Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la guerre sainte

 | 
Daniel Baloup
, 
Philippe Josserand

Du Jourdain au Tage : les croisades de Terre sainte dans les chroniques de l’Occident hispanique (fin XIe-milieu XIIIe siècle)

Daniel Baloup et Philippe Josserand

Texte intégral

  • 1 La transcription initiale de María del Carmen Pescador Del Hoyo, « Tres nuevos poemas medi (...)
  • 2 Le fait a été souligné par Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibériqu (...)
  • 3 Fondé sur l’archétype des Lamentations de Jérémie, le poème pourrait avoir puisé à une tra (...)
  • 4 La plupart des auteurs qui se sont intéressés au poème ont privilégié une étude philologiq (...)
  • 5 La date de la composition du poème a été amplement débattue dans la mesure où il n’est pas (...)
  • 6 Ainsi ont procédé Juan Victorio, « ¡Ay Iherusalem ! : la guerra y la literatura », dans Ac (...)
  • 7 Avérée d’un point de vue générique, cette constatation doit toutefois être nuancée comme l (...)
  • 8 Une telle idée a été défendue par J. Victorio, « ¡Ay Iherusalem ! : la guerra y la literat (...)
  • 9 À ce propos, les corrections de F. Gómez Redondo, Poesía española…, pp. 163-164, demeurent (...)

1Bibliothécaire à l’Archivo Histórico Nacional, María del Carmen Pescador del Hoyo découvrait il y a un demi-siècle dans la section Diversos du dépôt madrilène un document d’un intérêt singulier copié sur deux feuilles de papier écrites à la charnière des XIVe et XVe siècles1. Conservé avec deux compositions religieuses plus brèves, le poème castillan ¡Ay, Jherusalem ! est en effet la seule chanson de croisade dont on garde la trace à ce jour pour l’espace occidental de la péninsule Ibérique2. Composé de vingt-deux strophes, terminées chacune par un refrain qui reprend comme une litanie tragique le nom de la ville sainte enlevée aux chrétiens3, le texte est loin d’avoir suscité parmi les médiévistes toute l’attention qu’il mérite4. Analysé le plus souvent superficiellement, il s’est trouvé coupé de son contexte oriental, alors même qu’il fut sans doute rédigé à la suite de la perte de Jérusalem à l’été 1244 dans le but d’amener l’auditoire du concile œcuménique de Lyon à se mobiliser pour la recouvrer5. Imaginant totale l’absence d’impact des événements d’Orient en Castille, les chercheurs intéressés par la chanson ¡Ay, Jherusalem ! ont prétendu que le nom de la ville sainte était uniquement un simulacre et que la composition visait en réalité à inciter le public à entreprendre une campagne ibérique6. S’ils diffèrent entre eux sur l’objectif militaire, partant qu’ils s’affrontent sur la date de rédaction du poème, tous s’accordent sur l’argument qui les autorise à enlever crédit à une opération castillane en Terre sainte : unique dans l’Occident péninsulaire7, la chanson ¡Ay, Jherusalem ! ne saurait à leur sens avoir résonné comme un appel à la croisade dans un espace tenu pour habité tout entier par la pensée séculaire de la Reconquête8. Un tel discours ne fait pas seulement fi de l’évidence textuelle du poème ; il s’inscrit contre toute réalité historique en postulant que dans l’aire castillane, au milieu du XIIIe siècle, l’intérêt pour la Terre sainte était à peu près nul9.

  • 10 Ainsi l’ont bien souligné Miguel Calleja Puerta, El conde Suero Vermúdez, su parentela y s (...)
  • 11 Largement sous-estimés, de tels mouvements restent très méconnus en raison d’une tendance (...)
  • 12 Historia Compostellana (CCCM, 70), éd. d’Emma Falque, Turnhout, 1988, lib. I, chap. 112, p (...)
  • 13 Le fait a été signalé par Klaus Herbers, « Cruzada y peregrinación. Viajes marítimos, guer (...)
  • 14 À cet égard, il serait souhaitable de mettre en œuvre à l’échelle de la péninsule Ibérique (...)
  • 15 Dans la partie orientale de la péninsule Ibérique, où les croisés furent de toute évidence (...)
  • 16 Complétée par les récents travaux de Margarita Torres Sevilla, « Cruzados y peregrinos leo (...)
  • 17 Philippe Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle. É (...)
  • 18 Ainsi l’a bien signalé Nikolas Jaspert, « Frühformen der geistlichen Ritterorden und die K (...)
  • 19 En Castille, de nombreux nobles ont fait vœu de croisade, comme l’a récemment relevé Ana R(...)
  • 20 José Manuel Rodríguez García et Ana Echevarría Arsuaga, « AlfonsoX, la orden teutónica y T (...)
  • 21 Sensible au sort de la Terre sainte jusqu’à la fin de son règne, ainsi qu’il ressort du pr (...)

2Or, cette vision, en dépit d’une fortune historiographique tenace, est outrancière et à bien des égards erronée. Certes, en Castille, la préoccupation des fidèles pour la Terre sainte n’a jamais été aussi sensible que dans l’espace français ou même catalano-aragonais. L’importance symbolique de Jérusalem y fut cependant réelle10. Comme partout en Occident, elle a contribué à jeter sur les routes de l’Orient des groupes d’hommes et de femmes, dont le nombre, sous l’effet de la croisade, s’est brutalement accru à la charnière des XIe et XIIe siècles11. De ces départs, liés à des considérations de piété, les sources narratives dont on dispose pour l’Occident péninsulaire se font largement écho, à l’instar de l’Historia Compostellana12 ou des corpus hagiographiques rassemblés à Saint-Jacques-de-Compostelle et à Santa Cruz de Coïmbre13. Aux pèlerins connus à travers ces textes, la documentation d’archives offrirait d’en ajouter bien d’autres pour peu que l’on fasse l’effort de se confronter à son foisonnement14. Surtout, elle semble à même de révéler que des combattants, dont les chroniques parlent à peine, ont quitté les royaumes occidentaux de la péninsule Ibérique pour lutter contre les musulmans en Terre sainte15. encore en grande partie à étudier16, de tels mouvements sont sans doute moins insignifiants que l’historiographie tend en règle générale à le faire accroire17. Dans l’attente de mieux pouvoir évaluer pareille implication, il nous faut signaler que ce que l’on en perçoit déjà infirme l’idée d’une indifférence des fidèles de l’Occident hispanique à l’égard de la croisade18. Au XIIIe siècle encore, de Castille comme du Portugal, de nombreux chevaliers sont partis pour apporter une aide militaire à l’Orient latin19, et plusieurs rois eux-mêmes, tenus, à l’instar d’AlphonseX, pour des soutiens potentiels des États croisés20, ont manifesté une réelle dévotion pour la Terre sainte, au service de laquelle ils se sont offerts de s’engager21. Tardifs, ces exemples témoignent qu’à la veille de la chute d’Acre encore, la croisade continuait d’éveiller un intérêt réel dans l’Occident hispanique.

  • 22 Derek Lomax, La Reconquista, Madrid, 1984 (éd. anglaise originale : The Reconquest of Spai (...)
  • 23 Moshé Lazar, La Fazienda de Ultra Mar. Biblia romanceada et itinéraire biblique en prose c (...)
  • 24 Se fondant sur l’état de la langue, María del Carmen Sanchís Calvo, El lenguaje de La Fazi (...)
  • 25 Sur ce point, les analyses de Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, « La cruzada como dis (...)

3De cette préoccupation, les sources littéraires dont on dispose pour l’espace castillan fournissent la preuve. Il y a près de trente ans, Derek Lomax rapportait déjà que les croisades et, plus largement, l’Orient latin formaient dans les chroniques hispaniques des XIIe et XIIIe siècles l’un des rares objets de curiosité étrangers à l’ancienne terre des Goths22. Pour appuyer ses dires, il notait que le plus vieux texte castillan en prose, La Fazienda de Ultramar, était une traduction de la Bible organisée à la manière symbolique d’un itinéraire en Terre sainte, qu’il attribuait, sur la base de l’édition critique de Moshé Lazar, à la décennie 1150 au plus tard23. Aujourd’hui, sans doute, nul ne propose plus pour La Fazienda de Ultramar une datation aussi haute24, mais le fait n’invalide en rien l’intérêt précoce que les sources narratives de l’Occident hispanique ont prêté à l’expansion latine en Orient. De ce point de vue, la remarque jadis formulée par Derek Lomax conserve une parfaite pertinence. Elle mériterait simplement d’être davantage circonstanciée que le célèbre hispaniste britannique a pu le faire. Pour l’espace castillan, certaines avancées se sont récemment esquissées à la faveur d’études s’attachant à la pénétration de l’idéologie de croisade dans une terre caractérisée de longue date par l’empreinte de la Reconquête25. Le regard jeté par les chroniqueurs de l’entourage royal sur les luttes entre les chrétiens et l’Islam en Méditerranée orientale a ainsi reçu un début d’explication. Bien des interrogations demeurent toutefois sur les choix opérés par les historiographes castillans et sur la manière dont ces derniers ont intégré des événements lointains à une matière hispanique tendue en priorité vers la célébration de l’autorité monarchique. Le questionnement, on le voit, est vaste. À bien des égards, il dépasse l’ambition d’une recherche que nous avons fait le choix de centrer autour des chroniques latines rédigées en Castille entre la Première croisade et les décennies centrales du XIIIe siècle.

*

  • 26 José Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada en España, Vitoria, 1958, p. 64, et M (...)
  • 27 Joseph O’Callaghan, Reconquest and Crusade in Medieval Spain, Philadelphie, 2003, pp. 33 e (...)
  • 28 Le premier chroniqueur à en faire état est l’archevêque de Tolède Rodrigo Jiménez de Rada  (...)
  • 29 Ainsi l’a bien manifesté Adeline Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos : los fund (...)

4Lorsqu’à l’automne 1099, la nouvelle de la conquête de Jérusalem atteint les terres dont, trois ans plus tôt, étaient partis les premiers croisés, l’Occident hispanique, malgré son peu d’engagement militaire, n’est pas demeuré à l’écart de l’enthousiasme qui traverse la chrétienté tout entière26. En quelques mots rapides, la victoire latine prend place dans la plupart des annales monastiques de l’époque27. Dans la chronique, en revanche, elle n’apparaît pas avant la première moitié du XIIIe siècle28. Ce silence si longtemps entretenu ne peut manquer d’intriguer. Il invite à réfléchir au statut conféré aux événements de Terre sainte dans l’historiographie des royaumes hispaniques occidentaux, laquelle, tout au long du XIIe siècle, traite la croisade avec une certaine parcimonie, s’attachant avant tout à en utiliser l’image afin d’exalter l’entreprise de Reconquête, dont la monarchie s’est emparée comme d’un outil puissant de légitimation29.

  • 30 Derek Lomax, « La fecha de la Crónica Najerense », Anuario de Estudios Medievales, 9 (1974 (...)
  • 31 La notice la plus récente à prendre place dans la chronique est la mort de l’infante Sanch (...)
  • 32 Existant depuis l’extrême fin du IXe siècle au moins, l’idéologie hispanique de guerre sai (...)
  • 33 Le fait a été rappelé par J. O’Callaghan, Reconquest and Crusade…, pp. 23-24.
  • 34 Distincte du schéma défini par Rome à partir du IXe siècle, comme l’a mis en relief Ph. Jo (...)
  • 35 CN, p. 118.
  • 36 Le premier chroniqueur à en faire état est Rodrigo Jiménez, HDRH, lib. VI, chap. 20, p. 20 (...)
  • 37 CN, pp. 99-100.
  • 38 Le fait a été bien signalé par P. Henriet, « L’idéologie de guerre sainte… », p. 184, et T (...)

5Écrite très certainement dans les années 1170 au plus tôt30, la Crónica Najerense est le plus tardif des textes historiographiques dont on garde la mémoire pour l’Occident hispanique du XIIe siècle. S’achevant sur la mort d’AlphonseVI en 1109, la narration, largement ouverte à des événements ultérieurs31, ne fait aucune place à la croisade. La guerre contre les musulmans y est abondamment présente, mais elle reste cantonnée au seul cadre ibérique, à l’intérieur duquel, en vertu d’une tradition séculaire32, elle est tenue pour relever de motivations spirituelles qui lui confèrent un caractère de sacralité33. Sainte si l’on accepte un critère hispanique34, la Reconquête n’est pas une croisade pour l’auteur de la Najerense qui ne manifeste aucun intérêt pour l’Orient latin. Évoquant Raymond de Saint-Gilles en raison de son alliance avec une fille d’AlphonseVI35, le récit passe sous silence le rôle majeur du comte de Toulouse dans la conquête de Jérusalem36. Au total, dans la narration, la ville sainte apparaît à une seule reprise dans un contexte médiéval. Encore le fait-elle d’une façon que l’on peut dire ambivalente, partant qu’elle est décrite comme le point de départ d’un pèlerin d’origine grecque désireux de se rendre à Compostelle37. Célèbre pour avoir donné lieu à une apparition miraculeuse de l’apôtre Jacques, figuré, sans que cela ne soit encore topique, sous les traits d’un guerrier équestre38, l’épisode n’a pas été étudié à travers la représentation qu’il propose de Jérusalem, étonnamment peu flatteuse à une époque où la ville sainte, pourtant, concentre largement les aspirations du peuple chrétien.

  • 39 N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », pp. 188-189.
  • 40 Historia Silense, éd. de Justo Pérez de Urbel et A. González y Ruiz-Zorrilla, Madrid, 1959 (...)
  • 41 HS, pp. 118-119.
  • 42 Antonio Ubieto Arteta, « ¿Se terminó de escribir la Silense ? », dans Homenaje a Fray Just (...)
  • 43 Richard FLetcher, « Reconquest and Crusade in Spain, c. 1050-1150 », Transactions of the R (...)
  • 44 Th. Deswarte, De la destruction à la restauration…, p. 230.
  • 45 HS, p. 129 : « Tunc Carolus […] rex spem capiendarum civitatum in Yspaniam mente concipien (...)
  • 46 Ibid., pp. 145-146 : « Verum qui quorundam Francorum regum mansiones describere pergunt, a (...)

6En s’attachant à un pèlerin venu de Jérusalem prier à Compostelle selon un itinéraire de dévotion inverse de celui qui est alors communément admis39, la Crónica Najerense ne fait en rien œuvre originale puisqu’elle reprend presque littéralement un motif apparu dans la deuxième décennie du XIIe siècle sous la plume de l’auteur de l’Historia Silense40. Postérieur de quelques années à la fondation des États latins d’Orient, ce dernier récit projetait à l’origine, dans la plus pure tradition néogothique, de conduire l’histoire d’Espagne jusqu’à la mort d’AlphonseVI, dont il eût constitué la geste41. Resté inachevé pour une raison inconnue42, il prend fin avec les règnes de BermudeIII et de FerdinandIer, bien qu’il intègre à la faveur d’une narration qui se joue de la chronologie certains éléments attribuables au tout début du XIIe siècle43. Au sein de ces derniers, la Première croisade ne trouve pas place. Les Francs, qui, à la suite de Godefroy de Bouillon et de Raymond de Saint-Gilles, en sont les grands acteurs, reçoivent même dans l’Historia Silense un traitement qui, comme l’a bien signalé Thomas Deswarte, les relègue systématiquement dans le monde barbare44. L’expédition de Charlemagne en péninsule Ibérique est notamment prétexte à une attaque très dure : corrompue par l’or des musulmans, l’armée impériale passe pour s’être repliée de manière honteuse absque ullo sudore pro eripienda a barbarorum dominatione santa ecclesia45. Porté peu de temps après la conquête latine de Jérusalem, un tel jugement traduit un dénigrement de l’aventure croisée en Orient d’autant plus clair qu’aux dérèglements des Francs s’oppose l’attitude vertueuse des chrétiens hispaniques qui, sous la conduite de leurs rois, luttent pour la liberté de l’Église46.

  • 47 Les éléments de filiation des deux textes ont été bien analysés par J. Estévez Sola, « Not (...)
  • 48 Th. Deswarte, De la destruction à la restauration…, p. 122.
  • 49 Présentée par Francisco Javier Fernández Conde, El libro de los testamentos de la catedral (...)
  • 50 Patrick Henriet, « Du cosmos à la Chrétienté : images d’évêques dans quelques manuscrits h (...)
  • 51 Id., « Hagiographie et historiographie en péninsule Ibérique… », p. 68.
  • 52 Id., « Du cosmos à la Chrétienté… », p. 92.
  • 53 Rapportée en premier lieu par l’HS, p. 129, la tradition situant la réalisation du coffre (...)
  • 54 Attribué à JeanVIII, le document a été publié par Thomas Deswarte, « ¿Una nueva metrópoli (...)
  • 55 Cette hypothèse a été formée pour la première fois par José Luis Martín Rodríguez, « Recon (...)

7Au moment où l’auteur anonyme de l’Historia Silense interrompt un récit qui devait être repris, un demi-siècle plus tard seulement, par le compilateur auquel on doit la Najerense47, un autre historiographe s’attache, comme lui-même l’a fait, à relire et à recomposer le passé de l’Espagne. Depuis Oviedo, l’évêque Pelayo s’emploie à toute force à exalter son siège cathédral et à lui procurer une dignité au moins égale sinon supérieure à celle de ses principaux rivaux48. Il bâtit pour servir un tel projet deux ensembles composites dont la finalité s’apparente à celles des textes compostellans inspirés par Diego Gelmírez : au Liber Testamentorum, qui est un recueil de documents de toute nature illustrant les droits du diocèse d’Oviedo, s’ajoute une compilation de matériaux historiques désignée d’ordinaire sous le nom de Co rpus Pelagianum49. En attente d’être édité50, ce dernier ensemble, dont Patrick Henriet a souligné la redoutable complexité51, ne présente à notre connaissance aucune référence directe à la croisade : pas plus que la chrétienté, entendue comme corps réuni autour de la figure du pape52, l’Orient latin n’y est en effet évoqué. Seule la cité de Jérusalem est investie par Pelayo d’un statut particulier car rattacher l’origine de l’Arca sancta, vénérée dans les Asturies, au lieu de la Passion permet à l’évêque de renforcer le prestige de son siège cathédral, où le reliquaire a été acheminé depuis Tolède au moment de la conquête arabo-berbère de l’Espagne53. Des événements récents qui, au tournant des XIe et XIIe siècles, ont marqué Jérusalem, les matériaux réunis par le prélat ne disent absolument rien, sauf à supposer qu’un faux copié dans le Liber Testamentorum, rapportant quelque trois cent ans plus tôt le départ de cavaliers mobilisés à la demande du pape54, ne fasse en réalité écho à la situation hispanique au moment du déclenchement de la Première croisade55.

  • 56 Ainsi l’a bien montré l’étude de Fernando López Alsina, La ciudad de Santiago de Compostel (...)
  • 57 L’initiative du prélat ressort clairement du prologue de l’œuvre (HC, lib. I, chap. 3, p.  (...)
  • 58 Le fait a été relevé par Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castil (...)
  • 59 Signalé jadis par Herbert E. J. Cowdrey, « Pope Urban II’s Preaching of the First Crusade  (...)
  • 60 Il convient de s’inscrire contre les affirmations de M. Díaz y Díaz, « Las tres grandes pe (...)
  • 61 Mentionnés par Jonathan Phillips, Defenders of the Holy Land. Relations between the Latin (...)
  • 62 N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », pp. 200-201.
  • 63 HC, lib. II, chap. 28, p. 271, et lib. III, chap. 26, p. 463.
  • 64 Ibid., lib. II, chap. 64, p. 353 : « Aragonensis quippe rex […] quoscumque de Gallecia aut (...)
  • 65 Signalés par N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », pp. 191-192, ces flu (...)
  • 66 Ibid., lib. II, chap. 16, p. 253 : « Compluribus Gallecanis, accepta cruce, Iherosolimam a (...)
  • 67 Ibid., lib. II, chap. 42, p. 288, et chap. 86, p. 401.
  • 68 Abondamment mises en avant par l’historiographie espagnole, comme en témoignent les analys (...)

8Informés des victoires latines remportées en Orient, ni l’évêque Pelayo ni l’auteur de l’Historia Silense n’en font état dans les constructions historiographiques qu’ils développent. À l’époque pourtant, non loin d’Oviedo et de León où ils s’investissent dans leurs travaux, un autre projet historique prend corps qui, pour sa part, s’ouvre largement à la croisade. Achevée dans les années centrales du XIIe siècle56, immédiatement après la mort de l’archevêque Diego Gelmírez, qui, quatre décennies plus tôt, en avait patronné la rédaction57, l’Historia Compostellana reflète plus qu’aucun récit l’ayant précédée les avancées de l’idéologie pontificale de guerre sainte dans l’Occident péninsulaire58. Jérusalem, pour la délivrance de laquelle la croisade s’est mobilisée59, fait notamment l’objet d’une préoccupation intense dans l’œuvre60. À croire le témoignage des clercs associés au projet de Diego Gelmírez, d’importants subsides sont envoyés de Compostelle pour venir en aide au Saint-Sépulcre61. Une confraternité, remarquablement étudiée par Nikolas Jaspert62, est même instituée afin de réunir dans une prière mutuelle les communautés des deux sanctuaires de pèlerinage63. De Galice, mais aussi de Castille, l’Historia Compostellana rapporte que de nombreux fidèles prennent le chemin de Jérusalem, précisant qu’eux seuls échappaient à l’insécurité entretenue sur les routes par le roi d’Aragon64. De tels hommes, pour la plupart, sont sans doute de simples pèlerins65, mais, à bien lire la narration, il ressort que certains d’entre eux peuvent être considérés comme des croisés66, puisque, suivant Rodrigo Vélaz et Fernán Pérez de Traba67, ils ont fait vœu de lutter contre les musulmans en Terre sainte en dépit des injonctions pontificales qui prétendaient interdire aux Espagnols un tel combat68.

  • 69 Longtemps méconnu, l’affrontement de ces deux logiques auquel nous nous sommes récemment a (...)
  • 70 HC, lib. II, chap. 78, p. 379 : « Abicientes itaque opera tenebrarum et inportabile diabol (...)
  • 71 Malgré les dénégations de M. Díaz y Díaz, « Las tres grandes peregrinaciones vistas desde (...)
  • 72 HC, lib. II, chap. 78, p. 379.
  • 73 Bien qu’un débat subsiste encore (J. Flori, « De Barbastro à Jérusalem… », p. 131), la cro (...)
  • 74 Le fait a été bien souligné par R. Fletcher, Saint James’s Catapult…, pp. 298-299.
  • 75 HC, lib. II, chap. 78, p. 379.
  • 76 Ibid., lib. II, chap. 78, p. 378 : « Cuiusmodi etiam cartam de illa plenaria absolutione a (...)

9Témoin du départ de nombre de ses compatriotes pour la croisade, Diego Gelmírez, à en croire le récit de l’Historia Compostellana, se serait personnellement employé pour diffuser dans l’Occident péninsulaire, habité par une tradition séculaire de Reconquête, l’idéal romain de guerre sainte développé à la faveur de l’expansion latine en Orient69. Intégrée à la narration, une lettre du prélat écrite en janvier 1125, au temps de sa légation dans les provinces métropolitaines de Mérida et de Braga70, exhorte les fidèles de l’ensemble des régions hispaniques à prendre les armes pour ouvrir en al-Andalus un itinéraire menant à Jérusalem71. La protection ecclésiastique sous laquelle l’archevêque place les biens des combattants au cours de l’expédition, l’indulgence plénière qu’il leur accorde en prenant soin d’en étendre la portée à tous ceux qui, empêchés de participer à l’entreprise, équiperaient un homme à leurs frais relèvent clairement des privilèges habituels de la croisade72. En développant une conception de la guerre assimilable au pèlerinage armé auquel UrbainII avait appelé jadis les chrétiens à Jérusalem73, Diego Gelmírez s’inscrit en rupture avec la position beaucoup plus conforme à l’idéologie traditionnelle de Reconquête dont il s’était fait l’interprète jusque là, notamment lors de l’assemblée de Burgos en 1113 où la reine Urraca l’avait prié d’exciter l’assistance à résister aux Almoravides74. Opéré sous l’influence de Rome, iuxta domini papæ edictum75, l’engagement du prélat au service de la croisade se double d’une vaste campagne de pédagogie que reflète l’Historia Compostellana, en détaillant les soins apportés par le dignitaire à la diffusion d’un message dont il veut qu’il soit expliqué au peuple et adressé aux principaux représentants politiques de l’Occident hispanique76.

  • 77 Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle… », pp. (...)
  • 78 R. Fletcher, Saint James’s Catapult…, p. 299 : « Does this make Diego Gelmírez a crusader  (...)
  • 79 Le fait a été relevé par J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada en España…, pp (...)
  • 80 HC, lib. II, chap. 71, p. 370.
  • 81 Ainsi l’a justement relevé M. Díaz y Díaz, « Las tres grandes peregrinaciones vistas desde (...)
  • 82 P. Henriet, « “Capitale de toute vie monastique”… », p. 441.
  • 83 HC, lib. II, chap. 28, p. 272.
  • 84 N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », p. 193, a rapporté les exemples d (...)
  • 85 Ainsi l’a souligné F. López Alsina, La ciudad de Santiago…, p. 78.
  • 86 HC, lib. III, chap. 8, p. 432 : « Beati Iacobi ecclesie thesaurarius nomine B. Ierosolimam (...)
  • 87 Tel est le cas des croisés anglais décrits comme pires que les Almoravides (ibid., lib. I, (...)

10Par sa nouveauté dans le contexte ibérique, l’ouverture de Diego Gelmírez à l’idéal pontifical de guerre sainte, dont participe pleinement la construction historiographique réalisée à la gloire du prélat, mérite sans conteste de retenir notre attention77. Suffit-elle pour autant à faire de l’archevêque de Compostelle un croisé ? À cette question sur laquelle il a refermé son travail consacré à l’homme d’Église galicien, Richard Fletcher proposait il y a vingt ans de répondre de manière négative78. Une étude du regard jeté par l’Historia Compostellana sur l’expansion latine en Orient ne peut que confirmer la justesse du sentiment de l’historien britannique. L’indulgence plénière qui s’attache à la croisade n’est pas tenue dans l’œuvre pour propre à un engagement au service de la Terre sainte : promise aux guerriers qui combattent aux frontières d’al-Andalus en vertu d’une équivalence de droit définitivement aboutie lors du premier concile de Latran79, elle est étendue en un cas aux fidèles qui mourraient en s’opposant par les armes aux violateurs de la Paix de Dieu80. Le pèlerinage à Jérusalem lui-même reçoit dans la narration patronnée par Diego Gelmírez un traitement ambigu81. Si son prestige apparaît indéniable82, l’archevêque ne semble pas, malgré les prières du patriarche de la ville sainte83, avoir résolu d’y sacrifier, comme l’ont fait en son temps les plus hauts dignitaires de l’Église hispanique84. Mieux, dans un chapitre à la facture posthume évidente85, Diego Gelmírez passe pour avoir découragé un clerc de sa cathédrale de se rendre au Sépulcre du Christ86. À bien lire l’Historia Compostellana, la dévotion pour Jérusalem n’est donc pas nécessairement investie d’une valeur positive et certains croisés, comme plus tard dans la Chronica Adefonsi Imperatoris, pourraient même en vertu d’un critère moral faire figure de parfaits contre-modèles87.

  • 88 Établie par Antonio Ubieto Arteta, « Sugerencias sobre la Chronica Adefonsi Imperatoris », (...)
  • 89 Tirant parti des efforts de l’historiographie récente pour chercher à mieux définir la cro (...)
  • 90 Le parallèle a été souligné par D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefo (...)
  • 91 Chronica Adefonsi Imperatoris, éd. d’Antonio Maya Sánchez et de Juan Gil, dans Chronica Hi (...)
  • 92 CAI, lib. I, chap. 47, p. 172. La date de 1134, donnée par le récit au départ du comte, a (...)
  • 93 CAI, lib. II, chap. 48-49, pp. 217-218, et chap. 69-72, pp. 227-229.
  • 94 Le fait a été mis en relief par D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefo (...)
  • 95 CAI, lib. II, chap. 90, p. 237.
  • 96 Ainsi l’ont affirmé D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperato (...)

11Écrite du vivant d’AlphonseVII, peu après la prise d’Almería qui, en 1147, forme le point d’orgue de son règne88, la Chronica Adefonsi Imperatoris s’est trouvée, comme l’Historia Compostellana, dans l’obligation d’offrir à la croisade une place dans la narration dont les récits hispaniques du début du XIIe siècle pouvaient encore faire l’économie. Le fait révèle sans doute à l’échelle de l’Occident péninsulaire la pénétration de l’idéologie pontificale de guerre sainte à laquelle un nombre croissant d’historiens se sont attachés au cours des dernières années89. Mais il traduit en même temps, plus encore que pour l’Historia Compostellana, combien les pratiques nouvelles forgées à l’épreuve de l’Orient s’inscrivent en terre ibérique dans un modèle guerrier préexistant qui contribue en grande partie à en réduire la portée. Peu fréquentes, les références à la croisade de Terre sainte dans la Chronica Adefonsi Imperatoris n’obéissent pas à une logique fortuite : au nombre de trois, elles s’articulent autour de deux figures de chefs militaires réputés, que le récit, jouant de leur désir commun de s’employer au service de Jérusalem, oppose presque terme à terme90. Ennemi d’AlphonseVII, à la merci duquel le sort des armes l’a provisoirement réduit91, Rodrigo González de Lara passe dans la narration pour être parti en Orient à l’annonce d’une possible disgrâce92. À l’inverse, c’est fort des succès remportés dans la défense de Tolède, dont le souverain lui avait confié la charge93, que Muño Alfonso est tenu pour avoir envisagé un engagement similaire94. Inspirée par le meurtre d’une fille coupable de s’être laissée séduire95, sa résolution ne tient pas de la fuite précipitée à laquelle la Chronica Adefonsi Imperatoris assimile celle de son devancier : elle est l’émanation d’un repentir profond qui trouve sur le Tage, plutôt qu’à Jérusalem, le lieu idéal pour s’exprimer96.

  • 97 Attribuée très souvent à l’évêque Arnaldo d’Astorga, dont Luis Sánchez Belda, Chronica Ade (...)
  • 98 Ainsi l’a souligné D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperator (...)
  • 99 CAI, lib. II, chap. 108, p. 247, et lib. III (Prefatio de Almaria), v. 382-383, p. 267.
  • 100 Sans preuve vraiment irréfutable, l’idée de la concession d’une bulle de croisade lors de (...)
  • 101 Leontina Ventura, Maria Teresa Veloso et Avelino de Jesus da Costa (éd.), Livro Preto da S (...)
  • 102 Le fait a été mis en valeur par D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefo (...)
  • 103 Ibid., pp. 470-471.

12Étonnante pour qui refuserait d’entendre qu’une guerre sainte peut au milieu du XIIe siècle être menée dans l’Occident ibérique hors de la conception romaine, une telle présentation ne doit absolument rien au hasard. Étranger sans doute à l’espace castillano-léonais, mais proche d’AlphonseVII, dont il dresse un panégyrique très éloquent97, l’auteur de la Chronica Adefonsi Imperatoris s’attache à défendre l’idée que les combats livrés en al-Andalus offrent aux fidèles qui y perdent la vie la certitude d’obtenir le salut98. Rapportant la campagne d’Almería, il insiste ainsi à plusieurs reprises sur la dimension pénitentielle de la lutte entreprise par les chrétiens du nord99. Le contexte du récit peut sembler particulier en raison de l’indulgence de croisade dont la papauté avait doté l’expédition100, mais le statut reconnu pour l’occasion à l’affrontement armé avec les musulmans ne saurait être tenu pour exceptionnel : corroboré par plusieurs documents de la pratique, comme la révision des coutumes de Coïmbre arrêtée en 1145101, il ressort d’autres passages de la narration102. À bien lire la Chronica Adefonsi Imperatoris, la guerre aux frontières septentrionales d’al-Andalus reste, comme deux siècles et demi plus tôt, une aventure collective qui engage dans l’ici-bas aussi bien que dans l’au-delà le royaume tout entier derrière le prince. L’assimilation du conflit à une croisade doit donc être découragée à toute force car elle porte en elle le risque d’affaiblir la cohésion du peuple et de la noblesse autour d’un roi qui, concurrencé par le pape, se verrait mis en cause dans sa mission providentielle103.

  • 104 CAI, lib. I, chap. 48, p. 172.
  • 105 Ibid., lib. II, chap. 90, p. 237.
  • 106 Ainsi l’a souligné D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperator (...)
  • 107 Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle… », p.  (...)
  • 108 CAI, lib. I, chap. 48, p. 172, lib. II, chap. 30, p. 209, et chap. 90, p. 237. Pour l’exem (...)
  • 109 Le fait a été bien relevé par Jonathan Phillips, « Ideas of Crusade and Holy War in De exp (...)

13Dans un tel schéma, Jérusalem en vient presque à fonctionner comme un leurre. Aux yeux de l’auteur de la Chronica Adefonsi Imperatoris, la ville ne saurait en tout cas se prévaloir d’une place prééminente dans l’économie du salut. La mort de Rodrigo González de Lara, telle qu’elle est rapportée dans le récit, l’illustre de façon convaincante : survenue en Terre sainte des conséquences d’une lèpre contractée lors d’un retour peu glorieux en péninsule Ibérique104, elle contraste avec celle qui est attribuée à Muño Alfonso, tombé en pleine grâce dans l’affrontement avec les musulmans d’al-Andalus auquel il a consacré les dernières années de sa vie105. Poussée jusqu’au trépas, l’opposition développée par la narration entre les deux chefs de guerre prétend à une valeur exemplaire. À s’y tenir, les croisades orientales constitueraient en termes de salut une peine finalement inutile106. Est-on fondé à accorder foi à pareil discours ? Peut-on penser qu’il a rencontré l’adhésion des fidèles de l’Occident péninsulaire dont il prétendait former ou du moins influencer les représentations ? Ce n’est pas le lieu ici de trancher de telles questions, mais sans doute peut-on avancer qu’il est difficile de leur apporter une réponse positive. En effet, l’auteur de la Chronica Adefonsi Imperatoris, à son corps défendant, manifeste l’insuffisance du modèle pénitentiel contenu dans l’idéologie de la Reconquête : parce qu’elle ne se propose pas de libérer un lieu saint, la lutte menée en péninsule Ibérique n’a pas valeur de pèlerinage107. Pareil manque Rodrigo González de Lara et Muño Alfonso l’ont très profondément ressenti108, puisque, comme les croisés nordiques auxquels s’attache à la même époque le De expugnatione Lyxbonensi109, ils ont cru l’un et l’autre qu’à Jérusalem, mieux que sur la frontière du Tage, ils pourraient se laver des péchés qui compromettaient leur salut.

  • 110 Geneviève BResc-Bautier, Le cartulaire du chapitre du Saint-Sépulcre de Jérusalem (Documen (...)
  • 111 Le fait ressort du remarquable travail de Rudolf Hiestand, « Un centre intellectuel en Syr (...)
  • 112 L’association du noble castillan avec les frères du Temple appert de la dédicace dont l’a (...)
  • 113 Cette donation est rapportée par la tradition chronistique péninsulaire (CAI, lib. I, chap (...)

14D’un tel espoir, la Chronica Adefonsi Imperatoris ne présente guère que l’existence. Fidèle à une tradition narrative dominante jusqu’à la fin du XIIe siècle au moins, elle le tient en effet pour préjudiciable à l’œuvre de Reconquête à laquelle les chrétiens de l’Occident ibérique, sous la conduite de leurs rois, doivent se consacrer totalement : servir à la frontière d’al-Andalus est un devoir impératif et s’en éloigner, fût-ce pour combattre en Terre sainte, ne saurait ouvrir droit à un mérite plus grand. En fonction de ce principe, les sources chronistiques taisent le plus souvent les départs de Castillans en croisade enregistrés tout au long du XIIe siècle. Lorsqu’elles les évoquent, elles le font à mots comptés et proposent de pareil engagement pour Jérusalem une lecture faussée, contrastant avec celle qui ressort des rares documents orientaux110. À partir d’un cas, celui de Rodrigo González de Lara, la narration hispanique semble même avoir construit un contre-modèle, stigmatisant un noble qui, à l’autre extrémité de la Méditerranée, fut au contraire célébré au point de se voir dédier la Description de la Terre sainte écrite au milieu du XIIe siècle par Rorgo Fretellus111, qui rappelle que, fraîchement débarqué de Castille, il avait servi aux côtés des Templiers112, auxquels il laissa par la suite son château de Toron113.

*

  • 114 Cronica Latina de los Reyes de Castilla, éd. et trad. de Luis Charlo Brea, Cadix, 1984. Dé (...)
  • 115 Chronicon Mvndi (CCCM, 74), éd. d’Emma Falque, Turnhout, 2003. Désormais abrégé CM.
  • 116 Voir la présentation croisée de ces trois chroniques dans Ana Rodríguez López, « History a (...)
  • 117 A partir des travaux de Georges Martin dont, en particulier : Les Juges de Castilles. Ment (...)

15Entre l’achèvement de la Chronica Adefonsi Imperatoris, avant 1150, et celui de la Chronique latine des Rois de Castille, vers 1230, il s’écoule environ trois quarts de siècle, tout juste interrompus, dans les années 1170, par l’élaboration de la Crónica Najerense. Les raisons de ce long silence n’ont pas vraiment été éclaircies, pas plus que n’a été expliquée de façon satisfaisante l’abondance de la production entre 1220 et 1250. En une trentaine d’années, les royaumes occidentaux de péninsule Ibérique produisent trois importantes chroniques : la Chronique latine, déjà mentionnée, attribuée à l’évêque Juan de Osma114, chancelier du roi FerdinandIII, le Chronicon Mundi de Lucas de Tuy115, chanoine de la collégiale San Isidoro de Léon, et l’Historia de Rebus Hispaniae de l’archevêque de Tolède, Rodrigo Jiménez de Rada116. Sans doute fallait-il alors tirer les leçons des grands règnes d’AlphonseVIII de Castille et d’AlphonseIX de Léon, et faire face, chacun en fonction de ses intérêts et de ses engagements, aux promesses et aux menaces contenues dans la réunion des deux couronnes par FerdinandIII, en 1230 – une réunion qui, au prix de certaines adaptations, pouvait sembler redonner vie au rêve d’un empire ibérique, incarné par AlphonseVII jusqu’en 1147 puis brisé avec le morcellement politique de la seconde moitié du XIIe siècle. Les trois chroniqueurs laissent percevoir leurs préférences, qui ont souvent été commentées117, pour la Castille ou pour le Léon, pour la noblesse ou pour le roi, pour AlphonseVIII ou pour FerdinandIII. Mais, contrairement à leurs prédécesseurs, ils ne semblent pas construire leur œuvre dans le seul but d’exalter la mémoire d’un puissant. Ils écrivent, chacun à sa façon, l’histoire collective d’un groupe humain constitué en communauté politique, alors que les rapports de force, les pratiques du pouvoir et la position des royaumes de Léon et de Castille sur la scène internationale ont considérablement évolué.

  • 118 Cf. Eloy Benito Ruano, « Las órdenes militares españolas y la idea de cruzada », Hispania, (...)
  • 119 Sur la préparation de la bataille, voir : Martín Alvira Cabrer, Guerra e ideología en la E (...)
  • 120 Peter Linehan, The Spanish Church and the Papacy in the Thirteenth Century, Cambridge, 197 (...)
  • 121 P. Linehan, The Spanish Church…, pp. 6-7 et A. García y García, « El Concilio IV… », p. 19 (...)
  • 122 Antonio García y García donne un aperçu de ces échanges dans son article : « Inocencio III (...)

16Au cœur du discours, constituant l’essentiel de la matière narrative et structurant le récit, on trouve l’histoire de la Castille chez Juan de Osma, ou plus largement, l’histoire des royaumes occidentaux de la péninsule chez Lucas de Tuy et chez Rodrigo Jiménez. Mais au travers et à partir de cette histoire locale, de ce récit national, si l’on veut, les trois chroniqueurs s’attachent à rétablir un contexte plus ou moins large, toujours suffisamment étendu pour inclure l’Orient et les possessions latines de Terre sainte. Leur intérêt pour les affaires d’Outre-mer peut s’expliquer par différentes raisons, parfois anciennes et profondes, parfois plus conjoncturelles. Les raisons anciennes sont, au moins, au nombre de deux. Il y a, tout d’abord, l’attraction ressentie par les élites civiles et ecclésiastiques pour la Terre sainte, dont témoignent les nombreux pèlerinages, nous l’avons vu. Il y a, ensuite, le sentiment d’une communauté de destin entre des régions qui ont été rapprochées par le jeu de l’histoire mais aussi par l’autorité de la papauté qui s’est employée à accréditer un principe d’équivalence entre les événements qui se déroulaient aux deux extrémités de la Méditerranée et à nouer ensemble le sort des royaumes chrétiens ibériques et celui des installations latines d’Orient. Le rôle acquis par les ordres militaires dans la deuxième moitié du XIIe siècle, installés aussi bien en Terre sainte qu’en péninsule Ibérique pour certains, ou bien, pour les ordres ibériques, imités des modèles d’Outre-mer et éventuellement destinés à partager leurs efforts entre leur terre natale et l’Orient, n’a pu que renforcer ce sentiment de familiarité, sinon d’égalité entre les deux situations118. Puis, à la charnière des XIIe et XIIIe siècles, entre la déroute castillane d’Alarcos, en 1195, et la victoire de Las Navas de Tolosa, en 1212, un tournant décisif s’opère : sous le coup de la défaite, AlphonseVIII élabore un projet tout à fait inédit dans la tradition castellano-léonaise, projet d’une véritable croisade, sollicitée par le souverain mais placée sous le patronage pontifical dont l’autorité est requise pour mobiliser à travers l’Occident les troupes dont le renfort est attendu pour repousser les Almohades. L’organisation de la campagne de 1212 et la publicité donnée à la victoire par le roi et par son entourage, dont nous ne trouvons pas de véritables antécédents, marquent une rupture dans la pratique diplomatique des dynasties léonaise et castillane119. La singularité de la situation ibérique s’estompe et la papauté ne tarde pas à prendre acte de ce déplacement. En 1215, les prélats des églises locales (parmi eux, Juan de Osma et Rodrigo Jiménez) répondent en nombre à la convocation d’InnocentIII pour participer au IVe concile du Latran. Leur assiduité confirme une évolution sensible dans le positionnement des clergés ibériques vis-à-vis de Rome, même si tous les différends n’ont pas disparu, comme en témoignent les résistances rencontrées par le légat Jean d’Abbeville, quelques années plus tard120. Au Latran, les affaires d’Orient occupent une place centrale dans les débats et le pape, affirmant plus fortement que jamais l’universalité du devoir de croisade requiert la participation économique des royaumes ibériques qui jusqu’alors en étaient exemptés en raison de la lutte qui les opposait aux infidèles sur leur propre sol121. Cette exigence, parce qu’elle provoque un vif mécontentement des églises péninsulaires et qu’elle entraîne un échange nourri de messages122, relance d’une autre façon la question de la relation entre la péninsule Ibérique et l’Outre-mer. Dans un contexte traditionnellement favorable, les liens entre l’Occident péninsulaire et la Terre sainte se trouvent donc fortement resserrés au début du XIIIe siècle.

  • 123 A propos du lien entre la Fazienda et les croisades d’Orient, Fernando Gómez Redondo écrit (...)
  • 124 CM, lib. IV, chap. 95, p. 335.
  • 125 CLRC, p. 60.
  • 126 HDRH, lib. IX, chap. 11, p. 291 ; lib. V, chap. 24, pp. 173-174 ; lib. VI, chap. 26, p. 20 (...)
  • 127 Sur le conflit et son interprétation par les deux chroniqueurs : A. Rodríguez López, « Lég (...)
  • 128 HDRH, lib. V, chap. 24, p. 174.
  • 129 HDRH, lib. VI, chap. 20, p. 202.

17La traduction de la Fazienda de Ultramar, sous FerdinandIII, et la place occupée par l’Orient dans des œuvres comme le Libro de Apolonio ou le Libro de Alexandre témoignent de cette intensification, à la fois réelle et rêvée, des rapports entre les deux principaux fronts de la lutte contre l’Islam123. Pourtant, l’évocation des croisades d’Orient dans les trois chroniques rédigées entre 1220 et 1250, comme dans celles qui avaient précédé, manifeste une ambiguïté qui ne manque pas de faire problème. Les trois chroniqueurs ont en commun de passer presque complètement sous silence la contribution ibérique aux opérations d’Outre-mer. Lucas de Tuy fait remarquer que le cardinal Pélage, dont on connaît le rôle dans le déroulement de la Ve croisade, était d’origine hispanique124. Juan de Osma signale que Rodrigo Díaz de Cameros, membre éminent de la cour de FerdinandIII, avait pris la croix125. Rodrigo Jiménez, à peine plus loquace, fait également état des intentions du seigneur de Cameros, ainsi que de l’expédition du comte Thibault de Champagne, roi de Navarre, et du projet avorté de Bernard de Sédirac, archevêque de Tolède126. Au total, Rodrigo de Cameros est, dans les chroniques, le seul représentant de la noblesse castellano-léonaise à concevoir le projet de se rendre en Terre sainte. Sa figure ne s’en trouve pas particulièrement grandie puisque Juan de Osma et Rodrigo Jiménez ne retiennent à son sujet que les conséquences de son statut de croisé sur le contentieux qui l’oppose à FerdinandIII127. Dans l’ensemble, la participation aux croisades d’Orient ne semble donc pas apparaître aux yeux des chroniqueurs comme un ornement susceptible d’accroître la réputation d’un noble ibérique ou contribuant à l’exaltation collective de la chevalerie castellano-léonaise. Cette réticence mérite d’autant plus d’être relevée que Rodrigo Jiménez prend la peine d’évoquer le passage outre-mer de princes étrangers dont il souhaite dresser un portrait flatteur. Ainsi, il loue la bravoure de Thibault de Champagne, sa libéralité et sa piété, rappelant la croisade du roi de Navarre, l’effort financier qu’il a consenti pour soutenir ses compagnons les moins fortunés et son souci de participer à la libération des otages et des prisonniers avant de regagner ses possessions128. De la même façon, la mention de Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, à propos de son mariage avec une fille du roi AlphonseVI de Castille, donne prétexte à une allusion très avantageuse au rôle qu’il aurait joué à la tête de la Première croisade129. Si leur contribution à la conquête ou à la défense des Lieux saints participe à illustrer la valeur des chevaliers francos, le pèlerinage d’Orient n’a, semble-t-il, pas la même fonction pour les élites castellano-léonaises.

  • 130 CM, lib. IV, chap. 95, p. 335.
  • 131 CLRC, pp. 43-46.
  • 132 CLRC, pp. 81-83.
  • 133 Sur le traitement par Juan de Osma de la croisade albigeoise : Daniel Baloup, « La Croisad (...)

18L’évocation des événements de Terre sainte ne met donc jamais en scène les croisés issus du domaine ibérique. D’une chronique à l’autre, elle apparaît très inégale, aussi bien par le volume et la précision du récit que par le choix des épisodes narrés. Lucas de Tuy ne rapporte que la prise puis la perte de Damiette par les contingents de la Ve croisade130. Rodrigo Jiménez de Rada, comme nous l’avons vu, survole en quelques lignes le déroulement de l’expédition qui conduit à la prise de Jérusalem en 1099 et fait état de la croisade particulière de Thibault de Champagne. En revanche, Juan de Osma, apporte des indications abondantes et détaillées, à propos de la croisade de l’empereur FrédéricIer, des opérations conduites par Philippe-Auguste et par Richard Cœur-de-Lion dont il raconte le retour, la captivité et la mort, à propos aussi du détournement de la croisade prêchée par InnocentIII qui aboutit à la prise de Byzance et à l’instauration de l’Empire latin d’Orient131. Les circonstances de la remise de Jérusalem à FrédéricII donnent également matière à un récit très informé qui inclut les conditions du retour de l’empereur en Italie et la conclusion du traité de San Germano avec le pape132. Ces différentes séquences, ainsi que d’autres qui concernent les régions voisines de la péninsule, sont insérées de façon chronologique au fil du récit que Juan de Osma consacre à l’histoire de la Castille. L’origine de ces informations ne semble guère faire de doute. La papauté est toujours partie prenante dans les événements rapportés et leur déroulement est systématiquement narré dans un sens favorable à l’institution pontificale. Il suffit de voir le passage consacré à la prise de Byzance en 1204 ou celui qui traite de la croisade albigeoise pour s’en convaincre133. Selon toute vraisemblance, Juan de Osma tient ses informations de l’entourage du pape ou de la Curie. La place qu’il accorde aux événements de Terre sainte et l’abondance des détails repris dans sa chronique ne manifestent donc pas nécessairement un intérêt particulier pour l’Outre-mer et pourrait n’être que la conséquence mécanique d’un projet visant à mettre en parallèle l’histoire de la Castille et celle de l’Occident, dans sa version romaine. Cependant, il vaut la peine de prêter attention à la composition de la chronique de Juan de Osma. Les épisodes se succèdent dans l’ordre chronologique, nous l’avons dit, mais ils semblent ne pas être positionnés au hasard. En effet, les références aux événements d’Orient sont systématiquement insérées dans le récit des conquêtes opérées par les rois chrétiens sur le sol ibérique. Ainsi, le récit des IIIe et IVe croisades, associées à la croisade albigeoise, se situe juste après celui des conquêtes d’AlphonseVIII et de sa mort, et juste avant la mention de la mort d’InnocentIII et son éloge. Les expéditions dirigées par le pape vers l’Orient et vers le Midi font ainsi pendant à celles conduites par le roi de Castille en Andalousie. Suivant un procédé assez proche, la récupération de Jérusalem par FrédéricII est placée entre les opérations victorieuses des rois d’Aragon et de Léon contre Majorque et contre Mérida et l’échec du roi de Castille devant Jaén. On observe un procédé assez comparable dans la chronique de Lucas de Tuy qui évoque les principaux épisodes de la Ve croisade après avoir mentionné le développement de l’œuvre pastorale conduite par les ordres mendiants sur le sol hispanique et avant de passer au récit des expéditions conduites en Andalousie par FerdinandIII. Sous ce jour, les conquêtes des souverains ibériques semblent participer d’un vaste effort visant à propager la foi du Christ, la contribution des rois de Castille, d’Aragon et du Portugal à l’œuvre commune apparaissant d’autant plus décisive et louable que les nouvelles du front oriental font apparaître la difficulté éprouvée par les Latins à conserver leurs positions.

  • 134 HDRH, lib. VI, chap. 11, p. 190.
  • 135 HDRH, lib. IV, chap. 8, p. 125.
  • 136 HDRH, lib. III, chap. 22, p. 108.

19Il ressort donc (on pouvait s’y attendre) que l’évocation des événements de Terre sainte est largement conditionnée par l’image que les chroniqueurs souhaitent donner de la Reconquête ibérique et des rois qui en sont, au moins dans les chroniques, les principaux artisans. Les réticences qui se manifestaient au XIIe siècle demeurent très vivaces : le silence qui entoure la contribution ibérique aux croisades de Terre sainte et le traitement des épisodes concernant les entreprises orientales en témoignent. Néanmoins, un glissement semble s’opérer, qui serait tout à fait justifié par les éléments de contexte que nous avons rappelés plus haut. Ce glissement est manifeste chez Juan de Osma : la mise en relation des opérations militaires se déroulant en Orient et de celles qui ont lieu en péninsule Ibérique, par le procédé de juxtaposition qui a été décrit, va dans le sens de l’affirmation d’un principe d’équivalence entre les deux fronts, principe défendu de longue date par la papauté mais qui n’avait jamais encore trouvé d’expression aussi frappante sous la plume d’un chroniqueur castillan. Ce glissement est également sensible dans le De Rebus Hispaniae. Rodrigo Jiménez introduit dans sa chronique l’épisode du pèlerin grec qui, depuis Jérusalem, gagne le sanctuaire de Compostelle et qui voit saint Jacques lui apparaître pour annoncer la prise de Coïmbre134. Il se fait l’écho de l’histoire racontée par Pélage qui situe l’origine du reliquaire de San Miguel en Terre sainte et explique sa présence dans le Nord de la péninsule par une suite de déplacements, de Jérusalem à Séville, de Séville à Tolède et de Tolède à Oviedo, déplacements justifiés par l’avancée des troupes musulmanes135. Enfin, et ce n’est pas le moins troublant, Rodrigo Jiménez compare la perte de l’Espagne à la chute de la Jérusalem, sans préciser cependant s’il fait allusion à la conquête de Ville sainte par les musulmans en 638136. Le lien entre la Terre sainte et la péninsule reste diffus parce que à l’unicité de Jérusalem répond la multiplicité des villes ibériques qui délimitent l’espace sacré imaginé par le chroniqueur : Oviedo, Saint-Jacques-de-Compostelle et Tolède. Néanmoins, un lien est tissé d’une extrémité à l’autre de la Méditerranée, lien qui n’est pas sans rapport avec la conquête musulmane, nous l’avons vu. Sur les deux fronts, la lutte contre les infidèles se trouve donc, naturellement, placée sous la même bannière. À propos de la Première croisade, dont il ne dit pas grand chose, Rodrigo Jiménez prend la peine de préciser que le pape UrbainII décida à cette occasion que les combattants qui s’engageaient pour la libération des Lieux saints porteraient une croix cousue sur leur épaule droite. Ce détail revêt une certaine importance car, dans sa description du rassemblement des troupes à Tolède avant la victoire de Las Navas de Tolosa, l’archevêque mentionne, de la même façon, le signe de la croix sur les vêtements des hommes qui affluent.

  • 137 Voir en particulier : Damian J. Smith, « Soli Hispani ? Innocent III and Las Navas de Tolo (...)
  • 138 CM, lib. IV, chap. 51, p. 286.
  • 139 CM, lib. IV, chap. 14, p. 233.
  • 140 CM, lib. IV, chap. 88, p. 328.
  • 141 CM, lib. IV, chap. 98, p. 336. Le rapprochement entre la légation de Jean d’Abbeville et l (...)
  • 142 Sur la biographie de Lucas et ses incertitudes : Francisco Javier Fernández Conde, « El bi (...)
  • 143 CM, lib. IV, chap. 77, pp. 314-316.

20Il faut se souvenir que, depuis 1218, Rodrigo Jiménez remplissait les fonctions de légat pontifical, chargé entre autres choses de mobiliser les royaumes ibériques en faveur des croisades d’Orient. Ses efforts pour rapprocher les deux champs d’opération n’en apparaissent que plus compréhensibles. Mais, prenons garde : rapprocher ne signifie pas confondre ni assimiler. L’exemple de la campagne de 1212 montre très clairement comment l’archevêque de Tolède cherche à conserver le caractère proprement ibérique de la victoire dont il attribue le mérite au roi de Castille. Son application à dénigrer la participation des francos et l’absence de mention à l’intervention pontificale ont été relevées et commentées137. L’attitude de Juan de Osma se révèle absolument identique. À propos des croisades de Terre sainte, il ne manque pas de louer le rôle joué par la papauté mais lorsque le récit porte sur les opérations en terres ibériques, il n’est jamais question de la contribution du souverain pontife. La Reconquête reste dans tous les cas l’affaire du roi de Castille qui en recueille l’ensemble des bénéfices, matériels mais aussi symboliques. Chez Lucas de Tuy, la mise en scène est différente mais l’effet obtenu par le chroniqueur ne diffère guère de celui observé dans les chroniques de Juan de Osma et de Rodrigo Jiménez. Comme l’archevêque, le chanoine léonais évoque l’épisode du pèlerin grec138 et l’origine orientale du reliquaire d’Oviedo139. Il se singularise en laissant paraître l’influence pontificale dans les affaires ibériques. Ainsi, si la mobilisation des royaumes hispaniques à la veille de la campagne de 1212 est présentée comme le résultat de l’action diplomatique entreprise par AlphonseVIII, la présence de contingents étrangers apparaît dans le récit comme le produit d’une initiative d’InnocentIII qui envoie en mission l’archevêque de Tolède et promet l’indulgence plénière à tous ceux qui répondent à son appel140. Lucas de Tuy signale aussi le rôle joué par Jean d’Abbeville, légat du pape GrégoireIX, attribuant à son influence le réveil des ardeurs belliqueuses d’AlphonseIX de Léon et la prise de Cáceres, en 1229141. Mais le dévoilement de la participation pontificale à la Reconquête s’accompagne d’un silence presque complet sur les opérations d’Outre-mer, nous l’avons vu. Il semble que Lucas avait accompli le pèlerinage de Terre sainte au début des années 1230142. Pourtant, les événements d’Orient s’effacent, dans sa chronique, devant l’œuvre éclatante qui s’accomplit en péninsule et la dignité de la lutte engagée sur la frontière ibérique est affirmée avec force. Il suffit pour s’en convaincre de considérer le récit de la rencontre entre AlphonseVII de Léon, incarnation des vertus royales selon les canons ibériques, et LouisVII de France, dont Lucas ne mentionne pas l’engagement en Terre sainte, certes postérieur à la rencontre. Avec une cruauté dont Rodrigo Jiménez s’emploie dans sa propre chronique à tempérer la violence, le chanoine s’applique à abaisser le souverain français, héros malheureux de la Deuxième croisade, devant la gloire sans égale du roi de Léon143.

  • 144 P. Linehan, « Dates and Doubts… ». Les hypothèses de l’auteur sont parfois bien fragiles. (...)
  • 145 La reprise de symboles et de motifs discursifs propres aux croisades d’Orient dans les chr (...)

21Les chroniques rédigées entre 1220 et 1250 manifestent à l’égard des croisades de Terre sainte une indifférence que l’on peut juger feinte. Juan de Osma en parle abondamment mais comme d’événements lointains et étrangers. Rodrigo Jiménez se contente de quelques références très dispersées dans le corps de son récit et qui peuvent sembler accidentelles, au premier regard. Lucas de Tuy, enfin, ne dit presque rien des expéditions d’Outre-mer. Pourtant, nous percevons une tendance commune à rapprocher les opérations conduites sur les deux fronts contre les infidèles, une mise en parallèle qui se manifeste de façon très claire chez Juan de Osma, plus discrètement mais avec autant de prégnance chez Rodrigo Jiménez. Nous avons vu que ce rapprochement conduit à souligner les différences. La Terre sainte est un théâtre où peuvent briller les princes étrangers dont l’archevêque de Tolède se plaît à louer les vertus. En péninsule Ibérique, les rois de Léon et de Castille conduisent leur croisade particulière entourés d’une noblesse qui est fermement invitée à ne pas s’égarer outre-mer. Avec le Chronicon Mundi, Lucas de Tuy démontre qu’il est possible, vers 1235, de rédiger une chronique sans presque jamais mentionner les événements qui se produisent à la même époque en Orient. Juan de Osma et Rodrigo Jiménez procèdent autrement, ils traitent des croisades d’Orient comme pour en tempérer la force d’attraction et en occulter le caractère paradigmatique. Les chroniqueurs s’emploient, chacun à sa façon, à rappeler la singularité et l’éminente dignité de la Reconquête ibérique, au service de saint Isidore, dans le cas de Lucas de Tuy qui associe étroitement la dilatation des royaumes chrétiens ibériques à l’intercession du patron de la collégiale léonaise, et surtout, pour les trois chroniqueurs, au service du roi, dont la stature peut même se trouver grandie par l’équivalence désormais assumée entre Reconquête et croisade : Lucas de Tuy, dont on soupçonne les origines ultramontaines144, met en valeur la collaboration du pape et du roi ; Rodrigo Jiménez s’empare du symbole de la croix pour établir un parallèle entre la Première croisade et la campagne de Las Navas de Tolosa ; Juan de Osma, enfin, adapte le vocabulaire de la chancellerie pontificale pour qualifier FerdinandIII de miles Christi dans son récit de la conquête de Cordoue145. À ce titre, il semble permis de conclure que les premières décennies du XIIIe siècle marquent une étape importante dans le processus d’adaptation, ou plutôt d’appropriation de l’appareil symbolique et discursif qui forme la charpente de l’idée et de l’institution de croisade. Mais le contenu est élaboré en fonction des exigences de la royauté et sans doute aussi (mais les deux vont bien ensemble) des besoins conjoncturels du vieil idéal gothique, sans cesse perdu et sans cesse retrouvé, d’un empire hispanique.

*

  • 146 Sur la tentation ressentie (ou exprimée) par certains et le vœu d’Alphonse IX de Léon, voi (...)

22Au terme de ce parcours, il apparaît que le traitement des événements d’Outre-mer dans les chroniques léonaises et castillanes n’a pas évolué de façon continue et linéaire. D’un texte à l’autre, le discours historiographique sur la Terre sainte et sur les croisades subit des transformations irrégulières, qui pourraient presque sembler aléatoires. Pourtant, il ressort de notre étude un profond attrait pour l’Orient. Le projet de Diego Gelmírez d’atteindre Jérusalem par un chemin tracé au travers d’al-Andalus ou encore le thème récurrent de la translation de la Terre sainte vers la péninsule Ibérique de reliques orientales expriment cette fascination. Elles manifestent aussi la nécessité ressentie par les chroniqueurs de replacer à l’échelle de la chrétienté, et donc en rapport avec l’Outre-mer, l’œuvre sainte de la Reconquête. En la matière, la politique pontificale mais aussi une certaine évidence historique imposent un rapprochement et, au-delà, une prise de position. Les enjeux sont multiples et diversement ressentis selon les engagements et le positionnement institutionnel de l’auteur. Pour les clercs qui écrivent en péninsule Ibérique au XIIe et au XIIIe siècle, le problème consiste à conjuguer le service du pape et celui du prince. De façon évidente, la majorité des chroniqueurs étudiés se préoccupe avant tout des intérêts du second. Ce choix interdit un traitement autonome et circonstancié des expéditions orientales, pour une raison simple : les rois léonais et castillans ne se sont jamais engagés en Terre sainte146. L’écriture de l’histoire servant avant tout à consolider le socle symbolique et théorique sur lequel s’appuie la royauté, l’éloge ou le simple récit des croisades d’Orient serait idéologiquement contre-productif. La Chronica Adefonsi Imperatoris, vers 1140, illustre parfaitement cette situation.

  • 147 Antonio García y García, « Reforma gregoriana e idea de Militia Sancti Petri en los reinos (...)
  • 148 César Domínguez, « Las cruzadas y el discurso sapiencial. Hacia un panorama de los exempla(...)
  • 149 L’attribution de l’œuvre à AlphonseX est défendue par Cristina González, La Tercera Crónic (...)
  • 150 Miranda Cioba, « La Historia Orientalis de Jacques de Vitry en manuscritos castellanos med (...)

23En l’absence d’évolution linéaire, il est néanmoins possible de distinguer des seuils dans la façon de traiter les affaires d’Orient. Au début du XIIIe siècle, un changement se produit, dont les rédacteurs de l’Historia Compostellana ont été les précurseurs. Les trois chroniques datées de cette époque témoignent d’un effort conjoint d’appropriation des bénéfices symboliques de la croisade, acclimatés et appliqués à la Reconquête. D’une certaine façon, la Reconquête est désormais assimilée à une croisade mais pas dans les termes souhaités par la papauté. En faisant basculer l’édifice imaginé par GrégoireVII, qui plaçait les princes ibériques en situation de dépendance vis-à-vis du pouvoir pontifical et à son service147, les rois castillans utilisent à leur propre avantage l’implication du pontife romain dans la lutte contre les musulmans d’al-Andalus. Désormais, l’aventure orientale peut être regardée et décrite avec moins de méfiance ; Juan de Osma ne s’en prive pas. Au même moment, les textes hagiographiques et la poésie s’ornent de vignettes reprises du cycle français de la croisade148 et, quelques temps plus tard, AlphonseX préside à la rédaction en castillan, à partir des mêmes sources, de la Gran Conquista de Ultramar149. Plus tard encore, l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry est traduite. Le plus ancien manuscrit conservé, daté du début du XIVe siècle, associe cette traduction à une version romane du De Rebus Hispaniae150. Le récit des aventures de Godefroy de Bouillon et de ses continuateurs a perdu, aux yeux de la royauté castillane, son caractère subversif car elles ne risquent plus d’apparaître supérieures en dignité à la geste des princes hispaniques. Les historiographes de la cour ont œuvré en ce sens et l’histoire a tranché. Alors que l’Orient apparaît définitivement perdu, c’est sur les champs de bataille occidentaux, sous la bannière des rois de Léon et de Castille, que les chrétiens justifient les faveurs que Dieu leur prodigue en refoulant ses ennemis.

Notes

1 La transcription initiale de María del Carmen Pescador Del Hoyo, « Tres nuevos poemas medievales », Nueva Revista de Filología Hispánica, 14 (1960), pp. 242-250, a fait l’objet de corrections philologiques de la part d’Enzo Franchini, « Ay, Iherusalem : ¿una canción de cruzada castellana ? », dans Actas do IV Congresso da Associação Hispânica de Literatura Medieval (2 vol.), Lisbonne, 2, 1993, pp. 343-346, qui ont facilité la nouvelle édition de Fernando Gómez Redondo, Poesía española, 1, « Edad Media », Barcelone, 1996, pp. 165-169.

2 Le fait a été souligné par Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004, pp. 38-39.

3 Fondé sur l’archétype des Lamentations de Jérémie, le poème pourrait avoir puisé à une tradition juive, comme l’a fait valoir Paloma Díaz-Mas, « Influencias judías en la literatura castellana medieval », Revista de Dialectología y Tradiciones Populares, 54 (1999), pp. 140-142, en s’attachant à en analyser la métrique. Nous tenons à remercier la Dra. Charo Moreno, qui a attiré notre attention sur cet article et nous en a facilité une copie.

4 La plupart des auteurs qui se sont intéressés au poème ont privilégié une étude philologique dans la continuité des travaux d’Eugenio ASensio, « ¡Ay, Iherusalem ! Planto narrativo del siglo XIII », Nueva Revista de Filología Hispánica, 14 (1960), pp. 251-270, reproduit dans Id., Poética y realidad en el cancionero peninsular de la Edad Media, Madrid, 1970, pp. 263-292, de Henk De Vries, « Un conjunto estructural : el Poema del nombre de Dios en la ley (Tres nuevos poemas medievales : NRFH, XIV, 1960) », Boletín de la Real Academia Española, 51 (1971), pp.305-325, ou encore d’E. FRanchini, « Ay, Iherusalem : ¿una canción de cruzada castellana ?… », pp. 343-348, et Id ., « Prolegómenos para una nueva edición de Ay, Iherusalem », dans Actas del VIII Congreso internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, Santander, 2000, pp. 741-750.

5 La date de la composition du poème a été amplement débattue dans la mesure où il n’est pas précisé dans le texte auquel des deux conciles de Lyon il est fait référence. L’hypothèse d’Alan Deyermond, « ¡Ay, Jherusalem !, estrofa 22 : traductio y tipología », dans Estudios ofrecidos a Emilio Alarcos Llorach (2 vol.), Madrid-Oviedo, 1, 1977, pp. 283-290, optant pour la réunion de 1245, convoquée à cause de la perte de Jérusalem l’année précédente, me paraît mieux assurée que celle d’E. Asensio, « ¡Ay, Iherusalem ! Planto narrativo del siglo XIII… », qui, pour sa part, incline en faveur de l’assemblée de 1274, postérieure de trente ans à la défaite chrétienne. À une opinion similaire s’est récemment rallié César Domínguez, « Lírica y cruzadas en el ámbito hispanomedieval : una lectura de las cantigas gallego-portuguesas desde la literatura comparada », dans J. C. Rigall et E. M. Díaz Martínez (éd.), Iberia cantat. Estudios sobre poesía hispánica medieval, Saint-Jacques-de-Compostelle, 2002, p. 155.

6 Ainsi ont procédé Juan Victorio, « ¡Ay Iherusalem ! : la guerra y la literatura », dans Actas del I Congreso de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, Barcelone, 1988, p. 600, E. Franchini, « Ay, Iherusalem : ¿ una canción de cruzada castellana ?… », p. 347, ou F. Gómez Redondo, Poesía española…, p. 164.

7 Avérée d’un point de vue générique, cette constatation doit toutefois être nuancée comme l’a relevé C. Domínguez, « Lírica y cruzadas en el ámbito hispanomedieval… », p. 156, du fait qu’« algunos indicios permiten presuponer la existencia de otras composiciones castellanas (desconocidas o perdidas actualmente) ».

8 Une telle idée a été défendue par J. Victorio, « ¡Ay Iherusalem ! : la guerra y la literatura… », pp. 599-600, E. Franchini, « Ay, Iherusalem : ¿una canción de cruzada castellana ?… », p. 347, et, selon une ligne argumentaire différente, par Pedro Tena Tena, « Nuevas glosas al poema ¡Ay Iherusalem ! », dans Actas del V Congreso de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (4 vol.), Grenade, 4, 1995, pp. 383-388.

9 À ce propos, les corrections de F. Gómez Redondo, Poesía española…, pp. 163-164, demeurent mineures.

10 Ainsi l’ont bien souligné Miguel Calleja Puerta, El conde Suero Vermúdez, su parentela y su entorno social. La aristocracia asturleonesa en los siglos XI y XII, Oviedo, 2001, pp. 462-463, et Patrick Henriet, « L’espace et le temps hispaniques vus et construits par les clercs (IXe-XIIIe siècles) », dans Id. (éd.), À la recherche de légitimités chrétiennes. Représentations de l’espace et du temps dans l’Espagne médiévale, IXe-XIIIe siècle (Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 15), Lyon, 2003, pp. 109-110.

11 Largement sous-estimés, de tels mouvements restent très méconnus en raison d’une tendance de l’historiographie espagnole à se concentrer sur la Reconquête, d’autant plus accusée sans doute que, comme l’a bien rappelé Nikolas Jaspert, « Zwei unbekannte Hilfsersuchen des Patriarchen Eraclius vor dem Fall Jerusalems (1187) », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 60 (2004), p. 489, on observe encore aujourd’hui une « Vernachlässigung der Iberischen Halbinsel durch die internationale Kreuzzugsforschung » jusqu’à la croisade du roi JacquesIer d’Aragon, bien étudiée par Reinhold Röhricht, « Der Kreuzzug des Königs Jacob I. von Aragonien (1269) », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 11 (1890), pp. 372-396, et par Fransesc Carreras i Candi, « La creuada a Terra Santa », dans I Congreso de historia de la Corona de Aragón, Barcelone, 1909, pp. 106-138.

12 Historia Compostellana (CCCM, 70), éd. d’Emma Falque, Turnhout, 1988, lib. I, chap. 112, p. 195, lib. II, chap. 3, p. 225, chap. 10, p. 240, chap. 42, p. 288, chap. 64, p. 353, et lib. III, chap. 8, p. 432. Désormais abrégé HC.

13 Le fait a été signalé par Klaus Herbers, « Cruzada y peregrinación. Viajes marítimos, guerra santa y devoción », dans Actas del II Congreso Internacional de Estudios Jacobeos, 2 vol., Saint-Jacques-de-Compostelle, 2, 1996, p. 37, et Manuel Díaz y Díaz, « Las tres grandes peregrinaciones vistas desde Santiago », dans P. Caucci von Saucken (éd.), Santiago, Roma, Jerusalén. Actas del III Congreso Internacional de Estudios Jacobeos, Saint-Jacques-de-Compostelle, 1999, p. 88, tout comme par Saul António Gomes, « Coimbra e Santiago de Compostela : aspectos de um inter-relacionamento nos séculos medievos », Revista Portuguesa de Historia, 34 (2000), pp. 475-476, ou encore Robert Durand, « Le souverain vu du cloître. Hagiographie et idéologie royale au Portugal : le cas de Sainte-Croix de Coïmbre », dans S. Cassagnes-Brouquet et al. (éd.), Religion et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes, 2003, pp. 56-57.

14 À cet égard, il serait souhaitable de mettre en œuvre à l’échelle de la péninsule Ibérique des dépouillements aussi systématiques que ceux sur la base desquels Jonathan Riley-Smith, The First Crusaders, 1095-1131, Cambridge, 1997, pp. 196-246, a fourni une liste des Latins partis en Orient dans les trente-cinq ans après l’appel de Clermont.

15 Dans la partie orientale de la péninsule Ibérique, où les croisés furent de toute évidence plus nombreux, un intérêt ancien existe pour le thème, dont attestent les travaux classiques de Josep Gudiol, « De peregrins i peregrinatges religiosos catalans », Analecta Sacra Tarraconensia, 8 (1927), pp. 93-119, ou d’Antonio Ubieto Arteta, « La participación navarro-aragonesa en la Primera Cruzada », Príncipe de Viana, 28 (1947), pp. 357-383.

16 Complétée par les récents travaux de Margarita Torres Sevilla, « Cruzados y peregrinos leoneses y castellanos en Tierra santa (siglos XI-XIII) », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, 9 (1999), pp. 63-82, et « Nobleza y Cister : un nexo de unión entre los reinos cristianos peninsulares », Cistercium, 57.238 (2005), pp. 324-326, la vieille étude de Martín Fernández De Navarrete, Españoles en las cruzadas, Madrid, 1816 (rééd. : Madrid, 1986), reste indispensable malgré ses insuffisances. Au sein des combattants originaires du Léon et de Castille, dont une recension très intéressante, bien que partielle, a été proposée par Nikolas Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate. Die Kathedralkapitel von Compostela und Jerusalem in der ersten Hälfte des 12. Jahrhunderts », dans P. Caucci von Saucken (éd.), Santiago, Roma, Jerusalén…, pp. 190-193, se détachent les membres du lignage Traba, qui, pour plusieurs d’entre eux, ont pris la route de Jérusalem, ainsi que l’ont récemment signalé Margarita Torres Sevilla, Linajes nobiliarios de León y Castilla (siglos IX-XIII), Salamanque, 1999, pp. 325 et 335, M. Calleja Puerta, El conde Suero Vermúdez…, p. 470, et José Luis López Sangil, La nobleza altomedieval gallega. La familia Froilaz-Traba, Noia, 2002, pp. 44 et 97-98.

17 Philippe Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle. Éléments pour une réflexion », dans L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences. Actes du XXXIIIe Congrès des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Paris, 2003, p. 76, n. 3.

18 Ainsi l’a bien signalé Nikolas Jaspert, « Frühformen der geistlichen Ritterorden und die Kreuzzugsbewegung auf die Iberischen Halbinsel », dans Kl. Herbers (éd.), Europa und der Wende vom 11. zum 12. Jahrhundert. Beiträge zu Ehren von Werner Goez, Stuttgart, 2001, p. 105, vérifiant les éléments fournis par le Magisterarbeit d’Alexander Bronisch, Elemente der Kreuzzugsbewegung in der Reconquista (1045-1250), Constance, 1990, pp. 139-141. De ce travail, hélas resté inédit, nous tenons à remercier l’auteur de nous avoir procuré une copie.

19 En Castille, de nombreux nobles ont fait vœu de croisade, comme l’a récemment relevé Ana Rodríguez López, « Légitimation royale et discours sur la croisade en Castille aux XIIe et XIIIe siècles », Journal des Savants, 2004, pp. 132-138, et, en leur sein, plusieurs semblent effectivement s’être embarqués pour l’Orient, à l’image de Fernán Pérez Ponce, dont l’exemple a été étudié par Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique…, p. 41.

20 José Manuel Rodríguez García et Ana Echevarría Arsuaga, « AlfonsoX, la orden teutónica y Tierra Santa. Una nueva fuente para su estudio », dans R. Izquierdo Benito et F. Ruiz Gómez (éd.), Las órdenes militares en la Península Ibérica, 1, « Edad Media », Cuenca, 2000, pp. 489-509.

21 Sensible au sort de la Terre sainte jusqu’à la fin de son règne, ainsi qu’il ressort du projet de croisade rapporté par la Crónica de Alfonso X, éd. de Manuel González Jiménez, Murcie, 1998, p. 210, AlphonseX a voulu faire enterrer son cœur à Jérusalem sous l’influence possible de sa sœur Éléonore, l’épouse d’ÉdouardIer d’Angleterre, avec qui il s’est entretenu lorsqu’elle est rentrée d’Orient en 1273, comme l’a signalé Bernard Hamilton, « Eleanor of Castile and the Crusading Movement », Mediterranean Historical Review, 10 (1995), pp. 101-102. Quelle qu’en fût la cause véritable, le désir du souverain s’est exprimé avec force dans son testament édité par Manuel González Jiménez, Diplomatario andaluz de Alfonso X, Séville, 1991, p. 559, doc. 521 : « Otrosi mandamos que luego que muriéremos, que nos saquen el coraçon e quel lieuen a la Sancta Tierra de Ultramar e quel sotierren en Jherusalem en el Monte Caluar, allí do yazen algunos de nuestros auuelos. E si leuar non lo pudieren, que lo pongan en algun logar ó esté fata que Dios quiera que la tierra se gane e se pueda leuar en saluo ». Le fait qu’un tel vœu n’ait pu être finalement accompli, ainsi que l’a mis en évidence Denis Menjot, « Un chrétien qui meurt toujours. Les funérailles royales en Castille à la fin du Moyen Âge », dans M. Núñez Rodríguez et E. Portela Silva (éd.), La idea y el sentimiento de la muerte en la historia y el arte de la Edad Media, 2 vol., Saint-Jacques-de-Compostelle, 1, 1988, p. 130, ne doit pas amener à minorer cette dévotion pour la Terre sainte, qui animait encore au début du XIVe siècle le roi DenisIer de Portugal (Alexandre Ferreira, Supplemento historico ou memorias da celebre ordem dos Templarios para a historia da admiravel ordem de Nosso Senhor Jesu Christ, 2 vol., Lisbonne, 1, 1735, p. 674).

22 Derek Lomax, La Reconquista, Madrid, 1984 (éd. anglaise originale : The Reconquest of Spain, Londres, 1978), p. 135. Un tel intérêt n’est pas exactement réversible, comme l’a révélé l’auteur (Id., « La conquista de Andalucía a través de la historiografía europea de la época », dans E.Cabrera Muñoz [éd.], Andalucía entre Oriente y Occidente. Actas del V Coloquio internacional de historia medieval de Andalucía, Cordoue, 1988, p. 40).

23 Moshé Lazar, La Fazienda de Ultra Mar. Biblia romanceada et itinéraire biblique en prose castillane du XIIe siècle, Salamanque, 1965, p. 12, et D. Lomax, La Reconquista…, p. 135.

24 Se fondant sur l’état de la langue, María del Carmen Sanchís Calvo, El lenguaje de La Fazienda de Ultramar, Madrid, 1991, p. 568, a attribué à l’époque de FerdinandIII la rédaction d’une œuvre qui prit modèle sur des textes latins antérieurs, comme l’a montré Benjamin Kedar, « Sobre la génesis de La Fazienda de Ultramar », Anales de Historia Antigua y Medieval, 28 (1995), pp. 131-136. Majoritairement admise, cette position a reçu l’assentiment de Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa medieval castellana, 1, « La creación del discurso prosístico : el entremado curial », Madrid, 1998, p. 113.

25 Sur ce point, les analyses de Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, « La cruzada como discurso político en la cronística alfonsí », Alcanate. Revista de Estudios Alfonsíes, 2 (2000-2001), pp. 23-41, et « La figura del obispo cronista como ideólogo de la realeza en León y Castilla : la construcción de un nuevo modelo de didáctica política en la primera mitad del siglo XIII », dans M. Aurell et Á. García de la Borbolla (éd.), La imagen del obispo hispano en la Edad Media, Pampelune, 2004, pp. 115-152, complètent nos propres travaux : Daniel Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris (ca. 1150) », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 25 (2002), pp. 453-480, et « Guerre sainte et violences religieuses dans les royaumes occidentaux de péninsule Ibérique au Moyen Âge », dans M.Bertrand et P. Cabanel (éd.), Religions, pouvoir et violence, Toulouse, 2004, pp. 15-32, et Ph.J osserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIè siècle… », pp.75-85.

26 José Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada en España, Vitoria, 1958, p. 64, et M.T orres Sevilla, « Cruzados y peregrinos… », pp. 64-65.

27 Joseph O’Callaghan, Reconquest and Crusade in Medieval Spain, Philadelphie, 2003, pp. 33 et 231, n. 32.

28 Le premier chroniqueur à en faire état est l’archevêque de Tolède Rodrigo Jiménez de Rada : Historia de Rebus Hispaniae (CCCM, 72), éd. de Juan Fernández Valverde, Turnhout, 1987, lib. VI, chap. 20, p. 202. Désormais abrégé HDRH.

29 Ainsi l’a bien manifesté Adeline Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos : los fundamentos de la realeza en España », Relaciones. Estudios de Historia y Sociedad, 51 (1992), pp. 55-100, repris dans Temas medievales, 5 (1995), pp. 163-186.

30 Derek Lomax, « La fecha de la Crónica Najerense », Anuario de Estudios Medievales, 9 (1974- 1979), pp. 405-406, et Juan estévez Sola, « La fecha de la Cronica Naierensis », La Corónica, 23 (1995), pp. 94-103.

31 La notice la plus récente à prendre place dans la chronique est la mort de l’infante Sancha, sœur d’AlphonseVII, située par le récit en 1152 : Crónica Najerense (Textos Medievales, 15), éd. d’Antonio Ubieto Arteta, Saragosse, 1985, p. 117. Désormais abrégé CN.

32 Existant depuis l’extrême fin du IXe siècle au moins, l’idéologie hispanique de guerre sainte a été analysée par Alexandre P. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg. Die Deutung des Krieges im christlichen Spanien von den Westgoten bis ins frühe 12. Jahrhundert, Münster, 1998, comme par Thomas Deswarte, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe siècles), Turnhout, 2003. Remarquables dans leur approche, ces deux études permettent, en dépit de certaines divergences, d’invalider la posture des auteurs qui, à l’instar de Josep Torró, « Pour en finir avec la “Reconquête” : l’occupation chrétienne d’al-Andalus, la soumission et la disparition des populations musulmanes (XIIe-XIIIe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 78 (2000), pp. 79-97, s’attachent à nier le caractère religieux de la lutte entreprise par les chrétiens en péninsule Ibérique.

33 Le fait a été rappelé par J. O’Callaghan, Reconquest and Crusade…, pp. 23-24.

34 Distincte du schéma défini par Rome à partir du IXe siècle, comme l’a mis en relief Ph. Josserand, « Croisade et reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle… », pp. 78-81, la guerre livrée aux musulmans en péninsule Ibérique peut être considérée comme sainte à condition de rappeler, ainsi que l’a fait Patrick Henriet, « L’idéologie de guerre sainte dans le haut Moyen Âge hispanique », Francia. Forschungen zur Westeuropäischen Geschichte, 29.1 (2002), p. 174, qu’elle « obéit pendant longtemps à des objectifs spécifiques et se nourrit largement de ses propres références ».

35 CN, p. 118.

36 Le premier chroniqueur à en faire état est Rodrigo Jiménez, HDRH, lib. VI, chap. 20, p. 202.

37 CN, pp. 99-100.

38 Le fait a été bien signalé par P. Henriet, « L’idéologie de guerre sainte… », p. 184, et Th. Deswarte, De la destruction à la restauration…, p. 107.

39 N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », pp. 188-189.

40 Historia Silense, éd. de Justo Pérez de Urbel et A. González y Ruiz-Zorrilla, Madrid, 1959, pp.191-193. Désormais abrégé HS.

41 HS, pp. 118-119.

42 Antonio Ubieto Arteta, « ¿Se terminó de escribir la Silense ? », dans Homenaje a Fray Justo Pérez de Urbel, 2 vol., Silos, 1, 1976, pp. 305-308.

43 Richard FLetcher, « Reconquest and Crusade in Spain, c. 1050-1150 », Transactions of the Royal Historical Society. Fifth Series, 37 (1987), pp. 40-41, et Th. Deswarte, De la destruction à la restauration…, pp. 28-29.

44 Th. Deswarte, De la destruction à la restauration…, p. 230.

45 HS, p. 129 : « Tunc Carolus […] rex spem capiendarum civitatum in Yspaniam mente concipiens […] adusque opidum Pampilonensium incolumnis pervenit […]. Inde cum Cesaraugustam civitatem accessisset, more Francorum auro corruptus, absque ullo sudore pro eripienda a barbarorum dominatione santa ecclesia, ad propria revertitur ».

46 Ibid., pp. 145-146 : « Verum qui quorundam Francorum regum mansiones describere pergunt, animadvertant quia pro nataliciis et pascalibus cibis, quos per diversa loca eos consumpsisse asserunt, nos labores exercitus Ispanorum regum, pro liberanda santa ecclesia a ritibus paganorum, et sudores, non convivia et delicata fercula, describimus ».

47 Les éléments de filiation des deux textes ont été bien analysés par J. Estévez Sola, « Notas para una edición de la Historia Silense », dans Homenaje al Profesor Fernando Gascó, Séville, 1997, pp. 757-764, qui souligne qu’il serait utile de les mettre à profit dans la perspective d’une réédition du récit le plus ancien.

48 Th. Deswarte, De la destruction à la restauration…, p. 122.

49 Présentée par Francisco Javier Fernández Conde, El libro de los testamentos de la catedral de Oviedo, Rome, 1971, surtout pp. 50-69, l’œuvre écrite de Pelayo a été réexaminée récemment par Patrick Henriet, « Hagiographie et historiographie en péninsule Ibérique (XIe-XIIIe siècles). Quelques remarques », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23 (2000), pp. 67-70.

50 Patrick Henriet, « Du cosmos à la Chrétienté : images d’évêques dans quelques manuscrits hispaniques des Xe-XIIIe siècles », dans M. Aurell et Á. García de la Borbolla (éd.), La imagen del obispo hispano…, p. 90.

51 Id., « Hagiographie et historiographie en péninsule Ibérique… », p. 68.

52 Id., « Du cosmos à la Chrétienté… », p. 92.

53 Rapportée en premier lieu par l’HS, p. 129, la tradition situant la réalisation du coffre à Jérusalem a été bien étudiée par Th. Deswarte, De la destruction à la restauration…, p. 230, qui, en son sein, signale l’importance de Pelayo, désireux d’assimiler le siège d’Oviedo à la ville sainte. Ambitieux, le projet de l’évêque qui prétend faire de la cité asturienne une nouvelle Jérusalem, comme l’a mis en relief P. Henriet, « Hagiographie et historiographie en péninsule Ibérique… », p. 67, aurait même, d’après l’auteur, reçu une traduction iconographique (Id., « Du cosmos à la Chrétienté… », p. 88).

54 Attribué à JeanVIII, le document a été publié par Thomas Deswarte, « ¿Una nueva metrópoli en Oviedo ? Dos falsas bulas del obispo Pelayo (1098/1101-1130) », dans M. Aurell et Á. García de la Borbolla (éd.), La imagen del obispo hispano…, pp. 157 et 164-165, ap. 2.

55 Cette hypothèse a été formée pour la première fois par José Luis Martín Rodríguez, « Reconquista y cruzada », Studia Zamorensia. Segunda Etapa, 3 (1996), pp. 215-216, qui signale à propos de ce faux et d’un autre rédigé à peu de distance que « aunque estas cartas sean en su totalidad invención de Pelayo, que las utiliza para convertir Oviedo en sede metropolitana del reino astur desde el lejano siglo IX, el obispo ovetense, rigurosamente contemporáneo de las primeras cruzadas (¿1068 ?-1130), recoge en estas cartas las ideas de su época, convertidas en realidad tras el que se considera ensayo general de las Cruzadas, que tuvo por escenario la localidad de Barbastro ». À de tels mots, il semble possible de souscrire, si l’on excepte l’interprétation donnée par l’auteur de l’expédition de Barbastro en 1064, qui ne saurait être tenue pour une croisade (Jean Flori, « De Barbastro à Jérusalem : plaidoyer pour une redéfinition de la croisade », dans Ph. Sénac [éd.], Aquitaine-Espagne, VIIIe-XIIIe siècle, Poitiers, 2001, p. 131).

56 Ainsi l’a bien montré l’étude de Fernando López Alsina, La ciudad de Santiago de Compostela en la Alta Edad Media, Saint-Jacques-de-Compostelle, 1988, pp. 82-84.

57 L’initiative du prélat ressort clairement du prologue de l’œuvre (HC, lib. I, chap. 3, p. 17), comme l’a bien établi son éditrice scientifique Emma Falque (ibid., p. X).

58 Le fait a été relevé par Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille… », pp. 81-82, en accord avec l’opinion de Richard Fletcher, Saint James’s Catapult. The Life and Times of Diego Gelmírez of Santiago de Compostela, Oxford, 1984, pp. 297-298, et « Reconquest and Crusade in Spain… », pp. 42-43.

59 Signalé jadis par Herbert E. J. Cowdrey, « Pope Urban II’s Preaching of the First Crusade », History, 55 (1970), pp. 177-188, repris dans Id., Popes, Monks and Crusaders, Londres, 1984, XVI, le rôle central de Jérusalem dans la croisade, dont on voudrait que l’ensemble des historiens soient absolument persuadés, a été récemment rappelé par J. Flori, « De Barbastro à Jérusalem : plaidoyer pour une redéfinition de la croisade… », p. 145.

60 Il convient de s’inscrire contre les affirmations de M. Díaz y Díaz, « Las tres grandes peregrinaciones vistas desde Santiago… », pp. 89-90, voire de R. Fletcher, Saint James’s Ca tapu lt…, p. 298, qui tendent à minorer l’importance de Jérusalem dans l’H i st o r ia Compostellana, alors même que la ville sainte était à la source d’un prestige pour le sanctuaire galicien, en lien avec l’Orient, que ses rivaux ibériques ne pouvaient lui disputer, ainsi que l’a bien rappelé Patrick Henriet, « "Capitale de toute vie monastique", "élevée entre toutes les églises d’Espagne". Cluny et Saint-Jacques au XIIe siècle », dans A. Rucquoi (éd.), Saint Jacques et la France, Paris, 2003, p. 441.

61 Mentionnés par Jonathan Phillips, Defenders of the Holy Land. Relations between the Latin East and the West, 1119-1187, Oxford, 1996, pp. 15-16, de tels transferts ressortissent de HC, lib. II, chap. 28, pp. 271-272, lib. III, chap. 8, p. 432, et chap. 26, p. 463.

62 N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », pp. 200-201.

63 HC, lib. II, chap. 28, p. 271, et lib. III, chap. 26, p. 463.

64 Ibid., lib. II, chap. 64, p. 353 : « Aragonensis quippe rex […] quoscumque de Gallecia aut Castellana patria in itinere deprendere poterat, omnes preter Iherosolimitanos male tractari et expoliari faciebat ».

65 Signalés par N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », pp. 191-192, ces flux de pèlerins sont attestés par HC, lib. I, chap. 112, p. 195, lib. II, chap. 3, p. 225, chap. 10, p. 240, chap. 42, p. 288, chap. 64, p. 353, et lib. III, chap. 8, p. 432.

66 Ibid., lib. II, chap. 16, p. 253 : « Compluribus Gallecanis, accepta cruce, Iherosolimam adeuntibus ».

67 Ibid., lib. II, chap. 42, p. 288, et chap. 86, p. 401.

68 Abondamment mises en avant par l’historiographie espagnole, comme en témoignent les analyses d’Eloy Benito Ruano, « España y las cruzadas », Anales de Historia Antigua y Medieval, 2 (1951-1952), p. 113, de J. GOÑI Gaztambide, Historia de la bula de cruzada en España…, pp. 61 et 64-66, ou de J. L. Martín Rodríguez, « Reconquista y cruzada… », pp.219-220, ces prohibitions émanent pour une bonne part du récit de HC, lib. I, chap. 9, pp.24-26, et chap. 39, pp. 77-78.

69 Longtemps méconnu, l’affrontement de ces deux logiques auquel nous nous sommes récemment attachés (D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », pp. 460-464, et Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique…, pp.590-591), est signalé par un nombre croissant d’auteurs, parmi lesquels M. A. Rodríguez De La Peña, « La cruzada como discurso político en la cronística alfonsí… », pp. 113-115, et Patrick Henriet, « Un bouleversement culturel. Rôle et sens de la présence cléricale française dans la péninsule Ibérique (XIe-XIIe siècle) », Revue d’histoire de l’Église de France, 90 (2004), p. 75.

70 HC, lib. II, chap. 78, p. 379 : « Abicientes itaque opera tenebrarum et inportabile diaboli iugum iustitie operibus instudeamus et arma lucis iuxta apostoli monitionem unanimiter induamur et, quemadmodum milites Christi, fideles sancte Ecclesie filii iter Iherosolimitanum multo labore et multi sanguinis effusione aperuerunt, ita et nos Christi milites efficiamur et, eius hostibus debellatis pessimis Sarracenis, iter, quod per Hispanie partes breuius et multo minus laboriosum est, ad idem Domini sepulchrum ipsius subueniente gratia aperiamus ».

71 Malgré les dénégations de M. Díaz y Díaz, « Las tres grandes peregrinaciones vistas desde Santiago… », p. 89, le but fixé par l’archevêque aux guerriers est bien Jérusalem, comme l’ont établi Michel Villey, La croisade. Essai sur la formation d’une théorie juridique, Paris, 1942, p. 199, et, à sa suite, B. Hamilton, « Eleanor of Castile and the Crusading Movement… », p. 92, ou J.R iley-Smith, The First Crusaders…, pp. 79-80.

72 HC, lib. II, chap. 78, p. 379.

73 Bien qu’un débat subsiste encore (J. Flori, « De Barbastro à Jérusalem… », p. 131), la croisade peut être raisonnablement tenue pour un pèlerinage armé destiné à rendre les Lieux saints à la chrétienté.

74 Le fait a été bien souligné par R. Fletcher, Saint James’s Catapult…, pp. 298-299.

75 HC, lib. II, chap. 78, p. 379.

76 Ibid., lib. II, chap. 78, p. 378 : « Cuiusmodi etiam cartam de illa plenaria absolutione ad reges et comites ceteros que principes, ad milites quoque et pedites direxit, ut uisa plenaria absolutione in supradictam expeditionem ad Dei obsequium et suorum peccatorum remissionem libentius et deuotius irent. Archiepiscopis quoque et episcopis atque abbatibus ceterisque sancte Ecclesie prepositis hanc cartam omni populo predicare, laudare et exponere et eos ad supradictam expeditionem omnibus modis animare precepit ».

77 Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle… », pp.81-82.

78 R. Fletcher, Saint James’s Catapult…, p. 299 : « Does this make Diego Gelmírez a crusader ? Does it place him among the architects of the idea of St. James’s patronage of the reconquest of Spain ? I doubt it ».

79 Le fait a été relevé par J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada en España…, pp. 76- 77, R. Fletcher, « Reconquest and Crusade in Spain… », pp. 42-43, ou J. O’Callaghan, Reconquest and Crusade in Medieval Spain…, p. 38.

80 HC, lib. II, chap. 71, p. 370.

81 Ainsi l’a justement relevé M. Díaz y Díaz, « Las tres grandes peregrinaciones vistas desde Santiago… », p. 90.

82 P. Henriet, « “Capitale de toute vie monastique”… », p. 441.

83 HC, lib. II, chap. 28, p. 272.

84 N. Jaspert, « Pro nobis, qui pro vobis oramus, orate… », p. 193, a rapporté les exemples de l’archevêque de Braga Maurice Bourdin, de l’évêque de Barcelone Oleguer, au voyage duquel s’est par la suite attaché Martin Aurell, « Prédication, croisade et religion civique. Vie et miracles d’Oleguer († 1137), évêque de Barcelone », Revue Mabillon, 10 (1999), pp. 126-127, et de l’archevêque de Tolède Bernard de Sédirac, à qui le pape s’est opposé dans son intention de partir à Jérusalem (HDRH, lib. VI, chap. 26, p. 209).

85 Ainsi l’a souligné F. López Alsina, La ciudad de Santiago…, p. 78.

86 HC, lib. III, chap. 8, p. 432 : « Beati Iacobi ecclesie thesaurarius nomine B. Ierosolimam ire in Dei obsequium et suorum excessuum remissionem disposuit. Cumque, preparatis sibi necessariis, ipsum iter aggressurus esset, Conpostellanus suam ecclesiam multa detrimenta per eius absentiam incursuram esse videns et ipsius ecclesie opus eius magisterio multum indigere non dubitans eum ab illo itinere reuocare et reuocatum retinere omnimodo decreuit ».

87 Tel est le cas des croisés anglais décrits comme pires que les Almoravides (ibid., lib. I, chap. 76, p. 118), et même du noble galicien Rodrigo Vélaz qui, au retour de Jérusalem, n’hésite pas à persécuter l’Église compostellane (ibid., lib. II, chap. 42, p. 288).

88 Établie par Antonio Ubieto Arteta, « Sugerencias sobre la Chronica Adefonsi Imperatoris », Cuadernos de Historia de España, 25-26 (1957), p. 325, cette datation a été ensuite acceptée par R. Fletcher, « Reconquest and Crusade in Medieval Spain… », p. 41, et D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », p. 457.

89 Tirant parti des efforts de l’historiographie récente pour chercher à mieux définir la croisade, nous avons tenté de pousser l’analyse de R. Fletcher, « Reconquest and Crusade in Medieval Spain… », pp. 42-44 (Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle… », pp. 81-82, et D. B aloup, « Guerre sainte et violences religieuses… », p. 24).

90 Le parallèle a été souligné par D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », pp. 461-463.

91 Chronica Adefonsi Imperatoris, éd. d’Antonio Maya Sánchez et de Juan Gil, dans Chronica Hispana. Saeculi XII (CCCM, 71), Turnhout, 1990, lib. I, chap. 22, pp. 160-161. Désormais abrégé CAI.

92 CAI, lib. I, chap. 47, p. 172. La date de 1134, donnée par le récit au départ du comte, a été corrigée d’un peu plus de deux années par M. Torres Sevilla, Linajes nobiliarios de León y Castilla…, p. 224, dont l’étude doit être prolongée par la réflexion de José García Pelegrín, Studien zum Hochadel der Königreiche León und Kastilien im Hochmittelalter, Münster, 1991, pp.123-124.

93 CAI, lib. II, chap. 48-49, pp. 217-218, et chap. 69-72, pp. 227-229.

94 Le fait a été mis en relief par D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », pp. 462-463.

95 CAI, lib. II, chap. 90, p. 237.

96 Ainsi l’ont affirmé D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », p. 461, et Ph. J osserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique…, p. 592.

97 Attribuée très souvent à l’évêque Arnaldo d’Astorga, dont Luis Sánchez Belda, Chronica Adefonsi Imperatoris, Madrid, 1950, p. xix, faisait un clunisien d’origine française, la chronique serait plutôt l’œuvre d’un clerc catalan, à croire A. Ubieto Arteta, « Sugerencias sobre la Chronica Adefonsi Imperatoris… », pp. 317-326. Au-delà de la controverse, les deux auteurs s’accordent cependant sur le fait que l’auteur devait résider de longue date à la cour impériale de Léon au moment d’écrire son récit.

98 Ainsi l’a souligné D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », p. 460.

99 CAI, lib. II, chap. 108, p. 247, et lib. III (Prefatio de Almaria), v. 382-383, p. 267.

100 Sans preuve vraiment irréfutable, l’idée de la concession d’une bulle de croisade lors de la campagne d’Almería a été défendue par J. Goñi Gaztambide, Historia de la bula de cruzada en España…, pp. 83-85, et, plus encore, par J. O’Callaghan, Reconquest and Crusade in Medieval Spain…, pp. 44-45.

101 Leontina Ventura, Maria Teresa Veloso et Avelino de Jesus da Costa (éd.), Livro Preto da Sé de Coimbra, 3 vol., Coïmbre, 3, 1979, p. 263, doc. 576 : « Ut omnes que voluerint ire Jherosolimam non habeant licenciam eundi sed in auxilio illius castelli de Leirena et tocius Extremadure. Et quicumque ibi fuerit mortuus habeat talem remissionem sicuti illi qui migraverit in Jherosolimis ». Le fait a été rappelé par Saul António Gomes, « Coimbra e Santiago de Compostela : aspectos de um inter-relacionamento nos séculos medievos », Revista Portuguesa de Historia, 34 (2000), p. 476.

102 Le fait a été mis en valeur par D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », pp. 460-461.

103 Ibid., pp. 470-471.

104 CAI, lib. I, chap. 48, p. 172.

105 Ibid., lib. II, chap. 90, p. 237.

106 Ainsi l’a souligné D. Baloup, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi Imperatoris… », p. 465.

107 Ph. Josserand, « Croisade et Reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle… », p. 83, en particulier n. 40, et Id., Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique…, p. 592.

108 CAI, lib. I, chap. 48, p. 172, lib. II, chap. 30, p. 209, et chap. 90, p. 237. Pour l’exemple de Rodrigo González de Lara notamment, l’insistance du récit sur le sens pénitentiel de son départ pour l’Orient est patente : « Peregre profectus est Hierosolimis, ubi et commisit multa bella cum Sarracenis fecitque quoddam castellum valde fortissimum a facie Ascalonie, quod dicitur Toron, et munivit eum militibus et peditibus et escis, tradens illud militibus Templi […] His ita peractis, consul Rodericus peregrinus factus est et abiit trans mare in Hierosolymis, causa orationis, sicut superius scripsimus » (ibid., pp. 172 et 209).

109 Le fait a été bien relevé par Jonathan Phillips, « Ideas of Crusade and Holy War in De expugnatione Lyxbonensi (The Conquest of Lisbon) », dans R. N. Swanson (éd.), The Holy Land, Holy Lands, and Christian History. Papers read at the 1998 Summer Meeting and the 1999 Winter Meeting of Ecclesiastical History Society, Woodbridge, 2000, p. 131, à partir d’un passage du De expugnatione Lyxbonensi. The Conquest of Lisbon edited from the unique Manuscript in Corpus Christi College, Cambridge, with a Translation into English by Charles Wendell David, éd. de Jonathan Phillips, New York, 2000, pp. 60-61, où des croisés s’inquiètent du détournement de leur entreprise vers les côtes de la péninsule Ibérique : « Quanti illic penitentes, quanti peccata et neggligentias cum luctu confitentes et gemitu, peregrinationis sue conversionem utcumque inceptam, inundatione lacrimarum diluentes, in ara cordis contriti Deo sacrificabant ».

110 Geneviève BResc-Bautier, Le cartulaire du chapitre du Saint-Sépulcre de Jérusalem (Documents relatifs à l’histoire des croisades publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 15), Paris, 1984, pp. 170-171, doc.72.

111 Le fait ressort du remarquable travail de Rudolf Hiestand, « Un centre intellectuel en Syrie du Nord ? Notes sur la personnalité d’Aimery d’Antioche, Albert de Tarse et Rorgo Fretellus », Le Moyen Âge, 100 (1994), pp. 26-30. À Pierre-Vincent Claverie, expert en l’art de lier ensemble les divers espaces du bassin méditerranéen, nous tenons à exprimer notre plus vive gratitude pour avoir attiré notre attention sur cette contribution.

112 L’association du noble castillan avec les frères du Temple appert de la dédicace dont l’a gratifié Rorgo Fretellus dans la deuxième rédaction de son œuvre (P. C. Boeren, Rorgo Fretellus de Nazareth et sa description de la Terre Sainte. Histoire et édition du texte, Amsterdam-Oxford-New York, 1980, p. 54). Exalté sous le titre emphatique d’« impiger Machabeorum commilito, hospitatus ante Bethel, regis Salomonis in atrio », Rodrigo González de Lara est lié aux Templiers, dont le Templum Salomonis est le siège à Jérusalem, comme l’ont relevé R. Hiestand, « Un centre intellectuel en Syrie du Nord ?… », pp. 30-31, et, à sa suite, Denys Pringle, « Templar Castles between Jaffa and Jerusalem », dans H. Nicholson (éd.), The Military Orders. Welfare and Warfare, Aldershot, 1998, p. 95.

113 Cette donation est rapportée par la tradition chronistique péninsulaire (CAI, lib. I, chap. 48, p. 172).

114 Cronica Latina de los Reyes de Castilla, éd. et trad. de Luis Charlo Brea, Cadix, 1984. Désormais abrégé CLRC.

115 Chronicon Mvndi (CCCM, 74), éd. d’Emma Falque, Turnhout, 2003. Désormais abrégé CM.

116 Voir la présentation croisée de ces trois chroniques dans Ana Rodríguez López, « History and Topography for the Legitimation of Royalty in three Castilian Chronicles », Majestas, 12 (2004), pp. 61-81. Sur l’HDRH, voir les actes du colloque organisé à Lyon par Georges Martin dans les Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales (CLCHM), 26 (2003). Sur Lucas de Tuy et son œuvre, voir les actes de la Table ronde tenue à Paris sous direction de Patrick Henriet : CLCHM, 24 (2001).

117 A partir des travaux de Georges Martin dont, en particulier : Les Juges de Castilles. Mentalités et discours historiques dans l’Espagne médiévale, Paris, 1992.

118 Cf. Eloy Benito Ruano, « Las órdenes militares españolas y la idea de cruzada », Hispania, 62- 65 (1956), pp. 10-11 et, plus récemment, Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique…, pp. 43-44

119 Sur la préparation de la bataille, voir : Martín Alvira Cabrer, Guerra e ideología en la España medieval : cultura y actitudes históricas ante el giro de principios del siglo XIII. Batallas de Las Navas de Tolosa (1212) y Muret (1213), Madrid, 2000, pp. 179-181 et surtout 249-262. Sur les effets de la propagande royale : D. W. Lomax, « La Conquista de Andalucía a través de la historiografía europea de la época… », pp. 37-49.

120 Peter Linehan, The Spanish Church and the Papacy in the Thirteenth Century, Cambridge, 1971, pp. 35-53. Les remarques de Peter Linehan sont reprises et prolongées par Antonio García y García, « El Concilio IV Lateranense y la Península Ibérica », dans Iglesia, Sociedad y Derecho, 3, Salamanque, 1987, pp. 187-208.

121 P. Linehan, The Spanish Church…, pp. 6-7 et A. García y García, « El Concilio IV… », p. 193.

122 Antonio García y García donne un aperçu de ces échanges dans son article : « Inocencio III y los problemas peninsulares », dans Estudos en homenagen a Joaquim M. da Silva, Porto, 1999, pp.723-779 (repris dans Iglesia, Sociedad y Derecho, 4, Salamanque, 2000, pp. 219-232).

123 A propos du lien entre la Fazienda et les croisades d’Orient, Fernando Gómez Redondo écrit : « No tiene por qué interpretarse La Fazienda como una pieza más de la literatura propagandística que se escribe con el fin de impulsar el movimiento de las cruzadas, sobre todo porque no parece obra pensada para ser leída ante una audiencia cortesana, sino para ser utilizada por un clérigo versado en lecturas y exégesis bíblicas. Pero ne deja de ser menos cierto que es a la alta clerecía a la que corresponde la propagación de esas bulas reclamando el interés de los occidentales por recuperar los santos lugares ; harían falta argumentos para predicar y difundir el profundo significado que deriva de aquellas lejanas tierras para la construcción de la fe cristiana ; ahí prodría encontrarse el contexto en el que se recibiera el mensaje de La Fazienda » (Historia de la prosa medieval castellana, 1, « La creación del discurso… », p. 122). Dans le cas du Libro de Apolonio et du Libro de Alexandre, la diffusion auprès de la cour et de la noblesse est plus directe et les conditions semblent réunies pour que la geste des héros renvoie les auditeurs à l’actualité des expéditions d’Outre-mer. en effet, comme le note Dolores Corbella à propos du premier de ces textes : « Los sucesos de la antigüedad son reinterpretados aquí en términos que resultaban relevantes a la sociedad medieval, reflejando a través de la actitud de sus personajes, como hemos dicho, toda la enciclopedia medieval » (Libro de Apolonio, Madrid, 1992, p. 40). L’écrasement de la distance chronologique permet le croisement de la légende et de l’histoire vécue. Nous remercions Amaia Arizaleta qui nous a signalé l’intérêt de ces œuvres pour notre propos.

124 CM, lib. IV, chap. 95, p. 335.

125 CLRC, p. 60.

126 HDRH, lib. IX, chap. 11, p. 291 ; lib. V, chap. 24, pp. 173-174 ; lib. VI, chap. 26, p. 209.

127 Sur le conflit et son interprétation par les deux chroniqueurs : A. Rodríguez López, « Légitimation royale et discours sur la croisade… », pp. 136-138.

128 HDRH, lib. V, chap. 24, p. 174.

129 HDRH, lib. VI, chap. 20, p. 202.

130 CM, lib. IV, chap. 95, p. 335.

131 CLRC, pp. 43-46.

132 CLRC, pp. 81-83.

133 Sur le traitement par Juan de Osma de la croisade albigeoise : Daniel Baloup, « La Croisade albigeoise dans les chroniques léonaises et castillanes du XIIIe siècle », dans La Croisade albigeoise. Actes du Colloque du Centre d’Études Cathares (Carcassonne, 4-6 octobre 2002), Carcassonne, 2004, pp. 91-107.

134 HDRH, lib. VI, chap. 11, p. 190.

135 HDRH, lib. IV, chap. 8, p. 125.

136 HDRH, lib. III, chap. 22, p. 108.

137 Voir en particulier : Damian J. Smith, « Soli Hispani ? Innocent III and Las Navas de Tolosa », Hispania Sacra, 51 (1999), pp. 487-513.

138 CM, lib. IV, chap. 51, p. 286.

139 CM, lib. IV, chap. 14, p. 233.

140 CM, lib. IV, chap. 88, p. 328.

141 CM, lib. IV, chap. 98, p. 336. Le rapprochement entre la légation de Jean d’Abbeville et la prise de Cáceres mérite l’attention. On sait qu’Alphonse IX de Léon n’avait pas participé à la bataille de Las Navas, en raison de ses mauvaises relations avec Alphonse VIII de Castille, et que son absence assombrissait considérablement le portrait de ce grand roi dont Lucas de Tuy souhaitait préserver la mémoire. En décrivant la conquête de Cáceres comme la conséquence de l’intervention de Jean d’Abbeville, Lucas montre le souverain léonais agissant à l’instigation du pouvoir pontifical contre les ennemis de la foi. D’une certaine manière, Alphonse, qui n’avait pas répondu à l’appel d’Innocent III en 1212, se rachète en satisfaisant les attentes du légat de Grégoire IX.

142 Sur la biographie de Lucas et ses incertitudes : Francisco Javier Fernández Conde, « El biógrafo contemporáneo de Santo Martino : Lucas de Tuy », dans Santo Martino de León. Ponencias del Primer Congreso Internacional sobre Santo Martino en el VIII° Centenario de su obra literaria (1185-1985), Léon, 1987, pp. 303-335 et Peter Linehan, « Dates and Doubts about Don Lucas », CLCHM, 24 (2001), pp. 201-217 ; trad. esp. : « Fechas y sospechas sobre Lucas de Tuy », Anuario de Estudios Medievales, 32/1 (2002), pp. 19-38.

143 CM, lib. IV, chap. 77, pp. 314-316.

144 P. Linehan, « Dates and Doubts… ». Les hypothèses de l’auteur sont parfois bien fragiles. Néanmoins, il ne fait pas de doute (son œuvre doctrinale en témoigne) que Lucas est très ouvert aux influences ultramontaines, au point d’apparaître comme un des premiers représentants du courant scolastique dans l’Occident péninsulaire.

145 La reprise de symboles et de motifs discursifs propres aux croisades d’Orient dans les chroniques castillano-léonaises du début du XIIIe siècle a été mise en évidence par Alejandro Rodríguez de la Peña, « La figura del obispo cronista como ideólogo… », pp. 145-152. Mais Alejandro Rodríguez force le trait lorsqu’il évoque, à propos de l’HDRH, une « versión nacionalizada de la Cruzada » (p. 149). On peut aussi juger très excessive l’opinion qu’il exprime à propos de la CLRC dont l’auteur est décrit comme « un clérigo cruzado convencido como lo habían sido antes de él otros cronistas de las expediciones a Ultramar como Fulcher de Chartres, Guibert de Nogent o Juan de Tulbia » (p. 150).

146 Sur la tentation ressentie (ou exprimée) par certains et le vœu d’Alphonse IX de Léon, voir A.R odríguez, « Légitimation royale et discours sur la croisade… », pp. 147-149.

147 Antonio García y García, « Reforma gregoriana e idea de Militia Sancti Petri en los reinos ibéricos », dans La Riforma gregoriana e l’Europa (Salerno, 20-25 maggio 1985), 1, Rome, 1989, pp.241-262.

148 César Domínguez, « Las cruzadas y el discurso sapiencial. Hacia un panorama de los exempla hispano-medievales en el marco europeo », Memorabilia, 7 (2003). http://parnaseo.uv.es/Memorabilia.

149 L’attribution de l’œuvre à AlphonseX est défendue par Cristina González, La Tercera Crónica de Alfonso X : « La Gran Conquista de Ultramar », Londres, 1992.

150 Miranda Cioba, « La Historia Orientalis de Jacques de Vitry en manuscritos castellanos medievales », Revista de Filología Románica, 13 (1996), pp. 153-166. Voir aussi dans le même volume et sur le même sujet, un article d’Isabel Muñoz Jiménez.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search