Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

I. Textes publiés

Essai sur la qualification du travail*

Texte intégral

11. La qualification est-elle due à l'homme ou à l'outillage ?

  • * Pierre Naville, Essai sur la qualification du travail, Librairie Marcel Rivière, 1956, pp. 48-56 ( (...)

1[...] Tout processus de travail manuel combine l'effort de l'opérateur, l'outillage, la matière travaillée, et l'opération elle-même. Le complexe de ces divers éléments de la production n'est nullement structuré au hasard. Ses variations quantitatives et qualitatives suivent certaines règles. La qualité du travail y dépend de la prépondérance plus ou moins grande des différents éléments. Un travail qui demande surtout de l'énergie physique (par exemple la manutention ou le terrassement à bras) devra sa qualité, faible ou forte, plutôt à l'homme qu'à l'outillage. Un travail qui demande des outils et une machinerie très spéciaux verra la part de l’outillage devenir plus importante dans la qualification. De même, en ce qui concerne la matière travaillée. Mais il est évident que de tous ces éléments, celui qui réclame le plus de soins, qui est le plus sujet à variations c'est celui qui fait le lien entre tous les autres, à savoir l'opération proprement dite, qui est la clé de l'ensemble du processus du travail. Ce qui fait en définitive la qualité du produit, c'est la difficulté de l'opération, c'est-à-dire aussi la difficulté qu'il y a à l’apprendre, l'apprentissage de son exécution optima. La qualification d'une tâche ne répond pas à la valeur immédiate des moyens de travail, mais à celle de l'opération qu'elle suppose et des opérations qu'a aussi impliquées la fabrication antérieure de l'outillage utilisé, c'est-à-dire en définitive de l'apprentissage nécessaire à son exécution. Ce qui qualifie, c'est l'acte éduqué.

2Or l’acte est d'abord le fait de l'homme, et n'est que subsidiairement celui de la machine, bien que celle-ci en devienne ensuite le sujet principal ; et ceci pour une raison très simple : c'est que les machines doivent être conçues et construites par les hommes. Les mécanismes, simples ou complexes, et surtout dès qu'ils deviennent automatiques, n'apprennent pas à travailler : ils exécutent immédiatement une tâche dont les normes techniques répondent à celles de leur construction, selon une loi du tout ou rien. L'opérateur, au contraire, apprend peu à peu à exécuter plus ou moins bien une tâche plus ou moins difficile, pénible ou complexe. L’avantage de la machine sur lui, c'est qu'elle supprime un grand nombre d'incertitudes et d’irrégularités dans le travail, et qu'elle est capable de travaux qu'aucun homme ou groupe d'hommes n'est capable de réaliser directement. Ce que l'homme a appris à exécuter lui-même, l'homme est capable d'en imposer l'exécution à un mécanisme, mais à un degré de perfection bien plus élevé. Il transfère ses propres qualités opératoires à des mécanismes, en leur ajoutant des qualités qui dépassent les siennes, mais qu'il a su concevoir, avec une certaine marge d’erreur ou d'imprévisibilité. Il surqualifie la machine, à tel point que l'opinion s'est répandue qu’en définitive ce n’est plus l’homme qui est qualifié, mais l’outillage qu'il met en œuvre : à tel point que l'on en vient à parler de l'homme moderne comme de l'apprenti sorcier, qui a déchaîné une technique plus puissante et qualifiée que lui, dont il n'est plus que l'esclave.

3Ce qui donne une apparence de fondement à cette opinion, c'est d'une part ce que nous pouvons appeler une illusion technique, et d'autre part les conditions sociales ou collectives de la production, dans l'espace et dans le temps.

4L'illusion technique est d'autant plus forte que sont énormes, par rapport aux capacités humaines immédiates, les effets de toute nature et la productivité des machines récentes. Que ce soit du point de vue de l'énergie déployée, du fini dans le petit et dans le grand, de la rapidité, de la complexité et de la finesse des articulations, etc., certaines machines automatiques géantes (que ce soient des presses, des machines à calculer électroniques, des moteurs atomiques, des avions sans pilotes ou des machines automatiques déjà classiques combinant le jeu de près de deux cents outils) exécutent des tâches tellement qualifiées, intègrent une telle quantité de savoir et d’information, sans parler de leur rendement en unités de production, que leur définition dépasse en tout sens les possibilités humaines : les qualifications de ces machines paraissent d'une autre nature, absolument hétérogène à celles dont l'homme est immédiatement doué ou capable par apprentissage personnel. Or, ces mécanismes, une fois conçus et construits, peuvent être conduits et contrôlés par des opérateurs humains non qualifiés ; pas toujours du reste, mais en bien des cas. D'où l'illusion dont nous parlions : les machines sont servies, ce sont elles qui commandent la force, le rythme et la qualité du travail de l'ouvrier ; en somme la qualification, qui appartenait d'emblée à l'homme, a été transférée, et au-delà, au mécanisme qui opère ensuite de lui-même. C'est la machine qui apparaît désormais comme qualifiée.

5Mais illusion ne veut pas dire obligatoirement erreur : ce n'est souvent que la réalité éprouvée d'un certain point de vue. Nous dirions ici qu'au point de vue de l’ouvrier individuel et des catégories ouvrières définies par les outillages qu'elles manipulent, l'illusion recouvre un fait réel. Le conducteur d'un bulldozer doit se plier aux exigences de ce mécanisme complexe, qui suppose une grosse dépense d'énergie, une habileté toute spéciale, de l'entraînement, des variations de rythme importantes (et plus difficiles à soutenir que certains rythmes uniformes), etc. Le bulldozer, comme toute autre machine, obéit évidemment aux normes d’après lesquelles il a été construit ; mais une fois qu'il est mis en mouvement, l'ouvrier est lui-même obligé d'obéir à ces normes. Toutefois, ce fait, réel du point de vue de l'individu, à un certain moment de son rapport avec l'outillage, apparaît comme une illusion quand on l'envisage d'un point de vue social, collectif. L'important, en effet, dans les formes modernes de la division du travail, c’est que celui qui conçoit et fabrique une machine complexe n'est pas celui qui l'utilise, et que du travail très qualifié devient ainsi la source d'un travail qui pourra parfois relever de la simple manœuvre. C'est bien l'homme qui construit les machines, et c'est aussi l'homme qui finit par être dominé par elles ; mais pas « l'homme » en général. Ni l'ingénieur, ni le savant, ni l'ouvrier, ni le manœuvre, ne sont des entités. Ce qu'ils ont les uns et les autres contribué à créer est mis en œuvre à des niveaux et dans des conditions économiques et sociales pratiquement très différents par les uns et par les autres ; en définitive par le truchement de la même technique, les uns domineront et les autres seront dominés. Tout le monde n'est pas également l'esclave de la machine ; l'un des côtés les moins bien aperçus mais les plus indiscutables de la qualification du travail consiste précisément à échapper aux servitudes dans la plus grande mesure possible, servitudes qui seront dans une large mesure le lot de l'activité non qualifiée. En un mot, l'illusion technique cache une réalité sociale.

6La production est un processus, une métamorphose permanente. Les transformations matérielles qui la résument ont toujours lieu sous forme sociale. Par conséquent, la structure de la société, qui définit aussi ce qu'on appelle son niveau, donne sa forme et son sens aux hiérarchies de qualification. Mais elle ne les confère pas directement aux individus : elle ne les leur attribue que par l'intermédiaire de structures sociales et techniques subordonnées. Ces structures, qui interfèrent, sont en très grand nombre. Certaines sont mieux connues que d'autres, parce que des dénombrements et des statistiques s'y sont attachés, ou que des intérêts économiques ont poussé à leur étude. En France, par exemple, les spécialisations professionnelles sont mieux connues à partir du métier individuel que de l'entreprise. Les recensements donnent pourtant lieu à relevé de « l'activité individuelle » et de « l'activité collective » de la même personne ; mais la seconde, dont les fluctuations sont plus accentuées, est beaucoup moins étroitement étudiée que la première (en partie parce que cela risquerait d'éventer certains secrets inséparables de la concurrence).

7Il est évident que le niveau et la forme économique de la société détermineront des formes spécifiques des hiérarchies de qualification : ce qu'on appelle un ouvrier qualifié répond à des réalités très différentes en Afrique occidentale française, en URSS ou aux États-Unis, pour prendre trois types d'économie assez distincts. Les échelles s’établiront différemment, en fonction de l'appareil technique disponible, du caractère plus ou moins industriel ou agricole de la production, de l'étendue des services et des bureaux, du volume et de la complexité des entreprises, de la composition d'âge de la population active, et de bien d'autres variables. La production agricole, et les récoltes présentent à ces points de vue des variétés de qualification certainement aussi étendues que la production industrielle proprement dite. Ces deux types de production peuvent d'ailleurs être très hétérogènes, ou au contraire arriver à se confondre sur certains points comme on le voit au Danemark, en Hollande, aux États-Unis. La même profession au point de vue de sa fin technique, peut ainsi être plus ou moins qualifiée selon le milieu socio-économique dans lequel elle s'exerce ; l'élevage du porc n'est pas du tout identique au Danemark ou au Hounan. Toutefois, plus la production se mécanise, plus s'introduit dans l'évaluation des qualifications un facteur de rigidité et d'uniformisation. Il faut alors faire intervenir un type particulier de structure, propre aux sociétés industrielles, celle des entreprises, des « activités collectives » de nos statistiques, qui impriment de plus en plus leur force à la société et à l'État.

8Avec la complexité croissante et la ramification de plus en plus étendue des entreprises industrielles modernes (dominées en définitive par les monopoles et l'État), la structure de qualification appartient alors de moins en moins aux machines proprement dites et à l’outillage immédiat, et de plus en plus aux entreprises qui les utilisent productivement. La structure des entreprises varie beaucoup dans la proportion respective de l'outillage et de la main-d'œuvre et dans la proportion de la main-d'œuvre des qualifiés, spécialisés et manœuvres. Au point de vue économique, cette structure est déterminée par ce que Marx a appelé la « composition organique », qui se manifeste notamment par la répartition interne de la main-d'œuvre et de l'outillage quelles que soient l'étendue et la complexité de l’entreprise ; si on considère celle-ci comme unité économique autonome, elle doit répondre à ses propres critères de rentabilité. La main-d'œuvre, l'outillage, les matières premières doivent donc être considérées respectivement sous forme des salaires, du « capital mort » ou fixe (bâtiments, installations, outillage) et des profits, la « composition organique » de l'entreprise est donc avant tout celle du capital. Mais la part relative de ses divers éléments peut varier beaucoup selon la nature technique et économique des entreprises. Et cette structure imposera elle-même sa forme aux hiérarchies de qualification qui sont nécessaires à sa marche. Il y a donc une « qualification » plus ou moins élevée de l'entreprise elle-même et de la branche d'industrie à laquelle elle appartient, qui se superpose à celle qui est cristallisée dans la machine, et qui est déposée dans l'organisme des ouvriers. L'opération de l'entreprise tout entière peut ainsi devenir le facteur essentiel d'une qualification collective du travail, qui dépasse à la fois celle des ouvriers individuels et celle des machines particulières. Mais bien entendu, si l'on considère la population active entière d'un pays ou d'une région, il y aura certaines correspondances globales entre la hiérarchie considérée dans la somme totale des individus actifs, indépendamment des entreprises où ils sont employés.

9Nous en avons assez dit, sans pousser plus loin l'analyse, pour montrer la complexité de la réponse à donner à cette question : Qui est qualifié ? Où réside la qualification ? À vrai dire, c'est la question elle-même qui devrait être modifiée.

10Il faudrait plutôt demander : de quelle combinaison de facteurs résulte la qualification d'une opération ? on voit que la réponse sera complexe. Elle dépendra de l'opération considérée, du niveau et du moment où elle se situe. Mais en dernière analyse, c'est de l’homme qu’elle dépend, et c'est à lui qu'elle appartient. Mais comme l'homme est ici le travailleur collectif socialement morcelé, la qualification du travail paraît appartenir tantôt à l'un tantôt à l'autre des éléments du processus de travail. Et c'est ce qui rend si aléatoire sa réduction à des critères simples, qu'il faut alors plutôt chercher dans des notions plus abstraites. C'est donc le moment de nous demander ce que vaut la conception du travail qualifié comme quantité multiple du travail non qualifié ou simple, qui a été défendue par Marx.

12. Travail simple et travail complexe

11Il nous suffira de rappeler brièvement cette conception que nous avons évoquée plus longuement ailleurs. En substance, le travail qualifié pourra être considéré comme un multiple du travail non qualifié ou simple. Les différences de qualité seront ainsi ramenées à une différence quantitative, et donneront lieu à une échelle graduée. Les travaux seront ordonnés en fonction de leur qualité croissante, et numériquement évalués. La hiérarchie des qualifications s'établira en fonction d’une valeur de base qui sera le travail simple, indifférencié, sous sa forme la plus élémentaire. Reste à savoir comment s'établit cet ordre. En tout cas, il aura le mérite de permettre une estimation quantitative, et un contrôle plus serré des répartitions professionnelles qualitatives. Dans cette conception c'est la complexité ou composition, combinaison, des tâches (et du même coup le caractère plus complet de l'apprentissage) qui sera le critère essentiel de la qualification du travail.

12Des objections de tous ordres ont été faites à cette façon de voir. Les unes soulignent le fait qu'un travail qualifié, une fois normalisé, devient une unité indécomposable, et par conséquent non réductible à des éléments simples. Les autres insistent sur l'hétérogénéité radicale des différents travaux qualifiés, dont la nature devient si particulière qu’on ne saurait leur trouver aucun élément simple commun, sauf le fait qu'ils sont exécutés par un organisme humain. On a aussi montré que les incessantes modifications de l'échelle des qualifications soumises à de multiples facteurs, en particulier technologiques, rendent presque impossible la recherche d'un étalon fondamental stable. Il n'y aurait pas « d’unité technique élémentaire ».

13Dans le même sens, on fait valoir qu'un travail simple qui servirait de base à l'échelle ne serait jamais qu'une abstraction sans rapport avec aucun travail concret particulier, et par conséquent inutilisable. Enfin, on demande, non sans raison, comment se formera cette échelle, qui sera juge des degrés de son extension. De sorte qu'en définitive le travail qualifié resterait un phénomène absolument original, irréductible à aucun facteur simple, et qu'il serait impossible de quantifier : seul le marché du travail et l'évolution technologique, ainsi que les changements du niveau social, pourraient rendre compte de sa formation, de son emploi, de sa disparition. Elle n'obéirait donc à aucune « loi » et tout ce qu'on pourrait faire serait d'en serrer la description d'aussi près que possible dans chaque cas particulier.

14Pourtant, il est difficile de ne pas admettre que cette conception a pour elle toute une série de faits indiscutables. D'abord il est évident que les hiérarchies de salaires corrélatives à des hiérarchies de qualification, partent d'un « plancher » : un salaire peut toujours être considéré comme le multiple d'un autre. Des tentatives comme le job rating, d'autre part, montrent que l'on peut établir des échelles de qualification a partir d'éléments de base convenablement pondérés. La recherche de working units, de « segments élémentaires », au cours d'un processus de travail, part de la même préoccupation. Même si ces procédures ne sont pas justifiées à d’autres points de vue, il est certain qu'elles sont fondées sur l’hypothèse de la relativité quantitative des qualifications, c'est-à-dire de leur réduction possible à des unités simples. Du point de vue technologique et pédagogique, d'autre part, on constate aussi que le travail le plus complexe peut être réduit, ou analysé, en éléments simples, pour la bonne raison que l'outillage qui permet de l'effectuer a lui-même été élaboré à partir d’éléments simples. Enfin, le fait banal qu'un travail complexe et qualifié peut être appris par un individu qui ne possède d'abord que des capacités et des connaissances rudimentaires, suffit à montrer qu'il existe une progression parfaitement contrôlable dans l'acquisition d'une qualification (même si les formes et le mécanisme de cette progression ne nous sont pas toujours bien connus). Tous ces faits pratiques de la vie industrielle suffiraient à légitimer dans ses grandes lignes la conception du travail qualifié comme multiple d’un travail simple, mais à condition de l'interpréter sans préoccupation arithmétique trop stricte et d’apprécier correctement la marge dans laquelle elle reste valable.

15D’abord, c'est socialement et non individuellement, que le travail complexe ou qualifié peut être considéré comme un multiple du travail simple. Pour l'opérateur individuel, tout travail apparaît d'abord comme habileté spécifique, incomparable, même s'il s'agit d'un travail élémentaire. Le manœuvre a lui-même tendance à différencier toujours plus sa tâche : il y a le « manœuvre balai » et le « manœuvre cour » et l’on a cité le cas de balayeurs de neige qui demandaient à spécifier leurs tâches selon l'épaisseur de la couche à déblayer. Tout individu pèse au plus près sa tâche propre, et lui trouve toujours une différence, si légère soit-elle, avec celle du voisin qui n'est « jamais exactement la même ». Mais ce souci témoigne précisément d'un besoin de comparabilité, qui est une exigence sociale. Or, socialement, collectivement, la comparabilité des travaux n'est possible que par grandes classes, par ensembles ou groupes, et cela d'autant plus que la population active est nombreuse et différenciée. Dans une tribu de quelques dizaines ou centaines d’hommes et de femmes, chaque tâche conserve plus facilement une spécificité essentielle (et les petites « confréries » ne font que cristalliser cette spécificité) ; d'autant plus qu'elle est fondée sur un outillage rudimentaire. Mais pour une main-d'œuvre de cinquante ou soixante millions de personnes, organisée dans la même unité sociale, les différentes tâches individuelles se rangent inévitablement en grandes classes et en divisions qui se recoupent de diverses façons, et c’est seulement ainsi qu'elles deviennent comparables ; autrement dit, une certaine proportionnalité, qui dérive de l'ensemble de la structure sociale, s’établit entre elles. La comparabilité de travaux qualitativement différents entraîne donc une estimation quantitative, et du même coup la réduction toujours possible de certains travaux complexes à certains éléments simples. Mais c'est une réduction abstraite, susceptible de grands écarts dans les cas concrets ; car s'il s'agit d’une mesure sociale, cela veut aussi dire relative au niveau moyen de la société. Le travail considéré comme simple ne sera donc pas un travail concret déterminé, analysable matériellement, comme le mètre en platine est l'étalon de toutes les mesures métriques ; ce sera le travail considéré moyennement comme élémentaire pour un niveau donné du développement social et technique, et notamment du niveau d'instruction générale. Du même coup, le travail sera considéré comme plus ou moins qualifié socialement, c'est-à-dire en fonction de la technique à maîtriser et des moyens d'apprendre à le faire. Comme simple ou comme complexe, le travail présente donc des écarts par rapport à des moyennes sociales et historiques. Mais dans cette marge, leur rapport peut être en effet considéré comme une donnée quantitative, et l'un de ses facteurs essentiels est la quantité de temps nécessaire à leur apprentissage et à leur expérience, temps lui-même très variable.

Notes de fin

* Pierre Naville, Essai sur la qualification du travail, Librairie Marcel Rivière, 1956, pp. 48-56 (tous droits réservés).

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.