Version classiqueVersion mobile

Le Ciel sur cette terre

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Agnès Dubreil-Arcin

Intercessions : Le Ciel attend toujours

La légende de saint Adrien, le culte des reliques dans l’imagerie d’un manuscrit flamand de la fin du XVe siècle

Sophie Cassagnes-Brouquet

Texte intégral

  • 1 Vienne, ONB, ms. series nova 2619, 284 x 202 mm.
  • 2 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, frontispice, fol. 3 v°.

1La bibliothèque nationale d’Autriche conserve dans ses collections un petit manuscrit, copié en Flandre sur 17 feuillets de parchemin, connu sous le nom de Légende de saint Adrien1. Le frontispice présente les deux donateurs, le roi et la reine de France, Louis XI et Charlotte de Savoie, accompagnés de leurs armoiries, sous le titre « La légende de saint Adrien et premièrement sa passion… »2.

  • 3 A. H. van Buren, « The Master of Mary of Burgundy and his colleagues : the state of research and qu (...)

2Le manuscrit a été copié et enluminé à la demande de l’abbé de Saint-Adrien de Grammont ou Geraardsbergen en Flandre orientale qui possède les reliques du saint avant 14833. Au verso du dernier folio copié apparaît la signature d’un certain Patoul Gilson ; peut-être le scribe qui a écrit le texte d’une main régulière et élégante.

  • 4 A. H. van Buren, « The Master of Mary of Burgundy… », p. 305.
  • 5 K. Challis, « Marginalized jewels : the depiction of jewellery in the borders of flemish devotional (...)
  • 6 T. Gren, « Flemish manuscript illumination1475-1550 », T Gren (éd.), Renaissance painting in manusc (...)
  • 7 L. M. J. Delaissé, La miniature flamande, le mécénat de Philippe le Bon, Gand, Erasmus, 1959, pp.18 (...)

3La très riche décoration est l’œuvre d’un maître de l’enluminure flamande de la fin du XVe siècle, connu des historiens de l’art sous le vocable de Maître du premier livre de prières de Maximilien4. Cet enlumineur anonyme appartient à « l’école ganto-brugeoise », très influencée par la peinture d’Hugo van der Goes, le peintre de Gand. L’appellation « ganto-brugeoise » a été utilisée pour la première fois par Paul Durrieu en 1891 pour désigner les successeurs du Maître de Marie de Bourgogne qui dominent l’enluminure flamande entre 1475 et 1520. Leur style se caractérise par une réorganisation radicale du feuillet enluminé qui permet, pour la première fois, de mettre fin au conflit visuel existant auparavant entre le caractère plat et à deux dimensions de la page et l’espace tridimensionnel de la miniature, au profit d’une nouvelle unité spatiale. Le folio est désormais divisé en deux zones placées comme devant et derrière la surface de la page. La scène principale de la miniature est reportée à l’arrière, vue à distance à travers une fenêtre, tandis que les marges apparaissent au premier plan avec leur décor de fleurs, d’oiseaux, de colliers, de médailles ou d’enseignes de pèlerinages5. Une ombre portée sous les objets développe l’illusionnisme du décor marginal. Le Maître du premier livre de prières de Maximilien est un artiste prolifique qui a travaillé pendant presque cinquante ans à Gand et y a décoré de très nombreux manuscrits6. La légende de saint Adrien de Grammont appartient aux débuts de sa carrière. Le manuscrit offre toutes les caractéristiques de l’école dans son format réduit, sa copie dans une écriture légèrement bâtarde, ses riches décors marginaux sur fond monochrome, et son goût des coloris tendres, alors à la mode7.

  • 8 P.-R. Gaussin, Louis XI, roi méconnu, Paris, A.G. Nizet, 1976, p. 41.

4Ce trésor de l’enluminure tardo-médiévale est le fruit d’une rencontre, celle du Dauphin de France, le futur Louis XI avec le monastère de Saint-Adrien. Louis quitte précipitamment le Dauphiné à la fin du mois d’août 1456 pour échapper à l’armée de son père et s’installe à Genappe, près de Bruxelles, dans les États de son oncle, le duc de Bourgogne8. Déjà fort dévot, il fréquente les sanctuaires locaux, multipliant les pèlerinages et les donations à Notre-Dame de Hal, à l’abbaye de Saint-Adrien de Grammont en Flandre, à Notre-Dame de Bonne Espérance de Binche, à Notre-Dame de Boulogne et à Saint-Pierre de Louvain.

  • 9 H. van der Velden, The donor’s image. Gerard Loyet and the votive portraits of Charles the Bold, Tu (...)
  • 10 H. van der Velden, The donor’s image…, p. 201.
  • 11 O. Pächt, D. Thoss, Die illuminierte Handschriften und Inkunabeln der Osterreichischen Nationabibli (...)

5Les reliques de saint Adrien sont particulièrement vénérées par le dauphin et la dauphine. Louis visite le monastère du Geraardsbergen (Grammont) en 1457, 1458 et 1459. Devenu roi, il n’oublie pas Saint-Adrien et lui fait, en 1483, le don fastueux de vingt-deux mille quatre cent quatre-vingt dix neuf livres, utilisé par l’abbé pour fondre les quatre grandes cloches de l’église abbatiale9. Le roi souhaite qu’une cloche porte son nom et l’inscription : « Le roy Louys de France XI et S. Louys de Marseille10». Otto Pächt et Dagmar Thoss ont émis l’hypothèse que La légende de saint Adrien aurait été commandée à cette occasion ou quelques années auparavant lors du pèlerinage du roi en 147711.

  • 12 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 3 v°. R. Ambühl, Le séjour du futur Louis…, p. 96.

6Sur la page de frontispice, Louis et Charlotte de Savoie sont agenouillés sur des prie-Dieu devant le retable en bronze doré de saint Adrien. Le martyr porte l’épée et l’enclume, instruments de son supplice ; il est flanqué de saint Louis et de saint Jean-Baptiste12. Les autres feuillets illustrent le martyre de saint Adrien et les miracles accomplis par ses reliques. Les marges sont illustrées de « drôleries » qui évoquent des proverbes populaires.

  • 13 P. J. Geary, Le vol des reliques au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1993, p. 22.
  • 14 E. Bozoky, A.-M. Helvetius, Les reliques, objets, cultes, symboles, Turnhout, Brepols, 1999, pp.11- (...)

7En dépit de la brièveté de son texte, La Légende de saint Adrien offre un aperçu remarquable, tant par son écriture que pas son décor enluminé, du culte attaché aux reliques à l’extrême fin du Moyen Âge, un culte aussi bien royal que populaire. Edina Bozoky et Anne-Marie Helvétius ont récemment souligné combien « les reliques occupent une place fondamentale dans le tissu de la vie médiévale13». Elles ont mis en avant l’intensité du culte et la densité des collections de reliques dans les régions du nord de la France et de l’actuelle Belgique à la fin du Moyen Âge14.

  • 15 P.-A. Sigal, « Le déroulement des translations de reliques, principalement dans les régions entre L (...)

8Le développement du culte des reliques, permis grâce à l’autorisation de la fragmentation et de la translation, a donné naissance à un genre littéraire bien spécifique le récit de translation, parfaitement illustré par la Légende de saint Adrien15. Elle détaille en trois actes les avatars du corps saint : le martyre de saint Adrien et les souffrances du corps vivant, les mésaventures des reliques miraculeuses et enfin, leur installation définitive à Grammont et le récit de leurs miracles. L’image enluminée vient illustrer le récit avec une grande fidélité et offre au spectateur contemporain un véritable « reportage » sur le culte des reliques en Flandre à la fin du Moyen Âge.

I. Le corps saint et ses déboires

  • 16 Jacques de Voragine, La légende dorée, J. B. M. Roze (éd.), Paris, Garnier-Flammarion, 1967, t. II, (...)

9La Légende de saint Adrien s’attache à raconter la passion de ce soldat romain, martyrisé sous l’empereur Maximien à Nicomédie en 306. En réalité, elle met en scène deux personnages, le martyr Adrien et sa très jeune femme Nathalie qui joue un rôle essentiel dans l’avènement du corps saint. Le texte du manuscrit de Grammont ne diffère guère de celui de la Légende Dorée de Jacques de Voragine16. Au premier regard, le martyre d’Adrien, un officier romain, chargé de persécuter les Chrétiens par l’empereur Maximien, appartient au récit des dernières grandes persécutions impériales et n’a rien d’original. Pourtant, la lecture du manuscrit dévoile une attention particulière au corporel et aux souffrances physiques en une sorte de fascination presque morbide.

  • 17 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 4.
  • 18 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 4 v°.
  • 19 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 5.
  • 20 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 5 v°.
  • 21 Ici une légère différence s’établit avec le texte de la Légende dorée qui fait intervenir un tiers (...)
  • 22 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 6 v°. Texte de la légende dorée « Prenez garde, mon seigneur, de v (...)

10Le récit commence au folio 4. Adrien, impressionné par l’endurance des martyrs chrétiens, les interroge « Quel guerre don ils attendoient a avoir»17. La fermeté de leurs réponses entraîne sa conversion18. L’officier est arrêté et jeté en prison. Sa femme Nathalie apprend son incarcération et s’en réjouit car elle est depuis longtemps chrétienne dans le secret de son cœur19. Elle vient visiter Adrien dans son cachot, le félicite et le confie aux autres Chrétiens, puis retourne chez elle. Quelques jours plus tard, Adrien, qui a appris de ses gardiens qu’il sera bientôt jugé, obtient qu’ils le laissent sortir pour aller annoncer la bonne nouvelle à sa femme20. Il frappe à la porte, mais Nathalie, croyant qu’il a renié Dieu, refuse de le laisser entrer et lui adresse de cruels reproches21. Adrien dissipe le malentendu et les deux époux reviennent à la prison où le saint est battu et torturé. Nathalie essuie ses plaies pendant sept jours à l’aide de linges précieux. Le martyre est précédé d’un long apprentissage de la souffrance pendant laquelle la jeune femme se fait l’initiatrice d’Adrien. Elle le met constamment en garde en lui annonçant ses futures douleurs. « Monseigneur, gardes que tu ne trembles par aventure quant tu verras les tourments, tu ne souffreras chique ung petit, mais seras tantost essauchié avec les sains. Lors pour ce que saint Adrien ne vouloit sacrefier, il fu battu tresgriefment »22.

  • 23 Vienne, ONB, ms. s n 1619, fol. 7.
  • 24 Ici les deux textes se rejoignent. « Or, Adrien fut fouetté avec tant de fureur que ses entrailles (...)
  • 25 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 7 v°.
  • 26 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 8.

11La Légende de saint Adrien prend ici ses distances avec le texte de la Légende dorée qui raconte comment Nathalie se rend à la prison pour annoncer aux autres Chrétiens qu’Adrien vient de commencer son martyre. Elle introduit un dialogue entre Adrien et l’empereur. Adrien annonce à Maximien ces futurs tourments dans la vie éternelle23. Nathalie se rend à la prison pour vanter les paroles et les actes de son mari. Pendant ce temps, Adrien est battu « par quatre fors hommes tant que les entrailles lui sailloient hors»24. Quand Nathalie découvre son mari si mal en point, elle le réconforte en lui disant qu’il est digne des saints « quand tu sueffres pour cellui qui souffri mort pour toy»25. L’amour de la jeune femme semble parfaitement proportionné aux souffrances physiques de son mari. Quand elle encourage les dames de la noblesse romaine à venir soigner les saints dans leur prison, l’empereur ordonne qu’on ne les laisse plus entrer. Nathalie se coupe les cheveux et s’habille en homme. Elle supplie son mari, quand il sera dans la gloire de Dieu, d’obtenir qu’elle le rejoigne au plus vite, avant d’être touchée par un autre homme26. Toujours le corps, celui de la souffrance et celui de l’union charnelle ! Nathalie ne semble vivre sa foi de chrétienne qu’en termes charnels.

  • 27 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 8 v°.

12Après ces souffrances, vient enfin le temps du martyre. Maximien ordonne que l’on amène une enclume sur laquelle seront coupées les cuisses des Chrétiens. Nathalie redoute que son mari cède à la peur en voyant les autres torturés et implore que l’on commence par lui. Adrien est supplicié27. « Lors les piés et les cuisses lui furent coupés, et Nathalie lui pria quil se laissast couper les mains adfin qu’il feust pareil aux aultes sains qui avoient plus souffert que lui ». Cette compétition dans la démonstration de souffrance, elle la réserve à son seul mari.

  • 28 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 4.

13De cette longue série de sévices corporels, l’enlumineur n’a retenu que la scène du martyre. Elle est illustrée par une lettrine historiée qui ouvre le récit de la Légende de saint Adrien28. Dans la panse d’un A bleu orné d’acanthes, apparaît Adrien nimbé, un linge blanc noué autour des reins. Il est agenouillé devant l’enclume sur laquelle il pose ses mains qui doivent être coupées. Des soldats l’entourent brandissant les marteaux. Derrière lui se tient sa femme Nathalie, drapée dans un long voile blanc, les bras croisés, ferme et volontaire, la tête auréolée car elle est déjà chrétienne et future sainte. L’empereur Maximien apparaît sur une loggia qui domine la scène.

  • 29 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 9.
  • 30 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 9 v°.
  • 31 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 10.
  • 32 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 10 v°.

14Les souffrances du corps martyrisé ne s’achèvent pas avec sa mort. Maximien ordonne « que les corps sains feussent ars ». Nathalie, qui a dérobé une main coupée d’Adrien, tente de se jeter dans le bûcher, mais une pluie miraculeuse éteint les flammes29. Les Chrétiens décident alors de « porter les corps saints en Constantinoble tant que paix feust rendue à l’église, et que lors on les raportassent a honneur. Sainte Nathalie avant de mourir en sa maison retint la main de son mary pour avoir confort a sa vie, si la tenoit tousjours au chevet de son lit ». Nathalie a conservé la relique précieuse de son mari, la main coupée, qui doit la protéger du danger de la concupiscence des hommes. Celle-ci se présente rapidement sous les traits d’un tribun romain qui désire épouser la jeune veuve. Nathalie temporise et obtient un délai de trois jours30. Dans son sommeil, elle a la vision d’un martyr qui la réconforte et lui demande d’accompagner les corps saints dans leur voyage pour Constantinople. Au matin, elle emporte la main d’Adrien et monte sur un bateau avec les autres Chrétiens. Le tribun la poursuit avec une forte troupe sur une autre nef, mais un vent contraire détourne les païens. Les Chrétiens continuent à voguer vers Constantinople, quand, au cœur de la nuit, le diable leur apparaît sous les traits d’un capitaine de bateau et leur indique une fausse route dans le but de les faire périr en haute mer31. Par bonheur, saint Adrien leur vient en aide et leur conseille de reprendre leur première route qui était la bonne32. Avant le lever du jour, les Chrétiens arrivent à Constantinople « Et dont quand sainte Nathalie entra en la maison ou les corps des saints martirs estoient, elle mist la main de saint Adrien avec le corps ». Nathalie s’endort et Adrien lui apparaît en rêve pour lui demander de la rejoindre dans la paix éternelle. La jeune femme se réveille, raconte sa vision à ses compagnons et rend l’âme aussitôt. Pour finir, « Les crestiens mistrent son corps avec les corps des martirs ».

  • 33 D. Le Breton, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1995, p. 37.
  • 34 S. Boesch Gajano, « Sainteté », dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, J. Le Goff, J.C. (...)

15La compagne charnelle est devenue la compagne éternelle au prix d’une longue séquence de souffrance corporelle. La Légende de saint Adrien n’est pas, bien entendu, le seul récit hagiographique à mettre l’accent sur la corporalité du sacrifice chrétien, mais elle est assez remarquable dans l’entrelacement qu’elle tisse des motifs d’amour et de mort. La main d’Adrien, conservée par sa jeune épouse en gage de leur union par-delà le martyre, est un témoignage symbolique de cette puissante imprégnation charnelle. Elle parle efficacement aux Chrétiens de la fin du Moyen Âge, un temps où la matérialité et la sacralité de la relique demeurent indissociables des pratiques de la dévotion. L’organe prélevé sur le corps saint est « le plus court chemin terrestre vers le Royaume33». La relique corporelle est le lieu d’une médiation entre le naturel et le surnaturel, le matériel et le spirituel. Elle se voit attribuer un pouvoir tel que sa possession est décisive et autorise toutes les contestations, les violences et les vols34.

II. De Constantinople à la Flandre, l’attrait irrésistible des reliques

  • 35 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 11.
  • 36 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 11 v°.

16La Légende de saint Adrien se poursuit avec le récit intitulé : S’ensuit linvention du glorieux martir saint Adrien, inconnu de la Légende dorée de Jacques de Voragine35. Didimus, un chevalier, et sa compagne Afflicia, du lignage d’Adrien vendent tous leurs biens de Nicomédie et se rendent à Constantinople pour y chercher les reliques du saint « qu’ils envelopèrent comme en ung samit vermeil. Puis le transportèrent à Rome ou ils edifièrent en une maison ung autel sur lequel ilz les poserent»36.

  • 37 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 12.

17Ce culte des reliques accompagné de miracles et de guérisons de malades est bien trop précoce et suscite la colère du nouvel empereur Gordien. Il convoque Didimus et Afflicia « et pour ce quilz ne vouloient relenquir la foy crestienne, ilz les fist tant tourmenter quilz endirent lame à Dieu ». Les reliques engendrent le martyre et, par là-même, de nouvelles reliques. Mais l’empereur Gordien veut s’en débarrasser « Puis commanda lempereur que len ardist en cendres les reliques de saint Adrien adfin que les crestiens ne les peussent plus adorer.37». Après Maximien, c’est Gordien qui veut faire brûler les reliques de saint Adrien en un scénario répétitif dont nul ne peut douter de la fin heureuse. En effet, les prêtres païens qui se rendent dans la maison y découvrent une si grande clarté qu’ils n’osent pas s’avancer. Ceux, qui s’y enhardissent, sont immédiatement frappés par la vengeance divine ; ils deviennent « démoniacles », d’autres perdent la vue et leurs mains se dessèchent. Le motif de la main est ici réinterprété sur un mode terrible.

  • 38 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 11.

18Le texte s’accompagne d’une illustration très fidèle placée dans un médaillon circulaire de la marge inférieure38. Le corps du saint est allongé sur un autel drapé d’un tissu bleu brodé d’or, devant une superbe tenture rouge, elle aussi brodée d’or. L’autel est protégé par une architecture ouverte par un arc quadrangulaire. Un homme, vêtu d’un pourpoint jaune, s’avance vers l’autel et s’apprête à s’emparer de la sainte relique devant trois soldats casqués portant lances et hallebardes. À droite, l’empereur Gordien, vêtu d’une longue robe jaune, donne l’ordre qu’on lui apporte le corps, mais ses mains se dessèchent.

  • 39 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 12 v°.

19À la vue de ces prodiges, le duc Philippe décide de se faire chrétien et de se vouer à saint Adrien. Il tuera Gordien et deviendra empereur à sa place. Il y réussit et est le premier empereur à se faire baptiser39.

20Les déboires du corps saint n’en sont pas terminés pour autant. À une date indéterminée,

les crestiens apres ces choses prindrent les reliques du benoît martir, si les portèrent en ung hermitaige lez le mont de saint Odaert, et depuis par succession de temps furent transportees à Raulecourt en Hayniau. En quel lieu nostre seigneur pour les mérites de son saint martir voult demonstrer divers signes et miracles tant que les offrandes y furent si grandes tant qu’on en fonda une notable église a chanoines richement estoffés.

  • 40 N. Hermann-Mascard, Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit, Paris, Klincksieck, 1 (...)

21Les reliques romaines ont fait l’objet de nombreuses translations entre le IXe et le XIIe siècle, époque où celles de saint Adrien sont parvenues en Hainaut. Le vol et le commerce des reliques est un trafic très lucratif, fréquemment illustré par les récits de miracles. Il semble que l’Occident connaît alors une véritable épidémie de vols de reliques40.

22La Légende de saint Adrien en offre deux exemples particulièrement représentatifs et précisément datés. Elle nous raconte comment, après une guerre, un prêtre appelé Eubaldus se procura les reliques du saint et les apporta à Grammont en Flandre afin de les vendre en juin 1110. Mais, il se heurte à l’incrédulité d’un dénommé Thiery.

  • 41 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 13.

Mais apres souffri nostre sire pour les pechies des habitans dillec que gens infidèles vinrent qui exillièrent tous le pays par fer et par feu. Eubaldus ung prestre apres ceste tempeste prist les reliques de saint Adrien et les porta a Gramont ou il les exposa a vendre en lan XIc et dix la sixte Kalende de juing. Si aint que ung appelé Thiery en diffamant ces reliques dist en publique quil aimeroit mieulx ung gras buef que les os dun homme sechies et inutile, mais il neut apeines dit ces parolles quil devint forsené et mourut ost apres en grant rage et aspre doleur.41

  • 42 N. Hermann-Mascard, Les reliques des saints…, p. 394.
  • 43 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 13.

23Les récits hagiographiques abondent en récits de vengeance des corps saints. La maladie et la mort frappent le voleur dont l’âme est promise à l’Enfer. Le vol de reliques est qualifié de sacrilège pour la première fois en 1106 par le pape42. Mais, en l’occurrence, ce n’est pas le voleur Eubaldus qui est puni, mais l’incrédule Thiery qui nie hautement le pouvoir miraculeux du corps saint. Il en subit immédiatement la colère. Le récit du miracle s’accompagne d’un médaillon circulaire, placé dans la marge inférieure du manuscrit43. Devant le chevet d’une église gothique, l’abbatiale de Grammont, Eubaldus a planté son étal en bois afin d’y exposer le corps saint, qui n’a subi aucune dégradation matérielle depuis son martyre et son exposition romaine. Afin d’appâter sa clientèle, Eubaldus désigne du doigt l’auréole qui nimbe la tête du martyr. Trois hommes, vêtus comme de riches bourgeois, assistent à la scène, deux sont en grande discussion. Thiery désigne le corps du saint pour mieux le dénigrer tandis que son interlocuteur semble protester. Il ne fait pas de doute que le mécréant est inspiré par le petit diablotin qui vole au dessus de sa tête. La vignette est entourée d’une marge qui présente un escargot et une grenouille, deux créatures considérées comme malfaisantes.

24Les reliques de saint Adrien ont démontré brillamment leur efficacité, pourtant elles ne trouvent pas preneur à Grammont.

  • 44 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 13 v° 14.

Le lendemain quant le devant nomme prestre eut regardé la povreté de la ville de Gramont, et quil ne pouvoit avoir des saintes reliques ce quil en demandoit, cest assavoir vint quatre mars dargent, si pensa quil en auroit plus à Bruxelles, pour ce que la ville estoit plus riche. Lors se mist en voie celle part, mais quant il eut cheminé toute jour, il se trouva au soir sur la montaigne appelle le vieil mont, sur lequel mont il s’endormi jusques au lendemain au point du jour, quil se vit si pres de la ville il y revint arière et lui fu offert grand avoir, mais pour quil ne lui souffissoit il se mist derechef en chemin devers Bruxelles tout esmeu de couroux, si perdi la veue et se fourvoia et arriva sur la dite montaigne, et ainsi lui avint tierce fois. Lors lui sembla que le saint vouloit que ses reliques reposassent à Gramont par quoy il entra en la ville, si vendi les reliques aux bonnes gens dicelle pour le prix de XII mars, et encore lui donna l’église IIII bonniers de terre. Et en remembrance de ce que le dit prestre ne pouvoit cette montaigne, ains se y aresta, toudis il est encore coustume de porter tous les ans les reliques la endroit a solempnele procession.44

III. Miracles et pèlerinages

  • 45 A. Vauchez, Miracle, dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, J. Le Goff, J. C. Schmitt ( (...)

25Saint Adrien a choisi d’être vénéré en Flandre à Grammont. Un pèlerinage au Mont Vieil permet, chaque année, de commémorer l’épisode miraculeux de l’élection du sanctuaire. Cependant, les reliques doivent encore faire la preuve de leur authenticité. Au fil des siècles, la papauté a tenté d’instaurer une définition plus rigoureuse du miracle et de plus en plus restrictive, mais cette volonté de mise en ordre a peu d’influence sur la masse des fidèles qui préfère s’en remettre à l’irruption du surnaturel45.

26La Légende de saint Adrien évoque de manière savoureuse un procédé d’indentification assez pittoresque. L’abbé Deuclardus de Grammont décide de faire publiquement la preuve de l’authenticité des reliques de saint Adrien sous la forme d’une ordalie.

  • 46 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 14.

… il les mist hounourablement devant le portal de l’église en la présence du peuple pour ce assemble. Et après le service divin, il espraint de leaue benite dessus. Incontinent descendi du chiel une grande lumière en guise d’une croix dor, si environna les reliques par une espasse de temps.
Puis prist l’abbé ung des os d’icelle reliques quil lya aux espaulles dun enfant pur et le mist en ung profont vaissiel plain d’eaue mais l’enfant demoura flottant dessus en riant sans mal avoir.46

  • 47 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 15. « Le glorieux corps saint Adrien honnourablement posez en ung (...)

27La lueur en forme de croix était déjà apparue à Rome devant les prêtres païens, le motif est repris ici, mais il vient s’ajouter à une ordalie par l’eau. Une partie du corps saint est prélevée pour être attachée à un enfant innocent qui plongé dans un baquet d’eau surnage en riant. L’intervention céleste ne faisant plus aucun doute, le corps d’Adrien fait l’objet d’une translation dans un nouveau suaire en présence de trois prélats en 116947.

  • 48 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 14 v°.

28Un petit médaillon circulaire illustre l’étrange ordalie que subit le corps saint48. L’épreuve prend place devant le portail de l’abbatiale de Grammont, dont les vantaux à moitié ouverts laissent apparaître une procession de moines bénédictins, vêtus de la coule noire. Au centre se tient l’abbé portant une étole rouge et la tête couverte de son capuchon, il lit dans un livre ouvert. À droite de la porte se tient un laïc, vêtu d’un riche manteau rouge et coiffé d’un chapeau noir. Devant eux, les reliques de saint Adrien sont posées à même le sol gris, toujours aussi parfaitement conservées que dans les scènes précédentes. Le corps saint est entièrement nimbé d’une auréole dorée. La croix miraculeuse, mentionnée par le récit hagiographique, apparaît au dessus de la procession des moines. Au premier plan, un moine bénédictin plonge dans un baquet de bois rempli d’eau un nouveau-né, un os de saint Adrien dépasse de son épaule. L’enfant, les bras écartés, souriant, surnage à mi corps sans laisser paraître le moindre effort. Deux miracles qui permettent aux reliques de saint Adrien de faire une entrée triomphale dans le sanctuaire.

29En Occident, les reliques prennent d’abord place sur les autels, mais ce n’est pas une obligation du droit canonique. Elles sont aussi abritées dans des reliquaires mobiles, châsses, coffres et autres reliquaires. À partir du IXe siècle, les châsses se rapprochent de l’autel, posées sur lui ou derrière ou encore dans des armoires à reliques. À la fin du Moyen Âge, les reliques de saint Adrien ne sont plus visibles à Grammont ; elles sont placées sur l’autel, dans le retable qui expose la statue du saint. La dernière enluminure qui illustre un miracle en apporte un témoignage instructif.

  • 49 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 15.

L’an mil IIIc IIIIx XIII avint que une femme nommée Heyle Davits enfanta une piece de chair ronde sans forme humaine, mais les parens dolans de ce meschies porterent celle piece de chair devant lautel saint Adrien. Soudainement voyant grand multitude de peuple ycelle piece de chair devint ung bel enfant masle, lequel en baptesme fu nomme Adrien et vesqui depuis LXXV…49

30Dans le médaillon de la marge inférieure, une jeune femme vient s’agenouiller devant le maître-autel de l’abbatiale, drapé d’un tissu de brocart bleu, brodé d’or. L’autel est orné du retable doré qui abrite le corps saint. Un moine bénédictin, vêtu de la coule noire, regarde s’avancer Heyle Davits, vêtue d’une longue robe rouge et coiffée d’un court hennin noir au voile transparent. La suppliante tient entre ses mains, dans un linge blanc, la boule de chair évoquée par le récit du miracle. Derrière elle se tient son mari, lui aussi agenouillé et vêtu d’un long manteau vert. Il porte le cierge votif qu’il s’apprête à offrir aux saintes reliques.

31Le couple ne peut douter du succès de l’intervention du saint. En effet, sur le mur gris de l’abbatiale, une étagère affiche tous les ex-votos donnés à saint Adrien en récompense de ses bienfaits : des figures votives de cire, figurant des pèlerins agenouillés, ainsi que des pièces d’armures offertes par des chevaliers.

32Ce modeste médaillon enluminé nous offre sans aucun doute l’une des représentations les plus vivantes et les plus véridiques du culte rendu aux reliques en Flandre à la fin du Moyen Âge. Il témoigne de la renommée du sanctuaire de Grammont, une renommée qui a franchi les limites du comté puisqu’elle lui a attiré la visite d’un pèlerin royal, Louis XI.

IV. Un pèlerin royal

  • 50 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 3v°.

33Louis, dauphin de France et Charlotte de Savoie se sont rendus plusieurs fois en pèlerinage à l’abbaye de Grammont. Après la mort de Charles le Téméraire, Louis XI vient une dernière fois vénérer les reliques du saint en 1477. C’est ce dernier pèlerinage royal que commémore l’enluminure du frontispice de la Légende de saint Adrien50. La vignette est mise en valeur par une somptueuse bordure ocre jaune décorée de colliers de perles et de corail, de fleurs et de bijoux de pierres précieuses, émeraudes, saphirs, rubis dans le style de l’école ganto-brugeoise. Le roi et la reine de France sont agenouillés dans le chœur de l’abbatiale, tendu de voiles blancs, devant le maître-autel drapé d’un tissu de brocart bleu vif brodé de palmettes dorées. Il porte un retable de grande taille en bronze doré dans le style de l’architecture gothique flamboyante. Le retable ouvert laisse apparaître la statue de saint Adrien.

  • 51 O. Pächt, D. Thoss, Die illuminierte Handschriften…, pp. 98-99.

34Coiffé d’un chapeau gris, le saint est représenté en officier romain, vêtu d’une cotte de mailles et de jambières argentées, recouvertes d’un pourpoint orangé. Il porte l’épée levée dans sa main droite, et dans la gauche, l’enclume, instrument de son martyre. Le saint a les pieds posés sur un lion, symbole de sa force et de sa constance.51. Saint Adrien domine de sa haute taille les deux saints qui l’entourent. À sa droite, la statue de saint Jean Baptiste prend place sous un dais doré. Le Précurseur à la tête nue, et les cheveux longs ; il est vêtu d’une peau de chameau et drapé dans un manteau doré. Ses pieds sont posés sur un petit piédestal. Saint Louis de France porte la couronne et une robe dorée, recouverte du manteau bleu à fleurs de lys ; il tient un sceptre et un livre ouvert.

35Louis XI se tient agenouillé sur un coussin rose, les mains jointes devant un prie-Dieu drapé d’un tissu d’or, son livre de prières ouvert devant lui. Le roi est vêtu en guerrier, tout comme saint Adrien. Il porte la cotte de mailles, sous un tabard doré, et un long manteau de brocart bleu au col d’hermine brodé de fleurs de lys. Le souverain est présenté à saint Adrien par son ange gardien vêtu d’une dalmatique dorée. Il fait face à la reine Charlotte de Savoie, présentée par son ange gardien, tout de blanc vêtu, cheveux blonds et ailes dorées. La reine est agenouillée devant un prie-Dieu plus petit que celui du roi, couvert d’un tissu bleu brodé d’or aux armoiries de France et de Savoie. Elle porte un hennin noir très pointu couvert d’un voile blanc long et fin. Sa robe rouge apparaît au niveau du décolleté en triangle de sa robe de dessus en tissu doré, serrée à la taille, aux longues manches ouvertes, laissant apparaître des manches serrées d’un rose pâle.

  • 52 Voir David Freedberg, Le pouvoir des images, Paris, G. Montfort, 1998. Hugo van der Velden, The don (...)
  • 53 Voir Sophie Cassagnes-Brouquet, Louis XI ou le mécénat bien tempéré, Rennes, PUR, 2007.

36La statue du saint domine la scène de sa haute stature. Désormais, le culte au corps saint passe par un simulacre. Le contact tactile et visuel des reliques disparaît au profit d’un intermédiaire, l’effigie sculptée. La vénération des pèlerins royaux semble s’adresser tout autant à elle, qu’aux reliques. Louis XI et Charlotte de Savoie n’échappent pas au pouvoir des images qui marquent cette fin de Moyen Âge52. Tout au long de son règne, Louis XI a multiplié les pèlerinages et les donations envers les corps saints, mais aussi envers les statues miraculeuses53. Saint Adrien de Grammont fait partie des très nombreux sanctuaires qu’il a visités et dotés. Sa dévotion, si elle est royale, n’a rien d’exceptionnel, elle est tout à fait semblable à celle de nombreux chrétiens de cette fin du XVe siècle qui associent dans une même croyance, le saint, ses reliques et son image.

37La puissance d’intercession du saint s’exprime désormais au travers d’une double matérialité, celle de la relique corporelle, mais aussi celle de l’image. Une image qui engendre d’autres images : enseignes de pèlerinage, ex-votos de cire ou de métal précieux et, bien sûr, les enluminures des manuscrits hagiographiques comme la Légende de saint Adrien.

 

38Voir, dans le cahier photos, les figures 7 à 12.

Notes

1 Vienne, ONB, ms. series nova 2619, 284 x 202 mm.

2 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, frontispice, fol. 3 v°.

3 A. H. van Buren, « The Master of Mary of Burgundy and his colleagues : the state of research and questions of method », Zeitschrift für Kunstgeschichte, n° 38, 1975, pp. 286-309, p. 307.

4 A. H. van Buren, « The Master of Mary of Burgundy… », p. 305.

5 K. Challis, « Marginalized jewels : the depiction of jewellery in the borders of flemish devotional Manuscripts », M. Manion, B. J. Muir (ed.), The art of book. Its place in medieval worship, Exeter, University of Exeter Press, 1998, pp. 254-255, p. 263.

6 T. Gren, « Flemish manuscript illumination1475-1550 », T Gren (éd.), Renaissance painting in manuscripts. Treasures from the British Library, New York, Hudson Hills Press, 1983, p. 3-4.

7 L. M. J. Delaissé, La miniature flamande, le mécénat de Philippe le Bon, Gand, Erasmus, 1959, pp.182-189.

8 P.-R. Gaussin, Louis XI, roi méconnu, Paris, A.G. Nizet, 1976, p. 41.

9 H. van der Velden, The donor’s image. Gerard Loyet and the votive portraits of Charles the Bold, Turnhout, Brepols, 2000, p. 200-201. R. Ambühl, Le séjour du futur Louis XI dans les pays de Philippe le Bon, Cercle d’histoire et d’archéologie du pays de Genappe, 2002, p. 104. Disparues en 1578.

10 H. van der Velden, The donor’s image…, p. 201.

11 O. Pächt, D. Thoss, Die illuminierte Handschriften und Inkunabeln der Osterreichischen Nationabibliothek, Flämische Schüle, II, 2 vol., Vienne, Osterreichische Akademie der Wissenchaften, 1990, t. I, p. 98.

12 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 3 v°. R. Ambühl, Le séjour du futur Louis…, p. 96.

13 P. J. Geary, Le vol des reliques au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1993, p. 22.

14 E. Bozoky, A.-M. Helvetius, Les reliques, objets, cultes, symboles, Turnhout, Brepols, 1999, pp.11-16.

15 P.-A. Sigal, « Le déroulement des translations de reliques, principalement dans les régions entre Loire et Rhin aux XIe et XIIe siècles », dans Les reliques, objets, cultes, symboles…, Edina Bozoky, Anne-Marie Helvetius (éd.), pp. 213-227.

16 Jacques de Voragine, La légende dorée, J. B. M. Roze (éd.), Paris, Garnier-Flammarion, 1967, t. II, pp. 183-187.

17 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 4.

18 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 4 v°.

19 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 5.

20 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 5 v°.

21 Ici une légère différence s’établit avec le texte de la Légende dorée qui fait intervenir un tiers qui annonce à Nathalie la venue de son mari.

22 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 6 v°. Texte de la légende dorée « Prenez garde, mon seigneur, de vous laissez surprendre par la peur, lorsque vous verrez les tourments : vous n’aurez à souffrir qu’un instant, mais aussitôt après vous serez dans l’allégresse avec les anges. Et comme Adrien ne voulut pas sacrifier, il fut battu de la manière la plus violente », Jacques de Voragine, La légende dorée…, pp. 185-186,

23 Vienne, ONB, ms. s n 1619, fol. 7.

24 Ici les deux textes se rejoignent. « Or, Adrien fut fouetté avec tant de fureur que ses entrailles sortaient de son corps », Jacques de Voragine, La légende dorée…, p. 186.

25 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 7 v°.

26 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 8.

27 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 8 v°.

28 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol 4.

29 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 9.

30 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 9 v°.

31 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 10.

32 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 10 v°.

33 D. Le Breton, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1995, p. 37.

34 S. Boesch Gajano, « Sainteté », dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, J. Le Goff, J.C. Schmitt (éd.), Paris, Fayard, 1999, pp. 1023-1038.

35 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 11.

36 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 11 v°.

37 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 12.

38 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 11.

39 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 12 v°.

40 N. Hermann-Mascard, Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit, Paris, Klincksieck, 1975, p. 381.

41 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 13.

42 N. Hermann-Mascard, Les reliques des saints…, p. 394.

43 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 13.

44 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 13 v° 14.

45 A. Vauchez, Miracle, dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, J. Le Goff, J. C. Schmitt (éd.), Paris, Fayard, 1999, pp. 725-739.

46 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 14.

47 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 15. « Le glorieux corps saint Adrien honnourablement posez en ung fiertre par les mains de trois prelas, cest assavoir Lambert, abbé de Gename, Arnoul abbé de Nieneue et Godefroit abbé audit Gramont. »

48 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 14 v°.

49 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 15.

50 Vienne, ONB, ms. S. n. 2619, fol. 3v°.

51 O. Pächt, D. Thoss, Die illuminierte Handschriften…, pp. 98-99.

52 Voir David Freedberg, Le pouvoir des images, Paris, G. Montfort, 1998. Hugo van der Velden, The donor’s image, Turnhout, Brepols, 2000.

53 Voir Sophie Cassagnes-Brouquet, Louis XI ou le mécénat bien tempéré, Rennes, PUR, 2007.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search