Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

Première partie. Hommage à Pierre Naville

Pierre Naville, 1942-1960 : une sociologie des relations

Lucie Tanguy

Texte intégral

« Loin d'être une science de cabinet, morte ou mortelle, la sociologie est une science vivante, susceptible d'apporter sa pierre à la vie sociale, tout comme la vie physique, la biologie ou l'astronomie entrée depuis peu dans la voie de l'expérimentation ».
Pierre Naville, École et société

  • 1 Il en était autrement dans les années 60. Ces travaux et d'autres de même inspiration sont effecti (...)

1Un certain nombre de travaux de Pierre Naville peuvent explicitement être considérés comme un chapitre d'une sociologie de l’éducation en France bien qu'ils ne soient pas retenus comme tels1. Faut-il voir là l'effet d'une amnésie qui affecte les sciences sociales ou faut-il interpréter cet oubli comme une sanction naturelle de travaux jugés mineurs par les sociologues de l'éducation d'aujourd'hui ? Nous évoquerons ces travaux en les situant dans le contexte de leur parution et tenterons de montrer qu'ils témoignent de questionnements et d'une mise en œuvre de démarches auxquels Naville n'a cessé d'accorder son attention.

2En premier lieu, nous rappellerons que l'éducation et le travail sont pour Pierre Naville deux sphères d'activité fondamentales dans toute société. « Le travail est l'élément ordonnateur essentiel des sociétés et la sociologie du travail est une des branches capitales de la sociologie, celle qui commande les autres », écrit-il dans le Traité de sociologie du travail (1961). La sociologie du travail lui paraît, alors, être la plus avancée parce qu'elle a accumulé le plus de connaissances appuyées sur des mesures rigoureuses. Mais il affirme avec autant de force que « l’éducation est une fonction primaire aussi décisive que le travail car sans elle l'espèce socialisée périrait en une génération » (1959, École et société). Ce sont les relations entre l'éducation et le travail qui constituent l'objet des premières investigations de Naville en sciences sociales, investigations que nous allons examiner en nous référant à quatre ouvrages publiés entre 1945 et 1959 : Théorie de l'orientation professionnelle (1945), La Formation professionnelle et l'école (1948), École et société (1959), Essai sur la qualification du travail (1956).

  • 2 Naville préfère le terme d'adaptitude à celui d'adaptabilité.

3Théorie de l'orientation professionnelle, ouvrage écrit pendant la guerre, publié en 1945, se présente avant tout comme une invalidation des théories scientifiques qui sous-tendent des pratiques d'orientation professionnelle. Naville les a bien connues puisqu'après avoir suivi en 1939-1940 des cours à l’ΙΝΟΡ, pour devenir conseiller d'orientation, il a dirigé pendant deux ans, durant la guerre, un centre d'orientation professionnelle à Agen. Après la Libération, il enseigne à l’ΙΝΟΡ et est sollicité par Henri Piéron, alors directeur de cette institution, pour participer au Traité de psychologie appliquée (1949). Henri Piéron défend alors une psychologie différentielle qui se fonde sur la mise en évidence des différences d'aptitudes entre les individus en vue de contribuer à une distribution sociale plus juste et ceci au moyen de techniques supposées éprouvées. « À chacun selon ses aptitudes » est à cette époque une thèse progressiste partagée par les psychologues soucieux de faire reconnaître les talents de ceux qui n'ont pu prolonger leurs études au-delà de la limite obligatoire. Théorie de l’orientation professionnelle est l’œuvre d'un psychologue qui critique la psychologie différentielle à partir de la psychologie behavioriste dont il se réclame et des sciences sociales. De fait, cet ouvrage est simultanément analysé en tant que : distribution des individus dans les emplois structurés par la division sociale du travail ; destinée sociale de chaque individu et en réponse aux perspectives fondées sur les notions de « vocation », « réussite », « adaptabilité » ; action institutionalisée que constituent les conseils d'orientation fondés depuis l'origine des centres sur les capacités différentielles « mesurées » par des tests (ch. VII). Aussi cet ouvrage est-il ressenti comme une déclaration de guerre à cette conception de la psychologie, aux postulats qui la sous-tendent et au milieu des scientifiques et des conseillers qui œuvrent dans ce domaine alors en pleine expansion. Les dissensions portent sur la notion d'aptitude comme le montre la note critique écrite par Henri Piéron sur cet ouvrage dans Bulletin de l'orientation professionnelle (novembre-décembre 1945). Celui-ci réaffirme avec force son point de vue sur cette notion : les variations observées dans la réussite des individus tiennent davantage aux dispositions naturelles qu'au milieu, point de vue alors largement partagé que P. Naville renverse, en mettant l’accent sur l'éducabilité, sur les capacités d'adaptation et leurs déterminants sociaux, et démontre le coup de force que représente l’usage des techniques pour mesurer un phénomène (les aptitudes) qui n'a pas d'existence propre. Si H. Piéron concède à Naville l'idée d'adaptabilité2 (opposée à aptitude), il refuse d'admettre que l’action des conseillers d'orientation devrait, en conséquence, être modifiée. Celle-ci ne peut avoir d'autre fin qu'une connaissance précise des aptitudes réelles des individus au moyen de techniques éprouvées qui autorise une distribution plus juste des individus dans les places sociales. Le désaccord avec Pierre Naville se manifeste autant sur les techniques de mesure alors en usage que sur les théories psychologiques et implique tout le milieu de la psychométrie alors occupé par des hommes de gauche. Cet affrontement avec les communautés intellectuelles en place vaudra à Naville sa mise en marge de l’ΙΝΟΡ et le retrait de sa charge d'enseignement. Il continuera néanmoins ses recherches dans ce domaine qui sont publiées dans la Revue de psychologie grâce à l'appui d'Henri Wallon qui soutient sa candidature au CNRS (au sein de la section rassemblant alors psychologues, philosophes, sociologues et démographes).

4Sans retracer ici les termes de la confrontation scientifique et idéologique qui oppose Naville aux théoriciens et praticiens de la psychologie différentielle, nous voudrions souligner la force de l'analyse réflexive développée dans Théorie de l'orientation professionnelle à propos de la notion d'aptitude, et d'autres qui lui sont associées, ainsi que des pré-supposés sur lesquels celles-ci reposent. Les résultats de cette analyse, la perte de légitimité scientifique de la notion d’aptitude, ont ultérieurement été incorporés dans l'opinion commune mais la démarche mise en œuvre pour ce faire ne s'est pas pour autant diffusée. C'est ainsi que psychologues et sociologues s'emparent aujourd'hui de la notion de compétences, des catégorisations et techniques qui l'accompagnent sans les soumettre à une analyse préalable qui mettrait au jour les postulats qui les fondent et les pratiques sociales qu'elles autorisent (voir plus particulièrement V. Isambert-Jamati, in F. Ropé, L. Tanguy, 1994, type d'analyse développé dans Théorie de l’orientation professionnelle).

5Pierre Naville a donc contribué d'une manière décisive à démontrer que la différenciation des capacités intellectuelles s'enracine profondément dans la division sociale du travail. Mais cet énoncé de recherche n'a peut-être pas connu toute la diffusion attendue entre autres choses parce qu'il n'est pas l'objet d'enseignement. Paradoxalement, cet ouvrage qui porte sur les pratiques spécifiques à cette institution ne constitue pas une des références principales des enseignants qui initient les conseillers d'orientation à la sociologie. Plus paradoxalement encore, celle-ci est l'objet de deux enseignements distincts : la sociologie de l'éducation, d'une part (devenue pour une large part une sociologie de l'école) et la sociologie du travail, d'autre part. Ainsi l'objet même de la réflexion de Naville, les relations entre éducation et travail, se trouve-t-il transformé et réduit à ces deux termes qui sont pensés séparément.

  • 3 Tout en reconnaissant la portée de ce plan qui vise à une unification de la scolarité générale et (...)

6Si la Théorie de l'orientation professionnelle ouvre un questionnement à l'interface de la psychologie et de la sociologie, questionnement récurrent au cours de ce dernier demi-siècle mais présenté sous d'autres habillages, celui qui sous-tend La Formation professionnelle et l'école (1948) n'est pas moins général. Au-delà de son caractère polémique, dirigé contre les projets de réforme alors en débat, parmi lesquels le plan Langevin-Wallon3, cet ouvrage appelle à dénaturaliser la catégorie « enseignement » qui s'est constituée sous une forme scolaire dans les sociétés modernes occidentales. S'appuyant sur Rousseau, Marx et sur l'expérience de la Commune, P. Naville souligne la permanence de certaines tensions sociales jamais résolues de manière définitive parce que l'un des termes se trouve subordonné à l'autre : division ou intégration entre l’école et l'atelier hier, entre l'école et l'entreprise aujourd’hui ou encore entre l’enseignement général et la vie professionnelle ; autant de couples de notions qui renvoient aux figures séparées du citoyen et du salarié. Autant de questions vives soulevées par le plan Langevin-Wallon qui maintient séparées ces catégories et qui sont aujourd'hui agitées dans le débat social à un moment où le travail (tout au moins le travail rénuméré) devient un bien rare et où l'alternance est invoquée comme un principe susceptible de concilier deux nécessités.

7Ouvrage engagé mais aussi arrimé à une réflexion historique qui fait apparaître la vanité de l'emphase avec laquelle la soi-disant nouveauté de l'alternance est proclamée. Mise en perspective historique et mise en perspective comparative sont constamment mobilisées dans les travaux de P. Naville. L'un et l’autre manifestent l'érudition de l'homme mais aussi sa préoccupation de comprendre un présent qui s'enracine nécessairement dans un passé et dans un monde plus vaste. Exigences de connaissance et d'intelligibilité qui se combinent avec un goût du concret qui nous donne à voir des réalités singulières, ici celles des USA où l'âge moyen de la scolarité est de dix-sept ans et demi en 1945 alors qu'il est de quatorze ans et trois mois en France.

8Au cœur de La Formation professionnelle et l'école comme de la Théorie de l'orientation professionnelle, l'orientation (ou distribution des jeunes entre les filières scolaires) était représentée, dans les années d'après-guerre, comme un puissant levier d'infléchissement des relations entre l'éducation et la division sociale du travail, conviction héritée du marxisme.

9Pierre Naville présente École et société (1959) comme un exemple d'enquête sociale systématique appliquée à un domaine jusque-là étudié principalement par l'économie politique et la démographie. De fait la sociologie de l'éducation, branche d'une sociologie empirique qui se développe, entre autres lieux, au CNRS depuis la création de cette institution (1939), n'apparaît qu'au début des années 1960 ; en témoigne le numéro spécial de la Revue française de sociologie (1968) qui publie les travaux de deux équipes de recherche constituées, l'une autour de P. Bourdieu, l'autre autour de V. Isambert-Jamati. Pour P. Naville, la nécessité des investigations publiées dans cet ouvrage se justifie par l’importance de l'orientation professionnelle et les interventions répétées de l'État « dans la vie politique et privée » qui placent les réalités scolaires au cœur de la production des hiérarchies sociales et professionnelles. De fait, le titre des trois enquêtes publiées dans cet ouvrage révèlent à eux seuls la force des interrogations qui les dirigent, interrogations qui vont occuper les chercheurs tout au long des deux décennies suivantes : Origine sociale des élèves dans l'enseignement secondaire en France (signé de Christiane Peyre), Origine sociale des élèves de l’enseignement technique (de P. Naville), Les aspects sociaux de l’orientation professionnelle (de J.A. Floud et A. Halsey) et Les techniciens de la chimie. Panorama professionnel et scolaire (d’Y. Legoux).

10P. Naville y affirme que la prise en compte de facteurs externes tels que l'état du marché du travail est tout aussi nécessaire à la compréhension du système éducatif que des facteurs internes tels que l'origine des enseignants, leurs compétences ou les contenus d'enseignement. De fait, tous les paramètres qui contribuent à différencier l'institution scolaire sont examinés ici : l'origine sociale du public, son origine géographique, sa répartition par sexe et par établissement, catégories empiriques qui sont toujours l'examen d'une discussion critique. Ainsi l’appartenance sociale est-elle conçue comme absolument irréductible à la profession du père et son influence sur les choix scolaires et professionnels des garçons et des filles comme le produit de l'action combinée du père et de la mère. Plus généralement, il est proposé de traiter l'appartenance sociale en termes de généalogie et d'observer les mouvements sur trois générations. Enfin, et contrairement aux jugements qui sont parfois portés sur ce chercheur, qui serait un marxiste exclusivement préoccupé par les structures macroscopiques, P. Naville dit attacher beaucoup d'importance au caractère résiduel des corrélations. Parce qu'il était plus préoccupé par « la circulation sociale » que par la reproduction, Naville aurait pu infléchir les théories de l'école, lieu de reproduction des différences de classe et des inégalités, qui ont dominé les débats au cours des décennies 60-70 s'il avait poursuivi ses premières orientations thématiques.

11Sans tomber dans le panégyrique de circonstance, il nous semble nécessaire de souligner l'acuité des analyses empiriques de P. Naville, son souci de rigueur, sa vigilance à l'égard des méthodes, autant d'attributs du métier de chercheur qu'il n'est pas aussi aisé de mobiliser dans la pratique des enquêtes et de leurs analyses. Nombre de ses mises en garde sur la paresse intellectuelle inhérente à l'usage d'indicateurs empiriques (l'appartenance sociale réduite à la profession du père), à la myopie sur la différenciation par sexe ont été oubliées et tous ces phénomènes sont aujourd'hui « redécouverts » à grands cris de nouveauté. Enfin, cet épisode des investigations de P. Naville, tout comme les précédents, s'inscrit lui aussi dans une perspective comparative (ici avec la Grande-Bretagne) qui permet une confrontation d'énoncés de recherche produits dans des cadres sociaux différents. De telles orientations sont plutôt rares en ces années 50 où la communauté des chercheurs français est encore en voie de constitution et mérite, à ce titre, d'être reconnue.

  • 4 M. Campinos, C. Marry, 1986, « La qualification », in L'introuvable relation formation-emploi Un é (...)

12Essai sur la qualification du travail (1956) est sans doute l'ouvrage où la mise en relation entre l'éducation et le travail est le plus systématiquement explorée sous l'angle de la production des hiérarchies sociales et professionnelles. Cette notion de qualification, centrale dans le débat social et dans les sciences sociales en France, a fait (et est toujours) l'objet de controverses. Parmi elles, celle qui oppose P. Naville à G. Friedman et ses prolongations dans la sociologie du travail des années 70-80, dont les principaux éléments ont été reconstitués par M. Campinos et C. Marry (1986)4. Pour notre part, nous tenterons de rappeler ici la démarche qui conduit P. Naville à définir la qualification comme un rapport social et non comme un attribut dont on peut caractériser l'essence, rappel d'autant plus nécessaire que cette analyse reste encore, à plus d’un titre, relativement méconnue. Répondre à la question « qu'est-ce que la qualification ? » et à celle qui lui est associée « qu'est-ce qu'un ouvrier qualifié ? » exige avant tout de reconnaître la diversité contenue dans cette notion, diversité d’acceptions prises dans le temps et selon les lieux à un moment donné. Constater la diversité de cette réalité oblige aussi à la simplifier afin de la rendre intelligible. Pour cela, Naville va tenter d’identifier les caractères généraux des phénomènes désignés sous le terme de qualification. Un certain nombre d’entre eux, particulièrement visibles, peuvent être repérés dans les nomenclatures de classement utilisées dans chaque pays. Celles utilisées en France, au cours des années 50, ne comportent pas encore la catégorie d'ouvriers qualifiés à l'exception des ouvriers de l'industrie. Y figurent celles d'ouvriers spécialisés, de manœuvres et d'ouvriers professionnels. En Grande-Bretagne, ce sont les catégories de « skilled labour » ou de « skillfull » qui sont retenues tandis qu'en Allemagne celle de « facharbeiter » occupe cette place centrale si souvent soulignée par tous les observateurs (nationaux ou étrangers). Toutes ces notions apparaissent comme des spécifications dérivées du métier (skilled labour/ craftman, facharbeiter/ handwerker) qui renvoient à un certain nombre de propriétés telles que : l'autonomie, la responsabilité, les connaissances, l'habileté, etc. Ce processus d'extraction du travail qualifié de sa forme originelle, le métier, a été mis en forme par des organismes d'études qui ont produit des mesures du travail tels que le « job rating ». Autant d'opérations qui ont contribué à démembrer et disqualifier la notion de travail qualifié et, ce faisant, à dissoudre le métier dans la tâche, l'occupation et le job (p. 17). Aussi la définition de la qualification ne peut-elle être que relative et différentielle : l’ouvrier qualifié se distingue de l'ouvrier spécialisé parce qu'il est plus « habile », du contremaître parce qu'il a moins de responsabilité, des ingénieurs parce qu’il a moins de culture générale.

13À la différence de la majorité des sociologues, P. Naville insiste sur la corrélation qui existe entre l’échelle des qualifications et celle des salaires. Les capacités opératoires, la qualification différentielle sont des éléments constitutifs du salaire (p. 65 et suivantes). C'est pourquoi la codification (au sein des grilles de classification) de la qualification acquise est l'objet de conflits et de luttes entre employeurs et salariés. Selon Naville, c'est le salaire qui impose, en fin de compte, sa structure hiérarchique propre à la diversité des qualifications. En effet, on ne saurait trop le souligner, la qualification ne préside pas seulement à un classement professionnel mais elle désigne une hiérarchie sociale des fonctions, hiérarchie qui, de surcroît, ne peut être comprise que rapportée à une hiérarchie plus vaste des emplois, des professions et des statuts socio-économiques.

  • 5 Un certain nombre d'auteurs se sont fortement inspirés de Naville et ont prolongé sa réflexion sur (...)
  • 6 F. Ropé, L. Tanguy, 1994, Savoirs et compétences. De l'usage de ces notions dans l'école et l'entr (...)

14Au terme de cette analyse, extensive et approfondie, Naville voit dans l'apprentissage ce trait commun qui peut servir de mesure entre les différentes formes de travail. A la base de celui-ci, le temps nécessaire à l’apprentissage requis pour occuper ces différentes fonctions. Au-delà des variations qui l'affectent - l'époque, la technologie, les institutions d'éducation et de formation, les milieux sociaux, les âges, les régions - le temps d'apprentissage représente cet invariant susceptible de rendre compte de la structure d’ordre sous-jacente à la qualification. Alors que toute l'argumentation souligne le caractère relatif et contradictoire de la qualification, cette analyse s'achève donc sur une proposition qui la réduit à une seule dimension, le temps d'apprentissage. Au-delà de ce paradoxe apparent, on retiendra les vertus de la démarche mise en œuvre dans cet Essai sur la qualification du travail qui s'emploie à placer les faits observés dans une perspective historique et comparative avec d'autres pays, vertus qui s’écartent de celles préconisées par le structuralisme alors en vogue. Le glissement observé aujourd’hui de la notion de qualification vers celle de compétences, l'extension de cette dernière à toutes les catégories d'activités (services, agriculture, enseignement, etc. alors que la qualification restait attachée à l'industrie), l'usage qui en est fait pour déterminer d'autres modalités de progression dans la carrière, de détermination du salaire, le rôle des taxinomies, des instruments de mesure dans sa codification sont autant d'aspects de changements en cours qui peuvent être analysés à l’aide du schéma proposé par Naville dans cet Essai sur la qualification du travail5. Non pas parce que celui-ci revêt un quelconque caractère universel mais parce qu'il résulte d'un certain nombre de points de vue qui lui confèrent une fécondité toujours vérifiée : une analyse extensive des phénomènes (sous leurs différents aspects), inscrite dans une durée suffisamment longue et dans une perspective comparative. Transposant cette démarche à l'analyse de la codification (des savoirs transmis et évalués par l’école et du travail accompli dans les entreprises) en termes de compétences, nous avons pu repérer un certain nombre de traits caractéristiques des changements en cours : le caractère éminemment instable de la propriété individuelle nommée compétence puisque celle-ci doit toujours être validée dans (et relativement à) des situations données ; le rôle accru des techniques de mesure dans la mise en forme d’un rapport social ; la standardisation ainsi introduite qui autorise une mobilité professionnelle, d'une entreprise ou d'une branche économique à une autre, mais aussi d'un pays à un autre au sein de l'espace européen en construction (sous la direction de F. Ropé et L. Tanguy, 1994)6. Ensemble de changements qui forme une configuration dont la signification peut être mise à jour par analogie mais aussi par différence avec celle qui se constituait autour de la notion de qualification.

15Pour clore cette présentation d'œuvres de P. Naville, celles qui marquent ses débuts dans les sciences sociales, nous dirons qu'elles témoignent d'une propension à faire une sociologie des relations par-delà les divisions institutionnelles existantes qui prennent leurs racines dans la répartition des tâches entre les ministères. De toute évidence pas sociologue de l'éducation, sociologue du travail contesté eu égard aux conformations de la sociologie en branches spécialisées, qualifié de marginal en sociologie compte tenu des frontières définies entre cette discipline et d'autres telles que l'économie, la science politique, la psychologie à partir d'une vision durkheimienne réinterprétée par G. Gurvitch dans son Traité de sociologie (tome I : 1958, tome II : 1960). Dans son hommage à P. Naville, Michel Verret (Année sociologique, 1994) confesse qu'il partage avec lui un sentiment de malaise avec le « Texte » de la sociologie. De fait, ses premiers ouvrages relèvent, pour certains plutôt de la sociologie, pour d'autres de la psychologie, mais tous empruntent à l'histoire, à l'économie politique. Rebelle à ces classements disciplinaires et professionnels, Naville opterait plutôt pour l'étiquette de sciences sociales, souvent utilisée dans ses ouvrages, en alternance ou voisinage avec celui de sociologie (voir notamment Traité de sociologie du travail, 1961). Quoi qu'il en soit, il affirme partout sa volonté de faire science. En 1942, dans La Psychologie, science du comportement, il revendique son adhésion au behaviorisme, science du comportement, adhésion réaffirmée en 1963 dans la préface de la nouvelle édition de cet ouvrage.

« Cette expression de science du comportement recouvre l'étude des conduites et la façon d'être de tous les êtres vivants, jusque et y compris les plantes et micro-organismes ; un certain comportementalisme s'est ainsi, peu à peu, développé qui recouvre la psychologie, la sociologie et une bonne partie de la biologie ».

16Point de vue et conviction qui doivent être éclairés en les resituant dans le débat intellectuel de l'époque. Selon P. Naville l'adoption et la diffusion de la notion de comportement auraient été favorisées par la crise du déterminisme et la substitution de la probabilité à la certitude. Pour lui, la notion de comportement est indissolublement associée à l'idée de plasticité, d'adaptation et de probabilisme. Mais elle n'est pas plus dissociable de sa conception de la science qu'illustre cette proposition énoncée dans la préface de l'ouvrage cité :

« Je ne crains pas de dire que Watson (père de cette théorie du comportement dont il se réclame) est le Descartes de la psychologie. Il a pourvu cette science d'une méthode et de principes qui lui faisaient défaut ».

17Proposition qui, rapportée à d'autres, manifeste une certaine fascination pour les sciences de la nature qui demeurent les références invoquées pour justifier ses orientations.

  • 7 Proposition qui mériterait d'être reformulée ou tout au moins pondérée à la lumière de l'extension (...)

18Il en est ainsi dans le Traité de sociologie du travail où Naville fait le discours sur la méthode, insistant sur la nécessité de l'objectivation et de la mesure en sciences sociales, tandis que G. Friedmann tient celui sur l'objet. Tout ce qui concerne le travail est, dit-il, objet de mesure pour répondre à des exigences sociales de répartition, de prévision, de consommation ainsi que d'expérimentation. Cette exigence, dite intrinsèque au domaine du travail, rejoint très naturellement les exigences méthodologiques propres à toute science qui, selon lui, se fondent sur la mesure. Mais de quelle mesure s’agit-il ? Certes pas de la mesure en termes physiques, mais plutôt de structure d'ordre parce qu'en matière de travail, plus qu'en toute autre7, tout se classe et s'ordonne. On ne saurait pourtant en déduire que P. Naville participe d'une quelconque vision positiviste des sciences sociales cherchant la légitimité dans la mesure. Nul n'a en effet été plus soucieux que lui de débusquer les postulats sous-jacents aux techniques utilisées pour mesurer les aptitudes ou la durée du travail. Mais toute son œuvre est traversée de cette préoccupation, commune aux sciences de la nature, d'administrer la preuve et de tendre vers l'expérimentation. En cela il s'écarte très fortement du courant relativiste qui se répand aujourd'hui dans les sciences sociales en ce qu'il est attaché à produire des énoncés « vrais », vérifiables et attaché surtout à construire et utiliser des méthodes qui soient garantes d'une posture scientifique. Pour autant, P. Naville ne peut en rien être qualifié de scientiste car sa volonté de faire science coexiste toujours avec cette idée d’« une science vivante susceptible de contribuer à la vie sociale tout comme la physique, la biologie ou l'astronomie sont entrées depuis peu dans l'expérimentation ». De fait, cette préoccupation de combiner analyse scientifique et action sur la réalité sociale se manifeste dans la plupart des ouvrages présentés ici : Théorie de l'orientation professionnelle entend élucider les bases d'une réforme de l'orientation professionnelle, La Formation professionnelle et l'école prend place dans le débat social suscité par le plan Langevin-Wallon, Essai sur la qualification se réfère aux pratiques des conventions en développement après guerre, et singulièrement à celles de l’élaboration des grilles de classification. Mais cette volonté d'action n'entame pas la volonté de faire science qui a dirigé P. Naville dans la majorité de ces travaux. C'est pourquoi ils résistent au temps et la présentation qui en est faite ici est une invitation à leur lecture.

Notes

1 Il en était autrement dans les années 60. Ces travaux et d'autres de même inspiration sont effectivement présentés et commentés par V. Isambert-Jamati et J. Maucorps, La sociologie de l'éducation 1960-1970. Tendances actuelles de la recherche et bibliographie. Sociologie contemporaine, 1972, volume 20, no 1, Paris, Editions Mouton.

2 Naville préfère le terme d'adaptitude à celui d'adaptabilité.

3 Tout en reconnaissant la portée de ce plan qui vise à une unification de la scolarité générale et de l'apprentissage sous l'égide du ministère de l’Éducation nationale, il souligne néanmoins que « la division en branches théorique, professionnelle et pratique, selon la façon dont elle est conçue, peut simplement servir à préciser un état de fait existant, sans y apporter de modifications fondamentales » (ch. V).

4 M. Campinos, C. Marry, 1986, « La qualification », in L'introuvable relation formation-emploi Un état des recherches en France, sous la direction de L. Tanguy, Paris, La Documentation française.

5 Un certain nombre d'auteurs se sont fortement inspirés de Naville et ont prolongé sa réflexion sur la qualification du travail, parmi eux (pour ne citer que les chercheurs français) : en premier lieu Pierre Rolle dont chacun connaît les collaborations avec P. Naville, Mireille Dadoy, Pierre Tripier (voir en particulier les numéros spéciaux de Sociologie du travail 1973 et 1988).

6 F. Ropé, L. Tanguy, 1994, Savoirs et compétences. De l'usage de ces notions dans l'école et l'entreprise, Paris, L’Harmattan.

7 Proposition qui mériterait d'être reformulée ou tout au moins pondérée à la lumière de l'extension de certaines pratiques telles que l'évaluation.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.