Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la guerre sainte

 | 
Daniel Baloup
, 
Philippe Josserand

Gens Saracenorum perit sine laude suorum. L’idée de guerre sainte dans les sources pisanes du XIe au XIIe siècle

Enrica Salvatori

Texte intégral

  • 1 Franco Cardini, « La crociata », dans Il Medioevo, 2, Turin, 1986, p. 399.
  • 2 Giovanna Petti Balbi, Caffaro e la cronachistica genovese, Gênes, 1982, pp. 13-16. Voir aussi Elena (...)
  • 3 Max Seidel, « Dombau Kreuzugsidee und Expansionpolitik. Zur Ikonographie der Pisaner Kathedralbaute (...)

1Les célèbres expéditions contre les Sarrasins que menèrent Pise et Gênes au XIe siècle en Méditerranée occidentale eurent-elles ou non un caractère religieux ? Furent-elles ou non envahies par un esprit de “précroisade” ? De quel poids l’idée de guerre sainte pèse-t-elle dans les sources qui en portent témoignage ? Qu’en est-il dans les chroniques qui suivirent ? Faut-il interpréter cette prise de position idéologique – quand elle existe – comme l’expression des véritables sentiments de la société citadine ou n’y voir qu’une enveloppe doctrinale, pour l’essentiel étrangère aux intérêts de la civitas et ne servant qu’à dissimuler des enjeux d’une autre nature ? Pour Franco Cardini, l’utilisation de la notion de “précroisade” souvent observée par le passé pour désigner ces expéditions devrait être abandonnée parce que « ces expéditions n’eurent ni le caractère de guerre ni celui de vœu reconnu comme tel par les autorités ecclésiastiques des croisades »1. Pourtant, comme l’a avancé Giovanna Petti Balbi, « la lutte contre les infidèles, la guerre sainte qui souvent masquait des intérêts de nature essentiellement économique » était particulièrement chère aux Génois et aux Pisans jusqu’à devenir « le thème d’inspiration de leurs premiers monuments littéraires »2; et Max Seidel affirme en écho que les témoignages relatifs aux expéditions pisanes reflètent tous l’idéologie des croisades3.

  • 4 Marco Tangheroni, « Pisa, l’Islam, il Mediterraneo, la prima crociata », dans F. Cardini (éd.), Tos (...)
  • 5 Déjà en 1977 Gabriella Rossetti soutenait que les entreprises pisanes « vanno riguardate come altre (...)

2Enfin, dans un ouvrage célèbre sur Pise, l’islam et la première croisade, paru en 1981, Marco Tangheroni exhortait à creuser davantage les relations entre les deux mondes (Pise et l’Islam), à abandonner certaines prises de positions toutes faites sur la présence ou l’absence d’un caractère de précroisade dans les expéditions du XIe siècle contre les Sarrasins et à insérer les données sur le commerce, les relations diplomatiques et les conflits guerriers « dans le contexte plus vaste de la Méditerranée où différentes forces agissaient dans un entrelacs complexe et changeant fait tantôt de coïncidences tantôt d’oppositions et d’intérêts, de mobiles, de buts […] autant de réalités que seule peut saisir une vision historique d’ensemble»4. M. Tangheroni disait en substance qu’avant de disserter sur le caractère plus ou moins religieux ou plus ou moins commercial que pouvaient avoir revêtu les différentes étapes de la “reconquista” chrétienne en Méditerranée, il fallait replacer ces étapes dans le complexe réseau de rapports qui reliait les différentes “puissances” méditerranéennes de l’époque, que l’on devait mieux situer les événements, pris un par un, dans leur contexte pour les ressaisir ensuite dans le cadre d’une vision unitaire, si possible. Plus simplement, il fallait chercher à en savoir davantage avant de coller sur telle ou telle expédition une étiquette politique ou religieuse ou purement économique5.

  • 6 Graziella Berti et Liana Tongiorgi, I bacini ceramici medievali delle chiese di Pisa, Rome, 1981 ; (...)

3Quand Daniel Baloup m’a aimablement invitée à parler à ce colloque et m’a proposé comme thème l’idée de guerre sainte dans les sources médiévales pisanes, je savais bien que le sujet avait déjà rempli bien des pages dans les livres d’histoire. J’ai cependant accepté avec enthousiasme pour deux raisons. Tout d’abord, je savais que le message de M. Tangheroni n’était pas resté sans suite. Ces vingt-cinq dernières années, les études sur l’expansion de Pise en Méditerranée ont avancé à pas de géant. Les travaux de Graziella Berti sur les données archéologiques et ceux de Catia Renzi Rizzo sur les sources écrites ont permis d’apporter un éclairage notable sur la présence de Pise en Méditerranée durant le haut Moyen Âge6. Grâce à ces travaux, à présent nous savons :

  • que Pise, entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge garda « une certaine capacité à naviguer », c’est-à-dire une flotte et un précieux savoir-faire dans le domaine de la navigation et des différents commerces ;

  • que cette capacité maritime fut probablement utilisée à plusieurs reprises par les papes romains, par les ducs de Lombardie, par les rois du Royaume d’Italie et par les marquis de Tuscia pour défendre les côtes, récupérer des matières premières, maintenir les liaisons avec la Corse et la Sardaigne et pour communiquer avec les autres puissances de la Méditerranée, surtout celles de l’Islam ;

  • que, grâce à cette ouverture sur la mer, les marchands pisans commencèrent à fréquenter les principaux centres commerciaux du monde musulman au moins à partir du Xe siècle.

  • 7 Gabriella Rossetti, « Storia familiare... », pp. 233-246 ; Id., « Ceti dirigenti e classe politica  (...)
  • 8 Michael Matzke, « Daiberto e la prima crociata », dans M. L. Ceccarelli Lemut et S. Sodi (éd.), Nel (...)

4Les “précédents” de la puissance de Pise ne sont pas les seuls à avoir fait l’objet d’une enquête approfondie. L’évolution sociale et institutionnelle entre le XIe et le XIIe siècle, c’est-à-dire en une période cruciale où la ville se rendit politiquement autonome et devint une grande puissance en Méditerranée, a bénéficié de l’attention continue des spécialistes. En particulier, dans leurs travaux, Gabriella Rossetti et Mauro Ronzani ont analysé en détail les relations de la civitas avec l’empire, la papauté et la Marche de Tuscia et ont su établir les contextes politiques, institutionnels et socio-économiques où se formèrent les différentes expéditions du XIe et XIIe siècle contre les Sarrasins7. Pour ce qui est de la Première croisade et du rôle qu’y a joué Pise, les récentes études de Michael Matze sur Daibert ont fort bien mis en évidence les différentes fonctions de l’archevêque de Pise en cette occasion : bras droit d’UrbainII dans la préparation de la croisade, « co-promoteur et trésorier » de cette même croisade, ductor et rector de l’expédition armée de Pise, patriarche de Jérusalem, « responsable du succès du premier pèlerinage armé en Terre sainte ainsi que de la longue durée de l’installation latine » en Orient8.

  • 9 Enrica Salvatori, « Corsair’s Crew and Cross-Cultural Interactions : The Case of the Pisan Trapelic (...)
  • 10 « [..] ad honorem et salutem Pisane civitatis tractabo et faciam, exceptis illis qui sceleratissimu (...)
  • 11 Liber Maiolichinus de gestis Pisanorum illustribus, éd. de Carlo Calisse, Rome, 1904 ; Giuseppe Sca (...)

5La seconde incitation à traiter le thème qui nous réunit ici m’est venue d’un travail que j’ai terminé récemment, non encore publié, et qui est consacré à un corsaire pisan du XIIe siècle9. Ce corsaire fut banni de la ville pour avoir commis un crime « abominable » contre les Sarrasins et la condamnation fut si lourde, sans appel, qu’elle fut insérée dans la première – et la plus importante – rubrique du bref des consuls de 116210. Le crime et la condamnation qui s’ensuivit remontent aux années 50 du XIIe siècle, donc un peu plus de trente ans après la rédaction du Liber Maiorichinus, un poème qui relate la dernière expédition des Pisans contre les Sarrasins et qui est littéralement envahi par l’idée de guerre sainte11. Comment se peut-il, me suis-je demandé, qu’un facteur d’une durée aussi longue que la mentalité collective soit passé en quelques décennies de la ferveur de la croisade à la condamnation sans appel d’un citoyen coupable d’avoir nui aux Sarrasins ? Une des voies possibles pour résoudre cette énigme pouvait justement être de relire les sources citadines en tenant compte des périodes et des différentes façons dont l’idée de guerre sainte y figure puis de relier ces données aux résultats les plus récents des études sur Pise.

  • 12 Sur l’expansion de Pise : Giuseppe Rossi Sabatini, L’espansione di Pisa nel Mediterraneo fino alla (...)

6Notre point de départ est donc obligé, quoique loin d’être facile : ce sont les témoignages sur les expéditions du XIe siècle contre les Sarrasins précédant la première croisade. Pise, on le sait, mena seule ou avec Gênes et d’autres puissances italiennes, une série d’expéditions navales contre les territoires musulmans de la Méditerranée : en 970, elle soutint l’empereur OttonIer à Reggio de Calabre pour combattre les musulmans de Sicile et d’Afrique du nord ; l’expédition de Messine remonte à 1005 et fut suivie de celles de Sardaigne (1015-1016), de Bône (1034), de Palerme (1064), d’al-Mahdiya et de Zawila (1087). Cette période se clôt avec la grande expédition contre les Baléares qui eut lieu cependant quatorze ans après la Première croisade ; j’en parlerai un peu plus loin12.

  • 13 Annexes 1 et 2. Giuseppe Scalia, « Epigraphica Pisana. Testi latini sulla spedizione contro le Bale (...)
  • 14 Annexe 3 ; Giuseppe Scalia, « Il carme pisano sull’impresa contro i Saraceni del 1087 », Studi di f (...)
  • 15 Francesco Novati, « Un nuovo testo degli Annales Pisani Antiquissimi e le prime lotte di Pisa contr (...)

7Les textes les plus anciens rappelant ces expéditions sont, pour l’essentiel : deux épigraphes en vers sur la façade de la cathédrale de Pise13; un poème célébrant l’expédition contre al-Mahdiya et Zawila14; deux petites chroniques, les Annales Pisani Antiquissimi et le Chronicon Pisanum15. Pour le type d’analyse que nous avons adopté, toutes ces sources présentent une caractéristique qui rend leur interprétation difficile : leur datation est incertaine, aucune ne peut être datée du XIe siècle avec certitude, il est même fortement probable qu’elles remontent toutes aux premières décennies du siècle suivant.

  • 16 Cf. note 13. Pour la “mise en page” voir C. Frugoni, « L’autocoscienza del’artista... ».

8Les deux épigraphes de la cathédrale qui louent la grandeur de Pise et célèbrent ses actions guerrières ont fait l’objet de nombreuses enquêtes qui en ont examiné les données paléographiques, stylistiques, architecturales, littéraires et historiques. Le résultat est une série d’estimations bien différentes les unes des autres et souvent fortement opposées, qui ne nous permettent pas d’adopter une position solide quant à la date de leur rédaction. Il n’est pas besoin de rappeler ici les données de la question. Disons très brièvement que certains spécialistes considèrent qu’elles ont été gravées peu après la fondation de la cathédrale (1064) et peu avant l’expédition contre Al-Mahdiya et Zawila (1087) ; d’autres, au contraire, pensent que l’ensemble des épigraphes figurant sur la façade de la cathédrale est le résultat d’une “mise en page” unitaire, voulue comme telle, datable du XIIe siècle, plus précisément de 1120 à 113516. Des problèmes de datation analogues surgissent à propos du poème célébrant l’expédition contre al-Mahdiya et Zawila de 1087 : il fut écrit par un témoin oculaire, mais fut inséré dans un code composé entre 1119 et 1120. Enfin il faut dire que les Annales Pisani Antiquissimi et le Chronicon sont certainement de la première moitié du XIIe siècle. En substance, toutes les sources qui nous parlent des “précroisades” de Pise ont, très probablement sinon certainement, été écrites une fois achevé, avec grand succès, le premier pèlerinage armé en Terre sainte. Leur orientation idéologique ne pouvait donc pas ne pas être influencée par les échos de cette expédition menée par la chrétienté tout entière. Mais le cœur de la question est : de quelle façon en fut-elle influencée ? Jusqu’à quel point se l’appropria-t-elle ? Sur ce point, les sources énumérées plus haut fournissent des informations problématiques.

  • 17 Michael McCormick, Les Annales du Haut Moyen Âge (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 14 (...)
  • 18 Cf. Annexe 4.
  • 19 Chronicon pisanum... : « [..] MVI. Fecerunt Pisani bellum cum Saracenis ad Regium et gratia Dei vic (...)

9Dans les Annales et le Chronicon comme dans le texte des épigraphes de la cathédrale, je ne parviens pas à identifier clairement l’expression de l’idée de “guerre sainte”. Je me rends bien compte que je m’éloigne de l’opinion de nombreux commentateurs faisant autorité. Cependant, les informations énumérées dans les Annales ont la pauvreté typique de ce genre de sources, qui ne permet pas de grandes spéculations17. Lisons ensemble ce qui est écrit dans les Annales : 1005, les Pisans vainquirent les Sarrasins à Reggio de Calabre ; 1006, les Pisans vainquirent le roi Mudjahid en Sardaigne ; 1034, ils vainquirent Bône, ville d’Afrique et à cette époque Pise fut brûlée ; 1064, ils portèrent la guerre dans le port de Palerme ; 1065, la veille de Noël, il y eut un grand tremblement de terre qui apparut miraculeux ; 1087, le jour de la saint Sixte, ils conquirent Sibilia et le jour suivant, Almadia ; 1098, ils détruisirent Leucate, ville de Grèce (cet événement eut lieu durant la Première croisade) ; 1113, ils se rendirent à Majorque18. Comme on peut le voir, il n’y a aucun signe de condamnation des Sarrasins en tant que tels, mais une liste d’objectifs différents, situés ça et là en Méditerranée, conquis avec succès : c’est une liste de triomphes militaires et qui n’ont pas tous été remportés sur les Sarrasins ; on ne trouve même pas l’expression gratia Dei qui figure en revanche dans le Chronicon, uniquement quand il s’agit d’expéditions contre les Sarrasins19.

  • 20 Les épigraphes de la cathédrale de Pise sont nombreuses : voir G. Scalia, « Epigraphica Pisana... » (...)
  • 21 Annexe 1.
  • 22 G. Scalia, « Contributi pisani... ».

10Le laconisme des Annales est, sans aucun doute, idéologiquement enrichi dans les épigraphes de la façade mais pas dans un sens expressément religieux20. La première épigraphe qu’il faut lire est celle dite “historique”, où sont énumérées les trois premières expéditions contre Reggio, contre la Sardaigne et contre Bône21. Après l’éloge de Pise, urbs clara sur laquelle aucune autre ne l’emporte par la valeur, à la première strophe, le texte rappelle l’expédition dans le détroit de Sicile qui parvient à plier les Sicules, coupables d’avoir voulu jouer le premier rôle et d’avoir nui à la ville, qui les poursuit jusque sur leur territoire et qui les tue. Ce furent donc des représailles, c’est ainsi du moins que les habitants de la ville décidèrent de commémorer l’événement et de le rappeler à la mémoire de la population. La deuxième strophe est consacrée à la Sardaigne où Pise se distingua par des actions plus grandes encore et où les Sarrasins moururent sine laude suorum, c’est-à-dire dans le discrédit de leurs concitoyens. Ce qui, à première vue, pourrait passer pour un premier signe de la condamnation des Sarrasins en tant que tels est, en réalité, historiquement confirmé par les sources arabes qui nous apprennent la conduite déshonorante du roi Mudjahid22. Venons-en enfin à l’Afrique, « troisième partie du monde à porter les marques du triomphe de Pise » qui, par iusta ratione, se venge et s’empare de la ville de Bône. Là encore, la « juste raison » n’a apparemment rien à voir avec un mandat divin présupposé : l’expédition est juste parce qu’elle venge un tort, même s’il ne nous est pas donné de le connaître.

  • 23 Annexe 2. Les Pisans se dirigent avec une nombreuse flotte vers la Sicile, parviennent à Palerme ; (...)
  • 24 M. Seidel, « Dombau Kreuzugsidee und Expansionpolitik... ».
  • 25 G. Scalia, « Ancora intorno all’epigrafe... », p. 506.
  • 26 On peut souligner, par exemple, l’emploi des bacini musulmans sur les façades des églises pisanes ( (...)
  • 27 Giacomo Todeschini, I mercanti e il tempio : la società cristiana e il circolo virtuoso della ricch (...)

11Passons rapidement à présent à l’épigraphe dite “de la fondation” qui est entièrement consacrée à l’expédition de Palerme (1064) et au riche butin conquis là-bas et qui servit à construire cette même cathédrale. Malgré l’importance évidente de cet épisode pour la population, vu que la magnificence même de la cathédrale était due au succès financier de l’expédition, nous chercherions en vain la moindre trace d’idée de “guerre sainte”. Il n’y en a aucune malgré la description fort détaillée de l’événement23. On m’objectera que c’est le choix même des événements (tous contre les infidèles dans le cas des épigraphes et presque tous pour les Annales) qui exprime l’idéologie des croisades. Pour Max Seidel, l’emplacement même des épigraphes sur la façade de la plus importante église de la ville donnerait aux textes et à la construction même de la cathédrale le sens d’un ex voto pour les victoires sur les Sarrasins et reflèterait l’idée que Pise a été choisie par Dieu pour la lutte contre les infidèles24. Selon Giuseppe Scalia, l’expédition de Palerme plongerait ses racines « dans le climat spirituel particulier de l’époque », racines qui se chargeraient d’une « signification religieuse et d’une charge idéelle non négligeables si l’on pense que, de fait, cela se traduisait par la transformation de richesses de provenance musulmane en un temple sacré, le plus grand temple de la ville »25. Sans vouloir nier l’importance des composantes idéelles, il faut néanmoins rappeler que l’emploi de matériaux musulmans pour décorer les façades des églises était déjà pratiqué au Xe siècle et qu’il n’avait – du moins d’après ce qu’en disent les études – aucune valeur idéologique sinon, peut-être, celle du « bon usage des richesses »26. En effet, comme l’a bien montré Giacomo Tosdeschini, déjà chez saint Augustin on trouve l’idée selon laquelle soustraire des biens aux “infidèles” est chose juste dans la mesure où les “infidèles” sont des possesseurs incapables et pervers alors que les “fidèles” sont à même d’en faire bon usage27. Si, à cette prescription augustinienne on ajoute la conception même de l’Église au sujet de la possession, sans péché dans la seule mesure où elle peut devenir “utile” à la communauté des fidèles, nous comprenons parfaitement que l’emploi des richesses ravies aux Sarrasins pour orner le plus grand temple de la ville – qui, par ailleurs, représentait l’ensemble des citoyens – entrait parfaitement dans la mentalité de l’époque et ne manifestait pas forcément l’idée de guerre sainte.

  • 28 Sur ce thème voir G. Rossetti, « I vescovi e l’evoluzione costituzionale... » ; Id., « Il lodo del (...)
  • 29 C. Frugoni, « L’autocoscienza del’artista... ».

12La présence d’épigraphes à caractère “civil” et “historique” sur la façade de l’église, comme l’usage des richesses conquises suite à des actes de guerre aux dépens d’un ennemi commun, avait donc certainement un caractère religieux, mais qui provenait d’un contexte où il n’y avait pas de véritable distinction entre la civitas et son ecclesia, où l’évêque était le guide spirituel, politique et militaire de la classe dirigeante de la ville, où il n’existait pas – et où il n’existera pas jusqu’à la fin du XIIe siècle – de véritable divergence d’intérêts entre la civitas et son prélat28. En réalité, le “metteur en page” de la façade de la cathédrale de Pise voulait rendre manifeste aux yeux de ses concitoyens et des visiteurs de marque de l’époque plus d’un message29; l’élément religieux les pénétrait tous mais n’était pas particulièrement empreint de l’idée de guerre sainte. Le message qui s’impose de toute évidence, comme peut s’en rendre compte même le lecteur le moins averti et comme de nombreux spécialistes l’ont montré, est celui de l’orgueil civique, de la grandeur de la civitas à travers les actions de tous les citoyens, des membres de l’armée à l’assemblée des cives (maiores, medii pariterque minores lit-on sur l’épigraphe “de la fondation”), de l’évêque aux consuls. Cette grandeur, admirablement représentée par la magnificence même de l’édifice, est véritablement due aux expéditions menées par Pise contre les Sarrasins, grâce aux richesses qui furent soustraites alors à ces derniers, comme en raison du rôle de police internationale attribué à Pise, en lieu et place de Rome.

  • 30 On la retrouve développée dans les productions poétiques successives. Voir G. Scalia, « “Romanitas” (...)
  • 31 Pour le contenu du Liber voir plus loin. Comparaisons entre Pise et Rome aux vers 445-448, 517-520, (...)

13L’évocation de la Romanitas est, en effet, l’autre grand message de ces témoignages30. En vengeant les attaques lancées contre les côtes italiennes, en bloquant dès le départ les tentatives d’expansion des Sarrasins en Sardaigne, en reprenant les prisonniers chrétiens, en affirmant sa force contre l’ennemi extérieur, Pise avait, d’après ses citoyens, rempli son devoir de protection de la chrétienté, devoir qui, par le passé, incombait à la Rome impériale. Pise avait donc joué le rôle de “nouvelle Rome” et c’est effectivement en qualité de capitale “ajoutée” de la chrétienté tout entière, la Rome altera du Liber Maiorichinus, qu’elle se présentait aux autres31.

  • 32 M. Tangheroni, C. Renzi Rizzo et G. Berti, « Pisa e il Mediterraneo occidentale… ».
  • 33 G. Scalia, « Contributi pisani... » ; Giovanna Petti Balbi, « Lotte antisaracene e “militia Christi (...)
  • 34 G. Scalia, « Contributi pisani... ».
  • 35 Giuseppe Petralia, « Le “navi” e i “cavalli” : per una rilettura del Mediterraneo pienomedievale », (...)

14Bien que les expéditions contre les Sarrasins aient eu lieu à la suite de faits éloignés dans le temps et différents les uns des autres, elles se prêtaient parfaitement à cette relecture de la part de la société de la ville du XIIe siècle de son proche passé. Comme je l’ai rappelé précédemment, déjà durant le haut Moyen Âge la flotte de Pise avait servi les autorités civiles et ecclésiastiques pour des opérations de protection de la côte : l’expédition en Calabre de 970 fit partie de la suite d’OthonIer3233. On sait peu de choses de l’intervention contre Bône (en Afrique du nord) qui devait abattre le puissant Moezz-ibn-Badis, de la dynastie zirite, mais il est probable que des navires génois et provençaux y aient également participé34. L’assaut contre Palerme en 1064 fut, comme l’a expliqué Pino Petralia, « une action de démonstration voulue par le pape AlexandreII, par Béatrice de Toscane et par son mari Geoffroy le Barbu pour administrer à l’empereur HenriIV la preuve de la capacité qu’avait la papauté réformatrice de mener le combat contre les Sarrasins dans la Medinah sicilienne, là où les Normands eux-mêmes n’avaient encore pu parvenir »35.

  • 36 « Qui pergit Pisas, videt illic monstra marina ; haec urbs paganis, Turclis, Libicis quoque Parthis (...)

15Ces expéditions virent le jour, nous le répétons, à des moments et dans des contextes différents mais, en les reconsidérant afin de mieux caractériser son histoire, son identité et son propre programme politique, l’ensemble des citoyens n’eut pas de peine à y découvrir le thème commun, le leitmotiv qui les reliait toutes. On ne pouvait banalement reconnaître ce lien dans l’opposition avec les infidèles ni le réduire à un programme mal défini de domination commerciale en Méditerranée, les entreprises guerrières pouvant avoir eu, dans certains cas, des effets contraires. C’est ce qui vient à l’esprit lorsqu’on considère le fait que les marchands pisans étaient déjà présents dans les centres commerciaux musulmans au Xe siècle, qu’en 1063 à al-Mahdya comme à Alexandrie, en Égypte, on utilisait normalement des monnaies en cours à Pise et que Pise, au début du XIIe siècle, était, selon le moine Donizone, une « ville indigne » car « des païens, des Turcs, des Libyens, des Parthes même et de sombres Chaldéens » déambulaient au long de ses rivages36. En revanche, la ville vit le dénominateur commun dans la portée “publique” que revêtirent de telles entreprises, dans le fait qu’elles furent menées dans l’intérêt commun pour appuyer plus ou moins ouvertement la volonté d’autorités publiques – l’empereur, le pape, la Marche – dans des conflits que nous qualifierions aujourd’hui, tranquillement, d’“internationaux”.

  • 37 Cinzio Violante, « Le concessioni pontificie alla Chiesa di Pisa riguardanti la Corsica alla fine d (...)
  • 38 G. Rossetti, « I vescovi e l’evoluzione costituzionale... », pp. 87-90.

16Les expéditions menées à la fois dans l’intérêt de la ville et de la chrétienté tout entière donnaient en effet à Pise un rôle de premier plan sur l’échiquier méditerranéen et, dans les intentions de la civitas, ce rôle devait être récompensé par des privilèges impériaux et des concessions papales. En 1077, GrégoireVII concéda à l’évêque Landolfo la légation en Corse, en 1092, UrbainII, éleva l’Église de Pise au rang de siège métropolitain de la province ecclésiastique de Corse et lui concéda probablement la légation apostolique en Sardaigne37. La domination sur mer passait évidemment par le contrôle des plus grandes îles de la Méditerranée. Pise n’obtint jamais ce contrôle mais assurément le rechercha avec ténacité au moyen d’une habile politique d’équilibre entre les plus grandes puissances de l’époque. Au cours du XIe et jusqu’à la fin du XIIe siècle environ, la société citadine agit avec une habileté consommée, sans jamais adopter de position nette et définitive entre l’empereur, les marquis et le pape mais en cherchant précisément à obtenir le plus possible de l’un sans trop mécontenter l’autre. Ainsi s’explique, par exemple, l’expédition contre al-Mahdiya et Zawila en 1087 organisée pour “remédier”, en un certain sens, au trop grand rapprochement de la classe dirigeante et des chanoines de la cathédrale avec l’empereur. En effet, elle fut organisée par une ville sans évêque et fortement désireuse de raccommoder l’accroc institutionnel entre la marquise Mathilde de Canossa et le souverain pontife. Gabriella Rossetti n’exclut pas non plus que cette expédition ait représenté le “prix du pardon” demandé à la ville et au clergé de la cathédrale par les deux autorités et qu’elle ait donc eu, bien plus que les expéditions précédentes, un commanditaire précis voire exclusif38.

  • 39 Voir Annexe 3, strophes 17, 11, 34, 12, 38, 39 et passim

17Une telle analyse nous permet de considérer d’un œil critique l’orientation idéologique marquée dont est empreint le Carmen pisanum, poème célébrant l’expédition. L’idée de guerre sainte y est assurément forte et l’on y trouve tous les traits distinctifs39 :

  • la volonté divine : « Destruxerunt, occiderunt, sicut Deus voluit » ;

  • la comparaison entre les soldats et les apôtres qui, par la volonté de Dieu oublient le monde : « Non curant de vita mundi nec de suis filiis, pro amore Redemptoris se donant periculis » ;

  • le signe de la croix sur les poches que portent les soldats et l’aide de saint Pierre qui combat à leur côté et qui figure probablement sur les étendards de guerre : « Altera ex parte Petrus cum cruce et gladio Genuenses et Pisanos confortabat animo, et conduxerat huc princeps cetum apostolicum : nam videbat signum sui in scarsellis positum » ;

  • la pénitence et l’eucharistie avant le combat : « Offerunt corde devoto deo Penitentiam et communicant vicissim Christi eucharistiam » ;

    • 40 On peut le voir dans l’épisode de la mort de Ugo Vicecomes, strophes 44-48.

    l’assimilation de la mort au combat à un martyre40 ;

  • l’appui officiel et concret du pape : « His accesit Roma potens potenti auxilio » ;

    • 41 L’ennemi est méprisable mais il faut dire aussi qu’il est puissant et habile à combattre (Annexe 3, (...)

    l’insulte à l’ennemi : les Sarrasins sont un peuple impie qui trouble le monde par sa perfidie (« sunt quasi bestia ») et leur chef est comme l’Antéchrist, un dragon cruel41 ;

  • la violence féroce exercée sans distinction par les chrétiens sur les populations sarrasines : « Occiduntur mulieres virgines et vidue et infantes alliduntur, ut non possit vivere » ;

  • 42 Voir Annexe 3, strophes 1, 4, 8, 53 et 60.

18On y retrouve cependant d’autres éléments qui sont, d’ailleurs, ceux que nous avons lus sur la façade de la cathédrale de Pise : l’orgueil civique, l’héritage de Rome, la tâche de protection internationale dont la ville s’est chargée42.

19A quoi doit-on, cependant, une telle insistance sur la mission divine et, de ce fait, l’acceptation totale, enthousiaste de l’idée de guerre sainte ? Il faut, je crois, considérer deux facteurs :

  • D’abord, jamais comme en cette occasion Pise n’a agi en réponse à une demande précise du pape, dans le but d’obtenir de lui le “pardon” ainsi que l’extension des concessions sur la Corse et la Sardaigne.

    • 43 Craig B. Fisher, « The Pisan Clergy and an Awakening of Historical Interest in a Medieval Commune » (...)

    Si l’on considère que ceux qui avaient vraiment besoin du pardon étaient les chanoines de la cathédrale, qui avaient obtenu de l’empereur de vastes privilèges, le fait que le Carmen pisanum ait été composé précisément à l’époque de la Première croisade par un membre du clergé de la ville, peut-être même un chanoine de la cathédrale, acquiert un sens précis43. Il s’agissait bien de quelqu’un qui avait parfaitement conscience des intérêts en jeu. En outre, en tant que clerc, il connaissait parfaitement l’appareil idéologique et doctrinal qui s’était développé dans l’entourage du pape à propos de la lutte contre les infidèles et il avait été témoin, au lendemain de l’expédition en Afrique, du grand pèlerinage armé vers Jérusalem ; il possédait donc les outils idéologiques et culturels adéquats pour transformer l’expédition de al-Mahdiya et de Zawila en une “précroisade”.

20Je ne veux pas dire par là qu’il exprimait des sentiments radicalement différents voire opposés de ceux de ses concitoyens mais qu’il accusa davantage le trait sur le facteur religieux ; le contexte décrit plus haut ainsi que sa formation culturelle le rendirent plus fort, plus conscient, mieux à même d’organiser sa pensée. D’où la nette différence d’avec les messages de la façade de la cathédrale.

21À partir de 1085, la grande convergence d’intérêts que nous avons vu se réaliser entre Pise et la papauté dura jusqu’à la fin des années 30 du XIIe siècle. L’expédition suivante fut en effet la croisade où Daibert, archevêque de Pise, joua un rôle de premier plan. Puis, quinze ans plus tard environ, nous avons la dernière grande expédition contre les Sarrasins des Baléares dont parle le célèbre Liber Maiorichinus. Les ressemblances entre l’entreprise de 1087 et celle contre les Baléares sont considérables, ainsi qu’entre l’idéologie qui imprègne le Carmen et celle exprimée dans le Liber.

  • 44 Ibid. et supra note 11.

22Comme en 1087, en 1113 Pise se mit à la tête d’une coalition internationale pour libérer des milliers de prisonniers chrétiens. Elle obéit promptement à la volonté du pape qui donna à la flotte pisane crucem romanaque signa. Comme ce fut le cas lors de l’expédition d’al-Mahdiya et celle de Zawila, ainsi que durant la libération de Jérusalem, les chefs spirituels et militaires furent des prélats (l’évêque de Pise, Pierre, et le légat du pape, Bosone). Les aspirations secrètes de Pise, qui cherchait à acquérir par la faveur pontificale le contrôle des îles tyrrhéniennes, étaient les mêmes. Enfin, dernière ressemblance importante : comme celui du Carmen, l’auteur du Liber Maiorichinus était un clerc qui déversa tant et plus dans les 3.526 vers qui le composent son inébranlable adhésion à l’idée de guerre sainte44.

  • 45 Liber Maiolichinus..., vers 25-37 : « Milia captorum plus quam ter dena fuerunt, quos pariter Baler (...)
  • 46 Liber Maiolichinus..., vers 1570-1594, 1977-1987, 2386-2426, 3060-3064, 3270-3292.
  • 47 Ibid., vers 1977-1987, 2696-2699, 2912-2934.
  • 48 Ibid., vers 2697-2744.
  • 49 Ibid., vers 2745-2768, 3093-3099.

23Nous trouvons en effet dans le Liber tous les ingrédients que nous avons relevés dans le Carmen : l’insulte à l’endroit de l’ennemi bestial, la violence juste et aveugle qui le frappe, la volonté de Dieu exprimée par le mandat et par les signa donnés par le pape à l’armée. Nous y retrouvons encore le rappel de la Romanitas et le rôle de police internationale que Pise pense jouer en sauvant les prisonniers chrétiens (et pas seulement les Pisans) et en punissant leurs geôliers45. Un scénario connu, donc, si ce n’est que nous y voyons aussi quelques éléments supplémentaires. En effet, en de nombreux endroits du Liber, on perçoit une sorte d’insistance forcée sur l’idéologie de guerre sainte, forcée non parce que l’auteur ne la partageait pas, mais parce qu’elle suscitait dans cette armée composite, toscane, catalane et provençale, de plus en plus de résistances. Nombreux sont les passages où les combattants et leurs chefs sont saisis d’un frémissement d’inquiétude : ils ne supportent pas d’être si longtemps loin de chez eux (l’expédition dura trois ans), non plus que les pertes considérables et les investissements plus considérables encore en comparaison de résultats peu exaltants. À chaque fois, quand sur le camp chrétien souffle un vent de rébellion, voici qu’intervient le prélat pisan ou le légat du pape qui rappelle aux soldats les souffrances endurées par les prisonniers ainsi que la sainte mission à laquelle ils sont appelés46. Les autorités des Baléares, cependant, tentent par tous les moyens de négocier : elles offrent d’énormes richesses et promettent la libération des prisonniers ; elles en viennent finalement à reconnaître leur défaite en échange de la garantie que donnerait un accord47. Quand cela se produit, les commandants de la coalition demandent aux Pisans des explications quant à leur comportement, apparemment irrationnel. Pourquoi refusent-ils d’écouter les propositions des Sarrasins ? Pourquoi ne se contentent-ils pas de libérer les prisonniers et de recevoir des souverains baléares une indemnité substantielle ? Pourquoi acceptent-ils des ordres venant des clercs48? Mais les Pisans, fermes dans leurs intentions, répondent qu’ils agissent conformément au serment prêté au souverain pontife et fait summo sub principe Christo49.

  • 50 Laura Ticciati, « Strategie familiari della progenie di Ildeberto Albizo – i Casapieri – nelle vice (...)
  • 51 Ibid., vers 919-923, 2912-2936
  • 52 Ibid., vers 2934-2938

24Cependant, l’esprit d’ensemble et l’unité de l’équipe pisane ne sont qu’apparents. C’est justement dans les pages du Liber que se fait jour une autre “vision” des rapports avec le monde musulman. C’est une vision sans chantres et qui ne put jamais s’exprimer sous une forme théorique claire et consciente, mais elle existait et c’était celle de la pratique du commerce, habitée par l’habitude de conclure des marchés, de dialoguer. Nous reconnaissons cette vision dans l’histoire de Pietro Albizzone, notable pisan, proche de l’empereur comme de la dynastie qui gouvernait les Baléares. Pietro, dirait-on aujourd’hui, est l’homme du dialogue. Ses ancêtres, après l’expédition de Sardaigne en 1015, veillèrent sur le fils de Mudjahid, prisonnier des Pisans. Ils livrèrent d’abord le jeune homme à l’empereur puis en reprirent la garde et le rendirent à sa famille50. En raison de leur attitude, ils furent fort bien vus des autorités baléares de 1115 qui adressèrent à Pietro Albizzone, en tant qu’héritier d’une telle famille et en tant que personne sachant dialoguer, des appels pleins de détresse pour qu’on leur concédât une capitulation honorable51. Dans l’affaire des Baléares, la “ligne” de Pietro Albizzone est assurément perdante, plus, elle n’est mentionnée par l’auteur qui, évidemment, ne la juge absolument pas digne d’être prise en considération, que dans le seul but de rappeler à tous la grande dette de la Sardaigne, liberata ab antiquo des Sarrasins, à l’endroit de Pise, son sauveur. Mais il ne maîtrise pas son exemple. Dans son récit de l’otage capturé puis rendu, l’auteur dessine un tableau à ce point différent des rapports entre Pisans et Sarrasins, rapports marqués par le respect réciproque, par l’observation des accords, par l’existence même de ces accords écrits et conclus sous serment réciproque, que le retour au champ de bataille paraît excessivement brusque, forcé, sans transition et surtout sans motif52.

  • 53 Cf. note 36.
  • 54 Catia Renzi Rizzo, « Riflessioni sullla lettera di Berta di Toscana al califfo Muktafî : l’apporto (...)
  • 55 G. Rossetti, « Ceti dirigenti e classe politica... » ; I d., « Pisa e l’impero tra XI e XII... ».

25En réalité, dans la figure de Pietro Albizzone, nous trouvons l’autre visage de la conquête pisane en Méditerranée : celle des armateurs et des marchands, menée à coup d’accords, de pactes commerciaux, de concessions douanières. C’est la pratique du dialogue qui, durant les années mêmes de la rédaction du Liber, conduisait jusqu’à Pise les bandes de « païens, de Turcs, de Libyens, de Parthes même et de sombres Chaldéens », au grand scandale du moine Donizone, qui enrichissaient la société de la ville autant sinon plus que les expéditions guerrières contre les ports musulmans53; pratique qui, d’ailleurs, avait elle aussi, tout autant que les expéditions, une tradition respectable qui apparaît, par exemple, dans les contacts diplomatiques entre la marquise Berthe de Toscane et Muktafî, calife de Bagdad (906)54. Attention, la classe sociale qui se devine derrière les expéditions militaires comme derrière les accords était la même et les deux pratiques – guerrière et diplomatique – coexistaient dans la société citadine sans contradictions ni traumatismes. Elles coexistaient parce que l’idéologie qui, en réalité, les soutenait toutes deux n’était pas celle de la guerre sainte, mais celle de la grandeur matérielle et politique de la civitas, qui ne jugea plus utile de recourir à l’épreuve de force qu’à certains moments et sous des poussées bien précises55.

26L’époque de la Première croisade est, incontestablement, un de ces moments en raison, nous l’avons dit, de l’extraordinaire convergence entre les intérêts de la papauté et ceux de la ville. L’idéologie de la guerre sainte constitua pour celle-ci une caisse de résonance idéale que toutefois, ne l’oublions pas, les clercs étaient pratiquement seuls à faire résonner.

  • 56 Maria Luisa Ceccarelli Lemut, « Bernardo Maragone “provisor” e cronista di Pisa nel XII secolo », d (...)
  • 57 Bernardo Maragone, « Annales Pisani (1100-1196) », dans M. Lupo Gentile (éd.), RIS, 6/2, Bologne, 1 (...)

27Quand les laïcs prennent la parole, la musique change. Dans les annales de Bernardo Maragone, juriste et ambassadeur56, il n’y a pas trace de l’idée de guerre sainte : elle n’est pas combattue mais pas mise en valeur non plus, alors que continue – comme véritable motif de base et comme un feu qui anime – le thème de l’orgueil civique, l’admiration pour la grandeur de la ville. C’est sur ce ton et, encore une fois, sans contradiction aucune que Maragone rappelle les expéditions contre les Sarrasins, la participation à la Première croisade ainsi que les ambassades envoyées par Pise vers les différentes possessions musulmanes en Méditerranée57.

  • 58 G. Rossi Sabatini, L’espansione di Pisa... ; M. Tangheroni, « Pisa, l’Islam... » ; Enrica Salvatori(...)

28Après les Baléares, la ligne de Pietro Albizzone l’emporta, il n’y eut plus d’expéditions ; au contraire, Pise refusa de participer à d’autres missions contre les Sarrasins et peu à peu disparurent son espoir d’obtenir le contrôle de la Sardaigne et de la Corse avec l’aide du pape et, par conséquent, le besoin de répondre aux appels de ce dernier ; en revanche, la mise en œuvre d’un dense réseau d’accords diplomatiques avec le Maghreb, Al-Andalus ainsi qu’avec les Baléares, fut encouragée. Ce réseau permit à Pise d’être – entre le XIe et le XIIe siècle – un interlocuteur indispensable pour le commerce entre le monde chrétien et l’Islam58. Cette ligne ne prit pas la forme d’une idée politique consciemment opposée à celle de la croisade : c’était au contraire une pratique qui s’accordait mieux que l’idée de croisade avec l’idée – toujours présente, elle – qu’il faut toujours et dans tous les cas rechercher le bien-être et la grandeur de la ville.

  • 59 Cf. note 9.

29…Voilà pourquoi il n’y a chez Maragone aucune nuance de reproche à l’endroit des Sarrasins, voilà pourquoi entre 1154 et 1162, le corsaire Trapelicino, coupable d’avoir trahi les accords avec le sultan d’Égypte et d’avoir traîtreusement tué des marchands égyptiens qu’il avait accueillis sur son vaisseau fut banni de la ville avec une mesure extrêmement grave59. Son action ignominieuse avait nui à la ville tout entière dans ce qui, depuis longtemps désormais, était sa véritable richesse : un formidable réseau de rapports avec les domaines mulsulmans de toute la Méditerranée.

Annexes

Annexes

1. <1064-1118>

Épigraphe “historique” sur la façade de la cathédrale de Pise, dédiée aux entreprises contre les Sarrasins de la première moitié du XIe siècle (G. Scalia, « Tre iscrizioni e una facciata... », p. 825).

 

† Ex merito laudare tuo te, Pisa, laborans
nititur e propria demere laude tua.
Ad laudes, urbs clara, tua laus sufficit illa,
quod te pro merito dicere nemo valet.

Non rerum dubius successus neque secundus
se tibi pre cunctis fecit habere locis:
qua re tanta micas quod te qui dicere temptat,
materia pressus, deficiet subito.
Ut taceam reliqua, quis dignum diceret illa
tempore preterito qui tibi contigerint?

Anno Dominice Incarnationis MVI
Milia sex decies Siculum, prostrata potenter,
dum superare volunt, exsuperata cadunt.
Namque tuum Sicula cupiens gens perdere nomen
te petiit fines depopulata tuos.
unde, dolens nimium, modicum disferre nequisti,
in proprios fines quin sequereris eos.
Hos ibi conspiciens cunctos Messana perire,
cum gemitu quamvis, hec tua facta refert.

Anno Dominice Incarnationis MXVI
His maiora tibi post hec ur<b>s clara, dedisti,
viribus eximiis cum superata tuis
gens Saracenorum periit sine laude suorum:
hinc tibi Sardinia debita semper eritt.

Anni Domini MXXXIIII
Tertia pars mundi sensit tua signa triumphi,
Africa, de celis presule rege tibi.
Nam, iusta ratione petens ulciscier, inde
est, vi capta tua, urbs superata Bona

 

2. <1064-1118>

Épigraphe sur la façade de la cathédrale de Pise, dédiée a l’entreprise contre les Sarrasins de Palerme de 1064 (Monumenta epigraphica pisana…, pp.47-48).

 

† Anno quo Christus de virgine natus ab illo
Transierant mille decies sex treque subinde,
Pisani cives, celebri virtute potentes,
Istius ecclesie primordia dantur inisse.
Anno quo Siculas est stolus factus ad oras,
quo simul armati, multa cum classe profecti,
omnes maiores medii pariterque minores
intendere viam primam sub sorte, Panormam.
Intrantes rupta portum pugnando catena,
Sex capiunt magnas naves opibusque repletas,
Unam vendentes, reliquas prius igne cremantes,
Quo pretio muros constat hos esse levatos;
Post hinc digressi parum, terraque potiti,
qua fluvii cursum mare sentit solis ad ortum,
mox equitum turba peditum comitante caterva,
armis accingunt sese, classemque relinquunt.
Invadunt hostes contra sine more furentes,
sed prior incursus, mutans discrimina casus,
istos victores, illos dedit esse fugaces:
quos cives isti ferientes vulnere tristi
plurima pre portis stravernt milia morti,
conversique cito tentoria litore figunt,
ignibus et ferro vastantes omnia circum.
Victores, victis sic facta cede relictis,
Incolumes multo Pisam rediere triumpho.

3. Le Carmen in victoriam, écrit entre le XIe et le XIIe siècle, raconte l’entreprise menée en 1087 par Pise et Gêne contre les villes zirites de al-Mahdiya e Zawila (G. Scalia, « Il carme pisano sull’impresa contro i Saraceni... », pp. 565-627).

Extraits

1.
Inclitorum Pisanorum scripturus istoriam,
antiquorum Romanorum renovo memoriam:
nam extendit modo Pisa laudem admirabilem,
quam recepit olim Roma vincendo Cartaginem.
2.
Manum primo Redemptoris collaudo fortissimam,
qua destruxt gens Pisana gentem impiissimam.
Fit hoc totum Gedeonis simile miraculo,
quod perfecit sub unius Deus noctis spatio.
3.
Hic cum tubis et lanternis processit ad prelium,
nil armorum vel scutorum protendit in medium:
sola virtus Creatoris pugnat terribiliter,
inter se Madianitis cesis mirabiliter
4.
Sunt et [hi] Madianite signati ex nomine,
hos in malo nam Madia nutrebat omine,
sita pulchro loco maris, civitas hec impia,
que captivos costringebat plus centena milia.
5.
Hic Timinus presidebat, Saracenus impius,
similatus Antichristo, draco crudelissimus,
habens portum iuxta urbem factum artificio,
circumseptum muris magnis et plenum navigio.
6.
Hic tenebat duas urbes opibus ditissimas
et Saracenorum multas gentes robustissimas
stultus et superbus nimis, elatus in gloria,
qua de cusa Pisanorum fit clara victoria.
7.
Hic cum suis Saracenis devastabat Galliam,
captivabat omnes gentes que tenent Ispaniam
et in tota ripa maris turbabat Italiam,
predabatur Romaniam usque Alexandriam.
8.
Non est locus toto mundo neque maris insula,
quam Timini non turbaret orrenda perfidia:
Rodus, Ciprus, Creta [simul], simul et Sardinia
vexabantur, et cum illis nobilis Sicilia. [..]
11.
Convenerunt Genuenses virtute mirabili
et adiungunt se Pisanis amore amabili.
Non curant de vita mundi nec de suis filiis,
pro amore Redemptoris se donant periculis.
12.
His accesit Roma potens potenti auxilio,
suscitata pro Timini infami martirio:
renovatur hinc in illa antiqua memoria,
quam illustris Scipionis olim dat victoria. [..]
17.
Accesserunt huc econtra mirandi artifices
et de lignis nimis altis facte sunt turricule.
Destruxerunt, occiderunt, sicut Deus voluit,
et fecerunt quod a mundo nunquam credi potuit. [..]
24.
«Preparete vos ad pugnam, milites fortissimi,
«et pro Christo omnes mundi vos obliviscimini.
«Maris iter restat longum, non potestis fugere,
«terram tenent quos debetis vos hostes confundere. [..]
26.
«Inimici sunt Factoris, qui creavit omnia,
«et captivant Christianos pro inani gloria.
«Mementote vos Golie, gigantis eximii,
«quem prostravit unus lapis David, parvi pueri. [..]
28.
«Vos videtis Pharaonis fastum et superbiam,
«qui contempnit Deum celi regnantem in secula,
«Dei populum affligit et tenet in carcere.
«Vos coniuro propter Deum, iam nolite parcere».
29.
His incitamentis claris [et] multis silmilibus
inardescunt omnes corde, irritantur viribus;
offerunt corde devoto Deo penitentiam
et communicant vicissim Christi eucharistiam. [..]
34.
Altera ex parte Petrus cum cruce et gladio
Genuenses et Pisanos confortabat animo,
et conduxerat huc princeps cetum apostolicum:
nam videbat signum sui in scarsellis positum. [..]
36.
Misit namque Deus celi angelum fortissimum,
qui Senacherib percussit in nocte exercitum.
Quod cum vident hi qui stabant intra muros fieri,
obserarunt portas illis qui fugebant miseri.
37.
Occiduntur et truncantur omnes quasi pecudes,
non est illis fortitudo qua possint resistere.
Perimuntur in momento paganorum milia,
antequam intrarent portas et tenerent menia.
38.
Postquam desuper et subter intrarunt fortissime,
pervagantur totam urbem absque ulla requie.
Occiduntur mulieres virgines et vidue
Et infantes alliduntur, ut non possit vivere.
39.
Non est domus neque via in tota Sibilia,
que non esset rubicunda et sanie livida:
tot Saracenorum erant cadavera misera,
que exalant iam fetorem per centena milia. [..]
44.
Hic imponunt illum scuto et ad naves deferunt.
Plangunt omnes super illum, quasi unigenitum:
«O decus et dolor magnus Pisanorum omnium!
«O confusio triumphi et magnum incommodum !
45.
«O dux noster atque princeps cum corde fortissimo!
«Similatus es Grecorum regi nobilissimo,
«qui sic fecit, ut audivit responsum Apollinis:
«nam ut sui triumpharent sponte mortem subiit.
46.
«Sic infernus spoliatur et Sathan destruitur,
«cum Iesus, redemptor mundi, sponte sua moritur.
«pro cuius amore, care, et cuius servicio
«martyr pulcher rutilabis venturo iudicio.
47.
«Non iacebis tu sepultus hac in terra pessima,
«ne te tractent Saraceni, qui sunt quasi bestia.
«Pisa nobilis te ponet in sepulcrum patrium,
«te Italia plorabit, legens epitaphium.
48.
«Erimus in domo tua fideles et placidi
«et vivemus apud tuos titores et baiuli.
«Nullus umquam contra tuos levabit audaciam,
«quia tu, care, pro Pisa posuisti animam». [..]

52.
Alii petunt meschitam pretiosam scemate,
mille truncant sacerdotes qui erat Machumate,
qui fuit heresiarcha potentior Arrio.
cuius error iam permansit longo mundi spatio.
53.
Alii confundunt portum factum mirabiliter,
darsanas et omnes turres perfringunt similiter,
mille naves traunt inde que cremantur litore.
quarum incendium Troie fuit vere simile. [..]
58.
Et iam isti fatigati pausabant in requie,
ipsa rex misellus nimis pacem cepit petere.
Donat auri et argenti infinitum pretium,
ditat populum Pisanum atque Genuensium.
59.
Iuravit per Deum celi, suas leges litteras:
iam ammodo Christianis non ponet insidias
et non tollet tulineum his utrisque populis,
serviturus in eternum eis quasi dominis.

60.
Terram iurat Sancti Petri esse sine dubio,
et ab eo tenet eam iam absque conludio,
unde semper mittet Romam tributa et premia;
auri puri et argenti nunc mandat insignia. [..]

 

4. Les Annales Pisani Antiquissimi, écrits probablement avant le milieu du XIIe siècle. F. Novati, « Un nuovo testo degli Annales… », pp. 11-20. Les dates sont en style pisan ; il faut retrancher un an pour obtenir le style commun.

 

Anno millesimo quinto civitas Pisana capta fuit a Saracenis.
Millesimo VI Pisani vicerunt Saracenos ad Regium.
Millesimo XVI. Pisani vicerunt Murgetum regem in Sardiniam.
Millesimo XXXV. Pisani vicerunt Bonam, urbem Africe. Eodem tempore Pisa combusta est.
Millesimo LXV. Pisani fecerunt bellum in portum Palarmi.
Millesimo LXVI in vigilia natalis Domini ingens terremotus factus est et mirabiliter apparuit.
Millesimo LXXXVIII. die sancti Xisti Pisani ceperunt Sibiliam. Alia die ceperunt Almadiam.
Millesimo XCVIIII Pisani destruxerunt Luccatam urbem Grecie.
Millesimo CXIIII iverunt Pisani Maioricam.
Millesimo CXVII ingens terremotus fuit quod multe Pisanorum turres corruerunt.

Notes

1 Franco Cardini, « La crociata », dans Il Medioevo, 2, Turin, 1986, p. 399.

2 Giovanna Petti Balbi, Caffaro e la cronachistica genovese, Gênes, 1982, pp. 13-16. Voir aussi Elena Bellomo, A servizio di Dio e del Santo Sepolcro. Caffaro e l’Oriente latino, Padoue, 2003.

3 Max Seidel, « Dombau Kreuzugsidee und Expansionpolitik. Zur Ikonographie der Pisaner Kathedralbauten », Frühmittelalterliche Studien, 7/9 (1977), pp. 340-369.

4 Marco Tangheroni, « Pisa, l’Islam, il Mediterraneo, la prima crociata », dans F. Cardini (éd.), Toscana e Terrasanta, Florence, 1981, pp. 31-54.

5 Déjà en 1977 Gabriella Rossetti soutenait que les entreprises pisanes « vanno riguardate come altrettante tappe dell’espansione economica pisana, ma più ancora come occasioni di autonoma iniziativa politica » parce que dans ces occasions « l’assemblea dei cittadini decise, finanziò, armò e organizzò le spedizioni militari, elesse dei consoli cui diede poteri decisionali sui tempi e le modalità di attuazione ». Gabriella Rossetti, « Storia familiare e struttura sociale e politica di Pisa nei secoli XI e XII », dans Id. (éd.), Forme di potere e struttura sociale in Italia nel Medioevo, Bologne, 1977, p. 238.

6 Graziella Berti et Liana Tongiorgi, I bacini ceramici medievali delle chiese di Pisa, Rome, 1981 ; Graziella Berti, « Pisa - A seafaring Republic. Trading relations with islamic countries in the light of ceramic testimonies (2nd half of 10th to middle 13th c.), with a report on mineralogical analysis by Tiziano Mannoni », dans R. P. Gayraud (éd.), Colloque International d’Archéologie Islamique (IFAO), Le Caire, 1998, pp. 301-317 ; id., « Pisa : Ceramiche e commerci (2° metà X-metà XIV s.) », dans S. Gelichi (éd.), Pre-tirages del I Congresso Nazionale di Archeologia Medievale, Florence, 1997, pp. 346-351 ; Catia Renzi Rizzo, « I rapporti Pisa-Spagna (al-Andalus, Maiorca) tra l’VIII e il XIII secolo testimoniati dalle fonti scritte », dans Penisola Iberica e Italia : rapporti e influenze nella produzione ceramica dal Medioevo al XVII secolo. Atti del XXXI convegno internazionale della ceramica, Florence, 1999, pp. 255-264. Marco Tangheroni, Catia Renzi Rizzo, Graziella Berti, « Pisa e il Mediterraneo occidentale nei secoli VII-XIII : l’apporto congiunto delle fonti scritte e di quelle archeologiche », dans Interactions culturelles en Méditerranée occidentale pendant l’antiquité tardive, le moyen âge et les temps modernes, Actes du colloque international (Paris, 7-9 décembre 2000), sous presse ; repris dans Graziella Berti, Catia Renzi Rizzo, Marco Tangheroni (éd.), Il mare, la terra, il ferro. Ricerche su Pisa medievale (secoli VII-XIII), Pise, 2004, pp. 109-142 ; Catia Renzi Rizzo, « I rapporti diplomatici fra il re Ugo di Provenza e il califfo ‘Abd ar-Raman III : fonti cristiane e fonti arabe a confronto », Reti Medievali, 3/1 (2002) ; id., « Pisarum et Pisanorum descriptiones in una fonte araba della metà del XII secolo », Bollettino Storico Pisano, 72 (2003), pp. 1-30 ; Graziella Berti, « La decorazione con “bacini ceramici” », dans M. L. Ceccarelli Lemut et S. Sodi (éd.), Nel segno di Pietro. La Basilica di San Piero a Grado da luogo della prima evangelizzazione a meta di pellegrinaggio medievale, Pise, 2003, pp. 157-173 ; Id., « I “bacini” islamici del Museo Nazionale di San Matteo – Pisa : vent’anni dopo la pubblicazione del Corpus », dans M. V. Fontana et B. Genito (éd.), Studi in onore di Umberto Scerrato per il suo settantacinquesimo compleanno, Naples, 2003, pp. 121-151 ; Catia Renzi Rizzo, « Pisa nell’altomedioevo : alcune considerazioni in margine al dibattito sulle città nei secoli VI-VIII », Bollettino Storico Pisano, 74 (2005), pp. 479-502.

7 Gabriella Rossetti, « Storia familiare... », pp. 233-246 ; Id., « Ceti dirigenti e classe politica », dans G. Rossetti (éd.), Pisa nei secoli XI-XII. Formazione e caratteri di una classe di governo, Pise, 1979, pp. XXV-XLI ; Id., « Il lodo del vescovo Daiberto sull’altezza delle torri : prima carta costituzionale della repubblica pisana », dans Pisa e la Toscana occidentale nel Medioevo, 2. A Cinzio Violante nei suoi 70 anni, Pise, 1991, pp. 25-48 ; Id., « I vescovi e l’evoluzione costituzionale di Pisa tra XI e XII secolo », dans M. L. Ceccarelli Lemut et S. Sodi (éd.), Nel IX Centenario della metropoli ecclesiastica di Pisa. Atti del convegno di studi, Pise, 1995, pp. 81-93 ; Id., « Pisa e l’impero tra XI e XII secolo. Per una nuova edizione del diploma di Enrico IV ai Pisani », dans C. Violante (éd.), Nobiltà e chiese nel medioevo e altri saggi. Miscellanea di scritti in onore di Gerd. G. Tellenbach, Rome, 1993, pp. 159-182 ; Id., « Pisa : alle radici del diritto cittadino e internazionale », dans G. Rossetti (éd.), Legislazione e prassi istituzionale a Pisa (secoli XI-XIII). Una tradizione normativa esemplare, Naples, 2001, pp. 181-199 ; Mauro Ronzani, « “La nuova Roma” : Pisa, Papato e Impero al tempo di san Bernardo », dans O. Banti et C. Violante (éd.), Momenti di storia medievale pisana : discorsi per il giorno di S. Sisto, Pise, 1991, pp. 61-77 ; Id., Chiesa e “Civitas” di Pisa nella seconda metà del secolo XI. Dall’avvento del vescovo Guido all’elevazione di Daiberto a metropolita di Corsica (1060-1092), Pise, 1997 ; Id., « Dall’edificatio ecclesiae all’“Opera di S. Maria” : nascita e primi sviluppi di un’istituzione nella Pisa dei secoli XI e XII », dans M. Haines et L. Riccetti (éd.), Opera. Carattere e ruolo delle fabbriche cittadine fino all’inizio dell’età moderna, Florence, 1996, pp. 1-70 ; Id., « Pisa fra papato e impero alla fine del secolo XI : la questione della Selva di Tombolo e le origini del monastero di San Rossore », dans Pisa e la Toscana..., pp. 173-230 ; Id., « Vescovi e città a Pisa nei secoli X e XI », dans Vescovo e città nell’alto medioevo : quadri generali e realtà toscane. Convegno internazionale di studi, Pistoia, 2001, pp. 93-132.

8 Michael Matzke, « Daiberto e la prima crociata », dans M. L. Ceccarelli Lemut et S. Sodi (éd.), Nel IX Centenario..., pp. 95-130 ; Id., Daibert von Pisa : zwischen Pisa, Past und erstem Kreuzzug, Sigmaringen, 1998 ; Id., « Pisa, l’arcivescovo Daiberto e la I Crociata » dans M. Tangheroni (éd.), Pisa e il Mediterraneo. Uomini, merci, idee dagli Etruschi ai Medici, Milan, 2003, pp. 145-150.

9 Enrica Salvatori, « Corsair’s Crew and Cross-Cultural Interactions : The Case of the Pisan Trapelicinus in the Twelfth Century », dans Kathryn Louise Reyerson (éd.), The ethnic Composition of Ship’s Crews in the Middle Ages, Minneapolis (sous presse).

10 « [..] ad honorem et salutem Pisane civitatis tractabo et faciam, exceptis illis qui sceleratissimum et abnominabile maleficium in nave Trapilicini de Saracenis commiserunt » (Ottavio Banti, I brevi dei consoli del Comune di Pisa degli anni 1162 e 1164. Studio introduttivo, testi e note con un’appendice di documenti, Rome, 1997, pp. 45-46).

11 Liber Maiolichinus de gestis Pisanorum illustribus, éd. de Carlo Calisse, Rome, 1904 ; Giuseppe Scalia, Intorno ai codici del Liber Maiorichinus, Rome, 1957 ; Id., « Oliverius e Rolandus nel Liber Maiorchinus », Studi Mediolatini e Volgari, 4 (1956), pp. 1-17 ; Id., « Per una riedizione del “Liber Maiolichinus” », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medioevo e Archivio Muratoriano, 72 (1959), pp. 79-112. Il faut voir aussi Gioacchino Volpe, « Il Liber Maiolichinus de gestis pisanorum illustribus e l’ordinamento militare di una città marinara », dans G. Volpe (éd.), Medioevo italiano, Florence, 1961, pp. 87-210.

12 Sur l’expansion de Pise : Giuseppe Rossi Sabatini, L’espansione di Pisa nel Mediterraneo fino alla Meloria, Florence, 1938. Archibald Ross Lewis, Naval Power and Trade in the Mediterranean. A.D. 500-1100, Princeton, 1951, pp. 22-239 ; Karl-Heinz Allmendinger, Die Beziehungen zwischen der Kommune Pisa und Aegypten im hohenMittelalter, Wiesbaden, 1967, pp. 16-23 ; Rammah Mourad, « Aspects de l’évolution de l’économie ifriqiyyenne au moyen-âge, du Xe au XIIIe siècle », dans L’Italia e i Paesi Mediterranei. Vie di comunicazione e scambi commercialie culturali al tempo delle Repubbliche Marinare, Pise, 1988, pp. 117-126 ; Marco Tangheroni, « La prima espansione di Pisa nel Mediterraneo : secoli X-XII. Riflessioni su un modello possibile », dans G. Rossetti et G. Vitolo (éd.), Medioevo Mezzogiorno Mediterraneo. Studi in onore di Mario Del Treppo, Naples, 2000, pp. 3-23.

13 Annexes 1 et 2. Giuseppe Scalia, « Epigraphica Pisana. Testi latini sulla spedizione contro le Baleari dal 1113-1115 e su altre imprese antisaracene del secolo XI », Miscellanea di studi ispanici, 6 (1963), pp.234-286 ; Id., « Ancora intorno all’epigrafe sulla fondazione del Duomo pisano », Studi Medievali, s. 3ª, 10 (1969), pp. 483-519 ; Id., « “Romanitas” pisana tra XI e XII secolo. Le iscrizioni romane del Duomo e lo statua del console Rodolfo », Studi medievali, s. 3ª, 13 (1972), pp. 791-843 ; Id., « Tre iscrizioni e una facciata. Ancora sulla Cattedrale di Pisa », Studi medievali, s. 3ª, 33 (1982), pp. 817-859 ; Ottavio Banti, « A proposito di un recente lavoro sulle epigrafi pisane del secolo XI », Bollettino Storico Pisano, 31-32 (1962-1963), pp. 249-254 ; Id., « Note di epigrafia medioevale a proposito di due iscrizioni del secolo XI-XII situate sulla facciata del duomo di Pisa », Studi Medievali, s. 3ª, 22 (1981), pp. 267-282 ; Id., Monumenta epigraphica pisana saeculi XV antiquiora, Pise, 2000 ; Id., « La giustizia, la guerra giusta e la missione storica di Pisa in tre epigrafi del secolo XII », Bollettino Storico Pisano, 70 (2001), pp. 43-53 ; Chiara Frugoni, « L’autocoscienza del’artista nelle epigrafi del Duomo di Pisa », dans L’Europa dei secoli XI e XII fra novità e tradizione : sviluppi di una cultura. Atti della X Settimana internazionale di studi (Mendola, 25-29 agosto 1986), Milan, 1989, pp. 277-204.

14 Annexe 3 ; Giuseppe Scalia, « Il carme pisano sull’impresa contro i Saraceni del 1087 », Studi di filologia romanza in onore di S. Pellegrini, Padoue, 1971, pp. 565-627 ; Id., « Contributi Pisani alla lotta anti-islamica nel Mediterraneo Centro-Occidentale durante il secolo XI e nei primi decenni del XII », Anuario de estudios medievales, 10 (1980), pp. 135-141.

15 Francesco Novati, « Un nuovo testo degli Annales Pisani Antiquissimi e le prime lotte di Pisa contro gli arabi », Centenario della nascita di Michele Amari : scritti di filologia e storia araba, di geografia, storia, diritto della Sicilia, studi bizantini e studi giudaici relativi all’Italia meridionale nel Medioevo, Palerme, 1910, pp. 11-20 ; Chronicon pisanum seu fragmentum auctoris incerti (RIS, VI, 2, pp. 97-104), éd. de Michele Lupo Gentile, Bologne, 1936. Cf. Annexe 4 pour le texte des Annales.

16 Cf. note 13. Pour la “mise en page” voir C. Frugoni, « L’autocoscienza del’artista... ».

17 Michael McCormick, Les Annales du Haut Moyen Âge (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 14), Turnhout, 1975.

18 Cf. Annexe 4.

19 Chronicon pisanum... : « [..] MVI. Fecerunt Pisani bellum cum Saracenis ad Regium et gratia Dei vicerunt illos in die Sancti Sixti. MXII. Stolus de Ispania venit Pisam, et destruxit eam. MXVI. Fecerunt Pisani et Ianuenses bellum cum Mugieto et vicerunt illum. MXVII. Fuit Mugietus reversus in Sardineam et cepit ibi civitatem edificare ibi, atque homines vivos in cruce murare. Et tunc Pisani et Ianuenses illuc venere, et ille propter pavorem eorum fugit in Africam ; Pisani vero et Ianuenses reversi sunt Turrim, in quo loco insurrexerunt Ianuenses in Pisanos et Pisani vicerunt illos. [..] MXXXV. Pisani fecerunt stolum in Africam ad civitatem Bonam, gratia Dei vicerunt illam. [..] MLXV. Pisani profecti fuerunt Panormum ; gratia Dei vicerunt illos in die Sancti Agapiti. [..] MLXXXVIII. Fecerunt Pisani et Ianuenses stolum in Africa, et ceperunt duas munitissimas civitates, Almadiam et Sibiliam, in die Sancti Sixti. In quo bello Ugo Vicecomes, filius Ugonis Vicecomitis, mortuus est. Ex quibus civitatibus, Saracenis fere omnibus interfectis, maximam predam auri, argenti, palliorum et ornamentorum abstraxerunt. De qua preda thesauros Pisane Ecclesie in diversis ornamentis mirabiliter amplificaverunt, et ecclesiam beati Sixti in Curte Veteri edificaverunt. MXCIX. Concremata est pene tota Kinthica VI nonas Iulii et stolus Pisanus in Ierusalem ivit cum navibus CXX ; de quo stolo Daibertus eiusdem Ecclesie Archiepiscopus fuit ductor et dominus, qui tunc temporis in Ierusalem Patriarcha remansit. MC. Ierusalem a Christianis capta est XVIII kal. Augusti. ». Pour l’importance des Annales voir G. Scalia, « Ancora intorno all’epigrafe... », p. 485.

20 Les épigraphes de la cathédrale de Pise sont nombreuses : voir G. Scalia, « Epigraphica Pisana... » et O. Banti, « Monumenta epigraphica pisana... ».

21 Annexe 1.

22 G. Scalia, « Contributi pisani... ».

23 Annexe 2. Les Pisans se dirigent avec une nombreuse flotte vers la Sicile, parviennent à Palerme ; une fois entrés dans le port, après avoir brisé la chaîne qui le défendait, ils s’emparent de six grands navires chargés de toutes les richesses possibles (grâce à la vente de l’un d’entre eux, on élèvera les murs de la cathédrale). Après avoir quitté le port, ils se pressent à l’embouchure de l’Oreto et débarquent ; ils repoussent l’attaque des Sarrasins accourus sur les lieux, ils les poursuivent jusqu’aux portes et font un grand massacre, ils montent leurs tentes et après avoir tout dévasté dans les alentours, ils reprennent la mer et rentrent à Pise sains et saufs.

24 M. Seidel, « Dombau Kreuzugsidee und Expansionpolitik... ».

25 G. Scalia, « Ancora intorno all’epigrafe... », p. 506.

26 On peut souligner, par exemple, l’emploi des bacini musulmans sur les façades des églises pisanes (G. Berti et L. Tongiorgi, « I bacini ceramici... » ; G. Berti, « La decorazione con “bacini ceramici”... » ; Id., « I “bacini” islamici del Museo Nazionale di San Matteo... »).

27 Giacomo Todeschini, I mercanti e il tempio : la società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo ed Età Moderna, Bologne, 2002.

28 Sur ce thème voir G. Rossetti, « I vescovi e l’evoluzione costituzionale... » ; Id., « Il lodo del vescovo Daiberto... » ; I d., « Pisa e l’impero tra XI e XII secolo... ».

29 C. Frugoni, « L’autocoscienza del’artista... ».

30 On la retrouve développée dans les productions poétiques successives. Voir G. Scalia, « “Romanitas” pisana... ».

31 Pour le contenu du Liber voir plus loin. Comparaisons entre Pise et Rome aux vers 445-448, 517-520, 583-585.

32 M. Tangheroni, C. Renzi Rizzo et G. Berti, « Pisa e il Mediterraneo occidentale… ».

33 G. Scalia, « Contributi pisani... » ; Giovanna Petti Balbi, « Lotte antisaracene e “militia Christi” in ambito iberico », dans Militia Christi e crociata nei secoli XI-XII, Atti della XI settimana internazionale di studio (Mendola 1989), Milan, 1992, p. 525 ; E. Bellomo, Al servizio di Dio..., p. 11.

34 G. Scalia, « Contributi pisani... ».

35 Giuseppe Petralia, « Le “navi” e i “cavalli” : per una rilettura del Mediterraneo pienomedievale », Quaderni storici, 103 (2000), pp. 201-219, p. 209. Voir aussi Mauro Ronzani, « Da aula cultuale del vescovato a ecclesia maior della città : note sulla fisionomia istituzionale e la rilevanza pubblica del Duomo di Pisa », dans O. Banti (éd.), Amalfi Genova Pisa e Venezia. La cattedrale e la città nel Medioevo. Aspetti religiosi istituzionali e urbanistici, Pise, 1993, pp. 71- 102. ; M. R onzani, « Dall’edificatio... », p. 10.

36 « Qui pergit Pisas, videt illic monstra marina ; haec urbs paganis, Turclis, Libicis quoque Parthis sordida, Chaldei sua lustrant litora tetri ». Donizonis Presbyteris, Vita Mathildis, celeberrimae principis Italiae (RIS, V, 2), éd. de Luigi Simeoni, Bologne, 1940, p. 53, vv. 1370-1372.

37 Cinzio Violante, « Le concessioni pontificie alla Chiesa di Pisa riguardanti la Corsica alla fine del secolo XI », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medioevo e Archivio Muratoriano, 75 (1963), pp. 43-56 ; Marco Tangheroni, « Pise en Sardaigne. De la pénétration à la colonisation : stratégie et tactique multiples », dans M. Balard et A. Ducellier (éd.), Coloniser au Moyen Âge, Paris, 1995, pp. 35-39 et 46-47 ; M. Ronzani, Chiesa e “Civitas” di Pisa... ; S. P. P. Scalfati, « Pisa e la Corsica... », dans Pisa e il Mediterraneo..., pp. 203-208.

38 G. Rossetti, « I vescovi e l’evoluzione costituzionale... », pp. 87-90.

39 Voir Annexe 3, strophes 17, 11, 34, 12, 38, 39 et passim

40 On peut le voir dans l’épisode de la mort de Ugo Vicecomes, strophes 44-48.

41 L’ennemi est méprisable mais il faut dire aussi qu’il est puissant et habile à combattre (Annexe 3, strophe 6) : on doit lutter contre lui pour libérer des centaines de milliers de prisonniers chrétiens capturés un peu partout (strophe 8).

42 Voir Annexe 3, strophes 1, 4, 8, 53 et 60.

43 Craig B. Fisher, « The Pisan Clergy and an Awakening of Historical Interest in a Medieval Commune », Studies in Medieval and Renaissance History, 3 (1966), pp. 143-219.

44 Ibid. et supra note 11.

45 Liber Maiolichinus..., vers 25-37 : « Milia captorum plus quam ter dena fuerunt, quos pariter Baleri vinxit tenuitque tirampnus, preter ad ignotas quos per comercia gentes transtulit, aut atrox obitus de carne resolvit. Fama mali tanti per plures cognita terras commovet extimplo sitientes prelia Pisas. Concitat ira senes, qui Punica vincere regna, subdere quique suo gentes potuere tributo. Hi, memorant dum facta Bone, dum bella Panormi victaque per varios quam plurima prelia casus, accendunt animos iuvenum, quibus orrida facta et labor et sudor et duri gloria Martis divitiis et delitiis potiora fuerunt » ; vers. 1216-1218 : « Haut secus heroum gladiis pagana fugantur agmina. Tunc relique succurrunt undique turme nulli parcentes, sexus iugulantur et etas » ; vers. 71-75 : « Horum consilio clari cum presule digno legati Romam vadunt, quos papa colendus nomine Paschalis multo suscepit honore, pontifici tribuendo crucem, romanaque signa militie ducibus, que presens Atho recepit ». Les mêmes éléments figurent aussi sur l’épigraphe de Saint-Victor à Marseille (G. Scalia, « Epigraphica... », pp. 268-269) et sur celle de la Porta Aurea à Pise (Ibid., pp. 269-272) : les deux sont liées à l’expédition contre les Baléares.

46 Liber Maiolichinus..., vers 1570-1594, 1977-1987, 2386-2426, 3060-3064, 3270-3292.

47 Ibid., vers 1977-1987, 2696-2699, 2912-2934.

48 Ibid., vers 2697-2744.

49 Ibid., vers 2745-2768, 3093-3099.

50 Laura Ticciati, « Strategie familiari della progenie di Ildeberto Albizo – i Casapieri – nelle vicende e nella realtà pisana fino alla fine del XIII secolo », dans Pisa e la Toscana occidentale nel Medioevo..., 2, pp. 49-150. Liber Maiolichinus..., vers 924-974.

51 Ibid., vers 919-923, 2912-2936

52 Ibid., vers 2934-2938

53 Cf. note 36.

54 Catia Renzi Rizzo, « Riflessioni sullla lettera di Berta di Toscana al califfo Muktafî : l’apporto congiunto de dati archeologici e delle fonti scritte », Archivio Storico Italiano, 159 (2001), pp. 3- 47.

55 G. Rossetti, « Ceti dirigenti e classe politica... » ; I d., « Pisa e l’impero tra XI e XII... ».

56 Maria Luisa Ceccarelli Lemut, « Bernardo Maragone “provisor” e cronista di Pisa nel XII secolo », dans Legislazione e prassi istituzionale..., pp. 181-199, repris dans Maria Luisa Ceccarelli Lemut, Medioevo Pisano, Pise, 2005.

57 Bernardo Maragone, « Annales Pisani (1100-1196) », dans M. Lupo Gentile (éd.), RIS, 6/2, Bologne, 1936, pp. 1-74, en particulier pp. 3, 6-8, 19, 22, 39, 44, 49.

58 G. Rossi Sabatini, L’espansione di Pisa... ; M. Tangheroni, « Pisa, l’Islam... » ; Enrica Salvatori, “Boni amici et vicini”. Le relazioni tra Pisa e le città della Francia meridionale dall’XI secolo agli inizi del XIV, Pise, 2002.

59 Cf. note 9.

Auteur

Université de Pise.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search