Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

I. Textes publiés

La psychologie, science du comportement* : la thèse behavioriste

Texte intégral

  • * Pierre Naville, La Psychologie, science du comportement. chap. IV, 12e éd., © 1943 Éditions Gallim (...)

1Le problème de l'existence des instincts comme forme spécifique de comportement a été posé dans le passé en fonction de l'intelligence ou de la sensibilité, considérées comme des « fonctions mentales ». N'importe quel manuel ordinaire vous rappellera à ce sujet plusieurs clichés : l'instinct est inné, immuable, mécanique, héréditaire dans la race ; cela se verrait encore mieux chez les animaux que chez l'homme. Mais depuis vingt-cinq ans on a dû en rabattre. Une observation plus serrée, plus patiente, montre beaucoup de comportements dits instinctifs comme variables, perfectibles et souvent inadaptés. Il suppose comme tout comportement global une certaine forme d'apprentissage. En tout cas, la question entra dans la voie des études expérimentales. La biologie animale fut mise à contribution, puis l'observation des nouveaux-nés et des enfants en bas âge.

2Les behavioristes modifièrent leurs opinions sur ce point à plusieurs reprises. En 1919, dans Psychology from the standpoint of a behaviorist, Watson donne encore une liste d'instincts fondamentaux. En 1924, dans ses conférences réunies sous le titre de Behamorism, il en nie l'existence spécifique. En 1930 il développe cette négation ; cependant, parlant dans une lettre du problème de l'hérédité, lié à celui des instincts, il admet qu'il avait peut-être été trop radical, mais qu'il était nécessaire de « faire sortir les gens de leur croupissement ». Une série de psychologues américains (Bernard, Kantor, Ayers, Fairs, Yosey, Allport) l'ont combattu sur ce point, tandis que d'autres, comme Kuo, multipliaient les expériences qui vérifiaient l'opinion watsonienne.

3Le point de vue behavioriste doit être admis comme une thèse. En effet, la masse des faits connus ne permet pas encore de conclure sans erreur. Nous sommes dans ce domaine en plein empirisme. Et avant de jeter un coup d'œil plus détaillé sur le premier comportement dit instinctif de l’enfant, traçons avec Watson une esquisse d'ensemble.

4Voici les affirmations essentielles :

  • L’homme est un animal qui dispose à la naissance de certains types d’organisation (structure) déterminés. Étant donnée cette structure, il est contraint, dès sa naissance, à répondre aux stimuli d’une certaine façon...Ce répertoire de réponses est en général le même pour chacun d'entre nous. Il existe évidemment certaines différences de l’un à l’autre, sans doute en proportion des variations qui apparaissent dans la structure, (celle-ci englobant la composition chimique). Mais ce répertoire n’a probablement pas changé depuis que le genus homo est apparu pour la première fois, il y a plusieurs millions d’années. Nous appellerons ce groupe de réactions humaines le comportement non appris ».
  • Comme corollaire, nous concluons qu'il n’existe rien de pareil à une hérédité des aptitudes, du talent, de la constitution mentale et des traits caractéristiques. Tout cela dépend aussi de l'apprentissage, qui commence essentiellement dès le berceau. Le behavioriste ne dira pas : “Il hérite la capacité ou le talent d'escrimeur de son père”. Il dira : “Cet enfant a la svelte tournure de corps de son père, le même type d'yeux. Sa constitution ressemble étonnamment à celle de son père. Comme lui, il a la charpente d'un escrimeur". Et il continuerait en ajoutant : “... et son père l'aime beaucoup. Dès l'âge d'un an il lui mit une petite épée dans la main ; en promenade, il lui parle escrime, attaque et défense, code du duel, etc.” Un certain type de structure, plus un apprentissage précoce - l’inclination - voilà ce qui donnera chez l'adulte la réalisation. ».

5Ainsi, ni dans le premier comportement non appris, ni dans l'apprentissage ultérieur, on ne trouve ce que les psychologues et les biologistes appellent des « instincts ». Il n'y a pas d'instincts ; il y a un comportement appris. Voilà la thèse, qui s'appuie sur une observation systématique de la vie infantile animale et humaine.

6Un simple coup d'œil sur le comportement des hommes aux différents points de la terre montre des différences notables. La première question à laquelle il faut répondre est donc la suivante : tous les membres de l'espèce humaine, où qu'ils se trouvent, débutent-ils dans l'histoire biologique avec le même groupe de réponses et ces réponses sont-elles provoquées par les mêmes groupes de stimuli ? Autrement dit, l'équipement de l'homme à la naissance, non appris, qu'on a l'habitude d'appeler instinctif, est-il le même partout où existent des hommes, et à quelque moment que ce soit ?

7Rappelons-nous que le behaviorisme s'intéresse au comportement global de l'enfant ou de l'homme. Une réponse partielle implique toujours une activité du corps. Lorsque nous disons qu'un être humain fait quelque chose, cela signifie qu'il réagit avec un groupe musculaire plutôt qu'avec un autre (par exemple lorsqu'il respire, dort, marche, court, pleure, rit, parle) mais chacune de ces réponses implique l'activité du corps entier. D'autre part, l'homme se présente d’abord comme un mammifère, un primate, un animal qui connaît une vie embryonnaire de neuf mois, une longue enfance débile, une jeunesse lente qui réclame une aide constante, huit ans d'adolescence et une durée totale moyenne de vie de soixante ans.

8Or, cet être qui dispose partout de réponses initiales identiques, finit par se comporter très différemment selon les différentes contrées et selon l'histoire de son groupe social.

9Le behaviorisme répond : les membres de l'espèce humaine naissent tous semblables, dans les limites des variations individuelles. Leur équipement de réponses non apprises est identique. En tout cas, si des différences raciales dans ce domaine priment les différences individuelles, c'est au biologiste et à l'eugéniste d'en faire la preuve. L'hérédité est un fait biologique, mais elle s’exerce dans le domaine organique, et non dans celui du comportement. Elle n'atteint le comportement que dans la mesure où celui-ci dépend des facteurs de structure et d'organisation.

10Par exemple, si la lignée est pure, des parents japonais à peau jaune auront des enfants à peau jaune. Les parents caucasiens auront des enfants blancs (à l'exception possible, une fois sur un million d'années, d'un « mutant » qui pourra théoriquement naître blanc, rouge ou noir). Ce sont là des différences importantes, dues entre autres à des différences dans la quantité et la qualité des pigments épidermiques ; elles sont certainement plus fortes que les différences du comportement infantile de l'enfant caucasien ou japonais, bien que ces différences existent aussi.

11Tout un ensemble de structures sont héréditaires ; le plasma germinatif recèle des milliers de variations, qui finiront toujours par apparaître dans la progéniture - les autres facteurs restant égaux. Par exemple : la taille, la forme et le volume des mains, des doigts, des pieds ; la couleur des cheveux et des yeux, la texture de la peau, l'albinisme, etc. Mais bien d'autres caractéristiques paraissent moins facilement attribuables à l'ascendance : la croissance rapide ou tardive des cheveux et leur chute précoce, la durée de la vie, la gestation de jumeaux, etc.

12La transmission de toute une série de structures est incontestable, mais on s'est trop facilement contenté de tout leur attribuer dans le développement ultérieur de l'individu. En effet, la présence de ces structures ne nous apprend encore rien sur leur fonctionnement. Le milieu joue ici un rôle décisif.

« Une grande partie de notre structure héréditaire, dit Watson, ne verrait jamais le jour, ne fonctionnerait jamais, si l’organisme n'était pas placé dans un certain milieu, soumis à certains stimuli et contraint à subir un certain apprentissage. Notre structure héréditaire est prête à prendre des milliers de formes différentes selon la façon dont l'enfant sera éduqué. Pour vous en convaincre, mesurez le bras droit d'un forgeron, regardez la photographie d'un athlète dans ces étonnants journaux qui s'occupent de culture physique. Ou bien, considérez le pauvre dos courbé du vieux comptable. Ces gens sont structuralement formés, dans certaines limites, par le genre de vie qu'ils mènent ».

13Dans ces conditions, le behaviorisme nie l'hérédité des traits « mentaux », des « talents », des « capacités » ; l'examen du comportement infantile suffit à montrer la similarité des réponses inititiales, et la puissance d'impression du premier apprentissage. Avec les progrès de la biologie, les différences de structure individuelles sont apparues dans toute leur finesse, et souvent suffisantes pour expliquer des écarts notables dans la conduite ; d'autre part, toutes les études expérimentales sur le premier apprentissage permettent de croire que la formation des habitudes débute dans la vie embryonnaire, et que les habitudes sont acquises sous l'influence du milieu, dès la naissance, avec une rapidité vertigineuse. Des variations structurales à la naissance, et une formation rapide de l'habitude dès la naissance - voilà de quoi expliquer la plupart des soi-disant transmissions héréditaires des caractéristiques mentales.

Notes de fin

* Pierre Naville, La Psychologie, science du comportement. chap. IV, 12e éd., © 1943 Éditions Gallimard Paris, pp. 78-83.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.