Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naville, la passion de la connaissance

 | 
Michel Éliard

Présentation

Michel Éliard

Texte intégral

« Il ne faut pas en douter, ce que met en cause la crise actuelle du monde, la faillite d’un système de production, de consommation, de vie : c'est la capacité même de penser. »
Pierre Naville (1945)

  • 1 Pierre Naville, né en 1904, est décédé le 23 avril 1993. Nous avons organisé une journée d'étude « (...)

1Toute sa vie, Pierre Naville1 a été habité par la passion de la connaissance. Sa curiosité intellectuelle l’a conduit sur de multiples chemins traversant les frontières disciplinaires. Les quelques cinquante ouvrages et les centaines d’articles publiés témoignent de son intense activité de chercheur et de militant. Littérature, philosophie, psychologie, sociologie, logique, politique, questions militaires, composent l’essentiel de cette palette encyclopédique qui le caractérise.

2Bien qu’il ait occupé une place décisive dans le développement des sciences sociales, en particulier comme bâtisseur de la sociologie du travail, Naville reste relativement méconnu dans l’Université aujourd’hui. Au « Top 50 » des lectures étudiantes, il n’est pas bien placé. Si l’on prend, par exemple, l’un de ses ouvrages classiques, Essai sur la qualification du travail, acheté par la bibliothèque de notre UFR de sociologie vers 1970, il n’a été emprunté que vingt-sept fois en un quart de siècle et De l’aliénation à la Jouissance, premier tome de la somme Le Nouveau Leviathan, n’a été emprunté que dix fois au cours de la même période.

3Il est vrai que, sauf en sociologie du travail, Naville est très peu cité par les autres sociologues. Dans la plupart des manuels récents de sociologie, il n'existe pas, tout simplement. Ni pour Pierre Ansart dans Les sociologies contemporaines, ni pour Charles-Henry Cuin et François Gresle qui, dans leur Histoire de la sociologie, ne parlent que du Traité de sociologie du travail. Jean-Pierre Durand et Robert Weil, dans Sociologie contemporaine, ne lui consacrent que cinq lignes, Michel Lallement le cite une fois dans une parenthèse dans son Histoire des idées sociologiques. Quant à l'anthologie de Karl van Meter, La Sociologie, elle ne présente aucun texte de Naville, alors que Friedmann, Crozier, Touraine, etc. y ont leur place. Voilà qui peut expliquer, pour une part, la question d’une étudiante : « Qui est cet illustre inconnu ? ».

  • 2 « Mon ami, Pierre Naville », Le Monde 2-3 mai 1993.

4Son ami Maurice Nadeau le classe pourtant parmi les grands penseurs politiques de notre temps, « au niveau de Sartre et d'Aron » dit-il, « avec un avantage sur eux, celui de ne pas avoir passé son temps à amuser la galerie » mais « à s'efforcer de percevoir les ressorts essentiels de cette société pour, en fin de compte, agir sur eux : par les cris, le verbe ou l’action »2. Naville est en effet resté militant une grande partie de sa vie. Un homme qui l'a bien connu et apprécié, sans être toujours tendre à son égard, a dit de lui :

  • 3 Cité par Pierre Naville, Mémoires imparfaites, Paris, La Découverte, 1987, p. 73

« Il y a en France des camarades, comme Naville et d'autres, qui sont venus à nous, il y a quinze-seize ans, alors qu'ils étaient de tout jeunes gens. Ce sont maintenant des hommes mûrs, et pendant toute leur vie consciente ils n'ont reçu que des coups, subi que des défaites, de terribles défaites, et ils en ont l'habitude »3.

5C'est Trotsky qui disait cela, en 1939, de celui qui avait été l'un de ses collaborateurs pendant quinze ans, depuis ce voyage à Moscou où il l’avait rencontré avec Victor Serge.

6Matéo Alaluf a écrit, à juste titre :

  • 4 Matéo Alaluf, Formation-emploi, no 42, avril-juin 1993.

« Avec la mort de Pierre Naville, ce n'est pas seulement la sociologie du travail qui est orpheline, mais nous perdons le dernier des encyclopédistes dans la tradition des Lumières et un des grands penseurs marxistes de notre époque »4.

7André Gide, ami de son père, apprécia ses premières peintures et ses premiers poèmes, début adolescent d’un talent littéraire qui s'exprimera dans sa présence active parmi les surréalistes. Naville disait que la poésie avait réponse à tout et rien ne prédestinait sans doute ce fils de banquier de Genève à devenir sociologue. C'est cependant à la science qu'il demandera des réponses aux multiples questions qu'il a posées : à la psychologie d'abord, à la sociologie ensuite.

8Le fait d’avoir connu ce même changement de discipline et un bref passage par l'orientation professionnelle est peut-être à l'origine de mon intérêt pour l'auteur de l'excellent Théorie de l'orientation professionnelle, critique rigoureuse de l'idéologie des dons innés et des conceptions dominantes de l'orientation professionnelle de l'époque.

9Il est d’abord nécessaire de mettre l'accent sur les choix politiques qu'il fît entre 1927 et 1939, car ils éclairent certaines facettes de son œuvre qui portent la marque de cette indépendance d'esprit et du courage politique dont il fut l'un des rares à faire preuve très tôt, au moment où Staline, tournant le dos à la Révolution d'Octobre, s’engageait dans la bureaucratisation de l’URSS et la répression de toute opposition.

10Dans Mémoires imparfaites, publié en 1987, il consacre l’un des premiers chapitres à Léon Trotsky. Évoquant les lourdes tâches qu’entraînaient ces voyages incessants sur « la planète sans visa », il écrit :

  • 5 Mémoires imparfaites, Paris, La Découverte, 1987, p. 52.

« Depuis son expulsion de l'Urss au début de février 1929, suivie par son retrait de la nationalité soviétique le 20 février 1932, commençait pour Trotsky cette terrible équipée sous l'œil et la main des polices qui le conduisit de pays en pays, dont ses jeunes camarades que nous étions devaient se préoccuper au premier chef. Je me remémorais ce périple incessant, qui pourtant ne parvenait pas à l'empêcher d'écrire, de publier des ouvrages de premier ordre, d'animer un courant du mouvement ouvrier international, de discuter les attitudes de ses adversaires et celles de ses amis, de prodiguer analyses et conseils, toujours debout sur cette brèche qu'il ne quitta jamais depuis son plus jeune âge. Chaque déplacement imposait à cette poignée dévouée que nous étions, des tâches et des inquiétudes qui, souvent, débordaient nos capacités et monopolisaient nos efforts. »5

11Naville tient peut-être de cet engagement dans le surréalisme et dans l'opposition de gauche cette passion de la vérité et de la liberté qui se retrouve dans toute son œuvre scientifique. Elle se mesure, par exemple, à l'aune de cette rigueur dans le respect des faits et l'interprétation des textes, rigueur qui en faisait un critique si redouté.

  • 6 Entré au CNRS en psychologie avec l'appui d’Henri Wallon, Naville a été contraint, pour des raison (...)

12Ses choix lui vaudront pas mal d'ennuis de carrière après 1945 de la part de ceux qui, pour des raisons politiques, le rejetteront hors de la discipline qu'il avait choisie, la psychologie6. Cette deuxième exclusion, en quelque sorte, après celle du PCF en 1928, l'amènera à exercer son activité dans le cadre de la sociologie, mais sans jamais s'enfermer dans les limites de celle-ci. Rien d'étonnant, dans ces conditions, qu'il soit apparu constamment à contre-courant, et mal intégré dans les institutions universitaires. En réalité, il était sans doute en avance, par ses investigations multiples, en particulier dans l’étude des procès de travail reliés à la structure sociale. Que Naville soit peu lu et presque jamais cité dans les manuels de sociologie d'aujourd'hui, ne supprime donc pas le fait que nombre de thèses qu'il était seul à défendre à un moment donné font partie du patrimoine commun, tant elles sont devenues incontournables.

13Comment ne pas voir, par exemple, que ses études sur la qualification, la définition de celle-ci par le temps de formation, sont d'une évidente actualité dans une période où les efforts des entreprises pour abaisser le coût du travail sont orientés vers la priorité aux compétences requises par les postes de travail, opposées à la reconnaissance sociale des qualifications individuelles.

14Ce qui fait, me semble-t-il, la force particulière des analyses de Naville c'est qu'à travers les divers objets de recherche qu'il a choisis, on retrouve toujours l'objet fondamental de la sociologie : la société, la structure sociale, non pas, dit Pierre Rolle.

  • 7 Sociologie du travail, no XXXVI, 3/93.

« sous la forme rigide, purement économique ou purement psychologique par exemple, où elle simule l'éternel, mais dans ses conditions et son mouvement concrets ».7

15À une époque où il était déjà de bon ton, dans les colloques ou les salons, de considérer le marxisme comme totalement obsolète, de décréter la disparition des classes sociales et en particulier de la classe ouvrière, Naville est l'un des rares sociologues à avoir rappelé avec constance la pertinence toute particulière des analyses de Marx pour les sociétés d’aujourd'hui. Ainsi dans la préface à la deuxième édition (1967) de sa thèse De l'aliénation à la jouissance, il cite ce passage du Capital :

  • 8 Le Nouveau Léviathan, de l'aliénation à la jouissance, Paris, Anthropos, p. XIII.

« C'est toujours le rapport direct entre les propriétaires des conditions de production et les producteurs immédiats - rapport dont la forme correspond toujours et de façon naturelle à un stade déterminé dans le développement des modalités du travail et donc de sa productivité sociale-, c'est toujours dans ce rapport que nous trouvons le secret intime, le fondement caché de tout l’édifice social et, par conséquent aussi, la forme politique revêtue par le rapport de souveraineté et de dépendance, en un mot de toute la forme spécifique de l'État.8 »

16La sociologie a, de façon dominante, quelque peu renvoyé cette problématique dans le domaine de l'idéologie, à l'instar de Durkheim qui, dans son cours Le socialisme, estimait que l’œuvre principale de Marx, Le Capital, n'était appuyée sur aucune étude concrète. Les sciences sociales sont allées vers d’autres « paradigmes », pour employer le terme à la mode aujourd'hui. N'ont-elles pas, du même coup, quelque peu abandonné cette dimension critique qui caractérise l'œuvre de l'auteur du Nouveau Leviathan ?

17À la différence de nombreux marxologues qui ont souvent vanté les vertus intellectuelles de Marx tandis que les analyses d'Engels étaient taxées de mécanisme, Naville a fréquemment rappelé le caractère collectif de l'œuvre des deux hommes. Aussi, puisque nous sommes dans l’année du centenaire de la mort d'Engels, il m’a semblé opportun de faire référence à des textes, sans doute moins connus que d'autres, et devenus peu accessibles, dans lesquels Pierre Naville s'est fait l'avocat, en quelque sorte, de l’auteur de L'Anti-Dühring et de la Dialectique de la nature, en particulier dans Psychologie, marxisme, matérialisme, paru en 1946 aux éditions Marcel Rivière, et dans la présentation de la première publication en français de la Dialectique de la nature, dans une traduction de Denise Naville, en 1948. Des extraits de ces textes sont reproduits dans la deuxième partie du livre.

18La diversité d’intérêts qu’il a manifestés pourrait conduire à caractériser Naville comme un intellectuel touche-à-tout mais c’est plutôt le noble mot d’encyclopédiste, aujourd’hui dévalué, qui vient à l’esprit pour caractériser une entreprise d’articulation de savoirs rationnels, susceptibles de rendre compte et de contribuer à la maîtrise des processus sociaux. Elle participe peut-être d'un même objectif : procéder, par la connaissance et l’action, à une critique radicale de structures sociales qui, tant dans les sociétés capitalistes que bureaucratiques, s’opposent au plein développement de l'activité humaine. Aussi peut-on concevoir que son intérêt pour la philosophie matérialiste du XVIIIe siècle, son engagement dans le mouvement surréaliste, sa décision de rejoindre Trotsky dès 1927 dans le combat contre le stalinisme, sa fréquentation constante et rigoureuse de l'œuvre de Marx et Engels, constituent différents aspects d'un objectif unique : celui de contribuer à la compréhension et à l'abolition de rapports sociaux qui entravent la libération de l’homme.

19Ce livre voudrait inviter à la lecture ou à la relecture d’écrits qui ont un caractère d’actualité au regard d’une crise du travail et de l’école qui est essentiellement l’expression d’une impasse dans laquelle est entré le système de la propriété privée des moyens de production et d’échange.

20Au cours de cette journée d’étude il était d’abord indispensable de présenter l’auteur et l’œuvre. Patricia Vannier qui prépare une thèse sur le Centre d’Études sociologiques retrace son itinéraire intellectuel et politique.

21La dimension encyclopédique de cette œuvre nous invitait à montrer tout l'intérêt que Naville a porté aux matérialistes du XVIIIe siècle. Georges Mailhos, professeur de littérature française, auteur d'une thèse sur Voltaire, nous présente quelques trames de l'étude sur d'Holbach, montrant, en particulier, que Naville a trouvé dans l’œuvre du baron-philosophe une pensée critique susceptible de contribuer à donner sens à l'aventure humaine, « un matérialisme dynamique, un matérialisme de l'action » qui, dit-il, dans cette belle préface de 1966 à la nouvelle édition, « appartient à ces puissants mouvements de pensée dont l'effacement définitif signerait la disparition de la révolution elle-même ».

22Il revenait ensuite à ceux qui ont été parmi les élèves et les collaborateurs de Naville d'évoquer des aspects plus directement sociologiques ou méthodologiques de cette œuvre diverse. Yvette Lucas, d'abord, se demande s'il est pertinent de le caractériser comme sociologue du travail. Il a été l'un des premiers à montrer, en s'appuyant sur les travaux de Marx, toutes les implications de l'évolution du travail, en particulier de l'automation, insistant sur les potentialités de libération que celle-ci recèle à condition que l'homme lui-même trouve les moyens de se libérer des rapports d'exploitation. Et, plus généralement, elle montre qu'il a dégagé une méthode rigoureuse d'analyse permettant d'appréhender l'ensemble des processus sociaux tout en respectant la spécificité des disciplines.

23Lucie Tanguy nous invite à une relecture des principaux ouvrages traitant de l'éducation et du travail qui sont, pour Naville, « les deux sphères d'activité fondamentales dans toute société ». Il s'est employé, par des recherches empiriques multiples, à en décrire l'évolution, dans un souci constant d'appuyer ses interprétations sur des faits solidement établis. Ce souci de rigueur scientifique l'a constamment conduit à des affrontements intellectuels avec d’autres chercheurs, mais uniquement dans le but de contribuer à construire une légitimité spécifique aux sciences sociales.

24Pierre Rolle, très proche collaborateur et ami de Naville, s'interroge sur la manière dont il a cherché à établir constamment un lien entre la connaissance et l’action, sur le sens qu'il donnait à l’objectivité scientifique. Une science sociale peut-elle exister sans participer, d'une manière ou d’une autre, à la libération des hommes ? Or, la sociologie, installée après les grands conflits, a eu tendance à s'orienter vers la recherche du consensus social. Du même coup, elle est, sans doute, peu apte à saisir le mouvement des sociétés.

25Nous avons construit une deuxième partie en présentant quelques textes essentiels de l’auteur ainsi que des textes inédits choisis dans ses Cahiers manuscrits déposés au Musée social à Paris. Nous remercions très vivement Madame Violette Naville de nous avoir permis de publier ces textes et de nous avoir communiqué deux auto-portraits ainsi que des photographies de Naville pour illustrer l’ouvrage.

26Nos remerciements vont également à Mesdames Colette Chambelland et Françoise Blum pour nous avoir facilité la consultation du « Fonds Naville » au Musée social. Nous avons différé cette publication pour prendre le temps nécessaire à la consultation de ces documents. Merci à Patricia Vannier pour sa collaboration à l’organisation du colloque et à la préparation du manuscrit.

27Enfin, une reconnaissance toute particulière va à Pierre Rolle, d’abord pour son engagement dans la préparation de la « Journée Naville », ensuite pour ses précieux conseils et pour les discussions qui ont accompagné l’élaboration de cet ouvrage.

Notes

1 Pierre Naville, né en 1904, est décédé le 23 avril 1993. Nous avons organisé une journée d'étude « Hommage à Pierre Naville », à l’UFR de sciences sociales de l’Université de Toulouse-Le Mirail, le 28 mars 1994. Cet ouvrage rassemble les contributions présentées ainsi qu’un choix de textes déjà publiés et quelques inédits. Les divers textes rassemblés ici ont donné lieu à des échanges dont nous restituons l’essentiel sous la rubrique « Commentaires ».

2 « Mon ami, Pierre Naville », Le Monde 2-3 mai 1993.

3 Cité par Pierre Naville, Mémoires imparfaites, Paris, La Découverte, 1987, p. 73

4 Matéo Alaluf, Formation-emploi, no 42, avril-juin 1993.

5 Mémoires imparfaites, Paris, La Découverte, 1987, p. 52.

6 Entré au CNRS en psychologie avec l'appui d’Henri Wallon, Naville a été contraint, pour des raisons politiques, de quitter cette discipline contrôlée par des chercheurs membres du PCF.

7 Sociologie du travail, no XXXVI, 3/93.

8 Le Nouveau Léviathan, de l'aliénation à la jouissance, Paris, Anthropos, p. XIII.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.