Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

I. Textes publiés

Textes publiés

Texte intégral

Tableau peint par Pierre Naville en 1924 sur un thème fourni par Robert Desnos. Accroché un moment à la galerie R. Jacques Callot, ce tableau a disparu.

PIERRE NAVILLE

Florence et le Dôme

Douces collines bleues, cirque ferme et facile
Tremblant de tant d’azur dissolu dans tant d’air,
Quand cesser de tenir ce trésor pur et clair,
Toits plats, rouges coupoles, dômes, campaniles,
Immense tas vibrant de beautés inutiles ?...

O glissez dans mes yeux, lignes, précieuses poses,
Toi, voûte consacrée, adorables remparts,
Calme cumul, et corps vivant de mes regards !
Naissez ! Je vais plonger dans vos volutes roses :
Vous êtes ma raison et je suis votre cause !

Ames des artisans lasses d’un jeu pieux,
Délicieusement vous êtes enlacées
Aux grâces chaque fois nouvellement placées
Des filles longuement que caressent mes yeux
D’où coule à lentes vagues un songe curieux !

Toute source vous sue, toute porte, tout pore.
Ames, ô mes silentes compagnes, accordez
À ces pierres vos souffles, à ce tombeau fardé...
Secouez, rompez ce Dôme qu’une effusion dore !
Élargissez à vous ces formes que j’adore !

Toute science et tout art divinement conspire
A dresser cette joue où la lumière meurt ;
Arc le jour, cruellement tendu, et clameur
Dure, voici l’ombre... Doucement l’or transpire
Et coule sur ces flancs au moment qu’il expire

Carrières mesurées, architectures d’arbres,
Monts divers et rythmés, audacieux record
Vivant par tant de science usant de tant de corps !
Quels dieux, quels démons ont soulevé ces marbres
Pour qu’en ces jours mon âme y sympathise encor ?

Ah ! Poussière d’or épandue sur ces toits !
Sainte pluie si douce et lumière fine,
Evanescent lointain où l’horizon s’affine,
Laisse dans cet azur mourir un peu ma foi
Et mon âme impesante se résoudre en toi !

Dans ta vertu, grand Art, je pose ma faiblesse !
Que tes orages, lourds de fruits sans amants,
M’empoignent périr en ton sûr et beau tourment...
Prends-moi, démon ! Prends-moi ! plutôt que ne me blesse
La foule des amours vive qu’en moi je laisse...

Nouvelle est ma ferveur mais ductile à tes soins,
Lucide à tes éclairs ; je sais le feu fragile
Que le dieu a posé dedans ma faible argile :
Connais en la rigueur ! Fais jaillir dans mon sein
D’une étincelle folle un étonnement saint !

Que m’importe le dieu dans ces murs qu’on appelle !
Assez d’encens ! À mes multiples, aimons ces lignes
Sans en comprendre rien qui s’écarte du signe.
Ces courbes, ces fuites, ces coupoles belles,
Pentes émues en moi, ces profondes chapelles,

Mourons-y tout entier ! — Criez ces têtes dures,
Ma Foi, nées de ces terres précieusement,
Débris d’ancienne vie, merveilleux ossements,
Nobles et tendres tons assemblés de verdures,
Et vous soient ces amours les seules nourritures !

Table des illustrations

Légende Tableau peint par Pierre Naville en 1924 sur un thème fourni par Robert Desnos. Accroché un moment à la galerie R. Jacques Callot, ce tableau a disparu.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.