Version classiqueVersion mobile

Les archives de l’invention

 | 
Marie-Sophie Corcy
, 
Christiane Douyère-Demeulenaere
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Prosopographie des inventeurs et histoire des entreprises

Archives de l’invention et sources orales. Pour l’emploi de nouvelles méthodologies en histoire des processus de création

Sylvie Delvenne et Didier Devriese

Texte intégral

1Les archives de l’innovation technologique et les archives de la recherche suscitent un intérêt croissant. Cette documentation apparaît aujourd’hui aux yeux des chercheurs (historiens, sociologues, analystes des organisations) comme faisant partie du patrimoine documentaire des institutions scientifiques et des entreprises privées et, à ce titre, du patrimoine documentaire des états et des régions.

  • 1 http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/fr/circAD/DAFad70-11338.html ; http://www.uott (...)

2Cet intérêt rencontre progressivement celui des instances politiques (économiques et culturelles) qui perçoivent mieux aujourd’hui la richesse de ces matériaux documentaires, tant sur le plan de la recherche historique (compréhension des enrichissements réciproques de la recherche et de l’industrie au sens large) que des besoins futurs (définition de lignes directrices sur les plans scientifiques et économiques). Des initiatives encore timides ont été mises en place afin de préserver des fonds documentaires dans ce domaine1.

  • 2 Callon M. dir., La science et ses réseaux : genèse et circulation des faits scientifiques, (...)
  • 3 Voir par exemple Amouretti M.-C. et Comet G. éd., L’évolution des techniques est-elle auto (...)
  • 4 Devriese D., « De la recherche scientifique individuelle à la recherche collective : quell (...)

3Suscité en partie par les travaux d’historiens et de sociologues des sciences à la suite de Thomas Kuhn2, l’intérêt pour une histoire et une sociologie « élargie » des sciences s’est accru au cours des années 1980. A cette même époque, les liens entre une approche « compréhensive » de l’innovation technologique et l’histoire de celle-ci ont été mis en évidence par les travaux de plusieurs centres de recherche en histoire des sciences (Centre d’histoire des sciences de l’Université de Liège, Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de La Villette/Paris, American Institute of Physics/ Washington, Australian Science Archives Project, Vrije Universiteit Brussel-Archives, etc.)3. Toutefois, le lien entre cette histoire et la sociologie des sciences et, plus encore, les liens entre innovation technologique et démarches historique, économique et sociologique ont tardé à être traduits dans les faits. Ceci s’est fait très progressivement au cours de la dernière décennie et l’on voit apparaître maintenant des travaux scientifiques mettant en évidence les liens entre science et industrie (notamment plusieurs thèses de doctorats en cours en Belgique et en France). Ce nouvel état de la recherche a pour effet indirect de mettre en lumière les carences des archives de la recherche et de la recherche-développement : malgré l’accent mis par les historiens sur les archives de l’invention et, notamment, sur les archives contemporaines de l’innovation technologique, de nombreux articles récents portent toujours sur l’exploitation de sources classiques et non pas sur les « sources de l’innovation » elles-mêmes. Les travaux qui en découlent se trouvent souvent – naturellement devrait-on dire – confinés à des résultats attendus ou parcellaires4. Un état de la situation conduit au constat suivant : les travaux scientifiques (et historiques en particulier) en cours qui portent sur l’innovation technologique récente et sur les transferts de technologies, de compétences, de savoirs entre recherche, recherche appliquée, monde universitaire et industrie font état d’une véritable carence de matériel documentaire. Par ailleurs et dans le même ordre d’idée, le lien entre innovation technologique et traitement méthodologique des archives de la recherche (fondamentale et industrielle) est loin d’être acquis.

4Pour être clair, il n’existe aujourd’hui que très peu de démarches constructives quant aux archives de l’innovation technologique, qu’il s’agisse des archives du passé ou encore, tout aussi grave, des archives en cours de constitution.

  • 5 http://www.cnrs.fr/Archives/
  • 6 http://www.bath.ac.uk/ncuacs/case.htm

5Différentes initiatives, encore timides, ont pour vocation de remédier à cet état de fait. Quelques-unes peuvent être signalées ici : en France, les Archives nationales ont conduit une mission auprès du CNRS afin de faire des propositions de traitement des archives du CNRS et d’élaborer une méthodologie ad hoc ; dans le même esprit, les Archives de France détachent depuis plusieurs années un archiviste auprès de l’Institut Pasteur ou d’autres organismes scientifiques5. En Grande-Bretagne, différentes initiatives ont vu le jour, parmi lesquelles on peut citer celle du King’s College of London, qui développe des guidelines visant à donner les premières instructions de traitement des archives techniques et scientifiques, et celle du NCUACS (National Cataloguing Unit for the Archives of Contemporary Scientists) qui rassemble au sein d’un catalogue uniformisé les références de nombreux fonds sur le territoire anglais ; enfin, sur le plan européen, un consortium scientifique (CASE) tente de coopérer quant aux méthodes de traitement de ces archives6. Il existe bien évidemment des initiatives similaires dans le monde non-européen et en particulier anglo-saxon (Australian Science Archives Project, American Institute of Physics, Niels Bohr Archives, etc.), dont une des caractéristiques est de faire une part plus grande aux archives « croisées » de la recherche fondamentale et du monde de l’industrie.

6Résumons-nous : le domaine des archives de l’innovation technologique est et doit être impérativement exploité et des initiatives concrètes être mises en place afin de pallier les carences de traitement des matériaux existants et aux besoins actuels et futurs en matière de ressources documentaires de ce domaine.

Passer à l’acte : pistes à suivre…

  • 7 Devriese D., « Les archives de la recherche en milieu académique : réflexions sur les lieu (...)

7La question « comment étudier le phénomène scientifique si nous ne sommes pas à même de recueillir les traces documentaires produites par celui-ci ? » peut s’inverser en une autre question : « comment recueillir les traces d’une activité dont on ne comprend pas le processus d’élaboration ? »7.

  • 8 Charmasson Th. dir., Les archives scientifiques, numéro spécial de la Gazette des archives (...)

8Différentes enquêtes ont amené les sociologues, les historiens et autres chercheurs à se pencher sur le processus de création au sein du laboratoire, ainsi que sur les processus documentaires qui accompagnent cette création. Ils font aujourd’hui l’objet de traitement croisés de différents centres et programmes de recherche8.

  • 9 En particulier, Welfelé, O., « Organiser le désordre : usages du cahiers de laboratoire en (...)
  • 10 Krige J., communication présentée au séminaire conjoint de la Commission internationale de (...)

9De nombreux travaux s’intéressent au « fil rouge » méthodologique du travail en laboratoire, dont la connaissance faciliterait la compréhension du processus d’invention. Mais travailler sur un tel objet nous demande de rassembler un matériel documentaire analysable et comparable. Ainsi, si certains ont mis en évidence à cet égard la pertinence du carnet de laboratoire9, d’autres insistent sur les difficultés de lire et d’interpréter proprement ce type de documents10.

10Les archivistes traitant des archives des sciences doivent faire face, depuis deux décennies, à des changements de leur environnement et de leur objet de travail souvent présentés comme radicaux. Les difficultés nées de ce processus sont généralement attribuées à une modification des techniques de fabrication de la connaissance scientifique, ainsi que des techniques de diffusion et de sauvegarde de cette connaissance. L’ensemble de ces changements est souvent assimilé à l’informatisation à grande échelle et au développement en conséquence des moyens de communication électroniques. Mais il est clair que là ne se trouve pas la difficulté principale.

11Différents critères nés de ces travaux communs ont mis en évidence le caractère « volatile » de la production et de l’échange d’informations au sein de la production scientifique actuelle – le corollaire résultant étant de ne plus pouvoir reconstituer l’activité d’après les traces qu’elle nous a laissées. Une réponse se trouve donc dans le regard « neuf » porté sur la pratique documentaire du laboratoire, pris ici au sens large, afin de comprendre les modes de production et de circulation des matériaux documentaires actuels (en distinguant les disciplines entre elles) et de ne pas définir de typologie documentaire trop généraliste.

12Parmi les premiers résultats, on peut espérer un élargissement du registre des matériaux susceptibles de devenir des « archives », la mise en évidence de similarités ou de différences entre archives de la recherche et archives de la recherche appliquée (et l’éventuelle transposition de l’une à l’autre), la prise de conscience que l’étude du phénomène de l’innovation technologique doit faire intervenir les acteurs de terrain et suppose leur collaboration effective et l’élaboration de typologie(s) spécifique(s) propre(s) à ces matériaux.

Perspectives archivistiques

13L’idée selon laquelle la description du contexte est indispensable à la conservation des archives va apparemment de soi et fait partie des « règles d’or » du métier ; or, en fait, l’archivistique a étonnamment peu tenu compte de ce principe dans le domaine des archives des sciences : ceci tient notamment au fait que la notion de « contexte » a elle-même considérablement évolué.

14La question des liens entre les notions d’organigramme, de cadre de classement et de contexte est toujours en débat – renvoyant notamment à la question du « respect des fonds » et de la substitution de la notion de « série » à ce concept. Ces questions liées au « classement » nous permettent de mesurer que la question de la « description du contexte » présente de nombreuses difficultés, en particulier dès que les processus de production des documents sont complexes ou méconnus ; la théorie repose de manière implicite sur l’idée que les structures et processus de production documentaire sont relativement stables ou/et compréhensibles.

  • 11 Samuels E. et al., Varsity letters : documenting modern colleges and universities, New-Jer (...)

15Cette conception est fondée sur l’idée d’un producteur d’archives et d’une production aisément identifiable : le cadre de classement reflète l’organigramme du producteur ; celui-ci identifie les archives produites ; ces dernières reflètent avec précision l’activité du producteur dont elles font la preuve. Tant qu’il a été question de recueillir des sources institutionnelles, la question semblait simple : re-création de l’organigramme au travers des sources/archives recueillies et/ou examen attentif de l’institution et conception de « cadre de classement » ad hoc. De manière générale, la question de la collecte des archives est toujours plus simple à définir si on s’appuie sur un schéma structurel que si l’on prend en compte la réalité du processus documentaire. Le « cadre de classement », quelle que soit sa souplesse et sa proximité par rapport à l’institution (l’activité, la fonction) décrite, fige toujours celles-ci en un schéma plus rigide que ne l’est l’institution (l’activité, la fonction) elle-même. Cette question a pu être traitée par le biais du « modèle fonctionnel»11. Les « fonctions » décrites par Helen Samuels ont notamment pour objectif de cerner avec une grande précision l’activité réelle des « producteurs d’archives » : chaque archive ou document est rapporté à la « fonction productrice » et non pas à un organigramme institutionnel. Or, nous voyons qu’il est très difficile de circonscrire ces « fonctions » avec précision car elles laissent trop de latitude à l’interprétation personnelle : dès lors, le système est tout aussi en désaccord avec la réalité que ne l’est un descriptif organique classique.

  • 12 Devriese D., op. cit. note 7, p. 20-28, et id., « Recueillir les archives des sciences con (...)

16La question des archives de laboratoires, ou des archives de l’innovation technologique en général, a été souvent abordée sous le seul angle des modifications de nature des « documents ». Ces changements de nature technique – quels que soient les problèmes de conservation qui en découlent – ne sont pas, à l’inverse de ce qui a été souvent soutenu, le problème principal posé par cette documentation. Ce changement ne fait que traduire in situ les modifications du contexte et ne peut être réduit à une évolution des procédures techniques. Le changement de nature des documents (records) doit amener la question de la modification de la fabrication du savoir lui-même, et en particulier dans les laboratoires. Les changements de nature des documents sont autant liés à des changements de « paradigme », des changements de méthodes qu’à des modifications techniques : il ne s’agit pas là d’un simple passage d’un support à l’autre (par exemple, du papier vers un support électronique) comme celui qu’on peut constater dans l’administration, mais bien d’un processus qui produit une documentation de type nouveau – et non de nature nouvelle – née de la recherche et l’alimentant elle-même12.

  • 13 Krige J., communication présentée au séminaire conjoint de la Commission internationale de (...)
  • 14 Ochs E. et al. et Krige J., op. cit. note 10.

17Différentes enquêtes ont mis en évidence la perte de « mémoire » de la véritable élaboration du savoir scientifique, technologique et technique ; l’un des points fréquemment soulignés consiste dans la perte des « astuces » et du savoir verbal, rarement formalisés au sein de documents écrits13. Si le « moment créatif » peut être plus ou moins bien cerné par la lecture des cahiers de laboratoire – pour autant que cette lecture soit possible étant donné les spécificités cette « écriture»14 –, le cahier de laboratoire ne rend compte que de manière imparfaite des interactions intervenant entre les différents scientifiques (pas plus qu’il ne rend mieux compte des interactions entre scientifiques et techniciens, ni, à un autre stade du processus, des interactions entre techniciens eux-mêmes). Ce raisonnement, valable pour la stricte activité de laboratoire, peut être appliqué strictement à l’histoire des techniques et a fortiori à toutes les innovations ayant fait l’objet d’une industrialisation (ou d’une « semi-industrialisation » au sein de manufacture) ; en effet, le processus inventif n’y est pas moins simple à décrire, et les moyens de conserver cette « mémoire » y sont souvent encore moins fréquents. Il faut encore ajouter que la séparation faite ici entre activité scientifique et technique est relativement arbitraire : dans la réalité, elles s’influencent mutuellement de manière très importante.

Une description contextuelle : le métaprotocole15

  • 15 Devriese D., « Methodological approach in collecting science archives : the ‘metaprotocole (...)

18Ce que nous appelons un métaprotocole consiste en une description contextuelle de type particulier qui procède en plusieurs étapes : en premier lieu, une description de l’enchaînement des activités du laboratoire, soit la description, non pas du protocole de chaque expérience particulière, mais bien du lien des expériences entre elles (et également du lien avec des opérations non techniques – administratives – des membres du laboratoire) ; en deuxième lieu, l’association à chaque niveau de description (voir infra les normes de descriptions multi-niveaux) de la liste du type d’« archives » produites et leur nature, ainsi que de métadonnées qui devraient y être associées ; enfin, la mise en évidence de la documentation produite par le laboratoire ou le centre technique et non pas ce qui y est conservé. L’ensemble de ces démarches produit alors une « image » relativement fiable du processus d’invention ou de production. Dans le cas des archives des sciences et des techniques, la description précise et détaillée du contexte de production de ces archives ne peut donc se faire que si l’on tient compte des modifications qui affectent cette activité – dans sa nature, dans son organisation, dans ses moyens de production du savoir et bien sûr dans les moyens de communication.

19L’objet principal du métaprotocole consiste donc à nous informer sur le fonctionnement du laboratoire (de la chaîne de production etc.), pour améliorer la description du contexte, de la structure et donc de la compréhension du contenu des documents ; son objectif est de nous aider à résoudre les difficultés techniques (comment mieux décrire et sélectionner) et les difficultés épistémiques par une justification de la sélection des archives ; il s’agit donc bien d’aboutir à la fois à une meilleure connaissance du contexte et donc en définitive à une meilleure compréhension – soit à une utilisation pertinente de la documentation conservée. Cette démarche repose en partie sur des instruments techniques propres au traitement de la documentation : à cet égard, la standardisation des normes de description, ainsi qu’un « affinage » des critère et du contenu de ces descriptions ont permis de réelles avancées.

  • 16 Devriese D., « Les archives scientifiques : une description normative commune est-elle env (...)

20Mais une véritable normalisation de la description archivistique n’est en cours que depuis moins de dix ans. Le retard pris par rapport aux bibliothèques s’explique par le fait que cette description est plus complexe que le catalogage bibliographique car elle implique des relations hiérarchisées entre les parties d’un fonds, unité intellectuelle constituée de l’ensemble des documents (dont le plus petit identifié est la pièce) produits par une personne physique ou morale. La première norme de description archivistique fut publiée en 1994 par le Conseil international des archives. Ce General International Standard Archival Description [ISAD(G)], compte vingt-six éléments dont la combinaison permet la description de toute unité documentaire et la description multi-niveaux (du fonds à la pièce). Il s’agit d’aller du général au particulier, en ne fournissant que les renseignements appropriés au niveau décrit, en situant l’unité décrite dans la hiérarchie, en évitant la répétition d’informations dans des descriptions liées hiérarchiquement. À cet égard, l’usage de nouvelles normes hiérarchisées telles que l’ISAD(G), applicable à tous les documents quels que soient leur(s) nature(s) et leur type(s), de même que les normes subordonnées, telle la norme SEPIA pour les documents audiovisuels, permettent des descriptions de contenu et de contexte beaucoup plus élaborées. On ajoutera à cette normalisation archivistique une influence issue du monde des musées, où les normes descriptives tendent aujourd’hui à « cumuler » au sein d’une description unique l’ensemble des « pièces » composant non plus un objet mais bien « l’objet » (artistique, scientifique…) comme faisant partie d’ensembles qui témoignent de son élaboration et, le cas échéant, de son utilisation (voir notamment les projets Fabricius et Musils)16.

21Des projets de recherche ont mis en évidence la nécessité d’un traitement descriptif standardisé des documents visuels et audiovisuels, en particulier pour le transfert et le traitement commun des matériaux documentaires au sein des instituts scientifiques – de l’État et en général. Ceci vise aussi à de meilleurs échanges au niveau européen.

22De surcroît, la sauvegarde de la mémoire orale par le biais de moyens notamment audiovisuels est devenue une question centrale dans de nombreux domaines scientifiques, techniques et culturels. Dans de nombreuses situations, le recours à la mémoire orale est le seul moyen de collecter, préserver et donner accès à des informations jugées essentielles dans les domaines économiques, politiques, culturels et scientifiques : le recours aux matériaux audiovisuels est sollicité pour des sujets aussi divers et importants que le développement industriel contemporain, la gestion des entreprises (technique et humaine) et des institutions publiques, comme pour le traitement de différentes « questions de sociétés » (notamment politiques). Des institutions publiques, notamment françaises et américaines (UNESCO, Archives nationales françaises, NASA, etc.), y consacrent d’importants efforts.

23À cet égard, nous avons émis l’hypothèse qu’il serait nécessaire, voire indispensable à la compréhension du processus inventif, d’élaborer de concert un métaprotocole (voir ci-dessus), c’est-à-dire une description précise du processus documentaire (lui-même établi selon une méthodologie précise et reproductible) qui accompagne la mise au point d’un concept, d’une expérience, d’un produit… Toutefois, la construction de ce métaprotocole se heurte à des difficultés de méthodes et de conception, la première de ces difficultés tenant précisément au fait que la présence d’un nouvel instrument de mesure (le métaprotocole) modifie le processus inventif. Une solution réside peut-être dans la construction de ce métaprotocole à l’aide d’une analyse élaborée de sources audio ou audiovisuelles, recueillant des témoignages in vivo, mais hors du champ de l’expérience elle-même. Cette « nouvelle » approche pose bien sûr de nouveaux problèmes (comme l’influence de la présence d’un enregistreur sur les comportements des individus, par exemple). Il est, à notre avis, indispensable face à ce type de documents d’importer dans le champ de l’histoire des méthodes et des résultats de recherches de la linguistique, particulièrement de la pragmatique (voir ci-dessous). Ces éléments sont indispensables à l’élaboration de moteurs de recherche et à l’exploitation méthodologiquement correcte des données contenues.

Pour une exploitation raisonnée des sources orales dans la recherche sur l’innovation technologique

  • 17 Sur les risques de perturbation de la réalité du laboratoire par le chercheur, voir Latour (...)

24Pour l’analyse de processus de création et d’innovation au sein des entreprises, deux sources orales peuvent être envisagées : d’une part, un entretien structuré mené par le chercheur historien avec des informateurs et des personnes ayant participé au processus de développement ; d’autre part, l’enregistrement de situations in vivo au sein de l’entreprise. Nous n’aborderons pas ici en détail les problèmes méthodologiques (et éthiques) que pose l’enregistrement in vivo, précisons toutefois que ces difficultés recouvrent, en partie du moins, celles que l’on rencontre dans le traitement à la fois archivistique, descriptif et analytique des entretiens enregistrés. Deux caractéristiques majeures distinguent l’enregistrement d’une situation de l’entretien : l’absence de participation du chercheur dans la situation et la multiplication du nombre de participants qui rend plus complexe encore la description de la source17.

  • 18 Thompson P., The voice of the past. Oral history, New York, Oxford University Press, 2000.
  • 19 Descamps Fl., L’historien, l’archiviste et le magnétophone : de la constitution de la sour (...)

25Concernant l’enquête menée auprès d’informateurs, nous n’aborderons pas ici les questions portant sur la sélection des témoins, ni sur la méthodologie d’entretien, ces points sont abondamment traités par nombre d’auteurs. On trouvera un excellent résumé des différentes problématiques dans l’ouvrage désormais classique de Paul Thompson18, ainsi que dans celui plus récent de Florence Descamps19. Ceci précisé, nous nous centrerons essentiellement sur des questions de description et de conservation de sources existantes ou juste constituées. Notre objectif premier est de proposer des approches théoriques de la description des sources encore peu employées aujourd’hui dans le champ de l’histoire.

26Nous soutiendrons que, comme préalable à toute analyse, il faut réaliser une description précise de la source et, enfin, à partir de cette description élaborer les hypothèses de travail. Ce point correspond, dans la science des historiens, à une critique externe et interne de la source. Si nous laissons la première aux praticiens de l’histoire, nous insistons sur l’importance de prendre en compte les aspects spécifiques de l’analyse du langage oral et des situations d’interaction qui doivent, à notre sens, faire partie intégrante d’une critique interne solide.

27Analyser un entretien mené avec une personne en vue d’obtenir une série d’informations sur son activité ou sur des faits dont elle a été le témoin, est une tâche complexe pour laquelle il faut tenir compte d’une série de paramètres : la situation interactionnelle de l’entretien et le statut de chacun des intervenants, le contexte historique et le rôle (institutionnel, social, mais aussi la situation familiale, etc.) de la personne au moment des faits qui font l’objet du récit, les objectifs pragmatiques de l’interviewé hic et nunc.

  • 20 Voir entre autres : Bakhtine M., The dialogic imagination : four essays, éd. par Homquist (...)
  • 21 Delvenne S. et Dominicy M., « La construction ‘éthique’ dans les témoignages de déportés » (...)
  • 22 Delvenne S. et Michaux C., « L’emploi du terme ‘musulman’ dans les récits de déportation » (...)
  • 23 Delvenne S., « La pluralité des niveaux d’interprétation dans les récits oraux de déportés (...)

28Comme nous l’avons précisé plus haut, notre point n’est pas de traiter de l’interview, toutefois les analystes du discours admettant aujourd’hui l’idée d’une co-construction du récit, ainsi la plupart des formes d’interview incluent un échange entre interviewer et interviewé et les interventions de l’interviewer doivent être prise en compte dans l’analyse de contenu20. La description de la situation interactionnelle doit, dans les corpus de témoignages, rencontrer deux objectifs, extensibles à notre sens à toute source orale impliquant plusieurs participants. Le premier est de donner une idée générale de la manière dont les entretiens ont été menés, d’analyser ces premières observations à la lumière des intentions déclarées des producteurs, et de pouvoir ainsi comparer le fond à d’autres fonds, et séparer ce qui dans le discours est contextuel de ce qui ne l’est pas. En effet, l’utilisation des informations recueillies rencontre une difficulté majeure : celle de savoir si les données sont caractéristiques de la situation ou si elles sont représentatives d’un phénomène plus large. Une généralisation est-elle légitime ? Une des façons de le vérifier est d’observer la production du discours en situation naturelle (ce qui est souvent très difficile, voire impossible), une autre est de comparer les données avec d’autres données enregistrées ou encore d’autre type de sources (lettres, journaux, etc.). Un second objectif d’une description de l’interaction est de d’offrir un panorama général du déroulement d’un entretien en particulier, de la relation qui s’établit entre les participants de manière à pouvoir repérer les « pathologies interactionnelles»21 présentes à des moments particuliers et qui nous permettront, dans certains cas, de développer des hypothèses de travail. Ainsi souvent des phénomènes de mésentente, de micro-conflits, d’incompréhensions réciproques entre interviewer et interviewé mettront-ils en lumière de nouveaux éléments d’information. Nous pensons ici au champ sémantique recouvert par certains termes et particulièrement aux termes spécifiques liés au contexte de l’événement narré22, ou aux différents niveaux possibles d’interprétation du récit23. C’est également ici que doit être soulevée la question des savoirs partagés. Ces différents points et remarques, bien que souvent mentionnés, sont généralement négligés par les analystes en ce sens que peu d’entre eux prennent la peine de les objectiver par des éléments internes au discours analysé. Or ces éléments existent, peuvent être mis en évidence par l’intermédiaire des transcriptions et des théories explicatives existent dans des champs comme l’anthropologie ou la linguistique. Nous plaidons donc ici pour un développement méthodologique interdisciplinaire de la critique interne des sources orales.

29Par ailleurs, l’analyse de la situation d’entretien par le chercheur-interviewer lui-même autorise évidemment une remise en question de sa propre pratique et une autocorrection en fonction des objectifs de la recherche, puisqu’en effet le rôle le plus important de l’interviewer est de définir la pertinence et les limites du récit.

  • 24 Descamps Fl., op. cit. note 19.

30Une seconde étape de la description des sources « subjectives » (qu’elles soit orales ou écrites) est la prise en compte des objectifs du locuteur. Prendre en compte les objectifs d’une personne lorsqu’elle répond aux questions d’un historien peut se faire de deux manières : de manière externe, par une sorte d’introspection du chercheur qui, rassemblant les informations qu’il possède sur la personne, peut faire une série d’inférences et d’hypothèses sur ses objectifs24; ou mieux, de manière interne, en analysant le type de construction discursive que le témoin produit. Cette seconde méthode implique une objectivation, notamment linguistique, des indices. Plus complexe, elle implique également une approche pluridisciplinaire. Nous n’aborderons pas ici les problèmes relatifs à l’analyse de contenu et nous nous limiterons à soutenir que la description de la source, qu’elle suive ou non l’approche que nous venons de décrire, ne peut en aucun cas se passer de l’étape de la transcription.

Transcrire la source orale

  • 25 C’est ce qui a notamment permis de mettre en évidence le rôle de la prosodie et de la gest (...)

31La transcription de données orales est une étape préalable, nécessaire et cruciale, à l’analyse. Les enregistrements ne sont en eux-mêmes pas suffisants, même s’ils restent la source originale à laquelle il nous faut constamment revenir, pour un examen systématique du discours et de l’interaction. Plus simplement, il est impossible de garder en mémoire les différentes dimensions d’un énoncé entendu dans une situation particulière. La transcription « distille » ainsi différents éléments du matériel brut et les exprime dans les catégories présentant un intérêt pour le chercheur25. Par là même, elle fournit des données comparables entre elles.

  • 26 Ainsi, malgré un réel effort, Florence Descamps reste bien en deçà des normes aujourd’hui (...)
  • 27 Balthazar L., Interaction audiovisuelle, théorie pragmalinguistique et transcription, thès (...)
  • 28 Edwards J. A., op. cit. note 27.

32Trop souvent cependant, la transcription est un élément négligé par le chercheur en histoire26. En tant que document annexe, elle est mal comprise. Il est clair que cette étape n’est pas dépourvue de biais, et la transcription est un processus à la fois interprétatif et représentatif27. Des choix sont opérés par le chercheur quant au contenu (quelles sont les informations à prendre en compte ?) et à la forme que prendra la transcription (comment rendre les informations sous forme écrite ?). Ces choix sont liés aux objectifs de la recherche. Par ailleurs, le travail de transcription est un processus ouvert, qui évolue et se raffine parallèlement à l’évolution de l’analyse elle-même28.

  • 29 Descamps Fl., op. cit. note 19, p. 443 et suiv.

33La transcription est donc, plus qu’une source, un document de travail pour le chercheur29. Cependant, elle reste encore trop souvent associée au travail d’un chercheur, ou d’une équipe de chercheurs, en particulier. Or il est possible, et ceci doit être un objectif à prendre en compte dès la mise en place d’une campagne orale, de rendre ce document accessible et utilisable par des chercheurs extérieurs. Dans cette perspective, on comprend l’importance d’employer pour la transcription des normes transparentes. En effet, n’importe quel type de transcription ne convient pas à une analyse précise, qu’elle concerne l’historien, le linguiste ou, a fortiori, des équipes pluridisciplinaires. D’autre part, il est crucial, et aujourd’hui possible, de tenir compte des développements potentiels et futurs de la recherche lorsque l’on s’interroge, dans le cadre d’une campagne particulière, sur la transcription des documents audio ou audiovisuels.

  • 30 Ibid., p. 434.
  • 31 Ibid., p. 289.
  • 32 Delvenne S. et Michaux C., op. cit. note 22.

34Afin d’illustrer notre propos, prenons un des aspects complexes et généralement négligés lorsque l’on aborde les sources orales30 : l’aspect quantitatif. Un des problèmes, lorsque l’on travaille sur de telles sources orales, est de savoir comment traiter un fonds comprenant, par exemple, 1 500 heures d’enregistrement. En effet, il est extrêmement lourd, voire impossible de prendre connaissance et a fortiori d’analyser l’ensemble des entretiens. Un fonds de témoignage étant par définition peut représentatif de l’événement historique en question dans son ensemble31, les méthodes statistiques apparaissent, d’une part sans grand intérêt, d’autre part difficiles à mettre en œuvre. En effet, sans connaître le contenu des témoignages, il est impossible de détecter des variables pertinentes pour l’étude en cours (en dehors bien sûr de variables telles que le sexe, etc., qui après une première étude qualitative, se révèlent souvent non-pertinentes). La forme orale des témoignages exclut également une série d’études à caractère plus quantitatif. Nous citerons en exemple un travail réalisé sur l’emploi du terme « musulman » dans les témoignages de survivants de camps nazis32: il a été aisé et rapide de chercher des occurrences dans les corpus écrits, il a également été aisé de retrouver le terme dans les trois entretiens transcrits, il est très coûteux, en terme de temps, de réécouter entièrement ne serait-ce qu’une dizaine d’entretiens. Ainsi, la forme exclusivement orale du fonds nous limite-elle à des études qualitatives. Si ces études qualitatives constituent une étape préalable nécessaire à l’analyse d’un corpus, il reste désolant de ne pouvoir, faute de moyens techniques, vérifier ces hypothèses sur un échantillon plus large. Un accès facilité au contenu des entretiens est donc impératif pour le développement d’études sensées sur le fonds de témoignages. Cet accès est, dans certaines conditions et moyennant des développements techniques, rendus possibles par la transcription.

  • 33 Balthazar L., op. cit. note 27, p. 3.

35Un outil s’avère indispensable pour cette première étape descriptive : la convention de transcription. Il existe différents types de conventions : transcriptions en liste, en partitions et en colonne33.

  • 34 Système de transcription audiovisuelle des interactions sociales.
  • 35 Balthazar L., op. cit. note 27.
  • 36 Edwards J. A., « Principles and contrasting systems of discourse transcription », dans Edw (...)
  • 37 La notion d’UCT est fondamentale en analyse de conversation et sa compréhension est crucia (...)
  • 38 Sacks H., Schegloff E.A. et Jefferson G., op. cit. note 37 ; Selting M., op. cit. note 37  (...)

36À titre d’exemple, nous avons choisi de présenter la convention de transcription Stavis34, élaborée par Lukas Balthasar dans le cadre de sa thèse de doctorat défendue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales35. Cette convention s’appuie sur les théories de la Pragmatique : elle a été développée pour réaliser des transcriptions élaborées d’interactions filmées et permet de réaliser un support écrit adéquat pour l’analyse linguistique qui demande le plus haut niveau de détail. Elle prend en compte les trois catégories classiques : le niveau segmental, le niveau supra-segmental et le niveau para-segmental ou co-actionnel36. Il s’agit d’un système de transcription dit « en liste », basé sur le conversation analytic transcription system développé à la fin des années 1970 par Sacks, Schegloff et Jefferson37. L’organisation de base des informations est conversationnelle, elle se fonde sur le système des tours de parole et l’unité maximale reprise sur une ligne de texte transcrit est l’unité de construction de tour38.

  • 39 La convention prévoit également la possibilité d’ajouter des lignes de commentaires dont l (...)
  • 40 Le premier paramètre (lignes ttt) comprend les informations segmentales, mais aussi toute (...)

37L’annexe 1 montre un exemple de transcription complète (PR/Rampe/ Starting Time 47.31). Nous ne nous étendrons pas sur la signification des symboles employés dans le cadre de cette communication. Le point essentiel qu’il faut comprendre est que chaque élément39 se retrouvant dans une transcription de ce type appartient à une norme définie et transparente40.

  • 41 Descamps Fl., op. cit. note 19 ; Dulong R., Le témoin oculaire, les conditions sociales de (...)
  • 42 Pour le rôle de la prosodie dans l’interprétation des énoncés, voir par exemple Couper-Kuh (...)
  • 43 L’entraînement du transcripteur dépassant rarement une demi-journée (test effectué sur 5 p (...)

38Comme le remarque très justement Florence Descamps, il est impossible de retrouver dans la transcription l’effet du discours oral. Toutefois, une transcription comme Stavis permet d’objectiver un nombre important de paramètres propres à l’oralité et de démystifier ainsi l’« effet magique»41 de la présence physique du témoin42. Nous insisterons sur le fait que, en ce qui concerne Stavis-Base du moins, le temps passé à transcrire est bien moins important que celui passé à la transcription-édition (la simple transcription orthographique)43. De plus, cette dernière présente le désavantage considérable d’ajouter, dans la représentation écrite, la ponctuation orthographique qui constitue un niveau d’interprétation supplémentaire et inutile.

39Il n’est bien sûr pas possible d’atteindre le niveau de précision prescrit par Stavis-Advanced dans la représentation écrite pour l’ensemble des données. Un des gros avantages de cette convention est de prévoir d’emblée différents niveaux (dont Stavis B, pour une transcription du niveau segmental, et Stavis A pour une transcription des niveaux segmental supra-segmental et coactionnels). Il est ainsi possible de transcrire l’ensemble d’un ou de plusieurs entretiens (choisis par exemple sur base de critères sociologiques ou discursifs) en respectant les critères de Stavis B, puis si cela est nécessaire de transcrire différentes séquences en respectant les critères additionnels imposés par Stavis A.

  • 44 Voir, sur cette notion, Amossy R. éd, Images de soi dans le discours, Lausanne-Paris, Dela (...)

40Soulignons l’avantage de transcrire les entretiens du début à la fin selon le standard proposé par Stavis B : la transcription nous offre alors une vision diachronique du déroulement de l’entretien et permet notamment de mettre en évidence l’importance cruciale de la création par le témoin d’un ethos spécifique44. Ce type de transcription peut certainement paraître trop complexe, voir totalement inutile à des chercheurs non-linguistes, non-anthropologues.

  • 45 À titre d’exemple, c’est en passant de la description à l’analyse que nous avons pu mettre (...)

41Nous voudrions répondre deux choses à cette objection légitime. Premièrement, une convention de transcription n’impose pas que l’on utilise tous les niveaux, mais elle impose que, pour chaque niveau, on emploie les normes qu’elle définit. Deuxièmement, une telle approche permet de relever, mais surtout lorsqu’on se penche plus précisément sur les données, de comprendre des séquences, des récits, des interactions qui apparaissent dans une première approche critique, contenir des incohérences. Bref, cela permet de tenir compte d’une série d’informations que l’on aurait, a priori, rejetées, ou encore de déceler des informations nouvelles à la fois sur le plan factuel et sur le plan cognitif. Ceci est crucial lorsqu’on étudie les processus de création et d’innovation au sein des entreprises45. Certes, il n’est pas nécessaire pour l’historien d’analyser comment, dans un récit particulier, l’intonation va participer à l’élaboration d’un discours polyphonique, mais il reste cependant élémentaire de pouvoir repérer qu’il est face à un discours polyphonique (symbolique) et surtout de pouvoir, à tout moment, lorsqu’il travaille sur une transcription, savoir qu’il s’agit là d’un discours polyphonique, sans pour cela devoir recourir à sa mémoire ou au document original.

Les sources audiovisuelles aux archives

  • 46 Stubbs M., « Computer-assisted text and corpus analysis : lexical cohesion and communicati (...)

42Dans la perspective d’élaborer des documents proprement construits et dont le contenu est susceptible d’être soumis à des requêtes informatisées, il est aujourd’hui nécessaire de développer des outils informatiques adaptés, exploitant les nouvelles technologies disponibles au profit de l’archivage des sources orales46.

43Nous plaidons pour la construction de projets intégrés visant à donner accès, au travers d’une base de données catalographique, à la fois aux enregistrements et aux transcriptions, ou plutôt aux différents niveaux disponibles de transcriptions en fonction des besoins du consultant.

44Ces projets doivent également viser à développer des normes et des standards permettant le traitement catalographique (normatif) des matériaux documentaires visuels et audiovisuels, la transcription (normée) des documents audio et audiovisuels en documents « texte » et le traitement catalographique de ces textes ; ainsi que le développement d’outils de recherche informatiques permettant la mise en application de ces normes et les exploitations corollaires.

  • 47 Le format de transcription doit être suffisamment standard et complet pour pouvoir s’appli (...)
  • 48 Il s’agit du projet TACSI, Université libre de Bruxelles.
  • 49 Sur le plan pratique, cette spécification s’appuiera sur les outils issus des récents déve (...)

45Dans cette perspective, il sera crucial de développer un standard de transcription sur base d’une convention47. Ainsi nous avons réalisé un prototype du format de conservation des données transcrites dans un format XML48. Soulignons qu’un autre avantage de Stavis est de posséder suffisamment de contraintes formelles pour pouvoir être « traduite » dans un format informatique du type XML qui, d’une part, assure la portabilité des données, d’autre part permet le développement d’outils de recherche élaborés sur le contenu des documents. Ainsi une spécification formelle et explicite (Stavis-ML) a été développée. Cette spécification est adaptée à un traitement informatique de la convention Stavis et a comme finalité de rendre plus efficaces, par une automatisation partielle ou totale, certaines tâches de recherche, d’analyse, de présentation et de publication du contenu du corpus49.

46À partir de là, non seulement la conservation et l’échange des données sont facilitées, mais surtout il devient aujourd’hui possible de développer un module de recherche axé sur les contenus de la transcription et d’élaborer ainsi un outil de recherche, possible sur les transcriptions, mais non sur le matériel oral (du moins dans l’état des technologies de reconnaissance vocale).

Notes

1 http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/fr/circAD/DAFad70-11338.html ; http://www.uottawa.ca/academic/crccf/index.html. Voir aussi le travail effectué par le Centre d’histoire des sciences et des techniques ULG ou certaines initiatives régionales wallonnes, comme le projet relatif à l’histoire économique et sociale de la Wallonie, de la Révolution industrielle à nos jours, qui consacre un volet important à l’étude de l’innovation technologique (http://www.destree.org/).

2 Callon M. dir., La science et ses réseaux : genèse et circulation des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1989 ; Kuhn Th. S., La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion (trad. L. Meyer), 1982 ; id., La tension essentielle : tradition et changement dans les sciences, Paris, Gallimard (trad. M. Biezunski et al.), 1990 ; id., The road since structure : philosophical essays 1970-1993, with an autobiographical interview, éd. par James Conant et John Haugeland, Chicago, University of Chicago Press, 2000 ; Lakatos I., Histoire et méthodologie des sciences : programmes de recherche et reconstruction rationnelle, Paris, Presses universitaires de France (trad. C. Malamoud et J. F. Spitz), 1994 ; Latour B. et Woolgar S., Laboratory life. The construction of scientific facts, Londres, 1979 ; Latour B. et Lemonnier P. dir., De la préhistoire aux missiles balistiques : l’intelligence sociale des techniques, Paris, La Découverte, 1994 ; Latour B., Science in action. How to follow scientists and engineers through society, Harvard, 1987 (voir aussi la trad. franç. La science en action, Paris, La Découverte, 1989, variantes bibliographiques) ; id., Le métier de chercheur : regard d’un anthropologue, Paris, INRA, 1995 ; id., L’espoir de Pandore : pour une version réaliste de l’activité scientifique, Paris, La Découverte, 2001 ; Laudan L., La dynamique de la science, Bruxelles, P. Mardaga, (trad. Ph. Miller), 1987 ; Law J., A sociology of monsters : essays on power, technology and domination, Londres, 1991.

3 Voir par exemple Amouretti M.-C. et Comet G. éd., L’évolution des techniques est-elle autonome ? Colloque d’Aix-en-Provence, espace Méjanes, 17 novembre 1989, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1991.

4 Devriese D., « De la recherche scientifique individuelle à la recherche collective : quelles sources pour quelle histoire ? », Studium Generale-Groupe de contact FNRS d’histoire des universités (Mons, avril 1996), non publié.

5 http://www.cnrs.fr/Archives/

6 http://www.bath.ac.uk/ncuacs/case.htm

7 Devriese D., « Les archives de la recherche en milieu académique : réflexions sur les lieux de production et la philosophie de conservation », Janus, 1995, 2, p. 20-28.

8 Charmasson Th. dir., Les archives scientifiques, numéro spécial de la Gazette des archives. Journée d’études du 25 février 1988, n° 145, 2e trimestre 1989 ; id., Les archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations. Actes des journées d’études organisées par le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie, le 18 mars 1993 « Préservation et utilisation des archives scientifiques » et le 9 février 1996 « Formes et contenus des documents : pour une diplomatique des archives scientifiques », La Gazette des archives, nouvelle série, n° 179 (4e trimestre 1997) ; Charmasson Th., Demeulenaere Chr., Gazzielo C., Ogilvie D., Les archives personnelles des scientifiques. Classement et conservation, Paris, Archives nationales, 1995 ; Le Roux M. et Oger B., Pour une histoire de la poste aux XIXe et XXe siècles. Guide du chercheur, hors série d’Apostille, Comité pour l’histoire de La Poste, s.d. ; Le Roux M., Ramunni G. et al., Un siècle de recherche technologique, histoire croisée des sciences et des techniques : un livre des sciences pour l’ingénieur, sous la dir. de Gagnepain J.J., Paris, Textuel, 2000 ; Le Roux M., L’entreprise et la recherche, un siècle de recherche industrielle à Péchiney, 1808-1996, Paris, Rive droite, 1998 ; id., « Des origines scientifiques aux applications techniques, la naissance de l’industrie de l’aluminium, 1808-1893 », Actes du XXe congrès international d’histoire des sciences, ICOTHEC, Liège, 2001 ; Welfelé O., « Guide de survie en milieu hostile. Les archives publiques : une espèce à protéger ? », Cahiers pour l’histoire du CNRS, 1939-1989, n° 3, Editions du CNRS, 1989 ; id., « L’éprouvette archivée. Réflexions sur les archives et les matériaux documentaires issus de la pratique scientifique contemporaine », Gazette des archives, n° 163, 4e trimestre 1993 ; id., « La souris et l’encrier. Pratiques scientifiques et inscriptions documentaires », Alliage, n° 19, été 1994 ; id., « Les archives scientifiques en France. Communication faite dans le cadre de la quatrième conférence européenne sur les archives, Lancaster, 13-18 septembre 1994 », Janus, 1995, 2 ; id., « Quels matériaux pour l’historien d’après-demain ? Réflexions prospectives sur le devenir des archives scientifiques », Sciences et archives contemporaines, Cahiers de l’École nationale du patrimoine, n° 3, 1999 ; id., « Quel archivage pour l’information scientifique en ligne ? », dans Patrimoine et multimédia : le rôle du conservateur, colloque organisé les 23, 24 et 25 octobre 1996 par l’École nationale du patrimoine à la Bibliothèque nationale de France, Documentation française, 1999.

9 En particulier, Welfelé, O., « Organiser le désordre : usages du cahiers de laboratoire en physique contemporaine », dans L’écrit de la science, colloque organisé dans le cadre du Forum européen de la science et de la technologie de la commission européenne (DG XII), Nice, 12-14 mars 1998, Alliage, n° 37-38, hiver 1998-printemps 1999.

10 Krige J., communication présentée au séminaire conjoint de la Commission internationale de logique, philosophie et histoire des sciences et de la SUV/CIA(Liège, 28-29 mai 1996), inédit. Ajoutons que, dans le champ linguistique, Ochs E. et al. (op. cit. ci-dessous, p. 332), analysant les interactions au sein d’un laboratoire de physique, prennent en compte différents types de documents : interviews avec les chercheurs, enregistrements vidéo, carnet de laboratoire, notes, compte rendu de réunion, schémas explicatifs, transparents, email entre chercheurs. Voir Ochs E., Gonzales P., Jacoby S., « ‘When I come down in the domain state’ : grammar and graphic representation in the interpretative activity of physicists », dans Ochs E., Schegloff E. et Thompson S. éd., Interaction and grammar, Studies in interactional sociolinguistics, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

11 Samuels E. et al., Varsity letters : documenting modern colleges and universities, New-Jersey, Metuchen, 1992, et Samuels H., Haas J. et Simmons B., Appraising the records of modern science and technology : a guide, Cambridge, MIT Press, 1985.

12 Devriese D., op. cit. note 7, p. 20-28, et id., « Recueillir les archives des sciences contemporaines. Définition des exigences méthodologiques », XXth international conference for history of science (Liège, 20-26 juillet 1997), non publié.

13 Krige J., communication présentée au séminaire conjoint de la Commission internationale de logique, philosophie et histoire des sciences et de la SUV/CIA(Liège, 28-29 mai 1996), inédit, et Welfelé O., op. cit., « L’éprouvette archivée. Réflexions sur les archives et les matériaux documentaires issus de la pratique scientifique contemporaine », Gazette des archives, n° 163, 4e trimestre 1993.

14 Ochs E. et al. et Krige J., op. cit. note 10.

15 Devriese D., « Methodological approach in collecting science archives : the ‘metaprotocole’ », dans Working with knowledge, International Archives Conference-Conference papers, Australian Academy of Science & Australian Science Archives Project, Camberra-Melbourne, 1998, http://www.asap.unimelb.edu.au/asa/stama/conf/WWKpage2.htm.

16 Devriese D., « Les archives scientifiques : une description normative commune est-elle envisageable ? », Séminaire CNRS - Archives de France, Quelle coopération européenne pour les archives scientifiques contemporaines ? (Paris, 7 février 1997), non publié.

17 Sur les risques de perturbation de la réalité du laboratoire par le chercheur, voir Latour B. ( 1979), op. cit. note 2.

18 Thompson P., The voice of the past. Oral history, New York, Oxford University Press, 2000.

19 Descamps Fl., L’historien, l’archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001. Cet ouvrage passe en revue des critères méthodologiques qui doivent présider au lancement d’une campagne d’archives orales dans une organisation, à la constitution d’un corpus, à la préparation intellectuelle du chercheur à la campagne, aux différentes méthodologies d’entretien, à la préparation à la conduite de l’entretien (bibliographie, constitution du scénario d’entretien), ainsi qu’aux conditions matérielles de l’entretien (lieu, temps, matériel, présentation de soi). Malgré le caractère exhaustif de cette dernière étude, on s’inspirera avantageusement d’une bibliographie plus précise sur l’interview, les questions et sur le rôle de l’interviewer dans la co-construction du récit. En ce qui concerne la description des documents obtenus, il est fondamental d’accorder un intérêt particulier au rôle que peuvent jouer les questions de l’interviewer en tant que stimuli dans le processus mémoriel lui-même. Il existe à ce sujet une littérature abondante dans le domaine des sciences cognitives. Sur l’entretien, on consultera par exemple : Briggs Ch. L., Learning how to ask. A sociolinguistic appraisal of the role of the interview in social science research, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 ; Bres J., « L’entretien et ses techniques », dans Calvet et Dumont, L’enquête sociolinguistique, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Brown P. et Levinson S., Politeness, some universals in language usage, Cambridge, Cambridge University Press, 1987 ; Gaulmyn M.-M. de, « La question dans tous ses états. Les cinq types de questions de l’explication conversationnelle », dans Kerbrat-Orecchioni C. dir., La question, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1991 ; Hobbs J. et Robinson J., « Why ask ? », dans Discourse processes, n° 2, 1979 ; Kerbrat-Orechioni C., « L’acte de question et l’acte d’assertion : opposition discrète ou continuum », dans Kerbrat-Orecchioni C. dir., La question, op. cit. Concernant la co-construction du récit, on citera entre autres : Atkinson M. J., « Displaying neutrality : formal aspects of informal court proceedings », dans Drew P. et Heritage J. éd., Talk at work, interaction in institutional settings, Studies in interactional sociolinguistics 8, Cambridge, Cambridge University Press, 1992 ; Bange P., « A propos de la structure de l’introduction, la réciprocité des motivations », dans Conein B., Fornel M. de et Quéré L., Les formes de la conversation, Paris, CNET, 1990-1993 ; Barbéris J.- M., « L’évaluation du récit oral, ou pour évaluer, il faut être (au moins) deux », dans Bres J. éd., Le récit oral, Montpellier, Praxiling, 1994 ; id., « Analyser les discours : le cas de l’interview sociolinguistique », dans Calvet J.-L. et Dumont P., L’enquête sociolinguistique, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Button G., « Answers as interactionnal products : two sequential practices used in job interviews », dans Drew P. et Heritage J. éd., op. cit. supra ; Chaumont J. M., « Quand l’historien occulte la mémoire : l’historien, l’acteur et la vérité », dans Wieviorka A. et Mouchard Cl., La Shoah : témoignages, savoir, œuvres, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1999 ; Clayman S. E., « Footing in the achievement of neutrality : the case of news-interview discourse », dans Drew et Heritage éd., op. cit. supra ; Pollak M., L’expérience concentrationnaire, Paris, Métailié, 1990 ; Schegloff E. A., « On talk and its institutional occasions », dans Drew et Heritage éd., op. cit. supra ; Tannen D., « The effect of expectations on conversation », Discourse processes, n° 1, 1978.

20 Voir entre autres : Bakhtine M., The dialogic imagination : four essays, éd. par Homquist M., Austin, University of Texas Press, 1981 ; Drew P., « Contested evidence in courtroom cross-examination : the case of a trial for rape », dans Drew et Heritage éd., op. cit. note 19 ; Grimshaw A., « Discourse and sociology : sociology and discourse », dans Schiffrin D., Tannen D. et Hamilton H. E. éd., Handbook of discourse analysis, Malden (États-Univs) et Oxford (Grande-Bretagne), Blackwell Publishers, 2001 ; Gumperz J., « Interactional sociolinguistics : a personnal perspective », ibid. ; Linde Ch., Life stories, the creation of coherence, Oxford, Oxford University Press, 1993.

21 Delvenne S. et Dominicy M., « La construction ‘éthique’ dans les témoignages de déportés », dans Paugam-Moisy H., Nyckees V. et Caron-Pargue J., La cognition entre individu et société, Paris, Hermès Sciences publications, 2001.

22 Delvenne S. et Michaux C., « L’emploi du terme ‘musulman’ dans les récits de déportation », intervention à la journée sur le témoignage organisée en juin 2002 à l’ULB par le laboratoire de linguistique textuelle et de pragmatique cognitive et l’UR Prosopopée, non publiée.

23 Delvenne S., « La pluralité des niveaux d’interprétation dans les récits oraux de déportés », communication au séminaire Le témoin dans le texte : entre histoire et biographie, Zagreb, 21-25 avril 2003, sous presse.

24 Descamps Fl., op. cit. note 19.

25 C’est ce qui a notamment permis de mettre en évidence le rôle de la prosodie et de la gestique dans les constructions polyphoniques complexes. Voir Danblon E. et Delvenne S., « Rationalité discursive et construction de l’identité collective. Analyse de témoignages de rescapés de la Shoah », à paraître dans la Revue de sémantique et de pragmatique, et Delvenne S., op. cit. note 23.

26 Ainsi, malgré un réel effort, Florence Descamps reste bien en deçà des normes aujourd’hui prescrites dans des domaines comme l’anthropologie ou l’analyse de conversation (voir Descamps, op. cit. note 19, p. 437-447).

27 Balthazar L., Interaction audiovisuelle, théorie pragmalinguistique et transcription, thèse de doctorat de l’EHESS, Paris, 2001 ; Edwards J. A., « The transcription of discourse », dans Schiffrin D., Tannen D. et Hamilton H. E. éd., op. cit. note 20.

28 Edwards J. A., op. cit. note 27.

29 Descamps Fl., op. cit. note 19, p. 443 et suiv.

30 Ibid., p. 434.

31 Ibid., p. 289.

32 Delvenne S. et Michaux C., op. cit. note 22.

33 Balthazar L., op. cit. note 27, p. 3.

34 Système de transcription audiovisuelle des interactions sociales.

35 Balthazar L., op. cit. note 27.

36 Edwards J. A., « Principles and contrasting systems of discourse transcription », dans Edwards J. A. et Lampert M. D. éd., Talking data : transcription and coding in discourse research, 3-13, Hilldale (NJ), Laurence Erlbaum, 1993 ; Jefferson G., « Transcript notation », dans Atkinson M. J. et Heritage J. éd., Stuctures of social action : studies in conversation analysis, p. ix-xvi, Cambridge, Cambridge University Press, 1984 ; Ochs E., « Transcription as theory », dans Ochs E. et Schieffelin B. éd., Developmental pragmatics, New York, Academic Press, 1979, p. 43- 72.

37 La notion d’UCT est fondamentale en analyse de conversation et sa compréhension est cruciale lorsqu’on aborde, ne serait-ce qu’à un niveau superficiel, l’analyse de situations d’interaction (comme un entretien). Nous n’aborderons pas ce point et renvoyons le lecteur à l’article fondateur publié par Sacks H., Schegloff E.A. et Jefferson G., « A simplest systematics for the organization of turn-taking for conversation », Language n° 4, 1974 ; plus récemment M. Selting, « On the interplay of syntax and prosody in the constitution of turn-constructional units and turns in conversation », Pragmatics ; n° 6/3, 1996, s’est intéressée au rôle de l’accomplissement pragmatique, alors que Ford et Thompson ont analysé le rôle de la prosodie dans la définition des UCTs.

38 Sacks H., Schegloff E.A. et Jefferson G., op. cit. note 37 ; Selting M., op. cit. note 37 ; Selting M., « TCUs and TRPs : the construction of units in conversationnal talk », Interaction and linguistic str ucture (In List), juin 1998 ; Ford C. E. et Thompson S. A, « Interactionnal units in conversation : syntactic, intonational and pragmatic ressources for the management of turns », dans Ochs E., Schegloff E. et Thompson S. éd., op. cit. note 10.

39 La convention prévoit également la possibilité d’ajouter des lignes de commentaires dont le contenu n’est pas standardisé. Voir pour une exploitation de ces lignes dans le cadre d’une adaptation de la convention à un usage pluridisciplinaire : Delvenne S., Pirlot B. et Sadowski G., « Témoignages de rescapés des camps nazis : représentation écrite et analyse linguistique », communication au colloque Journée sur les corpus oraux, organisé par l’ATALA (Association pour le traitement automatique des langues), Paris, 25 mai 2002 ; Pirlot B., Les témoignages audiovisuels de rescapés des camps nazis recueillis par la Fondation Auschwitz. Représentation écrite des données : segmentation et marquage du flux de parole dans une perspective conversationnelle et discursive, mémoire de DEA, Université libre de Bruxelles, 2002.

40 Le premier paramètre (lignes ttt) comprend les informations segmentales, mais aussi toute une série d’informations subjectives : les pauses, la prononciation des lettres muettes lorsqu’elles correspondent à des manifestations d’affect, les élisions facultatives, les liaisons obligatoires non respectées (ici encore nous prenons en compte les habitudes du locuteur et nous indiquons seulement les cas atypiques qui pourraient être des manifestations d’affect), les liaisons abusives, les allongements, les saillances perceptuelles et les chevauchements. Les interjections (type évaluation : hum, oui, …) sont comptées comme de vrais tours. Ces lignes définissent le niveau de base de la transcription (Stavis B). A ce niveau de base, s’ajoutent des d’informations appartenant au niveau supra segmental et co-actionnel. Ensemble, ils constitueront le niveau de transcription avancée (Stavis A). La convention Stavis A comprend sept catégories d’analyse suprasegmentales (correspondant aux lignes labellisées sss) : la notation tonale (ton haut / ton bas), le mouvement tonal (ton montant / ton descendant), l’intensité (piano / forte), le mouvement d’intensité (crescendo / diminuendo), le tempo (presto / lento), le mouvement du tempo (accelerando / rallentando). Stavis A représente également six catégories kinésiques (correspondant aux lignes labellisées ppp) : positionnement du participant dans l’espace, la posture, les mimiques, la direction du regard, les gestes, la notation kinésique des gestes.

41 Descamps Fl., op. cit. note 19 ; Dulong R., Le témoin oculaire, les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, 1998.

42 Pour le rôle de la prosodie dans l’interprétation des énoncés, voir par exemple Couper-Kuhlen E., « Intonation and discourse : current views from within », dans Handbook of discourse analysis, op. cit. note 20 ; pour celui des gestes, regards et autres postures, voir Balthazar L, op. cit. note 27 (pour la présentation générale et une bibliographie exhaustive) ; Kendon A., « Gesture and speech : how they interact », dans Wieman J. M. et Harrison R. P. éd., Nonverbal interaction, Beverly Hills, Sage, 1983 ; Fornel M. de, « Sémantique et pragmatique du geste métaphorique », Cahiers de linguistique française, n° 14, 1994.

43 L’entraînement du transcripteur dépassant rarement une demi-journée (test effectué sur 5 personnes venant d’horizons différents).

44 Voir, sur cette notion, Amossy R. éd, Images de soi dans le discours, Lausanne-Paris, Delachaux et Niestlé, 1999. Et pour une exploitation dans les témoignages oraux, Danblon E. et Delvenne S., op. cit. note 25 ; Delvenne S., Entre témoignage, récit de vie et interview. Description du témoignage audiovisuel d’une rescapée des camps nazis, mémoire de DEA, EHESS, Paris, 2000, non publié.

45 À titre d’exemple, c’est en passant de la description à l’analyse que nous avons pu mettre en évidence, dans le cas des récits d’un événement particulier, la présence de différents niveaux d’entente du récit oral (niveau descriptif, symbolique et évaluatif) et le rôle joué par la gestique et la prosodie dans l’articulation de ces niveaux. Cette modélisation du discours nous a permis de montrer que des incohérences au niveau descriptif (celui des faits narrés) pouvaient pour l’interprétant être levées au niveau symbolique. Voir sur ce point Danblon E. et Delvenne S., op. cit. note 25 ; Delvenne S. et Dominicy M., op. cit. note 21 ; Delvenne S. (2003), op. cit. note 23.

46 Stubbs M., « Computer-assisted text and corpus analysis : lexical cohesion and communicative competence », dans Handbook of discourse analysis, op. cit. note 20 ; Thompson P., op. cit. note 18.

47 Le format de transcription doit être suffisamment standard et complet pour pouvoir s’appliquer au plus grand nombre de documents audiovisuels et de types d’interaction ; suffisamment précis et riche pour pouvoir rendre compte de tous les traits propres au langage oral et à la kinésique (caractère spontané et interactif, phénomènes suprasegmentaux et para-verbaux…), ainsi que de toutes les spécificités de documents particuliers ; suffisamment souple pour pouvoir être utilisé de manière pertinente par des utilisateurs de disciplines fort diverses (historiens, linguistes, psychologues, sociologues), dont les objectifs divergent parfois grandement.

48 Il s’agit du projet TACSI, Université libre de Bruxelles.

49 Sur le plan pratique, cette spécification s’appuiera sur les outils issus des récents développements de la technologie XML tels que les divers ‘Schema’ de langages que sont notamment XML-Schema, Document Structure Definition (DSD), Relax-NG. Stavis-ML s’inspirera également de la structure des langages créés par des initiatives apparentées telles que Text Encoding Initiative (TEI), Corpus Encoding Standard (XCES), et ceux inspirés du concept des “graphes d’annotations” (AG, TASX, EXMARALDA) définis par S. Bird et M. Liberman du Language Data Consortium (LDC) et présenté dans leur article « A formal framework for linguistic annotation ».

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search