Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

I. Textes publiés

Paul Thiry D'Holbach et la philosophie scientifique au XVIIIe siècle*

Texte intégral

Psychologie : matérialisme et behaviorisme

  • * Pierre Naville, Paul Thiry d’Holbach et la philosophie scientifique au XVIIIe siècle, Bibliothèque (...)

1Avec le chapitre VI du Système de la nature, d'Holbach aborde l'étude de l'homme, c'est-à-dire de l'être de la nature « qui nous intéresse le plus ». Et, comme il en avertit tout de suite, les lois de l'univers physique précédemment exposées vont pouvoir lui être appliquées. Arrêtons-nous un peu sur cette audace. C'est évidemment dans ce domaine que le matérialisme et l'athéisme devaient faire leurs preuves avec le plus d'originalité. Après tout, on ne s'étonnait plus que la physique s'occupât de l'univers matériel en laissant de côté l'intervention d’un Créateur : Copernic, Galilée, Descartes avaient frayé la voie. Les physiciens, puis les chimistes (après les géomètres) « écartèrent ainsi l'âme de leurs éprouvettes » comme dit Watson. Les philosophes du XVIIIe siècle n’avaient que des sarcasmes (peut-être pas toujours absolument justifiés) pour la cosmogonie et la physique de Platon et d'Aristote, qui faisaient une âme de chaque objet céleste ; c'est que la doctrine du Lycée et de l'Académie avait inspiré le christianisme. Mais tout cela concernait l’univers physique, et le XVIIIe siècle était encore tout à l'ivresse de découvrir les rouages de cette prodigieuse machine sans se payer de mots. Rares cependant furent ceux qui se décidèrent à inclure l'homme (et sa pensée) dans ce mécanisme universel, et à tirer de là toutes les conséquences inévitables. L'entreprise était plus risquée, bien qu'elle fût grosse de résultats étonnants. Elle n'avait plus de caution suffisante chez les Anciens, pour qui il y avait plusieurs espèces d'âmes, d'ailleurs substantiellement différentes des Idées. Chez les modernes on se heurtait à Descartes, à Spinoza, à Leibniz. Mais l'hypothèse de la monadologie paraissait pure conjecture ; quant à Descartes, son péché capital était précisément d'avoir séparé absolument l'âme du corps. En tout cas, au XVIIIe siècle, on n'a plus affaire qu'à une seule âme, qui deviendra plus tard, après la réaction métaphysique du XIXe siècle, la conscience. D'Holbach, plus nettement que La Mettrie, et comme Diderot, part résolument dans l'étude de l'« homme moral » (c'est ce qu'on appellera ensuite la psychologie) des principes qui réussissent dans l’explication physique. Avec beaucoup de sérieux, il demande que l'on cherche « en quoi l'homme peut différer des autres êtres qui l'entourent », que l'on « examine s'il n'a pas avec eux des points généraux de conformité qui font que, nonobstant les différences subsistantes entre eux et lui à certains égards, il ne laisse pas d'agir suivant les règles universelles auxquelles tout est soumis » (p. 153). C'est là l'ambition même de la biologie, de la physiologie et de la psychologie modernes, est-il besoin de le redire ? Toute connaissance scientifique dans ces domaines nous y ramène. Je lis ces jours-ci un compte rendu du petit livre de M. Caullery sur Les Étapes de la biologie, récemment paru : J. Rostand y rappelle que la notion capitale du déterminisme, introduite dans la science de la vie par Claude Bernard (mais on voit que d'Holbach avait déjà passé par là) suppose que « tout phénomène vital est nécessairement lié à des conditions matérielles qui donnaient prise à l'expérimentation et par l'intermédiaire de quoi on le pouvait contrôler aussi précisément que s'il s'agissait d'un phénomène de la matière brute ». M. Caullery caractérise à son tour l'étape la plus récente de la biologie « par une réduction de plus en plus parfaite des processus vitaux élémentaires à des mécanismes purement physicochimiques, conquêtes scientifiques d'importance majeure et d'un caractère général et définitif » (Nouvelle revue française d'août 1941). Le néovitalisme lui-même ne parvient pas à sortir de là. Enfin, le behaviorisme a l'ambition d'appliquer au domaine du comportement humain (« psychologie ») les mêmes méthodes qui se sont montrées si fructueuses en physico-chimie, en biologie et en médecine. Or, d'Holbach, dépassant La Mettrie lui-même, sans parler de Condillac, avait déjà étendu jusque-là son ambition.

2On sait que l'influence de Locke fut décisive sur la philosophie morale du XVIIIe siècle, à l'égal de celle de Newton. On la retrouve chez d'Holbach. Cette parenté se retrouve aussi chez Condillac. Cependant, d'Holbach (et La Mettrie) poseront le problème avec beaucoup plus d'ampleur : il perdra en subtilité ce qu'il gagnera en solidité et en fécondité ; c'est d'ailleurs ce qui lui viendra de l'associationisme sensualiste qui sera le plus rapidement caduc, et c'est ce qu'il aura ajouté de son propre fond qui fait de d'Holbach un véritable précurseur de la psychologie du comportement moderne (Cabanis l'avait d'ailleurs suivi dans cette voie). Le « moral », l'organisation psychologique et sociale de l'homme, n’est pas simplement considérée comme dérivant des fonctions sensorielles externes, elles-mêmes constitutives de « l'âme », selon la doctrine sensualiste ; d'Holbach le réduit tout entier à un ensemble de mouvements, ouverts ou cachés, en perpétuelle rupture d’équilibre. L'action du milieu externe et interne suscite des mouvements manifestes ou implicites, et l'organisation de ces mouvements selon certaines fins constitue en soi tout l'être psychologique, tout ce qu’on appelait au XVIIIe siècle le monde moral.

La possibilité du progrès

« Liberté, vérité, utilité, voilà les caractères de l'esprit philosophique. »
Essai sur les préjugés, chap. X.

3L'emprise du clergé sur l'opinion, si profonde et si étendue, et rapportée à des causes vraiment déterminantes, pouvait sembler à d'Holbach indéracinable. En un certain sens, toute son analyse paraît devoir aboutir à cette conclusion pessimiste : les hommes sont irrémédiablement condamnés à subir le joug des superstitions et des individus qui en vivent.

4Mais chez les philosophes du XVIIIe siècle, élevés à l'école de l'audace et de l’énergie, pénétrés du dynamisme organiciste de la nature, les cercles en apparence les plus vicieux sont brisés par de très simples constatations. Ainsi, ce sera la lutte pour la liberté politique qui débarrassera les hommes de toute sujétion religieuse.

5En effet, si le droit divin, lié aux religions « révélées », n'est qu'un leurre, le souverain dépend du peuple, et non d'un Dieu inexistant. Le souverain, le Roi, n'est délégué à la tête de son peuple que pour assurer son bonheur. S'il s'en montre incapable, il doit être remplacé. Au pouvoir tyrannique et clérical sur l'opinion doit être substitué le pouvoir de l'opinion des masses, éclairées et instruites au profit de l'État, c'est-à-dire d'elles-mêmes. Car « le pouvoir de l'opinion est plus grand que celui du plus absolu des souverains ». D'autre part, ne l'oublions pas, les idées chez l'homme ne sont pas innées, mais acquises. Faire évanouir l'emprise religieuse, c'est donc lui aliéner l'opinion, et pour cela, il faut instruire les hommes grâce à la liberté d'écrire, de penser et de parler. Ainsi tomberont les préjugés ; ainsi l'erreur fera-t-elle place à la vérité. Le cercle infernal de la domination cléricale sera brisé sous les coups de la philosophie. Tel est le leitmotiv de l'Essai sur les préjugés, rédigé par d'Holbach d'après un manuscrit de Dumarsais, et où il a concentré sur ce sujet ce qui se trouve parsemé dans dix autres de ses ouvrages.

6Ce que l'homme adore dans l'erreur, écrit-il, c'est l'apparence de la vérité ; et l'homme est fait pour la vérité, il l'aime et l'embrasse en toute circonstance ; ses craintes ne l’empêchent pas de considérer à tout moment ses vrais intérêts... Si l'homme reste obstinément attaché à ses préjugés, c'est parce qu'il les croit nécessaires à son repos dans ce monde et dans l'autre.

7Le premier devoir du philosophe est donc d'éclairer les hommes sur leurs véritables intérêts. Mais ce devoir rencontre des obstacles sérieux, car la liberté d'écrire, d'enseigner et d'agir selon la raison n'existe pas. D'Holbach, éditeur clandestin, écrivain anonyme, en savait quelque chose. Or, il y a deux voies par lesquelles la vérité peut triompher de l'erreur. Elle peut descendre des chefs aux nations, ou monter des nations aux chefs. Et c'est la seconde qui est sans conteste la meilleure et la plus efficace, car il arrive souvent qu'un souverain vertueux fasse place à un tyran insensé, tandis qu'une nation éduquée et raisonnable ne peut pas mourir.

8Cependant d'Holbach n'abandonna jamais l'espoir d'assister à l'avènement d'un monarque éclairé, d'un Prince vertueux :

« Les grands et le peuple sont dans toutes les nations les derniers qui s'éclairent parce qu'ils connaissent le moins l'intérêt qu'ils ont de s'éclairer ; d'ailleurs, les premiers croient recueillir tout seuls les fruits des erreurs de la terre. Le vulgaire ne connaît presque jamais la vraie source de ses maux ; lorsque ses peines sont poussées à l'excès, lorsqu'il est au désespoir, il y cherche des remèdes violents, qui finissent communément par les multiplier. C'est alors que les Princes, souvent aux dépens de leur trône et de leur vie, sont forcés de reconnaître le danger de commander à des hommes abrutis ; c'est alors que ces despotes inconsidérés voient l'étendue des dangers dont l'abus du pouvoir est toujours accompagné ; c'est au sein de la disgrâce et de l'infortune où le caprice les plonge, que les Grands s'aperçoivent qu'ils sont eux-mêmes les victimes de la tyrannie qu'ils ont alimentée » (Essai sur les préjugés, ch. XIV)

9Pourquoi ne pas espérer le redressement final de la monarchie ? La nature, la nécessité-mots synonymes pour d'Holbach - ne mènent-elles pas l'homme à la vérité, tôt ou tard ?

10Lutter contre la vérité, ce serait lutter contre la nature, contre l'univers lui-même, et contre sa loi fondamentale en ce qui concerne l'homme : la recherche du bonheur à chaque instant de sa durée. La vérité nous est donnée comme conquête nécessaire de la science, comme conséquence du rejet des préjugés, comme critique et destruction de la religion dressée contre la raison. La vérité, « c'est la connaissance des rapports qui subsistent entre les êtres agissant les uns sur les autres, ou, si l'on veut, c'est la conformité qui se trouve entre les jugements que nous portons des êtres, et les qualités que ces êtres renferment réellement » (Ibid., ch. 1er) Et la raison, elle-même,

« n'est que la vérité découverte par l’expérience, méditée par la réflexion, et appliquée à la conduite de la vie » (Ibid., ch. Ier)

11.Alors s'ouvriront des perspectives presque illimitées de progrès, qui font déborder l'enthousiasme du philosophe :

« Malgré tous les efforts de la tyrannie, malgré les violences et les ruses du sacerdoce, malgré les soins vigilants de tous les ennemis du genre humain, la race humaine s'éclairera ; les nations connaîtront leurs véritables intérêts ; une multitude de rayons assemblés formera quelque jour une masse immense de lumière qui échauffera tous les cœurs, qui éclairera les esprits... Ne regardons point cette espérance comme chimérique et vaine ; l'impulsion est donnée : à la suite d'un long assoupissement dans les ténèbres de l'ignorance et de la superstition, l'homme s'est enfin réveillé : il a repris le fil de ses expériences, il s'est défait d une portion de ses préjugés, il a pris de l’activité ; le commerce l'a mis en société avec les êtres de son espèce ; les mortels ont fait un trafic de leurs idées, de leurs découvertes, de leurs expériences, de leurs opinions. Des inventions ingénieuses facilitent la propagation des vérités : l'imprimerie les fait circuler promptement... L'erreur chancelle de toutes parts... Ainsi, sages, je le répète, vous n'êtes point les hommes de votre temps ; vous êtes les hommes de l'avenir, les précurseurs de la raison future. Ce ne sont ni les richesses, ni les honneurs, ni les applaudissements du vulgaire que vous devez ambitionner : c'est l'immortalité » (Ibid., ch. XIV).

12D'Holbach, tout comme Diderot, accorde au pouvoir de l’opinion (c'est-à-dire aussi à l'éducation en général) une importance qui découle de sa psychologie même. Cette importance est aussi le complément inévitable de sa critique de la religion, pour autant qu'il considère essentiellement celle-ci comme le fruit d'habitudes qui nous sont inculquées par ces théologiennes que sont nos nourrices.

13Ne jetons pas un regard méprisant sur une conception qui paraît aujourd'hui trop unilatérale. D'abord, c'est déjà beaucoup qu'elle conserve encore un certain pouvoir. Il ne suffit pas toujours d'estimer que les idéologies (les opinions, les préjugés, les vérités) évoluent avec leur propre logique interne, ni de savoir qu'en outre elles sont avant tout des expressions bariolées d'un certain état social, économique et politique ; la démocratie petite-bourgeoise du XIXe siècle s'est aussi essayée à détruire ces notions-là. Si bien qu'aujourd'hui la négation de cette démocratie devient la négation du pouvoir de l’opinion.

14Mais cette dialectique a aussi ses propres limites. Jamais, en un temps qui voit dominer l'implacable déterminisme de l'évolution sociale, on n'a développé tant d'artifices pour se concilier l'opinion des peuples, sans le consentement desquels rien de vraiment progressif ne peut se faire, en définitive.

15Quant à d'Holbach lui-même, si son optimisme nous paraît exagéré, à nous qui vivons à l'époque (sans doute éphémère, elle aussi), de la radio et des journaux à millions d'exemplaires, rapportons-le aux circonstances de son action, pour le juger à sa véritable mesure. C'étaient celles d'une domination cléricale sans partage dans tous les domaines de la culture, mais en même temps de l'aurore de la presse, du livre abondant, de l'instruction élémentaire généralisée. L'adversaire était puissamment enraciné. Les nouveaux émules de Prométhée paraissaient bien audacieux. C'est cette audace même qui projetait légitimement de si grandioses espérances.

Notes de fin

* Pierre Naville, Paul Thiry d’Holbach et la philosophie scientifique au XVIIIe siècle, Bibliothèque des idées, © 1967 Éditions Gallimard Paris, pp. 256-258 et 357-360.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.