Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

Première partie. Hommage à Pierre Naville

Les logiques de la découverte et celles de l'action

Pierre Rolle

Texte intégral

1Nous pouvons interroger l’œuvre de Pierre Naville à partir des tensions, des polarités qu’il étudiait dans leurs oppositions et leurs convergences, les unes impliquant les autres. L’une de ces tensions c’est celle qui se noue à partir du politique. Il ne s'agit pas à travers ces réflexions de proposer, à partir de l'exemple de Naville, une démarche à imiter. S'il existait d'ailleurs un tel modèle, à quoi servirait-il, puisque l’on serait bien incapable de naître à la vie intellectuelle après la Première Guerre mondiale et de participer au surréalisme, à l’opposition communiste, à la lutte anticolonialiste, à la lutte contre le gaullisme ? Il s’agit seulement d’ouvrir le champ où l'on peut placer cet homme qui fut engagé dans toutes les actions de son temps. Le surréalisme était déjà une action, ce n'était pas un mouvement purement littéraire, bien au contraire, mais une recherche qui prétendait être à la fois scientifique et politique. Littéraire aussi, bien sûr, s'il le fallait. On pouvait combattre avec la plume, comme avec des marteaux matériels.

2Voilà donc un homme qui a pris parti dans tous les conflits de son époque, et qui pourtant, on l'a dit, était le plus rigoureux, le plus minutieux des sociologues. S'il s'est souvent inspiré de paradigmes et de techniques utilisés dans d'autres sciences, il n'a jamais tenté de les introduire de force dans la nôtre. Il a cherché, par exemple, des formalisations et des mesures mathématiques, sans pour autant prétendre imposer à des réalités sociales un ordre arbitraire des quantités. Son objectif était bien plutôt de faire admettre en sociologie la démarche fondamentale qui est celle de la constitution de toute science.

3Or, ce sont là deux objectifs que l'on a l'habitude d’opposer : d'un côté, le politique, l'esprit de parti, la prise de position pratique, de l'autre, l'objectivité. Faut-il croire alors que Naville aurait réussi à isoler ces deux aspects de sa pensée par un effort que nous serions incapables d'imiter, ni même de comprendre ? Ou bien, dans cette polarité entre deux objectifs qu'il ne mêlait jamais, mais qu'il n'isolait pas définitivement, dans leur distance, ne faut-il pas chercher quelque chose comme un arpentage du champ scientifique, solidaire d’une réflexion d'ensemble que nous avons à prolonger, ou plutôt à constituer encore ? C'est cette question que nous examinons ici.

4Et d'abord, qu'est-ce que l'objectivité ? Consiste-t-elle seulement à imposer au fait que nous essayons d'analyser les traits caractéristiques les plus larges, les plus généraux de tout objet ? Naville ne récusait pas les méthodes dites objectives, parce qu'elles étaient objectives. Il n'a jamais voulu opposer les sciences humaines aux autres sciences, on l'a dit, ni le subjectif à l'objectif. Il a toujours voulu aller au-delà de cette séparation. Ce qu'il reprochait à des méthodes qui se prétendaient objectives, c'est le fait qu'elles étaient sommaires et grossières. Comment concevoir alors l'objectivité scientifique ? On peut au moins, faute d'une définition, donner un signalement d’une recherche objective : ce serait celle où les phénomènes sont saisis à travers des cadres eux-mêmes explicités, où l’empirisme est organisé autour d'une visée qui est susceptible à son tour d'être questionnée au cours de la recherche. Autrement dit, l'objectivité s'opposerait au formalisme, c'est-à-dire à un empirisme qui déciderait d'avance les cadres dans lesquels le chercheur opère, ces cadres n'étant pas eux-mêmes mis en cause à travers la recherche.

5Qu'en est-il alors de la distinction commune ? Partons de la politique, comprise au sens large du mot, évidemment. Il ne s'agit pas de doctrines et de stratégies immédiates, bien que celles-ci aient également leur nécessité et leur dignité, mais de visées à long terme. Cette visée politique, précisément, n'est-ce pas elle qui interdit que la quête des données sociologiques soit jamais terminée, que les faits pertinents soient définitivement dispersés, ou ordonnés ? La science, ce n'est pas en effet le savoir, mais l'organisation du savoir pour s'accroître et se transmettre. Si une science sociale est possible, si elle est nécessaire, n'est-ce pas parce qu’elle doit collaborer à quelque chose qu'on appellera trop vite, trop vaguement, la libération de l'homme ? Et cette science est alors nécessairement un mouvement, car elle n’est jamais assez complète, assez sûre, assez précise, assez large pour que l’on puisse à partir d'elle définir sans hésitation les actes collectifs qui contribueront à cette libération. S'il existe l'idée d'une science sociale, un principe qui nous interdit de nous satisfaire d'une sociographie, de laisser les objets se disperser dans de multiples cadres, si nous essayons interminablement de réunir cet ensemble dans une science, c'est parce que le politique suscite et contient nécessairement une science.

6Le modèle en la matière, c'est peut-être dans Clausewitz qu'il faut le chercher. Clausewitz analysait dans la guerre comment l'art et la science, sans jamais se confondre mais en s'interrogeant l'un l'autre, s'obligent chacune à s’approfondir. Comment se fait-il donc que la sociologie prétende être objective au sens où cette objectivité serait le non politique ? Peut-être peut-on soutenir que cette discipline manifeste une certaine tendance à aller dans le sens de la politique la plus commune. Les options politiques des sociologues ne seraient plus visibles dès lors qu’elles seraient confondues dans une espèce d'empirisme social-démocrate qui semble caractériser parfaitement une des tentations premières de notre science. On peut formuler l'hypothèse selon laquelle ce type d'empirisme est naturel dans une sociologie qui ne se critique pas elle-même.

7Peut-être arrivera-t-on à constater un jour que cet interdit qui frappe le politique, en sociologie, est d'une certaine façon comparable dans ses effets au tabou du sexuel tel qu'il a été longtemps le fait de la psychologie. On s'est aperçu enfin que la psychologie était incapable de véritablement remplir son objectif, si elle n'intégrait pas la sexualité, c'est-à-dire le rapport avec l’autre (et le politique, c'est aussi d’une certaine façon le rapport avec l’autre). Peut-être sera-t-il aussi fructueux d’abolir cette prohibition sociologique qu'il a été fructueux pour les psychologues de mettre la sexualité au centre même de la vie psychologique, de la vie de relation.

8Cela fait, il faudra à coup sûr réviser l'image implicite de la sociologie comme science du contrat, du consensus, de l'accord. Il faut rappeler à ce propos que les sociologues historiques sont venus après les crises pour expliquer qu'elles étaient finies : Comte, après la Révolution française, Durkheim, après les luttes de classes du XIXe siècle. Les sociologues rassurent, ils partent du conflit pour tracer ses limites ou prévoir le moment où il s'éteindra. La sociologie est pacifiste : non seulement elle n’analyse pas la guerre, mais elle ne laisse même pas la possibilité à la guerre d’entrer dans ses théories – ce qui, pour le dire en passant-, ne manquerait pas d'introduire aussi le politique. Peut-être faut-il retourner ce principe, pour se rendre capable de suivre le mouvement de la société. Tout au moins cette hypothèse mérite-telle d'être examinée aujourd'hui où nous, sociologues, avons tellement de mal à suivre, à comprendre le cours de notre présent.

9Qu’est-ce que ce mouvement de la société ? C'est le moment où la société entre en conflit avec elle-même. Si une sociologie existe, elle doit être critique, et donc partir de la catégorie de conflit que les sociologues subordonnent toujours, et toujours à tort, à la catégorie de consensus. Un point en passant : peut-être de cette manière, pourrons-nous échapper à la tentation de l'histoire qui tourmente la sociologie. Naville ne manquait jamais de mettre en perspectives historiques toutes les questions qu'il étudiait. Certes, mais c'était précisément pour en faire ressortir toute l'ampleur, et s'obliger à les interpréter jusque dans leur développement. Il s'agissait de mieux poser le problème, non de le résoudre. Jamais l'histoire n'est passée auprès de lui comme une explication possible. Peut-être que si la sociologie part, sans pour autant prétendre s'y réduire, de la notion de conflit, saurons-nous alors élaborer une sociologie qui échappera à la fascination tétanisée de l'histoire.

10Au moment où les sociétés, toutes nos sociétés, sont en crise, il est urgent de nous interroger sur cette sociologie paisible, pacifiste et sereinement empiriste que nous avons connue jusqu'à présent. Souvenons-nous de la chouette de Minerve, qui vient le soir à la nuit tombante constater que les conflits de la journée s'apaisent et que les groupes sociaux s'endorment. La chouette de Minerve ne peut plus être aujourd'hui le modèle du sociologue. Il faudrait plutôt choisir comme emblême l'oiseau des tempêtes, cet oiseau qui combat contre les vents et les nuées, et dont le mouvement même signale le sens des tourbillons qu'il veut dominer.

11C'est bien d'une science générale du comportement humain en société qu'il faut partir. Il ne s'agit pas d’interdisciplinarité, tout au contraire. On pourrait mettre cette visée en rapport avec le fait que Naville fut d'abord psychologue, mais toujours intéressé par l'économie – on n'a pas assez dit que, pour lui, l'économie et la sociologie ne se distinguaient jamais radicalement –, qu'il fut également analyste de l'action militaire, orienteur, et bien d'autres choses encore. Nous connaissons les difficultés, les inquiétudes, les contradictions que Naville a suscitées dans l'orientation professionnelle. Il a montré que l'apprentissage, d'une certaine façon, c'est autant la perte de compétences que l'acquisition de compétences. L'apprentissage, c'est le modelage de l'enfant, et de l'adulte d’ailleurs, par mutilation, et voilà l'une de ces dialectiques terribles qui nous menacent, qui veulent que les libérations sont toujours menacées d'être des enfermements. Les orienteurs professionnels étaient de la meilleure bonne volonté du monde. Comment pouvaient-ils imaginer que l'individu ne sera pas plus libre dans son métier, lorsque ce métier sera accordé à l'individu ? Et pourtant, cette espèce de liberté n’est qu'adaptation et que confinement. Ce qui nous rappelle que la libération de l’humanité se passe à travers un processus dialectique extrêmement complexe, qu’il faut essayer de préciser.

12On pourrait le concevoir ainsi : on part d'une science qui est une science générale, et non de l'interdisciplinarité, qui suppose que des disciplines déjà constituées s'assemblent, s'accordent, se reconnaissent l'une l'autre et se donnent légitimité les unes aux autres, avant d'entreprendre de concilier leurs résultats et leurs méthodes. Dans une science générale, à l'inverse, s'individualisent, s'organisent, se purifient, se constituent des disciplines dont il faut encourager la tendance à la spécificité, jusqu'au moment où elles seront si parfaitement autonomes dans leurs principes, si enfermées dans leurs limites, qu'elles deviendront capables de rentrer à nouveau dans la science sociale générale pour provoquer les autres sciences et les faire avancer. Si l’on examine bien ce schéma on peut voir que c'est justement celui de l'automatisme. L'automatisme, en effet, qu'est-ce que c'est ? C'est ce moment où des opérations s’enchaînent les unes aux autres d'une façon tellement précise et connue, tellement repérée aussi, que ces mouvements deviennent susceptibles d'être asservis à des objectifs qui les dépassent. C'est le schéma que le robot industriel manifeste et en même temps dissimule. Jusqu'à un certain point, c'est indûment que l'on met en avant dans l'analyse du travail d’aujourd'hui la notion de robot. Le robot, cette unité mécanique qui prétend prendre la place de l'humain en lui ressemblant, n'est qu'une forme imparfaite. Lorsque l’automatisme atteint sa sûreté et son autonomie maximum, le robot s'absorbe dans un dispositif mécanique, qui le surmonte de bien loin. Ce qui se constitue, ce ne sont pas des automatismes particuliers, mais un automate universel, qui entre dans un rapport nouveau et étrange avec la collectivité humaine, elle-même devenue autonome au cours du même mouvement.

13Voilà du moins l'idée que je me suis faite. Naville admettait la particularité des disciplines, mais sans jamais ignorer que toutes ces disciplines devaient collaborer à une science générale et en faisant toujours en sorte que la structure même de la science corresponde à la structure de l'action collective. En effet, c'est bien de ceci qu'il s'agit : l'automatisme est la forme par laquelle l’autonomie, la spontanéité et la nécessité se concilient et se coordonnent dans l'effort de libération de l'humanité. Il faut parler en l’occurrence de libération, et non de liberté ou de déterminisme : ces termes évoquent certes une dialectique, mais une dialectique stérile, où les mots se renvoient mécaniquement l’un à l’autre. Ayant posé la liberté, on ne manque pas de remarquer que cette liberté, c’est l’affirmation de l'individu par lui-même, et donc un déterminisme ; à peine avons-nous dit déterminisme que nous nous rappelons que ce déterminisme est à la fin une spontanéité, c'est-à-dire une liberté. Il faut précisément échapper à ces enchaînements complètement formels, et c'est par le schématisme de l'automatisme, c'est-à-dire la captation des spontanéités dans un système plus large, que nous pouvons concevoir la façon dont la technique se développe et, en même temps, la façon dont les sociétés deviennent peut-être accessibles à la volonté humaine.

14Il y a chez Naville une réflexion méthodologique qui n'est pas achevée et qu'il est donc important pour nous de retrouver pour essayer de la poursuivre, c'est la réflexion autour des catégories. Il y a plusieurs indications qui font croire que la notion ou le concept étaient pour lui des outils intellectuels insuffisants, mais pourquoi ? Parce que le concept et la notion sont précisément tels qu'ils s'insèrent dans une construction figée et homogène. Le capital, par exemple, est une catégorie en ce sens qu'elle englobe à la fois une circulation de biens, un rapport entre des individus, une classe et des objets. Sans doute peut-on imaginer un capital sans capitaliste, vous savez que l'idéologie économique l'a toujours fait. Selon elle, l'homme primitif déjà, lorsqu'il garde sa hache de pierre taillée après usage, ou qu'il la prête à quelqu'un d'autre, se constitue un capital. Ainsi, le capital n'est que l’instrument de production, et le capitalisme, c'est-à-dire un ensemble de relations sociales cohérent et hiérarchisé, n'est que la totalité des conséquences sociales de cette structure nécessaire de la production, où s'opposent l'outil et le bien travaillé. Mais il s'agit là d'une idéologie. Si l'on veut donner à l’analyse son véritable sens, on sera obligé d’imaginer capital, classe capitaliste et relations salariales ensemble. Autrement dit, on ne peut utiliser la notion de capital que dans la mesure où elle désigne des réalités qui appartiennent en même temps à plusieurs ordres de réalités. C’est seulement ainsi que l'on peut donner sens à une problématique extrêmement importante, qui est la problématique de l'exploitation. Si l'on fait l'hypothèse que les sociétés humaines se distinguent, s'ordonnent ou s'affrontent autour d'un conflit primordial, celui de la production et du temps dont chacun dispute l'usage aux autres, et que ce conflit primordial est celui de l'exploitation, alors il faut pour la vérifier concevoir une méthodologie plus forte. Cette exploitation, en effet, on ne peut la saisir ni par l'économie, ni par la sociologie. L'économie ne connaît rien de tel, elle connaît seulement des échanges et des partages ; la sociologie ne connaît rien de tel, elle ne connaît que des égalités, des inégalités, des pouvoirs, des conflits. L'exploitation, si elle existe, c'est forcément une notion qui appartient à la fois et à l'une et à l'autre discipline, puisque ce serait un échange inégal, un partage qui est un conflit. Cette difficulté méthodologique rappelle la nécessité où nous sommes de prévoir à travers nos études les plus spécialisées et les plus particularisées le moment où ces études prendront un nouveau sens en se coordonnant avec des recherches d’un autre type.

15Qu'est-ce que la démarche scientifique ? Ce n'est pas l'emploi de telle ou telle technique empruntée à telle ou telle science, c'est une démarche d'ensemble, où l'architecture de la connaissance est en cause à travers chacune des recherches que nous entreprenons pour l'appliquer, la développer, la vérifier. Chaque fait nouveau est, en principe, une épreuve pour la théorie scientifique, puisqu'il est nouveau, justement, qu'il n’y est pas inclus encore. C'est cette démarche scientifique qui est la science en acte. Mais de quoi s'agit-il ? La science n'est peut-être rien d'autre que cette institution langagière grâce à laquelle les hommes se désignent les uns les autres l'ensemble des réalités dont ils ont besoin pour comprendre le système dans lequel ils vivent et le dominer. La science n'a donc absolument rien à voir avec cette déesse du savoir suprême et de la certitude dont on met la statue au carrefour pour cracher dessus, ou pour l'adorer. La science n'est pas un substitut de la religion, ni même l'organisation du vrai. Sa véritable démarche ne consiste pas à opposer le vrai au faux, mais le vrai au vrai. Deux assertions, deux vérités langagières, obtenues à travers des méthodes et saisies par des termes réglés, entrent en conflit, et il s'agit de savoir laquelle englobe l'autre. Ceci nous ramène à l'une des pratiques les plus déconcertantes de Naville : il ne disait jamais à ceux qui le consultaient « ceci est bien, ceci est mal ». Il disait : « ceci n'est peut-être pas aussi développé, aussi large, n'a pas autant de poids que vous l'imaginez », « peut-être ceci a plus de portée », « en quoi telle thèse est-elle effectivement différente de telle autre ? », « peut-on comprendre votre assertion ainsi ? », etc.

16Enfin, l’aliénation, il ne faut pas non plus en parler en terme de vérité ou d’erreur. Ce mot désigne un certain nombre de réalités psychologiques que l’on décide, par lui, de penser ensemble. Tout ce qu'on peut en dire, c'est que l'analyse en terme d'aliénation semble plus homogène, plus immédiate, et donc de moindre portée que les théories de l’exploitation, tout simplement. La méthode scientifique consiste à perpétuellement émettre des assertions de portée de plus en plus grande, qui permettent de mettre en place l'ensemble des assertions qui avaient été émises jusqu'alors. Cette méthode c'est celle que Naville voulait transporter dans la science sociale. Je ne crois pas, je le dis en toute sincérité, qu'il y ait eu en sociologie un autre chercheur qui se soit aussi résolument astreint à une discipline qui l'obligeait à justifier précisément toutes ses démarches. Je ne prétends pas, pour autant, que Naville est le seul sociologue ayant dit quelque chose qui m'importe. J'observe seulement qu'il a voulu mettre en marche un système collectif de compréhension de la réalité. Ce dispositif, nous devons l’examiner, vérifier sa puissance, et, peut-être, l'organiser et le ré-animer après lui. Mais en nous souvenant que ce dispositif ne peut avoir d'unité et de force que parce qu'il est en même temps au service de l'émancipation des hommes. On peut discuter de la forme que devrait revêtir cette délivrance, mais il n'y aurait pas de sciences sociales si l'humanité ne s'était pas donné cet objectif.

Commentaires

17• Est-ce que dans un contexte de crise, une sociologie engagée est possible ? Est-ce que le sociologue peut en même temps être engagé sur le plan politique et rester sociologue tout court ?

18 Pierre Rolle : Il est préférable d'approcher la crise des sciences sociales à partir de la notion de sciences sociales critiques. En un sens, la science sociale ne peut faire autre chose que de reprendre le mouvement de la société, c'est-à-dire la critique perpétuelle que la société donne d'elle-même. En conséquence, l’engagement premier du sociologue, c'est le sens qu’il donne à ce fait. Il peut décider que derrière tous ces mouvements où les individus et les groupes s'affrontent, se préserve le schéma premier d'un consensus nécessaire qu’il ne manquera pas de restituer. La société divisée ne l'est que pour un moment avant de retrouver son unité, mais de quelle société s'agit-il alors ? Est-ce l'ensemble de toutes les réalités sociales qui se trouveraient réunies une fois pour toutes dans un concept qui ne serait alors rien d'autre qu'une idée de la raison kantienne ? Ou bien la société est-elle la nation ou bien une ligue de nations, l'Europe, le canton, le district, ou le marché mondial ? Je ne sais pas.

19Le sociologue qui choisit de considérer que la crise est un moment qui ne peut troubler la sérénité des structures est tout aussitôt tenu de présenter les structures en cause. Si au contraire, il choisit de considérer le mouvement perpétuel des sociétés par lequel elles s'opposent les unes aux autres, il s'engage tout aussi fermement, bien que d'une autre façon. Si nous, sociologues, n'avions pas pris parti, comment pourrions-nous espérer réunir l'ensemble des données qui nous concernent et réduire l'infinité des données qui concernent la moindre des collectivités humaines ? Il faut bien qu'il y ait pour lier, pour coordonner, pour donner un objectif commun à l'ensemble des observations, des expériences que nous pouvons faire dans le social pour conférer à cet ensemble la forme et le dynamisme d'une science, il faut bien qu'il y ait une prise de position à la fois globale et pratique. Mais laquelle ? Il n'y a de sociologues qu'engagés, mais il y a beaucoup d'engagements possibles chez les sociologues.

20Si l'on veut dire par politique le mouvement particulier que revêt la lutte autour de l'État à un moment donné, cet État étant supposé caractérisé, les problèmes que rencontre le sociologue étant supposés déjà délimités, alors science et politique sont évidemment d'ordres différents. Mais, il s'agit ici de politique au sens où les collectivités humaines sont des collectivités rassemblées autour de mécanismes qui peuvent être figés en hiérarchie ou plus fluctuants, par l'intermédiaire de conflits, de débats, de compromis. À tous moments, cette unité de la collectivité humaine est en question à travers la vie même de cette collectivité. Il n'y a alors aucune manière d'échapper au politique sinon par mauvaise foi.

21 Gilbert de Terssac : On peut s’interroger sur les problèmes de qualification, et ce que Naville a pu en avancer, notamment dans Essai sur la qualification du travail, à propos d'un critère de mesure, qui est le temps de formation. Lorsque Naville nous dit : « ce qui qualifie, c'est l'acte éduqué », il s’agit bien de passer du poste à l'individu, et parmi les critères qu'il essaye de formuler, le critère le plus important concerne le temps, que ce soit le temps d'apprentissage, le temps de formation, le temps nécessaire pour la maîtrise, mais c'est le temps qui apparaît comme critère déterminant. Naville nous a invités, non pas simplement à élaborer une métrique, mais à élaborer des outils comparatifs pour différentes situations, et à réfléchir sur la construction sociale de ces outils qui sont loin d'être neutres. Est-ce que ce critère-là ne mérite pas d’être discuté aujourd'hui par rapport à des temps qui sont très difficiles à évaluer comme les temps liés à l'expérience professionnelle, par exemple, comme la formation en alternance ?

22 Lucie Tanguy : Si Naville retient dans certaines propositions générales ce critère de la mesure par le temps, l'usage qu'il en fait dans des études empiriques est beaucoup plus nuancé puisqu'alors ce critère n'est pas considéré isolément. Cette mesure par le temps revêt pourtant un caractère relativement universel : il sous-entend les opérations de classement dans les grilles de classification, établies en France dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à partir de la formation et de l’ancienneté ; en Grande-Bretagne, l’apprentissage au métier n'est pratiquement pas codifié, sinon en termes de temps, c'est après un temps bien défini qu'on devient ouvrier qualifié. Pourtant on observe aujourd'hui une tendance à redéfinir la mise en correspondance de deux distributions, celle des propriétés des individus et celle des attributs des postes.

23Cette mise en relations effectuée au moyen de la notion de qualification tend à être pensée en termes de compétences. Ce glissement sémantique me paraît contenir des rapports différents au temps. Mesurée par le diplôme et l'ancienneté, la qualification est définie comme une propriété stable, irréversible, inscrite dans les conventions collectives à la suite de négociations collectives. La compétence, elle, est considérée comme une propriété instable qui doit toujours être objectivée et validée dans et hors de l’exercice du travail. Une gestion fondée sur les compétences contient l'idée qu'un salarié doit se soumettre à une validation permanente et faire constamment la preuve de son « adéquation au poste », de son droit à une promotion, ou à une mobilité professionnelle. Une telle gestion entend concilier le temps long des durées d'activités des salariés avec le temps court des conjonctures du marché, des changements technologiques, puisque tout acte de classement est susceptible d'être révisé. L'évaluation et la validation des compétences s'accomplissent au moyen de techniques standardisées par référence aux certifications de l'institution scolaire et s'en différencient d'une manière radicale : le diplôme est, en effet, un titre définitif, même si sa valeur peut varier sur le marché alors que la validation des acquis professionnels est toujours incertaine et temporaire. C'est dire qu'un énoncé sociologique, comme celui de la mesure de la qualification par le temps de formation, est toujours relatif à un contexte donné qui est en mouvement ; comme tel, cet énoncé est soumis à des reformulations.

24 Pierre Rolle : Qui mesure ? Voilà la question primordiale. On se demandera après si la mesure par le temps, la mesure de la qualification par le temps est une mesure qu'il importe de reprendre ou qui a changé depuis le livre de Naville. Peut-être en sociologie faudrait-il interdire l'usage des formes grammaticales passives et des formes impersonnelles. On serait obligé alors de préciser les agents véritables qui sont en cause à travers nos analyses. La mesure en question est une mesure sociale, ce n'est pas une mesure que le sociologue se trouverait un jour ou l'autre inventer, c'est une mesure que le collectif met en œuvre pour régler l'acquisition de la compétence, et qui se réalise par la qualification. Ça veut dire quoi ? Que le sociologue, au mieux, peut retrouver les sens de cette mesure, premier point. Second point, que la mesure ne fixe pas une égalité. Tout au contraire, la mesure, c'est la mesure des inégalités ; une norme étant fixée, on vérifie perpétuellement que cette norme n'est pas réalisée. Il faut donc préciser comment la reproduction des compétences s'accomplit dans des temps et par des mécanismes sociaux. C'est dans cette analyse que la notion de mesure prend sens. C'est donc tout autre chose que la pure et simple constatation que l'on peut ordonner plus ou moins finement les formes actuelles de la qualification en fonction des temps qu'il a fallu pour parvenir aux emplois associés.

25On pourrait d'ailleurs comparer différentes situations sociales, et faire une théorie de la mesure sociale en général, qui donnerait toute son importance à ce phénomène trop souvent ignoré, à savoir que la société mesure. Le travail, dont on cherchait tout à l'heure une définition, le travail est, évidemment, en la matière, un cas privilégié, puisque c'est clairement l'activité sociale en tant qu'elle est mesurée. Cette mesure s'effectue selon les époques par l'intermédiaire de nombreux mécanismes particuliers qui, au mieux, peuvent être repris par les sociologues et qui ne sont évidemment pas inventés par eux.

26 Jean-Michel Berthelot : Les sociologues montrent une extrême difficulté à aborder les auteurs dans leur discipline. Cette difficulté est sans doute liée au fait que la sociologie constitue un champ de réflexion suffisamment jeune et récent pour constituer une sorte d'espace épistémique commun. On aurait pu ainsi interroger Naville d’un point de vue extrêmement précis sur : qu’en est-il de ce sociologue en relation avec le temps qui l'a produit, les problématiques, les luttes de cette époque, qu'a-t-il apporté ? Peut-on suivre précisément le devenir des concepts qu'il a introduits ? Or, à chaque fois que l'on fait cela, on est tenté par le souci de dépasser cette approche un petit peu restrictive, de constituer l’auteur étudié comme une sorte de miroir des problèmes qui continuent à se poser à la sociologie.

27De ce double jeu qui illustre bien la difficulté à situer très précisément les apports dans la construction historique de la sociologie, on peut donner deux exemples. Premièrement, il est vrai que Naville à un moment donné, pour des raisons qui étaient d'abord professionnelles, s'est intéressé aux questions de l'éducation. Il a fait le constat que la sociologie de l'éducation n'existait pas en France : c'était le début de la préface d'École et société. Simultanément, il est le premier à avoir introduit la conception de la reproduction. Dans son premier texte de l’Orientation professionnelle, il dit que la fonction de l'école est une fonction de reproduction des rapports de classes. Lucie Tanguy a montré simultanément qu'une recherche sur les problèmes de la circulation des individus intéressait tout autant Naville. Comment peut-on expliquer le fait – là c'est un problème d'histoire –, que la théorie de la reproduction ou les idées de la reproduction ont finalement triomphé et qu’il y a eu amnésie sur la paternité de Naville ? En ce qui concerne la dimension épistémologique de Naville, se ramène-t-elle simplement à une sociologie critique ? Il y a une tension très forte chez lui, entre une inspiration de la sociologie critique, qui trouvait ses racines notamment chez Marx et Engels, et, simultanément, une fascination pour une science positive, qui allait bien au-delà de la seule psychologie du comportement. Naville était un des premiers à connaître correctement en France le positivisme logique, c'est un des premiers qui a, dans la revue Épistémologie sociologique, organisé des débats entre épistémologie d’inspiration critique et épistémologie positive. Or, on ne peut être que frappé par l'un de ses derniers ouvrages, Sociologie et logique, terriblement désenchanté, donnant en dernière analyse, la parole plutôt à une sociologie de type positif qu'à une sociologie de type critique.

28 Pierre Rolle : Le positivisme logique est une théorie de la science qui essaye de se mettre en forme à partir d'une conception singulière. Il faudrait inventer un langage qui préserverait d’un bout à l'autre du développement la vérité du protocole de départ, de sorte que le discours scientifique pourrait s’organiser, de quelque manière que ce soit, sans jamais perdre sa référence. Ce contre quoi s'est opposé, on le sait, celui qui a pris précisément le contre-pied de ce positivisme logique sans en sortir complètement, c'est-à-dire Popper. Le problème du positivisme logique n’est donc pas celui du positivisme historique d’Auguste Comte. D’ailleurs, les positivistes logiques se référaient plus volontiers à d’autres traditions philosophiques, par exemple celle de Kant, qu’à Auguste Comte, même s’il leur arrivait de mentionner notre père fondateur.

29Ce qui intéressait Naville dans ces analyses, c'était le moyen qu'il y trouvait de faire ressortir l'importance de comprendre et de maîtriser les processus formels que nous mettons forcément en œuvre dans l'élaboration de nos enquêtes : la saisie des données, l'interprétation que nous leur en donnons, processus dont nous ne sommes pas toujours tout à fait conscients. Et sur ce point, on peut faire une autre lecture de l'ouvrage Sociologie et logique. Cet ouvrage est tout entier orienté par l'envie d'inventer une nouvelle logique, dont Naville a l'air de croire qu'elle n'est pas loin, qu'elle est quasiment accessible. Avec la même rigueur que celle d'Aristote, traitant des classes, cette logique analyserait des relations, et elle saurait s'approprier toute la richesse de la dialectique sans verser dans les élaborations extrêmement inquiétantes que celle-ci a suscitées. Il s’agit, par conséquent, d'un problème logique d'une complexité très grande qu'il essaye de résoudre à peu près de cette manière : les formalisations logiques que nous connaissons jusqu'à présent supposent toujours qu’il y a du vrai et du faux que l'on introduit dans le système, que l'on moud dans le système et qui ressortent à la fin sous forme de nouvelles configurations. Bien entendu, ces caractéristiques, le vrai, le faux, se sont préservées en cours de route.

30Or, qu'est-ce que c’est que la logique ? Rien d'autre que la mise en forme des disciplines, des nécessités qui naissent de comportements enchaînés et affrontés. On peut en déduire qu'il manque quelque chose dans le formalisme traditionnel, à savoir un opérateur interne qui serait l'opérateur de négation. Pourvue de cet opérateur, la logique ne recevrait pas de l'extérieur d'elle-même cette distinction du vrai et du faux, mais elle la traiterait à l'intérieur de son propre développement, accomplissant ainsi sous une forme inattendue les objectifs de l'ancienne dialectique. On peut donc penser que Naville, dans ce livre, vise à réunir l'ensemble des analyses qu'il a proposées tout au long de sa vie, dans divers domaines, puisqu'il s'agit du comportement, des relations que ces comportements entretiennent entre eux et, enfin, du processus formel qui permet de transporter dans des raisonnements langagiers ce qui est fondamentalement une discipline du comportement.

31Donc, il se trouve que c'est d'un optimisme extraordinaire puisqu'il espère réunir tout ceci et qu'il propose que l'on réfléchisse à une nouvelle logique qui admettrait en plus des opérateurs que nous lui connaissons depuis Aristote, un nouvel opérateur qu'il appelle l'opérateur contre, et qu'il essaie de faire entrer dans un développement.

32Alors, optimiste, pessimiste, qu'est-ce qui est optimiste, qu'est-ce qui est pessimiste dans une pensée ? Lorsque Naville tirait de l'analyse du socialisme (c'était le terme qu'il donnait à une société limite, dont d'ailleurs on pourrait essayer de préciser les formes qu'il lui voyait) que les êtres humains allaient être enfin débarrassés de quantité de problèmes qui les tourmentaient dans cette société capitaliste, où chacun doit essayer de concilier l'inconciliable, doit essayer de surmonter les contradictions où il est enfermé, et qu'il en déduisait avec la logique absolue qui le caractérisait, que dans le socialisme les hommes seront bêtes, était-ce de l'optimisme, était-ce du pessimisme ?

33 Michel Éliard : S'il y a bien quelque chose de significatif chez Naville, c’est sa rigueur scientifique. Cela dit, il n'avait pas une fascination de la science au point de croire que la science allait résoudre tous les problèmes. Yvette Lucas a bien raison de citer – et j'en vois l'importance maintenant –, ce texte de Sociologie d'aujourd'hui, dans lequel il oppose ce qu'il y avait de dynamique chez Comte et auquel Durkheim a opposé une métaphysique des catégories qui ne permet pas de prendre en compte les contradictions sociales. Déjà dans sa thèse, De l'aliénation à la jouissance, il y a cette remarque où Naville dit : « plutôt que de parler défaits sociaux, il vaut mieux parler d'actes sociaux ». C'est une remarque très importante. Chez Naville, – et c’est constant chez lui, comme Pierre Rolle l’a rappelé avec force –, il y a cette idée que son activité scientifique est inséparable du fait que cela doit concourir à l'émancipation humaine. Ce qu'il y a de remarquable dans l'histoire de la sociologie, c'est que Durkheim me semble être l’un des grands responsables de l’occultation de cette dimension déjà présente chez Condorcet, très nette chez Marx mais elle disparaît avec Durkheim. Naville, je crois, l’a réintroduite avec force dans les sciences sociales.

34 Pierre Rolle : Juste une observation, à propos de Durkheim. Le terme solidarité signifie chez lui solidarisme. Durkheim ne s'opposait pas à Marx au nom d’une objectivité scientifique mais au nom d'une autre théorie, parce que le solidarisme, on ne le sait plus, était une théorie politique, et une des racines du radicalisme d'aujourd'hui. Autrement dit, opposant Durkheim à Marx, on n'oppose pas une pensée qui se veut objective à une pensée idéologique, mais une prise de position à une autre. J'y tiens, puisque je soutiens qu'on ne peut pas être sociologue sans receler, utiliser, une prise de position de cet ordre.

Commentaire final

35 Gilbert de Terssac : On ne peut pas considérer Pierre Naville comme un sociologue atypique, parce que ce serait instituer une sorte de marginalisation. Qu'il soit inclassable dans les nomenclatures d'aujourd'hui certes, mais il n’est pas atypique ; c'est, en quelque sorte, un sociologue comme la sociologie se faisait à une certaine époque. Sur l'homme, tout le monde s'accorde pour dire que c'est d'abord un penseur qui, d'une part, a et accumule une connaissance encyclopédique et, d'autre part, qui pense ensemble des réalités séparées. Séparées par les rites des collègues, séparées par les institutions et c'est Naville qui nous oblige à penser ensemble cette réalité dans le domaine des humanités, des sciences humaines et des sciences sociales. Sa biographie et sa bibliographie nous montrent cette connaissance, et cette façon de penser ensemble les choses. C'est aussi un intellectuel engagé, dans toutes les actions, dans tous les conflits et parce qu'il met en débat des positions discutables, qu'il argumente sans doute avec la rigueur qu'on lui connaît. L'homme est enfin un chercheur, outre que pour un certain nombre d'entre nous il a contribué à nous aider à construire le métier du chercheur scientifique, mais c'est un chercheur qui, d'une part, avec une grande rigueur, associe la réflexion sur la construction des catégories avec le travail de terrain, d'objectivation et de mesure, d'autre part, c'est un chercheur qui, du point de vue scientifique, déstabilise en permanence les champs tels qu'ils sont constitués, invite à repenser les codifications qui existent.

36Pourquoi refaire une lecture de Pierre Naville ? Parce qu'il a adopté un ensemble de postures qui nous sont utiles ou qui nous ont été utiles dans la constitution du champ scientifique d'aujourd’hui et qui pourraient nous être utiles. La première posture de Naville, c’est cette attitude en permanence critique, par les mises en perspectives qu'il propose, les relectures qu'il effectue pour chercher les fondations à propos de d'Holbach, qui déplace les champs et les objets constitués, (du comportement aux formations sociales) ; il nous invite à passer de l'aptitude à la logique de la distribution sociale. Dans sa fonction critique, Naville nous invite à resituer les objets qu'il a découpés dans leur contexte social. La deuxième posture c'est celle d’un précurseur, d’un fondateur, de quelqu'un qui a défriché, qui a structuré des chantiers de recherches, parfois en remettant en cause les codifications qui existaient : pensons simplement au domaine du travail, au domaine de la technique, au domaine de l'éducation. Naville était un des premiers sociologues à avoir envisagé les problèmes de l'éducation, mais précisément, dans cette mise en relation, à propos de la notion de qualification, de l'éducation et du travail, du travail et de la technique, de la technique avec le système social. C'est donc quelqu'un, et c'est peut-être la troisième posture de Naville, qui nous invite à une mise en relation entre des champs, des objets, des niveaux d'analyse : travail et éducation, qualité et mesure sociale. Voilà quelqu'un qui nous permet de nous sortir de l'ornière du débat engagé sur la notion de compétence dans lequel on a pris soin de dissocier ce qui était l'ensemble des qualités acquises ou mises en œuvre, des processus sociaux de hiérarchisation, qui transforment ces qualités en quantités, c'est-à-dire qui associent la question de la mesure sociale. D'emblée, quand il commence l'Essai sur la qualification de travail, Naville nous invite à penser les qualités avec les fonctions sociales. La quatrième posture, critique, innovante, est qu'il nous aide en sociologie à penser l'impensé, c'est-à-dire à mettre ensemble des tendances contradictoires. Quand il préface Les dégâts du progrès, au lieu d'avoir une vision unilatérale des phénomènes comme le livre l'aurait laissé penser, il dit au fond, comment évolue l'organisation du travail ; il dit ce qui est en creux dans cet ouvrage, en parlant d'une tendance contradictoire avec, d'un côté, la souplesse, de l'autre côté, la rigidification. On voit bien cette ouverture du point de vue politique : elle consiste à considérer que le politique n'est pas la réalité externe du champ qu'on étudie, n'est pas une variable exogène des phénomènes qu'on étudie, mais sans doute aux principes mêmes, au cœur même, le conflit étant une sorte de principe d'ordre. Il nous renvoie aux forces sociales qui assurent cette hiérarchisation évidemment le tout dans un projet, concernant la libération, c'est-à-dire que ce n'est pas une science qui serait déconnectée de tout le système social, mais qui vise à agir sur lui en même temps qu'elle en reçoit l'influence.

37Cette posture de Naville nous pouvons l'illustrer notamment par son travail publié en 1956 et intitulé Essai sur la qualification du travail. Il s'interroge sur des questions aussi simples que fondamentales : « Qu'est-ce qu'un ouvrier qualifié ? » Il cherche les critères généraux, tout en indiquant que le problème renvoie à la structure sociale tout entière : « les travaux manuels ont presque toujours été frappés d'infamie ou tout au moins de discrédit, par rapport aux fonctions intellectuelles ». Pour définir le problème de la qualification, Naville indique qu’il faut d’abord déconstruire les représentations en vigueur, c’est-à-dire comprendre par quel processus « les travaux manuels, même les plus “qualifiés”, ne jouissent presque jamais du prestige des fonctions "cérébrales isolées” ». Dès lors Naville analyse les codifications en vigueur et en propose une critique ; il met en avant le fait que les définitions en cause laissent de côté la corrélation entre l’échelle des salaires et celle de la qualification, que la qualification est appréhendée au niveau individuel alors qu'apparaît « une qualification collective, sociale, toute nouvelle, dans l'équipe des travailleurs comme dans le produit ». Il critique l'approche réductionniste qui conduit à réserver la notion de qualification pour le travail professionnel alors que « le non travail peut être qualifié » ; il dénonce l’utilisation de cette notion pour désigner la « capacité d'exécuter un processus de travail déterminé ». Naville « propose d’étendre la notion aux fonctions de contrôle, de coordination et de commandement ». (p. 19).

38Après cette déconstruction des représentations en vigueur, Naville ouvre la voie pour une autre approche de la qualification. Cette notion lui apparaît (p. 27), 1) relative et ne dépendre d'aucun critère absolu, 2) liée à la structure économique de la société, 3) renvoyer à la durée de l'apprentissage, 4) être construite sur la base de critères sociaux et non de critères individuels. Et il conclut (p. 53) « Mais en dernière analyse, c'est de l'homme qu'elle [la qualification] dépend et c'est à lui qu'elle appartient » ; la qualification est donc apprise, mais aussi transmise.

39Alors, toutes ces positions invitent à conclure en incitant à relire Naville. On serait peut-être bien avisé d'essayer de regarder ce qu'il a écrit sur la technique, ce qu'il a écrit sur l'apprentissage, sur les compétences, sur le travail lui-même et dans combien d'autres secteurs, pour peut-être mieux poser les questions.

Le joyeux ironiste de tous les jours (1980)

Table des illustrations

Légende Le joyeux ironiste de tous les jours (1980)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.