Hoover, à Amsterdam ou ailleurs. Il a lui-même largement décrit l’histoire de cette quête dans la publication de la correspondance Naville-Trotsky-Van Heijenoort, mais ces archives témoignent bien plus précisément de ses efforts. Le problème ne s’est évidemment pas posé pour son militantisme d’après guerre. La présence dans le fonds de nombreux documents sur le parti socialiste unitaire et sur le parti socialiste unifié est donc moins étonnante.

11Pierre Naville n’a pas non plus oublié dans ses archives les institutions scientifiques, ni les revues auxquelles il a collaboré. Il nous offre de quoi faire une histoire du Centre d’études sociologiques ou de La Revue internationale (toutes les archives de direction, gestion, correspondance ont été conservées).

12Avec ce fonds, Pierre Naville a voulu nous faire profiter de son savoir et de sa connaissance du siècle (ce que le nombre de réponses aux étudiants prouve déjà). Il donne aussi les clés de son histoire singulière, en livrant avec son œuvre et ses travaux ses archives familiales (essentiellement paternelles, exception faite des Mémoires du comte Marchand, grand-oncle de Marie Feine Naville) et une surprenante correspondance avec son père de 1910 à 1953. La première lettre que nous ayons ainsi de Pierre Naville est une lettre qu’il écrivit à six ans.

13Il me semble que deux phrases de lui peuvent expliquer (s’il en est encore besoin) le pourquoi de la constitution de son fonds :

« J’ai écrit des quantités d’articles et d’études dont je serais fâché qu’on me jugeât dessus. Beaucoup pour mon travail professionnel salarié. Beaucoup sur l’occasion, pressé, mal documenté, pas mal rectifiés par les rédactions de journaux, certains adaptés aux circonstances, etc. »

« Rien de nous, cependant, ne peut être entendu hors de ce dessein d’accompagnement de l’homme à sa perte pour que cette perdition soit utile »

Page manuscrite de Pierre Naville, Cahier « Méthodes 1 »

Table des illustrations

Légende Le travailleur solitaire de tous les jours
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Page manuscrite de Pierre Naville, Cahier « Méthodes 1 »
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 337k

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.