Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la guerre sainte

 | 
Daniel Baloup
, 
Philippe Josserand

La guerre baltique au regard des sociétés de l’Europe méditerranéenne à la fin du Moyen Âge

Kristjan Toomaspoeg

Texte intégral

  • 1 Un rôle essentiel dans le rapprochement entre les historiens du Nord et du Sud est joué pa (...)
  • 2 Cf., par exemple, Luigi De Anna, Il mito del Nord : tradizioni classiche e medievali (Nuov (...)

1La Baltique et le monde méditerranéen sont à juste titre perçus par les historiens du bas Moyen Âge comme deux espaces avec peu d’éléments en commun, qui abritent des structures politiques et sociales très différentes et sont opposés par leurs ambitions économiques réciproques. En conséquence, les traditions historiographiques locales balte et méditerranéenne se sont formées sur des bases distinctes et se sont rapprochées seulement au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Ce rapprochement s’explique avec l’influence des études générales sur le Moyen Âge menées par les historiens anglo-saxons, français et allemands, avec l’intérêt porté par des historiens des pays Baltes, de la Finlande et de la Scandinavie aux liens de leurs pays avec le Sud européen, en particulier avec l’Italie1, et, récemment aussi, avec les recherches des historiens du Sud, comme Luigi De Anna qui travaille en Finlande sur la Baltique2.

  • 3 Leonid Arbusow, « Römischer Arbeitsbericht I-IV », Acta Universitatis Latviensis. Latvijas (...)

2Les points communs entre ces deux grands espaces du bas Moyen Âge sont à chercher surtout dans le cadre des activités institutionnelles de l’Église romaine (n’oublions pas que l’Archivio Segreto Vaticano abrite une grande partie des documents utiles pour l’étude de l’histoire médiévale de la Baltique)3, mais aussi à travers des déplacements réguliers de personnes – croisés, étudiants, marchands, ecclésiastiques, artistes et autres – entre le Nord-Est et le Sud de l’Europe. Les échanges entre les deux régions devinrent particulièrement intenses au cours du XVe siècle lorsque l’Ultima Christianorum Provintia baltique, reliée aux routes commerciales asiatiques, contesta à la Méditerranée sa position de centre économique de l’Europe médiévale.

  • 4 Les premiers à associer sans équivoque les opérations de guerre et de conversion qui se so (...)

3Le point de départ de ma communication est la volonté d’ajouter un argument nouveau à la problématique des liens entre ces deux espaces géographiques, et, aussi, de trouver une explication à quelques informations que nous transmettent les sources de l’Italie méridionale. Il s’agit pour ces dernières, j’ai le devoir d’en avertir, d’éléments très isolés qui sont à considérer d’abord comme des manifestations de surface d’un phénomène plus ample. Il est donc question d’un sujet qu’il convient d’aborder en partant d’un cadre général et en établissant un lien entre les études consacrées à l’histoire des croisades, au monde baltique et aux rapports entre le Nord et le Sud de l’Europe médiévale4.

1. La chronologie et l’espace de la guerre

  • 5 En faisant ce rapprochement, je m’appuie sur les œuvres citées d’E. Christiansen, The Nort (...)

4Avant tout, il nous faut déterminer ce qu’était la guerre baltique, du moment qu’il est question d’une région qui se trouve pendant toute la période médiévale dans une grande agitation. Je propose de prendre comme point de départ la notion de “croisade”, ce qui permet de placer les événements qui se sont déroulés dans la Baltique dans le contexte de l’ensemble de la chrétienté occidentale5.

  • 6 Sur la croisade des Wendes, je renvoie à la communication de Florent Cygler, « L’Empire et (...)
  • 7 W. Urban, The Livonian Crusade…, et S. Vahtre, Muinasaja loojang…
  • 8 Sur la conquête de la Prusse, il existe une monographie de William Urban, The Prussian Cru (...)
  • 9 Theodor Hirsch, Max Toeppen et Ernst Strehlke (éd.), Scriptores Rerum Prussicarum, Leipzig (...)

5Si nous appliquons le terme de “croisade” non aux simples expéditions contre les païens, mais seulement aux opérations militaires dont les participants bénéficient explicitement des privilèges octroyés par le Saint-Siège, la première croisade dans la Baltique correspond à la guerre proclamée en 1147 par EugèneIII contre les Wendes. Cette croisade est à considérer comme un échec sur le plan militaire ; une série d’expéditions contre les Slaves lui ont succédé, mais celles-ci ont été organisées sans autorisation spécifique de la papauté6. Puis, en 1195 et 1198, les papes CélestinIII et InnocentIII préparèrent le terrain pour la grande croisade contre les païens baltes et finno-ougriens de ce qui deviendra la Livonie, qui se réalisa entre 1200 et 12287, et, en 1230, GrégoireIX autorisa les chevaliers teutoniques à entrer en Prusse où étaient déjà en cours des tentatives de conversion forcée. Les Teutoniques menèrent en Prusse une croisade qui dura dans sa phase active une quinzaine d’années, même si la région ne fut véritablement soumise que dans les années 12808: pour être plus précis, selon Pierre de Dusburg, la conquête de la Prusse finit et la guerre contre les Lituaniens commença en 12839.

  • 10 Alfred Krarup (éd.), Bullarium Danicum, Copenhague, 1931, p. 73.
  • 11 E. Christiansen, The Northern Crusades…, p. 112.
  • 12 Sur ce sujet, il faut se reporter à l’article de Jean-Marie Maillefer, « La croisade du ro (...)
  • 13 Sur Brigitte, cf. par exemple Tore Nyberg (éd.), Birgitta, hendes vaerk og klostre i Norde (...)

6Aux trois croisades que nous avons citées s’ajoutent les expéditions conduites par les Suédois pour la conquête et la conversion de la Finlande. Les premières expéditions, menées à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle, n’impliquèrent pas l’intervention de la papauté – InnocentIII se limitait à apprendre qu’« un certain pays, appelé Finlande [...] a récemment été converti à la foi»10 – et une croisade au vrai sens du terme fut entreprise dans ce pays seulement en 1240, dans un contexte complètement différent, celui de la lutte contre les orthodoxes. Le pouvoir suédois fut capable de se servir habilement de l’idée de la croisade pour défendre ses intérêts face à la principauté de Novgorod, en menant en 1240, 1249 et 1292 des expéditions militaires, tenues avec une certaine exagération pour les « première, deuxième et troisième croisade de Finlande»11. À ces entreprises militaires s’ajoute la longue guerre menée par les Suédois contre Novgorod entre 1295 et 1378, alors que la Finlande était déjà solidement acquise à la religion chrétienne12. Cette guerre gagna le nom de croisade en premier lieu grâce à l’intervention de sainte Brigitte qui, sur ce plan, développa une argumentation assez proche de Bernard de Clairvaux13.

  • 14 E. Christiansen, The Northern Crusades…, pp. 132-170.
  • 15 Sven Ekdahl, Die Schlacht bei Tannenberg 1410. Quellenkritische Untersuchungen (Berliner h (...)

7Enfin, après la défaite des chevaliers teutoniques face aux Lituaniens dans la bataille de Durbe en 1260, la papauté d’AlexandreIV et de ses successeurs prêta un appui particulier à la lutte de l’ordre teutonique contre les païens de la Baltique, donc contre la Lituanie, une lutte que les chevaliers surent transformer avec grande habilité en une guerre sans fin ou, pour reprendre les mots d’Éric Christiansen, en une « croisade interminable»14, qui dura jusqu’à la bataille de Tannenberg en 141015. Comme on peut le constater, je procède, dans la définition de la guerre ou de la croisade baltique, d’une manière proche de celle de l’historiographie anglo-saxonne, en fixant comme limites chronologiques de ce phénomène les dates de 1147 et 1410 et en étendant l’espace baltique à toutes les régions autour de la mer, de l’Allemagne nord-orientale jusqu’à la Finlande et à l’embouchure de la Neva.

2. La guerre baltique et les croisades en Terre sainte

8Les croisades menées dans l’espace baltique furent dès leurs débuts liées au contexte des “vraies” croisades conduites dans la Méditerranée. En étudiant les raisons profondes à l’origine des croisades de 1147, 1200 et 1230, nous pouvons constater que, d’une part, il s’agissait d’opérations militaires destinées à résoudre le problème de la conversion des peuples païens et à ouvrir les routes commerciales du Nord-Est, mais, d’autre part, que les causes de ces expéditions sont aussi à chercher dans la politique générale des croisades.

  • 16 Fl. Cygler, « L’Empire et la guerre sainte… », et E. Christiansen, The Northern Crusades…, (...)
  • 17 Au sujet de l’appellation de “Terre de Marie”, j’ai consulté mon collègue Juhan Kreem (Tal (...)

9Ainsi, quand Bernard de Clairvaux et EugèneIII organisèrent en 1146 la croisade destinée à la reconquête d’Édesse, ils se heurtèrent à la volonté des princes de l’Allemagne septentrionale, d’une part, et des pouvoirs ibériques, de l’autre, de mener une croisade dans leurs propres régions. Les hommes du Nord, c’est-à-dire les Saxons mais aussi les Danois et les Polonais, avaient déjà participé aux croisades en Terre sainte et le fait de les utiliser dans leurs propres terres représenta aux yeux du pape une possibilité d’élargissement et de généralisation de la notion même de croisade. Cela motiva EugèneIII pour émettre, en avril 1147, la bulle Divina dispensatione qui donna aux croisés du Nord un statut identique à leurs homologues de l’Orient16. Le monde des croisades se divisait donc désormais en trois : la Terre sainte, la péninsule Ibérique et le Nord-Est de l’Europe, une division qui, sur le plan idéologique, devint très visible au XIIIe siècle quand on ajouta à la Palestine, la Terre du Fils, la Livonie, définie comme la “Terre de Marie”, Marienland17.

  • 18 Sur ces hôpitaux des croisés allemands, voir Kristjan Toomaspoeg, Les Teutoniques en Sicil (...)
  • 19 Claudia Naumann, Der Kreuzzug Kaiser Heinrichs VI, Francfort-sur-le-Main, 1994.
  • 20 Cf. Norbert Kamp, « Die Deutsche Präsenz im Königreich Sizilien (1194-1266) », dans T.Kölz (...)
  • 21 Sur l’histoire générale de l’ordre teutonique, on peut se reporter à Klaus Militzer, Die G (...)

10Les causes de la croisade livonienne de 1200 furent encore plus liées au contexte général et furent certainement influencées par les événements qui se déroulèrent, entre 1189 et 1198, dans la Méditerranée. Le départ de FrédéricIer Barberousse pour la croisade avait provoqué dans le monde germanique une très grande mobilisation que l’on peut expliquer par l’écho de la chute de Jérusalem en 1187. Après la mort de l’empereur en Asie Mineure, beaucoup de croisés allemands étaient restés en Méditerranée, fondant des hôpitaux allemands à Brindisi, Messine et Saint-Jean-d’Acre, probablement aussi ailleurs18. Les projets de croisade du fils de Barberousse, HenriVI19, provoquèrent le même enthousiasme et, entre 1194 et 1197, plusieurs grandes unités de combattants allemands se concentrèrent en Italie méridionale, permettant aux Staufen de rétablir leur contrôle sur le royaume de Sicile, avant de se diriger à la fin de l’été 1197 en Terre sainte20. La mort inattendue de l’empereur interrompit la croisade et nous savons que la majorité des participants fit retour en Allemagne entre 1198 et 1199. Il est donc permis de penser que la croisade livonienne a été une conséquence de ce retour et de la volonté d’hommes, qui avaient fait vœu de croisade, de maintenir leurs promesses. Les fondateurs des hôpitaux allemands de Brindisi et Acre étaient originaires de Brême et Lubeck, tout comme les participants à la croisade livonienne, voulue fortement par l’Église de Brême. Il exista donc, dans ce cas, un lien direct entre l’Orient et la Baltique, tout comme en 1230 quand la croisade fut entreprise par une grande institution méditerranéenne, l’Hôpital des frères de Sainte-Marie-des-Teutoniques de Jérusalem. Les premiers combattants teutoniques de Prusse vinrent en effet de Terre sainte, menant la lutte selon les modalités de l’Orient et construisant des bourgs avec des noms “importés”, comme Thorn (Torun)21.

  • 22 Heinrici Chronicon Livoniae…, pp. 42-43.

11Depuis InnocentIII (1198-1216), un lien direct unissait le monde baltique à Rome et au Saint-Siège et les papes intervenaient d’une manière plutôt active dans les croisades livonienne et prussienne. À ce point, je voudrais rappeler un épisode de la croisade de la Livonie que l’on peut dater de 1203 ou de 1204 et qui est décrit dans la chronique d’Henri de Lettonie22. À l’époque, le Cistercien Didier, abbé de Dunamunde (aujourd’hui Daugavgriva, en Lettonie) et futur évêque d’Estonie (évêché dans la partie septentrionale de l’actuelle république) conduisit en Allemagne et en Italie Kaupo de Turaida, le chef des Lives. Kaupo, qui s’était converti à la religion chrétienne, était le premier et principal allié des croisés en Livonie et il est décrit par Henri de Lettonie comme un « quasi rex et senior ». Didier de Dunamunde est à son tour cité plusieurs fois dans la chronique comme l’envoyé à Rome du chef de la croisade, l’évêque de Riga Albert de Bekeshovede. Le chef des Lives rencontra à Rome le pape InnocentIII, qui lui donna un baiser de paix ou de bienvenue et eut avec lui une conversation sur les peuples de la Livonie. Après un séjour de quelques jours à Rome, en se préparant au départ, Kaupo reçut de la part du pape sa bénédiction et cent pièces d’or (centum aureos).

  • 23 F. Benninghoven, Der Orden der Schwertbrüder… .
  • 24 E. Christiansen, The Northern Crusades…, pp. 120-121.
  • 25 L’étude principale sur Guillaume reste celle de Gustav Adolf Donner, Kardinal Wilhelm von (...)

12Les papes menaient donc une politique livonienne et le Saint-Siège fut obligé d’intervenir directement dans le conflit qui opposa l’ordre des frères de la Milice du Christ, connus comme les Porte-Glaive23, aux Danois de l’Estonie septentrionale et à l’évêque de Riga. Cette intervention fut menée avec l’aide des légats pontificaux24, et surtout du cardinal Guillaume, évêque de Sabine puis de Modène, qui était un Italien, un ancien notaire du pape et un ancien Chartreux, sympathisant des Dominicains. Il accomplit des missions en Livonie en 1225-26, 1228-30 et 1234-42 et son nom est quelquefois associé à la thèse de la volonté des papes de créer dans la région une espèce d’État de l’Église, soumis directement à Rome25. On peut mentionner aussi les légats Baudouin d’Aulne, actif en Livonie entre 1231 et 1234, et Jacques Pantaléon, archidiacre de Liège, présent en Prusse de 1247 à 1249. Ces hommes garantirent la continuité des liens entre Rome et le Nord-Est de l’Europe et la circulation des informations sur l’état de la Prusse et de la Livonie, et ce fut grâce à eux que l’on parvint à mettre provisoirement fin aux conflits régionaux, en soumettant les Porte-Glaive, décimés par les Lituaniens en 1236, aux chevaliers teutoniques et en rendant aux Danois leurs terres occupées.

  • 26 E. Christiansen, The Northern Crusades…, p. 122.

13La croisade baltique resta toutefois encore un fait marginal aux yeux du monde méditerranéen, concentré sur la défense de la Terre sainte. Ainsi, HonoriusIII demanda à l’archevêché de Riga, pourtant à peine fondée et située dans une région encore fragile, des sommes pour la reconquête de Jérusalem26. Le fait que la croisade baltique ait été un succès militaire et religieux, à la différence des croisades d’Orient, n’éveilla pas dans les zones centrales du monde médiéval l’intérêt pour le Nord-Est de l’Europe à propos duquel on disposait au XIIIe siècle seulement d’informations fragmentaires.

3. Le rôle des Teutoniques dans la diffusion des informations sur la Baltique

14La Baltique et sa guerre ne commencent à être perçues avec plus de précision par les sociétés méditerranéennes qu’à partir du XIVe siècle, une époque que l’on peut considérer comme un vrai “laboratoire” des informations et des conceptions relatives à l’Europe du Nord-Est.

  • 27 Helen Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights. Images of the Military Order (...)

15L’impulsion pour un tel changement fut donnée lorsque les deux “âmes” de la croisade baltique, cistercienne et teutonique, entrèrent en conflit. Ce conflit datait en réalité de l’époque de la croisade de Prusse quand, en 1240, le Cistercien Christian s’était opposé aux Teutoniques au sujet de la création des diocèses dans la région : Christian voulut devenir l’évêque unique de la Prusse entière, comme Albert de Riga était devenu évêque de la Livonie, mais les Teutoniques parvinrent à diviser la Prusse en petits évêchés qui étaient de fait incorporés dans l’ordre, du moment que leurs chanoines en étaient membres. Quelques années plus tard, en 1258, les Teutoniques furent accusés, cette fois-ci sans doute par l’intermédiaire des principautés polonaises voisines, d’avoir opprimé des Prussiens convertis27.

  • 28 Ibid.
  • 29 De ce soutien témoignent par exemple les nombreuses donations en faveur de l’ordre teutoni (...)
  • 30 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights..., p. 11.
  • 31 Ibid., p. 49.
  • 32 Ibid., p. 48.

16Au rythme des difficultés de la Terre sainte et surtout à partir du moment de la chute d’Acre en 1291, on assiste, comme le prouve Helen Nicholson, à une vague de reproches contre les ordres militaires qui perdent en estime à tous les niveaux de la société28. Cette impopularité aurait été l’une des causes de la chute des Templiers et aurait également affecté d’une manière grave les Hospitaliers et les Teutoniques. À vrai dire, en Italie, les ordres militaires continuent à bénéficier des donations et du soutien général de la population locale y compris après 1291 et, quelquefois, la chute d’Acre ne fit qu’augmenter ce soutien29. Toutefois, l’évolution générale défavorisait les ordres militaires, surtout sur le plan de leurs rapports avec le Saint-Siège. Cette constatation vaut aussi pour l’ordre teutonique qui avait au XIIIe siècle, malgré les conflits cités de 1240 et 1258, toujours maintenu d’excellentes relations avec la papauté et qui, à la différence des Templiers et des Hospitaliers, avait reçu plus d’éloges que de reproches de la part des chroniqueurs tels Matthieu Paris30 et des écrivains de l’Église. Ainsi, Jacques de Vitry fit dans son Historia orientalis la louange des Teutoniques qui, selon lui, auraient été encore libres des erreurs qui sévissaient chez les Templiers et les Hospitaliers, comme l’orgueil, l’opulence et les disputes31. Les Teutoniques furent appréciés aussi par des hommes comme Bruno, évêque d’Olomouc, et Olivier le Scolastique32.

  • 33 W. Urban, The Livonian Crusade…, pp. 45-46.
  • 34 Friedrich Georg von Bunge (éd.), Liv-, Esth- und Curländisches Urkundenbuch nebst Regesten(...)
  • 35 Hubert Houben, « Eine Quelle zum Selbstverständnis des Deutschen Ordens im 14. Jahrhundert (...)

17Cependant, depuis l’époque de BonifaceVIII, les Teutoniques, qui se comportaient en Prusse comme des princes féodaux et se lançaient dans des guerres civiles et des escarmouches avec les villes et les évêchés de la Livonie, furent souvent accusés par leurs concurrents d’avoir préféré la violence à une conversion pacifique des païens et d’avoir commis des crimes – beaucoup d’entre eux en réalité attribuables aux anciens Porte-Glaive – durant la croisade baltique. En 1301, un chanoine de Carcassonne et chapelain du pape, Isarnus, fut envoyé à Riga pour vérifier ces accusations33. En conséquence, les Teutoniques durent, entre 1300 et 1312, intervenir pour la défense de leurs intérêts, en rédigeant des œuvres qui décrivaient l’origine, l’histoire et les mérites de l’ordre en Baltique, comme la réponse aux accusateurs écrite par les Teutoniques de Livonie en 130634. La phase décisive du débat sur le rôle de l’ordre teutonique se déroula en Avignon sous le pontificat de BenoîtXII (1334-1342). Un frère de l’ordre qui résida probablement auprès de la curie papale, Ulrich, rédigea alors une œuvre théologique, intitulée Epistola fratris Ulrici ad Benedictum papam, qui justifie l’existence de l’ordre teutonique qu’il tient pour « le paradis sur terre, Jérusalem et l’arche de Noë»35.

  • 36 Sur la littérature de l’ordre teutonique, cf. Mary Fischer,”Di himels rote”. The idea of C (...)

18En outre, depuis qu’en 1309 les grands maîtres de l’ordre choisirent comme résidence Marienbourg en Prusse et que les entreprises militaires des Teutoniques dans la Méditerranée cessèrent, les frères se trouvèrent confrontés à la nécessité de transformer les bases de leur idéologie. Les grands maîtres du XIVe siècle, surtout Karl de Trèves, encouragèrent alors un mouvement de prise de conscience religieux et idéologique au sein de l’ordre, connu comme la Frömmigkeitsbewegung. Ce mouvement accomplit deux tâches : d’abord, à travers l’écriture d’œuvres théologiques, historiques et littéraires, il parvint à convertir l’idée de la croisade en Terre sainte en croisade baltique, menée contre les Lituaniens ; ensuite, il rapprocha l’idéologie de l’ordre et de la croisade de l’esprit de la noblesse laïque, en transformant les valeurs des Minnesinger en valeurs religieuses. On assiste également à la création d’œuvres littéraires qui exaltent l’ordre teutonique par des auteurs allemands qui ne furent pas directement liés à lui, comme Ulrich d’Etzenbach (Wilhelm von Wenden), des œuvres qui bénéficient d’une large diffusion dans le monde germanique36.

19La Frömmigkeitsbewegung avait deux conséquences principales : d’une part, grâce à la circulation des œuvres que les Teutoniques avaient rédigées ou influencées, ceux-ci commencèrent à être connus dans leur rôle de défenseurs de la Baltique et, à partir du milieu du XIVe siècle, l’ordre fut de plus en plus souvent appelé, par exemple en Italie, “l’ordre de Prusse” ou “l’ordre des Teutoniques de Prusse” ; d’un autre côté, la collaboration des Teutoniques avec l’aristocratie européenne se renforça et, la croisade contre les Lituaniens étant alors la seule vraie croisade qui existait encore, un grand nombre de nobles se rendit presque annuellement en Prusse pour y participer.

  • 37 Werner Paravicini, Die Preussenreisen des europäischen Adels (Beihefte der Francia, 17, 1- (...)
  • 38 Consalvus Durantus (éd.), Revelationes S. Brigittae, Anvers, 1611, et Jacques Ferraige (tr (...)
  • 39 E. Christiansen, The Northern Crusades…, pp. 223-228.

20À mon avis, la connaissance de la guerre baltique dans la société méditerranéenne est due en premier lieu au rôle de la noblesse et à ces “voyages de Prusse”, étudiés par Werner Paravicini37. Pendant plusieurs décennies, les Teutoniques ont maintenu un lien fort entre leur nouvelle patrie et la noblesse de toutes les régions européennes qui considérait le fait de participer à la croisade comme l’un des plus grands honneurs dans la vie d’un homme, surtout s’il était fait chevalier à cette occasion. Le rôle de l’autre croisade baltique, celle, suédoise, contre Novgorod, et de la pensée de sainte Brigitte est plus difficile à évaluer. Les liens de Brigitte avec Rome ont sans doute contribué à la propagation de sa conception de croisade, vue comme un moyen pour purifier l’esprit, dont on trouve des traces surtout dans ses Révélations posthumes38, mais il est douteux que cela ait véritablement amélioré les connaissances sur le monde baltique. On parla de nouveau beaucoup de la Baltique et de l’ordre teutonique durant le concile de Constance entre 1414 et 1418. À cette époque, les Teutoniques traversaient une crise idéologique et militaire profonde : la Lituanie, leur ennemi principal, s’était depuis quelques décennies convertie au catholicisme et Jagellon de Lituanie, devenu roi de Pologne, avait écrasé les Teutoniques d’Ulrich de Jungingen dans les champs de Tannenberg en 1410. Cette fois-ci, ce furent les Teutoniques qui prirent une posture d’accusateur face aux Polonais, en cherchant à obtenir le secours de l’Église et des puissances occidentales39.

  • 40 Cf. Erich Weise (éd.), Die Staatschriften des Deutschen Ordens (Veröffentlichungen der Nie (...)

21Le débat qui se conclut avec la victoire des Polonais, dès lors que la croisade baltique à défaut de païens n’avait plus de sens et qu’il semblait plus raisonnable à tous de mobiliser les forces pour arrêter l’avancée des Turcs dans la Méditerranée, fut accompagné de la rédaction de plusieurs œuvres où les juristes des Teutoniques et des Polonais défendirent les intérêts des deux parties40. Le concile de Constance et la défaite de l’ordre teutonique en Prusse, région qui durant les décennies suivantes fut en proie à une guerre civile entre les frères et les villes locales, mirent certes fin au mécanisme de collaboration entre les chevaliers et la noblesse à la faveur de la croisade baltique, mais des éléments d’information continuaient à circuler en Europe sur la Prusse et la Livonie, qui toutefois avaient tendance à rester anachroniques et assez mythifiés.

4. Les témoignages méditerranéens

22En nous déplaçant du contexte général à celui de la Méditerranée et, par exemple, de l’Italie méridionale que j’ai moi-même étudié, nous pouvons obtenir une confirmation des impressions reçues.

  • 41 7 mai 1283, Vienne, Deutschordens Zentralarchiv, Ordenspergamenten, Raimundus Duellius, Hi (...)
  • 42 Sur la motivation des donateurs, cf. K. Toomaspoeg, « Base économique de l’expansion des b (...)

23Pendant tout le XIIIe siècle, les sources, y compris celles qui proviennent des lieux où était présent l’ordre teutonique, ne mentionnent presque jamais la Livonie ou la Prusse dans le cadre de la croisade. Ainsi, les indulgences concédées par les pouvoirs ecclésiastiques locaux du royaume de Sicile aux pèlerins qui se rendaient au-delà des Alpes, liées à l’influence des Teutoniques, ne concernaient pas la Baltique : en 1283, l’archevêque Romuald de Bari et l’évêque Jean de Siponto concédèrent des indulgences à ceux qui ont visité la chapelle de Sainte-Cunégonde construite par l’ordre teutonique à Graz en Autriche41. De même, les personnes qui effectuèrent des donations en faveur des Teutoniques furent motivées en premier lieu par les activités caritatives des chevaliers au niveau local, c’est-à-dire italien, ou bien par leurs combats en Terre sainte et, visiblement, dans la population, on ignore complètement la présence de l’ordre dans la Baltique42. Ce ne fut qu’au cours du XIVe siècle que la guerre baltique entra dans l’esprit des habitants des régions méditerranéennes, grâce aux informations qui circulaient dans la noblesse à propos de la guerre entre les Teutoniques et les Lituaniens.

  • 43 Les statuts de l’ordre (conservés en copie à Barcelone, dans l’Archivo de la Corona de Ara (...)
  • 44 Ibid., p. 198.
  • 45 Ibid.
  • 46 Holger Kruse, Werner Paravicini et Andreas Ranft, Ritterorden und Adelsgesellschaften in s (...)

24En Italie du Sud, ces connaissances sont illustrées par deux exemples principaux, issus de contextes différents. Le premier exemple provient, en réalité, de l’espace géographique aragonais et date de la fin du XIVe siècle. Quand le duc Martin de Montblanc, le futur roi d’Aragon MartinIer, prépara la conquête de la Sicile, qui se déroula entre 1392 et 1399, il forma dans ce but un petit ordre chevaleresque43, car alors, comme l’a bien souligné Henri Bresc, « c’est la nébuleuse des ordres de chevalerie et de l’emblématique qui a été appelée à renforcer la solidarité autour d’un prince sans royaume»44. Le texte des statuts de cet ordre, l’Empresa de la Correge, permet, toujours d’après H.Bresc, de le considérer comme un ordre curial et royal, voué en particulier à la défense des dames, et que l’on peut insérer dans toute une série d’institutions similaires45, ces petits ordres de la noblesse formés au XIVè siècle, connus surtout dans l’espace allemand où le phénomène a été étudié par Holger Kruse, Werner Paravicini et Andreas Ranft46, mais présents dans toute l’Europe occidentale, y compris la péninsule Ibérique.

  • 47 H. Bresc, « L’Empresa de la Correge… », p. 216.

25Les statuts de l’Empresa, mis au point entre 1385 et 1390 et modifiés en 1392, contiennent 19 chapitres, dont un, le neuvième, consacré à l’attribution des récompenses symboliques, des plaques émaillées, pour des mérites particuliers. Un de ces mérites est la participation aux guerres de Prusse et de Niflant (de Livland, Livonie) qui, selon les statuts de l’ordre, vaut plus qu’un pèlerinage en Terre sainte et permet d’obtenir une plaque verte47. L’Empresa s’inspire naturellement des modèles préexistants, anglais, français et ibériques, et il est à noter que les statuts de plusieurs des ordres chevaleresques princiers de l’époque contiennent une clause identique qui concède des bénéfices à ceux qui partent pour la Baltique. Répétons-le, avant la menace turque, la seule vraie croisade qui existait était aux yeux de la noblesse celle qui fut entreprise dans la Baltique. Il est à noter que les statuts de l’ordre de Martin de Montblanc utilisent la forme allemande du nom de la Livonie, Livland, et non pas le terme latin, Livonia, ce qui indique que les voies de la diffusion des informations sur la région passaient par le monde germanique. Il est important de vérifier si le neuvième chapitre des statuts de l’Empresa et les exemples équivalents intéressant le monde méditerranéen étaient des simples répétitions de modèles préexistants ou au contraire s’ils possédaient un contenu réel, c’est-à-dire si les nobles du Sud se rendaient effectivement en Prusse et en Livonie pour gagner la fameuse plaque verte.

  • 48 Kurt Forstreuter et Hans Koeppen (éd.), Berichte der Generalprokuratoren des Deutschen Ord (...)

26Notre second exemple donne quelques informations sur cette participation effective aux événements de la Baltique. Il s’agit d’une lettre, écrite le 3 mai 1403 par le procureur général de l’ordre teutonique à Rome, Johann de Felde, au grand-maître Konrad de Jungingen48. Le procureur demande des nouvelles de la guerre contre les Lituaniens et dit avoir reçu une lettre du commandeur provincial des Teutoniques dans les Pouilles qui lui parlait d’un grand intérêt des nobles du royaume de Sicile pour cette entreprise, ajoutant que dans la région « il y a beaucoup de grand seigneurs qui se sont rendus en Prusse et en Lituanie et y sont devenus chevaliers », et que ces seigneurs demandent ensuite des informations sur la situation en Baltique. Et le procurateur d’ajouter :

le plus puissant des princes de ce pays après le roi de Naples, appelé Raynaldus de Ursinis, a été en Prusse et y est devenu chevalier. Il est un confrère [donc un associé laïque] de notre ordre et porte la croix de l’ordre au cou ; on le compare à un seigneur ecclésiastique et il est un protecteur de l’ordre dans le royaume. Quand il rencontre le commandeur provincial, il demande des nouvelles de la Prusse et voudrait bien savoir comment va l’ordre.

Dans la suite du courrier, le procureur rapporte également l’intérêt des Napolitains pour la prochaine expédition en Prusse et évoque une autre lettre avec demande d’informations qu’il avait reçue du commandeur provincial en Sicile. Raynaldus de Ursinis était bien sûr Raimondello Del Balzo Orsini, prince de Tarente, chef de l’une des plus importantes familles de la noblesse du royaume de Sicile continentale, à l’époque l’homme le plus puissant du royaume après le roi. Très lié à l’ordre teutonique, il est connu comme un homme de guerre, un politicien et un mécène. Il mourut peu après, en février 1406, et sa veuve Marie d’Enghien épousa le roi Ladislas de Naples.

  • 49 Jean Froissart, Chroniques, éd. de Peter F. Ainsworth, George T. Diller et Albert Varvaro, (...)

27Dans le passé Raimondello s’était donc rendu en Prusse, comme beaucoup d’autres nobles de l’Italie méridionale, pour participer à une expédition contre les Lituaniens, et y avait obtenu l’insigne honneur d’être fait chevalier sur le champ de bataille. Le principal vecteur de la diffusion des informations sur la guerre baltique était la noblesse et il est à noter que nous ne trouvons pas d’éléments sur ce thème dans les chroniques européennes non-germaniques des XIVe et XVe siècles à l’exception de l’œuvre de Froissart, la plus attachée à l’esprit chevaleresque49. Dans le même temps, toutes les connaissances sur la Baltique passaient par les activités d’une seule institution, l’ordre teutonique.

  • 50 8 octobre 1492, copie dans : Vienne, Deutschordens Zentralarchiv, Handschriften, 164, p. 3 (...)
  • 51 Sur les possessions de l’ordre teutonique en Italie, voir Hubert Houben (éd.), L’Ordine Te (...)
  • 52 Cf. Kurt Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer (Quellen und Studien zur Geschichte (...)

28Au cours du XVe siècle, malgré l’intensification des rapports commerciaux entre la Baltique et la Méditerranée et malgré la défaite des Teutoniques face aux Lituaniens, la situation ne subit pas de mutations. La Baltique se résumait à l’ordre teutonique et, en 1492 encore, quand le vice-roi de Sicile, Ferdinand de Acuña, rencontra à Messine un représentant de l’institution, la conversation porta sur la guerre de Prusse qui l’intéressait beaucoup50. Le fait que la connaissance de la guerre baltique ait été diffusée par les Teutoniques s’explique par le succès de la nouvelle idéologie élaborée par les chevaliers dans la première moitié du XIVe siècle, mais aussi par l’importance de la présence des possessions de l’ordre dans les régions méditerranéennes. En effet, depuis le XIIIe siècle, les Teutoniques possédaient deux provinces (bailliages) dans le royaume de Sicile, “la Sicile” et “les Pouilles”, des terrains à Rome et dans le Latium attachés à l’office du procureur de l’ordre auprès de la curie papale, une province en Italie centrale et septentrionale, “la Lombardie”, et une autre dans le Tyrol méridional51. En Provence, les Teutoniques eurent pour quelques décennies des possessions en Arles et à Montpellier et, dans la péninsule Ibérique, ils étaient présents à La Mota en Castille. Outre cela, l’ordre teutonique conserva au XIVe siècle encore des possessions en Chypre et dans le Péloponnèse52.

  • 53 Le personnel de l’Ordre Teutonique en Italie fait actuellement l’objet d’une étude de proc (...)
  • 54 Sur les procureurs de l’ordre teutonique à Rome, voir Jan-Erik Beuttel, Der Generalprokura (...)

29Ce furent surtout les possessions italiennes des Teutoniques, présents dans plus de deux cents localités différentes et propriétaires de leurs quartiers dans des villes comme Palerme, Messine, Barletta, Manfredonia ou Padoue, qui jouèrent un rôle décisif dans la diffusion des informations sur la Baltique. Toutefois, jusqu’au dernier quart du XIVe siècle, la majorité des Teutoniques des provinces italiennes de l’ordre provenait des régions de l’Allemagne occidentale où l’on ignorait en grande partie les événements qui se déroulaient en Baltique. C’est seulement ensuite que les frères rhénans, alsaciens et lorrains cédèrent progressivement la place à d’autres qui furent le plus souvent originaires de Hesse et de Franconie, mais dont plusieurs avaient aussi servi ou même étaient nés en Prusse53. La présence des frères prussiens dans les provinces de Sicile, de Pouilles et de Lombardie, dans la charge de procureur de l’ordre à Rome et parmi les étudiants des universités de Bologne et Padoue54, tout comme l’intervention des Teutoniques dans les échanges commerciaux entre Venise et l’Europe du Nord-Est, favorisaient sans doute la circulation des informations. Or, la guerre baltique se trouvait à cette époque déjà dans sa phase finale et ce n’est pas par hasard que l’exemple apulien que j’ai cité se rapporte aux années qui précèdent immédiatement la défaite de Tannenberg.

30Nous sommes donc obligés de constater que la perception de la guerre baltique par les sociétés méditerranéennes était un phénomène très isolé sur le plan chronologique, car, avant le dernier quart du XIVe siècle, dans le monde méditerranéen on ignorait presque tout de la Baltique et, après 1410, la lutte des Teutoniques contre les Lituaniens, le principal vecteur de connaissances, perdit son importance.

Notes

1 Un rôle essentiel dans le rapprochement entre les historiens du Nord et du Sud est joué par les instituts de recherche finnois et scandinaves à Rome qui permettent à un grand nombre des chercheurs de ces pays un accès direct aux archives et à la bibliothèque du Vatican. Dans le cas des historiens des pays Baltes, il reste encore difficile à réaliser des projets d’étude en Italie et, pour l’instant, leurs réseaux de collaboration scientifique se trouvent exclusivement dans le monde germanophone et anglophone.

2 Cf., par exemple, Luigi De Anna, Il mito del Nord : tradizioni classiche e medievali (Nuovo Medioevo, 43), Naples, 1994.

3 Leonid Arbusow, « Römischer Arbeitsbericht I-IV », Acta Universitatis Latviensis. Latvijas universitatis raksti, 17 (1928), pp. 285-423 et 20 (1929), pp. 475-657 ; Filologijas un Filosopijas fakultates serija, 1 (1929-1931), pp. 65-160 et 4 (1931-1933), p. 279-398.

4 Les premiers à associer sans équivoque les opérations de guerre et de conversion qui se sont déroulées en Baltique aux croisades en Terre sainte étaient les historiens anglo-saxons Eric Christiansen et William Urban dans deux monographies publiées en 1980 et 1981 : Eric Christiansen, The Northern Crusades. The Baltic and the Catholic Frontier 1100-1525, Londres, 1980 (la traduction française Les Croisades nordiques : la Baltique et la frontière catholique, 1100- 1525, Lorient, 1996, contient des erreurs) place les événements qui se sont déroulés dans l’Europe du Nord-Est dans le cadre global des croisades, terme qu’il utilise dans un sens très large, en y comprenant non seulement les guerres contre les Wendes, les Prussiens, les Lives, Lettons et Estoniens, mais aussi les expéditions suédoises contre Novgorod et la guerre opposant la Lituanie et la Prusse teutonique. Son livre, destiné à un large public, servit donc à créer un concept de croisade “nordique”, appliqué aussi dans une autre œuvre, moins connue, de William Urban, The Livonian Crusade, Washington, 1981. L’auteur traite uniquement la Livonie, en présentant un exposé plus approfondi sur l’argument, mais en y incluant quelques erreurs qui concernent le contexte local (les toponymes, les localisations, etc.). Les concepts d’E. Christiansen et de W. Urban, en soi plutôt convaincants, doivent être complétés par les donnés de l’historiographie allemande, la plus abondante sur le thème, à commencer par Friedrich Benninghoven, Der Orden der Schwertbrüder. Fratres Milicie Christi de Livonia (Ostmitteleuropa in Vergangenheit und Gegenwart, 9), Cologne-Graz, 1965, et par un grand nombre d’œuvres écrites dans les pays qui ont fait l’objet de la guerre baltique. L’historiographie polonaise ou balte traditionnelle traite plus les aspects politiques et économiques de la guerre et moins son idéologie, avec certaines ouvertures à partir de 1988. En atteste Suler Vahtre, Muinasaja loojang Eestis. Vabadusvõitlus 1208-1227, Tallinn, 1990, qui reste à mi-chemin entre les interprétations marxistes et nationalistes et la lecture du cadre général de l’histoire européenne. L’historiographie balte a connu d’importants progrès au cours des dernières décennies, depuis la publication de volumes comme Jüri Kivimäe et Juhan Kreem (éd.), Quotidianum estonicum. Aspects of Daily Life in Medieval Estonia (Medium Aevum Quotidianum, Sonderband 5), Krems, 1996 et, pour la première fois, on assiste aussi à une collaboration entre les historiens estoniens, lettons et lituaniens, symbolisée par la publication d’une brève histoire des pays Baltes par une équipe mixte de spécialistes : Zigmantas Kiaupaet al. (éd.), The History of the Baltic Countries, Tallinn, 1999. Les ouvertures d’esprit qui ont eu leurs débuts sous l’influence de l’intérêt porté aux aspects de la vie quotidienne ou à l’histoire des mentalités se sont traduites par une analyse plus “européenne” de la guerre baltique, visible dans les articles de divers historiens baltes contenus dans Alan V. Murray (éd.), Crusade and Conversion on the Baltic Frontier 1150-1500, Aldershot, 2001. Pour un aperçu de l’historiographie relative à la guerre baltique, on peut se reporter au travail de Juhan Kreem, « The Teutonic Order in Livonia : Diverging Historiographic Traditions », dans Z. Hunyadi et J. Laszlovszky (éd.), The Crusades and the Military Orders. Expanding the frontiers of Medieval Latin Christianity, Budapest, 2001, pp.467-479.

5 En faisant ce rapprochement, je m’appuie sur les œuvres citées d’E. Christiansen, The Northern Crusades…, et de W. Urban, The Livonian Crusade

6 Sur la croisade des Wendes, je renvoie à la communication de Florent Cygler, « L’Empire et la guerre sainte (XIe-début XIIIe siècle) », publiée dans ce volume.

7 W. Urban, The Livonian Crusade…, et S. Vahtre, Muinasaja loojang…

8 Sur la conquête de la Prusse, il existe une monographie de William Urban, The Prussian Crusade, Lanham, 1980, mais je conseillerais plutôt la lecture de l’ouvrage classique de Bruno Schumacher, Geschichte Ost- und Westpreussens, Würzbourg, 1959. En français, on peut se reporter au récent travail de Sylvain Gouguenheim, « L’ordre teutonique en Prusse au XIIIe siècle. Expansion de la chrétienté latine et souveraineté politique », dans L’Ex pansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences. XXXIIIe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (Madrid, Casa de Velázquez, 23-26 mai 2002), Paris, 2003, pp. 97-113.

9 Theodor Hirsch, Max Toeppen et Ernst Strehlke (éd.), Scriptores Rerum Prussicarum, Leipzig, 1861, 1, p. 147, cité par E. C hristiansen, The Northern Crusades…, pp. 132-133.

10 Alfred Krarup (éd.), Bullarium Danicum, Copenhague, 1931, p. 73.

11 E. Christiansen, The Northern Crusades…, p. 112.

12 Sur ce sujet, il faut se reporter à l’article de Jean-Marie Maillefer, « La croisade du roi de Suède Magnus Eriksson contre Novgorod », dans L’Expansion occidentale…, pp. 87-96.

13 Sur Brigitte, cf. par exemple Tore Nyberg (éd.), Birgitta, hendes vaerk og klostre i Norden, Odense, 1990. Pour la bibliographie plus récente, voir aussi Arne Jönsson (éd.), St. Bridgets’ Revelations to the Popes : an Edition of the so-called Tractatus de summis pontificibus, Lund, 1997.

14 E. Christiansen, The Northern Crusades…, pp. 132-170.

15 Sven Ekdahl, Die Schlacht bei Tannenberg 1410. Quellenkritische Untersuchungen (Berliner historische Studien, 8), Berlin, 1982.

16 Fl. Cygler, « L’Empire et la guerre sainte… », et E. Christiansen, The Northern Crusades…, p. 51.

17 Au sujet de l’appellation de “Terre de Marie”, j’ai consulté mon collègue Juhan Kreem (Tallinna Linnaarhiiv) qui m’a confirmé que cette tradition commence avec la chronique d’Henri de Lettonie qui est le premier à utiliser ce terme (Henricus Lettus, Chronicon Livoniae. Livländische Chronik, éd. de Leonid Arbusow et Albert Bauer, Darmstadt, 2e édition, 1959 ; Heinrici Chronicon Livoniae. Henriku Liivimaa kroonika, éd. d’Enn Tarvel, Tallinn, 1982).

18 Sur ces hôpitaux des croisés allemands, voir Kristjan Toomaspoeg, Les Teutoniques en Sicile. 1197-1492 (Collection de l’École française de Rome, 321), Rome, 2003, pp. 101-107.

19 Claudia Naumann, Der Kreuzzug Kaiser Heinrichs VI, Francfort-sur-le-Main, 1994.

20 Cf. Norbert Kamp, « Die Deutsche Präsenz im Königreich Sizilien (1194-1266) », dans T.Kölzer (éd.), Die Staufer im Süden. Sizilien und das Reich, Sigmaringen, 1996, pp. 141-185.

21 Sur l’histoire générale de l’ordre teutonique, on peut se reporter à Klaus Militzer, Die Geschichte des Deutschen Ordens, Stuttgart, 2005, et en français, à Kristjan Toomaspoeg, Histoire des chevaliers teutoniques, Paris, 2001.

22 Heinrici Chronicon Livoniae…, pp. 42-43.

23 F. Benninghoven, Der Orden der Schwertbrüder… .

24 E. Christiansen, The Northern Crusades…, pp. 120-121.

25 L’étude principale sur Guillaume reste celle de Gustav Adolf Donner, Kardinal Wilhelm von Sabina. Bischof von Modena 1222-1324. Päpstlicher Legat in den nordischen Ländern (+ 1251), Helsinki, 1929.

26 E. Christiansen, The Northern Crusades…, p. 122.

27 Helen Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights. Images of the Military Orders, 1128-1291, Leicester-Londres-New-York, 1993, p. 39.

28 Ibid.

29 De ce soutien témoignent par exemple les nombreuses donations en faveur de l’ordre teutonique en Italie (cf. Kristjan Toomaspoeg, « Base économique de l’expansion des bourgs siciliens. Exemple des possessions de l’Ordre Teutonique dans la zone Corleone-Vicari-Castronovo, 1220-1310 », dans El món urbà a la Corona d’Aragó del 1137 als decrets de Nova Planta (Actas del XVII Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Barcelona-Lleida, 7-12 septiembre 2000), Barcelone, 2003, 1, pp.595-604, et Id., « La fondazione della provincia di “Lombardia” dell’Ordine dei Cavalieri Teutonici (secoli XIII-XIV) », Sacra Militia, 3 (2003), pp. 111-159.

30 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights..., p. 11.

31 Ibid., p. 49.

32 Ibid., p. 48.

33 W. Urban, The Livonian Crusade…, pp. 45-46.

34 Friedrich Georg von Bunge (éd.), Liv-, Esth- und Curländisches Urkundenbuch nebst Regesten, Reval-Riga, 1853-1910, 2, pp. 15-20.

35 Hubert Houben, « Eine Quelle zum Selbstverständnis des Deutschen Ordens im 14. Jahrhundert : der Codex Vat. Ottobon. lat. 528 », dans R. Czaja et J. Sarnovsky (éd.), Selbstbild und Selbstverständnis der geistlichen Ritterorden (Universitas Nicolai Copernici. Ordines Militares. Colloquia Torunensia Historica, XIII), Torun, 2005, pp. 139-153. Codex Vat. Ottobon. lat. 528, fol. 3 : « cibos spirituales tue apostolice sanctitati et auctoritati offero et presens expositiones et similitudines spirituales de terreno paradyso de civitate Ierosolimitana et de Noe archa in sacra tua domo theotunica secundum eius regulam, consuetudines, statuta et privilegia apostolica [...] te more Psalmiste satiari et repleri desidero ». Le manuscrit d’Ulrich est actuellement en cours de transcription en vue de sa publication.

36 Sur la littérature de l’ordre teutonique, cf. Mary Fischer,”Di himels rote”. The idea of Christian chivalry in the chronicles of the Teuthonic Order (Göppinger Arbeiten zur Germanistik, 525), Göppingen, 1991, Karl Helm et Walther Ziesemer, Die Literatur des Deutschen Ritterordens (Giessener Beiträge zur Deutschen Philologie, 94), Giessen, 1951 et Jaroslaw Wenta, « Über die ältesten preussischen Annalen », Preussenland, 1 (1994), pp. 1-15.

37 Werner Paravicini, Die Preussenreisen des europäischen Adels (Beihefte der Francia, 17, 1-2), Sigmaringen, 1989-1995, 2 vol.

38 Consalvus Durantus (éd.), Revelationes S. Brigittae, Anvers, 1611, et Jacques Ferraige (trad.), Les Révélations célestes et divines de Ste Brigitte de Suède, Paris, 1624.

39 E. Christiansen, The Northern Crusades…, pp. 223-228.

40 Cf. Erich Weise (éd.), Die Staatschriften des Deutschen Ordens (Veröffentlichungen der Niedersächsischen Archivverwaltung, 27), Göttingen, 1970, pp. 65-11, 118-120 et 121-162.

41 7 mai 1283, Vienne, Deutschordens Zentralarchiv, Ordenspergamenten, Raimundus Duellius, Historia ordinis equitum Teutonicorum, Vienne, 1727, 3, p. 90, regeste dans Gaston von Pettenegg (éd.), Die Urkunden des Deutsch-Ordens Zentralarchives zu Wien, Prague-Leipzig, 1887, 1, doc. 614 ; 9 mai 1283, Vienne, Deutschordens Zentralarchiv, Ordenspergamenten, reg. ibid., doc. 615.

42 Sur la motivation des donateurs, cf. K. Toomaspoeg, « Base économique de l’expansion des bourgs siciliens… », et Id., « Confratres, procuratores, negociarum gestores et factores eorum... Storia dei familiares dei Cavalieri Teutonici in Sicilia (1197-1492) », Sacra Militia, 1 (2000), pp.149-163.

43 Les statuts de l’ordre (conservés en copie à Barcelone, dans l’Archivo de la Corona de Aragón, Pergaminos de Juan II, apéndice) ont été publiés et étudiés dans Henri Bresc, « L’Empresa de la Correge et la conquête de la Sicile : le royaume errant de Martin de Montblanc », Anuario de Estudios Medievales, 23 (1993), pp. 197-220.

44 Ibid., p. 198.

45 Ibid.

46 Holger Kruse, Werner Paravicini et Andreas Ranft, Ritterorden und Adelsgesellschaften in spätmittelalterlichen Deutschland, Francfort-sur-le-Main, 1991.

47 H. Bresc, « L’Empresa de la Correge… », p. 216.

48 Kurt Forstreuter et Hans Koeppen (éd.), Berichte der Generalprokuratoren des Deutschen Ordens an der Kurie (Veröffentlichungen der Niedersächsischen Archivverwaltung, 12, 13, 21, 32 et 37), Göttingen, 5 vol., 1960-1976, 1, doc. 269, pp. 378-379.

49 Jean Froissart, Chroniques, éd. de Peter F. Ainsworth, George T. Diller et Albert Varvaro, Paris, 2001-2004.

50 8 octobre 1492, copie dans : Vienne, Deutschordens Zentralarchiv, Handschriften, 164, p. 386.

51 Sur les possessions de l’ordre teutonique en Italie, voir Hubert Houben (éd.), L’Ordine Teutonico nel Mediterraneo. Atti del Convegno internazionale di studio Torre Alemanna, Cerignola-Mesagne-Lecce 16-18 ottobre 2003 (Acta Theutonica, 1), Galatina, 2004.

52 Cf. Kurt Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 2), Bonn, 1967 et H. Houben (éd.), L’Ordine Teutonico

53 Le personnel de l’Ordre Teutonique en Italie fait actuellement l’objet d’une étude de prochaine publication. Sur ce thème, on trouve des notices dans Kristjan Toomaspoeg, « L’Ordine Teutonico in Sicilia : una minoranza fra le altre », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 85 (2005), pp. 104-126.

54 Sur les procureurs de l’ordre teutonique à Rome, voir Jan-Erik Beuttel, Der Generalprokurator des Deutschen Ordens an der römische Kurie. Amt, Funktionen, personelles Umfeld und Finanzierung (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 55), Marbourg, 1999 ; sur les étudiants envoyés par l’ordre en Italie, on trouve de très nombreuses informations dans K. Forstreuter et H. Koeppen (éd.), Berichte der Generalprokuratoren des Deutschen Ordens an der Kurie…

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search