Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

Deuxième partie. Aspects de l’œuvre de Pierre Naville. Textes choisis et présentés par Michel Éliard

Présentation

Texte intégral

1Les textes qui suivent ont été choisis pour souligner la diversité des intérêts intellectuels de Pierre Naville et accompagner les communications présentées en première partie. La première série de textes est constituée d’extraits d’œuvres publiées, la deuxième de textes inédits choisis dans les Cahiers manuscrits qui font partie des “Archives Naville” déposées au Musée social, ensemble documentaire que Françoise Blum a bien voulu présenter dans cet ouvrage.

2Parmi les œuvres éditées, un poème d’abord, Florence et le dôme, publié en 1923, un an avant l’entrée de Naville dans le mouvement surréaliste.

  • 1 Voir ci-après Textes inédits.

3L’extrait de La psychologie, science du comportement apparaîtra sans doute dépassé au regard des développements de la psychologie du comportement, mais il a l’avantage d’indiquer quels étaient les premiers intérêts scientifiques de Naville et de dérouler ce fil conducteur qui court tout au long de son œuvre au point que l’un de ses derniers textes manuscrits porte sur le behaviorisme1. Naville a, en effet, constamment poursuivi l'objectif de contribuer à fonder la psychologie sur des bases résolument matérialistes, contre les tendances dominantes à l’œuvre dans cette discipline, celles d’une psychologie de l’intention et d’une conscience prétendûment autonome. Il tentait également de promouvoir une science qui permettrait de mieux faire comprendre des découvertes que les surréalistes avaient cru faire, à savoir qu’au-delà du comportement dit rationnel qui s’exprime dans un langage reçu de tout le monde, il existe des puissances du moi qu’il est nécessaire de comprendre, en plus de leur intérêt de production littéraire, pour contribuer à faire échapper les individus à la puissance de la propagande, de l’idéologie, dont on venait de voir, avec la Première Guerre mondiale, à quelles férocités elles pouvaient mener. De plus, Naville répétait souvent que l’œuvre de Marx qui a toujours eu pour lui une importance majeure, pouvait utilement être développée en ajoutant aux dimensions historiques, économiques, politiques, une psychologie qui permette une compréhension plus complète des processus sociaux, et cette psychologie il la trouvait chez Watson.

  • 2 Il faut noter que Naville a constamment poursuivi une activité de traduction et suscité des traduc (...)

4Son premier objectif était de traduire Watson2, mais celui-ci ayant disparu de l’université John Hopkins, il était impossible de régler le problème des droits de traduction. Et, raison plus importante encore, en 1941-1942, en pleine occupation allemande, la traduction d’un auteur américain se serait heurtée immédiatement à la censure. Il présente donc les thèses de Watson en rédigeant La Psychologie, science du comportement. Cet ouvrage a eu un destin assez étrange, car, dans les études universitaires de psychologie, les thèses watsoniennes étaient considérées comme étant de l’anti-psychologie. Malgré cela, ce livre a été le plus vendu de la petite collection Gallimard « L’avenir de la science », dirigée par Jean Rostand. Publié en 1942, cet ouvrage en était déjà à sa douzième édition en 1943. Au-delà de la radicalité des positions de Watson, il avait l’avantage de faire ressortir combien cette psychologie était novatrice à l’époque et laissait entrevoir les développements qu’elle pouvait connaître. Derrière les réflexions sur le comportement il y avait, pour Naville, des réflexions sur la logique comme mise en forme des comportements, c’est-à-dire une conception qui évite de voir dans la logique de simples jeux de langage.

5Avec la publication de l’ouvrage sur d’Holbach, Naville poursuit cette recherche. Envoyé à Agen pour y exercer la fonction d’orienteur professionnel, Naville continue ses réflexions sur les problèmes de psychologie et il recherche chez les encyclopédistes les sources du behaviorisme. Et comme il l’indique dans la préface, il tombe par hasard sur diverses bibliothèques poussiéreuses (à Poitiers, puis à Agen) contenant les œuvres de d’Holbach. Il dispose ainsi des moyens d’aborder, de façon masquée, des questions qu’il était difficile de présenter de manière directe, de faire apparaître une pensée matérialiste dynamique difficile à exposer ouvertement à l’époque :

  • 3 Préface à la nouvelle édition revue et augmentée, Gallimard, 1967, p. 7.

« J’ai écrit et publié cet ouvrage en un temps qui explique à la fois son allure quelque peu polémique et ses limites : 1942-1943. L’occupation nazie, la domination cléricale et nationaliste de Pétain, jetaient l’opprobre sur les idées qui proviennent de la Révolution française et l’interdit sur tout ce qui dérivait du marxisme, ou l'exprimait. Il n’en fallait pas plus pour m’inciter à produire quelque chose qui pût passer pour une attaque contre le régime que nous subissions... De plus, la bourgeoisie la plus déiste avait elle-même étouffé de son mieux ces voix interdites dans les universités, Diderot tout autant que d’Holbach. On pouvait lui en échauffer les oreilles. »3

6C’était aussi la possibilité de penser ensemble, dans leurs rapports, quantité d’idées qui se sont ensuite développées de façon indépendante, mais dont la signification la plus large apparaît lorsqu’on rappelle qu’elles sont nées d’un foyer commun, donc l’occasion de témoigner de la force de la pensée des Lumières, particulièrement de ce matérialisme athée de d’Holbach, matérialisme dynamique qu’il pouvait opposer aussi aux conceptions staliniennes en vigueur à l’époque qui, partant du fait qu’il n’y avait pas de psychologie chez Marx, ne laissaient aucune place scientifique à la psychologie. Il fallait s’en tenir à la théorie du reflet. Naville voulait faire éclater cette position sans tomber dans la thèse de l’autonomie de la conscience.

7Nous avons reproduit de longs extraits de la préface et de l'introduction que Naville a rédigées pour la première édition en français de la Dialectique de la nature de F. Engels, traduite par Denise Naville et parue aux éditions Marcel Rivière en 1948. Ce texte de plus de cent pages est suivi de longues notes qui ne sont pas reproduites ici. Il avait publié pour le cinquantième anniversaire de la mort de l’ami de Marx la première traduction en français de l’introduction d’Engels à cet ouvrage dans le numéro 1 de La revue internationale (fondée par lui en 1945). Le centième anniversaire est l’occasion de faire connaître ce texte très important, très dense et qui aborde cette question si controversée de la dialectique de la nature d’une manière particulièrement lumineuse. Naville la traite en parfaite continuité avec ses travaux précédents.

8Le problème est de savoir si la dialectique est une méthode qui ne s’appliquerait qu’à l’ordre de l’humain et qui, du même coup, pourrait être soupçonnée d’être une simple construction verbale, ou si, au contraire, elle est, comme le montre Engels, anticipant ainsi sur les développements scientifiques ultérieurs, le mouvement même de la nature dont l’homme fait intégralement partie. Naville écrit, par exemple :

« Ces développements nouveaux des sciences exigent aujourd'hui des formes de dialectique à la fois beaucoup plus subtiles et plus précises que ne pouvait y prétendre un contemporain d'Engels et de Marx ; voilà qui doit être aujourd'hui admis par tous. Mais ce qu'il faut reconnaître aussi nettement, c'est que ces développements ne viennent jamais donner de démenti essentiel à la forme de pensée, à la méthodologie générale et à l'esprit que l'on trouve à la base des analyses d'Engels ».

9Ce « monument inachevé » ainsi que le qualifie Naville, Engels en avait lui-même annoncé les limites dans la préface à l’Anti-Dühring, ouvrage dont il disait lui-même qu’il était dû « pour la part de beaucoup la plus grande à Marx » :

  • 4 Engels, préface à la 2eme édition de l’Anti-Dühring, Éditions Sociales, 1950, p. 42.

« Non seulement le terrain à dominer est presque incommensurable mais sur tout ce terrain, la science de la nature elle-même est engagée dans un processus de bouleversements si puissant qu’il peut à peine être suivi, même par celui qui dispose pour ce faire de tout son temps libre. Il est possible cependant que le progrès de la science théorique rende mon travail superflu pour la plus grande partie ou en totalité car telle est la révolution imposée à la science théorique de la nature par la simple nécessité de mettre en ordre les découvertes purement empiriques qui s’accumulent en masse qu’elle oblige même l'empiriste le plus récalcitrant à prendre de plus en plus conscience du caractère dialectique des processus naturels. »4

10On peut relier la longue argumentation de Naville sur la dialectique à la discussion qu’il a poursuivie jusqu’à une date récente (comme en témoigne l’un des textes inédits reproduits plus loin) avec Piaget qui, selon lui, ne concevait la dialectique que comme une doctrine des déséquilibres transitoires, refusant le caractère positif de la négation et faisant du comportement autre chose que l’ensemble des mouvements d’un organisme qui appartient complètement à la nature.

11Ce texte est aussi, pour Naville, l’occasion de polémiquer contre le subjectivisme de Sartre en faisant remarquer que Hegel, bien que s’en tenant à une dialectique du concept, a plus de mérite que l’auteur de L’Être et le néant qui soutient que

  • 5 Naville, Introduction générale, note 10, pp. 102-103.

« le possible n’a d’être qu’en fonction de celui de la conscience finie, et non, comme chez Hegel (ou même Leibniz), comme moment de la dialectique objective du réel. Les développements des statistiques quantiques justifient Hegel plutôt que les subjectivistes. »5

12Et dans la note (21) il précise :

  • 6 Ibid., p. 109

« J’emploie ici à dessein le mot « conscience », au sens courant où il est employé dans des expressions comme « prendre conscience de quelque chose », « conscience de classe », etc., pour indiquer que son usage nous sera encore longtemps imposé par la tradition et l’impossibilité de se faire comprendre autrement. Mais il ne faut pas perdre de vue qu’il signifie seulement « manifester tel ou tel comportement » et qu’il n’implique aucune croyance spéciale à une « substance » psychique ou mentale. »6

13Aux positions de Sartre qui, avec Lukacs, a souvent été loué pour avoir critiqué l’entreprise d’Engels, Naville préférait la présentation que Trotsky fait de la dialectique dans Défense du marxisme (préfacé par lui) :

  • 7 Trotsky, Défense du marxisme, préface de Pierre Naville, introduction de Jean-Jacques Marie, Paris (...)

« Nous appelons notre dialectique matérialiste, parce que ses racines ne sont ni dans les cieux, ni dans les profondeurs de notre « libre esprit », mais dans la réalité objective, dans la nature. La conscience est née de l’inconscient, la psychologie de la physiologie, le monde organique de l’inorganique, le système solaire de la nébuleuse. À tous les degrés de cette échelle du développement, les changements quantitatifs sont devenus qualitatifs. Notre pensée, y compris dialectique, n’est qu’une des manifestations de la matière changeante. Il n’y a place, dans cette mécanique ni pour Dieu, ni pour le diable, ni pour l’âme immortelle, ni pour les normes éternelles du droit et de la morale. La dialectique de la pensée, procédant de la dialectique de la nature, a par conséquence un caractère entièrement matérialiste. »7

14Ce texte résume bien l’argumentation que Naville développe dans cette centaine de pages de préface et d’introduction et dans lesquelles il poursuit sa critique du dualisme (homme-nature, corps-esprit) commencée dans La Psychologie, science du comportement. Si la pensée ne procède pas du développement de la matière organique, il faudrait bien admettre qu’elle a été introduite de l’extérieur, mais alors on quitte le terrain du matérialisme pour retourner à l’idéalisme et l’on peut considérer la dialectique comme un jeu d’abstractions. Il ne faut plus, dans ce cas, s’attaquer seulement à Engels mais à Marx, dont Naville montre qu’il a suivi de très près l’élaboration de la Dialectique de la nature.

15Indiquons enfin, pour souligner les multiples intérêts de ce texte, que là aussi, par-delà Engels, Naville retrouve le XVIIIe siècle avec ces développements sur l’utilité du calcul des probabilités (dernière partie du texte). Dans la note 10, il relève l’importance des travaux de Laplace et déplore la condamnation de ces avancées par Auguste Comte :

« Profitons de cette note pour rappeler au lecteur français le danger que comporte le refus d’intégrer le calcul des probabilités dans une conception “positive” du monde, en citant la condamnation portée à son encontre par Auguste Comte (Cours de philosophie positive, t. IV, conclusions générales) : “Il faut reconnaître...que le sentiment universel de l’invariabilité des lois de la nature doit être habituellement trop peu développé par les études mathématiques, quoiqu’il y ait nécessairement puisé son premier essor systématique... Aussi a-t-on pu, à cet égard, remarquer en tout temps, et sans excepter notre siècle, jusque chez d’éminents géomètres, une assez profonde inconséquence pour faire supposer dépourvus de lois constantes tous les phénomènes un peu compliqués, surtout quand l’action humaine y intervient à un degré quelconque ; au point de susciter enfin une branche spéciale de l’analyse mathématique, le prétendu calcul des chances, que la raison publique flétrira bientôt comme une honteuse aberration scientifique, directement incompatible avec toute vraie positivité, tandis que le plus vulgaire de nos algébristes, après un siècle de stériles travaux, ose encore attendre le perfectionnement des études les plus importantes et les plus difficiles de l’absurde utopie logique dont une telle conception forme la base principale ».

  • 8 Voir à ce sujet Gilles-Gaston Granger, La Mathématique sociale du Marquis de Condorcet, Paris, PUF (...)

16Condorcet et sa Mathématique sociale sont ici visés. Les travaux du grand encyclopédiste constituaient une avancée considérable, à l’époque, vers le développement d’une science sociale s’inspirant des progrès accomplis par les méthodes des sciences de la nature. Ils seront pourtant longtemps occultés et Comte n’y est pas pour rien8.

17Naville a écrit ensuite des articles sur l’utilité des statistiques et du calcul des probabilités et il est intéressant de voir que l’un de ses derniers textes (cf. textes inédits), consacré à Condorcet atteste de l’importance qu’il a toujours accordée à cette question. Sous cet aspect également, l’introduction à Dialectique de la nature peut susciter un débat du plus grand intérêt aujourd’hui.

18Le choix d’un extrait de l’introduction de 1945 à Psychologie, marxisme, matérialisme, se justifie, à nos yeux, par le fait que cet ouvrage qui rassemble divers textes publiés par ailleurs, témoigne parfaitement du fait que les diverses préoccupations de Naville se rejoignent (psychologiques, philosophiques, économiques, politiques), mais surtout qu’à partir des années 40, il se préoccupe essentiellement de contribuer à fonder une psychologie objective en s’appuyant sur le matérialisme historique. L’ouvrage rassemble plusieurs essais critiques, écrits entre 1928 et 1945, en particulier à propos des thèses d’Henri de Man, auteur de Au-delà du marxisme (Psychologie du socialisme, pour le titre allemand), ouvrage dans lequel il proposait de substituer aux thèses de Marx une psychologie subjectiviste. Henri de Man évolua du socialisme vers le corporatisme et le fascisme. Au moment où les tendances au corporatisme, c’est-à-dire à l’association capital-travail, se développent à nouveau, cette critique revêt une certaine actualité. Il n’échappera sans doute à personne que l’extrait choisi qui traite de l’humanisme et des rapports entre l’État et la religion a aussi quelque rapport avec le quatre-vingt-dixième anniversaire de la loi de 1905 de séparation des églises et de l’État.

19Aujourd’hui où beaucoup de gens intéressés s’emploient à tenter de démontrer que l’effondrement des États bureaucratiques entraîne nécessairement l’invalidation des analyses de Marx, il est peut-être intéressant de relire cette introduction à Psychologie, marxisme, matérialisme, dans laquelle Naville développait, il y a cinquante ans, la nécessité d’approfondir le rationalisme au moyen de la dialectique :

« Ainsi, l’approfondissement de la dialectique rationnelle nous met en état de mieux embrasser la nature sous toutes ses formes, alors que le maintien des cadres anciens du rationalisme tend à rejeter par antithèse vers les confins de l'irrationalisme, dans le domaine de la foi.

Cet irrationalisme a pris dans les dernières années le visage particulièrement repoussant de la mythologie fasciste avec son exaltation des forces obscures du sang, du sol, des astres, de la haine et de l’oppression raciale. Rien de plus urgent que de le combattre, et c’est à quoi la dialectique matérialiste peut s’employer. Mais l’irrationalisme, aberration impénitente, ne trouve un pareil succès que parce que le rationalisme bourgeois s’est trouvé lui-même dans l’impasse. Il faut donc restaurer dans un examen renouvelé des progrès scientifiques cette méthode “critique et révolutionnaire” qui a permis de mener le monde au seuil – mais au seuil seulement – d’une révolution socialiste qui, en bouleversant les rapports de production capitalistes, assurera de nouveau la marche en avant de l’humanité ».

20Enfin, il était utile de présenter des extraits de deux ouvrages majeurs : Théorie de l’orientation professionnelle et Essai sur la qualification du travail. Lucie Tanguy en parle en détail dans sa contribution, il n’est donc pas nécessaire de présenter davantage ces classiques. Disons simplement que le premier texte, au regard d’opinions encore fort répandues aujourd’hui, n’a guère vieilli, cinquante ans après. Quant à celui sur la qualification, il a le grand intérêt d’analyser ce problème complexe comme un rapport social, à l’échelle collective. On ne peut donc rendre compte de son évolution que dans le cadre des relations de classe. Cette analyse mérite d’être confrontée aux conceptions actuelles liées à l’individualisation des compétences et des salaires.

21Ce choix de textes devait nécessairement faire référence au Nouveau Leviathan, cette somme qui comprend six tomes. Le titre évoque, comme on le sait, le Leviathan de Hobbes dont le vaste projet de science générale visant à expliquer les relations sociales et la formation des sociétés humaines a constitué une référence importante pour Naville. Le tome 1 De l’aliénation à la jouissance, (sous-titre qui évoque l’ouvrage de Pierre Janet, De l’angoisse à l’extase, probablement pour saluer un promoteur de la psychologie du comportement) est la thèse de doctorat de Pierre Naville dans laquelle il expose la genèse de la sociologie du travail chez Marx et Engels. L’extrait reproduit ici, critique du fétichisme, des illusions du sens commun, est aussi une belle illustration de la dialectique du quantitatif et du qualitatif que l’on a toujours trop tendance à opposer en sociologie, souvent pour privilégier le qualitatif au détriment de la mesure nécessaire, non pas des faits comme des choses, mais comme dit Naville : « D’actes, d’événements, de rapports de mouvements ».

22Beaucoup d’autres textes auraient pu être retenus pour montrer l’ampleur d’une œuvre peu commune qui a souvent rencontré des obstacles à la publication. Des morceaux choisis, présentés sous forme de manuel pour étudiants, seraient certainement utiles et ce travail reste à faire. Le but de cette sélection limitée est de donner l’envie de lire ou de relire un auteur majeur, témoin de ce siècle qui s’achève, quelqu’un que l’on peut considérer comme un vrai « professionnel » au point que dans l’armée, par exemple, on le considérait (selon Pierre Rolle) pour ses commentaires sur Clausewitz, comme un spécialiste des questions militaires et seulement de celles-ci.

Notes

1 Voir ci-après Textes inédits.

2 Il faut noter que Naville a constamment poursuivi une activité de traduction et suscité des traductions. Il considérait, en effet, que lorsque quelque chose d’important avait été dit il fallait absolument le faire connaître plutôt que de céder à cette pratique, parfois rencontrée en milieu universitaire, consistant à redire, à répéter, voire à s’approprier des idées déjà développées par d’autres. Il a donc fait traduire, la plupart du temps par Denise Naville, ou traduit lui-même, Clausewitz, Préobrajensky, Thomson, mais aussi Hölderlin, Andrès Nin.

3 Préface à la nouvelle édition revue et augmentée, Gallimard, 1967, p. 7.

4 Engels, préface à la 2eme édition de l’Anti-Dühring, Éditions Sociales, 1950, p. 42.

5 Naville, Introduction générale, note 10, pp. 102-103.

6 Ibid., p. 109

7 Trotsky, Défense du marxisme, préface de Pierre Naville, introduction de Jean-Jacques Marie, Paris, EDI, 1972, p. 147.

8 Voir à ce sujet Gilles-Gaston Granger, La Mathématique sociale du Marquis de Condorcet, Paris, PUF, 1956 ; Keith Michaël Baker, Condorcet, raison et politique, Paris, Hermann, 1988 ; Michel Éliard, « Sociologie et éducation, de Condorcet à Durkheim », Revue française de pédagogie, no 104, juillet-septembre 1993.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.