Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

I. Textes publiés

Le nouveau Léviathan, de l’aliénation à la jouissance*

Texte intégral

L'expérience quantitative chez Marx

  • * Pierre Naville, Le Nouveau Leviathan, de l’aliénation à la jouissance, Paris, Anthropos, chap. X, (...)

1Nous ne croyons pas inutile de noter ici que l'on peut tracer un autre schéma de l'utilisation progressive de la conception quantitative dans la sociologie de Marx, que celui qui dérive directement de l'influence de Hegel. En effet, sous-jacent au progrès de la méthode chez Marx, se trouve un processus que l'épistémologie moderne a bien mis en valeur : c'est celui qui part de l'expérience immédiate, des perceptions et évidences du sens commun, pour remonter à des structures, à des expériences plus profondes, construites. En sociologie comme en mathématiques, il y aurait d’abord une prise du sens commun, qui voit des évidences là où le rationalisme élaboré ne verra plus tard qu'une « phénoménologie » encore assez distraite. La numération simple paraît d'abord une évidence simple ; le prix d'une marchandise aussi ; sur l'un comme sur l'autre on fonde alors des calculs, de complexité aussi grande qu'on voudra. Mais ces évidences ne sont telles qu'au regard d'une pensée superficielle, immédiate, « vécue » si l'on veut, qui souvent reflète des intérêts. L'esprit scientifique moderne consiste à chercher au-delà de ces évidences premières des structures plus complexes, qui seules peuvent en définitive expliquer ces « évidences » apparentes.

2Prenons, par exemple, ce que Marx appelle le « fétichisme » de la marchandise, c'est-à-dire le fait que l'économie politique, avec le sens commun, révère dans la marchandise un objet dont elle fait la substance de la vie économique. C'est là un fétichisme parce que l'analyse s'en tient à l'apparence prise pour la puissance réelle. Dans sa structure profonde la marchandise n'est pas un objet, mais la forme matérielle d'un rapport d'échange qui met en branle progressivement la dialectique de l'ensemble des rapports sociaux ; et cette dialectique ne peut être mise en oeuvre qu'au moyen de concepts plus abstraits et plus complexes, qui sont le langage de la sociologie élaborée. On montre de la même façon que le capital n'est pas l'argent dans lequel il est matérialisé : bien que celui-ci soit déjà « l’abstraction » moderne de toutes les richesses, il réside en définitive dans des « rapports humains » spécifiques.

3Le vocabulaire ordinaire de la sociologie et de l'économie politique répond à un « fétichisme », en effet, lorsqu'il prend la perception immédiate, le phénomène, pour la réalité scientifique fondamentale. Il parle de marchandises et croit toucher en celles-ci l'essence de l’économie marchande ; il parle de monnaie, et croit palper le capital par excellence ; il parle de travail, de communauté, de famille et se réfère à l'individu actif, au groupe formel d'individus, aux familles juridiques, et pense atteindre ainsi le rationnel, les éléments de la science. Il saisit toutes ces données quantitativement, par des mesures numériques simples : des unités de production, des prix, des temps élémentaires, des dénombrements de population. En fait, il ne perçoit ainsi que l'apparence immédiate, sensible en quelque sorte, qui est toujours une première approximation réaliste, « chosiste », mais d'autant plus éloignée du contenu scientifique profond, élaboré, qui recourt à l’abstraction et à ses contradictions. Ce vocabulaire naïf et prégnant, tyrannique, est un grand obstacle à la recherche, si l'on s'y borne. Il fonde une physique, une mathématique ou une sociologie naïves, « scientistes », que l'on prend pour la totalité du réel, mais dont l'élaboration vraiment scientifique éloigne de plus en plus pour atteindre des lois plus fines, pour construire des concepts qui informeront à proprement parler la réalité phénoménale. Du nombre, il faudra passer aux rapports et de ceux-ci aux mesures ; des équations aux fonctions, des dénombrements aux distributions, aux statistiques ; et au delà, à des concepts fonctionnels. En un mot, il faut atteindre des structures originales en mouvement. De ce point de vue, on pourrait faire pour le vocabulaire de la sociologie et de l'économie ce que M. Guillaume a fait pour celui de la psychologie et M. Bachelard pour celui de la physique et de la chimie, c’est-à-dire montrer le chemin qui va de la connaissance naïve, immédiate, « fétichiste », à une connaissance élaborée, construite, scientifique au sens moderne. C'est la donnée immédiate qui paraît alors « illusoire », et le concept construit qui devient plus réel. Ce processus se répète dans toutes les sciences. Ce chemin doit être sans cesse reparcouru, car on retombe à tout instant dans le fétichisme des perceptions immédiates. Il faut aller du concret immédiat à l'abstrait, comme le veulent Marx et Clausewitz, pour revenir ensuite à un concret nouveau, enrichi, interprété, tout différent du concret primitif. Il faut pour cela vaincre les obstacles d'habitudes commodes, d’impressions sensibles difficile à surmonter, s'écarter du sensualisme naïf à la Feuerbach, du mathématisme ordinaire, ou du sociologisme superficiel, pour parvenir au réalisme conceptualisé, passer du matérialisme brut au matérialisme rationnel et dialectique, informé. Cette dialectique, qui est un processus constant de la marche scientifique des idées, se retrouve dans tous les domaines, et c'est lui que Marx a décrit. Il fait passer d'un quantitatif sommaire, « physicaliste », à un quantitatif complexe, aux puissances supérieures, abstraites et non susceptibles de représentations intuitives, mais d'autant plus vraies, puisqu'elles permettent une saisie plus fine des articulations du réel. Derrière la mesure directe et la sensation immédiate, il y a un quantitatif et un qualitatif unis de type logique où se pénètrent les moments du quantitatif et du qualitatif, de la grandeur et de l'ordre. Ainsi, l'objet-marchandise est bien la première évidence, mais c'est aussi une évidence primaire ; en développant les formes de son existence, la connaissance découvre la structure différenciée du travail, et dans celui-ci sa forme abstraite et concrète, son dédoublement dans l'opération et dans le produit, dans le producteur et l'appropriateur ; en définitive, la marchandise devient un rapport social entre personnes, susceptible de variations mesurables, où la valeur s'est substituée au prix. Cette marche est celle de toute la science moderne.

  • 1 Comme le veut la prétendue règle selon laquelle seul le social engendre le social.

4On a soutenu à ce propos que les faits sociaux et notamment le travail, ne pouvaient cependant pas être traités comme « des choses », et par conséquent n'étaient pas mesurables. La même objection a été faite à la psychologie de comportement. Pourtant, si elle atteint certaines analyses « chosistes », elle ne touche pas le principe. On ne peut s'offusquer de trouver dans les réalités sociales des « choses » que si on les y met d'abord, et si l'on entend par « choses » des objets immédiats du sens commun, social ou privé. Mais à ce compte, il n'existe pas non plus de choses de ce genre en physique ou en mathématiques. C'est le « fétichisme » qui est chosiste. Ni les nombres ni les grandeurs de l’intuition sensible ne sont exclusivement les objets dont traite la science moderne. Pour elle il n'existe que des « faits construits », et cela, quel que soit le domaine objectif auquel elle s'applique. Les faits sociaux ou plutôt les actes et les grandeurs sociales ne se mesurent certes pas avec un centimètre, et elles ne se mesurent pas seulement avec elles-mêmes1, mais elles se mesurent tout de même, comme beaucoup d'autres « faits » qui ne sont pas pour cela des choses. C'est qu'en effet, il ne s'agit ni de choses ni de faits, mais d'actes, d'événements. Ce qu'il s'agit alors de mesurer, ce sont des rapports de mouvements. Il n'est nul besoin à ce propos de recourir expressément aux conceptions de Hegel. Il suffit de comprendre l'évolution de la science moderne, et l'on peut fort bien admettre que c'est par accident historique que Marx fut averti par Hegel des dangers de la mathématique naïve, à une époque où l'application directe des modèles physiques ou mathématiques élémentaires aux réalités sociales l'auraient peut-être empêché de donner une description complète des rapports sociaux – application qui a souvent encore de nos jours les mêmes effets.

  • 2 Il est assez curieux qu'Engels ait senti la difficulté. Il écrit : « Si les axiomes mathématiques (...)

5On pourrait ajouter à l'appui de notre analyse que les études récentes de psychologie génétique ont démontré que les concepts mathématiques élémentaires, ceux de quantité et de nombre, ne sont nullement innés dans l'individu, et qu'ils ont une origine antérieure à celle que lui assigne le réalisme élémentaire, dit du sens commun. Que l'on consulte les travaux de M. Piaget, on verra que les évidences mathématiques du sens commun de l'adulte sont acquises par une lente mise au point, à partir de données très différentes. J. Piaget a retrouvé chez le jeune enfant une préhistoire qualitative de la quantité, elle aussi naïve, mais qui préfigure déjà certaines formes de l'élaboration scientifique qui intervient postérieurement à la cristallisation des données du sens commun. Il a exploré l'expérience topologique de l'espace qui précède son expérience euclidienne ; l'expérience des rapports et du continu qui anticipe celle des quantités discrètes ; l'expérience des ensembles et des ordres d'où germe celle des nombres2. Et il a relié ces expériences à la structure du monde objectif. Il ne faut pas s'étonner, dans ces conditions, si la méthode quantitative qui est à la base des analyses de Marx paraît aujourd'hui bien moins obscure qu'à l’origine. Si toutefois sa formulation hégélienne est encore sommaire, il reste vrai que toutes les études de sociologie qui en dérivent peuvent aujourd'hui s'interroger avec fruit sur l'utilisation contemporaine de la méthode quantitative.

Notes

1 Comme le veut la prétendue règle selon laquelle seul le social engendre le social.

2 Il est assez curieux qu'Engels ait senti la difficulté. Il écrit : « Si les axiomes mathématiques semblent chez nous évidents par eux-mêmes à n'importe quel enfant de huit ans, et n'ont pas besoin d'être prouvés par l'expérience, c'est seulement comme résultat d'un “héritage accumulé” » (Dialectique de la nature, p. 360). Engels explique cette « évidence » par l'hérédité des caractères acquis, mais c'est cette hérédité qui n'est pas évidente et qui aurait encore besoin d'être prouvée. De fait, les axiomes paraissent évidents à huit ans, car ils sont enseignés comme tels, mais les études de Piaget ont montré que leur évidence s'élabore lentement chez l'enfant.

Notes de fin

* Pierre Naville, Le Nouveau Leviathan, de l’aliénation à la jouissance, Paris, Anthropos, chap. X, 1970, © Éditions Economica Paris, pp. 385-389.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.