Version classiqueVersion mobile

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

Première partie. Hommage à Pierre Naville

Pierre Naville, sociologue du travail ?

Yvette Lucas

Texte intégral

1Peut-on qualifier Pierre Naville de sociologue du travail ? Sociologue du travail, il l'a été, certes, mais à sa manière à lui. Naville était un homme qui s'était imprégné de quantité d'idées et de quantité de théories et de faits. Il a été engagé aussi bien du côté politique que dans des actions ou dans des passions, comme le surréalisme. Et même si Naville n'aimait pas qu'on mélange les différents moments et les différents aspects de sa vie - il était assez pointilleux là-dessus-, c’est bien de tous les moments de son existence et de toutes les activités variées qu'il a menées, qu'est faite aussi sa sociologie. Mais s'il était si pointilleux et si prudent quant au fait qu'on parle à propos, par exemple, de son activité de sociologue, ou de son engagement politique auprès de Trotsky, ou d'autres moments de son existence, c'est parce qu'il redoutait par-dessus tout l'amalgame. L’amalgame était absolument à l'opposé de la pensée de Naville et de son attitude devant les faits et devant la vie. Et si l’on veut caractériser l’homme Naville dans tous ses aspects, c'est bien par sa manière de garder la distance vis-à-vis de tout ce qu’il analyse et de ne pas se laisser piéger. Naville a été un être éminemment indépendant, et c'est vrai que si certains l'ont un peu oublié, c'est aussi parce qu'il n'a jamais essayé de forcer les portes qui ne voulaient pas s'ouvrir à lui. C'est quelqu'un d'absolument rigoureux, sans concessions. Prenons, par exemple, son livre Mémoires imparfaites. Ce qualificatif d'imparfait est tout à fait significatif de l’idée qu’avait Naville de la perfection.

2Naville s’est particulièrement intéressé au problème de l’automation. Il a écrit, en particulier, Vers l'automatisme social ? qui fait la synthèse de sa pensée sur la question. Cet ouvrage traite en effet d'un sujet extrêmement précis, au moment où il fait la synthèse de travaux qu'il a menés avec un groupe de sociologues français qui ont préparé et écrit avec lui L'automation et le travail humain. Y sont présentées les études menées dans les années 50, ce qui permet de remarquer à quel point Naville, toujours en avance sur son temps, s'est préoccupé de l'automatisme alors que c'était encore un sujet quasi-utopique. On commençait tout juste à introduire quelques automatismes, au sens où nous l'entendons dans nos travaux, ce qui signifie que Naville travaille sur le thème aussi tôt que les américains les plus connus. Il faut souligner à propos de ses travaux sur l'automatisation, combien la culture encyclopédique de Naville est mise à profit dans cette réflexion sur un sujet orienté centralement sur les processus industriels. Voici en quels termes Naville nous interpelle dans la préface de Vers l'automatisme social ? :

« L’automatisation a mauvaise presse. Pensez donc, on fait une équation simple entre automatisme et mécanisme, une autre entre mécanisme et nécessité, asservissement. La vie, le jeu, l'amour, la poésie, qu'ont-ils à voir avec ces équations meurtrières ? Se livrer à l’automatisme n'est-ce pas se dessaisir de ce qui fait la valeur propre de la personne ? Et que deviennent dans tout ça les aspirations et les désirs ? La machine, l'automate sont froids, tandis que l'être humain est chaleureux, sinon chaud. Que les machines pullulent et voilà le monde sclérosé en une multitude de créations mécaniques, sans vie et sans passion, hostiles, piètre duplicatum et revanches ironiques dirait-on, d'un monde social que les hommes ont refusé jusqu’à présent de faire à leur image... »

3On pourrait prolonger longtemps cette kyrielle d'imprécations. Un peu plus loin, il dit encore :

« Pourtant, quelle curiosité, quelle convoitise, quel démon peut-être nous poussent à sonder le mystère technique qui nous investit de toutes parts ? Le monde industriel prend résolument la voie de l'automatisme, mais que découvre-t-il au bout ? Bien des modes d'existences et des façons de vivre qu'il n'attendait pas. On s'aperçoit que nos machines commencent à ressembler à des êtres vivants, que l'indétermination de leur fonction va de pair avec leurs normes, que leur omniprésence s'accompagne d'un détachement plus prononcé envers elles, et que d'ailleurs on préfère leur produit à elles-mêmes. Finalement, on jouit du voyage et du compagnon plus que de l'automobile, de l'écrit plus que du stylo bille, on joue beaucoup avec les machines de communication de toute sorte, on aime en elles le truc, l'amusement, l'intrigue, l'efficacité mystérieuse et puis on les jette après les avoir caressées du regard et sans bien les comprendre ».

4Naville avait perçu les conséquences de l'automation et il a parlé du drame social qu’elle pouvait entraîner. Mais, en même temps, il était optimiste ou du moins confiant car il pensait que l'automation allait réduire le temps de travail nécessaire pour réaliser une production, et donc la demande en quantité de travail humain, qu'elle allait libérer l'homme, à condition, bien entendu, que l'être humain se libère en même temps du poids du capitalisme et de l’exploitation que le capitalisme lui fait subir. Pour Naville l'avenir est dans le socialisme. Certes pas celui qui vient de s'effondrer et sur lequel nous avons eu, certains d'entre nous, de lourdes illusions pendant un temps trop long, mais le socialisme tel que Marx nous en a laissé la pensée, l’espoir et la perspective. Bien sûr, il y a certainement dans les analyses de Naville la marque de l'époque où il les a menées, la période des « Trente Glorieuses » mais nous ne ferons pas de Naville un optimiste béat. Naville est d'un optimisme raisonné, c'est un esprit critique avant tout, il voit tous les aspects des choses, mais dans le fond de lui-même, il envisage des temps meilleurs et il a des raisons rationnelles à cette forme d’optimisme.

5Assurément, ce qui le caractérise le mieux et le plus complètement, c’est l’esprit critique. Quand on se replonge dans son œuvre, on est frappé par cette rigueur, cette logique implacable, cette pensée qui traque tous les mots, de façon à ne rien laisser dans l'ombre. Il faut, quelquefois, s'accrocher sérieusement pour le lire, parce que tous les mots portent. Il y a des écrits plus accessibles que d'autres. Un chapitre de Temps et technique, ouvrage qui est une reprise, en 1972, d'un travail de 1954 sur la vie de travail et ses problèmes est très significatif de l’approche de Naville. Il traite de l’évolution de la durée du travail et du temps de travail. C'est vraiment une mécanique de pensée (au bon sens du terme « mécanique ») d'une rigueur tout à fait désarmante.

6Comment Naville est-il sociologue du travail ? Ou plus précisément de quelle manière aborde-t-il les problèmes du travail ? Précisément à partir de l'idée que la sociologie du travail c'est l'étude rationnelle du travail en société (avec une référence à Aristote). Cette sociologie du travail, ce travail en société, a une caractéristique primordiale selon la société considérée : à notre époque, cette caractéristique primordiale est l’activité de production. Ceci dans le droit fil de Marx, mais jamais d'une façon dogmatique : la leçon, l'héritage, l'école de Marx pour lui, c'est penser à partir de ce que Marx et Engels ont fait. Prenons le premier volume du Nouveau Léviathan, « De l'aliénation à la jouissance », sa thèse. Il y étudie la genèse de la sociologie du travail chez Marx et Engels. Il reconnaît donc qu'il y a une sociologie du travail chez Marx et Engels. Ainsi, même en s'inspirant et en se servant des leçons de Marx, il conduit une approche de sociologue qui prend en compte l'économie, mais qui ne la considère pas de la même manière, avec les mêmes méthodes, avec la même approche, la démarche qu'utilisent les économistes. Naville écrit longuement, surtout dans le Nouveau Léviathan, mais aussi dans le Traité de sociologie du travail, sur le salaire. Or les sociologues du travail français, à cette époque, ne s'intéressent pas au salaire. Il est vrai qu'il est très difficile de recueillir des matériaux sur le salaire. Nous, sociologues des années 60-70, nous savons bien quelles difficultés nous avions à pénétrer dans les entreprises et qu'il n'était pas aisé pour un sociologue de collecter des données sur le salaire. Mais il n'y a pas de problème pour Naville. Le salaire est incontournable puisque la base sur laquelle Naville appuie son apport à la sociologie du travail, c'est précisément cette activité de production qui s'exprime dans la condition des ouvriers, principaux salariés dans les années 50. Les salariés ne constituaient pas 85 % de la population active comme aujourd'hui, où beaucoup d'autres catégories que les ouvriers sont aussi salariées. C'était déjà en partie le cas, mais le secteur tertiaire (« tertiaire » - concept développé par Colin Clark dans sa théorie des trois secteurs qui, elle aussi, a été l'objet d'analyses critiques par Naville) n’était pas encore aussi développé. Et, de toute façon, même si les services (pour ne pas dire le tertiaire) se développent, il faut produire, on continuera à produire. Et le problème n'est pas de savoir qui est productif, qui est improductif, le problème est que l'activité de production est centrale, que ceux qui produisent sont des salariés, que ceux qui produisent sont des exploités.

7Il y a aussi quelques pages fort intéressantes de Naville, à propos de ceux qui font un amalgame de la pensée de Marx en mélangeant l'aliénation, l'exploitation, etc. C'était la mode à l'époque. On retrouvait les premiers écrits de Marx, on les traduisait en français, on découvrait le Marx de l'aliénation, le « Jeune Marx », et du coup, on ne parlait plus de l'exploitation. Il n'y avait que l'aliénation. Il n'est pas du tout interdit de parler de l'aliénation. La preuve en est que Naville intitule sa grande œuvre : De l'aliénation à la jouissance. Mais le rapport de l'activité productrice, c'est un rapport d'exploitation.

8Alors, dans ce chapitre de Temps et technique sur la vie de travail et ses problèmes, se révèlent précisément la pensée, la méthode et la manière de travailler de Naville. Ce chapitre est consacré au problème du temps en rapport avec le travail. C'est un des modèles du genre dans les analyses de Naville. Il y démonte certaines illusions sur la diminution du temps de travail. Il montre, en effet, que la mesure varie selon qu'on se situe au niveau de l'heure, de la journée, de l'année et même de la vie de travail. Pour résumer, et d'une façon beaucoup trop schématique, Naville montre que, certes, le temps de travail a diminué en heures dans la journée - on ne travaille plus douze ou quinze heures par jour-, mais, par contre, la vie humaine s'est prolongée et la vie de travail est plus longue, beaucoup plus longue, d'autant plus qu'en 1950 nous sommes à une période où il y a encore des jeunes qui entrent au travail à quatorze ans (l'allongement de la scolarité n'est pas encore voté, il va l'être, il est dans le programme de la réforme Langevin-Wallon, mais il faudra encore du temps après l'avoir voté pour le mettre en place). Il y a encore, à cette époque, des ouvriers qui travaillent au-delà de soixante-cinq ans. Naville prend donc tout cet ensemble en compte et il y introduit, de plus, la dimension historique. Il remonte au début du XIXe siècle. Il explique comment on a analysé ces questions, il prend en compte les luttes qui ont obtenu la réduction du temps de travail, il montre comment ça se passe, que la réduction du temps de travail n'est pas quelque chose qui vient tout seul parce que les choses se transforment et que les machines sont plus puissantes, mais parce que, en réalité, ce sont les travailleurs qui luttent, non pas d'ailleurs comme ça, gratuitement, mais parce qu'ils ont besoin d'autres conditions pour récupérer leur force de travail, ils ont besoin d'autres conditions de vie pour pouvoir réaliser leur travail, ils ont besoin d'une formation pour être compétents dans leur travail et être capables de le réaliser, et ils ont encore d'autres besoins (c'est l'autre aspect important de ce texte) parce que leur vie de travail structure le reste de leur existence. Ce n'est pas dire, comme on l'a fait quelques fois depuis, « on ne peut pas parler seulement de la vie de travail, il faut aussi introduire la vie hors travail », c'est

« oui, nous devons parler vie hors travail parce que l'une ne va pas sans l'autre. La vie de travail et la vie hors travail, pour ceux qui accomplissent une activité professionnelle, et notamment ceux qui sont des travailleurs industriels sont des choses qui se conditionnent, qui s'interpénètrent, qui se commandent l’une l'autre et rien n'échappe à la position centralement donnée par la situation du travail. »

9De ces analyses il tire un certain nombre de conclusions.

10Premièrement, la réduction progressive de la journée de travail a été compensée par la prolongation de la vie de travail, de sorte que le nombre total d'heures de travail fourni par un même individu s'est accru. Deuxièmement, les différences qualitatives de cycles entre la journée et la vie de travail jouent un rôle croissant dans l'emploi ; autrement dit, la répartition professionnelle et sociale des emplois a tendance à se mouler toujours plus sur les différentes phases naturelles et biologiques des forces de travail disponibles. Cela répond à ce que j'ai exprimé auparavant sur la liaison entre tous les aspects de l’existence, et bien entendu, on pourrait aussi parler de la jeunesse et de la retraite. Troisièmement, la vie active totale devient de plus en plus la forme sous laquelle doivent être résolus les problèmes de l'emploi liés à la structure de l'économie, c'est-à-dire avant tout ceux de l'achat et de la vente de la capacité de travail. Et enfin, si nous voulons aller jusqu'au bout, il faudrait, parce que Naville n'a pas le loisir et le temps de le faire à cet endroit, entrer dans une analyse poussée des faits qui contraignent aujourd'hui à adopter la vie totale de travail, et, dit-il, même les générations de travail comme unité d'appréciation et de mesure du mécanisme fondamental de l'économie.

11Dans le Traité de sociologie du travail, Naville parle du salaire ; il parle de la population active et de la théorie de l'emploi, du métier et de la profession, et il donne de la professionnalisation une définition qui nous avait fait cruellement défaut jusque-là puisque l'école sociologique française n'apprécie pas la profession de la même façon que l'apprécient les Anglo-Saxons. Nous n'avions guère de définition là-dessus. Or nous en avons une de Naville, qui peut se discuter, mais qui est fort intéressante parce qu'elle aussi prend en compte des caractéristiques très claires et très nettes de la situation et notamment de l'évolution du métier vers une profession « reconnue dans les statuts, dans les conventions collectives et qui va garantir aussi éventuellement des contenus de formation ». Il parle naturellement du progrès technique, dans un chapitre, réalisé avec Pierre Rolle, sur les incidences du progrès technique sur la vie sociale et dans son rapport avec l'évolution du travail et de l'organisation de l'entreprise. On trouve dans ce chapitre un passage tout à fait stimulant qui vaut beaucoup plus, en quelques pages, que des quantités de manuels de méthodologie sociologique. Naville y montre précisément qu'il n'y a pas une méthode spécifique de sociologie du travail, parce que les questions de méthodes sont posées de la même manière à tous les sociologues, mais qu'il y a bien, par contre, des spécificités du champ qui vont conduire au choix d’un certain nombre de méthodes. Il montre aussi – c'était en 1960, mais sommes-nous beaucoup plus riches à l'heure actuelle ? – combien nous sommes insuffisants sur la question des méthodes ; que nous avons à inventer, trouver, adapter constamment nos méthodes à notre objet et c'est là précisément que la spécificité du champ intervient.

12Nous avons là, en quelques pages, les fondements de ce qu'est la scientificité dans les sciences sociales ; on peut en discuter, on peut avoir un avis différent, et nous avons nombre de théories depuis, qui, évidemment, ne vont pas dans le sens de Naville, qui se montre ici structuraliste, au sens marxiste du terme. Car, bien entendu, Naville est centralement marxiste. Il l'est rigoureusement, ce qui ne veut pas dire dogmatiquement : il ne s'agit pas, pour lui, de répéter la pensée et les analyses de Marx, il s'agit de s'en servir comme base, comme méthode, pour analyser la société que nous avons à étudier. Le matérialisme est, pour lui, une exigence fondamentale. Pourquoi est-il séduit par Watson qui, tout de même, est un peu mécaniste ? C'est la position matérialiste qui le guide : la psychologie n’est pas l'étude de la conscience, la psychologie est l’étude du comportement en ce qu’il est une donnée concrète, un fait, un ensemble de faits et non pas l'étude des profondeurs, même si l'étude des profondeurs a été faite depuis par d'autres auteurs qui ont avancé beaucoup par rapport à ce qui se passait en 1930 ou 1940. Marx est présent aussi dans la nécessité de recourir, toutes les fois que besoin est, à la dimension historique. On va chercher dans le passé, dans la chronologie, dans l'histoire, mais toujours en substance bien entendu, dans des faits significatifs, dans des articulations de systèmes de pensée, dans des engendrements de pensée, des éléments pour élucider les questions contemporaines.

13Il est intéressant de souligner une autre dimension chez Naville : sa filiation avec les logiciens. Il y a Marx d'un côté, mais il y a les logiciens de l'autre. Ce mode de raisonnement logique est d'autant plus frappant qu'il est assez étranger aux sociologues. Nous avons un exemple très simple de cette orientation dans un petit schéma qu’il donne dans le Traité, à propos de la population active, de la population non-active et des producteurs dans la population active. Là, il utilise des classes d'inclusion qui sont des classes logiques. Mais l'influence de la logique est surtout sensible dans ses références aux travaux de Charles Sanders Peirce, qu'il a fortement contribué à faire connaître en France, en particulier ce pan de la logique qui va fonder par la suite un grand morceau de la sémiologie : celui qui met en évidence l'importance du signe, dans une tradition inattendue pour ceux qui ne connaissent pas Peirce et ses continuateurs. Le signe a une telle importance chez Naville qu'il retrouve dans Auguste Comte une science du signe. Ce texte de Temps et technique est bien un exemple du cheminement par emboîtements logiques successifs, successivité de raisonnements démonstratifs, mais qui pourtant réussissent en même temps à capter la complexité, à en prendre les éléments sans jamais perdre de vue l'ensemble.

14Un autre aspect qui caractérise aussi le raisonnement de Naville, c'est sa recherche constante de l’interdépendance des éléments de l'analyse : il faut à la fois analyser le détail et tenir l'ensemble. Nous en avons un exemple dans les Cahiers des sociétés industrielles et de l'automation (dans le numéro 8) dans un texte de Lucie Tanguy sur la fréquentation scolaire et de la composition de l'emploi. Naville y met en question les termes de mobilité et de changement qu'il trouve trop imprécis. Pour avancer dans la précision, il examine d'abord l'idée de motilité qui pourrait indiquer une disposition organique, dans la définition d'origine, à modifier une forme ou une fonction. Mais il n'est pas tout à fait satis fait, il pense aussi à la plasticité, pour avoir enfin recours au terme de mutabilité qui, à ses yeux, peut s'appliquer à la fois aux champs industriels et aux champs éducatifs, et à propos duquel il remarque qu'il permet de serrer d'un peu plus près les phénomènes auxquels nous avons à faire et qui sont en quelque sorte des changements de position, des mutations au sens organisationnel du terme qui conservent une connotation biologique. Et de préciser, « la notion de mutabilité convenablement définie permettrait sans doute l’élaboration d’indicateurs assez précis et susceptibles d'être liés à des types d'enseignement et de formation eux-mêmes redéfinis ». Voilà comment Naville travaillait, comment Naville analysait les choses. De même à propos de la mise en relation constante mais jamais directe et jamais réductrice, du « micro » et du « macro ». Naville a étudié dans les moindres détails avec ses collaborateurs la distribution des tâches et la transformation de la distribution des tâches dans l'industrie automatisée. C'est lui qui a montré qu’il fallait pratiquer une reconversion totale de l'analyse des postes de travail à partir du moment où les processus automatisés rétroactifs apparaissent. Et, en même temps, il se préoccupe, ailleurs, de la façon dont sont transformées les structures de groupes, les équipes et les réseaux de travail, il s'occupe des questions liées à la mobilité et à la polyvalence des emplois et encore ailleurs (et ça n'est pas séparé de cela), il fait une analyse critique des trois secteurs que l’on ferait bien de relire à l'heure actuelle, parce qu'elle est particulièrement intéressante et pertinente.

15Enfin, dernier point et non le moindre, le niveau épistémologique dans l’œuvre de Naville est constamment présent. Mais l'épistémologie n'est pas quelque chose à côté, n'est pas la méta-sociologie, n'est pas la méta-science de la sociologie. Ce n'est pas pour rien que cette petite revue dont on a tant parlé s’appelait Épistémologie sociologique. Actuellement l'épistémologie est à la mode en sociologie. Mais souvent on va chercher des emprunts à l'épistémologie s'appliquant à d’autres sciences pour les appliquer à la sociologie. Ce que Naville a essayé de construire, voulait construire, c'est une épistémologie proprement sociologique et dans son œuvre même, le niveau épistémologique est constamment interpénétré, est constamment tissé avec le cours même de son analyse. C'est parce que Naville veut que la sociologie soit une science au même titre que les autres, qu'il ne veut pas qu'on s'excuse du bricolage en sociologie sous prétexte que c'est une science sociale qui a tel et tel critère, qu'il admet par ailleurs. Il ne veut pas faire de la sociologie une sous-biologie, une physique alternative. Il veut que la sociologie soit une science de la société, mais la sociologie doit toujours se préoccuper de science sous l'aspect le plus rigoureux du terme, et dans sa préface de De l'aliénation à la jouissance il précise que la démarche qui conduit de la philosophie à la science reste toujours nécessaire et qu'elle est toujours à recommencer. L'investigation scientifique ne peut jamais se vanter de voir ses principes définitivement acquis, surtout dans les sciences qui s'occupent directement du comportement de l'homme. Ceci doit être toujours confronté à l'expérience et l’expérience est ici indissociable de l'histoire. C'est pourquoi Naville s'excuse en quelque sorte d'avoir un peu trop schématiquement divisé cet ouvrage en deux parties : de la pensée au travail et du travail à la pensée.

« Nous avons, dit-il, estimé légitime de souligner ainsi que si l'étude des modes du travail et de ses modifications a pris naissance dans une réflexion plus ou moins philosophique, elle retourne après étude pratique et confrontation vivante à l’élaboration de concepts rationnels, plus complets et rigoureux d’un autre ordre ».

16Concluons par une appréciation de Naville sur Comte et Durkheim. Naville apprécie beaucoup Auguste Comte ; bien sûr, Marx d’abord, mais aussi Comte qu'il préfère à Durkheim. Ce qu'il apprécie chez Comte, c'est la place capitale accordée à la logique des signes non seulement parce qu’elle se combine avec une logique des images, distinguée de celle des signes, et avec une logique des sentiments qui sont aussi les instruments de toute rationalité sociale, mais surtout parce que ces logiques sont liées au développement de formes politiques et sociales déterminées.

« Ce point, dit-il, est à noter, si on admet qu'en définitive tout signe définit une ou plusieurs relations en quoi il devient constitutif du lien social ».

17Et Naville remarque :

« On notera simplement que ces thèmes ont disparu du centre de la sociologie sous ses formes ultérieures. Durkheim n'a certainement pas saisi ce qui chez Comte allait pourtant beaucoup plus loin que les variations concomitantes de portée limitée. En vérité ce qu'il a substitué à la logique de Comte et notamment à sa logique des signes, c'est une métaphysique des catégories et représentations collectives qui pouvaient satisfaire un certain idéalisme de la démocratie petite-bourgeoise de solidarisme, mais non permettre une interprétation scientifique générale des liens ».

18Ce passage est un peu cinglant contre Durkheim qui est un maître incontesté, retrouvé, mais Naville n’était pas pour la sanctification. La sanctification aurait été l'horreur des horreurs. Ne pas sanctifier les hommes, pour quelqu'un qui s'efforce d'avoir une démarche de travail rigoureuse, c'est, précisément, utiliser l'œuvre de Naville non pas comme une bible, mais comme il l'a fait lui, avec Marx et ses prédécesseurs, comme quelque chose qui nous aide, qui nous est utile, que nous allons, s'il le faut, critiquer, mais que nous devons nous efforcer de comprendre et à partir de quoi nous devons savoir quels sont nos choix, identifier ce que nous empruntons à Naville ou à d'autres, pour asseoir nous-mêmes notre propre originalité, notre propre démarche.

Commentaires

19 Gilbert de Terssac : Une remarque sur la spécificité de la sociologie du travail. Lorsque Yvette Lucas dit que Naville dans le chapitre 2 du tome 1 du Traité, faisait le bilan des méthodes, elle souligne cette conclusion dans laquelle il proposait, non pas de faire de la sociologie du travail, mais de regarder le travail en sociologue. Je cite la phrase qui est page 64 : « Le tour d'horizon que nous venons d'effectuer conduit peut-être à autant de doutes que de certitudes. En somme plutôt que d'une sociologie du travail notre aperçu de méthodologie semble nous inviter à parler de travail étudié par la sociologie ce qui n'est pas tout à fait la même chose ». Je crois que si on avait été un peu plus attentif à cette phrase, nous ne serions peut-être pas tombés dans un certain réductionnisme des approches du travail. On se serait peut-être un peu moins cantonnés à une sociologie par champs qui a sans doute rendu, d’une certaine manière, impopulaire la sociologie du travail parce que un peu réduite à l'atelier, à l'ouvrier, etc. Naville essayait, bien entendu, de penser en sociologue des relations entre processus qui appartiennent à des champs différents, comme l'école et le travail par exemple. Un autre point me paraît extrêmement important. C’est la manière dont il concevait la place du travail comme l'élément déterminant du développement des sociétés ou au travers desquelles on pouvait lire la structuration d’une société.

20 Pierre Rolle : D'abord sur l'automatisme : en fait, si Naville a saisi l'importance du problème de l'automatisme, à une époque où on en parlait peu, et analysé sa réalité contemporaine, il faut dire que la question était posée depuis longtemps. Par exemple dans un ouvrage de Marx écrit en français, ce qui nous évite les équivoques des traductions, Misère de la philosophie, où précisément l'avenir du travail est saisi à travers un certain schéma de l'automatisme. La discussion entre Marx et Proudhon peut être synthétisée comme Naville essayait de le faire, c’est-à-dire en ramenant une discussion théorique presque insaisissable à quelques faits observables. Naville a voulu lier cette discussion à l'interprétation qu'on pouvait faire de l’automatisme contemporain. Peut être est-il important de dire qu’il pensait comme tout le monde, c'est-à-dire contre, et que c'est dans une discussion avec Friedmann que ce thème de l'automation a pris tellement d'importance, parce que Friedmann aussi parlait de l'automatisme. L’analyse de Naville ne démontre pas simplement une subtilité d'observateur, mais une capacité de théoricien à ramener une question à ses dimensions les plus réelles et les plus concrètes, et qui la rendent décidable. L'interprétation que Friedmann proposait de l'automatisme comme fin et retournement de la division du travail, c'est précisément ce que Naville a essayé de mettre à l'épreuve et de réfuter.

21Deuxième point, sur le travail. L'analyse qu'il a présentée dans ce travail primordial sur Marx, De l'aliénation à la jouissance, c’est une analyse qui dissout la notion de travail, et qui lui substitue quantité de relations fort complexes, le travail abstrait opposé au travail concret, le travail comme force de travail et le travail comme usage, le travail comme mesure de la valeur qui est encore autre chose, le travail en général, etc. En conséquence, la notion de travail se trouve démultipliée jusqu’à faire éclater la catégorie qui nous était imposée par le CNRS. Conformément à la tradition sociologique selon laquelle les différentes disciplines répètent la division des ministères, à la seule exception de la sociologie des religions à laquelle ne correspond plus un ministère des cultes, le CNRS nous avait classés dans sa section sociologie du travail. Or, en dehors de sa définition juridique, Naville l'a dit quelque part : « on ne sait pas ce qu’est le travail ». Ce mélange de contraintes, de plaisir, de douleurs, de productivité, d’ennui, faut-il le magnifier par ce terme prestigieux ? Sans doute convient-il à ce point de mettre en cause la tradition proudhonienne qui mettait le travail au centre de la vie sociale, tradition qui a paradoxalement revécu dans le socialisme d'État, où le travail était devenu une idole à qui l'on sacrifiait les travailleurs eux-mêmes. Il me semble que tout ceci nous conduit à saisir que c'est de relations qu'il s'agit. La sociologie que Naville voulait constituer, substituait à toutes ces discussions formelles une analyse des relations. C’est ce projet encore qu’il poursuit dans Sociologie et logique, où il revient sur la plupart de ses thèmes, et s’efforce de boucler sa pensée sans pour autant la fermer. On l’a dit, il se refusait à faire en sorte que ces archétypes se trouvent fixés une fois pour toutes dans une forme verbale qui les stérilise. Mais enfin, il a quand même, dans ce livre, qui devait conclure Le Nouveau Léviathan essayé d’en inventorier quelques-uns. Il présente en conséquence une logique qui devrait permettre de mettre en résonance l'ensemble de son œuvre, puisque cette logique part du comportement pour aboutir aux formes sociales où ce comportement se déploie et entre en combinaison.

Pierre Naville par lui-même (1947)

Table des illustrations

Légende Pierre Naville par lui-même (1947)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search