Version classiqueVersion mobile

Les archives de l’invention

 | 
Marie-Sophie Corcy
, 
Christiane Douyère-Demeulenaere
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Identifier l’invention dans les archives des institutions

À la recherche des inventeurs dans les archives du ministère de l’Instruction publique : le prix pour l’application la plus utile de la pile de Volta (1852-1888)

Thérèse Charmasson

Texte intégral

  • 1 Archives nationales, État général des fonds, t. II 1789-1940 sous la dir. de Mathieu R., P (...)

1Aux Archives nationales, la sous-série F/17 (Instruction publique), série très volumineuse qui comporte plus de 40 000 cotes, regroupe les archives relatives à l’instruction au sens le plus large de ce terme. Les dossiers qui la composent proviennent, pour la partie la plus ancienne, de la quatrième division du ministère de l’Intérieur, puis des différents bureaux et directions du ministère de l’Instruction publique, ministère à part entière depuis 1832 et dont le premier titulaire fut Guizot1.

  • 2 Secrétariat d’État à la Culture, Inventaire des papiers de la division des Sciences et let (...)
  • 3 Cotés F/17/3100/1, 3100/2, 3101, 3102, 3103 et 3104.
  • 4 Archives nationales, État général des fonds, op. cit. note 1, t. II, p. 320 ; Inventaire d (...)

2À l’intérieur de cette sous-série, c’est dans les dossiers provenant, pour l’essentiel, de la division des Sciences et Lettres qui succéda, à la fin du Second Empire, à la division des Établissements scientifiques et littéraires et qui fut maintenue jusqu’à la fin de la Troisième République qu’on pourra trouver des documents relatifs aux inventeurs et aux inventions pour le xixe siècle2. Parmi ceux-ci, en assez petit nombre, un groupe de six cartons3 signalés dans l’État général des fonds des Archives nationales comme relatifs au « concours pour l’application la plus utile de la pile de Volta » et, de façon plus explicite, dans l’inventaire des archives de la division des Sciences et Lettres, sous l’intitulé suivant : « Concours pour le prix institué par le décret du 23 février 1852 en faveur de l’auteur de l’application la plus utile de la pile de Volta. 1852-1887 », ne semble pas, jusqu’à présent, avoir retenu l’attention des chercheurs4.

L’institution du « prix Volta »

Le prix du galvanisme

  • 5 Institut national, Programme d’un prix annoncé dans la séance publique du 17 messidor an 1 (...)

3Le « prix Volta », comme on le désigne le plus communément, trouve son origine dans le « prix du galvanisme » fondé par le premier consul Napoléon Bonaparte. Après avoir assisté le 16 brumaire an X [7 novembre 1801] à la séance de l’Institut au cours de laquelle Volta lut un mémoire sur la pile électrique, Bonaparte décida, ainsi qu’il l’indique dans une lettre transmise à la classe des sciences mathématiques et physiques de l’Institut national le 26 prairial an X [15 juin 1802], « de fonder un prix consistant en une médaille de trois mille francs pour la meilleure expérience qui sera faite dans le cours de chaque année sur le fluide galvanique ». Il indique également que « les mémoires qui détailleront les dites expériences » devront être envoyés, avant le premier fructidor, « à la première classe de l’Institut national, qui devra, dans les jours complémentaires, adjuger le prix à l’auteur de l’expérience qui aura été la plus utile à la marche de la science ». Et il ajoute : « Je désire donner en encouragement une somme de soixante mille francs à celui qui, par ses expériences et ses découvertes, fera faire à l’électricité et au galvanisme un pas comparable à celui qu’ont fait faire à ces sciences Franklin et Volta, et ce au jugement de la classe »5.

  • 6 Pour une courte biographie des différents membres de cette commission, voir Institut de Fr (...)
  • 7 Institut national, Programme d’un prix annoncé…, op. cit. note 5, p. 3.

4La commission constituée à la suite de cette décision du premier consul, composée de Laplace, Hallé, Coulomb, Haüy et Biot, suggère que les recherches soient orientées dans trois grandes directions : « les lois générales de l’électricité », « la théorie générale de l’électricité » et « une analyse exacte de l’électricité naturelle»6. Cette même commission propose par ailleurs que « la classe n’exige pas que les mémoires lui soient directement adressés. Elle couronnera chaque année l’auteur des meilleures expériences qui seront venues à sa connaissance, et qui auront avancé la marche de la science ». En ce qui concerne le grand prix, celui-ci « sera donné à celui dont les découvertes formeront, dans l’histoire de l’électricité et du galvanisme, une époque mémorable […]»7.

  • 8 CHAN, F/17/3609, Rapport adressé par le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences au (...)

5Cette initiative de Napoléon Bonaparte ne connut, semble-t-il, qu’un succès limité et le prix du galvanisme n’eut qu’une existence éphémère. Le prix annuel de trois mille francs ne fut en effet décerné que trois fois, en 1806, en 1807 et en 1809. En 1806, la récompense est attribuée à «M. Ermann, de Berlin […] pour la découverte des propriétés conductrices différentes que certains corps présentent pour les deux électricités ». En 1807, ce prix va à « Sir Humphrey Davy de Londres », à la suite d’un rapport « lu par Gay-Lussac au nom de la commission du galvanisme », pour un mémoire sur la décomposition des sels par la pile. En 1808, le prix du galvanisme n’est pas décerné et la somme réservée pour cet objet est utilisée « pour un prix spécial sur la théorie mathématique des expériences de Chladni ». En 1809, le montant du prix est, à la demande de la commission, partagé entre Gay-Lussac et Thénard. Le « prix annuel du galvanisme » ne sera plus décerné à partir de 1810 « bien qu’il en soit fait mention dans les programmes des séances publiques des années 1812, 1813, 1814 et 1815»8.

  • 9 Ibid.

6Quant au grand prix de soixante mille francs, il ne fut jamais attribué et il semble que la somme n’ait même jamais été inscrite au budget de l’Institut9.

Le « prix Volta »

  • 10 Décret du président de la République instituant un prix de cinquante mille francs pour les (...)

7Le souvenir en reste toutefois présent dans les esprits et c’est sans aucun doute en référence à ce prix du galvanisme que Louis-Napoléon Bonaparte institue en 1852, par un décret du 23 février, un prix d’un montant de cinquante mille francs « en faveur de l’auteur de la découverte qui rendra la pile de Volta applicable avec économie soit à l’industrie comme source de chaleur, soit à l’éclairage, soit à la chimie, soit à la mécanique, soit à la médecine pratique » (art. 1)10.

  • 11 Ibid.

8Le décret de création indique encore que le concours auquel « les savants de toutes les nations sont admis » (art. 2) demeurera ouvert pendant cinq ans (art. 3) et qu’une commission sera « chargée d’examiner la découverte de chacun des concurrents et de reconnaître si elle remplit les conditions requises » (art. 4)11.

Le premier concours pour le prix Volta, 1852-1858

9Les documents conservés aux Archives nationales nous renseignent tant sur les résultats du concours que sur les procédures adoptées pour l’examen des dossiers. Ceux-ci, envoyés ou déposés au ministère de l’Instruction publique, sont en effet répartis entre les différents membres d’une commission nommée à cet effet et font l’objet d’un rapport dont les conclusions sont données au cours d’une des séances de la commission, séances dont on conserve, au moins partiellement, les procès-verbaux. Ces dossiers, dont on peut suivre le cheminement entre les bureaux du ministère et les membres de la commission par les listes qu’en dresse le ministère et les minutes des lettres d’envoi aux différents membres de la commission, contiennent à la fois les pièces de toute nature déposées par les candidats au prix et le ou les rapports auxquels ils ont donné lieu.

Le dossier administratif

10Ce n’est qu’en 1856 que le ministère de l’Instruction publique se préoccupe de l’organisation du premier concours pour l’attribution du « prix Volta ». Une note au ministre datée du 18 octobre 1856, après avoir rappelé les termes du décret, indique en effet :

Il résulte de la date et des termes du décret que le concours devra être clos le 23 février 1857. Si le ministre est dans l’intention de maintenir les dispositions de ce décret, il y aurait lieu premièrement de nommer, dès à présent, la commission qui devra examiner les travaux des concurrents ; deuxièmement de déterminer, après avis de cette commission, l’époque précise de la clôture du concours, et le mode de l’envoi ou de la remise des mémoires ou appareils destinés à ce concours ; troisièmement de faire connaître au public, par la voie de la presse, les résolutions prises sur ces différents points.

  • 12 Ibid., ministère de l’Instruction publique et des cultes, secrétariat, 2e bureau, « Note p (...)

11Deux annotations marginales, de deux écritures différentes, indiquent que cette note a été vue par au moins deux membres du ministère dont les points de vue apparaissent divergents : « Ne rien faire et laisser tomber le décret » ; « M. le ministre pourrait en causer avec M. Dumas»12. Aucune décision ne semble toutefois avoir été finalement prise sur la suite à donner à cette note.

  • 13 Ibid., ministère de l’Instruction publique et des cultes, secrétariat, 2e bureau, note au (...)

12Le 21 janvier 1857, le chef du deuxième bureau du secrétariat du ministère de l’Instruction publique, se trouvant dans l’impossibilité de répondre aux « savants nationaux ou étrangers » qui « écrivent ou viennent eux-mêmes pour demander des renseignements », revient, dans une note au chef de la division du secrétariat général, sur « la nécessité de prendre une résolution relativement au décret du 23 février 1852 qui a institué un prix pour les diverses applications de la pile de Volta ». Et il poursuit : « Il serait peut-être opportun, si l’on ne doit pas donner suite au décret, de nommer une commission qui déclarerait ou qu’il n’y a pas lieu de décerner le prix ou qui proposerait une prorogation ». La proposition reçoit cette fois, semble-t-il, l’aval de ses supérieurs hiérarchiques, comme le laissent supposer deux notes marginales : « Cette solution me semble bonne et couperait court à des réclamations de savants étrangers existant au dossier et auxquelles il est très difficile de répondre » ; « Approuvé»13.

  • 14 Ibid., liste des personnes proposées pour être membres de la commission du prix Volta, 29 (...)
  • 15 La commission comprend, outre Jean-Baptiste Dumas, Reynaud et Henri Sainte-Claire Deville, (...)

13Dès le 29 janvier, une liste de vingt personnes qui pourraient faire partie de la commission est soumise à l’approbation du ministre. Treize d’entre elles figurent dans la commission nommée par un arrêté du 7 février « pour examiner la découverte de chacun des concurrents et reconnaître si elle remplit les conditions requises»14. Cette commission est placée sous la présidence de Jean-Baptiste Dumas, sénateur et membre de l’Institut, le secrétariat étant assuré par Henri Sainte-Claire Deville, maître de conférences à l’École normale supérieure. À l’exception de ce dernier et de Reynaud, inspecteur général des ponts et chaussées, chef du service des phares, toutes les personnalités retenues sont membres de l’Académie des sciences15. Si l’attribution du prix n’est plus, comme dans le cas du prix du galvanisme, confiée à l’Académie des sciences elle-même, l’influence de celle-ci apparaît toujours prépondérante.

  • 16 CHAN, F/17/3100/1, minute de convocation à la première réunion de la commission pour le pr (...)
  • 17 Ibid., minutes des procès-verbaux et procès-verbaux de la « commission du prix de la pile (...)

14La première réunion de la commission est fixée par les services du ministère de l’Instruction publique au 23 février à midi16. Il semble cependant que cette commission ne se soit pas effectivement réunie avant le mois d’avril. Au cours de la première séance, le 22 avril 1857, « le secrétaire lit le décret de l’empereur qui institue la commission et en nomme les membres. Il dépouille le dossier des candidatures au prix de la pile de Volta : les diverses pièces sont renvoyées à l’examen des commissaires désignés par le président»17.

  • 18 Ibid.

15Les séances suivantes, en avril et mai 1857, à l’exception de la séance du 12 mai 1857, réservée, à la demande du baron Séguier, à la visite des ateliers du fabricant d’instruments Froment, sont consacrées à l’audition des rapports présentés par chacun des membres de la commission sur les dossiers qui leur ont été confiés18.

  • 19 « Rapport sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs fondé pa (...)
  • 20 CHAN, F/17/3100/1, lettre de Jean-Baptiste Dumas, président de la commission, au ministre (...)
  • 21 Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concou (...)
  • 22 Ibid., p. 88.

16Ce n’est toutefois qu’à l’extrême fin de l’année 1857, voire au début de l’année 1858, puisqu’il est daté du 26 décembre 1857, que Jean-Baptiste Dumas remet le rapport définitif de la commission au ministre de l’Instruction publique19. Les conclusions de celle-ci sur les travaux présentés par les différents candidats sont assez négatives. Ainsi que l’indique Dumas au ministre, « la commission a trouvé que les découvertes et les travaux qu’elle a eus à juger, quoique dignes de tout l’intérêt des savants, n’étaient pas assez mûris pour mériter la récompense élevée promise par le décret du 23 février 1852»20. Elle propose toutefois qu’une médaille commémorative soit accordée à quatre des concurrents, Ruhmkorff, Froment, Duchenne de Boulogne et Mittdelsdorff, « en vue de récompenser [leurs] travaux intelligents et [leurs] efforts ». Le rapport souligne par ailleurs que si « la commission n’hésite point à affirmer que les six années qui viennent de s’écouler n’ont rien porté à sa connaissance qui fût tout à fait digne du prix extraordinaire offert à la science et à l’industrie par la libéralité de Sa Majesté l’empereur », « les découvertes ne s’improvisent pas. Il leur faut la lente élaboration du temps ; laissons au temps sa part et son rôle, et ne croyons pas que les six années écoulées depuis que le concours actuel a été ouvert aient été perdues, parce que les fruits ne s’en sont pas encore montrés au grand jour »21. La commission suggère donc de rouvrir le concours et « d’en reporter le jugement à l’année 1863 »22.

  • 23 CHAN, F/17/3100/1, « Note confidentielle », s. d. Breslau est actuellement Wroclaw en Polo (...)

17Une « note confidentielle » qui figure dans le dossier de ce premier prix Volta précise, sans doute à l’intention du ministre, la position de la commission à l’égard des quatre concurrents qu’elle a distingués : Ruhmkorff « est un artiste d’un vrai talent et du caractère le plus honorable. Il a fait de grands efforts pour mettre en évidence l’utilité de l’appareil qui porte son nom quand il s’agit de déterminer l’explosion de grandes mines en usage aujourd’hui ». La commission propose qu’il lui soit accordé, outre une médaille, un encouragement de six mille francs, « en considération des sacrifices qu’il fait au progrès de la science ». Froment « est un artiste très savant et très habile, bien connu de Sa Majesté l’empereur. Il est chevalier de la légion d’honneur. Sa fortune patrimoniale est considérable. La commission pense que les justes éloges qui lui sont donnés dans le rapport et la médaille demandée pour lui soutiendront son émulation et suffisent à récompenser les efforts qu’il a faits ». Duchenne de Boulogne, « médecin très honorablement connu à Paris », « a vivement intéressé la commission par ses efforts intelligents et heureux en vue de donner une direction sérieuse aux applications de l’électricité à la thérapeutique ». Enfin, Mittdelsdorff, chirurgien à Breslau a « rendu certain et régulier l’emploi de fils rougis par la pile comme caustique pour les cautérisations locales et profondes »23.

  • 24 CHAN, F/17*/434, décret impérial accordant une médaille d’encouragement commémorative du c (...)

18À l’issue de ce premier concours, le prix Volta n’est donc attribué à aucun des concurrents. Toutefois une médaille d’encouragement est accordée à chacun des quatre candidats retenus, Duchenne de Boulogne et Mittdelsdorff étant par ailleurs nommés chevaliers de la légion d’honneur24.

Les dossiers des candidats

  • 25 CHAN, F/17/3100/1-3100/2, dossiers des candidats au premier concours pour le prix Volta ; (...)

19Les dossiers présentés par les candidats à l’attribution du prix Volta ont été classés suivant les indications de la commission qui en a rejeté un certain nombre et retenu d’autres pour examen, chacun de ceux-ci faisant l’objet d’un rapport par l’un des membres de la commission25. On trouvera ci-dessous une analyse rapide du contenu des dossiers de chacun des quatre « médaillés » qui nous donne quelques éléments sur les critères d’appréciation des différents membres de la commission.

  • 26 Musée des arts et métiers, Paris : inv. 66 19, 6711, 6712, 6968, 10097, 16149 (appareil d’ (...)
  • 27 CHAN, F/17/3100/1, minutes des procès-verbaux et procès-verbaux de la « commission du prix (...)
  • 28 CHAN, F/17/3100/2, dossier Ruhmkorff, rapport de Becquerel : « Appareils d’induction élect (...)

20Le dossier déposé par Ruhmkorff, soutenu par Despretz qui souligne, lors de la seconde séance de la commission, le 28 avril 1857, l’ampleur des perfectionnements que celui-ci a apportés « à la construction de l’appareil d’induction auquel on a donné d’un commun accord le nom d’appareil de Ruhmkorff»26, a fait l’objet d’un rapport détaillé d’Antoine Becquerel, lu lors de la séance du 19 mai. Becquerel y « établit la part qui revient à cet habile artiste dans la construction de l’appareil qui porte son nom»27. Après une étude des propriétés de l’électricité mises en œuvre dans les « appareils d’induction électro-magnétiques », des différents appareils successivement mis au point et des différentes parties de la machine de Ruhmkorff, Becquerel conclut que « si M. Ruhmkorff n’a imaginé aucune des parties qui composent son appareil, il a su, en artiste éminent, les agencer de manière à en faire un excellent instrument qui se trouve aujourd’hui dans tous les cabinets de physique de l’Europe et avec lequel on peut faire une foule d’expériences intéressantes sur l’électricité […] », ce qui justifie la récompense demandée pour lui28.

  • 29 CHAN, F/17/3100/1, minutes des procès-verbaux et procès-verbaux de la « commission du prix (...)
  • 30 Ibid., dossier Froment, rapport de Becquerel sur le mémoire de Froment.
  • 31 Ibid. ; Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur l (...)

21Sur la recommandation du baron Séguier qui a signalé « à l’attention de la commission un grand nombre d’applications fort intéressantes de l’électricité que M. Froment utilise chaque jour dans le bel établissement où il construit des instruments de précision de toute sorte », la commission a consacré sa séance du 12 mai 1857 à la visite des ateliers de Froment29. Le rapport de Becquerel examine successivement les différents types d’appareils électriques construits dans ces ateliers : télégraphes, horloges et chronographes, « appareils à sonnerie », électro-moteurs30. Le rapport final de la commission rappelle que dans ces ateliers, « l’électricité suit, conduit et gouverne la vapeur » et en conclut que « la puissance mécanique de l’électricité peut donc être mise à profit, dès à présent, comme régulateur, dans le service de ces machines industrieuses où la précision et la délicatesse du travail sont l’objet principal et l’emportent sur toute autre considération, et en particulier sur celles qui concernent la dépense ».31

  • 32 CHAN, F/17/3100/2, dossier Mittdelsdorff, « Rapport sur la galvano-caustique ou applicatio (...)

22Mittdelsdorff, chirurgien à l’hôpital général de Breslau, a déposé un dossier comportant vingt-et-une pièces justificatives imprimées portant sur « la galvano-caustique ou application de la chaleur galvano-électrique dans les opérations chirurgicales » dont le but est de « produire sans péril, dans des organes profonds, des cautérisations parfaitement localisées»32.

  • 33 CHAN, F/17/3100/1, dossier Duchenne de Boulogne, lettre de Duchenne de Boulogne au ministr (...)
  • 34 Ibid. Trente-deux de ces planches sont conservées dans le dossier ; le carton d’origine po (...)
  • 35 CHAN, F/17/3100/1, « Rapport sur l’ouvrage de M. le docteur Duchenne de Boulogne », s. d. (...)
  • 36 Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concou (...)

23Duchenne de Boulogne avait adressé au ministère de l’Instruction publique, dès septembre 1855, en vue du concours « sur l’électricité appliquée à l’industrie et à la médecine », « un livre dans lequel se trouvent réunies [ses] longues recherches expérimentales sur l’application de cette force aux sciences et à la pratique médicales»33. Craignant que celui-ci ne se soit égaré, il envoie au ministre, en mars 1857, un autre exemplaire de son ouvrage, ainsi que divers autres documents dont une « collection de figures photographiques représentant l’action individuelle des muscles de la face démontrée par l’électrisation localisée et destinée à une étude physiologique, psychique et artistique de la mécanique de la physionomie»34. Le « rapport sur l’ouvrage de M. le docteur Duchenne de Boulogne » souligne que « sous le double rapport de l’application de l’électricité à la physiologie et à la pathologie, les travaux de M. Duchenne méritent une attention toute particulière. D’une part, ses études sur l’électrisation localisée sont un perfectionnement de ce qui a été fait sur la distinction des fonctions particulières des nerfs relativement au mouvement et à la sensibilité, et d’autre part, en agissant sur chaque muscle en particulier, et même sur chacun des faisceaux musculaires qui entrent dans la structure des muscles composés, il a divisé et subdivisé l’action électrique sur le phénomène de la contraction musculaire. Ses efforts incessants tendent à créer un système de physiologie et de pathologie musculaires »35. Comme le souligne le rapport final de la commission, «M. le docteur Duchenne a fait de l’électricité un moyen d’investigation minutieux pour les fonctions des muscles»36.

Le second concours pour le prix Volta, 1858-1865

Le dossier administratif

  • 37 CHAN, F/17*/434, F/17/3100/1 et Bulletin administratif, t. IX, 1858, p. 77-78, rapport à l (...)
  • 38 CHAN, F/17/3101, arrêté du ministère d’État nommant les membres de la commission chargée d (...)
  • 39 Index biographique…, op. cit. note 6, p. 302, 417, 449.

24Comme l’avait souhaité la commission, un décret impérial en date du 8 mai 1858 ouvre le concours pour l’attribution du prix Volta pour une nouvelle période de cinq ans37. La commission chargée d’examiner les dossiers déposés par les candidats est nommée le 23 avril 186338. La composition de cette nouvelle commission est quasi identique à celle du précédent concours, puisque seuls deux noms nouveaux apparaissent : le général Poncelet est remplacé par le général Piobert, tandis que Jules Jamin remplace Sainte-Claire Deville comme secrétaire, ce dernier étant nommé membre en remplacement de Despretz, décédé. Mais l’influence de l’Académie des sciences y est toujours prépondérante et même encore accrue, puisque le général Piobert et Jules Jamin appartiennent tous deux à l’Académie des sciences, tout comme Henri Sainte-Claire Deville qui en a été élu membre en 186139.

  • 40 CHAN, F/17/3101, procès-verbaux des séances de la « commission du prix Volta », 8 juin 186 (...)

25Les procès-verbaux des séances, plus détaillés que ceux qu’on conserve pour le premier concours, nous permettent d’assister aux discussions des membres de la commission, entre lesquels des désaccords apparaissent parfois. Ainsi, lors de la première séance, Becquerel se montre-t-il sceptique sur l’utilité même du concours : «M. Becquerel doute qu’on puisse décerner jamais le prix ; les découvertes signalées depuis cinq ans sont toutes secondaires et à l’exception de la machine dite de Ruhmkorff, il ne connaît aucun travail qui soit digne d’une si haute récompense. Il exprime la pensée qu’un prix de un million promis à l’inventeur d’une pile très économique aurait plus utilement contribué à l’avancement de la science de l’électricité ». Dumas rappelle alors à tous que « la commission doit se conformer aux intentions de l’empereur, que sa seule mission est de lui désigner ceux des inventeurs qui ont le mieux rempli les conditions du concours ou qui en ont le plus approché […]»40.

  • 41 Ibid. La sous-commission « Généralités et applications chimiques » comprend Becquerel, Reg (...)
  • 42 Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concou (...)
  • 43 CHAN, F/17/3101, procès-verbaux des séances de la « commission du prix Volta », séance du (...)

26Le travail de la commission nommée pour ce second concours est toutefois facilité par la création de sous-commissions dont la compétence est limitée à un domaine spécifique : « Généralités et applications chimiques », « Lumière et chaleur », « Mécanique », « Médecine et physiologie », « Télégraphie », « Galvanoplastie et préservation des navires », les dossiers des concurrents étant répartis dès la première séance entre ces différentes sous-commissions41. Cette subdivision en sous-commissions systématise le mode de fonctionnement adopté lors du premier concours. Lors de celui-ci en effet, les mémoires reçus, ainsi que le rappelle Dumas, avaient été « classés par la commission en six divisions principales, selon qu’ils avaient pour objet l’art de produire l’électricité avec économie, de l’utiliser comme force mécanique, de la convertir en foyer de chaleur ou de lumière, d’y rechercher le principe de réactions chimiques nouvelles ou d’applications utiles à l’art de guérir » et présentés suivant ces divisions dans le rapport final adressé au ministre de l’Instruction publique42. Dumas justifie la création des deux sous-commissions consacrées à la télégraphie et à la galvanoplastie par les « récents progrès » de ces deux techniques qu’il convient d’examiner43.

  • 44 Ibid., deuxième séance, s. d.

27Becquerel use de toute son influence pour que le prix soit décerné à Ruhmkorff dont « l’instrument remplace avec avantage la machine électrique dans toutes ses applications»44. Il reçoit l’appui de Jamin qui « pense qu’il ne faut pas chercher exclusivement dans ses applications le mérite de la machine ».

Ce qui lui a fait attribuer une valeur si grande, c’est la propriété générale qu’elle possède de transformer l’électricité dynamique en électricité de tension, c’est-à-dire de changer le courant d’une pile qui est un certain état de l’électricité en un mode d’existence entièrement différent qui n’était manifesté jusque là que par les machines électriques à frottement. Or cette transformation a constitué un progrès scientifique comparable à l’invention de la pile elle-même, puisqu’elle a établi un lien entre deux choses dissemblables et qu’elle a donné un instrument nouveau auquel la théorie et la pratique doivent des services égaux.

  • 45 Ibid.

28Dumas, quant à lui, se montre « convaincu qu’une grande découverte a été faite et que la transformation de l’électricité dynamique en électricité statique ajoute une troisième époque à l’histoire de l’électricité»45.

29Dumas soulève cependant la question de « savoir jusqu’à quel point l’appareil appartient à celui dont il porte le nom et dans quelle proportion celui-ci a été aidé par d’autres inventeurs ». Becquerel et Jamin rappellent les travaux de Masson et Bréguet, les contributions de Fizeau, Poggendorff et Foucault, mais soulignent que « personne n’a touché à la condition essentielle de la machine, c’est-à-dire à l’invention de Ruhmkorff qui consiste à recueillir les deux courants dont un seul passe à cause de sa tension tandis que l’autre est arrêté à cause de sa faible intensité ». Il paraît acquis, dès cette première séance, que le prix, ou du moins une partie du montant de celui-ci, sera attribué à Ruhmkorff.

  • 46 CHAN, F/17/3101, procès-verbaux des séances de la « commission du prix Volta », séance du (...)

30La question du partage éventuel du montant du prix entre plusieurs candidats est à nouveau posée lors de la dernière séance de la commission, le 26 mai 1864, au cours de laquelle Reynaud « fait ressortir l’importance des diverses applications de l’électricité à l’industrie […] et en particulier de l’éclairage électrique et des télégraphes » et le général Morin suggère d’associer Froment, constructeur du télégraphe de Hughes et du pantélégraphe de Caselli, à Ruhmkorff pour l’attribution du prix46.

  • 47 Voir Musée des arts et métiers, Paris : inv. 6888 (machine à graver de Gaiffe), inv. 8317  (...)
  • 48 Rapport à l’Empereur sur le prix de 50 000 francs institué en faveur de l’auteur des appli (...)

31La commission propose finalement l’attribution du prix à Ruhmkorff et un avancement dans l’ordre de la légion d’honneur pour Froment. Le rapport de la commission rédigé par Jean-Baptiste Dumas, s’il accorde une place importante à la machine de Ruhmkorff, examine toutefois également les « applications de l’électricité aux arts mécaniques » (frein automoteur de Achard, machine à graver de Gaiffe, pantélégraphe de Caselli, métier à tisser de Bonelli, télégraphe de Hughes47), à l’éclairage électrique, à la galvanoplastie et à l’électricité médicale ; il propose surtout, « en raison de l’importance croissante que prennent les applications de l’électricité », de rouvrir le concours pour une troisième période de cinq ans48.

  • 49 Ibid., p. 318, décret promouvant M. Froment, constructeur d’instruments de précision, au g (...)

32Le 7 septembre 1864, Froment est promu au grade d’officier de la légion d’honneur et le 15 septembre 1865, la somme de cinquante mille francs est ordonnancée au nom de Ruhmkorff49.

Les dossiers des candidats

  • 50 Ibid., dossier Gaiffe, note du général Morin, s. d. ; voir également Rapport du président (...)
  • 51 CHAN, F/17/3102, dossier Gaiffe, rapport sur la machine dite électrographe. Voir aussi Mus (...)

33Bien que le général Morin, sans doute chargé du rapport en tant que directeur du Conservatoire des arts et métiers puisqu’un modèle réduit de cette machine est utilisée à cette date au Conservatoire pour les cours publics, ait jugé que « l’appareil très ingénieux de M. Gaiffe », s’il « peut rendre des services importants à l’art de la gravure industrielle », « ne paraît pas susceptible de mériter le prix », on signalera ici tout particulièrement, pour sa richesse et son originalité, le dossier présenté par Pierre Élie Gaiffe, graveur installé 88 rue de Paris à Belleville50. Gaiffe présente une machine « dite électrographe appliqué à la gravure des cylindres d’impressions, papiers peints, taille douce»51. Ce dossier, outre un rapport de l’inventeur et des plans sur calque de son électrographe qui fonctionne grâce à un « petit électromoteur de Froment », comporte un disque de métal gravé et des échantillons des différentes productions que permet l’utilisation de la machine : échantillons de planches gravées sur papier, portrait gravé sur carton du fils de l’empereur, échantillons de tissus d’ameublement à fleurs de différentes couleurs, échantillons de papiers peints (voir figures 1, 2, 3, 4).

Le troisième concours pour le prix Volta, 1866-1880

  • 52 Rapport à l’Empereur sur le prix de 50 000 francs…, 7 septembre 1864, op. cit. note 48, p. (...)
  • 53 Décret impérial relatif au concours pour les applications de la pile de Volta, 18 avril 18 (...)

34Suivant les recommandations de la commission, le ministre de l’Instruction publique suggère dans son rapport à l’empereur un « renouvellement du concours pour une nouvelle période de trois ans»52. Une loi du 28 mars 1866 institue de nouveau un prix de cinquante mille francs « à décerner dans cinq ans »« en faveur de l’auteur de la découverte qui rendra la pile de Volta applicable avec économie soit à l’industrie comme source de chaleur, soit à l’éclairage, soit à la chimie, soit à la mécanique, soit à la médecine pratique»53.

  • 54 CHAN, F/17/3101, troisième concours pour le prix Volta, minute d’une note de la direction (...)

35Malgré le changement de régime et en dépit de circonstances politiques peu favorables, l’administration se préoccupe en 1871 de l’attribution de ce prix. La minute d’une note au ministre de l’Instruction publique et des cultes datée du 7 juin 1871, après avoir rappelé les circonstances de la création du prix et de l’ouverture d’un nouveau concours, interroge le ministre sur ses intentions à cet égard : «M. le Ministre veut-il aux termes du décret réunir dès à présent la commission qui sera chargée d’examiner les travaux de découverte de chacun des concurrents et de reconnaître s’ils remplissent les conditions requises ou faire ajourner le concours par un arrêté qui serait soumis à la signature de M. le président du Conseil. Les travaux envoyés cette année semblent être bien moins importants que ceux des précédents concours»54.

  • 55 Voir « Note pour Monsieur le secrétaire général », 13 novembre 1871. Cette note porte deux (...)

36Après consultation, au mois d’octobre, de deux des membres de la commission, Sainte-Claire Deville et Jamin, dont le premier juge qu’il n’y a pas lieu de réunir la commission « les travaux des candidats n’offrant aucun intérêt », le concours, par un décret du 29 novembre 1871, est « ouvert pour une seconde période de cinq ans finissant au 29 novembre 1876»55.

  • 56 CHAN, F/17/3101, note du chef de la division des Sciences et lettres au ministre de l’Inst (...)

37Ce troisième concours ne semble pas toutefois susciter un grand intérêt, puisqu’en décembre 1876, cinq concurrents seulement ont présenté des mémoires qui, envoyés à l’Académie des sciences pour examen, ont été jugés a priori insuffisants. Toutefois Jean-Baptiste Dumas, en tant que secrétaire perpétuel de l’Académie, note « qu’il y aurait un grand inconvénient pour l’Académie à se prononcer sur le mérite des mémoires qui lui ont été présentés » et demande que ces mémoires soient, comme pour les concours précédents, soumis à une commission56.

  • 57 Arrêté du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts fixant la composition de la (...)
  • 58 CHAN, F/17/3101, lettre de Jean-Baptiste Dumas au ministre de l’Instruction publique et de (...)
  • 59 Sur Gramme (1826- 1921), voir « Gramme, Zénobe-Théophile », ibid., t. V, p. 496-497.
  • 60 CHAN, F/17/3101, lettre de Jean-Baptiste Dumas au ministre de l’Instruction publique et de (...)

38En raison du décès d’un certain nombre de membres de l’ancienne commission, la composition de cette nouvelle commission, nommée le 28 décembre 1876, se trouve assez profondément modifiée. On peut noter que, pour la première fois, la commission ne comporte aucun membre extérieur à l’Académie des sciences57. Cette commission ne se réunit toutefois qu’en 1879 et propose, le 28 janvier 1880, d’allouer le prix de cinquante mille francs à Graham Bell, « inventeur du téléphone magnéto-électrique, en raison de la nouveauté et de l’originalité de la découverte d’un principe d’action et de la construction d’un appareil qui, en le réalisant, permet de transmettre à de grandes distances la parole articulée»58. Elle suggère toutefois d’accorder également une somme de vingt mille francs à Gramme qui, « en imaginant et en mettant à la disposition des applications diverses de l’électricité, une machine qui peut fournir cette force de la manière la plus pratique, la plus économique et la plus puissante, s’est mis au premier rang des constructeurs de machines magnéto-électriques dans notre pays », ce qui, assure Dumas, « serait du meilleur effet dans les ateliers de l’industrie parisienne où le nom de M. Gramme est devenu très populaire par suite du rôle important que sa machine joue déjà dans toutes les applications de l’éclairage électrique et de celles dont elle commence à devenir l’objet pour la transmission à distance des forces mécaniques»59. Enfin, la commission propose d’accorder à Gaston Planté, « savant électricien qui emploie son temps et sa fortune à étudier les phénomènes électriques en vue de leur application et l’électricité elle-même en vue de la théorie », la croix de la légion d’honneur60.

  • 61 Budget extraordinaire du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts, crédits su (...)

39Afin de permettre l’attribution du prix, un crédit extraordinaire de soixante-dix mille francs est ouvert au budget du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts sur l’exercice 1880 par une loi du 19 juillet 188061.

Le quatrième concours pour le prix Volta, 1882-1889

  • 62 CHAN, F/17/3103, lettre de Jean-Baptiste Dumas, président de la commission du prix Volta, (...)
  • 63 CHAN, F/17/3103, minute d’une lettre du ministère de l’Instruction publique et des beaux-a (...)

40« Lorsque le prix de cinquante mille francs institué par l’État en faveur de l’application la plus importante de la pile de Volta a été décerné pour la dernière fois, la commission chargée de juger le concours a considéré comme devant s’ouvrir en quelque sorte de droit un concours nouveau»62. Sollicités par les bureaux du ministère de l’Instruction publique, Dumas et Edmond Becquerel, dans une lettre au ministre, plaident pour l’ouverture d’un nouveau concours à l’issue du congrès des électriciens et de l’Exposition internationale d’électricité qui se sont tenus à Paris en 1881 et ont montré toutes les applications de celle-ci : « C’est un monde nouveau qui se révèle ; le champ qui s’ouvre au progrès est sans limites. […] Le commerce, l’industrie, l’agriculture, la guerre, la marine, les services publics, la capitale de l’État, les cités populeuses, les moindres communes, les familles elles-mêmes rendent hommage à la puissance de l’électricité en la mettant à profit sous mille formes, mais à mesure qu’elle satisfait les besoins anciens, elle éveille des appétits nouveaux, suscite des espérances impatientes, pose des problèmes et provoque des solutions »63.

  • 64 Décret ouvrant le concours pour le prix Volta pour une seconde période de cinq ans, précéd (...)
  • 65 Ibid., arrêté du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts nommant les membres (...)
  • 66 Ibid. Pour la dynamo de Gramme, Musée des arts et métiers, Paris : inv. 9490, 9492.
  • 67 Ibid., lettre du secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, président de la commissi (...)
  • 68 Ibid. ; voir également le rapport rédigé par Mascart au nom de la commission : Ministère d (...)
  • 69 Ibid., arrêté du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts relative à l’applica (...)

41Le quatrième concours pour le prix Volta est ouvert par un décret du 11 jjuin 1882 pour une nouvelle période de cinq ans finissant au 31 juillet 1887 et la date d’attribution du prix fixé au 31 décembre 188764. La commission nommée le 21 janvier 1887 et présidée par Bertrand, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, se réunit en juillet de la même année. Il semble que l’accord des différents membres de la commission ne se soit pas fait immédiatement sur un nom. Edmond Becquerel, comme l’avait fait son père lors du premier concours et Jean-Baptiste Dumas lors du second, pose à nouveau la question de l’antériorité et surtout de l’originalité dans l’invention. Il souligne que « actuellement l’application la plus importante de l’électricité et qui peut être considérée comme entrée dans le domaine public est l’éclairage par les lampes à incandescence, éclairage rendu pratique par l’emploi des machines dynamo, principalement du système Gramme », mais que, « bien qu’on ne puisse se refuser à reconnaître que M. Edison n’ait eu une très grande part, peut-être la plus grande, à la vulgarisation des lampes à incandescence, celles-ci sont fondées sur l’incandescence du charbon dans le vide qui avait déjà été utilisée avant qu’Edison n’en fit usage, mais par des procédés plus imparfaits que ceux qu’il a fait connaître»65. Il rappelle toutefois que « la source d’électricité, la machine Gramme a déjà reçu une importante récompense » et suggère d’attribuer une médaille à chacun des deux inventeurs ou de partager le prix66. Cette solution n’est pas retenue par la commission ; son président dans une lettre qu’il adresse au ministre de l’Instruction publique le 18 janvier 1888 propose d’attribuer le prix Volta à M.Gramme « pour l’ingénieux appareil dont l’emploi industriel devient chaque jour plus important et qui transforme en un courant continu le travail dépensé pour mettre en œuvre la machine dont il est l’inventeur»67. Bertrand rappelle toutefois que « la priorité de l’invention […] n’appartient pas entièrement à M. Gramme », car « un savant professeur de Pise, M. Paccinotti avait énoncé, en 1864, dans un recueil italien Le nuovo cimento le principe dont M. Gramme a fait un si brillant usage », mais que Gramme « ignorait, comme la plupart des physiciens, les idées de M. Paccinotti»68. Le 21 mars 1889, la somme de cinquante mille francs est attribuée à Gramme, « à titre de récompense nationale pour la meilleure application de la pile de Volta»69.

42Entre 1852 et 1889, date de la dernière attribution de celui-ci, le prix Volta n’aura donc été décerné que trois fois : en 1864 à Ruhmkorff, en 1880 à Graham Bell, Gramme bénéficiant quant à lui d’une somme supplémentaire de vingt mille francs et, en 1888, à Gramme. Issu d’une initiative du premier consul Napoléon Bonaparte, institué par le prince-président Louis-Napoléon, attribué une première fois sous le Second Empire, puis deux fois sous la Troisième République, le prix Volta témoigne de l’intérêt de l’État pour les applications de l’électricité dans différents domaines. Les dossiers conservés aux Archives nationales permettent en premier lieu de retracer une histoire en quelque sorte « administrative » de ce prix. Une analyse plus fine des dossiers déposés par les inventeurs permettrait sans doute de mettre en lumière les différents domaines dans lesquels se développe l’usage de l’électricité au cours de la seconde moitié du xixe siècle et les changements dans le regard que portent les « savants » sur ce nouveau domaine de la connaissance et sur l’utilisation qui peut en être faite.

Fig. 1 : disque de métal gravé. CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.

Cliché Anne-Frédérique Lacour.

Fig. 2 : planches gravées sur papier. CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.

Cliché Anne-Frédérique Lacour.

Fig. 3 : échantillon de tissu d’ameublement. CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.

Cliché Anne-Frédérique Lacour.

Fig. 4 : plan sur calque de la machine dite électrographe (fragment). CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.

Cliché Anne-Frédérique Lacour.

Notes

1 Archives nationales, État général des fonds, t. II 1789-1940 sous la dir. de Mathieu R., Paris, Archives nationales, 1978, p. 309-336 ; Ministère de l’Instruction publique, Direction des Archives de France, État sommaire des versements faits aux Archives nationales par les ministères et les administrations qui en dépendent, t. II Séries F10 à F17, Paris, Imprimerie nationale, 1935, p. 336-392, Supplément aux tomes I, II et III, Paris, 1962, p. 369-437.

2 Secrétariat d’État à la Culture, Inventaire des papiers de la division des Sciences et lettres du ministère de l’Instruction publique et des services qui en sont issus (sous-série F17), t. I par Antoine M.-É. et Olivier S., Paris, Archives nationales, 1985, t. II par Antoine M.-É., Paris, Archives nationales, 1981 ; voir t. I, p. 1-5.

3 Cotés F/17/3100/1, 3100/2, 3101, 3102, 3103 et 3104.

4 Archives nationales, État général des fonds, op. cit. note 1, t. II, p. 320 ; Inventaire des papiers de la division des Sciences et lettres, op. cit. note 2, t. I, p. 101-102.

5 Institut national, Programme d’un prix annoncé dans la séance publique du 17 messidor an 10 de la République française. Rapport fait à la classe des sciences mathématiques et physiques de l’Institut national sur le prix fondé par le premier consul pour les découvertes relatives à l’électricité et au galvanisme, [Paris], Baudoin, Imprimerie de l’Institut national, s. d., 7 p. impr., p. 2-3 (un exemplaire dans CHAN, F/17/3609) ; sur Volta, voir Pancaldi G., Volta. Science and culture in the age of the Enlightment, Princeton, Princeton University Press, 2003, en particulier p. 170-172 et 235-240.

6 Pour une courte biographie des différents membres de cette commission, voir Institut de France, Index biographique de l’Académie des sciences (1666- 1978), Paris, 1979, p. 137, 196, 283, 287, 327.

7 Institut national, Programme d’un prix annoncé…, op. cit. note 5, p. 3.

8 CHAN, F/17/3609, Rapport adressé par le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences au ministre de l’Instruction publique à la suite d’une réclamation présentée par la veuve d’Oersted demandant la somme correspondant au grand prix pour la découverte de l’électromagnétisme faite par son mari, 9 mai 1854.

9 Ibid.

10 Décret du président de la République instituant un prix de cinquante mille francs pour les applications les plus utiles de la pile de Volta, 23 février 1852, Bulletin administratif de l’instruction publique, t. III, 1852, p. 29-30 ; CHAN, F/17/3100/1.

11 Ibid.

12 Ibid., ministère de l’Instruction publique et des cultes, secrétariat, 2e bureau, « Note pour M. le ministre », 18 octobre 1856.

13 Ibid., ministère de l’Instruction publique et des cultes, secrétariat, 2e bureau, note au chef de division du secrétariat général, 21 janvier 1857.

14 Ibid., liste des personnes proposées pour être membres de la commission du prix Volta, 29 janvier 1857 ; arrêté du ministre de l’Instruction publique et des cultes nommant les membres de la commission du prix Volta, 7 février 1857.

15 La commission comprend, outre Jean-Baptiste Dumas, Reynaud et Henri Sainte-Claire Deville, Eugène Chevreul, Jules Pelouze, Victor Regnault, César Despretz, Pierre Rayer, Augustin Serres, le baron Charles Dupin, le baron Armand Séguier, le général Jean-Victor Poncelet et le général Arthur Morin. Le 3 mars 1857, Chevreul est remplacé par Antoine Becquerel (voir CHAN, F/17/3100/1, arrêté nommant A. Becquerel membre de la commission du prix Volta en remplacement de Chevreul, empêché, 3 mars 1857). Index biographique…, op. cit. note 6, p. 124, 185, 220, 229-230, 231, 386, 408, 422, 432, 434, 449, 459.

16 CHAN, F/17/3100/1, minute de convocation à la première réunion de la commission pour le prix Volta, 18 février 1857.

17 Ibid., minutes des procès-verbaux et procès-verbaux de la « commission du prix de la pile de Volta » (les minutes indiquent : « commission du prix de 50 000 francs créé par l’empereur »), 22 avril- 19 mai 1857, séance du 22 avril 1857.

18 Ibid.

19 « Rapport sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs fondé par Sa Majesté l’Empereur pour une application nouvelle de la pile », 26 décembre 1857, rapport manuscrit avec lettre d’envoi, épreuves pour la publication dans le Bulletin administratif d e l’instruction publique ; CHAN, F/17/3100/1 ; Rapport à son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50000 francs fondé par Sa Majesté l’Empereur pour une application nouvelle de la pile de Volta, 26 décembre 1857, Bulletin administratif…, t. IX, 1858, p. 80-88 ; le rapport manuscrit porte la date du 26 décembre 1858, le 8 ayant été ensuite corrigé en 7.

20 CHAN, F/17/3100/1, lettre de Jean-Baptiste Dumas, président de la commission, au ministre de l’Instruction publique, s. d.

21 Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs, 26 décembre 1857, op. cit. note 19, p. 87-88.

22 Ibid., p. 88.

23 CHAN, F/17/3100/1, « Note confidentielle », s. d. Breslau est actuellement Wroclaw en Pologne.

24 CHAN, F/17*/434, décret impérial accordant une médaille d’encouragement commémorative du concours ouvert par décret du 23 février 1852 entre tous les auteurs des plus utiles applications de la pile de Volta à Froment et Duchenne de Boulogne, 8 mai 1858 ; décret impérial nommant Duchenne de Boulogne chevalier de l’ordre impérial de la légion d’honneur, 8 mai 1858. CHAN, F/17/3100/1, décret impérial accordant une médaille d’encouragement commémorative du concours entre tous les auteurs des plus utiles applications de la pile de Volta à Ruhmkorff et Mittdelsdorff, 12 mai 1858 ; décret impérial nommant Mittdelsdorff, chirurgien attaché à l’hôpital général de Breslau, chevalier de notre ordre impérial de la légion d’honneur, 12 mai 1858. Ruhmkorff avait été nommé chevalier de la légion d’honneur par décret du 14 novembre 1855 (CHAN, LH 2425, dossier 28) ; les dossiers de légion d’honneur des trois autres lauréats n’ont pas été retrouvés.

25 CHAN, F/17/3100/1-3100/2, dossiers des candidats au premier concours pour le prix Volta ; ces deux cartons comportent actuellement treize dossiers rejetés et trente dossiers conservés pour examen.

26 Musée des arts et métiers, Paris : inv. 66 19, 6711, 6712, 6968, 10097, 16149 (appareil d’induction de Ruhmkorff). Je tiens à remercier Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers) qui m’a obligeamment indiqué les numéros d’inventaire des machines signalées ci-dessous dans les collections du musée.

27 CHAN, F/17/3100/1, minutes des procès-verbaux et procès-verbaux de la « commission du prix de la pile de Volta », séances du 28 avril et du 19 mai 1857.

28 CHAN, F/17/3100/2, dossier Ruhmkorff, rapport de Becquerel : « Appareils d’induction électro-magnétiques destinés à produire des décompositions chimiques, des étincelles ou des inflammations ». Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs, 26 décembre 1857, Bulletin administratif, op. cit. note 18, p. 84-85. Sur Ruhmkorff, voir : Brenni P., « 19th century French scientific instruments makers. IV - Heinrich-Daniel Ruhmkorff (1803-1877) », Bulletin of the scientific instrument Society, 41, 1994, p. 4-8.

29 CHAN, F/17/3100/1, minutes des procès-verbaux et procès-verbaux de la « commission du prix de la pile de Volta », séances du 28 avril et du 12 mai 1857.

30 Ibid., dossier Froment, rapport de Becquerel sur le mémoire de Froment.

31 Ibid. ; Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs, 26 décembre 1857, op. cit. note 18, p. 84 ; sur Froment, voir Brenni P., « 19th century french scientific instruments makers. VII- Paul-Gustave Froment (1815-1865) », Bulletin of the scientific instrument Society, 45, 1995, p. 19-24.

32 CHAN, F/17/3100/2, dossier Mittdelsdorff, « Rapport sur la galvano-caustique ou application de la chaleur galvano-électrique dans les opérations chirurgicales », s. d. ; ce rapport, non signé, est sans doute dû à Serres qui rend compte d’un ouvrage de Mittdelsdorff intitulé Galvanocaustick lors de la seconde séance de la commission, le 28 avril 1857, minutes des procès-verbaux et procès-verbaux de la « commission du prix de la pile de Volta », séance du 28 avril 1857 (CHAN, F/17/3100/1) ; Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs, 26 décembre 1857, op. cit. note 19, p. 86.

33 CHAN, F/17/3100/1, dossier Duchenne de Boulogne, lettre de Duchenne de Boulogne au ministre de l’Instruction publique, 11 mars 1857.

34 Ibid. Trente-deux de ces planches sont conservées dans le dossier ; le carton d’origine porte la mention : « Album composé de trente-six figures photographiques adressé à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique pour le concours de l’électricité appliqué aux sciences et à la pratique médicales par le docteur Duchenne de Boulogne » ; le dossier conservé comporte également un mémoire intitulé « Considérations générales sur le mécanisme de la physionomie par le docteur Duchenne de Boulogne » et deux rapports, le premier intitulé « Analyse des recherches électro-physiologiques et pathologiques adressées par le docteur Duchenne de Boulogne au concours institué par Sa Majesté Napoléon III sur l’électricité appliquée à la médecine et à l’industrie » et le second « Rapport sur l’ouvrage de M. le docteur Duchenne de Boulogne » ; voir Duchenne de Boulogne, 1806-1875, Paris, ENSBA, 1999, en particulier Bula S. et Quétin M., « Duchenne de Boulogne et le prix Volta », p. 51-65.

35 CHAN, F/17/3100/1, « Rapport sur l’ouvrage de M. le docteur Duchenne de Boulogne », s. d. Ce rapport manuscrit, non signé, est sans doute dû à Serres : une note dans le dossier indique qu’ont été envoyés à «M. Serres, une lettre, un accusé de réception signé Fortoul et un volume plus un volume in-8° et un album de M. Duchenne de Boulogne » (ibid.).

36 Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs, 26 décembre 1857, op. cit. note 19, p. 87.

37 CHAN, F/17*/434, F/17/3100/1 et Bulletin administratif, t. IX, 1858, p. 77-78, rapport à l’empereur et décret concernant le concours ouvert pour les applications de la pile de Volta, 8 mai 1858 ; voir un projet de rapport et de décret daté du 18 avril 1858 dans le dossier du second concours pour le prix Volta (CHAN, F/17/3100/1).

38 CHAN, F/17/3101, arrêté du ministère d’État nommant les membres de la commission chargée d’examiner les découvertes de chacun des concurrents au prix Volta, 23 avril 1863.

39 Index biographique…, op. cit. note 6, p. 302, 417, 449.

40 CHAN, F/17/3101, procès-verbaux des séances de la « commission du prix Volta », 8 juin 1863-26 mai 1864, séance du 8 juin 1863.

41 Ibid. La sous-commission « Généralités et applications chimiques » comprend Becquerel, Regnault, Sainte-Claire Deville et Jamin ; la sous-commission « Lumière et chaleur » Reynaud, Pelouze et le baron Séguier ; la sous-commission « Mécanique » le général Morin, le général Piobert, le baron Dupin et le baron Séguier ; la sous-commission « Médecine et physiologie » Serres, Rayer, Becquerel et Jamin ; la sous-commission « Télégraphie » le général Morin, le général Piobert, Regnault, le baron Séguier et Jamin ; la sous-commission « Galvanoplastie et préservation des navires » le général Morin, le général Piobert, Pelouze, Sainte-Claire Deville et Jamin (CHAN, F/17/3101, concours pour la pile de Volta, liste des membres des sous-commissions).

42 Rapport à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des cultes sur le concours ouvert au sujet du prix extraordinaire de 50 000 francs, 26 décembre 1857, op. cit. note 19, p. 81.

43 CHAN, F/17/3101, procès-verbaux des séances de la « commission du prix Volta », séance du 8 juin 1863.

44 Ibid., deuxième séance, s. d.

45 Ibid.

46 CHAN, F/17/3101, procès-verbaux des séances de la « commission du prix Volta », séance du 26 mai 1864 ; voir le rapport final de la commission : Rapport du président de la commission annexé au rapport à l’empereur sur le prix de 50 000 francs institué en faveur de l’auteur des applications les plus utiles de la pile de Volta, 4 juillet 1864, Bulletin administratif, nouvelle série, t. II, 2e semestre 1864, p. 301-317, p. 311.

47 Voir Musée des arts et métiers, Paris : inv. 6888 (machine à graver de Gaiffe), inv. 8317 (métier à tisser de Bonelli), inv. 12464 (frein moteur de Achard), inv. 14884 (télégraphe de David Hughes), inv. 10581 (pantélégraphe de Giovanni Caselli),

48 Rapport à l’Empereur sur le prix de 50 000 francs institué en faveur de l’auteur des applications les plus utiles de la pile de Volta, 7 septembre 1864, Bulletin administratif, nouvelle série, t. II, 2e semestre 1864, p. 299-301 ; rapport du président de la commission annexé au rapport qui précède, 4 juillet 1864, ibid., p. 301-317, p. 316.

49 Ibid., p. 318, décret promouvant M. Froment, constructeur d’instruments de précision, au grade d’officier de la légion d’honneur ; CHAN, F/17/3101, arrêté du ministre de l’Instruction publique et des cultes ordonnançant la somme de 50 000 francs au nom de M. Ruhmkorff, 15 septembre 1865.

50 Ibid., dossier Gaiffe, note du général Morin, s. d. ; voir également Rapport du président de la commission annexé au rapport à l’empereur sur le prix de 50 000 francs, 4 juillet 1864, op. cit. note 46, p. 308.

51 CHAN, F/17/3102, dossier Gaiffe, rapport sur la machine dite électrographe. Voir aussi Musée des arts et métiers, Paris : inv. 6888 (machine à graver de Gaiffe).

52 Rapport à l’Empereur sur le prix de 50 000 francs…, 7 septembre 1864, op. cit. note 48, p. 301.

53 Décret impérial relatif au concours pour les applications de la pile de Volta, 18 avril 1866, attendus, Bulletin administratif, nouvelle série, t. V, 1er semestre 1865, p. 466.

54 CHAN, F/17/3101, troisième concours pour le prix Volta, minute d’une note de la direction du personnel et du secrétariat général au ministre de l’Instruction publique et des cultes, 17 juin 1871. Cette note qui porte dans la marge l’indication « Envoyé un duplicata à Versailles le 24 août », comporte également la liste des candidats ayant déposé un dossier. Pour un rappel chronologique des événements des années 1870 et 1871, voir Sonnet M., Charmasson T. et Lelorrain A.-M., Chronologie de l’histoire de France, Paris, PUF, 1994, p. 566- 574.

55 Voir « Note pour Monsieur le secrétaire général », 13 novembre 1871. Cette note porte deux mentions marginales, de deux écritures différentes : « Le budget est préparé, imprimé, déposé, accepté. Je ne puis plus y ajouter de nouveaux chiffres. Je regrette vivement qu’on ait attendu pour me faire des propositions que le temps de les accueillir fût passé » ; « Il y a lieu de faire décréter que le concours est ajourné et n’aura lieu qu’après une nouvelle période de cinq ans » ; CHAN, F/17/3101, minute du rapport au président de la République et du décret du 29 novembre 1871 ; rapport au président de la République et décret relatifs au prix Volta, 29 novembre 1871, Bulletin administratif, nouvelle série, t. XIV, 1871, p. 474-475.

56 CHAN, F/17/3101, note du chef de la division des Sciences et lettres au ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, 20 décembre 1876.

57 Arrêté du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts fixant la composition de la commission chargée de l’examen du concours pour le prix Volta, 28 décembre 1876, Bulletin administratif, nouvelle série, t. XIX, 1876, p. 881-882 ; une minute de cet arrêté figure dans le dossier du prix (CHAN, F/17/3101). Le président de la commission est Dumas ; Marcelin Berthelot remplace Victor Regnault, Eugène Rolland le baron Séguier, Hervé Mangon le général Piobert, Claude Bernard Pierre Rayer, Edmond Frémy Jules Pelouze, Alfred Vulpian Augustin Serres et le vice-amiral Edmond Paris le baron Dupin ; la composition des différentes sous-commissions est fixée par l’arrêté : « Généralités et applications chimiques » : Becquerel, Berthelot, Sainte-Claire Deville, Jamin ; « Lumière et chaleur » : Reynaud, Frémy, Rolland ; « Mécanique » : le vice-amiral Paris, le général Morin, Hervé Mangon, Rolland ; « Médecine et physiologie » : Vulpian, Claude Bernard, Becquerel, Jamin ; « Télégraphie » : le général Morin, Hervé Mangon, Berthelot, Rolland, Jamin ; « Galvanoplastie et préservation des navires » : le général Morin, Hervé Mangon, Sainte-Claire Deville, Jamin ; voir Index biographique…, op. cit. note 6, p. 129, 130, 255, 363, 403, 501.

58 CHAN, F/17/3101, lettre de Jean-Baptiste Dumas au ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, 28 janvier 1880. Sur Bell (1847- 1922), voir « Bell, Alexander Graham », dans Gillispie C. C. éd., Dictionary of scientific biography, vol. I, New York, Charles Scribner’s sons, 1981, p. 582-583. Pour le téléphone de Graham Bell, Musée des arts et métiers, Paris : inv. 8966, 9501, 10084, 16081, 16082, 35508.

59 Sur Gramme (1826- 1921), voir « Gramme, Zénobe-Théophile », ibid., t. V, p. 496-497.

60 CHAN, F/17/3101, lettre de Jean-Baptiste Dumas au ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, 28 janvier 1880 ; voir CHAN, F/17/3102, dossiers des candidats au prix Volta, dossier Planté. Gaston Planté a été préparateur du cours de physique appliquée aux arts au Conservatoire des arts et métiers (CHAN, F/12/4863) ; il est fait chevalier de la légion d’honneur le 23 avril 1881 (CHAN, LH 2177, dossier 32). Pour les recherches sur l’électricité de 1859 à 1889 réalisées par Gaston Planté, Musée des arts et métiers, Paris : inv. 11832.

61 Budget extraordinaire du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts, crédits supplémentaires et extraordinaires, 1ère section, chapitre 26 bis, Bulletin administratif, t. XXIII, 1880, p. 841-842, p. 841.

62 CHAN, F/17/3103, lettre de Jean-Baptiste Dumas, président de la commission du prix Volta, et Edmond Becquerel, vice-président, au ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, 3 juin 1882. Edmond Becquerel semble avoir succédé à son père, Antoine Becquerel mort en 1878, au sein de la commission du prix Volta ; voir Index biographique…, op. cit. note 6, p. 124.

63 CHAN, F/17/3103, minute d’une lettre du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts à Maindron, lettre de J.-B. Dumas et E. Becquerel. Sur le congrès international des électriciens qui s’est tenu à Paris en 1881, voir Exposition internationale d’électricité et congrès international des électriciens, Paris, 1880-1883 (CHAN, F/17/3099/2) ; Ministère des Postes et des Télégraphes, Congrès international des électriciens. Exposition internationale d’électricité, Paris, 1881, Rapport au président de la République et décret du 23 octobre 1880 relatif à l’organisation d’un congrès international des électriciens à Paris, le 15 septembre 1881, Paris, Imprimerie P. Mouillot, s.d., 4 p. impr. ; idem, Exposition internationale d’électricité, Paris, 1881. Administration, jury, rapports, Paris, G. Masson, 1883, 2 vol.

64 Décret ouvrant le concours pour le prix Volta pour une seconde période de cinq ans, précédé d’un rapport du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts au président de la République, 11 juin 1882, Bulletin administratif, t. XXVI, 1882, p. 555-557 ; un projet de rapport et une ampliation du décret figurent dans le dossier du prix (CHAN, F/17/3103) ; arrêté du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts relatif au concours pour le prix Volta, 10 novembre 1882, Bulletin administratif, t. XXVIII, 1882, p. 391-392 ; cet arrêté fixe la clôture du concours au 30 juin 1887 ; il semble que les termes de l’arrêté qui insiste sur les « applications les plus utiles de l’électricité », aient été inspirés par Dumas qui fait transmettre par son secrétaire Maindron au ministère de l’Instruction publique un projet d’arrêté (CHAN, F/17/3103).

65 Ibid., arrêté du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts nommant les membres de la commission chargée de décerner le prix Volta, 21 janvier 1887. La commission comprend dix-neuf membres dont treize membres de l’Académie des sciences : Joseph Bertrand (président), Allard, Edmond Becquerel, Berger, Édouard Brown-Séquard, Alfred Cornu, Jules-Henri Debray, Marcel Deprez, Joubert, le vice-amiral Edmond Jurien de la Gravière, Maurice Lévy, Gabriel Lippmann, Hervé Mangon, Étienne-Jules Marey, Eleuthère Mascart, le vice-amiral Paris, Raynaud, Sartiaux et Alfred Vulpian ; voir Index biographique…, op. cit. note 6, p. 132, 209, 307-308, 346, 350, 366, 369, 403, 521 ; à la demande du ministre de la Guerre « qui désire qu’un officier soit appelé à faire partie de la commission », un arrêté du 5 février 1887 nomme le général Peaucellier membre de la commission (CHAN, F/17/3103).

66 Ibid. Pour la dynamo de Gramme, Musée des arts et métiers, Paris : inv. 9490, 9492.

67 Ibid., lettre du secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, président de la commission du prix Volta au ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts, 18 janvier 1888.

68 Ibid. ; voir également le rapport rédigé par Mascart au nom de la commission : Ministère de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts, Prix Volta, par E. Mascart, [Paris], Imprimerie nationale, janvier 1888, 8 p. impr.

69 Ibid., arrêté du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts relative à l’application du prix Volta, minute, 21 mars 1889 ; voir également ibid., Chambre des députés, 4e législature, session de 1888, annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1888, Projet de loi portant ouverture au ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts (1ère section), sur l’exercice 1888, d’un crédit extraordinaire de 50 000 francs, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, [1888], 13 p. impr. ; Sénat, session 1889, annexe au procès-verbal de la séance du 14 janvier 1889, Projet de loi adopté par la Chambre des députés portant ouverture au ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts (1ère section), sur l’exercice 1888, d’un crédit extraordinaire de 50 000 francs (application de la pile de Volta), Paris, Imprimerie du Sénat, [1889], 3 p. impr.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : disque de métal gravé. CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.
Crédits Cliché Anne-Frédérique Lacour.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/41148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 2 : planches gravées sur papier. CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.
Crédits Cliché Anne-Frédérique Lacour.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/41148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 3 : échantillon de tissu d’ameublement. CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.
Crédits Cliché Anne-Frédérique Lacour.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/41148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 4 : plan sur calque de la machine dite électrographe (fragment). CHAN, F17/3102, dossier Gaiffe.
Crédits Cliché Anne-Frédérique Lacour.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/41148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search