Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

I. Textes publiés

Friedrich Engels, Dialectique de la nature1

Texte intégral

1. Préface de Pierre Naville

  • 1 Friedrich Engels, Dialectique de la nature, Librairie Marcel Rivière, Paris, 1948. Traduction de De (...)

1[...] Le lecteur se trouve donc en présence d'un ensemble d'écrits dont certaines pages sont achevées, dont d'autres sont de simples notes, des ébauches, des réflexions, et d'autres encore des analyses, tendues et approfondies de certains faits ou théories scientifiques ; il en ressort une impression de disparate dans la forme, mais nullement dans le contenu, comme on en sera facilement convaincu. Enfin, il ne faut pas oublier que d'autres travaux de Marx et d'Engels, depuis longtemps bien connus, viennent fournir la pensée complémentaire là ou elle paraît nécessaire. Dans ces conditions, il faut accorder une très grande importance à ces pages, et je gage même que la cohorte des idéalistes attardés qui emplissent aujourd'hui le monde de leurs nasillements criards, et les métaphysiciens impénitents contempteurs des sciences qui sont toujours au premier rang lorsqu'il s'agit de siffler Engels ou d'applaudir à quelques contorsions des trapézistes leurs confrères, se verront eux-mêmes obligés de hocher la tête avec prudence. Philosophe échaudé craint l'eau froide !

2La publication de ce texte en français devait être l'occasion d’une discussion supplémentaire avec la philosophie, et j'ai cherché quelle façon de la conduire serait la meilleure. Autrement dit, sous quelle forme était-il opportun de commenter Engels, de quelle manière pouvait-on le mieux faire sentir l'importance actuelle de ses préoccupations, en dépit de l'ancienneté de ses matériaux scientifiques ? Bien entendu, je ne pouvais songer à fournir l'un de ces travaux critiques dits exhaustifs, dont l'auteur attend une réputation purement académique, où chaque virgule est annotée savamment, où les références s'articulent en une stratégie profonde qui fait bien vite capituler le lecteur, mais qui nous laisse sur notre soif. Cela, c’est l’érudition classique sous la forme la plus ennuyeuse, où « le respect de l’histoire » devient presque toujours le mot d’ordre d'une soi-disant objectivité qui perd de vue l'intérêt actuel des matières en discussion. Le travail du chartiste ou du pur commentateur n'est d'ailleurs pas toujours vain, lorsqu'il s'applique à des travaux si anciens qu'il est d'abord nécessaire d’en restituer une forme compréhensible, accessible aux données actuelles de notre instruction ou de notre culture. Cela est particulièrement vrai des œuvres scientifiques, philosophiques ou religieuses qui proviennent de civilisations très anciennes ou différentes de la civilisation blanche européenne. Mais ce n'est pas ici le cas. Car en dépit d'un certain modernisme naïf assez répandu, nous nous trouvons toujours de plain-pied avec la pensée d’Engels. Celle-ci appartient encore à notre époque, à notre domaine de préoccupations et de recherches. Ses termes n'apparaissent « vieillis » que si l'on mesure les progrès de la culture contemporaine à l'aune des mois ou des années, et non à celle des siècles ; même les gigantesques progrès scientifiques des dernières décades sont loin de nous faire faire un tel bond dans l'histoire que nous soyons amenés à jeter un regard de pitié ou de dédain sur les études de nos maîtres, vieilles à peine de quatre-vingts ans ! Et ce n'est pas l'effet d'une grâce surnaturelle, mais d'une profondeur analytique et d'une ampleur de vues qui ne se retrouvent qu’à des époques très distantes les unes des autres : entre temps, toute la puissance critique et créatrice d’œuvres de cette portée reste efficace, bien que le jeu même de leur dialectique nous invite à procéder sans relâche à de nouveaux ajustements, à de nouvelles recherches, à de nouvelles découvertes.

3Mais si la Dialectique de la nature de Frédéric Engels paraît encore si riche de contenu vivant, il n'en était pas moins nécessaire d'en éclairer certains passages. De plus, elle invite irrésistiblement à s'interroger sur les conditions actuelles d'une « dialectique de la nature » (...].

4La question du titre mérite d'être d'abord réglée. Les manuscrits d'Engels portaient tantôt l’inscription : Nalurdialektik, tantôt : Dialektik der Natur, c'est-à-dire dialectique de la nature – et non dialectique et nature, comme on l'a parfois imprimé. La pensée fondamentale d'Engels est donc déjà explicitée par son titre : il ne s'agit point de considérations sur des rapports supposés entre la dialectique et la nature, mais de l'étude des lois dialectiques de la nature, impliquées par l'existence de la nature, ou, si l'on veut, dans la nature. Conformément à leur conception du matérialisme, Marx et Engels devaient considérer les lois objectives du monde (du monde « naturel » aussi bien que du monde « humain ») comme émanant de ce monde lui-même. Celles-ci devaient donc inévitablement lui appartenir, et non, comme l'avait pensé Hegel, n’en être que la matrice. Sous la forme la plus simple qui soit, on peut formuler de la façon suivante la tâche que Frédéric Engels s'était tracée : vérifier si les domaines explorés par les sciences de la nature révélaient les rapports dialectiques analogues à ceux que Marx avait découverts dans le monde social. Cela supposait sans doute une appréciation et une critique préalables des théories scientifiques en cours, au moins dans quelques secteurs pris à titre de témoins. Ce travail, nous savons qu’il est indiqué plutôt que réalisé dans la critique des idées d'Eugène Dühring ; mais Engels se proposait de le pousser jusqu'au bout, dans un autre travail, en dépit de son manque de préparation scientifique.

5Engels estimait que les trois découvertes scientifiques décisives de son époque étaient celle de la cellule (en 1839), celle de la transformation – ou conservation – de l'énergie (Camot-Clausius de 1829 à 1848), et celle de l'évolution selon Darwin (definitivement exposée en 1859), toutes trois bien antérieures, on le voit, aux années pendant lesquelles Engels les étudia de plus près. Il s'agit de découvertes faites dans le domaine des sciences dites naturelles selon le vocabulaire du temps, c'est-à-dire en dehors des sciences sociales et psychologiques (mais il semble bien qu’Engels fait toujours entrer la mathématique dans les sciences de la nature). Ces découvertes fondamentales, il n'est pas inutile de le souligner, appartiennent à ce que l'on appelle aujourd'hui biologie et physique, c'est-à-dire justement aux domaines de recherche où les concepts fondamentaux de la dialectique pouvaient le mieux apparaître à cette époque dans toute leur ampleur, car s'y cristallisaient enfin des formes déterminées de mouvement et d'action réciproque dont le XVIIIe siècle avait seulement entrevu le sens et la portée. Vie chimique et dynamique de la matière organique, évolution des formes de la vie animale, transformations mutuelles des formes naturelles de l'énergie et disparition des « forces » locales spécifiques, voilà ce qui frappe Engels dans les découvertes de Clausius et de Darwin, ce qui devait frapper les créateurs de la dialectique rationnelle, les analystes du mouvement évolutif des sociétés [...]

6Engels, comme Marx, voit dans ces découvertes et inventions, aux différents niveaux où elles se situent, une claire justification de leur propre effort scientifique : le mouvement, l'action réciproque, la considération de l'organisation unitaire (ce qu’on appelle assez malheureusement la catégorie de totalité), triomphent à leur tour dans les sciences naturelles, non plus sous la forme d'une simple intuition ou d'un postulat global, ni dans la déduction de simples généralisations philosophiques, mais dans l'articulation même des faits soumis au déterminisme naturel, repérables et calculables de mieux en mieux. Dans la nature comme dans le monde social s'imposait alors une vue historique, évolutive, nous dirions maintenant dans certains cas génétique ; dans l'une comme dans l'autre transparaissent, à l'insu le plus souvent des naturalistes, physiciens et chimistes, ces formes dialectiques du mouvement qui restituent un sens créateur à la négation et surmontent les antinomies métaphysiques élémentaires entre quantité et qualité, fini et infini, positif et négatif, etc. ; qui confirment, en somme, toute cette méthodologie nouvelle que Marx avait esquissée au contact des faits économiques et sociaux, et dont l'une des sources – mais l'une seulement – se trouvait chez Hegel. L'on voit Engels s'initier de plus en plus près aux recherches scientifiques positives, entretenir Marx des découvertes à l'ordre du jour, des hésitations et des progrès des savants, et suivre le fil de ce travail dans la voie où il devait paraître tout de suite justifier le mieux la dialectique : celle qui s'ouvrait devant la physique, la chimie et, dans une moindre mesure, la biologie.

7C'est ici l'occasion de souligner ce qu'avait sans doute, et nécessairement, de limité l'enquête poursuivie par Engels à partir des années 1870 – si l'on peut se permettre de parler de limitation lorsqu'il s'agit d'une œuvre aussi vaste, aussi libre de préjugés, aussi scrupuleuse, aussi largement ouverte aux nouveautés, et qui anticipe si bien sur les étapes futures du développement scientifique [...]

8Il s'en faut d'ailleurs que toutes les questions abordées par Engels offrissent des certitudes à cette époque, comme on le verra par exemple au cours de son examen de la production voltaïque de courant électrique. Sans oublier que les certitudes d’aujourd'hui deviennent dans certains cas des incertitudes pour le lendemain, lorsque le domaine dans lequel elles jouent s'élargit à des ordres de connexion et de variations réciproques supérieurs. En effet, au moment même où Engels s'efforce de tracer un bilan des acquisitions de la science au point de vue méthodologique, de nouvelles directions de recherches commencent à s'affirmer. La physique mathématique va devenir l'instrument d'une unification supérieure de tous les processus de l'astronomie, de la physique terrestre et de la chimie. Au terme (actuel) de cette unification va s'épanouir l'atomistique expérimentale. Corrélativement, les mathématiques s'engageront dans des voies tout à fait nouvelles, à partir de la théorie des Ensembles, jusqu'aux mathématiques quantiques et à l'analyse statistique, et seuls ces nouveaux instruments permettront la constitution de l'atomistique du XXe siècle, à l'échelle universelle comme à l'échelle subatomique. Mais le développement le plus important survenu depuis l'époque où Engels écrivait est peut-être celui qui a étroitement intégré la biologie, la physique et la psychologie dans la sphère continue des sciences naturelles. La biologie, comme la chimie et la physique, est tout entière tributaire de l'atomistique ; de nombreux liens ont été clairement mis en valeur entre les formes de mouvement « organique » et celles du mouvement « physico-chimique », quoiqu'en fonction d'une structure beaucoup plus complexe qu’on ne pouvait l’imaginer vers 1880. En même temps, s'est peu à peu constituée une psychologie nouvelle, une science du comportement de l'être humain et même de l'animal, qui nous place aujourd'hui au cœur même d'une dialectique de la nature. En effet, ce n'est plus seulement dans sa nature physique que l'organisme animal, humain ou non, est étroitement saisi en relation avec l'univers. C'est aussi dans son mouvement propre, son comportement, qu'un pont a été finalement jeté entre les instruments abstraits propres à l'activité humaine (langage symbolique, logique, mathématique) et leur occasion ou leur effet, c'est-à-dire leur insertion dans la nature, ou plutôt leur rapport avec d'autres structures naturelles. L'étude génétique (historique) a révélé une solidarité organique, des relations architectoniques si l'on veut, entre le développement des activités intellectuelles, affectives et sociales de l'animal humain, même les plus élevées et les plus abstraites, et les conditions objectives (Univers) de sa croissance ontogénétique et phylogénétique. Plus l'univers se montre étroitement impliqué dans l'homme, plus l'homme se montre étroitement et complexement impliqué dans l'univers.

9Ces développements nouveaux des sciences exigent aujourd'hui des formes de dialectique à la fois beaucoup plus subtiles et plus précises que ne pouvait y prétendre un contemporain d'Engels et de Marx ; voilà qui doit être aujourd'hui admis par tous. Mais ce qu’il faut reconnaître aussi nettement, c’est que ces développements ne viennent jamais donner de démenti essentiel à la forme de pensée, à la méthodologie générale et à l’esprit que l'on trouve à la base des analyses d'Engels.

10Et pourtant, que de papier gâché depuis cinquante ans pour nous prouver que les maîtres du matérialisme scientifique n'ont été en matière de science que des brouillons, sinon des analphabètes. Non seulement les savants bourgeois déclarés, mais toute une kyrielle de socialistes ou prétendus tels, se sont pédantesquement crus autorisés à ridiculiser Marx et Engels à ce propos. Sorel, qui n'oublie jamais qu’il a été ingénieur, a lancé quelques exclamations ironiques sur les « exemples » de dialectique scientifique cités par Engels, sans se donner la peine de s'expliquer sérieusement. Comment la multiplication de deux nombres négatifs pourrait-elle être la négation d'une négation et donner un résultat positif ? Voilà ce qui passe l'entendement de Sorel et celui de ses nombreux imitateurs ! Engels a donc été accusé de coller quelques formules hégéliennes sur des faits qu’il ne comprenait pas, justement parce que ces messieurs étaient incapables de comprendre que ce ne sont pas ici les termes propres de Hegel ou même d’Engels qui importent, mais une forme de pensée que l'on peut souvent exposer aujourd'hui en d'autres termes.

11Mais le plus curieux est que l’accusation d'hégélianisme a été lancée contre Engels en même temps qu'on lui reprochait de n'être, par rapport à Marx, qu'un « matérialiste vulgaire », un empiriste à courte vue ! Marx lui-même est présenté par les métaphysiciens et littérateurs comme un rationaliste étriqué, pour tout dire un « scientiste ». C'est là un des paradoxes de la critique philosophique, ramassis de fadaises littéraires, et qui prend son éclectisme ignare pour une supériorité évidente. Et cette critique ambiguë se double d'une autre affirmation ambiguë : Engels aurait par ailleurs développé des principes scientifiques et philosophiques assez différents de ceux de Marx, ou bien il aurait démarqué Marx sans aucune originalité. Cette question mérite un instant d'examen, parce qu'elle révèle d’assez dangereuses et sottes conceptions relatives aux conditions collectives de la recherche de la vérité, et qu'elle nous ouvre des perspectives intéressantes sur le sens de la collaboration des deux initiateurs du matérialisme moderne.

12L’association de Marx et d’Engels a pour fondement une communauté d'idées, d'attitudes et d'action qui contraste avec toute la tradition individualiste des « grands intellectuels » du XIXe siècle. Leur rapport mutuel, au cours de son développement, fut aussi leur propre rapport avec un parti, le parti ouvrier. Leur travail intellectuel personnel fut en rapport mutuel étroit parce qu'il concourait à l'étude collective de domaines où le génie individuel ne suffit pas, ou ne suffit plus. Sous cet angle, la façon de vivre et de travailler de Marx et d’Engels manifeste déjà par elle-même une hostilité significative et organique envers les traditions individualistes et professorales du libéralisme bourgeois comme envers les attitudes cathédrales de la culture ecclésiastique. C'est aussi bien la forme que le contenu des rapports personnels entre Marx et Engels qui devaient servir de modèle pour l'avenir (tout comme ce fut ensuite le cas pour Lénine et certains de ses collaborateurs). L’activité commune de ces deux hommes ne résulte pas de l'accord sentimental de deux tempéraments ou de deux intelligences élevées, et encore moins de deux ambitions, mais d'un concert indispensable à la marche en avant du mouvement prolétarien, et du mouvement de la science matérialiste moderne. Leur long labeur partagé figure déjà en quelque sorte le noyau d'une politique démocratique de parti, et c'est là ce qui lui donne son sens particulier.

13Cette attitude se manifeste aussi bien dans la discussion des questions scientifiques que dans la vie politique, et on la comprendrait peut-être moins bien si Marx et Engels ne nous avaient pas conservé leur correspondance, où elle s’exprime sans entraves. Si l'on parcourt cette correspondance, on comprend beaucoup mieux comment les deux hommes discutaient entre eux, se faisant part de leurs lectures ou de leurs observations, se soumettant des objections, se communiquant les découvertes ou faits scientifiques récemment établis. Et l'on saisit de quelle façon les qualités particulières de chacun d'eux concourt à l'élaboration d'une conception commune. On voit clairement que le projet d'élaborer une dialectique dans les sciences naturelles fut constamment à l'ordre du jour de leurs discussions, et préoccupait Marx tout autant qu'Engels.

14Dans une lettre d'Engels à Marx, en date du 14 juillet 1858, on voit déjà nettement esquissée cette Dialectique de la Nature qu'il ne songera que plus tard à écrire. Étant donné l'intérêt qu’elle présente pour la genèse des conceptions d’Engels, nous en reproduirons ici tout l'essentiel, d'après la version de M. Molitor :

« Envoie-moi donc, écrit Engels, la Philosophie de la nature de Hegel que tu m’as promise. En ce moment, je m'occupe un peu de physiologie et J'y ajouterai de l'anatomie comparée. Ce sont des sciences extrêmement spéculatives, mais que l'on vient seulement de découvrir ; je voudrais savoir si le vieux philosophe ne s'en est jamais douté. Un point est certain : s'il avait à écrire aujourd'hui une Philosophie de la nature, les données lui tomberaient de toutes parts. On ne saurait d'ailleurs se faire une idée des progrès réalisés dans les trente dernières années dans les sciences naturelles. Ce qui a été décisif pour la physiologie, ce fut en première ligne le développement énorme de la chimie organique, et ensuite le microscope dont on ne sait vraiment se servir que depuis vingt ans. Le microscope, plus encore que la chimie, a conduit a des résultats importants. La chose essentielle, qui révolutionna toute la physiologie et rendit possible la physiologie comparée, ce fut la découverte des cellules – pour la plante par Schleiden, pour l'animal par Schwann (vers 1836). Tout n'est que cellule. La cellule est l’être en soi de Hegel ; dans son évolution, elle parcourt exactement le processus hégélien, pour aboutir finalement à “l'idée” sous forme d'organisme parfait [...] »

15À partir de 1860, la correspondance porte des traces de plus en plus nombreuses de l'intérêt qu'Engels et Marx portent aux sciences naturelles, et aux rapports des découvertes de ces sciences à celles qu'ils faisaient eux-mêmes en économie, en politique et en histoire. Tous deux se passionnent pour les travaux des spécialistes, mais en même temps constatent la pauvreté « philosophique » des généralisations des savants de la génération nouvelle, qui se proclame pourtant dans l'ensemble positiviste et même matérialiste. Engels, nous l'avons vu, juge urgent d'utiliser l'héritage de Hegel aussi bien dans les sciences naturelles que dans l'économie sociale. Marx est du même avis, et lui écrit, par exemple, le 7 juillet 1866 :

« En ce moment j'étudie, dans mes loisirs, Comte, parce que les Anglais et les Français font tant de bruit autour de son nom. Ce qui les séduit chez lui, c'est le caractère encyclopédique, la synthèse. Mais c'est lamentable, tout cela, quand on le compare aux travaux de Hegel (bien que Comte lui soit supérieur comme mathématicien et physicien de profession, c'est-à-dire supérieur dans le détail ; car, même là, Hegel est infiniment plus grand dans l'ensemble). Et ce positivisme ordinaire parut en 1832. »

2. Introduction générale

VIII

16C’est ici qu'il conviendrait d'introduire un aperçu des structures nouvelles que la statistique mathématique et le calcul des probabilités ont fait maintenant passer dans notre interprétation du monde. En effet, c'est principalement dans ces sciences que s'opère une synthèse originale des anciens points de vue sur la quantité et la qualité, sur les connexions déterminées, et sur l'évolution naturelle. Le champ d'application, aussi bien que la pure élaboration mathématique de la statistique, se sont beaucoup étendus. La statistique recouvre aujourd'hui pratiquement la totalité des domaines scientifiques, et imprègne déjà la pratique sociale. Cette situation est d'autant plus remarquable qu'il s'agit là d'une branche de la science encore très peu développée il y a cinquante ans, et dont la dialectique matérialiste ne s'est guère occupé jusqu'à présent ; elle doit cependant venir aujourd'hui au premier rang de ses préoccupations.

17Il faudrait d'abord, ici aussi, se débarrasser de quelques préjugés fort courants sur « la probabilité » en soulignant que ces préjugés sont encouragés dans le public par des programmes d'enseignement primaire et secondaire qui ne font aucune place à la statistique, du moins en France. Le « probabilisme » est donc encore largement considéré dans le public, et même dans le public instruit, comme synonyme de dérèglement, de contingence irréductible, de confusion ou de liberté métaphysique, d'incertitude foncière, un peu comme la physique mathématique de la « relativité » fut considérée comme la garantie de la relativité morale de toute chose : plus de vérité, plus de certitude, plus de croyance stable ! La notion même de déterminisme, fondement de toute science, et plus généralement de toute connaissance, paraît au premier abord très ébranlée par un probabilisme généralisé, et il s'est même trouvé de nombreux matérialistes sincères pour prétendre renoncer aux interprétations probabilistes, plutôt que d’admettre la nécessité d'élever leur conception du déterminisme au niveau de l'une des acquisitions les plus importantes de la science moderne.

18L'enseignement et la théorie distinguent encore la statistique mathématique et le calcul des probabilités proprement dit, et le problème de leurs rapports est en effet des plus délicats. Cependant, il s'agit d'un problème capital pour l'introduction de cette branche des mathématiques dans le corps de la science matérialiste, car il pose directement la nécessité d'unir le calcul théorique sur des ensembles d'événements aléatoires, et les observations concrètes que l’on peut faire sur ces événements, c'est-à-dire le relevé de certaines de leurs déterminations. En effet, on peut admettre sommairement que le calcul des probabilités proprement dit est fondé sur le rapport d’événements probables à des événements possibles, convenablement délimités. La probabilité d’un événement de se produire résulte d'un calcul qui donnera un résultat d'autant plus stable, c'est-à-dire variant dans des limites d'autant plus réduites, que le nombre des événements possibles (c'est-à-dire prévisibles) sera plus élevé. Le nombre des événements possibles doit être ici considéré comme la répétition, ou la fréquence, d'un même événement. La précision des estimations de probabilité dépend donc de la loi des grands nombres, c'est-à-dire des fréquences.

19C'est cette notion de fréquence qui unit le calcul des probabilités à la statistique proprement dite. La fréquence d’un même événement (ou de sa mesure) détermine des « populations », ou ensembles de données sur lesquelles s'exercera le calcul. Les données peuvent être des fréquences observées, par exemple des mesures, mais elles peuvent être aussi des fréquences déduites et non directement observées (comme dans les statistiques quantiques), ou bien des fréquences substituées (dans le cas où l'on opère sur des échantillons pour en tirer des conclusions valables pour les ensembles plus vastes sur lesquels ont été prélevés les échantillons). En s’appuyant sur la notion de fréquence, la statistique a introduit l'idée de probabilité dans tous les domaines scientifiques, mais en adaptant celle-ci, au fur et à mesure des besoins, à partir du point où les mathématiques classiques ne permettaient plus d'atteindre le phénomène à étudier, ou plutôt ne permettaient plus de l'atteindre avec une précision adéquate.

20En effet, le probabilisme atteint des précisions maxima là où la mathématique et la mécanique classiques s'avèrent maintenant impuissantes à fournir les descriptions précises recherchées, et l'on admet couramment que l'estimation statistique devient nécessaire à partir du moment où les phénomènes en cause dépassent l’échelle humaine, soit dans le sens des micromesures, soit dans celui des données cosmogoniques. À l’échelle des observations sensorielles directes (c'est-à-dire des observations où le contrôle est légitimé par une perception directe de l'observateur – en général une perception visuelle sur un indice en mouvement), les mouvements de la matière sont justiciables du déterminisme classique, c'est-à-dire, mathématiquement, des équations différentielles de la mécanique et de l'électromagnétique ; mais dans le domaine de l’atomistique, ou dans celui de l'astronomie stellaire, la finesse des mesures est limitée par des paramètres aux variations ténues, ou même individuellement indiscernables, de sorte que seules des valeurs probables, portant sur des ensembles, peuvent leur être attribuées dans certaines limites d'erreur. Mieux encore : dans la physique du noyau atomique, l’évolution purement probable du système – avec une probabilité décroissante au fur et à mesure que l'on s'éloigne de l'observation présente – n'est pas due aux erreurs, aux déficiences de l'observation (c'est-à-dire à la limitation ou l’impuissance des méthodes d'observation), mais au contraire est due à l'influence positive du système d'observation sur le système observé : la probabilité des transformations du système physique inclut la probabilité des transformations dans le système d'observation. L'observable dépend de « l'observera ». Autrement dit, la signification probabiliste du nouveau déterminisme prend une valeur tout à. fait objective. C'est un déterminisme « de proche en proche », et non plus un déterminisme « de toute éternité ».

21Le processus dialectique à travers lequel ces affirmations nouvelles ont pu prendre corps dans le nouveau matérialisme, et qui suppriment entièrement l'ancienne antithèse entre le hasard et la nécessité (suppression que réalisait mal, tout en l'anticipant peut-être, la formule générale du « hasard objectif »), mériterait d'être étudié dans son détail et l'on verrait que la notion « d'échelle humaine » y joue en réalité un rôle de moins en moins marqué, pour autant que l'on entend ici par échelle humaine le système de connaissance que les philosophes attribuent en propriété spécifique à une conscience, alors que la signification du rôle de l'homme, comme observateur, y joue en fait un rôle de plus en plus grand, pourvu que l'on entende ici par observateur un système physique d'un type particulier. La théorie de la probabilité est née autour de la considération des chances et des erreurs. Mais elle admit assez rapidement que si nous étions capables de réaliser des observations sans erreurs et si nous pouvions connaître la totalité des paramètres qui font agir de proche en proche tout l'univers sur un système physique déterminé, la probabilité d'un événement de se produire se rapprocherait indéfiniment de la certitude. Et de fait, c’est ainsi que le sens commun considère la question, puisque pour lui la probabilité très petite d'un événement équivaut à son inexistence et à sa négation pratique. De ce point de vue, la probabilité se rapprocherait d'une approximation par défaut, et l'on pourrait toujours faire l'hypothèse théorique (mais impraticable) de systèmes d'équations différentielles là où pratiquement nous sommes obligés de recourir aux statistiques.

22En somme, le calcul des probabilités n’aurait que des propriétés de remplacement, comme l'usage d'un ersatz alimentaire là où le produit naturel n'est pas accessible. Mais, comme nous le disions, le nombre de phénomènes explicables et contrôlables dans le cadre des statistiques s’est élevé de jour en jour, à tel point qu'on ne pouvait plus guère considérer simplement l'expression probabilité comme un pis-aller. Au contraire, c'est le déterminisme de la mécanique qui paraît alors ne s'appliquer qu'à une structure de plus en plus particulière des phénomènes de tous ordres. Deux tendances se firent alors jour devant cette situation : celle qui subordonne la valeur des informations statistiques au cadre général de nos connaissances sur une question donnée, de sorte que l'objectivité ne serait ici qu'au second degré, ou « approchée », étant admis que le corps de renseignements déterminés par rapport auquel nous pouvons affirmer la probabilité d'un événement représente objectivement toutes les informations accessibles, et ne préjuge pas de l'existence de renseignements « totaux » ou absolus que nous serions seulement impuissants à atteindre. Somme toute, au lieu d'affirmer que l'événement E se produira (ou « existe »), il faudrait se borner à dire que « des renseignements déterminés permettent l'affirmation que l'événement E se produira ».[...]

23Nous ne voudrions pas éluder ici une objection adressée à la dialectique matérialiste, et qui résume toutes celles que nous avons déjà relevées. Elle vise la notion de contradiction, telle qu'elle a été développée à partir de l'encyclopédie hégélienne, notamment par le marxisme. Comment le déterminisme (dans la nature ou la société) pourrait-il s'accommoder du jeu des contradictions, si l'on admet que l’absence de contradictions représente justement le critère de la cohérence logique, fondement de toute science ? Ou bien la contradiction introduit avant tout la « négativité » dans les processus et implique l'hétérogénéité de l'homme et de la nature, ou bien elle n'est qu'une incapacité momentanée à résoudre des disparités d'effets, et dans ce cas sa validité théorique dépend de l'insuffisance de nos connaissances, c'est-à-dire qu’elle est faible. D'une façon générale, la contradiction serait un mode d'existence proprement humain, en particulier un mode social (lutte des classes et antagonismes sociaux) et serait impensable, et même proprement informulable s'il s'agit de processus naturels soumis au calcul. C'est de ce point de vue, qui rejoint les remarques déjà faites au sujet de la négativité, que l'on met le matérialisme en demeure de faire ressortir clairement une loi de contradiction dans un processus naturel quelconque rationnellement étudié – ce qui serait impossible.

24Sans doute, l'objection est forte si l'on conçoit la contradiction dialectique comme un malin génie, comme une « force » en quelque sorte indépendante des mouvements dans lesquels elle se manifeste. Mais rien ne nous oblige à considérer simplement le mouvement des contradictoires comme la nouvelle incarnation de l'héraclitéen « polémos, père de toutes choses ». Il s'agit d'un tout autre problème. Si l'on consent – et c'est ce que doit faire une dialectique matérialiste – à interpréter les transformations de mouvement qui ont lieu dans la nature comme la conséquence d'oppositions déterminées, notamment sous forme de déséquilibres momentanés, les objections à l'utilisation de la notion de contradiction s'évanouiront peu à peu. Mais il faudrait d'abord faire la clarté sur un certain nombre d'interprétations sommaires ou purement philosophiques qui peuvent en effet embrouiller la question. Du point de vue philosophique, l'interprétation étroite à dépasser est celle de Hegel ; elle le fut d'ailleurs déjà par Marx et Engels, mais on a souvent tendance de nos jours à y revenir trop littéralement, au lieu de se pencher sur les processus concrets scientifiquement élucidés. Il faut toutefois noter que même dans le système hégélien la contradiction ne se définit pas en soi, mais qu'elle apparaît toujours comme la forme générale des diverses structures du mouvement : oppositions polaires, transformation du quantitatif en qualitatif et inversement etc., autrement dit, la structure des contradictions varie comme la forme revêtue par les transformations de mouvements ; de sorte que la contradiction est inséparable de sa propre résolution, ou comme l'on dit de sa suppression ou de son dépassement. L'idée de tension rend assez bien compte de ce que peut être une contradiction naturelle ; celle de déséquilibre aussi. D'une façon générale, elle déborde la notion cartésienne du temps et de l'espace.

25En somme, la contradiction commence avec la différence, et c’est ce que doivent admettre même les philosophes qui parlent de la nature comme du « divers » par excellence, et ne voient dans l'esprit humain qu'une tendance à la réduction du divers à l'identique, c'est-à-dire à la suppression des contradictions. Cependant, la fonction de l'identité ne peut être réservée à l'esprit (ou ce qu'on appelle à défaut de mieux l'esprit) que si l'on fait de celui-ci une substance hétérogène à la nature. Si au contraire on admet que l'homme lui aussi appartient immédiatement à la nature, il semble évident que lui aussi est fait de différences qu'il aspire à combler, d'un développement contradictoire qui tend à se poursuivre, et que la recherche de l'identité n'est que la limite de mouvements auxquels il ne peut pas plus échapper que la nature dans son ensemble.

26C'est pourquoi la logique de l'identité reste inséparable de celle de la contradiction, et n'a même de sens que par elle. Si A ne peut être non-A en même temps et sous le même rapport, c’est que A peut être non-A sous un rapport différent : toute la recherche scientifique tient dans le repérage de la variabilité des rapports sous lesquels un même système peut être envisagé. Chaque type de contradiction devra donc être étudié dans sa fonction propre, c'est-à-dire aussi que sa résolution devra tenir compte des formes particulières à sa progression. Il n'y a donc pas de contradiction absolue dans la nature, non plus que d'identité absolue, définitive. L'établissement logique de la cohérence d'un système partiel (critère fondamental du progrès scientifique) suppose précisément la réduction de disparités internes antérieures, et servira lui-même à la résolution des contradictions d'un système plus large. C'est en quoi le mouvement est dialectique, dans ses éléments physiques comme dans ses éléments « humains ».

Notes de fin

1 Friedrich Engels, Dialectique de la nature, Librairie Marcel Rivière, Paris, 1948. Traduction de Denise Naville, Préface et Introduction générale de Pierre Naville, pp. 8-18, 69-72 et 79-80 (tous droits réservés).

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.