Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la guerre sainte

 | 
Daniel Baloup
, 
Philippe Josserand

L’Empire et la guerre sainte (Xe-début XIIIe siècle)1

Florent Cygler

Texte intégral

  • 1 La présente contribution, qui reprend en majeure partie le texte présenté le mardi 12 avril 2005 et (...)
  • 2 Sur cette croisade, “produit dérivé” de la seconde croisade, voir infra.

1Les paroles que, narrant dans sa célèbre Chronica Slavorum le siège de la place forte obodrite de Dobin par les Saxons et Danois partis en croisade contre les “Wendes” en 11472, le curé Helmold de Bosau dans le Holstein († après 1177) prête aux vassaux des grands princes d’Empire concernés, en l’occurrence le jeune duc de Bavière et de Saxe Henri le Lion († 1195) et le margrave Albert l’Ours († 1170), sont bien connues :

  • 3 Hemoldi presbyteri Bozoviensis Cronica Slavorum. Editio tertia, éd. de Bernhard Schmeidler, Hanovre (...)

Dixerunt autem satellites ducis nostri et marchionis Adelberti adinvicem: “Nonne terra, quam devastamus, terra nostra est? Quare igitur invenimur hostes nostrimet et dissipatores vectigalium nostrorum? Nonne jactura haec redundat in dominos nostros?” Ceperunt igitur a die illa facere in exercitu tergiversationes et obsidionem multiplicatis induciis alleviare3.

  • 4 Voir notamment, outre l’étude pionnière de Carl Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens (For (...)

2Ainsi y avait-il eu profonde (et effective !) remise en cause, par une bonne partie des milites qui étaient censés la mener, d’une véritable (bien que spécifique) entreprise de “guerre sainte” lancée comme telle aux confins orientaux de la Germanie. En d’autres termes : à une époque où, passé la Première croisade et la seconde en cours, l’idée de guerre sainte, quelle que soit la conception que l’historien peut en avoir4, était arrivée en Occident chrétien à une indéniable maturité, elle faisait semble-t-il encore, au bas mot, quelque peu problème en terre d’Empire, du moins lorsqu’il s’agissait de l’appliquer à la lutte des Germaniques, chrétiens, contre les Slaves, païens.

  • 5 Voir notamment Helmut Beumann (éd.), Heidenmission und Kreuzzugsgedanke in der deutschen Ostpolitik (...)
  • 6 C’est notamment tout le sujet du beau livre de Robert Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Col (...)
  • 7 Cf. l’excellente petite mise au point de Wolfgang Wippermann, Der “deutsche Drang nach Osten”. Ideo (...)
  • 8 Cf. par exemple Charles Higounet, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Paris (...)
  • 9 Voir Eric Christiansen, The Northern Crusades, Londres, 1997 (n’ayant pu avoir accès à cette second (...)

3De fait, la question de la concrétion de l’idée de guerre sainte en Empire a déjà été à plusieurs reprises posée, aussi pour ce qui est des XIe-XIIIe siècles5. En effet, cette période fut comme l’on sait marquée par l’expansion continue et dynamique de la chrétienté6, laquelle prit en Europe centrale, dès la seconde moitié du Xe siècle, la forme d’une “poussée” ou d’un “élan vers l’est” des Germaniques, l’aussi fameux que problématique Drang nach Osten de l’historiographie allemande (mais pas seulement !) “traditionnelle”7, aujourd’hui volontiers remplacé par des concepts plus neutres, en premier lieu celui de “colonisation allemande de l’Est” (Deutsche Ostsiedlung)8 – un phénomène complexe et original qui n’est pas sans présenter de nombreuses similitudes avec la non moins célèbre et tout aussi complexe et originale Reconquista menée en péninsule Ibérique. Toutefois, force est de reconnaître que l’historiographie, lorsqu’elle associe guerre sainte et/ou croisade et Empire, le fait bien plutôt pour les XIIIe-XVe siècles, l’époque des grandes “croisades baltiques”9. Peut-on alors, pour la période ici considérée, vraiment parler de “guerre(s) sainte(s)” en Empire ?

  • 10 Sur les Slaves en général pendant l’ensemble de la période ici considérée, voir rapidement Eberhard (...)
  • 11 C. Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens…, pp. 1-29 (« Einleitung ») et 86-106 (« Heidenkr (...)

4L’une des conditions majeures y est en tout cas constamment remplie depuis l’époque de sa formation, c’est-à-dire en définitive l’époque carolingienne : l’Empire est situé, tout comme la péninsule Ibérique, à la frontière entre chrétienté et monde(s) non chrétien(s). Aux musulmans établis en péninsule à partir de 711 correspondent ou auront correspondu ici les païens germains (par exemple les Saxons), scandinaves, hongrois ou, surtout, slaves occidentaux (Westslawen)10, contre lesquels des guerres à tout le moins particulièrement chrétiennes et sacralisées ont déjà été menées. Celles-ci sont selon Carl Erdmann de deux sortes, du moins idealiter : les “guerres missionnaires” (Missionskriege) ou “guerres contre les païens” (Heidenkriege), par définition offensives, et les guerres défensives, qui sont néanmoins susceptibles de se transformer en guerres offensives si les circonstances s’y prêtent11. Pour le haut Moyen Âge, les deux principaux exemples de telles guerres en Empire sont bien connus. Il s’agit d’une part des “guerres de Saxe” (Sachsenkriege) menées par Charlemagne entre 772 et 804 et, d’autre part, du combat contre les envahisseurs hongrois, finalement remporté en une seule et très célèbre bataille par Otton Ier († 973), celle du Lechfeld près d’Augsbourg en 955, laquelle arrêta net les raids dévastateurs des cavaliers des steppes en les rejetant vers les plaines du moyen Danube, où ils finirent par s’établir durablement.

1. Les “précédents” (fin VIIIe-milieu Xe siècle)

5Les “guerres de Saxe” furent comme l’on sait à l’origine punitives et donc défensives. Lorsqu’en 772, il s’enfonça avec ses troupes jusqu’au cœur du pays saxon et détruisit le sanctuaire de l’Irminsul, Charlemagne n’avait d’autre but que de durement châtier les Saxons qui, franchissant la Lippe, le fleuve marquant la frontière avec le royaume franc, se livraient à des incursions répétées en territoire franc et, accessoirement, massacraient systématiquement les missionnaires chrétiens qui s’aventuraient chez eux. Il s’agissait donc pour le souverain franc avant tout de sécuriser la frontière nord de son royaume. L’effet obtenu fut cependant inverse : la destruction de l’Irminsul provoqua une vive réaction offensive des Saxons, dont, entre autres, le monastère et les moines de Fritzlar furent les victimes – sacrilège que les Francs ne pouvaient laisser impuni. Ce fut alors l’engrenage, qui conduisit à une “guerre totale”. En 777, lors de la diète de Paderborn, Charlemagne lui assigna de nouveaux buts : la soumission et la conversion des Saxons. La région à annexer fut ainsi d’ores et déjà divisée en évêchés et comtés, puis la conquête impitoyablement conduite par l’armée franque et les nombreux clercs qui l’accompagnaient. La très dure Capitulatio de partibus Saxoniae de 782 en sanctionna le presque achèvement : outre la révolte, elle punissait la fidélité au paganisme de mort. Les Saxons furent donc placés devant l’alternative : “le baptême ou la mort”. Les pacification et christianisation définitives de la Saxe, qui deviendrait par la suite un grand “duché national” (Stammesherzogtum) de Francie orientale, puis de Germanie, passèrent ensuite, dans les années 790, par l’atténuation de la rigueur du premier capitulaire de 782 (Capitulare Saxonicum de 797), mais aussi par des déportations massives de populations saxonnes en territoire franc, l’implantation d’évêchés (Osnabrück, Brême, Münster…) et/ou de monastères missionnaires (par exemple Corvey), une certaine reconnaissance des usages du peuple vaincu (rédaction de la Lex Saxonum en 802/803) et l’intégration de ses élites déjà christianisées à la noblesse franque (baptême du chef saxon Widukind dès 785) – autant de traits qui se retrouveront en totalité ou partie en d’autres temps et lieux. Protecteur attitré de l’Église de Rome et de son chef, vainqueur des païens avars et saxons, Charlemagne fut couronné empereur en 800 et prit en charge les destinées de la chrétienté (occidentale) dont il se proclama le défenseur attitré.

  • 12 Sur cet archevêché particulièrement important, voir Dietrich Claude, Geschichte des Erzbistums Magd (...)

6Un degré supplémentaire dans la “sacralisation” de la guerre fut franchi à l’occasion des “invasions païennes” des IXe et Xe siècles, qui virent en Germanie la disparition précoce de la dynastie carolingienne à la mort de l’infortuné Louis l’Enfant en 911 et l’avènement de la dynastie saxonne en 919. Ses premiers représentants, HenriIer († 936) et son fils OttonIer, reprirent la politique offensive aux frontières qui avait été celle de Charlemagne. Cette fois-ci, ce furent presque exclusivement les Slaves qui furent visés. En 928/929 et 932-934, HenriIer entreprit une série de campagnes victorieuses à l’est de son royaume, où il parvint à établir une ceinture d’États tributaires, dont la Bohême, susceptibles cependant de se révolter contre leur puissant voisin tutélaire à tout moment. Otton poursuivit l’Ostpolitik initiée par son père – ”simple” sécurisation des frontières par l’imposition de tributs aux voisins slaves et païens – à partir de 936, tout en y apportant quelques nouveautés, dont certaines lui confèrent une empreinte résolument chrétienne qu’elle n’avait peut-être pas auparavant. En 937, deux premières “marches” (Marken), confiées aux comtes ou “margraves” (Markgrafen) Gero († 965) sur la basse Elbe et Hermann Billung († 973) sur l’Elbe moyenne et la Saale, furent créées pour garder la frontière orientale du royaume. Surtout, Otton fonda des centres missionnaires situés grosso modo sur l’Elbe et ses principaux affluents : en 937 fut fondé le monastère Saint-Maurice de Magdebourg, érigé en archevêché en 967/96812; suivirent Brandebourg et Havelberg sur la Havel en 948, Oldenbourg en 968, qui fut rattaché au doyen des archevêchés missionnaires de Germanie, Hambourg-Brême, ainsi que Merseburg, Zeitz (plus tard : Naumburg) et Meissen. Dans ces diverses opérations, il n’y a à vrai dire rien qui ne ressemble de près ou de loin à une quelconque “guerre sainte” ou même seulement “religieuse” ; c’est bien plutôt pacifiquement que devait être menée, à partir des marches, l’évangélisation des païens slaves contenus aux marges du royaume. Il en alla tout autrement avec les envahisseurs hongrois, qui commencèrent leurs incursions sous le règne d’HenriIer. Ce dernier était certes parvenu à contenir et même à repousser les Scandinaves, mais avait échoué, en dépit de quelques victoires comme à Riade en 933, face aux Magyars.

7En 955, ceux-ci, lors d’un nouveau raid, ravagèrent le sud de la Germanie et mirent le siège devant Augsbourg. Bénéficiant des encouragements du pape et des bénédictions de ses légats, OttonIer se porta à leur rencontre et les écrasa avec des effectifs réduits le 10 août au Lechfeld, la Sainte Lance qu’avait remise à son père en 926 RodolpheII de Bourgogne († 937) à la main. Avant de lancer ses troupes, le roi avait fait dire des messes et prié saint Laurent, dont c’était le jour de fête. Immédiatement après, il s’en alla retrouver le reste de son armée occupé à réprimer une nouvelle révolte slave en Mecklembourg et remporta une autre victoire sur ces païens à Recknitz. Le retentissement de la victoire d’OttonIer sur les Hongrois fut immense ; la Sainte Lance, insigne royal depuis 926, faisait de la royauté saxonne une royauté sacrée, et sa présence sur le champ de bataille avait donné au combat mené par son porteur une dimension sainte certaine. Sept ans après le Lechfeld, OttonIer, souverain le plus puissant d’Occident, incontesté, auréolé de la gloire de ses victoires, qui rappelaient celles de Charlemagne, fit un second voyage en Italie à l’appel (au secours) du pape JeanXII (955-964), qui le couronna empereur.

8Avançons maintenant légèrement dans le temps pour considérer la situation d’ensemble aux frontières septentrionales et orientales de la Germanie à la fin du Xe et au XIe siècle.

2. Germains chrétiens et Slaves païens (fin Xe-XIe siècle)13

  • 13 Voir pour commencer l’aperçu de Gerd Althoff, « Saxony and the Elb Slavs in the Tenth Century », da (...)

9Tout d’abord, l’Empire est entouré de royaumes ou principautés chrétiennes qui se trouvent plus ou moins dans sa mouvance et lui paient parfois tribut. Il s’agit du Danemark scandinave, royaume le plus anciennement christianisé et aussi le plus indépendant, ainsi que, surtout, de la Bohême et de la Pologne slaves, aux confins est et sud-est desquelles se dessine la Hongrie. La christianisation de ces trois entités débuta sous le règne d’OttonIer et fut menée à partir de l’Empire une fois les princes concernés convertis au christianisme. Les nouveaux États chrétiens se couvrirent peu à peu d’évêchés “nationaux” et de monastères, les premiers étant très souvent rattachés à un siège métropolitain de Germanie (par exemple Prague, fondé dans le dernier tiers du Xe siècle et rattaché à Mayence). L’empereur fut souvent en conflit avec les turbulents maîtres de ces contrées, qui se combattaient occasionnellement les uns les autres et n’hésitaient pas à se mêler de politique germanique, par exemple en soutenant les adversaires du roi-empereur du moment. Mais il s’agissait là somme toute de conflits bien “ordinaires” entre princes chrétiens. Reste l’important domaine des Slaves païens, génériquement appelés “Wendes”, à l’est de l’Elbe, situé entre Danemark, Germanie et Pologne et recouvert (mais non pas contrôlé) en partie par les diverses marches, dont les contours avaient été entre-temps remaniés (“marche du Nord”, “marche de Lusace”, “marche de Meissen”). Du nord au sud, puis d’ouest en est se succèdent Wagriens et Polabes, des peuplades obodrites, dans le Holstein oriental et sur la basse Elbe, Obodrites proprement dits en Mecklembourg, Rugiens sur la grande île de Rügen, L(i) utices ou Wilzes et Havellanes entre Elbe et Oder et, enfin, Sor (a) bes entre Saale, Spree et moyenne Elbe. Derrière les Liutices se profilent, jusqu’à la Vistule, les Poméraniens et les Poméréliens. Au-delà commence le monde baltique (oriental) avec entre autres, d’ouest en est et du sud au nord, les Prusses ou Prutènes, les Lituaniens, les Coures, les Lettons, les Lives et les Estoniens – tous farouches païens.

  • 14 Cf. notamment Wolfgang Brüske, Untersuchungen zur Geschichte des Lutizenbundes. Deutsch-wendische B (...)
  • 15 Voir plus particulièrement Wolfgang H. Fritze, « Der slawische Aufstand von 983 – eine Schiksalswen (...)

10Slaves païens de l’Ouest (Wendes) et du Nord (Poméraniens) surent former de puissants États ou confédérations14. C’est ainsi qu’émergea une principauté poméranienne ou que Liutices et Obodrites se fédérèrent en 983 contre l’Empire. 983 est en effet la date de la première grande révolte des Wendes15 : les évêchés missionnaires d’Oldenbourg, Brandebourg et Havelberg furent détruits – et avec eux, pour près d’un siècle, une grande partie du legs d’OttonIer. En dépit des réactions éventuelles des pouvoirs locaux concernés, à savoir le roi du Danemark et le duc de Saxe, ces révoltes se reproduisirent par la suite, par exemple et notamment en 1018, avec un soulèvement liutice qui s’accompagna d’une repaganisation prononcée. Au milieu du XIe siècle, le prince obodrite Gottschalk († 1066) accepta de se faire baptiser et de coopérer avec le duc de Saxe et l’archevêque Adalbert de Hambourg-Brême († vers 1100), qui put alors fonder ou refonder les sièges d’Oldenbourg, Mecklembourg et Ratzeburg. En 1066, les Obodrites se soulevèrent à nouveau, renversèrent leur prince chrétien et le remplacèrent par un païen convaincu, Cruto († 1090), cependant qu’ils s’en allaient dévaster le Holstein. En 1093, Henri († 1127), le fils de Gottschalk, battit son rival Cruto et restaura la dynastie chrétienne des Nakonides ; il se garda bien toutefois d’œuvrer à la conversion de son peuple.

  • 16 Cf. Geneviève Bührer-Thierry, « Les “réactions païennes” dans le nord de l’Europe au milieu du XIe (...)
  • 17 Voir en particulier la longue étude de Hans-Dietrich Kahl, « Compellere intrare. Die Wendenpolitik (...)

11Les révoltes slaves aux frontières de l’Empire prenaient ainsi aussi souvent l’aspect de réactions païennes16. Ce n’est pas pour autant, du moins semble-t-il, que les réponses venues d’Empire prenaient celui de “guerre sainte”. Les conflits entre Slaves et princes chrétiens d’Empire ressemblaient bien plutôt à de “simples” conflits frontaliers. Sans compter que les Slaves, même s’ils étaient et restaient païens, pouvaient faire de bons alliés. Ainsi HenriII (†1024) bénéficia-t-il dans sa longue et âpre lutte contre le duc (puis roi) de Pologne BoleslavIer le Vaillant († 1025) de l’appréciable soutien militaire des Liutices : le premier défenseur de la chrétienté s’était allié à des païens pour combattre un prince chrétien ! Peu avant sa mort en martyr chez les Prusses en avril 1009, Bruno de Querfurt, dont l’action missionnaire était soutenue par BoleslavIer, adressa à HenriII une lettre restée fameuse, dans laquelle il demandait à son roi de faire au plus vite la paix avec son voisin chrétien, mais aussi le tançait ouvertement pour s’être entendu avec des païens17. Le souverain chrétien a pour tâche éminente, soulignait Brun, de travailler à l’évangélisation des païens, qu’il faut au besoin « contraindre d’entrer » (« compellere intrare ») dans le giron de la vraie foi, comme le commande l’Évangile (Lc 14, 23 : parabole du festin, que saint Augustin avait déjà utilisée, mais à propos des hérétiques donatistes). C’est néanmoins sans peine que l’historien constate le “splendide isolement” de cet appel à la guerre missionnaire prononcé par un clerc lui-même missionnaire, qui resta à proprement parler lettre morte. On peut aussi par ailleurs en relever le caractère traditionnel, tout empreint de l’idée qu’en l’occurrence la “guerre missionnaire” est l’affaire exclusive du roi – conception aisément rattachable au césaropapisme qui fut jadis développé par Charlemagne, puis repris à leur compte par les Ottoniens. Or le XIe siècle, qui s’acheva sur l’appel de Clermont de 1095 et l’ébranlement de la Première croisade, fut aussi celui de la maturation d’une notion de guerre sainte peu compatible avec cette conception qui, mutatis mutandis, avait toujours cours en Empire même si, d’évidence, elle n’était plus guère utilisée.

  • 18 J. Flori, La guerre sainte…, pp. 191-226 (« Grégoire VII et la libération de l’Église ») et 261-297 (...)

12La “guerre sainte”, comme l’a dernièrement encore remarqué Jean Flori18, est un concept dont la sémantique évolue en s’enrichissant et se densifiant : la “guerre juste” est de plus en plus “sacralisée”, et cette “sacralisation” de plus en plus poussée est l’œuvre continue des clercs en général et du premier d’entre eux, le pape, en particulier, qui tend nettement à monopoliser à la fois la définition et l’usage de la “guerre sainte”, c’est-à-dire à se faire, en quelque sorte, le souverain de celle-ci. Ce dernier trait n’est certes pas sans importance pour notre question si l’on considère l’identité des pontifes qui ont le plus contribué à “enrichir” et “densifier” le concept : GrégoireVII (1073-1085) et UrbainII (1088-1099), soit, d’une part, le “champion” de la réforme qui porte son nom et, d’autre part, son digne successeur et continuateur en matière de réforme et de “libération” de l’Église et, bien sûr, l’auteur de l’appel de Clermont. Or, de quoi le pape voulait-il libérer sa personne, ses Étatset l’Église ? La réponse est on ne peut plus claire : avant tout de la tutelle impériale, désormais tenue pour insupportable. La longue querelle entre Sacerdoce et Empire commença par la confrontation directe, d’une rare violence, de GrégoireVII et du Salien HenriIV († 1106) : en 1076, le pape – fait alors inouï – excommuniait le souverain germanique. En 1095, alors qu’UrbainII lançait son appel, HenriIV, qui entre-temps (en 1084) avait été couronné empereur par “son” pape, ClémentIII († 1100), et savait pouvoir compter sur son clergé, était cependant toujours sous le coup de la seconde excommunication fulminée contre lui par feu GrégoireVII en 1080 pour des raisons autrement plus fondamentales que celles qui avaient conduit UrbainII à excommunier en 1094 PhilippeIer de France († 1108) – excommunication que d’ailleurs le pape réitéra à Clermont, avant de la lever un an plus tard.

  • 19 Cf. par exemple, dans des registres différents, Hans-Werner Goez, « Der erste Kreuzzug im Spiegel d (...)

13C’est là sans doute l’une des principales raisons pour lesquelles la Première croisade – et, partant, l’idée en quelque sorte achevée de guerre sainte sur laquelle elle se fondait en partie – ne toucha guère l’Empire19, si l’on excepte les incontrôlables déchaînements meurtriers de la “croisade populaire” emmenée par Pierre l’Ermite, Gauthier sans Avoir et le passablement obscur comte Emicho ou Emmerich de Leiningen – déchaînements dont les communautés juives de la vallée du Rhin firent les frais et qui choquèrent les prélats allemands concernés –, ainsi que la participation de l’encore peu connu Godefroy de Bouillon († 1100), duc de Basse-Lorraine et donc vassal d’HenriIV, et de quelques-uns de ses propres vassaux à la “croisade des princes”. Toutefois, la situation évolua quelque peu au XIIe siècle.

3. Le XIIe siècle20

  • 20 Voir les titres cités supra, n. 4.
  • 21 Voir notamment Eberhard Demm, Reformmönchtum und Slawenmission im 12. Jahrhundert. Wertsoziologisch (...)

14Désormais – et ce dès le début du siècle –, les entreprises de mission, dont le succès restait toujours très mitigé, se doublèrent d’entreprises de colonisation des terres de l’Est par des paysans appelés de Flandre, de Hollande, de Westphalie, de Basse-Saxe et, dans une moindre mesure, de Franconie. De nouvelles églises furent fondées, non seulement à des fins de mission, mais aussi d’encadrement religieux des nouveaux arrivants chrétiens. Sur le plan politique, ensuite, les périodes de troubles en Germanie furent fréquentes. En 1106, HenriV († 1125) donna la Saxe, c’est-à-dire le grand duché-frontière, à Lothaire de Supplinburg († 1137), qui alors l’autonomisa, s’allia aux Welfes de Bavière et fut élu roi en 1125 ; roi, LothaireIII continua à s’intéresser à son ancien duché, ce qui n’avait pas trop été le cas de ses prédécesseurs. C’est lui qui, notamment, nomma Albert l’Ours margrave et qui, un court moment, pu confier la direction du royaume obodrite à des Germains ou des Danois. À sa mort en 1137, les électeurs préférèrent à son successeur plus ou moins désigné, son gendre welfe Henri le Superbe, duc de Saxe et de Bavière († 1139), le grand rival de celui-ci, le Hohenstaufen Conrad (III) († 1152). S’ensuivit une guerre entre Welfes et Hohenstaufen : Henri perdit son duché de Saxe, qui fut confié à Albert l’Ours, le Holstein occidental étant alors donné à Henri de Badwide († vers 1164). Ce conflit entre les deux familles les plus puissantes de l’Empire paralysa toute initiative germanique aux frontières. Pire, il favorisa l’invasion et la dévastation du Holstein occidental par l’Obodrite nakonide Pribislav († après 1156). Cette partie du duché ne dut son salut qu’à la réaction énergique du comte Henri de Badwide, qui partit dévaster sans son duc le Holstein oriental slave. En 1143, la guerre entre le clan welfe et ConradIII prit fin : la Saxe était rendue au fils et héritier d’Henri le Superbe, Henri le Lion. À cette date, l’évangélisation des païens n’avait qu’un seul succès durable dont faire état : la conversion des Poméraniens dans les années 1120, symbolisée par celle de leur duc Wartislav († 1147/1148) et obtenue grâce aux deux campagnes missionnaires de l’évêque Otton de Bamberg († 1139), la première initiée par BoleslavIII de Pologne († 1138) et la seconde par LothaireIII et Albert l’Ours21. Partout ailleurs, elle piétinait. La conjonction de cet insuccès, qui était en définitive celui de la politique de mission pacifique de préférence pratiquée depuis OttonIer, de l’exaspération provoquée entre autres par le dernier raid obodrite en Holstein occidental et de l’enthousiasme suscité par le succès de la Première croisade auront néanmoins sans doute renforcé l’idée qu’il fallait en finir par les armes avec les païens slaves et que cette entreprise serait une “guerre sainte”.

  • 22 Urkundenbuch des Hochstifts Merseburg. Erster Theil (962-1357), éd. de Paul Fridolin Kehr (Geschich (...)
  • 23 Urkundenbuch des Hochstifts Merseburg…, p. 76.
  • 24 Ibid., p. 77.
  • 25 Ibid.
  • 26 Voir en particulier Hans-Dietrich Kahl, « Zum Ergebnis des Wendenkreuzzugs von 1147. Zugleich ein B (...)

15Que l’esprit de guerre sainte et de croisade soufflât en Empire plus fort qu’au siècle précédent est en tout cas attesté par un étonnant document de 1107/1108 rappelant l’appel d’UrbainII, dont l’authenticité n’est aujourd’hui plus discutée et qui témoigne au moins d’un changement de mentalité chez certains clercs impériaux. Vraisemblablement rédigé par un clerc originaire de Flandre, il se présente comme un appel de l’archevêque Adelgot de Magdebourg († 1119), de ses suffragants de Merseburg, Naumburg, Meissen, Havelberg et Brandebourg, ainsi que de comtes et de clercs de Saxe orientale adressé à des prélats et princes de Saxe occidentale, Franconie, Lorraine et Flandre22. La cruauté des païens slaves y est d’abord évoquée : ceux-ci tourmentent les chrétiens et violent les lieux consacrés. Suit une exhortation à réagir : les princes chrétiens doivent prendre les armes contre les ennemis du Christ pour libérer cette autre Jérusalem qu’est l’Église de Saxe asservie par les gentils (« Hierusalem nostra ab initio libera, gentilium crudelitate facta est ancilla »23; cf. 1 Macc 2, 11). Un plan de campagne est ébauché : le roi du Danemark, des princes voisins, mais aussi et surtout le roi de Germanie réuniront leurs forces à Merseburg et en d’autres endroits proches. Enfin et surtout, les combattants feront leur salut (« animas vestras salvificare»24) tout en en acquérant de bonnes terres à coloniser (« optimam terram ad inhabitandum acquirere»25). Cet appel, qui expressis verbis liait croisade et colonisation, ne connut pas de suite immédiate. Quarante ans plus tard, en 1147, s’ébranlait toutefois la “croisade contre les Wendes” (Wendenkreuzzug)26.

  • 27 Sur la seconde croisade en général, voir plus particulièrement Virginia Gingerick Berry, « The Seco (...)
  • 28 Sur les deux voyages successifs de Bernard en terre d’Empire, voir plus particulièrement Adriaan He (...)
  • 29 Saxonis Gesta Danorum, éd. de Jørgen Olrik et Hans Raeder, 2 vol., Copenhague, 1931 et 1951, 1, p.  (...)

16Comme l’on sait, la nouvelle de la chute d’Édesse (décembre 1144) avait provoqué un choc en Occident et conduit le pape cistercien EugèneIII (1145- 1153) à appeler de ses vœux une nouvelle (seconde) croisade et à en confier la prédication à Bernard de Clairvaux († 1153) en 114627. Ce dernier, sans doute autant pour renvoyer dans son abbaye son agité coreligionnaire et concurrent Radulf, qui en Rhénanie provoquait de nouveaux pogroms, que pour essayer de convaincre ConradIII, qu’EugèneIII aurait selon toute vraisemblance préféré faire venir à Rome pour qu’il y restaure l’autorité pontificale, de participer à la croisade, se rendit en terre d’Empire28. La scène de son prêche devant le roi et les princes allemands rassemblés dans la cathédrale de Spire pour fêter Noël en décembre 1146 est bien connue : d’abord éminemment réticent, ConradIII se laissa soudain convaincre par les paroles enflammées de l’abbé de Clairvaux et se croisa. Tout aussi connu est le résultat de la diète réunie à Francfort par le roi en mars 1147 pour préparer l’expédition – diète à laquelle Bernard, revenu en Empire pour l’occasion, assista : au contraire de leur souverain, les Saxons présents, craignant pour la sécurité de leurs frontières qui se retrouveraient sans défense face aux Slaves s’ils devaient se rendre en Terre sainte, ne succombèrent pas au discours de Bernard ; il fut alors décidé qu’ils partiraient en croisade non vers la Terre sainte, mais vers les terres de leurs voisins slaves et païens, où ils obtiendraient les mêmes récompenses spirituelles que ceux qui suivraient Conrad en Orient. AlphonseVII de Castille et León († 1157) avait déjà bénéficié, l’année précédente, d’un “arrangement” similaire pour son expédition d’Almería. Comme l’écrivit le chroniqueur Saxo Grammaticus († vers 1220) dans ses Gesta Danorum : « Singulae autem Catholicorum provinciae confinem sibi barbariem incessere iubebantur»29.

  • 30 S. Bernardi opera, éd. de Jean Leclercq et Henri Rochais, 8, Rome, 1977, pp. 432-433.

17La lettre (457) qu’adressa immédiatement Bernard « ad universos christianos » pour promouvoir la “croisade contre les Wendes” qui s’annonçait est elle aussi bien connue30. Après avoir placé l’entreprise dans une perspective clairement eschatologique en la présentant comme une guerre juste voulue par Dieu contre les païens levés contre les chrétiens par le diable, l’abbé de Clairvaux écrivait notamment :

  • 31 Ibid., p. 433.

[…] ad delendas penitus aut certe convertendas nationes illas [les “nations” slaves] signum salutare suscipere […]. Illud […] interdicimus, ne qua ratione ineant foedus cum eis […], donec auxiliante Deo aut ritus ipse aut natio deleatur […]31.

  • 32 Pour une large discussion de fond (contradictoire), voir avant tout Hans-Dietrich Kahl, « Die Ablei (...)
  • 33 Eugenii III pontificis Romani epistolae et privilegia, dans PL, 180, col. 1013-1642, ici col. 1203- (...)

18Les Wendes, qui pourtant se tenaient alors plutôt tranquilles, ne se rendant coupables que d’incursions pirates occasionnelles sur les côtes danoises, ne devraient donc avoir le choix qu’entre “le baptême ou la mort” (au moins “collectivement” en tant que natio, c’est-à-dire en tant qu’entité politique autonome)32. Cette alternative radicale disparut, comme du reste toute considération eschatologique, dans l’encyclique Divini dispensatione d’EugèneIII relative à cette croisade du Nord, qui en outre appointait le prémontré Anselme, évêque d’Havelberg et futur archevêque de Ravenne (†1158), légat pontifical33. En revanche, Bernard de Clairvaux et le pape partageaient la même inquiétude quant aux éventuels esprits de compromission et cupidité des croisés, prenant tous deux la peine d’expressément interdire tout pacte, traité ou exigence de tribut.

  • 34 Une troisième corps constitué de Polonais et de Moraves alla combattre les Prusses. On ne sait tout (...)
  • 35 Sur Anselme et la croisade, voir Pegatha Taylor, « Moral Agency in Crusade and Colonization. Anselm (...)
  • 36 Voir le récit de Vincent de Prague donné supra, n. 3.

19Le déroulement de la croisade – qui était bel et bien une opération de guerre sainte – est lui aussi connu : deux corps principaux34 aux effectifs considérables se formèrent, qui partirent l’un vers le nord et l’autre vers le sud ; le premier, dirigé par le duc Henri le Lion et ConradIer de Zähringen (†1152), dont Henri épousa la fille Clémence peu après, et rejoint par la flotte danoise, alla assiéger Dobin, cependant que le second, comprenant Albert l’Ours, le comte palatin Hermann († 1155) et le légat Anselme35, faisait de même devant Stettin, qui pourtant était déjà chrétienne. Le siège de Dobin fut levé après que le prince nakonide Niclot († 1160) eut fait sa soumission et, surtout, vaguement promis d’œuvrer à la conversion de ses sujets obodrites. Quant à celui de Stettin, il le fut aussi après que les habitants eurent paré leurs murs de croix et envoyé leur évêque Albert négocier avec les assiégeants36. Les croisés s’en retournèrent alors.

20Le contraste entre les buts assignés par Bernard de Clairvaux et EugèneIII à l’expédition et ses résultats immédiats, proprement nuls si l’on excepte la promesse de Niclot et, l’année suivante, celle du duc poméranien Ratibor (†1155/1156) de pousser la conversion de son peuple, ainsi que la restauration d’Havelberg, dont Anselme reprit possession, puis, en 1149, d’Oldenbourg et de Mecklembourg, ne saurait être plus grand et patent – comme le note laconiquement Helmold de Bosau :

  • 37 Hemoldi presbyteri Bozoviensis Cronica…, p. 123 (livre I, chap. 65).

Ad ultimum nostris iam pertesis conventio talis facta est, ut Slavi fidem Christianam reciperent […]. Multi igitur eorum falso baptizati sunt, […]. Taliter illa grandis expedicio cum modico emolumento soluta est. Statim enim postmodum in deterius coaluerunt; nam neque baptisma servaverunt […]37.

  • 38 Voir supra, n. 3.

21Tout comme la croisade en Terre sainte, la première véritable guerre sainte jamais lancée en Empire avait été un échec complet – dont Helmold, comme on l’a vu38, rendit à mots couverts responsables des chefs saxons beaucoup plus préoccupés par leurs intérêts à la fois politiques et économiques du moment que par la conversion des païens. Auraient-ils donc refusé de faire la “guerre sainte”, préférant leurs intérêts temporels aux récompenses spirituelles promises par le pape ?

22La question peut être posée. En 1147, avant le déclenchement des hostilités, le duc AdolpheII de Holstein († 1164), le fondateur de Lübeck, avait fait montre d’une certaine hésitation. De plus, la croisade avait étrangement épargné le pays liutice, il est vrai réduit à une enclave autour de Havelberg par les grignotages permanents des princes obodrites, des ducs poméraniens et polonais, des archevêques de Magdebourg et des comtes wettiniens et ascaniens. Le prince liutice Pribislav-Henri de Brandebourg, en tout cas, avait fait d’Albert l’Ours son successeur désigné. À sa mort en 1150, ce dernier entendit occuper Brandebourg pour prendre possession de l’héritage promis, mais fut “doublé” par le Slave chrétien Jaxa de Köpenick ; il dut alors se lancer à la conquête de la place et n’y parvint qu’en 1157, date à partir de laquelle il fit venir de l’ouest de nombreux colons en même temps qu’il favorisait l’installation de monastères cisterciens et prémontrés. Au milieu du XIIIe siècle, la marche de Brandebourg, chrétienne, était pleinement formée.

23Quoi qu’il en soit, les objectifs qui avaient été ceux de la “croisade contre les Wendes” furent pleinement atteints une dizaine d’années plus tard, dans les années 1160, sous le règne de FrédéricIer Barberousse († 1190), cousin et (encore) ami d’Henri le Lion, mais sans la moindre croisade ou guerre sainte. Henri le Lion fut invité à reprendre les hostilités par un WaldemarIer du Danemark († 1182) excédé par les raids des pirates obodrites qui continuaient sur ses côtes. Il s’agit alors, in fine, de faire disparaître ce qui restait de la principauté obodrite de Niclot, entre-temps décédé. Henri le Lion y arriva sans peine : de nouveaux comtés furent érigés à Schwerin et Mecklembourg, et les fils et héritiers de Niclot, Pribislav († 1178) et Wartislav, destitués. En 1167, Henri rendit cependant à Pribislav l’héritage de son père en échange de sa totale soumission. De son côté, Waldemar porta ses efforts sur Rügen. En 1168, avec l’aide de Pribislav dépêché par Henri, il en effectua la conquête, détruisant le grand sanctuaire païen d’Arkona et obtenant la soumission et la conversion des Rugiens et de leur chef Jaromir. À l’instar de ce que pratiquait Albert l’Ours en Brandebourg, Henri le Lion et Waldemar invitèrent colons, moines (cisterciens) et chanoines (prémontrés) à venir s’installer dans les territoires qu’ils avaient soumis. Aux portes de l’Empire, maintenant repoussées jusqu’à l’Oder, il n’y avait plus de principautés slaves indépendantes, et le paganisme avait été éradiqué, plus sous l’effet conjoint des ultimes campagnes, de la mission, de la colonisation et de l’intégration des élites slaves que sous celui d’une véritable “guerre sainte”. La seule question qui resta en suspens, après la disgrâce et la destitution d’Henri le Lion en 1180/1181, fut celle de la puissance tutélaire : Empire ou royaume du Danemark ? Profitant pour ainsi dire du vide créé par la chute du duc Henri, les souverains danois purent dans un premier temps s’assurer de la domination sur le Mecklembourg et la Poméranie, mais la question ne fut définitivement tranchée – en faveur de l’Empire – qu’en 1227, à l’issue de la bataille de Bornhöved, lors de laquelle WaldemarII du Danemark († 1241) fut battu par une coalition des princes du nord de l’Allemagne.

4. Et la guerre sainte ?

  • 39 Là-dessus et sur ce qui suit, voir le commode et récent aperçu (accompagné de la bibliographie de b (...)

24La papauté, grande promotrice de la “guerre sainte”, avait brillé par son absence dans les années 1150-1160. En 1171, elle reprenait l’initiative avec la bulle Non parum animus par laquelle AlexandreIII (1159-1181) appelait en premier lieu les Scandinaves à prendre la croix cette fois contre les païens de la Baltique orientale. Ce nouvel appel à la croisade ne rencontra cependant pas le moindre écho tant ses destinataires, les princes chrétiens du Nord, étaient alors occupés à se combattre. En 1199, InnocentIII (1198-1216) accordait un privilège de croisade aux Saxons qui iraient soutenir les efforts, entamés une bonne dizaine d’années auparavant, d’implantation chrétienne en Livonie. La “croisade de Livonie”, qui bénéficia de la mobilisation suscitée en Saxe par les préparatifs de la nouvelle croisade en Terre sainte à laquelle HenriVI avait appelé et s’affairait lorsqu’il mourut subitement (en septembre 1197), faisant du même coup avorter le projet, permit en premier lieu la fondation en 1201 de Riga sur la Düna par Albert de Buxhöv(e) den († 1229), qui y transféra son évêché de Livonie, suffragant de Brême. L’année suivante, Albert installait une confrérie de chevaliers saxons, qui fut reconnue et transformée en ordre militaire par InnocentIII en 1204 : les chevaliers porte-glaives39. Ceux-ci furent chargés de défendre son jeune évêché, d’encadrer les croisés qu’il ramenait constamment d’Allemagne du Nord et d’étendre la terre chrétienne. Une chose similaire se produisit juste un peu plus tard plus au sud, à savoir en Prusse, où le duc polonais Conrad de Mazovie († 1247), avec le soutien de l’évêque missionnaire cistercien Christian († 1244), fonda l’ordre des chevaliers de Dobrin, qui seraient eux aussi presque exclusivement recrutés en Germanie. Le pape GrégoireIX (1227-1241) approuva cette initiative en 1228. Une nouvelle dynamique d’expansion prenait ainsi forme en Baltique orientale, résolument fondée sur la “guerre sainte” missionnaire déclarée croisade par le pape et sur le recours à ceux que l’on pourrait qualifier de professionnels de celle-ci.

  • 40 Voir Werner Paravicini, Die Preußenreisen des europäischen Adels, 2 vol. (Beihefte der Francia, 17) (...)

25En 1225/1226, le duc Conrad invita les chevaliers teutoniques à venir combattre les Prusses à partir de Kulm (Chelmno) et de sa région (Kulmerland), qu’il leur donna. Le grand maître Hermann de Salza († 1239) se fit confirmer cette donation, ainsi que la pleine souveraineté de son ordre sur tous les territoires à conquérir par l’empereur FrédéricII († 1250) en 1226 (bulle d’or de Rimini, dont il faut peut-être repousser la date de rédaction au début des années 1230). En 1230, GrégoireIX donnait son aval au projet. Les chevaliers arrivèrent alors – et, en eux proprement incarnée, la “guerre sainte”, ce d’autant plus que porte-glaives et chevaliers de Dobrin leur furent intégrés dans les années qui suivirent ; dans le même temps, la conquête de la Prusse était entamée. Enfin, l’appel de Bernard de Clairvaux de 1147 ou, bien plutôt, celui des Saxons orientaux de 1107/1108 avait été entendu. Non seulement le concept de “guerre sainte” avait ainsi fini par être dûment reçu en Empire, mais il serait désormais aussi concrétisé de façon quasi permanente aux confins voire au-delà de ses frontières – à tel point qu’Empire et “guerre sainte” devinrent un temps d’une certaine manière indissociables, avant tout grâce aux “voyages de Prusse” (Preußenreisen) effectués et affectionnés par nombre de jeunes nobles durant tout le XIVe siècle40.

Notes

1 La présente contribution, qui reprend en majeure partie le texte présenté le mardi 12 avril 2005 et dont l’appareil de notes a été à dessein réduit au minimum, n’a d’autre ambition, conformément aux souhaits de Daniel Baloup et Philippe Josserand, que d’offrir en français, à des fins d’information, de mise en perspective et éventuellement de comparaison, une rapide présentation générale et narrative. Je remercie beaucoup D. Baloup, Ph. Josserand, Marco Meschini et Kristjan Toomaspoeg, les premiers pour leur sollicitude et leur patience, les derniers pour les utiles remarques qu’ils ont bien voulu m’adresser. Pour ce qui est de la trame événementielle et pour de premières synthèses analytiques, on pourra commodément se reporter, tout d’abord en ce qui concerne l’histoire de l’Allemagne, aux usuels suivants, tous dotés de bibliographies de base plus ou moins amples et, en fonction de leurs dates de parution, actuelles : 1. Herbert Grundmann (éd.), Handbuch der deutschen Geschichte, 1, « Frühzeit und Mittelalter », Stuttgart, 1970, réimpr. 1973 (il s’agit ici de la dernière actualisation du très classique “Gebhardt”, dont une refonte complète ou “nouveau Gebhardt” est en cours de parution ; actuellement, le Moyen Âge n’est cependant couvert que par trois volumes, dont seulement deux intéressent les périodes qui seront ici évoquées : Rudolf Schieffer, Die Zeit der Karolinger, 714-887 [Handbuch der deutschen Geschichte, 2], Stuttgart, 2005 et Alfred Haverkamp, Das 12. Jahrhundert, 1125-1198 [Handbuch der deutschen Geschichte, 5], Stuttgart, 2003) ; 2. Friedrich Prinz, Grundlagen und Anfänge. Deutschland bis 1056 (Neue Deutsche Geschichte, 1), Munich, 1993 et Alfred Haverkamp, Aufbruch und Gestaltung. Deutschland, 1056-1273 (Neue Deutsche Geschichte, 2), Munich, 1993 ; 3. Hans K. Schulze, Vom Reich der Franken zum Land der Deutschen. Merowiger und Karolinger, Berlin, 1987 ; id., Hegemoniales Kaisertum. Ottonen und Salier, Berlin, 1991,et Hartmut Boockmann, Stauferzeit und spätes Mittelalter. Deutschland, 1125-1517, Berlin, 1987 (ces trois volumes appartiennent à la sous-série « Das Reich und die Deutschen » de la bien connue « Siedler Deutsche Geschichte »). La dernière histoire de l’Allemagne médiévale parue en français, fort bonne, peut elle aussi être utilisée, mais il faudra garder à l’esprit qu’elle est aussi bien rapide : Michel Parisse, Allemagne et Empire au Moyen Âge, Paris, 2002. Pour ce qui est d’autre part des croisades, on pourra consulter par exemple, en fait de bonnes monographies “compactes” : Nikolas Jaspert, Die Kreuzzüge, Darmstadt, 2003 ; Hans Eberhard Mayer, Geschichte der Kreuzzüge (Urban-Taschenbücher, 86), Stuttgart-Berlin-Cologne, 2000 ; Jean Richard, Histoire des croisades, Paris, 1996, ou Steven Ruciman, A History of the Crusades, 3 vol., Cambridge, 1951 (réimpr. : 1988) ; traduction française en un vol. : Histoire des croisades, Paris, 1998.

2 Sur cette croisade, “produit dérivé” de la seconde croisade, voir infra.

3 Hemoldi presbyteri Bozoviensis Cronica Slavorum. Editio tertia, éd. de Bernhard Schmeidler, Hanovre, 1937, p. 122 (livre I, chap. 65). Cf. aussi le récit du chanoine Vincent de Prague († après 1170), qui, pour sa part, rapportant les mots des ambassadeurs de la ville poméranienne de Stettin assiégée par un contingent de croisés bien qu’une grande partie de ses habitants fût déjà chrétienne, stigmatise les (véritables) motivations selon lui tout sauf “saintes” des croisés ; Vincentii Pragensis Annales, éd. de Wilhelm Wattenbach, dans MGHSS, 17, Hanovre, 1861 (réimpr. : Leipzig, 1925), pp. 658-683, ici p. 663 : « Pomerani autem cruces super castrum exponentes, legatos suos una cum episcopo suo nomine Alberto, quem domnus felicis memorie Otto Bambergensis ecclesie episcopus, qui primo eos ad fidem christianam convertit, eis dederat, ad eos [les croisés] mittunt : Quare sic armata manu venerint, causam exquirunt. Si pro confirmanda fide christiana venerunt, non armis sed predicatione episcoporum hoc eos facere debuisse referunt. Sed quia Saxones potius pro auferenda eis terra quam pro fide christiana confirmanda tantam moverant militiam, […] ».

4 Voir notamment, outre l’étude pionnière de Carl Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens (Forschungen zur Kirchen- und Geistesgeschichte, 6), Stuttgart, 1935 (réimpr. : Darmstadt, 1980), Norman Daniel, « The Legal and Political Theory of the Crusade », dans H. W. Hazard et N. P. Zacour (éd.), A History of the Crusades, 6, « The Impact of the Crusades on Europe », Madison-Londres, 1989, pp. 3-38 ; Étienne Delaruelle, « Essai sur la formation de l’idée de Croisade », Bulletin de littérature ecclésiastique, 42 (1941), pp. 24-45 et 86-103, 45 (1944), pp. 13-46 et 73-90, 54 (1953), pp. 226-239,et 55 (1954), pp. 50-63, repris dans Id., L’idée de croisade au Moyen Âge, Turin, 1980, pp. 1-127 ; Jean Flori, La guerre sainte. La formation de l’idée de croisade dans l’Occident chrétien, Paris, 2001 ; Id., Guerre sainte, jihad, croisade. Violence et religion dans le christianisme et l’islam, Paris, 2002 ; Jonathan Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, Londres, 1986 ; id ., What were the Crusades ?, Basingstoke, 2002 ; Michel Villey, La croisade : essai sur la formation d’une théorie juridique (L’Église et l’État au Moyen Âge, 6), Paris, 1942. Il est presque inutile de préciser que les vues de ces auteurs divergent les unes des autres, parfois fortement : voir, même s’ils ne sont pas eux-mêmes dénués d’arrière-pensées, l’aperçu et la discussion critiques, qui débouchent sur une nouvelle définition, d’Alexander Pierre Bronisch, Reconquista und heiliger Krieg. Die Deutung des Krieges im christlichen Spanien von den Westgoten bis ins frühe 12. Jahrhundert (Spanische Forschungen der Görresgesellschaft, 2. Reihe, 35), Münster, 1998, pp. 201-234 : « Die Wertung der Reconquista. Reconquista und Heiliger Krieg ». Pour ma part, je reprendrai ici commodément la courte définition d’Alain Demurger, La croisade au Moyen Âge. Idées et pratiques (Collection 128, 218), Paris, 1998, p. 20, selon laquelle la guerre sainte (chrétienne) est une « guerre juste […] menée au nom du Christ, contre ses ennemis, les païens, les Infidèles », cependant que la croisade naît de la rencontre (qui n’est pas nécessairement “synthèse”) entre guerre sainte et pèlerinage pénitentiel, en l’occurrence armé, vers Jérusalem. Pour ce qui est de la guerre sainte, il faut cependant aussi insister sur le fait qu’elle doit être d’une façon ou d’une autre rédemptrice pour celui qui y participe (martyre, promesse de récompenses spirituelles, absolution des péchés commis, indulgence…) ; cf. Id., Chevaliers du Christ. Les ordres religieux-militaires au Moyen Âge (XIe-XVIe siècle), Paris, 2002, p. 25 : « La guerre sainte est la guerre juste par excellence ; c’est une œuvre méritoire, une œuvre pie, car elle s’applique aux ennemis de la foi et de l’Église chrétienne : elle vaut à celui qui y meurt la palme du martyre ».

5 Voir notamment Helmut Beumann (éd.), Heidenmission und Kreuzzugsgedanke in der deutschen Ostpolitik des Mittelalters (Wege der Forschung, 7), Darmstadt, 1973 – plus particulièrement les contributions suivantes : Margret Bünding-Naujoks, « Das Imperium christianum und die deutschen Ostkriege vom zehnten bis zum zwölften Jahrhundert », pp. 65-120 (première publication : 1940) ; Helmut Beumann, « Kreuzzugsgedanke und Ostpolitik im hohen Mittelalter », pp. 121-145 (première publication : 1953) ; Hans-Dietrich Kahl, « Zum Geist der deutschen Slawenmission des Hochmittelalters », pp. 156-176 (première publication : 1953), et Wilhelm Berges, « Reform und Ostmission im 12. Jahrhundert », pp. 317-336 (première publication : 1955/1956). Pour des études de date plus récente, voir par exemple Odilo Engels, « Mission und Frieden an der Reichsgrenze im Hochmittelalter », dans H. Mordek (éd.), Aus Kirche und Reich. Studien zu Theologie, Politik und Recht im Mittelalter. Festschrift für Friedrich Kempf zu seinem fünfundsiebzigsten Geburtstag und fünfundfünfzigsten Doktorjubiläum, Sigmaringen, 1983, pp. 201-224, ou, surtout, Friedrich Lotter, « The Crusading Idea and the Conquest of the Region East of the Elbe », dans R. Bartlett et A. MacKay (éd.), Medieval Frontier Societies, Oxford, 1989 (réimpr. : 1992), pp. 267-306.

6 C’est notamment tout le sujet du beau livre de Robert Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Colonization and Cultural Change, 950-1350, Londres, 1993.

7 Cf. l’excellente petite mise au point de Wolfgang Wippermann, Der “deutsche Drang nach Osten”. Ideologie und Wirklichkeit eines politischen Schlagwortes (Impulse der Forschung, 35), Darmstadt, 1981.

8 Cf. par exemple Charles Higounet, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Paris, 1989 (cette étude fut tout d’abord publiée en allemand : Die deutsche Ostsiedlung im Mittelalter, Berlin, 1986) ; Walter Schlesinger (éd.), Die deutsche Ostsiedlung des Mittelalters als Problem der europäischen Geschichte (Vorträge und Forschungen, 18), Sigmaringen, 1975.

9 Voir Eric Christiansen, The Northern Crusades, Londres, 1997 (n’ayant pu avoir accès à cette seconde édition, j’ai ici dû utiliser la première : The Northern Crusade. The Baltic and the Catholic Frontier, 1100-1525, Londres-Basingstoke, 1980, qui a par ailleurs fait l’objet d’une hélas bien mauvaise traduction française : Les croisades nordiques. La Baltique et la frontière catholique, 1100- 1525, Lorient, 1996) ; Alan V. Murray (éd.), Crusade and Conversion on the Baltic Frontier, 1150- 1500, Aldershot et al., 2001 ; Edgar N. Johnson, « The German Crusade on the Baltic », dans H. W. Hazard (éd.), A History of the Crusades, 3, « The Forteenth and Fifteenth Centuries », Madison-Londres, 1975, pp. 545-585, et William Urban, The Baltic Crusade, Chicago, 1994. Parmi ces ouvrages, seul celui d’E. Christiansen réserve au XIIe siècle dans son ensemble un traitement substantiel.

10 Sur les Slaves en général pendant l’ensemble de la période ici considérée, voir rapidement Eberhard Bohm, « Elb- und Ostseeslaven », dans Lexikon des Mittelalters, 3 (1986), col. 1779- 1788, et, en plus détaillé, Joachim Herrmann (éd.), Die Slawen in Deutschland. Geschichte und Kultur der slawischen Stämme westlich von Oder und Neiße vom 6. bis 12. Jahrhundert. Ein Handbuch. Neubearbeitung (Veröffentlichungen des Zentralinstituts für Alte Geschichte und Archäologie der Akademie der Wissenschaften der DDR, 14), Berlin, 1985.

11 C. Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens…, pp. 1-29 (« Einleitung ») et 86-106 (« Heidenkriege und erster Kreuzzugsplan »).

12 Sur cet archevêché particulièrement important, voir Dietrich Claude, Geschichte des Erzbistums Magdeburg bis in das 12. Jahrhundert, 2 vol. (Mitteldeutsche Forschungen, 67), Cologne-Vienne, 1972 et 1975.

13 Voir pour commencer l’aperçu de Gerd Althoff, « Saxony and the Elb Slavs in the Tenth Century », dans T. Reuter (éd.), The New Cambridge Medieval History, 3, « c. 900-c. 1024 », Cambridge, 1999, pp. 267-292 (bibliographie : pp. 772-778), puis, pour des exemples d’études aussi bien “classiques” que plus actuelles, Albert Brackmann, Gesammelte Aufsätze, Cologne-Graz, 1967, pp. 39-258 (« Reichspolitik und Ostpolitik » : 9 articles) ; Christian Lübke (éd.), Struktur und Wandel im Früh- und Hochmittelalter. Eine Bestandsaufnahme aktueller Forschungen zur Germania Slavica (Forschungen zur Geschichte und Kultur des östlichen Mitteleuropa, 5), Stuttgart, 1998 ; Herbert Ludat, Slaven und Deutsche im Mittelalter. Ausgewählte Aufsätze zu Fragen ihrer politischen, sozialen und kulturellen Beziehungen (Mitteldeutsche Forschungen, 86), Cologne, 1982 ; Id., An Elbe und Oder um das Jahr 1000. Skizzen zur Politik des Ottonenreiches und der slavischen Mächte in Mitteleuropa, Weimar-Cologne-Vienne, 1995. Enfin, je signale que, pour appréhender l’histoire des Slaves et celle de leurs relations avec l’Empire aux Xe et XIe siècles, l’historien dispose depuis les années 1980 d’un incomparable instrument de travail : Christian Lübke, Regesten zur Geschichte der Slaven an Elbe und Oder (vom Jahr 900 an), 5 vol. (Osteuropastudien der Hochschulen des Landes Hessen, Reihe 1 : Gießener Abhandlungen zur Agrar- und Wirtschaftsforschung des europäischen Ostens, 131, 133, 134, 152 et 157), Berlin, 1984-1988 (voir en particulier le premier volume : « Verzeichnis der Literatur und der Quellensigel »).

14 Cf. notamment Wolfgang Brüske, Untersuchungen zur Geschichte des Lutizenbundes. Deutsch-wendische Beziehungen des 10.-12. Jahrhunderts (Mitteldeutsche Forschungen, 3), Cologne et al., 1983.

15 Voir plus particulièrement Wolfgang H. Fritze, « Der slawische Aufstand von 983 – eine Schiksalswende in der Geschichte Mitteleuropas », dans E. Henning (éd.), Festschrift der Landesgeschichtlichen Vereinigung für die Mark Brandenburg zu ihrem hundertjährigen Bestehen, 1884-1984, Berlin, 1984, pp. 9-55.

16 Cf. Geneviève Bührer-Thierry, « Les “réactions païennes” dans le nord de l’Europe au milieu du XIe siècle », dans L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences. XXXIIIe Congrès de la SHMES (Madrid, Casa de Velázquez, 23-26 mai 2002) (Histoire ancienne et médiévale, 73), Paris, 2003, pp. 203-214.

17 Voir en particulier la longue étude de Hans-Dietrich Kahl, « Compellere intrare. Die Wendenpolitik Bruns von Querfurt im Lichte hochmittelalterlichen Missions- und Völkerrechts », dans H. Beumann (éd.), Heidenmission und Kreuzzugsgedanke…, pp. 177-274 (première publication : 1955).

18 J. Flori, La guerre sainte…, pp. 191-226 (« Grégoire VII et la libération de l’Église ») et 261-297 (« Guerre sainte et reconquête chrétienne après l’an mil »).

19 Cf. par exemple, dans des registres différents, Hans-Werner Goez, « Der erste Kreuzzug im Spiegel der deutschen Geschichtsschreibung », dansF. Staab (éd.), Auslandsbeziehungen unter den salischen Kaisern. Geistige Auseinandersetzung und Politik. Referate und Aussprachen der Arbeitstagung vom 22.-24. November 1990 in Speyer (Veröffentlichungen der Pfälzischen Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften in Speyer, 86), Spire, 1994, pp. 139-165, et Jonathan Riley-Smith, The First Crusaders, 1095-1131, Cambridge, 1997.

20 Voir les titres cités supra, n. 4.

21 Voir notamment Eberhard Demm, Reformmönchtum und Slawenmission im 12. Jahrhundert. Wertsoziologisch-geistesgeschichtliche Untersuchungen zu den Viten Bischofs Ottos von Bamberg (Historische Studien, 419), Lübeck-Hambourg, 1970 ; Klaus Guth, « Kreuzzug, Heidenfahrt, Missionsreise. Die Pommern-Mission Bischof Ottos I. von Bamberg im Horizont der Kreuzzugsbewegung des 11./12. Jahrhunderts », dans L. Bauer et al. (éd.), Bischof Otto I. von Bamberg. Reformer – Apostel der Pommern – Heiliger (1139 gestorben, 1189 heiliggesprochen). Gedenkschrift zum Otto-Jubiläum 1989 (125. Bericht des Historischen Vereins Bamberg), Bamberg, 1989, pp. 147-158, et Id., « The Pomeranian Missionary Journeys of Otto I of Bamberg and the Crusade Movement of the Eleventh to Twelfth Centuries », dans M. Gervers (éd.), The Second Crusade and the Cistercians, New York, 1992, pp. 13-23.

22 Urkundenbuch des Hochstifts Merseburg. Erster Theil (962-1357), éd. de Paul Fridolin Kehr (Geschichtsquellen der Provinz Sachsen und angrenzender Gebiete, 36), Halle, 1899, pp. 75-77, n. 91. Ce document, très connu, a souvent été discuté : voir, en dernier lieu, Giles Constable, « The Place of the Magdeburg Charter of 1107/08 in the History of Eastern Germany and the Crusades », dans F. J. Felten et N. Jaspert (éd.), Vita religiosa im Mittelalter. Festschrift für Kaspar Elm zum 70. Geburtstag (Berliner Historische Studien, 31 ; Ordensstudien, 13), Berlin, 1999, pp. 283-299 ; Marian Dygo, « Crusade and Colonization. Yet Another Response to the Magdeburg Charter of 1108 A.D.», Quaestiones medii aevi novae, 6 (2001), pp. 319-325, et Peter Knoch, « Kreuzzug und Siedlung. Studien zum Aufruf der Magdeburger Kirche von 1108 », Jahrbuch für die Geschichte Mittel- und Ostdeutschlands, 23 (1974), pp. 1-33.

23 Urkundenbuch des Hochstifts Merseburg…, p. 76.

24 Ibid., p. 77.

25 Ibid.

26 Voir en particulier Hans-Dietrich Kahl, « Zum Ergebnis des Wendenkreuzzugs von 1147. Zugleich ein Beitrag zur Geschichte des sächsischen Frühchristentums », dans H. Beumann (éd.), Heidenmission und Kreuzzugsgedanke…, pp. 275-316 (première publication : 1957/1958) ; Id., « Wie kam es 1147 zum ‘Wendenkreuzzug’ ? », dans K.-D. Grothusen et K. Zernak (éd.), Europa slavica – Europa orientalis. Festschrift für Herbert Ludat zum 70. Geburtstag (Osteuropastudien der Hochschulen des Landes Hessen, Reihe 1 : Gießener Abhandlungen zur Agrarund Wirtschaftsforschung des europäischen Ostens, 100), Berlin, 1980, pp. 286-296 ; F. Lotter, Die Konzeption des Wendenkreuzzuges. Ideengeschichtliche, kirchenrechtliche und historisch-politische Voraussetzungen der Missionierung von Elb- und Ostseeslawen um die Mitte des 12. Jahrhunderts (Vorträge und Forschungen, Sonderband, 23), Sigmaringen, 1977 ; Inge Skovgaard-Petersen, « Wendenzüge – Kreuzzüge », dans M. Müller-Wille (éd.), Rom und Byzanz im Norden. Mission und Glaubenwechsel im Ostseeraum während des 8.-14. Jahrhunderts. Internationale Fachkonferenz der Deutschen Forschungsgemeinschaft in Verbindung mit der Akademie der Wissenschaften und der Literatur Mainz, Kiel, 18.-25. September 1994, 1 (Akademie der Wissenschaften und der Literatur. Abhandlungen der geistes- und sozialwissenschaftlichen Klasse, 3/1), Berlin, 1997, pp. 279-285.

27 Sur la seconde croisade en général, voir plus particulièrement Virginia Gingerick Berry, « The Second Crusade », dans M. W. Baldwin (éd.), A History of the Crusades, 1, « The First Hundred Years », Madison-Milwaukee-Londres, 1955 (réimpr. : Madison-Londres, 1969), pp. 463-512 ; Giles Constable, « The Second Crusade as seen by Contemporaries », Traditio, 9 (1953), pp. 213-279, repris dans Id., Religious Life and Thought, 11th-12th Centuries (Collected Studies Series, 89), Londres, 1979, X, et Jonathan Philipps et Martin Hoch (éd.), The Second Crusade. Scope and Consequences, Manchester, 2001 (notamment la contribution de J. Philipps, « Papacy, Empire and the Second Crusade », pp. 15-31). Sur l’implication de saint Bernard, voir Peter Dinzelbacher, Bernhard von Clairvaux. Leben und Werk des berühmten Zisterziensers, Darmstadt, 1998, pp. 284-307 ; Marco Meschini, San Bernardo e la seconda crociata, Milan, 1998, et Jürgen Miethke, « L’engagement politique : la seconde croisade », dans Bernard de Clairvaux. Histoire, mentalités, spiritualité. Colloque de Lyon-Cîteaux-Dijon (Sources chrétiennes, 380), Paris, 1992, pp.475-503.

28 Sur les deux voyages successifs de Bernard en terre d’Empire, voir plus particulièrement Adriaan Henrik Bredero, « Studien zu den Kreuzzugsbriefen Bernhards von Clairvaux und seiner Reise nach Deutschland im Jahre 1146 », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 66 (1958), pp. 331-343 ; Michel Parisse, « Les relations avec l’Empire », dans Bernard de Clairvaux…, pp. 401-427, et Hansmartin Schwarzmaier, « Bernhard von Clairvaux am Oberrhein. Begegnungen und Zeugnisse aus den Jahren 1146/47 », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 147 (1999), pp. 61-78.

29 Saxonis Gesta Danorum, éd. de Jørgen Olrik et Hans Raeder, 2 vol., Copenhague, 1931 et 1951, 1, p. 376 (livre 14, chap. 3, § 5). Cf. aussi le récit d’Helmold de Bosau ; Hemoldi presbyteri Bozoviensis Cronica…, p. 115 (livre I, chap. 59) : « Visum autem fuit auctoribus expedicionis [la croisade] partem exercitus unam destinari in partes orientis, alteram in Hyspaniam, terciam vero ad Slavos, qui iuxta nos habitant ».

30 S. Bernardi opera, éd. de Jean Leclercq et Henri Rochais, 8, Rome, 1977, pp. 432-433.

31 Ibid., p. 433.

32 Pour une large discussion de fond (contradictoire), voir avant tout Hans-Dietrich Kahl, « Die Ableitung des Missionskreuzzugs aus sybillinischer Eschatologie (Zur Bedeutung Bernhards von Clairvaux für die Zwangschristianisierungsprogramme im Ostseeraum) », dans Z. H. Nowak (éd.), Die Rolle der Ritterorden in der Christianisierung und Kolonisierung des Ostseegebietes (Ordines militares, 1), Torun, 1983, pp. 129-139 ; Id., « ”Auszujäten von der Erde die Feinde des Christennamens”. Der Plan zum “Wendenkreuzzug” von 1147 als Umsetzung sibyllinischer Eschatologie », Jahrbuch für die Geschichte Mittel- und Ostdeutschlands, 39 (1990), pp. 133-160 ; Id., « Crusade Eschatology as seen by St. Bernard in the Years 1146 to 1148 », dans M. Gervers (éd.), The Second Crusade…, pp. 35-47, et F. Lotter, Die Konzeption des Wendenkreuzzuges…, pp. 10-43 (« Der ideengeschichtliche Kontext »).

33 Eugenii III pontificis Romani epistolae et privilegia, dans PL, 180, col. 1013-1642, ici col. 1203-1204.

34 Une troisième corps constitué de Polonais et de Moraves alla combattre les Prusses. On ne sait toutefois rien de ce qu’il advint de cette expédition.

35 Sur Anselme et la croisade, voir Pegatha Taylor, « Moral Agency in Crusade and Colonization. Anselm of Havelberg and the Wendish Crusade of 1147 », The International History Review, 22 (2000), pp. 757-784.

36 Voir le récit de Vincent de Prague donné supra, n. 3.

37 Hemoldi presbyteri Bozoviensis Cronica…, p. 123 (livre I, chap. 65).

38 Voir supra, n. 3.

39 Là-dessus et sur ce qui suit, voir le commode et récent aperçu (accompagné de la bibliographie de base afférente) d’A. Demurger, Chevaliers du Christ…, pp. 67-78 (« Du côté de la Baltique. Croisade missionnaire et ordres religieux-militaires ») et 319-320 (notes et références bibliographiques).

40 Voir Werner Paravicini, Die Preußenreisen des europäischen Adels, 2 vol. (Beihefte der Francia, 17), Sigmaringen, 1989 et 1995.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search