Version classiqueVersion mobile

Faïence fine et porcelaine

 | 
Jean-Michel Minovez

Porcelaines de Basse-Normandie, examen critique des productions de la Manufacture de Bayeux sous la direction des familles Langlois et Gosse (1812-1878)

Hélène Guibet, Dominique Pain et Antoine Verney

Texte intégral

Introduction : les enseignements d’une exposition temporaire

  • 1 J. Le Jeune 1962 et 1985 ; M. Vasseur 1985a et 1985b.

1Encore trop méconnues malgré plusieurs publications largement diffusées1 et souvent effacées devant le prestige de leurs concurrentes parisiennes et limousines, les manufactures de porcelaine bas-normandes ont pourtant une place de choix dans la production française. Depuis une cinquantaine d’années, amateurs éclairés et conservateurs de musées se sont intéressés à ce patrimoine et ont tenté de rassembler les meilleurs témoignages de cette activité.

  • 2 D. Pain, O. Lassère 1998.
  • 3 Anonyme (1957).

2Désirant faire connaître au plus grand nombre ce prestigieux aspect de l’histoire artistique et industrielle régionale, le Service du patrimoine du Conseil général du Calvados a présenté du 27 juin au 20 septembre 1998 au Château de Bénouville, propriété départementale, une exposition consacrée aux manufactures de porcelaine bas-normandes2. Elle revêtait un caractère exceptionnel puisque pour la première fois le public avait la possibilité de découvrir et de confronter en un même lieu les productions des manufactures de Bayeux (1812- 1951), de Caen (1797-1814), d’Isigny (1839-1845) et de Valognes (1793-1812). Il s’agissait, en outre, du plus important ensemble de pièces de ces trois dernières qui ait été rassemblé depuis l’exposition présentée à Bayeux en 19573.

  • 4 Musée national de la céramique de Sèvres, Musée national Adrien Dubouché de Limoges, Musée de la cé (...)

3Cette manifestation avait également un autre but. Il s’agissait de faire un point sur les connaissances acquises depuis près de cinquante ans, et de proposer une méthodologie destinée à résoudre les problèmes d’authentification et d’attribution posés par un nombre toujours grandissant de pièces. C’est ainsi que des observations et des comparaisons ont pu être effectuées dans d’excellentes conditions, à partir d’une documentation et d’un exceptionnel corpus de référence ordinairement dispersés entre de multiples collections privées et publiques4. Naturellement, ont alors été posées plus de questions que n’en ont été résolues. Ce fut néanmoins l’occasion d’ouvrir plusieurs pistes de recherche que nous avons depuis lors en partie explorées et dont nous proposons ici de présenter les premiers résultats. Trois points principaux ont particulièrement retenu notre attention dans le cadre de l’étude des créations bayeusaines du XIXe siècle, auxquelles nous nous sommes plus particulièrement intéressés.

Les caractères généraux de la production bayeusaine

4À l’occasion de l’exposition, le prêt des articles correspondant aux envois effectués par les manufactures bas-normandes aux différentes expositions des produits de l’industrie nationale et expositions universelles a été sollicité auprès du Musée national de la céramique de Sèvres et du Musée Adrien Dubouché de Limoges. Il est frappant de constater que ces dernières ne trouvent que de très rares parallèles dans d’autres collections. Il s’agit en effet dans leur très grande majorité de pièces dites « de ménage » (porcelaines de table d’usage courant non décorées) et d’ustensiles destinés à l’équipement des laboratoires, séries qui par leur simplicité et leurs caractères utilitaires n’ont pas attiré la curiosité des collectionneurs. Or, la documentation contemporaine de l’activité de la manufacture servant de base aux différentes synthèses historiques jusqu’à présent publiées, confirme que nous sommes en présence des éléments qui caractérisent véritablement la production bayeusaine.

5Il y aurait donc une réelle inadéquation entre l’image révélée par les sources (une porcelaine d’usage courant aux formes standardisées et pour l’essentiel dépourvue de décor) et l’image qui s’impose au travers de la diversité typologique des pièces et la variété des décors que l’on rencontre dans les collections. Cette dualité est particulièrement frappante dans les ouvrages de référence sur la porcelaine de Bayeux où la présentation des caractères généraux de la production ne recoupe que très imparfaitement les données historiques parallèlement présentées. Tel est le premier point sur lequel nous avons choisi d’orienter la poursuite des recherches : un dépouillement systématique des sources historiques afin de mieux cerner les caractères généraux des créations bayeusaines.

L’inventaire des marques et des signatures

  • 5 C. de Grollier 1922, p. 112 n° 1419 à 1420. ; P. Alfassa, J. Guérin 1959, pl. 95A (n° 1463) ; Anony (...)
  • 6 J. Le Jeune 1962, p. 111-117 ; M. Vasseur 1985, p. 142-149.

6Le répertoire des marques et signatures attribuées aux productions bayeusaines, embryonnaire jusqu’aux années cinquante5 a été réellement défini au milieu des années soixante par Jean Le Jeune, puis enrichi au milieu des années quatre-vingt par Michel Vasseur6.

  • 7 J. Le Jeune 1962, p. 112-117 ; M. Vasseur 1985, n° 49-56, n° 58 et n° 70-79.
  • 8 J. Le Jeune 1962, p. 112-113, 114 ; M. Vasseur 1985, n° 30, n° 38, n° 45-48 et n° 59.
  • 9 J. Le Jeune 1962, p. 113 ; M. Vasseur 1985, n° 57.

7De nombreuses marques indiquant sans ambiguïté l’origine de la production sont en effet référencées pour la période comprise entre 1812 et 1878. Le nom de la ville de Bayeux, soit en toutes lettres, soit sous une forme contractée, en constitue l’élément fondamental. Celui-ci est fréquemment associé à un complément permettant d’identifier le propriétaire de la manufacture à partir de ses initiales ou de son patronyme en toutes lettres. Du point de vue technique, ces marques sont de trois types différents. On trouve tout d’abord les marques réalisées au pochoir en bleu ou vert grand feu (souvent qualifiées de marques à la vignette). Elles sont en général bien lisibles et le répertoire en est assez réduit7. Viennent ensuite les marques manuscrites au pinceau, réalisées en noir, en rouge ou à l’or en petit feu8 avec une grande variabilité de la graphie. Les marques nominatives en creux semblent à l’opposé exceptionnelles, puisqu’un seul type est jusqu’à présent référencé9.

  • 10 J. Le Jeune 1962, p. 111-112 ; M. Vasseur 1985, n° 31-37.
  • 11 M. Vasseur 1985, n° 95-98.
  • 12 J. Le Jeune 1962, p. 146-147 ; M. Vasseur 1985, n° 80, 81 et 83-85.

8Un certain nombre de signatures non nominatives sont par ailleurs associées aux productions bayeusaines. Celles-ci peuvent être regroupées en deux ensembles principaux. Il s’agit en premier lieu des marques classiquement dites « au caducée » réalisées en bleu grand feu au pinceau, avec une grande variabilité formelle10. Le second groupe est formé par les « fausses marques chinoises » réalisées au pinceau en noir ou rouge au petit feu11. On rencontre enfin les signatures attribuées à des décorateurs qui auraient exercé leur talent au sein de l’entreprise12.

9Compte-tenu de la grande diversité des paraphes recensés, il convient de notre point de vue, d’analyser les arguments qui ont permis, non seulement d’associer les signatures non nominatives et celles attribuées aux décorateurs à la production bayeusaine, mais également d’en justifier la valeur chronologique.

10L’examen attentif des objets rassemblés à l’occasion de l’exposition, nous a permis de noter la présence d’une autre catégorie de signes distinctifs : lettres en creux, finement calligraphiées sur la face inférieure des objets. Nous avons dans un premier temps été intrigués par leur grande diversité, mais rapidement nous avons eu la preuve de leur réel intérêt. L’examen du corpus formé par les pièces en porcelaine d’Isigny a ainsi permis de démontrer que les tasses et soucoupes sont porteuses d’une initiale s’inscrivant dans un répertoire limité. Par ailleurs, la graphie tout à fait particulière d’un B majuscule a pu être mise en relation avec le patronyme d’un certain « Blond » figurant en toutes lettres sur l’une des pièces présentées à Bénouville. Parallèlement, les productions bayeusaines contemporaines semblent se distinguer par un répertoire distinct. Le relevé systématique de ces paraphes que l’on doit mettre de manière évidente en rapport avec le façonnage (marques d’ouvriers ou de chefs d’ateliers), constitue de notre point de vue, un apport discriminant supplémentaire pour l’identification de l’origine des pièces dépourvues de tout autre signe distinctif.

Vers un répertoire typologique des formes et des décors

11Lors de la préparation de l’exposition, nous avons opté pour une sélection rigoureuse des objets en privilégiant les séries les mieux documentées. Ceci a permis de mettre en évidence que l’évolution typologique de la production semble être très progressive tout au long du XIXe siècle et qu’elle échappe en partie aux classifications traditionnelles : périodes P.-J. Langlois (1812-1830), veuve Langlois (1830-1849) et enfin Gosse (1852-1878). Il a été démontré que plusieurs modèles issus de la manufacture de Valognes ont ensuite été fabriqués à Bayeux. De la même manière, plusieurs modèles déjà recensés sous la direction de la veuve Langlois ou de François Gosse, figurent encore vers 1885, au catalogue de Jules Morlent. Nous avons pu par ailleurs remarquer que les séries qui portent une marque de fabrique permettant d’identifier clairement leur origine s’avèrent très spécifiques de la production bayeusaine, tant du point de vue de la morphologie que des décors. Nous avons enfin été amenés à constater que d’autres séries pourtant jugées traditionnellement mais de manière intuitive très caractéristiques de Bayeux, échappaient à toute tentative de recoupement typologique avec les exemples précédents.

12Il nous apparaît ainsi qu’il est indispensable de travailler à l’élaboration d’une classification typo-chronologique systématique des éléments les mieux documentés. La mise en place d’une base documentaire conçue à partir de critères permettant de caractériser individuellement la morphologie des pièces, des éléments de garniture et enfin des décors, nous paraît être le seul moyen d’élaborer une sériation de référence. Celle-ci a pour objectif de renouveler la démarche intuitive sur laquelle repose trop souvent l’authentification des séries les moins bien documentées. A l’occasion de l’exposition de Bénouville, chaque pièce présentée a donné lieu à l’établissement d’une fiche descriptive tenant compte des différents éléments considérés comme potentiellement discriminants. Une campagne de prise de vue a, dans ce même cadre, été mise en place avec l’accord des propriétaires, sous l’égide de la direction du Service du patrimoine du Conseil général du Calvados. L’enrichissement des données alors recueillies a pu être mis en oeuvre grâce à un travail de collaboration suivant deux axes de recherche principaux qui servent à structurer cette présentation.

  • 13 H. Guibet 2000.

13Le premier est lié au dépouillement et à l’analyse critique des sources disponibles, réalisé dans le cadre d’un travail universitaire13 et nous ne saurions ici omettre de remercier les responsables des différentes institutions, archives, bibliothèques et musées, qui nous ont facilité l’accès à leur documentation. Les sources disponibles se sont révélées riches et variées, et permettent de dresser un premier panorama du développement économique de la manufacture, de cerner l’origine du personnel et sa situation au sein de l’entreprise, enfin de tenter de définir les principaux caractères de la production.

14Le second volet a pour but de présenter les données livrées par l’examen direct des pièces ayant figuré dans l’exposition de Bénouville enrichies des séries appartenant au Musée de Bayeux. Cette collection riche de plusieurs centaines d’objets constitue le principal ensemble de référence notamment pour les pièces décorées. Les premières observations effectuées nous ont incité à aborder celle-ci de manière critique. L’histoire de sa formation éclaire en effet d’une manière exceptionnelle comment s’est progressivement modelée au cours des cinquante dernières années l’image de la porcelaine de Bayeux. Les pièces ainsi parfaitement documentées permettent enfin de présenter une première réévaluation de la production et de proposer des pistes de recherches visant à faciliter l’enrichissement d’un corpus malheureusement encore trop peu abondant pour que puisse être présenté un premier répertoire typologique représentatif.

Examen critique de la documentation relative à l’histoire de la manufacture

15En l’absence d’archives internes à la manufacture, la constitution d’une documentation permettant d’analyser l’évolution de l’entreprise, représente pour le chercheur un lent travail de dépouillement de documents annexes, d’origines très diverses et parfois contradictoires en fonction de leur nature (publications érudites, articles de presse, documents commerciaux, échanges épistolaires, archives notariales, archives administratives…). Il convient donc en premier lieu de préciser l’origine et la nature de ces sources avant d’en présenter l’analyse synthétique.

Description des sources

  • 14 C. de Grollier 1922, p. 112 n° 1419 à 1420 ; J. Le Jeune 1962 ; 1985 ; M. Vasseur 1985a et b.

16Le premier point sur lequel nous devons insister va à l’encontre des idées reçues : les documents publiés relatifs à la manufacture de porcelaine de Bayeux et à ses productions, rédigés à une époque contemporaine de l’activité de l’entreprise, sont assez nombreux. Rarement cités en bibliographie, ils constituent pourtant par l’intermédiaire des ouvrages de vulgarisation les plus fréquemment utilisés14, la source principale des informations jusqu’à présent rassemblées.

17Le second ensemble de documents est formé par les sources archivistiques conservées dans les fonds publics et pour l’essentiel inédites (Archives de la Manufacture nationale de Sèvres, Archives départementales du Calvados, documentation du Musée Baron Gérard et Archives municipales de Bayeux). La présente publication a pour but de présenter de manière synthétique l’apport de ces éléments qui viennent enrichir ou corriger les données publiées.

Les sources imprimées

  • 15 cf. bibliographie dans R. de Brébisson 1897, p. 94, complétée de S. Jumelin 1792 et de A. Brongniar (...)
  • 16 Guilbert [1819] ; Anonyme [1819]a et b ; Costaz 1819 p. 303 ; Héricart de Thury, Migneron 1824 p. 4 (...)
  • 17 J. Pattu 1823.

18Parmi les publications essentielles à la compréhension du développement de la production porcelainière bayeusaine, nous devons tout d’abord citer les études relatives au kaolin des Pieux (Manche). Il s’agit de l’unique source de matière première mise en œuvre par la manufacture de 1812 à 1928 et qui renferme, dans sa composition, les éléments donnant ses qualités de solidité et de résistance aux chocs thermiques à la porcelaine de Bayeux15. Viennent ensuite les publications liées aux expositions industrielles locales, régionales, nationales ou internationales16. Le rapport présenté le 4 juillet 1823 à la Société royale d’agriculture de Caen sur les plaques de rue et de numérotation des maisons produites par P.-J. Langlois s’inscrit dans le même ensemble17.

  • 18 G. Villers 1857
  • 19 Arch. Soc. sciences, arts et belles-lettres de Bayeux n° SABL.2.3.108.
  • 20 G. Villers 1857, p. 263-267.
  • 21 A. Salvetat 1858.
  • 22 Blanchetière 1877.
  • 23 Blanchetière 1877, p. 306-309.

19En 1857 est publié le premier mémoire présentant l’activité de la manufacture de Bayeux de manière rétrospective18. Il s’agit en fait d’un rapport rédigé à l’intention du Jury international de l’exposition Universelle de Paris de 1855, dont le manuscrit est conservé dans les archives de la Société des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Bayeux19. Pour dresser l’historique des quarante-cinq années d’activité de l’entreprise, G. Villers, alors adjoint au Maire de Bayeux, s’appuie essentiellement sur les publications précédentes. Il structure son propos autour des récompenses obtenues à l’occasion de la présentation de la production au public, en citant abondamment les propos des rapporteurs de ces manifestations. Il offre parallèlement d’intéressants compléments quant à la structure de l’entreprise à l’époque de la rédaction du mémoire20. L’année suivante, est publié l’important rapport rédigé à la suite de l’examen en 1857, des produits de la manufacture par la commission des arts céramiques de la Société d’encouragement de l’Industrie nationale21. Nous y trouvons un descriptif très complet des améliorations techniques apportées par François Gosse au fonctionnement de l’entreprise et de leurs répercussions au niveau économique. La visite de la manufacture par l’Association normande le 14 juillet 1870 à l’occasion de son congrès annuel se déroulant à Bayeux, donne lieu à une nouvelle publication brossant les principales étapes de son histoire22. Celle-ci est très proche du mémoire de G. Villers, tant dans sa structure que dans les informations qu’elle livre. L’auteur brosse parallèlement un descriptif des principales techniques de fabrication mises en œuvre à Bayeux qu’il a pu lui-même observer23.

  • 24 Drouet 1885.
  • 25 Anonyme 1883, n° 351-354 ; Anonyme 1899, n° 65 p.103-104.
  • 26 G. Villers 1897.
  • 27 R. de Brébisson 1897, p. 95-119 ; 1898 (rééd. revue et corrigée).

20La première publication réalisée hors du cadre commercial et industriel, est de manière quelque peu étonnante, un mémoire consacré à l’histoire de la lithographie à Caen. On y trouve pour la première fois mentionné et décrit un procédé artistique original de création d’estampes inventé (mais non breveté) par P.-J. Langlois vers 1820 : la « caustographie »24. Ce n’est que dans le dernier tiers du XIXe siècle que les pièces produites par les manufactures de Valognes et de Bayeux font leur première apparition dans les expositions régionales « d’art rétrospectif »25. À cette époque, la Société des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Bayeux, organisatrice d’un concours destiné à récompenser une étude d’histoire locale, propose comme sujet : « Faire l’histoire de la céramique à Bayeux et dans sa région depuis le XIIIe siècle, jusqu’à nos jours »26. René de Brébisson remporte le prix, décerné le 9 juillet 1896, pour un mémoire dans lequel l’histoire de la manufacture de Bayeux tient une place essentielle27. Ce travail est le seul à notre connaissance et ce jusqu’à nos jours, à présenter ses sources sous la forme de renvois bibliographiques rigoureux.

  • 28 N. de Martel 1902 ; V. Le Fort 1912 ; J. Salt 1913 ; J. Abraham 1927a et 1927b.

21Il faut enfin attendre le début du XXe siècle pour voir la presse illustrée s’intéresser à la manufacture28 en lui offrant un visage nouveau par la publication de photographies où apparaissent pour la première fois des vues des ateliers ou des productions.

  • 29 M.-J. Morlent 1996.

22Nous ne saurions limiter cet aperçu consacré aux publications contemporaines de l’activité de la manufacture, sans évoquer le complément naturel que représente le mémoire récemment consacré par le dernier directeur de la manufacture, aux transformations apportées à son mode de fonctionnement de 1878 à 195129. Bien que postérieur de quarante-cinq ans à la fermeture de l’entreprise, en raison des fonctions occupées par son auteur et des informations originales et jusqu’alors inédites qu’elle recèle, cette publication représente ici un document de toute première importance.

23La confrontation de l’ensemble de ces documents permet clairement d’affirmer que le travail de R. de Brébisson qui s’appuie en grande partie sur les informations rassemblées par Villers, Salvetat, Pattu et Drouet, constitue, à l’exception du travail de Michel-J. Morlent, la base de la documentation de l’ensemble des publications postérieures à la fermeture de l’entreprise. À partir de 1951, celles-ci s’enrichiront de la description des créations artistiques rassemblées par les amateurs.

  • 30 Anonyme 1957.
  • 31 J. Pougheol 1958.
  • 32 J. Le Jeune 1962.
  • 33 J. Le Jeune 1962, p. 66 (lettre de P.-J. Langlois à son dépositaire à Paris) ; p. 67 : (lettre publ (...)

24Dans l’état actuel de nos connaissances, le catalogue de l’exposition organisée à Bayeux du 13 juillet au 30 septembre 195730, est à la suite de l’article de J. Abraham, la première publication de ce type, complétée dès l’année suivante, par un court article destiné à présenter une collection privée de Basse-Normandie31. Dans ce même cadre, est édité l’ouvrage qui vulgarise réellement au cours des années 60 l’histoire des manufactures de porcelaine de Basse-Normandie et de leurs productions32. Les informations jusqu’alors disponibles sur Bayeux sont fidèlement retranscrites et les auteurs mentionnés, mais sans référence bibliographique. L’auteur a néanmoins enrichi son propos de quelques éléments originaux tirés de documents jusqu’alors inédits, mais dont l’origine n’est malheureusement pas précisée33.

  • 34 M. Vasseur 1985.

25Le regard analytique que nous venons de porter sur la bibliographie nous incite dans la suite de ce travail à limiter nos renvois à la source originale à laquelle nous avons puisé nos propres informations. C’est la raison pour laquelle nous excluons volontairement de cette présentation (en dehors des références à sa riche iconographie) le plus récent ouvrage consacré aux productions bas-normandes34 qui, à l’image d’une myriade de publications d’origines diverses, utilisent avec plus ou moins de rigueur et sans les citer, les sources que nous venons de présenter.

Les sources manuscrites

  • 35 E. Michel 1910 ; E. Michel 1911, p. 171-173 ; C. Vaudour 1984 ; M. Dubus, B. Pannequin 1999, p. 128 (...)
  • 36 Arch. Man. nat. Sèvres, U09 liasse 1 ; U16 liasse 1, division 1, division 2 ; U16 liasse 2, divisio (...)
  • 37 Coll. Mus. nat. cér. Sèvres inv. n° 684, n° 1016, n° 1298, n° 1639, n° 2671, n° 3370, n° 4888.
  • 38 Coll. Mus. A. Dubouché Limoges inv. n° 3394-3419.
  • 39 Arch. dép. Calvados, M 2969, M 8633 à 8642, Z 246 et Z 909.
  • 40 Arch. dép. Calvados, M 8873.
  • 41 Arch. dép. Calvados, M 8876.
  • 42 Arch. dép. Calvados, respectivement : 8E 12441, 12568, 12619 et 12685.

26Il est important de noter que les sources archivistiques, notamment les données issues des enquêtes administratives, ont déjà eu l’occasion de faire l’objet de quelques publications35, mais pour l’essentiel, elles restent inédites. Le premier fonds est formé par les documents relatifs aux expositions nationales des produits de l’industrie française conservés aux archives de la manufacture nationale de Sèvres36. Ces derniers sont complétés des registres d’inventaire concernant les lots d’objets ayant figuré au sein des manifestations nationales et internationales de 1819 à 1867 et conservés au Musée national de la céramique de Sèvres37 ainsi qu’au musée national Adrien Dubouché à Limoges38. Le second ensemble est formé par les statistiques industrielles dressées à l’échelon préfectoral de 1806 à 1883. Celles-ci sont conservées aux archives départementales du Calvados39. En complément, nous trouvons la correspondance de la préfecture au sujet des expositions des produits de l’industrie de 1844 et de 184940 et un dossier consacré à l’exposition universelle de 186741. Le troisième ensemble conservé dans la même institution est formé des archives notariales dans lesquelles apparaît l’entreprise au travers notamment de l’acte d’acquisition des bâtiments en juin 1812, l’inventaire après-décès de J.-M. Le Cavelier daté de janvier 1848, l’inventaire après-décès de Marie Elizabeth Gosse daté du 1er octobre 1860, et enfin l’inventaire dressé après adjudication à Jules Morlent en 187842.

27Compte tenu de l’état lacunaire de la documentation concernant l’origine géographique et sociale du personnel de la manufacture, nous avons eu recours à une source d’une richesse jusqu’alors encore inexploitée : les registres d’actes d’état civil de Bayeux. L’accès à ces données nous a été permis par l’intermédiaire d’un ambitieux travail d’inventaire du patrimoine funéraire engagé depuis quelques années par la Société des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Bayeux. Nous ne saurions ici omettre de remercier Mme Anick Verney qui, dans ce cadre, a entrepris le dépouillement systématique des actes d’état civil de Bayeux et s’est efforcée de recueillir pour nous les informations relatives au personnel de la manufacture qu’elle a pu y rencontrer.

28Parmi les éléments épars mais complémentaires, sont conservés au sein des collections ou de la documentation du Musée Baron Gérard, un certain nombre d’éléments émanant soit de la municipalité de Bayeux, soit de fonds privés qui, quoique fort peu nombreux, apportent dans le cadre qui nous occupe un éclairage utile.

Présentation synthétique des données recueillies

29Nous avons choisi, pour plus de clarté de présenter l’analyse synthétique des sources consultées en trois volets complémentaires. Le premier tente de définir le niveau industriel de l’entreprise et son évolution de 1812 à 1878. Le second qui en est le complément naturel, propose d’aborder l’origine du personnel et la nature de l’emploi au sein de la manufacture. Enfin, le dernier dresse le bilan des informations que les sources apportent vis-à-vis de la production tant du point de vue de la typologie des pièces que des décors.

Aperçu du développement économique de l’entreprise

  • 43 A.-M. Flambart Héricher 2002, p. 318-326.

30L’état encore lacunaire de notre documentation ne nous permet pas ici d’étudier en détail les répercussions précises sur la manufacture de Bayeux, des périodes de crise que rencontre l’industrie nationale au cours du XIXe siècle, aspect qui a par ailleurs récemment fait l’objet d’une synthèse à l’échelle régionale43. Les sources archivistiques actuellement dépouillées permettent néanmoins de cerner son niveau industriel et de dresser l’évolution générale de sa situation tant au niveau de son équipement qu’à celui de l’emploi, depuis sa création en 1812, jusqu’à sa reprise par la famille Morlent en 1878.

31Direction de Pierre-Joachim Langlois (1812-1830)

  • 44 Arch. dép. Calvados, 8E 12441 et H Bayeux N118 liasse 12.
  • 45 J. Le Jeune 1962, p. 11-46 ; P. Leberruyer 1993.
  • 46 Arch. dép. Calvados, M 8634.
  • 47 Voir l’explication rédigée à ce sujet par P.-J. Langlois en août 1809 dans C. Vaudour 1984, p. 194 (...)

32L’acte d’acquisition en date du 9 juin 181244, de l’ancien couvent des bénédictines de Bayeux par Jeanne-Marie Le Cavelier, épouse de Pierre-Joachim Langlois dernier directeur de la manufacture de porcelaine de Valognes, société dissoute le 3 juin précédent45, est l’acte de fondation de la manufacture de Bayeux, mais celui-ci ne révèle rien sur la structure de l’entreprise. Il faut attendre seulement quelques mois pour bénéficier du premier état de sa situation au travers d’un document daté du 30 octobre 181246. La manufacture de Bayeux possède alors « un tour mécanique de l’invention du propriétaire qui fait le travail de quatre tours ordinaires »47, « 3 tours », « 1 moulin pour les pâtes et couvertes », « 1 four [grand feu] » et « 3 [fours] à moufle ». La production trimestrielle est évaluée à 15 000 pièces et semble stable jusqu’à la chute de l’Empire puisque les mêmes sources la situent entre 10 000 et 15 000 pièces, mais au milieu de l’année 1815, elle chute à 6 000 objets. Nous pouvons ainsi proposer pour les premières années de direction de P.-J. Langlois, une évaluation de la capacité de production annuelle située entre 40 000 et 60 000 objets.

  • 48 G. Villers 1857, p. 258.
  • 49 Arch. dép. Calvados, M 8633.
  • 50 Arch. dép. Calvados, M 8635.
  • 51 L. Costaz 1819 ; G. Villers 1857, p. 260.
  • 52 Arch. dép. Calvados, Z 909 ; E. Michel 1911, p. 171.

33L’effectif ouvrier s’élève en 1812 à 20 personnes, contrairement aux informations jusqu’alors reproduites faisant état de 40 employés48. Dès 1813, on assiste à l’embauche de deux ouvriers supplémentaires « ce qui augmente proportionnellement la production49 ». Il paraît clair que nous sommes alors en présence d’une petite entreprise où l’embauche de deux ouvriers (soit une augmentation de 10 % de l’effectif) a de réelles conséquences sur le volume de la production. Un second tour mécanique entre par ailleurs en fonction dès 181550. En 1819, ce seraient « principalement M. Langlois, son épouse et ses deux filles qui peignent et dorent les porcelaines »51. Nous utilisons le conditionnel, car nous n’avons que très peu d’informations sur la structure réelle de l’entreprise entre 1815 et 1830. Les mêmes sources nous apprennent ainsi que la manufacture aurait employé environ 80 personnes en 1819, alors qu’on n’y compte que 30 employés en 182452.

  • 53 C. Vaudour 1984, p. 194.

34Nous n’avons aucun élément confirmant la poursuite à Bayeux de l’élaboration à partir du kaolin des Pieux, des deux types de pâtes distinctes que P.-J. Langlois utilise en 1809 à Valognes53 : « l’une que j’appelle dure destinée aux assiettes, plats, pots et tous vases destinés à faire bouillir les liquides et l’autre tendre, c’est la blanche ». On apprend ainsi que « les pâtes blanches dites tendres » sont moins réfractaires et demandent plus de préparation que la pâte dure dont la matière « est tellement abondante et facile ». Il n’y est pas fait allusion dans l’état de la situation de l’entreprise d’octobre 1812, ni dans aucun document postérieur. Toutes les sources confirment à l’opposé que c’est sur les qualités de la pâte dite dure que repose la fortune durable de la manufacture.

35Direction de Jeanne-Marie Le Cavelier (1830-1847) et de ses filles (1848-1849)

  • 54 Arch. dép. Calvados, Z 246, M 8833, M 8834, M 8873.
  • 55 A. Salvetat 1858, p. 6.

36Tout un chacun s’accorde à considérer que le décès de P.-J. Langlois à l’âge de 71 ans en 1830, n’a pas eu de conséquence directe sur la santé économique de l’entreprise. Les informations à notre disposition concernant la période au cours de laquelle sa veuve, J.-M. Le Cavelier entourée de ses enfants, assume la direction de la manufacture, démontrent que l’entreprise s’est considérablement développée depuis 181254. Entre 1840 et 1844, plusieurs documents confirment qu’elle est désormais dotée de 24 tours mécaniques, l’effectif ouvrier passant progressivement au cours de cette période de 50 à 70 personnes (parmi lesquelles deux femmes et huit enfants de moins de seize ans). Le salaire journalier est de 1,50 à 3,50 f pour les hommes, de 1,10 f pour les femmes et de 0,75 à 1 f pour les enfants de moins de 16 ans. La quantité de matière brute mise en œuvre est de 150 000 kg de terre dont la valeur est comprise entre 18 000 et 20 000 f. Le nombre d’objets produits varie quant à lui de 97 500 pièces en porcelaine plus 30 000 briques, à 133 644 porcelaines, pour un chiffre d’affaires annuel estimé approximativement entre 90 000 et 93 000 f. La cuisson du dégourdi et du grand feu se déroule en 36 fournées annuelles réparties désormais dans deux fours à deux étages dont un de 3,30 m de diamètre55, mais on ne dénombre toujours que trois fourneaux à moufle.

  • 56 A. Brongniart 1844.
  • 57 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

37La manufacture de Bayeux ne semble pas mettre en œuvre, à cette période, la production par coulage, ce qui offre au rapporteur de l’exposition des produits de l’industrie nationale de 1844, l’occasion de formuler une critique amicale au chef d’entreprise dans l’éloge général qu’il fait de sa gestion56. Dans l’inventaire du magasin et du mobilier de la manufacture dressé en janvier 1848 quelques semaines après le décès de Jeanne-Marie Le Cavalier57, sont recensés « 1500 gazettes, 11 chapotins de fer, 1 presse à pâte, 3 moulins, 1 mortier en fonte brisé ». Il n’est fait, à l’opposé, aucune allusion à du matériel de coulage, les 762 moules figurant à l’inventaire étant destinés aux postes de travail formés par les « 3 tables [et] 2 tablettes de moulage ». Seuls 12 tours sont alors recensés.

  • 58 G. Villers 1857, p. 264.
  • 59 A. Salvetat 1858 p. 2.
  • 60 R. de Plinval de Guillebon 1995, p. 350
  • 61 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

38Les mémoires de G. Villers et d’A. Salvetat rédigés respectivement en 1854 et 1857 offrent un panorama marqué par la paralysie de la production suite au décès de J.-M. Le Cavelier et au partage de sa succession. Entre décembre 1847 et septembre 1849, le nombre d’ouvriers se serait ainsi effondré à 35 personnes58 et le chiffre d’affaires annuel à un peu plus de 30 000 f59. François Gosse, marchand de porcelaine à Paris, 6, rue J.J. Rousseau60 est le seul enchérisseur à la vente à la bougie de l’entreprise qui se déroule le 10 octobre 1849. Il acquiert l’affaire pour 44 010 f plus deux rentes de charges. On décompte alors dans les magasins 54 000 pièces dont près d’un tiers en cours de fabrication (biscuits)61.

39Direction de François Gosse (1849-1870) de son fils puis de sa belle-fille (1870-1878)

  • 62 J. Morière 1851.
  • 63 G. Villers 1857, p. 264.
  • 64 A. Salvetat 1858, p. 5.
  • 65 A. Salvetat 1858, p. 3 ; G. Villers 1857, p. 264.
  • 66 R. de Brébisson 1896, p. 114 ; E. Michel 1911, p. 175.
  • 67 Blanchetière 1877, p. 306.
  • 68 A. Salvetat 1858, p. 4 ; M.-J. Morlent 1996, p. 61.

40La décharge de la gestion de l’entreprise par les enfants Langlois ne semble intervenir qu’en janvier 1851, mais la réorganisation du processus industriel est déjà engagée. Dès 1850, est ainsi signalée une amélioration apportée au procédé de remplissage des gazettes par superposition des objets (assiettes, plats, capsules) permettant en cela d’en diminuer le prix de revient62. Cet objectif est le véritable moteur de la modernisation de l’entreprise par F. Gosse : « produire dans de bonnes conditions mais produire beaucoup afin de diminuer les prix, tel a été le problème qu’il s’est efforcé de résoudre. »63. Dès 1854, les prix de vente ont déjà baissé de 30 à 50 % par rapport à ceux pratiqués en 184864. Gosse est alors propriétaire de l’exploitation des carrières de kaolin des Pieux, matière première qui transite par voie maritime de Diélette jusqu’à Port-en-Bessin65. Son transport par voie ferrée aurait été mis en place à partir de 185866, alors qu’il paraît l’être à nouveau par voie maritime en 187667. De la craie légèrement ferrugineuse extraite aux environs de Caen est le seul apport extérieur pour confectionner la pâte mise en œuvre à Bayeux. L’émail quant à lui provient de Limoges68.

  • 69 Arch. dép. Calvados, M 8873.
  • 70 A. Salvetat 1858, p. 8.

41Nous avons vu que la veuve Langlois utilisait ces fours pour la production de briques. Nous savons également que ses filles ont présenté à l’exposition de 1849 un ensemble d’objets de poterie69. François Gosse quant à lui utilise la chaleur perdue du dégourdi pour la cuisson de tuyaux de drainage70.

  • 71 G. Villers 1857, p. 265.
  • 72 A. Salvetat 1858, p. 5-7.
  • 73 R. de Brébisson 1897, p. 114-115.
  • 74 Blanchetière 1877, p. 309.
  • 75 Arch. dép. Calvados, 8E 12685.

42En 1855, l’entreprise compte 20 tours et les deux fours Langlois sont encore en activité71. Pour leur alimentation en combustible (d’origine végétale composé pour moitié de hêtre), Gosse acquiert des coupes sur pied. Dès 1857, un troisième four à alandier souterrain dont il dépose le brevet est déjà en fonctionnement. Il permet de ramener la cuisson au bois de 32 à 28 heures mais surtout de remplacer ce combustible par la houille et ainsi de réduire le coût de la matière première. Par fournée, l’économie est considérable puisque l’on passe suivant les valeurs estimées expérimentalement de 390 à 226,50 f72. En 1859, la houille écossaise aurait définitivement remplacé le bois, trois fours de procédé Gosse étant alors en activité. En 1863 de nouveaux ateliers pour les moulages, les séchoirs, l’émaillage et la peinture auraient été construits en même temps qu’un quatrième four à alandier central73. En tout état de cause, la houille anglaise est le seul combustible mis en œuvre en 187074, la répartition des différents ateliers au sein du bâtiment étant connue par un plan daté du 6 août 1878, annexé au cahier des charges de la vente de la manufacture75.

  • 76 A. Salvetat 1858, p. 2.
  • 77 G. Villers 1857, p. 265.
  • 78 A. Salvetat 1858, p. 2.
  • 79 A. Michel 1908.

43La bonne santé de l’entreprise dont le chiffre d’affaires se serait élevé en 1857 à un peu plus de 200 000 f76 est également perceptible au travers du nombre d’ouvriers employés. Celui-ci est variable en fonction des sources, mais tous les indicateurs démontrent qu’on atteint sous la direction de la famille Gosse un niveau maximum : 130 en 185577, plus de 120 en 185778, année où les ouvriers de la manufacture font bénir leur bannière à l’église Saint-Patrice de Bayeux. Cette bannière qui sera portée aux processions de la fête-Dieu et du 15 août jusqu’en 1870 paraîtra toujours à l’occasion des inhumations des ouvriers de l’établissement au début du XXe siècle79.

  • 80 Arch. dép. Calvados, M 2969.
  • 81 A.-M. Flambard Héricher 2002, p. 319-323.
  • 82 Arch. dép. Calvados, M 8637 et M 8638.
  • 83 E. Michel 1910, tableau n° 7 p. 30.

44Les rapports officiels, notamment ceux qui émanent des sept tournées des commissaires de police effectuées entre septembre 1857 et décembre 186580, confirment d’une manière générale la stabilité de l’emploi et des salaires malgré des difficultés d’écoulement de la production particulièrement perceptibles en 1862 et 186481. Les statistiques industrielles dressées à l’échelon préfectoral font état d’un effectif stabilisé à 97 personnes, l’état de l’entreprise étant considéré comme « satisfaisant » en août 1868, et « prospère » en janvier 186982. Le recensement de 1866 signale quant à lui la présence au sein de la fabrique de « 1 directeur, 117 ouvriers, 2 employés et 3 domestiques » et qu’elle contribue à faire vivre 108 familles83.

  • 84 Arch. dép. Calvados, M 8639.

45François Gosse se retire de l’entreprise le 8 mars 1870 et transmet la direction à son fils Paul qui maintient l’activité à un haut niveau puisqu’on décompte sous sa direction jusqu’à 130 ouvriers84. Ce chiffre est également cité à l’occasion du compte-rendu de la visite effectuée le 14 juillet 1876 par l’Association normande. L’entreprise est alors dirigée par Marie-Louise Couillard, veuve de Paul Gosse et le sera jusqu’en 1878, date de sa session à Jules Morlent.

  • 85 Blanchetière 1877, p. 306-307.
  • 86 R. de Brébisson 1896, p. 116 ; M.-J. Morlent 1994, p. 65-66 ; E. Michel 1910, tab. n° 7 p. 30.
  • 87 M.-J. Morlent M.-J. 1994, p. 74.
  • 88 R. de Brébisson 1896, p. 117.

46Le coulage n’est pas encore mis en œuvre en 1876, si l’on suit les explications techniques fournies par le rapporteur de la visite85, le savoir-faire des tourneurs et des mouleurs restant capital. De la même manière, nous n’en trouvons pas la trace dans la liste des améliorations apportées à la fabrication par Jules Morlent de 1878 à 1896, avec notamment en 1884 l’introduction de la force motrice produite par une machine à vapeur de 20 CV. Celle-ci permet de multiplier les postes de travail automatisés et mène parallèlement à la réduction du nombre d’employés qui n’est plus que de 76 en 189186. Le coulage quant à lui ne sera introduit qu’en 189887. Trois des fours de F. Gosse sont encore utilisés et le sont jusqu’en 1949, le quatrième défectueux ayant été supprimé en 188088.

47L’analyse des sources historiques nous permet de brosser une première évocation de l’évolution de la fabrique. Celle-ci se présente au moment de sa fondation, comme une entreprise à caractère familial n’employant qu’une vingtaine d’ouvriers. Tous les indicateurs illustrent à partir de cette période, une croissance progressive, tant au niveau du recrutement du personnel et du matériel parallèlement mis en oeuvre (nombre de tours et de fours), qu’à celui du volume de la production et du chiffre d’affaires. L’apport le plus important livré par cette analyse est de démontrer sa forte expansion au cours des dix-huit années durant lesquelles J.-M. Le Cavelier assume personnellement la direction. Par ailleurs, avant les années 1880, la fabrique ne semble pas s’être totalement dégagée du caractère artisanal acquis au moment de sa fondation. C’est avant tout l’amélioration de l’organisation du travail et une meilleure gestion des coûts de production qui favorisent son développement sous la direction de François Gosse. Entre 1857 et 1859, l’adoption de la cuisson à la houille, est en effet la transformation la plus marquante apportée sous sa direction à la marche de l’entreprise. Il faut ainsi attendre l’introduction de la force motrice par Jules Morlent, pour que la manufacture entre réellement dans le cadre industriel.

Le personnel de la manufacture

  • 89 J. Le Jeune 1962, p. 32.
  • 90 G. Villers 1857, p. 258.
  • 91 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1976.

48Le dépouillement des registres de l’état civil de Bayeux a permis de recueillir d’intéressants éléments relatifs à l’origine du personnel et sa situation dans l’entreprise. Le premier résultat est lié à la découverte de la présence à Bayeux d’ouvriers originaires de Valognes (Manche). Il s’agit de Félix et Robert Lepetit, tourneurs à la manufacture décédés avant 1837, et précédemment signalés comme faisant partie des employés de la fabrique de Valognes89. Leurs enfants nés à Valognes entre 1798 et 1809, n’intègrent pas l’entreprise puisque les deux frères ont chacun un fils, l’un embrassant la carrière de marchand-bottier, l’autre de menuisier et deux filles toutes les deux blanchisseuses. Ces éléments confirment en partie l’information de Georges Villers qui signale que « la majorité » des employés de la manufacture de Valognes a suivi P.-J. Langlois à Bayeux90. Peut-être pouvons-nous voir dans Honoré Yvory (Valognes 1805 - Bayeux 1879), sculpteur-modeleur à la manufacture en 183991, le fils d’un autre de ces employés fidèles.

  • 92 Anonyme 1877.

49La moisson la plus fructueuse concerne pour l’instant la période comprise entre 1844 et 1861, pour laquelle les noms de trente-huit employés ont été recensés. Les professions apparaissant dans les actes d’état civil se répartissent ainsi : un « mouleur » ; huit « tourneurs en porcelaine » ; vingt « porcelainiers » ; huit « ouvriers porcelainiers » et un « décorateur sur porcelaine ». Il semble qu’il ne faille différencier le métier de porcelainier de celui d’ouvrier porcelainier, la distinction étant avant tout d’ordre chronologique. La première dénomination disparaît en effet au profit de la seconde à partir de 1858. Le porcelainier ou l’ouvrier en porcelaine dénommé plus tard « journalier »92 est un personnel peu qualifié. La carrière de plusieurs employés confirme ce point de vue. Michel Théophile Chasles (né en 1800) « porcelainier » en 1853, est d’abord « boulanger » (1833). Dubut [Dubus] père (né en 1802), « journalier » en 1876, est un ancien ouvrier de filature qui n’entre à la manufacture qu’en 1852. Maurice Joseph Guyot (né à Bayeux en 1816), « ouvrier en porcelaine » en 1863, est quant à lui un ancien soldat en attente de la liquidation de sa pension de retraite.

50La distinction entre tourneur en porcelaine et porcelainier est à l’opposé très nettement marquée. Elle est notamment perceptible au travers de l’acte de mariage de Louis Nicolas Bosquain (1857). Y apparaissent comme témoins : Eugène Tillard « porcelainier », aux côtés de Victor Ulisse Letrone et Ferdinand Armand François Danjou tous les deux « tourneurs en porcelaine ». Le métier de tourneur est le fruit d’un long apprentissage. Les plus jeunes tourneurs recensés sont en effet âgés d’au moins 26 ans. Lors de son mariage, Louis Nicolas Bosquain jeune homme de 24 ans, est « porcelainier », il s’agit pourtant d’un futur « tourneur en porcelaine ». C’est ainsi qu’il apparaît à la naissance de son fils en 1883.

51Chez les hommes, les emplois les moins qualifiés apparaissent donc en nombre (73 % des occurrences) ; viennent ensuite les tourneurs (20 %), les professions de mouleur et de décorateur restant fort rares au même titre que les professions féminines. Pour ce domaine, les seuls exemples rencontrés remontent à 1835 et concernent deux sœurs originaires de Bayeux « brunisseuses en porcelaine » : Marie Louise et Justine Anne Victoire Jouet. Naturellement, les emplois qui sont réservés aux enfants échappent totalement à ce recensement.

  • 93 Anonyme 1877.

52Plusieurs cas démontrent l’existence d’une relative stabilité de l’emploi au sein de l’entreprise. Rappelons ici les exemples, il est vrai exceptionnels, de Jules Navet, journalier embauché en 1834 à l’âge de dix ans, de Michel Etienne, journalier entré à l’âge de 30 ans en 1842, de François Vauquelin, modeleur entré à 15 ans en 1843, ou de Dubut [Dubus] père, journalier entré en 1852, employés qui font encore partie du personnel en 1876, après respectivement 42, 34, 33 et 24 ans de travail ininterrompu au sein de l’entreprise93.

53De nombreux exemples témoignent enfin de l’endogamie du recrutement. L’emploi de plusieurs membres d’une même famille est en effet une pratique commune notamment parmi les Bosquain, les Danjou, les Dubus, les Héron, ou les Vauquelin. La famille Diffe représentée dès 1846 au sein du personnel par l’entremise de Désiré, porcelainier, l’est toujours un siècle plus tard au travers de la présence de Joseph, chef de l’atelier de décoration au moment où l’entreprise ferme définitivement ses portes en 1951. La famille Guyot offre également un exemple remarquable en raison des détails de filiation qui nous sont parvenus. André Pierre Guyot premier du nom (Bayeux 1785 – Bayeux 1852), est signalé en tant que porcelainier dès 1844 ; à ses côtés, on trouve en 1848 son neveu Alexandre Guyot (fils de maréchal-ferrant né à Bayeux en 1822). Deux fils d’André Pierre intègrent également la fabrique : Marie Joseph (né à Bayeux en 1816) signalé comme ouvrier en porcelaine en 1863 et Claude François Armand son cadet (né à Bayeux en 1829) signalé en tant que mouleur dès 1850. À cette date, ce dernier épouse Françoise Delphine Carville dentellière, sœur de Félix Eugène Carville (né en 1820) lui-même ouvrier porcelainier en 1858. Les mêmes remarques peuvent être effectuées pour le personnel d’encadrement. À Saint-Loup-Hors, commune limitrophe de Bayeux, réside Adolphe Pesnel qui, entré en 1848 à l’âge de 15 ans, occupe en 1876 les fonctions de contremaître, ayant en cela succédé à son beau-père Jean-Denis Violette.

54La manufacture, qui bénéficie tout d’abord du savoir-faire d’un personnel formé au sein de la manufacture de Valognes, recrute au début des années 1840 un personnel essentiellement d’origine locale. Confirmant les données précédentes et ce, malgré les difficultés éprouvées entre janvier 1848 et septembre 1849 puis en 1862 et 1864, la solidité de l’entreprise se signale par une relative stabilité de l’emploi tout au long du XIXe siècle, parallèlement marquée par l’émergence de véritables dynasties d’artisans.

Caractérisation de la production

55Afin de compléter notre analyse, nous allons, à partir des sources dépouillées, tenter de cerner les caractères de la production à chaque étape de l’histoire de la fabrique, tant au niveau de la typologie des ustensiles de chimie, que de celle des pièces de ménage et de leurs décors.

56Direction de Pierre-Joachim Langlois (1812-1830)

  • 94 Arch. dép. Calvados, M 8634.

57Durant l’époque impériale, les documents permettant d’éclairer de manière significative la production émanent essentiellement des statistiques industrielles dressées à l’échelon préfectoral94. Ainsi aux rubriques « Dénomination des diverses espèces de porcelaine » et « Nombre de pièces de chaque espèce » figurant sur le bordereau de l’état de la situation de l’entreprise au 30 octobre 1812, sont recensées deux catégories de pièces. La première, composée de « porcelaines blanches », est évaluée à 14 400 objets, la seconde constituée de « porcelaines dorées » est évaluée à 600 pièces soit 4 % seulement de la production.

  • 95 S. Jumelin 1792 ; C. Vaudour 1984, p. 194.
  • 96 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 639 ; M. Dubus, B. Pannequin 1999, p. 133-134.

58Par ailleurs, sous la rubrique « Observations », est clairement indiqué le lien avec la manufacture de Valognes : « La fabrique de Bayeux est la même que celle qui existait à Valognes et qui fut mentionnée honorablement aux dernières expositions à Paris. Elle est surtout recommandée par la réfractibilité qui fait rechercher ses produits dans les laboratoires de chimie et chez les pharmaciens ». Sans nul doute, la part considérable prise par la production de porcelaine blanche (96 %) est à mettre en rapport avec ces caractères particuliers déjà valorisés à Valognes95. Ces derniers sont clairement affichés au travers des 20 objets correspondant à l’envoi effectué en 1809 dans le cadre de l’enquête des préfets et parmi lesquels figurent aux côtés des pièces de ménage blanches, deux pots à pharmacie, mais aussi deux creusets et deux capsules pour la chimie96. La part respective de la porcelaine courante, dite « de ménage », et des ustensiles destinés à l’équipement des laboratoires, nous est malheureusement encore inconnue. Cette dernière catégorie constitue néanmoins l’un des axes essentiels du développement de l’entreprise comme on le verra plus loin.

  • 97 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2620.
  • 98 A. Salvetat 1858, p. 3.
  • 99 A. Michel 1913, p. 29.

59En 1813, la manufacture fournit à la Ville de Bayeux un service de table dont la facture (datée du 4 décembre, cf. ill. 1) s’élève à la somme de 735 f97. Sur les deux cent cinquante pièces composant cet ensemble, dont aucune n’est parvenue jusqu’à nous, nous en décomptons soixante-huit décorées au « filet et chiffre or » (quatre douzaine d’assiettes à dessert, seize compotiers et quatre corbeilles). Ce document permet par ailleurs de constater que les prix de vente sont tout à fait comparables à ceux encore pratiqués en 184898 : 12 f la douzaine d’assiettes creuses ou à couteau ; 2,50 f le plat rond de 12 pouces (27 cm) ; 14 f la soupière ovale. Ce service a été acquis par la municipalité probablement dans le cadre des festivités organisées à l’occasion du passage à Bayeux de l’impératrice Marie-Louise. À cette occasion, les enfants Langlois remettent à Sa Majesté « une paire de vases dits Jasmins Médicis fabriqués à son intention pendant son séjour à Cherbourg », mais il n’est fait aucune mention d’un éventuel décor99.

  • 100 G. Villers 1875, p. 258-260 ; R. de Brébisson 1897, p. 97-104.
  • 101 U. Guilbert [1819] ; Anonyme [1819a] ; Anonyme [1819b].
  • 102 L. Costaz 1819, p. 303.
  • 103 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 684.2.
  • 104 L. Costaz 1819, p. 303.
  • 105 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 684.1.

60Sous la Restauration, les documents à notre disposition sont pour l’essentiel liés aux rapports effectués à l’occasion des expositions régionales ou nationales100. En 1819, les expositions de Caen101 et de Paris102 insistent en premier lieu sur les qualités intrinsèques de la porcelaine de la manufacture de Bayeux « qui fournit principalement de la porcelaine blanche qui passe sans se casser et sans tressaillir, du froid au chaud » et « se distingue principalement par sa solidité et par sa résistance au feu ». À Caen, les creusets destinés aux fondeurs sont particulièrement remarqués ainsi que la qualité de la porcelaine à décor polychrome dont « la beauté des couleurs employées à sa décoration » retient particulièrement l’attention du rapporteur de l’exposition. Parmi les objets présentés à Paris, nous trouvons un plat rond blanc de 27 cm103 aux côtés de trois pièces au décor bleu grand feu, considérées comme une parfaite imitation de la porcelaine « bleue et blanche dite de Tournai »104. Un légumier d’une valeur de 7 f, orné de simples filets rectilignes et de fins rinceaux réalisés au pointillé, fait partie de cette série105.

  • 106 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 684.3, dépôt au Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1601.
  • 107 P. Drouet 1885.
  • 108 J. Pattu 1824.

61L’un des caractères marquants de la production de P.-J. Langlois est alors sans conteste l’innovation. En 1819, il présente pour la première fois au public un « riat » ou réa de poulie de navire106. L’année suivante, il réalise ses premières « caustographies »107 alors qu’en 1823, des plaques en porcelaine destinées à indiquer le nom des rues et le numéro des maisons ont déjà été fournies aux villes de Bayeux, Caen et le Havre108.

  • 109 Arch. man. nat. Sèvres, U 16 L1 d2 ; Héricart de Thury, Migneron 1824, p. 405 ; Arch. man. nat. Sèv (...)
  • 110 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 1016 et n° 1298, dont certains exemplaires déposés au Musée Ba (...)
  • 111 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 1016.6.

62Présentée aux expositions de 1822 et 1823, la production est mieux documentée grâce à celles de 1827, 1828 et 1830109. P.-J. Langlois y reçoit en effet des félicitations pour la parfaite résistance au feu de ses porcelaines de ménage (plats, casseroles, bouilloires), mais également pour la diversité de ses productions (rouets de poulie, capsules, creusets, barils à acide de 50 l, timbres et instruments sonores, noix de filature, plaques pour l’inscription des rues et la numérotation des maisons). Une partie des objets présentés en 1827 et 1830 est de nos jours toujours conservée110. Notons que les articles de ménage y figurent en bonne place aux côtés des ustensiles de chimie, et qu’on n’y rencontre qu’une seule pièce décorée. Il s’agit d’une assiette à dessert à large filet or de 21 cm de diamètre d’une valeur d’1,50 f111.

  • 112 J. Le Jeune 1962, p. 66 et 67.

63Jean Le Jeune a par ailleurs publié deux documents originaux dont malheureusement l’origine ne nous est pas connue112. Le premier est une lettre publicitaire non datée, destinée à la clientèle. Il y est annoncé que la fabrique « propose des vases et des tasses de diverses formes aux décors variés », et « qu’on y trouve également du bleu imitation Tournay ». Le second est une nomenclature adressée vers 1824 par P.-J. Langlois à son dépositaire à Paris. Ce catalogue synthétique se décline en 61 articles, dont 41 de ménage et 8 destinés à l’équipement des laboratoires et pharmacies. Les tasses y figurent dans trois versions (à limonade, carrées et à thé de forme anglaise) et les vases d’ornement en six versions (bouquetiers cornets, pots à fleurs, vases étrusques, Médicis, à tête de bélier ou à palmettes). Un seul décor y est mentionné, il s’agit du « décor chinois et à gland » des pots à pharmacie. Il convient de souligner ici que les sources sont muettes quant aux marques permettant d’identifier la production de P.-J. Langlois.

64Direction de Jeanne-Marie Le Cavelier (1830-1847) et de ses filles (1848-1849)

  • 113 Anonyme 1834a ; Anonyme 1834b, p. 29 ; Castel 1842 ; Th. Labbey 1844.
  • 114 Arch. man. nat. Sèvres, U16 liasse 2 divisions 1 et 2 ; A. Brongniart 1844, p. 447-450 ; Arch. dép. (...)
  • 115 Coll. Mus. nat. cér. Sèvres inv. n° 1639, 2671 et 3370.
  • 116 Arch. dép. Calvados, Z 246.

65La production bayeusaine sous la direction de J.-M. Le Cavelier, est présentée au cours des expositions régionales de 1834 (Caen), 1841 et 1842 (Bayeux)113, et nationales de 1834, 1839 et 1844114. Une partie des objets présentés à Paris est parvenue jusqu’à nous115. Les articles de ménage y côtoient toujours les instruments de chimie, mais la panoplie de ces derniers se diversifie. Outre des capsules et des creusets, la veuve Langlois présente dès 1839, des cornues et des tubes, articles que l’on trouve désormais inscrits aux côtés des cuvettes à mercure, entonnoirs et mortiers, sur le bordereau de la statistique industrielle de 1840116.

  • 117 M. Vasseur 1985, fig. 27 p. 58.
  • 118 Arch. dép. Calvados, Z 8873.
  • 119 Arch. Man. nat. Sèvres, U16, liasse 2, division 2.
  • 120 Arch. dép. Calvados, M 8873.
  • 121 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

66Un feuillet du catalogue descriptif de la production d’articles de chimie, non daté mais portant en en-tête « Porcelaine dure allant au feu de la Manufacture de Bayeux (Calvados) J. Le Cavelier, Vve Langlois » a déjà fait l’objet d’une publication117. On y rencontre vingt-sept articles distincts qui, en fonction des différentes dimensions proposées forment un ensemble de 211 références et un éventail de prix allant de 10 centimes à 16 f. Les capsules à elles seules se décomposent en 89 articles différents, en fonction de leur forme (on en compte sept) et de leurs dimensions. A leurs côtés, on trouve outre les cornues, tubes, creusets, entonnoirs et cuves à mercure entrevus plus haut, des mouloirs à bec, trois types de mortiers (formes marbre, élevée ou sphérique), des ventouses, des carreaux à broyer, des nacelles, des têts à gaz, des têts à rôtir, des étiquettes à tiroir et à plantes, et des pots à pharmacie blancs ou ornés de filets or et lettres noires qui est le décor ordinaire. À cette liste déjà longue, on ajoutera certains objets présentés à l’exposition de 1844 : serpentins, ballons à deux tubulures, cuves pour la galvanoplastie, cucurbites, allonges, spatules, tubes dégourdis pour diaphragme, terrines à décanter et broc pour acide118. Nous n’avons pas d’information précise sur la place alors accordée aux articles de chimie au sein de la production. Les envois aux expositions ne rendent compte de cette réalité que de manière très partiale. Nous savons en effet par une lettre adressée à Alexandre Brongniart, que la veuve Langlois place tous ses espoirs de récompense dans cette gamme d’ustensiles119. Parmi les 105 objets figurant sur le bordereau d’envoi de l’exposition de 1844, on dénombre ainsi 77 instruments de chimie, 19 articles de ménage et 5 pièces décoratives (vases et fontaine)120. L’inventaire faisant état des stocks de la manufacture, dressé après le décès de J.-M. Le Cavelier en janvier 1848, offre un panorama très différent121. Plus de 46 000 objets y sont décrits tenant compte de leur état : environ 17 300 pièces de dégourdi et près de 39 000 porcelaines émaillées. Au sein de la première série, la répartition entre ustensiles de chimie et articles de ménage est respectivement de 26 et 74 % alors que dans la seconde, elle est de 39 et 60 %. Les pièces d’ornement (bougeoirs, flambeaux, bouquetiers, jardinières, vases et pots à fleurs), représentent quant à elles un peu moins de 1 % du stock. Ces éléments semblent démontrer que sous la veuve Langlois, près du tiers de la production est déjà consacrée à la production d’articles de chimie et qu’au sein de celle-ci, les capsules y tiennent une place de premier plan (58 % des pièces de chimie inventoriées).

  • 122 Arch. dép. Calvados, Z 246.

67Si la gamme des articles de ménage rencontrés dans les magasins de la manufacture en janvier 1848 est pour l’essentiel identique à celle signalée sous P.-J. Langlois, celle-ci s’est à l’évidence formellement diversifiée. Le répertoire des tasses se décompose désormais en de multiples formes : « carrée à côtes », « à bords renversés », « Médicis », « demi cor de chasse », « génieuse », « chinoise découpée », sans compter les tasses culot « demi minces » ou « cor de chasse », les tasses « à café » et les tasses « à limonadier ». L’enrichissement du catalogue se manifeste également au travers de la présence par exemple de deux types de bougeoirs, l’un qualifié de « forme ancienne » et l’autre de « forme nouvelle » et, aux côtés des « cafetières ancienne forme » de « cafetières à long bec » ou encore de « cafetières dites Dubelloy », ces dernières étant référencées depuis 1840122. Seuls les vases démontrent un renouvellement complet du répertoire formel. Ainsi les vases « étrusques », « Médicis », « à tête de bélier » ou « à palmettes » signalés sous P.-J. Langlois, semblent avoir disparu au profit des vases à fleurs « à pied élevé » ou « à pied élevé forme chinoise ». Il en va de même des « bouquetiers cornet », remplacés par les bouquetiers « forme chinoise ». La nomenclature s’enrichit par ailleurs de quelques nouveautés : bénitiers, beurriers, bouteilles à essence ou à odeur, carafons, cloches à plat, cruchons, flacons à thé, fraisiers, jardinières, porte-allumettes, portes brosse à dents, porte-couteaux, porte-cigares, thé d’enfant ou vide-poches.

  • 123 Castel 1842, p. 38.
  • 124 Arch. dép. Calvados, M 8873 ; A. Brongniart 1844, p. 447-450 ; Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° (...)
  • 125 Arch. dép. Calvados, M 8873.
  • 126 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

68L’un des apports essentiels de la consultation des sources concerne enfin les décors. La gamme grand feu s’enrichit dès 1841 des couvertes brunes « du type d’Orchamps (Jura) »123. Plusieurs pièces à « fond brun » (pots et casseroles de diverses grandeurs), sont également présentées à l’exposition de 1844124. Dans cette même exposition figurent parallèlement deux barils à tabac à « fond bleu grand feu » et cinq pièces à « décor chinois » (deux paires de vases et une fontaine et sa cuvette). Sur le bordereau d’envoi de l’exposition de 1849 rempli par Sophie et Jenny Langlois125, est signalée la présence de vases « imitation Japon », et de vases à décor « bleu et or ». C’est en fait l’inventaire de 1848126 qui offre les détails les plus intéressants. On recense alors dans les magasins de la manufacture, non seulement 524 pièces « brunes » ou à « fond brun » (cafetières, casseroles, pots marabout, soupières et tasses), mais également 1847 objets décorés de divers motifs (4,7 % des pièces émaillés). Selon notre analyse, près des deux-tiers d’entre eux sont ornés d’un simple filet parfois accompagné d’un chiffre soit bleu, or ou vert (respectivement 10, 11 et 13 % des objets décorés) soit en bleu et or (34 % des ornements). Les articles concernés sont pour l’essentiel des pièces de service de table (assiettes, bols, cafetières, casseroles, compotiers, corbeilles à fruits, moutardiers, plats, plateaux, pots à crème et à lait, saladiers, sauciers, sucriers, tasses et soucoupes), mais on notera également la présence de casseroles, de pots à eau et leur cuvette et enfin de plats à barbe. Seule une théière présente un décor de filet « pourpre ». D’autres porcelaines « dorées » sans plus de précision (6,5 % du corpus) se rencontrent également : beurriers, bougeoirs, flacons à essence, cruchons, encriers, porte-allumettes, salières, pots et vases à fleurs. Un plateau « doré à dessin de paysage » fait partie des objets à décor élaboré. Ce dernier groupe est faiblement représenté (29 % des décors) et se décline d’après les inventaires en cinq familles. Sont tout d’abord signalées les porcelaines « à fond bleu » réalisées au grand feu (5,5 %), et destinées à recevoir un décor complémentaire au petit feu à l’image des décors « fond bleu et doré » (2 %). Nous n’avons, à l’opposé, pas de précisions sur les techniques mises en œuvre pour les porcelaines « dorées dessin chinois » (9 %), « dorées décor perse » (3 %), ou simplement ornées de décors « chinois » (4,5 %) et « petit perse » (uniquement représenté par les six pièces d’un déjeuner). Les objets qui reçoivent de manière privilégiée un décor élaboré sont les éléments de service de table : assiettes, bols, compotiers coupes, plats, pots marabouts, soupières et l’ensemble des pièces composant les services à thé ou à café. Il en va de même pour les pièces d’ornement comme les bouquetiers, les jardinières, les vases à fleurs, les vide-poches et les flambeaux.

  • 127 Legs en date de 1884 de Louis-François-Léonor Doucet au profit du musée de Bayeux, coll. Musée Baro (...)
  • 128 Bertot 1844, p. 99 ; O. Renaudeau 1997, p. 508-509.

69Une fois encore, nous ne possédons au travers des sources, aucun élément relatif aux marques distinctives apposées sur les productions. A l’opposé, nous pouvons dès à présent signaler le nom du décorateur Louis Duval, dont les amateurs régionaux se plaisent à mettre en valeur les créations dès le dernier quart du XIXe siècle127. Cet artiste est en effet mentionné en 1842 aux côtés d’Honoré Yvory (sculpteur-modeleur à la manufacture), au sein de l’équipe chargée de la réalisation, pour la cathédrale de Bayeux, de la verrière de Saint-Contest128.

70Direction François Gosse (1849-1870), de son fils puis de sa belle-fille (1870-1878)

  • 129 G. Villers 1857, p. 265.

71La cession de l’entreprise à François Gosse en septembre 1849 ne doit pas être considérée comme une rupture. L’image de la production est encore très proche en 1855, de celle que nous venons de brosser : « À l’exception de quelques imitations du Japon et de la Chine […], la manufacture de Bayeux se borne à la production des articles de chimie et des vases servant aux usages du ménage. Les premiers de ces objets (tubes, capsules, creusets) sont si appréciés dans la consommation que leur fabrication absorbe au moins le tiers de l’activité de la fabrique. […] La production servant aux usages du ménage a une si grande solidité que, dans la contrée, on se sert de ces vases pour la cuisine ; aussi leur emploi tend-il à se généraliser de plus en plus. »129

  • 130 Arch. dép. Calvados, 8E 12685.
  • 131 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.12 et 4888.13, déposés au Musée Baron Gérard de Bayeux in (...)
  • 132 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.
  • 133 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3394-3419.

72Les innovations apportées par la famille Gosse dans le domaine des articles de chimie semblent très limitées. L’inventaire des magasins, dressé en 1878 à l’occasion de l’acquisition de l’entreprise par Jules Morlent130, démontre qu’en dehors des « creusets carrés pour la photographie » et des « fumivores », référencés par ailleurs dès 1855131, l’ensemble des articles recensés sont déjà présents dans les divers documents permettant de reconstituer le catalogue de l’entreprise au moment du décès de la veuve Langlois. Trois cent huit mille objets sont inventoriés dans les magasins en 1878, soit six fois plus qu’en 1848. La répartition entre ustensiles de chimie et articles de ménage n’est guère différente de ce qu’elle était trente ans plus tôt (39 % pour les premiers et 61 % pour les seconds) et l’importance du nombre de capsules (62 % des instruments de chimie recensés) est tout à fait comparable à la situation constatée en 1848. Par ailleurs, les séries de référence conservées (expositions universelles de 1855132 et de 1867133) ne permettent pas de constater d’évolution typologique pour ce type de matériel.

  • 134 Arch. dép. Calvados, 8E 12619.
  • 135 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.7. et 4999.2.

73Dans le domaine des articles de ménage, la situation est plus contrastée au niveau de la typologie des pièces produites. L’inventaire après-décès de l’épouse de François Gosse134, permet ainsi de constater l’introduction dès 1860 de quelques nouveautés : assiettes à pied, bain de pied, boîtes à épingles, brûle-parfums, casiers à fleurs, chocolatières, ces dernières étant référencées depuis 1855135. Le répertoire semble s’être néanmoins réduit, les tasses n’apparaissant plus que sous quatre formes, tandis qu’un certain nombre d’innovations précédemment signalées ont disparu : bénitiers, bouteilles à essence ou à odeur, carafons, cloches à plat, cruchons, fraisiers, portes brosse à dents ou vide-poches. L’inventaire de 1878, pourtant plus détaillé, confirme cette impression. De nombreuses pièces de forme sont absentes du répertoire (boîtes à épingles, boîtes à thé, brûle-parfums, compotiers, corbeilles, cuvettes, jattes, pots à eau, pots à confiture, raviers ou vases de nuit), et l’on n’y rencontre quelques nouveautés (beurriers forme baril, plats à escargots, plats à oreilles, porte-coquetiers, pots à soupe et vases tulipes).

  • 136 R. Bordeaux 1855, p. 281-282.
  • 137 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.7.
  • 138 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4999.2.
  • 139 A. Michel 1908.
  • 140 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3394.
  • 141 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3401 et 3402.

74Les sources démontrent parallèlement l’évolution progressive des décors. A l’occasion de l’exposition d’Avranches en juillet 1855, François Gosse présente ses productions dans la catégorie des objets d’art. Il convient de reprendre l’appréciation du rapporteur : « Monsieur Gosse, fabricant de porcelaine à Bayeux, tient une brillante place dans l’exposition. C’est un rival des porcelainiers chinois, et dans notre temps où la potichomanie occupe les oisifs des salons, ses produits font fureur. Ses tasses, ses théières, ses soucoupes, ses grands vases couverts de fleurs et de mandarins, où l’or rehausse les couleurs en relief, se vendent au Havre pour de véritables porcelaines de Chine. L’imitation est parfaite, si parfaite, que Bayeux n’aura pas la gloire d’avoir produit ces vases charmants. Nous regrettons vraiment, et nous voudrions que cet habile fabricant, au lieu de multiplier ces pastiches trompeurs, inventât quelque décoration nouvelle. Pourquoi Bayeux, au lieu de se faire copiste et préparer des déceptions aux vrais amateurs avec de fausses chinoiseries, n’aurait-il pas un style à lui ? »136. La présence de ces décors polychromes d’influence extrême-orientale est une nouvelle fois à rapprocher des informations fournies par les documents concernant la production de la veuve Langlois au cours des années 1844-1849. Il est important de noter que l’année 1855, semble pourtant correspondre à une période charnière, puisqu’à l’occasion de l’exposition universelle de Paris, F. Gosse présente ses premiers décors exclusivement réalisés en bleu grand feu au travers d’une chocolatière ornée de fleurs conçues suivant cette technique137. Dès l’année suivante il enrichit la collection du Musée de Sèvres d’une seconde pièce du même type138. Quelques années plus tard, le passage du couple impérial à Bayeux, le 4 août 1858, lui offre l’occasion de s’illustrer une nouvelle fois au travers de « deux belles jardinières avec ornements bleus »139. À eux seuls, ces éléments démontrent combien Gosse désire désormais se faire remarquer par ses motifs monochromes. Ceux-ci semblent d’ailleurs s’imposer rapidement puisque dans l’inventaire de 1860, il s’agit du seul type de décor mentionné, à l’exception d’un unique service complet à « décor joyau ». L’un des objets présentés à l’exposition universelle de 1867140 démontre quant à lui que Gosse maîtrise parfaitement dès cette date le répertoire iconographique du décor dit « à la pomme » ou « à la fleur de pommier ». Signalons par ailleurs la présence à ses côtés, de plusieurs pièces à couverte brune141.

75L’inventaire de 1878 ne distingue malheureusement pas dans les décomptes, les porcelaines « blanches », « brunes » et « bleues ». Il est difficile d’évaluer la part respective prise par ces trois variantes dans la production de ménage. Le qualificatif de « décoré » n’est d’ailleurs utilisé qu’à titre exceptionnel (onze caisses à fleur ; un tête-à-tête et deux bouquetières).

76Les sources démontrent donc que P.-J. Langlois s’attache avant tout à valoriser les qualités particulières du kaolin des Pieux pour produire une porcelaine appréciée pour sa résistance aux hautes températures. Ce qui caractérise sa production est en premier lieu une porcelaine de ménage blanche d’usage courant complétée d’articles de chimie, l’ensemble se déclinant au sein d’une gamme assez restreinte marquée par l’innovation au cours des années 1820-1825. Les pièces décorées restent exceptionnelles (4 % de la production en 1812) et les décors mentionnés principalement constitués de filets ou de chiffres à l’or, pour certains rehaussés de motifs polychromes au petit feu. Le bleu grand feu n’est introduit semble-t-il qu’en 1819, mais dans un style très dépouillé emprunté aux productions de Tournay (le seul décor documenté dans cette technique). Si l’existence de motifs de style oriental dit « au chinois et à gland » est alors attestée, il est impossible de le caractériser techniquement (grand ou petit feu).

77Sous la direction de J.-M. Le Cavelier, une attention toute particulière est portée aux instruments de chimie qui absorbent en 1847 près du tiers de l’activité industrielle. Le catalogue s’est particulièrement enrichi au cours des dix-sept années de sa direction puisqu’il se décline désormais en 211 références. La diversification est également perceptible dans le domaine des articles de ménage, parallèlement marqué par un renouvellement partiel de la typologie. La gamme des couleurs grand feu s’enrichit du brun dès 1841, alors que l’usage du bleu se développe parallèlement pour la réalisation de fonds destinés à être enrichis de motifs polychromes au petit feu. Bien que n’intéressant qu’une très faible partie de la production, l’influence des porcelaines extrême-orientales est à partir de la même époque désormais parfaitement documentée. Celle-ci est perceptible aussi bien dans la morphologie de certaines catégories d’objets (tasses, vases et bouquetiers « de formes chinoises ») que dans l’ornementation, avec la multiplication des mentions de « décor chinois » ou de pièces « imitation Japon ». Les motifs les plus simples, à base de filets bleus, verts ou or, accompagnés ou non de chiffre, représentent néanmoins la part la plus importante des décors qui ne semblent intéresser que 4,5 % de la production.

78On ne peut qu’insister sur la cohérence existant tout d’abord entre les productions de J.-M. Le Cavelier et celles de François Gosse au cours des premières années de sa direction. Il faut attendre 1855 pour que soit perceptible une réelle évolution, mais celle-ci n’est alors sensible que dans le domaine des articles de ménage. Celui des ustensiles de chimie se caractérise en effet entre 1848 et 1878, par une réelle stabilité tant au niveau de la gamme des produits proposés au public, qu’à celui de la place qu’ils occupent au sein de la production (entre 30 et 40 % des pièces). Le catalogue des articles de ménage hérité de la veuve Langlois n’est renouvelé que partiellement à partir des années 1850 et tend à se réduire progressivement jusqu’en 1878, pendant que s’intensifient les recherches visant à valoriser les motifs décoratifs réalisés exclusivement en bleu grand feu. Cette démarche aboutit dès 1867 à la création d’une ornementation caractéristique des productions bayeusaines au travers du décor dit « à la pomme » ou « à la fleur de pommier ». La voie tracée par François Gosse est poursuivie à partir de 1870 par son fils Paul, puis par sa belle-fille M.-L. Couillard entre 1874 et 1878.

L’examen direct des pièces

79Afin de compléter les informations issues de l’analyse des sources, il convient d’examiner les données que l’on peut extraire des pièces en porcelaine les mieux documentées. L’examen systématique des objets formant la collection du Musée de Bayeux s’inscrit dans la poursuite des recherches menées dans le cadre de l’exposition de Bénouville. Celle-ci sera étudiée en deux étapes. S’agissant de la principale collection publique de référence en la matière, il convenait en premier lieu d’évaluer sa dimension historique et de documenter l’origine des pièces dont elle est constituée. Dans un second temps, nous nous concentrerons sur l’examen des pièces d’origine incontestable qui sont venues compléter le corpus des données recueillies en 1998.

La formation d’une série de référence : la collection du Musée de Bayeux

  • 142 A. Verney (dir.) 2000, p. 48-50.

80L’histoire du Musée Baron Gérard a récemment fait l’objet d’une étude générale au sein de laquelle est abordée la formation de sa collection de porcelaine de Bayeux142. Musée d’art consacré à l’histoire de la ville, elle ne représente en effet qu’un des volets de ses importantes collections, aux côtés de l’archéologie régionale, des peintures, estampes et objets d’art du XVe au XXe siècle et enfin de la dentelle, art appliqué auquel le nom de Bayeux est au cours du XIXe siècle parallèlement associé à l’art céramique.

  • 143 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1601 et C1882 à 1896 (Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° (...)

81Lorsque le Musée est officiellement créé, en 1842, la manufacture de porcelaine est une entreprise d’une trentaine d’années dirigée par l’épouse de son fondateur. Industrie en plein essor, ses productions ne possèdent pas le caractère patrimonial que nous lui connaissons aujourd’hui. Cette dimension n’est que progressivement acquise et de manière systématiquement rétrospective depuis 1872, date de l’entrée de la première pièce en porcelaine de Bayeux, jusqu’en 1951 année de la fermeture définitive de la manufacture. À cette date, en dehors de 16 pièces faisant partie des collections du Musée de Sèvres, déposées à Bayeux en 1947 et déjà mentionnées plus haut143, le musée ne possède que 3 pièces en Valognes, 9 en Bayeux, et 2 signées de Gosse à Paris. Tous ces objets, antérieurs à la reprise de l’entreprise par la famille Morlent en 1878, sont à mettre en rapport avec les activités des familles Langlois et Gosse.

  • 144 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1716 ; M. Vasseur 1985, fig. 53, p. 83.
  • 145 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1710 et C1711 ; J. Le Jeune 1962, fig. 8 ; M. Vasseur 1985 (...)

82Le premier objet en Bayeux entré dans les collections144 est un grand vase au décor bleu grand feu très élaboré, formé de motifs de fleurs et de paysages avec médaillons polylobés agrémentés de scènes animées, offert en 1872 par Auguste Le Cavelier, petit-fils de Pierre-Joachim Langlois (ill. 17). Cette pièce porte la marque « VL/Bayeux » en vert grand feu au pochoir associée à deux signatures manuscrites en grand feu : « Sophie Langlois » (l’une des tantes du donateur), apposée sur le fond et « pinxit Louis Duval » discrètement intégrée dans le décor à la base du col. A. Le Cavelier offre parallèlement au musée une paire de vases Médicis en Valognes non signés, à décor de scènes de genre ocre-brun au petit feu, dont il précise que le décor est de la main même de sa tante Agathe, fille aînée de Pierre-Joachim Langlois145.

  • 146 Registre des délibérations du Conseil municipal de Bayeux (délib. n° 72 du 11 mai 1880) ; A. Verney (...)
  • 147 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1714 ; M. Vasseur 1985 , n° 33 p. 63.
  • 148 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1881 ; A. Verney (dir.) 2000, fig. p. 50.

83C’est également grâce à la famille Langlois par l’entremise de la veuve d’Emile, le plus jeune des enfants de Pierre-Joachim né en 1819, qu’entrent en 1880 deux objets qui « se rattachent à l’origine même de cet important établissement [la manufacture de porcelaine] et sont le fruit des plus brillants essais de peinture et de dorure sur émail qui s’y produisirent au cours des années 1825 et 1828 »146. Le premier est une coupe non signée à couverte intérieure entièrement dorée et ornée à l’extérieur de bandeaux constitués de rinceaux et de motifs géométriques également réalisés à l’or147. Le second est une plaque rectangulaire reproduisant « La partie de piquet » d’après Boilly dessin en noir au petit feu signé de P.-J. Langlois et daté de 1828148.

  • 149 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2154 ; cf. J. Le Jeune 1962, fig. 9 (pièce identique).
  • 150 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1976 ; J. Le Jeune 1962, fig. 6 ; M. Vasseur 1985, fig. 18
  • 151 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1698.
  • 152 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1715 ; A. Verney (dir.) 2000, fig. p. 102.
  • 153 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1707 et C1708 ; cf. M. Vasseur 1985, fig. 72 (forme identi (...)
  • 154 R. de Plinval de Guillebon 1995, p. 350 (marque non référencée).
  • 155 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1712 et C1713.
  • 156 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2554.
  • 157 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1695 et C1709.
  • 158 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1749 ; J. Le Jeune 1962, fig. 18 ; M. Vasseur 1985, fig. 3 (...)

84Dans le legs concédé en 1884 par Louis-François-Léonor Doucet (1822-1884), amateur d’art éclairé, figurent six objets en porcelaine. On y trouve tout d’abord un médaillon en biscuit représentant Louis XVI en buste de profil, signé « Mre de Valognes » à la main, en creux149. À ses côtés est présent un autre médaillon en biscuit figurant P.-J. Langlois et attribué selon le légataire à Honoré Yvory (Valognes 1805 - Bayeux 1879)150. Doucet assigne à « Duval de Bayeux » le décor de fleurs en bleu grand feu, rouge et or d’un fourneau de pipe non signé151. Enfin, le legs est complété d’un pot à eau à décor de bandeaux en bleu grand feu à réserves de médaillons ornés de fleurs en rouge et or signé « VeL/Bayeux/G » au pochoir, en bleu grand feu152, ainsi qu’une paire de vases signés en rouge au petit feu « 6, rue J.J. Rousseau/Gosse/Paris » (ill. 18)153. Ceux-ci sont clairement attribués sur les registres d’inventaire aux activités parisiennes de François Gosse154 et non aux productions de la manufacture de Bayeux. En 1905, le baron Maurice Gérard offre au musée une assiette en porcelaine extrême-orientale du XVIIIe siècle ornée de motifs polychromes au petit feu et sa copie en Bayeux signée « V.L./Bayeux » en vert grand feu au pochoir155. Avant 1911 figurent également dans les collections trois autres objets, un médaillon en biscuit156 et deux petites verseuses à décor floral bleu grand feu signée « Gosse Bayeux »157. Enfin en 1934, Mme Raoul de Cussy remet au Musée un encrier-séchoir ayant appartenu à Monsieur Noël-Corentin Conseil maire de Bayeux de 1812 à 1830 (ill. 2), pièce à décor de filets et de bandeaux constitués de motifs géométriques réalisés à l’or et signée « Bayeux » en noir au pinceau au petit feu158.

  • 159 C. de Grollier 1922, p. 112 n° 1419 à 1420.

85En dehors des porcelaines en Valognes et des deux vases signés de Gosse à Paris, les marques figurant sur les pièces sont formées du nom de la ville en toutes lettres généralement associé à différents compléments : « V.L », « VeL/G », « G. » ou « Gosse ». Remarquons que ceux-ci constituent la base du répertoire des signatures de la manufacture de Bayeux proposé en 1922 par Charles de Grollier159.

  • 160 Anonyme 1957.

86Toutes les pièces entrées avant 1951 possèdent une valeur indéniable, soit par les marques et signatures qu’elles portent, soit au travers des données documentaires qui leur sont associées par l’entremise des informations de première main fournies par les donateurs. Pourtant, au début des années cinquante, la collection du musée formée de 25 pièces en Bayeux dont une dizaine seulement décorées, fait figure de parent pauvre face aux multiples collections constituées par les amateurs privés. Déjà enrichie d’une soixantaine de pièces et exhaustivement présentée lors de la première exposition rétrospective jamais consacrée aux productions porcelainières bas-normandes, organisée à Bayeux en 1957, elle ne constitue alors que le tiers des objets figurant au catalogue160.

  • 161 J. Pougheol 1958, p. 7.

87Les propos d’un collectionneur régional, M. Houyvet, recueillis l’année suivante, permettent de révéler le rôle capital joué par ces derniers au cours de la première partie du siècle. Il évoque les conditions dans lesquelles il a rassemblé à partir de 1906 un important ensemble de pièces en Bayeux et en Caen : « Au début ce n’était pas chez les antiquaires que mon père et moi nous allions chercher des Bayeux ou des Caen, mais chez ceux qu’on appelait techniquement alors des peufiers ou dans des ventes de second et troisième ordre. C’était au milieu d’un bric-à-brac hétéroclite qui allait de la lampe Carcel au rouleau en cire de phonographe, des veilleuses en Paris Louis-Philippe aux assiettes modernes en Quimper, que nous dénichions de telles pièces. ». Le rapporteur de ces propos insiste par ailleurs sur l’engouement des contemporains pour les porcelaines bas-normandes : « Pratiquement ignorées jusque vers 1945, elles commencent aujourd’hui à être appréciées et recherchées des collectionneurs et des marchands. Dans des ventes récentes, à Caen, à Bayeux, à Paris même, elles ont atteint des prix assez élevés, et qui montent toujours. »161.

  • 162 J. Le Jeune 1962, p. 102-107.

88Il convient d’insister sur le fait que le rapide enrichissement des collections du musée, au cours des années cinquante, a pour but essentiel de rattraper le retard pris sur les collectionneurs privés, à partir non plus d’œuvres dont l’origine possède en elle-même un caractère documentaire, mais d’achats épars effectués soit en salle des ventes tant à Bayeux qu’à Paris, soit auprès d’antiquaires d’origines diverses. Ainsi en une dizaine d’années, entre 1951 et 1962, la collection du Musée s’étoffe de près de deux cents pièces, dont une trentaine en Isigny et une vingtaine en Bayeux d’époque Morlent, et peut alors être présentée par Jean Le Jeune comme la principale série de référence en la matière162.

  • 163 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1743 et 1744, C1747, C1755, C1875 à C1877, C1899 à C1901, (...)
  • 164 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1674 à C1681, C1750 et C1751, C1879 et C1880, C1898, C1906 (...)
  • 165 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1916, C2039 à C2041 ; M. Vasseur, 1985 fig. 74.
  • 166 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1512 à C1517 ; M. Vasseur, 1985 fig. 78.
  • 167 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1501 à C1508, C2075 et 2076, C2078, C2081 ; M. Vasseur, 19 (...)
  • 168 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1519, C1653 à C1656, C1911 à C1913, C1916, C1919 et C1920, (...)
  • 169 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2032 et C2033 ; M. Vasseur, 1985 fig. 66/2.
  • 170 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1903.

89Pourtant, parmi les cent vingt porcelaines attribuées aux productions Langlois et Gosse, entrées dans les collections au cours de cette période, seize seulement portent l’une des marques nominatives de la manufacture entrevues plus haut163. L’un des aspects les plus marquants des achats effectués à cette période est ainsi l’intérêt porté aux pièces non documentées. Plus de la moitié des objets est dépourvue de toute signature : vases à décors variés d’inspiration extrême-orientale bleu grand feu rouge et or164, pièces de service à décor bleu grand feu rehaussé d’or165, à motif floral au petit feu polychrome166 ou rouge et or167, à personnages chinois polychromes au petit feu sur fond blanc168 ou sur fond céladon169, ou encore pièces constituées de personnages chinois en ronde-bosse170.

  • 171 J. Abraham 1927b, p. 291 ; Anonyme 1957, 1-2 et 6.
  • 172 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1638 à C1652, C1902, C1994, C1997 et C1998, C2009 à C2012, (...)
  • 173 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1910 ; Anonyme 1957, p. 11.
  • 174 P. Alfassa, J. Guérin, 1959, pl. 95A (n° 1463).

90On assiste parallèlement à l’acquisition des premières porcelaines à décor « bleu rouge et or » signées au « caducée » – marque pour la première fois mentionnée en 1927 – alors attribuées à une période comprise entre 1820 et 1849171. Nous ignorons l’origine de cette attribution, la documentation dépouillée n’offrant aucune mention relative à cette production si particulière. Non représentée en 1951, avec trente-cinq pièces signées au caducée en 1962, elle constitue le quart de la collection172. Parmi les séries jusqu’alors inédites, on trouve également une veilleuse signée du monogramme « lf » en bleu grand feu au pinceau173, considérée dans le catalogue de l’exposition de 1957 comme une « fabrication veuve Langlois 1840, décorée par Louis Flourens ». Nous ignorons une nouvelle fois l’origine de cette interprétation et nous n’avons jusqu’à présent trouvé d’élément concernant la présence d’un quelconque Louis Flourens à Bayeux, mais il convient de souligner que ce « LF » se trouve deux ans plus tard, élevé au rang de signature emblématique de la manufacture de Bayeux dans la bibliographie174.

91La politique d’acquisition du musée mise en place au cours de cette décennie, aura été décisive puisque celle-ci s’est poursuivie selon les mêmes orientations jusqu’à une date très récente. À la fin de l’année 1999, le musée de Bayeux possédait d’après ses registres d’inventaire, trois cent trente et une porcelaines attribuées aux périodes Langlois et Gosse parmi lesquelles seulement cent six sont porteuses d’une marque nominative ou sont historiquement documentées. S’ajoutent à celles-ci 46 pièces signées d’un caducée au bleu grand feu, quatre signées « lf » ou « LF » et une de « fausse marque chinoise » au petit feu.

92Associées aux objets étudiés à l’occasion de l’exposition de Bénouville, les porcelaines appartenant au Musée de Bayeux documentées historiquement et « garanties d’origine » grâce aux signatures qu’elles portent, constituent un corpus de référence de près de cent cinquante pièces pour la période comprise entre 1812 et 1878. C’est au travers de celui-ci que nous allons dans le dernier volet de notre présentation, dresser l’inventaire des éléments documentaires dont l’examen critique va nous permettre de compléter les informations livrées par les sources étudiées dans notre premier chapitre.

Caractéristiques des pièces étudiées

93Désirant rendre compte de manière synthétique des résultats liés à l’examen des pièces sélectionnées, nous nous proposons de les aborder selon une classification chronologique élaborée à partir de l’analyse critique des données documentaires que leur étude a permis de rassembler.

La production de Pierre-Joachim Langlois (1812-1830)

94Les objets pouvant être de manière parfaitement documentée attribués aux productions bayeusaines de P.-J. Langlois sont très peu nombreux.

  • 175 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1749 et C2580 ; J. Le Jeune 1962 fig. 18, marque p. 112 ; (...)
  • 176 M. Vasseur 1985, marque n° 12 ; P. Leberruyer 1993, fig. p. 33.
  • 177 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2579.

95Un premier ensemble est formé des pièces réalisées à Bayeux dont la morphologie trouve son origine dans les productions de la manufacture de Valognes. Un tel rapprochement a pu être effectué à l’occasion de l’exposition de Bénouville. Deux pièces du musée (un écritoire avec séchoir à décor de filets et motifs géométriques, et un compotier avec plateau à décor de perles en relief et de fleurettes au petit feu) qui portent comme signature un « Bayeux » manuscrit en noir et en rouge au petit feu175 (ill. 2 et 3) trouvent leurs exacts parallèles dans des pièces signées Valognes jusqu’alors inédites et appartenant à des collectionneurs privés. Soulignons que la graphie très particulière des paraphes bayeusains prouvent qu’ils sont de la même main que certains de ceux apposés sur les productions de la manufacture de Valognes176. Cette graphie très particulière permet d’inclure dans cette série qui est à mettre en relation avec les premières productions bayeusaines de P.-J. Langlois, une soupière blanche de forme ovale, à panse et couvercle godronnés et poignées en volutes portant une marque « Bayeux » manuscrite cette fois-ci en creux177.

  • 178 Coll. Mus. nat. cér. Sèvres inv. n° 684, 1016, 1298, 1639, 2671, n° 3370 et 4888.
  • 179 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1882 et C1885, dépôt du Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 101 (...)
  • 180 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2202 et C2203.

96Un second ensemble est formé des pièces correspondant aux envois effectués pour les expositions de l’industrie nationale de 1819 à 1830178. Leur examen a permis de constater que deux d’entre elles portent des marques distinctives jusqu’alors inédites. Il s’agit d’éléments manuscrits en creux : un « BX » en caractères bâton (une assiette à couteau ordinaire de l’exposition de 1827 – ill. 5) et un « 3 » (une capsule sphérique de l’exposition de 1830 – ill. 6)179. Deux réas de poulie provenant des cintres de l’ancien théâtre de Bayeux (mis en place en 1830)180 peuvent être associés à ce groupe. Ils portent eux aussi un « BX » en creux manuscrit mais cette fois en anglaise, aux côtés un « XI » lui-même manuscrit en creux.

  • 181 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1881et C2327.
  • 182 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1714 ; M. Vasseur 1985 fig. 33 (non signé contrairement au (...)

97Un dernier ensemble est formé des œuvres signées de la main du directeur de la fabrique. Il s’agit d’un fragment de plaque caustographique (vers 1820- 1823) et du tableautin reproduisant « La Partie de piquet » d’après Boilly daté de 1828181. Ces derniers, que l’on doit considérer comme des pièces d’exception, ne portent malheureusement aucune marque nominative de la fabrique. Enfin, une dernière pièce, le bol offert au musée par la bru de P.-J. Langlois (daté par la donatrice des années 1825-1828), bien qu’elle soit non signée, contrairement à ce qui a pu être signalé par certains auteurs qui ont cru y voir un « J.L. » en rouge au petit feu182, est l’ultime pièce documentée que nous pouvons attribuer à P-J. Langlois.

98Compte tenu du faible nombre d’objets recensés, il est assez difficile de pleinement caractériser du point de vue stylistique les pièces en Bayeux de cette période notamment par rapport aux productions de la manufacture de Valognes. Ces données confirment néanmoins parfaitement les informations recueillies plus haut. Les pièces de forme ne possèdent aucune originalité particulière, comparées aux productions françaises contemporaines. Cette remarque est applicable à leur morphologie comme l’illustrent par exemple la soupière du musée ou le pot à eau orné d’un masque féminin et le sucrier présentés à l’exposition de 1827 (ill. 7). Il en va de même des motifs décoratifs réalisés au petit feu et de l’attention toute particulière portée à l’or. Ce point de vue est enfin évident pour les premiers essais de décor en bleu grand feu qualifiés à l’époque de « genre » ou d’« imitation Tournay » (ill. 4).

99Dans le cadre des recherches visant à élargir le corpus, il conviendra d’intégrer les marques en creux jusqu’alors inédites. Celles-ci renforcent les caractères propres aux marques petit feu déjà recensées. Quelle que soit la technique employée, P.-J. Langlois privilégie de manière indiscutable l’usage d’un paraphe manuscrit de type « Bayeux » ou « BX » pour signer ses productions tout au long de sa direction. Cette signature simple, sans recours à d’autres monogrammes complémentaires, apparaît aussi bien sur des porcelaines de ménage, blanches ou décorées, que sur des objets purement utilitaires.

100Avouons que nous n’avons, malgré une analyse morphologique méticuleuse, pu trouver de lien entre les objets formant cet ensemble et les porcelaines au décor bleu rouge et or signées du caducée en bleu grand feu soit conservées au Musée, soit par ailleurs référencées. À notre connaissance, aucune d’entre elles ne porte en complément l’une des marques en creux ici référencées pour les années 1827 et 1830.

La production Veuve Langlois (1830-1847) et de ses filles (1848-1849)

  • 183 Coll. Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 1639 n° 2671 et n° 3370.
  • 184 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1889, dépôt du Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 1639/8.
  • 185 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1893, dépôt du Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 3370/3.
  • 186 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2273, C2675 et C2575.

101Les pièces documentées que l’on peut associer à la période au cours de laquelle la Veuve Langlois puis ses filles, Sophie et Jenny, assument la direction de l’entreprise sont nettement plus nombreuses. Les séries conservées issues des expositions de l’industrie nationale de 1834 et 1844183 constituent une nouvelle fois un corpus de toute première importance tant du point de vue typologique que technique. Un réa de poulie enchâssé dans son support en bois (ill. 8), exposé à Paris en 1834184, présente ainsi la plus ancienne marque référencée qui puisse être associée à la direction de J.M. Le Cavelier. Il s’agit en outre de la plus ancienne marque typographiée jusqu’à nos jours recensée pour la fabrique. Elle est formée d’un simple « Bayeux » rectiligne en creux au tampon associée à un « XI » manuscrit tout à fait comparable à celui observé sur les poulies de l’ancien théâtre de Bayeux. On retrouve la marque « Bayeux », cette fois réalisée au pochoir en vert grand feu, sur une casserole à douille à fond brun présentée à l’exposition de 1844 (ill. 9)185. Notons qu’il s’agit de la première mention de l’introduction du vert dans la gamme chromatique grand feu de Bayeux. En outre, cet objet possède en complément deux chiffres manuscrits réalisés indépendamment l’un de l’autre en creux : un « 2 » et un « 8 ». Si d’autres pièces notamment conservées au Musée de Bayeux portent une marque au pochoir identique186, il convient de remarquer qu’elle n’est pas la seule mise en œuvre en 1844 puisqu’à cette même date apparaissent les premières signatures associant le nom de la ville au monogramme de la Veuve Langlois.

  • 187 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1716 et C1747.
  • 188 M. Vasseur 1985, marque n° 52.
  • 189 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2635 et C1950 cf. J. Le Jeune 1962, fig. 23 et M. Vasse (...)

102On a ainsi pu relever dans le cadre de l’exposition de Bénouville, sur un plat ovale à décor bleu-rouge et or d’inspiration extrême-orientale, une marque au pochoir du type « VeL/Bayeux », associée à la mention « Pinxit à Bayeux 1844 » réalisée au pinceau en rouge petit feu (ill. 10) . Une marque identique figure aux côtés de la signature du décorateur L. Duval manuscrite au grand feu sur deux pièces du Musée187. L’activité de ce dernier au sein de l’entreprise est parfaitement documentée, notamment au travers d’une coupe à décor floral bleu rouge et or étudiée en 1998 (ill. 11) . Celle-ci porte les mentions « Peint par Louis Duval 1844 » manuscrite à l’or, « Bayeux » manuscrit en rouge petit feu, mais également un troisième type de signature au pochoir réalisé une nouvelle fois en vert grand feu du type « V.L. Bayeux » formant un cercle188. Au moins quatre marques différentes sont donc en usage en 1844, mais d’autres variantes avec un V complété d’un « e » ou d’un « ve » placé en exposant, ou encore avec « BAYEUX » figurant en capitales sont également connues (ill. 13) . Aucune d’entre elles ne possède malheureusement d’élément documenté permettant d’en cerner précisément la position chronologique. Il convient de souligner que les marques au pochoir référencées sont dans leur écrasante majorité en vert grand feu. On les rencontre aussi bien sur des objets décorés en bleu rouge et or que sur des pièces blanches ou encore des instruments de chimie. Les marques au bleu grand feu restent exceptionnelles. Au sein des collections du musée, on ne les rencontre que sur une tasse et sa soucoupe à décor de simples filets et de chiffres encadrés d’une couronne formée de deux rameaux d’olivier et sur la fameuse fontaine au décor d’inspiration extrême-orientale en bleu rouge et or (ill. 14 et 15)189. Le couvercle de cette dernière est quant à lui, signé d’un « BX » réalisé au pinceau en rouge petit feu.

  • 190 C. de Grollier marque n° 1419 p. 112.
  • 191 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1876 et C1747.
  • 192 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1875.

103D’autres éléments significatifs déjà anciennement référencés190, mais malheureusement restés dans l’ombre, apparaissent de manière concomitante aux marques grand feu au pochoir : les monogrammes manuscrits en creux. On les rencontre une nouvelle fois sur des pièces signées du décorateur L. Duval (deux assiettes à décor bleu rouge et or appartenant au musée)191. La première sur laquelle figure la mention manuscrite à l’or « P.P.L. Duval/1845/7bre » (ill. 16) possède également un monogramme manuscrit en creux constitué des lettres « Ch ». La seconde, non datée, porte quant à elle un « L » très caractéristique en anglaise. Ces deux éléments apparaissent à l’identique mais cette fois associés sur une troisième assiette ornée d’un décor très proche de la première, mais non signée192. Nous n’avons jusqu’à présent recensé d’autre monogramme qui puisse être associé aux marques nominatives de la fabrique de cette période, et aucune autre occurrence pour le monogramme « Ch ». Il n’en va pas de même du « L » graphiquement très caractéristique que l’on rencontre communément, mais non systématiquement, sur les pièces de platerie signées de la Veuve Langlois (ill. 12). Il convient de préciser que nous n’avons jusqu’à présent rencontré ce monogramme sur des pièces ne portant pas la signature nominative de la manufacture.

  • 193 J. Le Jeune 1962, p. 112-114 ; M. Vasseur 1985, p. 143-145.
  • 194 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2635.
  • 195 P. Leberruyer 1993, p. 32-34.

104Très peu d’éléments permettent de caractériser les productions des années 1830-1843. Il convient également de souligner qu’un grand nombre de signatures nominatives au petit ou grand feu (ill. 14), qu’elles soient manuscrites ou réalisées au pochoir, restent imparfaitement documentées chronologiquement193. Certaines d’entre elles prouvent néanmoins, comme la tasse du musée signée au pochoir en bleu grand feu (ill. 14)194 que les décors réalisés dans la tradition héritée de Valognes se poursuivent sous la direction de la Veuve Langlois. Or, c’est au travers d’un décor du même type qu’a été publiée la première tentative de rapprochement entre les fabriques de Bayeux et Valognes195. Remarquons que l’assiette en Bayeux présentée à cette occasion est marquée d’un « BX » manuscrit en rouge au petit feu tout à fait comparable à celui figurant sur le couvercle de la fontaine bleu rouge et or du musée, dont le corps est signé d’une marque en bleu grand feu au pochoir (ill. 15).

105La période 1844-1845 paraît nettement mieux documentée, notamment au travers de l’activité du peintre Louis Duval. Du point de vue typologique, les séries sont ici pour la plupart différentes de celles recensées sous P.-J. Langlois et le vocabulaire formel des décors qui leur est associé a également évolué. Les semis de fleurettes réalisés au petit feu ne se rencontrent plus, alors que triomphent désormais les décors bleu grand feu et bleu rouge et or d’inspiration extrême-orientale. Enfin, aucun document ne permet d’évaluer les particularités de la production au cours de la période transitoire faisant suite au décès de Jeanne-Marie Le Cavelier.

La production François Gosse (1851-1870) de son fils et de sa belle-fille (1870-1878)

  • 196 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.
  • 197 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2393 et D. Pain, O. Lassère 1998, p. 5.
  • 198 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3394 à 3419.
  • 199 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2624.

106L’une des difficultés auxquelles nous sommes confrontés pour la période correspondant à la direction de F. Gosse, est directement liée à l’appréciation de la répartition chronologique des marques nominatives de la manufacture. De très rares pièces sont en effet documentées historiquement. Les repères dont nous disposons se limitent aux objets présentés au cours de l’exposition universelle de 1855 (ill. 22)196, à deux bouquetières réalisées, l’une à l’occasion du mariage le 8 juillet 1857 d’Ernest Lefébure entrepreneur en dentelle à Bayeux (ill. 23), l’autre à l’occasion du passage du couple impérial à Bayeux le 4 juin 1858 (ill. 25)197, aux pièces ayant figuré à l’exposition universelle de 1867 (ill. 24)198 et enfin à une plaque funéraire datée de 1876199.

  • 200 M. Vasseur 1985, p. 145 (répertoire non exhaustif) cf. coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C (...)
  • 201 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1715 ; C1904 ; CC2054 ; C2079 ; C2080.
  • 202 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1748, C2079 et C2080.
  • 203 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1715 ; C1754 ; et C2603.
  • 204 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1883 ; C2054 ; C2593 ; C2644.

107Traditionnellement, on attribue aux premières années de la direction de F. Gosse un ensemble de marques constitué des différentes signatures au pochoir de la Veuve Langlois auxquelles est désormais intégré un « G » initiale du patronyme du nouveau propriétaire de l’entreprise (ill. 19, 20 et 21)200. Qu’elles apparaissent sur des pièces décorées ou blanches, contrairement aux marques précédentes, celles-ci sont réalisées de manière exclusive en bleu grand feu. Malheureusement, aucun élément ne permet de confirmer leur position chronologique qui paraît pourtant justifiée du point de vue interprétatif. Une partie des pièces décorées de cette série possède un complément inédit (marques de décorateurs ?) formé par une série de sigles réalisés au pinceau en bleu grand feu : « X-L* », « *LX », « *LL », « XXX », « MX » (ill. 20 et 21)201. Y apparaît également le monogramme en creux « L » en anglaise entrevu précédemment, notamment sur des plats et assiettes du musée, signées « V.L./G/Bayeux » formant un cercle et « VL/BX/G »202. Sur trois pièces de forme (un pot à eau et deux verseuses) marquées « VeL/Bayeux/G », est par ailleurs référencé un « P » en anglaise (ill. 21)203 et, sur le plat servant de support à une coupe signée « V.L/BX/G », est recensé un « B » également en anglaise204.

  • 205 M. Vasseur 1985, n° 78.
  • 206 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1883, C1884, C1890, C1892, C1896 ; dépôt du Musée nat. (...)
  • 207 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges, par exemple inv. n° 3395 ; 3398 ; 3413 et 3415.
  • 208 M. Vasseur 1985, n° 77 ; Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges, par exemple inv. n° 3400 ; 3414 et 34 (...)
  • 209 M. Vasseur 1985, n° 76 ; Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges, par exemple inv. n° 3401 et 3416.
  • 210 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2624.

108La première marque chronologiquement documentée est « G/Bayeux »205. Elle est la seule recensée sur les objets présentés à l’exposition universelle de 1855 (ill. 22)206. Elle figure également sur les bouquetières datées de 1857 et 1858, mais aussi sur plusieurs pièces figurant à l’exposition universelle de 1867 (ill. 24)207. A l’occasion de cette dernière sont également envoyés des objets portant les marques « GOSSE/BAYEUX » insérés au sein des armoiries de la ville208 et « GOSSE/Bayeux » formant un ovale209 dont on connaît une occurrence datée de 1876210. Rares sont les pièces adressées aux expositions qui ne sont pas marquées, qu’il s’agisse des porcelaines de ménage blanches ou décorées ou des articles de chimie. Ce phénomène n’intéresse pas uniquement ces sélections prestigieuses, comme en témoignent plusieurs exemples du musée de Bayeux notamment des objets aussi simples que des nacelles en biscuit.

  • 211 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2593 ; C2664 et C1883 dépôt Musée nat. cér. Sèvres inv. (...)
  • 212 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2393.
  • 213 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1910, C2298-2299, C2339 et C2387.

109Nous n’avons pas recensé sur les porcelaines auxquelles sont associées ces marques, les paraphes en creux « P » et « B » entrevus plus haut, contrairement au « L » notamment référencé sur une assiette datée de 1855 (ill. 22)211. Un « V » en anglaise est par ailleurs associé au plateau de la bouquetière datée de 1857 (ill. 23)212. Aucun de ces monogrammes ni aucun de ceux entrevus plus haut n’a jusqu’à présent été référencé sur des pièces ne comportant pas l’une des marques nominatives de la manufacture. Il en va ainsi des porcelaines signées « LF » que nous avons pu étudier213, qui échappent par ailleurs à toute tentative de recoupement typologique avec les séries documentées.

110Enfin il convient de souligner la présence très fréquente, sur les pièces marquées « G/Bayeux », « GOSSE/BAYEUX » inséré au sein des armoiries de la ville ou « GOSSE/Bayeux », de chiffres manuscrits en creux du type « 2 », « 2eme », « 6 », « 8 1/2 », « 12 » pour ne prendre que quelques exemples, mais d’une telle diversité que nous n’avons pas pour l’instant, entrepris leur analyse critique.

  • 214 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2079 et C2080.

111Il est délicat, compte tenu du faible nombre d’objets constituant la première série de pièces, d’en cerner dans le détail les caractères, par rapport aux séries documentées d’époque Veuve Langlois. L’un des traits les plus marquants est à l’évidence l’hétérogénéité du style décoratif avec un élargissement de la gamme chromatique petit feu, utilisée en complément d’un dessin linéaire, ou de fonds constitués d’à-plats en bleu grand feu. Deux assiettes du musée à décor floral bleu grand feu démontrent que ce type de décor peut être également associé à cette série de signatures214.

  • 215 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1919, C1928 et C2393, cf. M. Vasseur 1985, fig. 75/2.
  • 216 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2618, cf. p. 5 et 7.
  • 217 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1665, C1755, C2045, C2636 cf. J. Le Jeune 1962, fig. 28 (...)
  • 218 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2589.
  • 219 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1665, 1668-1673, C2598 cf. J. Le Jeune 1962, fig. 28 ; (...)
  • 220 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1743-1744, C2372, C2393 cf. M. Vasseur 1985, fig. 63.
  • 221 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2599 cf. M. Vasseur 1985, fig. 73.
  • 222 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1709, C1944, C1948, C2045, C2411-2412, C2644, C2649 cf.(...)

112Le second ensemble de marques est quant à lui nettement mieux documenté. Celui-ci peut être associé à quelques familles typologiques déjà référencées avec les marques précédentes comme les bouquetières215, mais on les rencontre de manière plus courante sur des séries que l’on retrouve encore vers 1885 au catalogue de Jules Morlent216 (cafetières à long bec, cafetières à filtre, plats à oreilles, tasses et sucriers forme Sèvres…). L’une des rares séries typologiques exclusivement associée à ces marques est formée par un type de verseuse à panse sphérique et anse ornée d’une palmette, une chocolatière que nous n’hésitons pas à qualifier de « Gosse » tant sa morphologique est caractéristique. Celle-ci est connue en de multiples versions qui rendent compte des divers motifs décoratifs grand et petit feu alors mis en œuvre à Bayeux (ill. 26 à 34)217. Un exemple prouve par ailleurs qu’il est tout à fait possible de rencontrer de « fausses marques chinoises » sur des pièces de cette époque (ill. 34)218. Les décors mis en place à Bayeux paraissent n’avoir jamais été aussi variés, qu’il s’agisse pour ne prendre que quelques exemples de motifs d’inspiration égyptienne ou extrême-orientaux au petit feu219, de motifs floraux bleu, rouge et or220, bleu grand feu et or221, ou simplement bleu grand feu222 dont certains sont tout à fait comparables aux décors « à la pomme » ou « à la fleur de pommier » toujours produits par Jules Morlent.

Conclusion

113Les informations relatives à la manufacture de Bayeux au cours de la période comprise entre 1812 et 1878 permettent, par le recoupement des sources, d’offrir à l’entreprise un visage très cohérent qu’il s’agisse de cerner son développement économique, ou de caractériser ses productions.

  • 223 M. Vasseur 1985, fig. 39, coll. Musée Baron Gérard, inv. C2064.
  • 224 R. de Plinval de Guillebon 1995, p. 414, fig. 415 et répertoire n° 395 p. 443.

114Tous les éléments s’accordent à démontrer que P.-J. Langlois est à la tête d’une entreprise à caractère familial qui s’inscrit tout d’abord dans la poursuite des activités de la manufacture de Valognes (techniques de production mises en œuvre, origine du personnel, types de pièces produites, décors). Les qualités particulières du kaolin des Pieux lui permettent de produire en grande quantité et à des prix modérés, une porcelaine avant tout appréciée pour sa résistance aux hautes températures. Ce qui caractérise sa production est en premier lieu une porcelaine de ménage blanche d’usage courant complétée d’articles de chimie, l’ensemble se déclinant au sein d’une gamme assez restreinte. Les pièces décorées restent exceptionnelles (4 % d’une production annuelle estimée à 60 000 pièces) et les décors mentionnés sont avant tout constitués de filets ou de chiffres à l’or, pour certains rehaussés de motifs polychromes. Il faut attendre les années 1819-1824 pour observer de réelles innovations. C’est ainsi qu’apparaît le décor au bleu grand feu mais dans un style très dépouillé emprunté aux productions de Tournay (le seul documenté dans cette technique), la mise au point du procédé caustographique, la production de réas de poulie ou de plaques de rue. Si l’existence d’un décor de style oriental dit « au chinois et à gland » est alors attestée, il est impossible de le caractériser techniquement (grand ou petit feu). La majorité des objets faisant partie des envois aux expositions ne porte pas de marque de fabrique, mais les objets documentés démontrent que P.-J. Langlois privilégie pour l’identification de ses productions, l’emploi du nom de la ville « Bayeux » et de sa contraction manuscrite « BX » sans monogramme patronymique associé. Cette remarque s’applique notamment à des pièces datées de 1827 et de 1830, période à laquelle auraient été produites les pièces signées du fameux caducée en bleu grand feu et pour lesquelles nous n’avons jusqu’à présent pas trouvé au sein de la documentation d’élément historique permettant de les attribuer à P.-J. Langlois. Si des rapprochements stylistiques peuvent être aisément établis pour certaines séries (morphologie et motifs extrêmes-orientaux en bleu rouge et or) avec les productions de la Veuve Langlois, il convient de noter qu’il en va autrement des pièces polychromes à décor de pastillage223. Signée d’un caducée « ailes déployées inscrit dans un quadrilatère » celles-ci peuvent être attribuées de manière documentée au porcelainier parisien Claude Tinet vers 1815-1873 (manufacture à Montreuil-sous-Bois, et magasins à Paris « Au désespoir de Jocrisse » rue du Bac et rue d’Enghien)224.

115Sous la direction de J.-M. Le Cavelier, tous les indicateurs font apparaître une production en fort développement, mais suivant une évolution progressive et tout d’abord sans réelle rupture avec la période précédente. Le répertoire formel se diversifie, tant au niveau des articles de ménage, qu’à celui des instruments de chimie qui représentent dès lors près du tiers de l’activité industrielle. Les années 1841-1845, époque à laquelle se généralise l’emploi des marques au pochoir en grand feu mettant en valeur le monogramme personnel de la Veuve Langlois et les paraphes en creux liés au façonnage des pièces, semblent capitales. C’est à cette époque que l’on enregistre les premières références connues, non seulement pour les couvertes brunes de type Orchamp, l’usage du vert grand feu ou l’influence sur la morphologie et les décors des créations extrême-orientales. L’activité du décorateur Louis Duval entre 1844 et 1845 peut ainsi être mise en rapport avec la parfaite maîtrise des motifs bleu rouge et or, pour la première fois parfaitement documentés. Il convient de souligner que la proportion d’objets décorés au sein de la production reste très proche de celle entrevue sous P.-J. Langlois (4,7 % pour une production annuelle comprise désormais entre 100 000 et 130 000 pièces). Les motifs les plus simples, à base de filets bleus, verts ou or accompagnés ou non de chiffre, en représentent la part la plus importante (75 % des décors recensés sur les pièces présentes dans les magasins en 1848).

116Les sources incitent à rapprocher les caractères de la production de François Gosse au cours des premières années de sa direction, de celle de J.-M. Le Cavelier. Aucun doute ne semble ainsi subsister au niveau des articles de chimie tant par la typologie des pièces que par la place qu’ils occupent au sein la production et ce jusqu’en 1878. Dans le domaine des ustensiles de ménage, ce point de vue pourrait être confirmé si nous pouvions, de manière documentée, attribuer à une période comprise entre 1849 et 1854 , les marques associant aux signatures de la Veuve Langlois le G de François Gosse. A l’opposé, l’ensemble de la documentation confirme les particularités de la période comprise entre 1855 et 1860. Alors qu’aboutissent les recherches engagées sur la cuisson à la houille, la production acquiert parallèlement des caractères propres. L’élément le plus marquant est l’adoption par F. Gosse d’une nouvelle série de signatures nominatives où son initiale ou son patronyme en toutes lettres figurent désormais seuls aux côtés du nom de la ville de Bayeux. S’y affirment par ailleurs de réelles particularités tant du point de vue morphologique que décoratif avec notamment la valorisation des motifs réalisés exclusivement en bleu grand feu. Cette démarche aboutit en 1867 à la création d’une ornementation caractéristique des productions bayeusaines au travers du décor dit « à la pomme » ou « à la fleur de pommier ». La voie tracée par François Gosse sera prolongée par ses successeurs, puis, à partir de 1878 par Jules Morlent au cours des premières années de direction, comme le prouve le catalogue des articles de ménage qu’il édite vers 1885. Mais ce dernier et ses descendants sauront tirer le meilleur parti du potentiel de l’entreprise par son industrialisation et sa spécialisation progressive dans le domaine des ustensiles de chimie.

117L’histoire de la manufacture de Bayeux entre 1812 et 1878 semble ainsi caractérisée par une lente évolution sans qu’il faille considérer comme majeures les ruptures chronologiques traditionnellement associées aux changements de direction. Bien au contraire, les périodes de forte innovation semblent décalées par rapport à celles-ci. Il en va ainsi pour P.-J. Langlois au cours des années 1819 et 1824, alors que les années 1841-1844 semblent être quant à elles décisives pour J.-M. Le Cavelier. Sous la direction de François Gosse, ce sont les années 1855- 1860 qui paraissent essentielles. Il conviendra naturellement dans l’avenir, de confirmer ou d’infirmer ce modèle d’évolution par l’analyse de détail des données recueillies et l’élargissement de la documentation selon une méthodologie dont nous avons tenté de prouver ici l’intérêt.

  • 225 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1875-1876.

118L’un des apports essentiels de l’examen des pièces est d’avoir permis de démontrer que la gamme des objets documentés est à chaque période très étendue, puisqu’elle s’étend à tous les aspects de la production, malgré un corpus relativement restreint (une vingtaine de pièces d’époque P.-J. Langlois, une quarantaine d’époque Veuve Langlois, et près de quatre-vingts pour l’époque Gosse). Par ailleurs, il a permis l’enregistrement de nouveaux critères d’identification parfaitement documentés, notamment sous la veuve Langlois et F. Gosse, un ensemble de monogrammes manuscrits en creux liés à l’étape de façonnage (signatures d’ouvriers ou de chefs d’atelier). Ceux-ci n’ont jusqu’à présent, pu être identifiés que sur deux pièces ne portant aucune marque nominative de la fabrique225. Cette double observation nous incite désormais à envisager l’hypothèse que les pièces issues de la manufacture entre 1841 et 1878 sont, contrairement aux idées reçues, dans leur écrasante majorité, porteuses d’une marque distinctive caractéristique mettant en premier lieu en valeur le nom de la ville de Bayeux. Cette position de principe est à notre sens le préalable indispensable à prendre en considération, avant d’engager toute tentative d’analyse comparative entre les pièces bayeusaines et les productions françaises ou étrangères contemporaines. L’une des étapes indispensables à la poursuite des recherches, était de permettre l’accès au plus grand nombre d’une documentation de référence. Cette publication, comme la refonte de la présentation des collections du Musée de Bayeux actuellement engagée, tente de répondre à cet objectif.

Planche I : porcelaine de Bayeux, production Joachim Langlois (1812-1830)

ill. 1 : Facture de la manufacture de Bayeux en date du 21 janvier 1814. (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2620).

ill. 2 : Encrier séchoir signé « Bayeux » de morphologie identique à une pièce en Valognes. (Coll. Musée Baron Gérard inv. C1749).

ill. 3 : Compotier et plateau signés « Bayeux » de morphologie identique à une pièce en Valognes. (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2580).

ill. 4 : Légumier présenté à l’exposition de 1819. (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. 684/1).

ill. 5 : Assiette signée « BX », exposition de 1827. (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C1016/4 - dépôt Musée Baron Gérard, inv. C1882).

ill. 6 : Poulies signées « Bx » provenant de la machinerie de l’ancien théâtre de Bayeux (1830). (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2202 et C2203).

ill. 7 : Pièces présentées à l’exposition de 1827 (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C1016/2,3 et 5 - dépôt Musée Baron Gérard, inv. C1887, C1888, C1894 et C1895).

Planche 2 : porcelaine de Bayeux, production Veuve Langlois* (1830-1847)

ill. 8 : Poulie signée « Bayeux » exposition de 1834 (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C1639/8 - Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1889).

ill. 9 : Casserole à douille à couverte brune de type Orchamps signée « Bayeux » exposition de 1844 (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C3370/3 - dépôt. Musée Baron Gérard, inv. C1893).

ill. 10 : Plat signé « V L/Bayeux » et « Pixit à Bayeux 1844 » (Coll. privée).

ill. 11 : Coupe signée « V./L. Bayeux » et « Peint par Louis Duval 1844 » (Coll. privée).

ill. 12 : Assiette signée « V L/Bayeux » et monogramme « L » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2558).

ill. 13 : Saucière signée « Ve L/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2680).

ill. 14 : Tasse et sa soucoupe signée « Ve L/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2635).

ill. 15 : Fontaine signée « Vve L/ Bayeux » (corps) et « BX » (couvercle) (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1950).

ill. 16 : Assiette signée « P.P.L. Duval/1844/7bre » avec monogrammes « Ch » et « L » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1876).

ill. 17 : Vase signé « Ve L/Bayeux », « Duval pinxit » et « Sophie Langlois » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1716).

Planche 3 : porcelaine de Bayeux production Gosse (1849-1878)

ill. 18 : Paire de vases signés « 6, Rue JJ Rousseau/GOSSE/à Paris » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1707 et C1708).

ill. 19 : Ensemble de pièces signées « Ve L/Bayeux/G.». Les trois verseuses du fond sont en outre signées « P » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2016, C2037, C1715, C 1754, C2603).

ill. 20 : Assiette signée « V.L./Bayeux/G » et « *LX » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2079).

ill. 21 : Coupe sur présentoir signée « V.L./BX/G », « XXX » et « B » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2054).

ill. 22 : Ensemble de pièces présentées à l’exposition de 1855 signée « G/Bayeux », l’assiette à gauche signée en outre « L » en creux (Coll. Musée Nat. de Sèvres inv. 4888/1 à 3 et 11 à 13 - dépôt au Musée Baron Gérard inv. C1883, C1884, C1890, C1892 et C1896).

ill. 23 : Bouquetière datée de 1857 signée « G/Bayeux » et « V » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2293).

ill. 24 : Ensemble de pièces présentées à l’exposition de 1867 signées « G/Bayeux », « GOSSE/Bayeux » et « GOSSE/BAYEUX aux armoiries de la ville » (Coll. Adrien Dubouché Limoges inv. 3395 à 3419).

ill.25 : Bouquetière destinée à être remise au couple impérial en 1858, signée « G/Bayeux » (voir ci-dessus) (Coll. privée).

Planche 4 : Porcelaine de Bayeux production Gosse (1849-1878)

ill. 26 : Chocolatière signée « G/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2636).

ill. 27 : Chocolatière signée « G/Bayeux/I » (Coll. Musée Baron Gérard inv. C1755).

ill. 28 : Chocolatière signée « G/Bayeux » (Coll. particulière).

ill. 29 : Chocolatière signée « G/Bayeux » (Coll. Musée Nat. Sèvres inv. C14590).

ill. 30 : Chocolatière signée « G/Bayeux/I » (Coll. Musée Nat. Sèvres inv. C2045).

ill. 31 : Chocolatière signée « GOSSE/Bayeux » (Coll. particulière).

ill. 32 : Chocolatière signée « GOSSE/Bayeux » (Coll. particulière).

ill. 33 : Chocolatière signée « GOSSE/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard inv. C1665).

ill. 34 : Chocolatière signée d’une fausse marque chinoise (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2589).

Bibliographie

Bibliographie

ABRAHAM (Jeanne), « La porcelaine artistique de Bayeux », Le Figaro artistique, n° 141, 10 février 1927, p. 280-281 et n° 142, 17 février 1927, p. 290-292.

ALFASSA (Paul), GUÉRIN (Jacques), Porcelaine française du XVIIIe au milieu du XIXe siècle, Paris, Les éditions Albert Lévy, 1959.

ANONYME (1819a), Catalogue de l’exposition publique des produits des arts du Calvados, Caen, de l’imprimerie de F. Poisson, s.d. [1819].

ANONYME (1819b), Quatrième exposition des produits des arts du département du Calvados, Caen, de l’imprimerie de F. Poisson, s.d. [1819].

ANONYME (1834a), Société d’agriculture et de commerce. Rapport sur la cinquième exposition des produits des arts du Calvados en 1834, Caen, impr. de A. Le Roy, 1834.

ANONYME (1834b), Exposition de Caen 1834. Catalogue des produits des arts du département du Calvados qui seront exposés à l’hôtel de ville de Caen, depuis le 13 avril jusqu’au 27 avril. Cinquième exposition. Caen, Société royale d’agriculture et de Commerce de Caen ed., 1834.

ANONYME (1877), « Récompenses aux ouvriers de l’industrie », Annuaire des cinq départements de la Normandie publié par l’Association normande, 1877, 43, p. 400-401.

ANONYME (1883), Exposition industrielle de Caen de 1883, catalogue des objets exposés par Auguste Le Roy, Caen, Imprimerie de la Vve A. Domin, 1883.

ANONYME (1899), Exposition d’art moderne et d’art rétrospectif du 10 août au 10 septembre 1899, Catalogue général, Bayeux, société des sciences, arts et belles-lettres de Bayeux éd., 1899.

ANONYME (1957), Exposition de porcelaine de Bayeux. Fabrications des manufactures de Valognes, Isigny, Bayeux 1792-1951, Catalogue. Bayeux, Ville de Bayeux musée municipal éd., s.d. [1957].

BERTOT, « Rapport fait au nom de la commission des beaux-arts », Mémoires de la Société d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 1844, II, p. 87-108.

BLANCHETIÈRE, « Visite à la manufacture de porcelaine de Bayeux », Annuaire des cinq départements de la Normandie, publiés par l’Association normande, 1877, 43, p. 297-309.

BORDEAUX (Raymond), « Rapport sur les objets exposés dans la 3e salle de l’exposition d’Avranches », Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie, publiés par l’Association normande, 1855, p. 274-282.

BRÉBISSON (René de), « Histoire de la céramique à Bayeux et dans sa région depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours », Société des sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 1897, 2 n° 4, p. 67-129. (rééd. revue et corrigée, Histoire de la porcelaine de Bayeux, Bayeux, impr. du Journal de Bayeux, 1898.)

BRONGNIART (Alexandre), Traité des Arts céramiques ou des poteries considérés dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris, 1841-1842 ; 3e éd. avec notes et additions par Alphonse Salvétat, Paris 1877, rééd. Paris, Dessain et Tolra, 1977.

BRONGNIART (Alexandre), Exposition des produits de l’industrie française en 1844, rapport du jury entral, Septième commission : Arts céramiques, Paris, impr. de Fain et Thunot, 1844.

CASTEL, « Rapport fait au nom de la commission formant le jury de l’Exposition de Bayeux du 26 septembre 1841 », Mémoires de la société d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 1842, I, p. 15-66.

COSTAZ (L.), Exposition de 1819, rapport du Jury central sur les produits de l’industrie française, Paris, Imprimerie royale, 1819.

DROUET (Paul), Introduction de la lithographie à Caen en 1819, Caen, Le Blanc-Hardel, 1885.

DUBUS (Michel), PANNEQUIN (Béatrice), La céramique française sous l’Empire à travers l’enquête des préfets (1805-1810), Paris, Réunion des musées nationaux (Notes et documents des musées de France, 33), 1999.

FLAMBARD HÉRICHER (Anne-Marie), Potiers et poteries du Bessin. Histoire et archéologie d’un artisanat rural du XIIe au XXe siècle, en Normandie, Caen, publications du CRAHM, 2002.

GROLLIER (Charles de), Manuel de l’amateur de porcelaines. Manufactures françaises suivi du répertoire alphabétique et systématique de toutes les marques connues, Paris, Auguste Picard éditeur, 1922.

GUIBET (Hélène), La porcelaine de Bayeux, Mémoire de Maîtrise d’histoire de l’art sous la direction de M. J.-Y. ANDRIEUX, Université Rennes II-Haute Bretagne, Département d’Histoire de l’art, années 1999-2000 (inédit).

GUILBERT (Urbain), Société d’agriculture et de commerce de Caen : 4e exposition des produits des arts du Calvados, séance publique du 6 mai 1819, Caen, de l’imprimerie de F. Poisson, s.d. [1819].

HÉRICART DE THURY, MIGNERON, Rapport au jury central sur les produits de l’industrie française à l’Exposition nationale de 1823, Paris, Imprimerie royale, 1824.

HÉRICART DE THURY, MIGNERON, Rapport au jury central sur les produits de l’industrie française à l’Exposition nationale de 1827, Paris, Imprimerie royale, 1828.

JUMELIN (Sylvestre), Rapport fait au bureau de la consultation des arts, concernant M. Le Masson, artiste, 31 octobre an 1, Valognes, imprimerie de Buhot, an 1er [1792] rééd. dans Mémoires de la Société d’archéologique artistique, littéraire et scientifique de l’arrondissement de Cherbourg, 1886-1899, 5, p. 128-147.

LABBEY (Théodore), « Rapport fait au nom de la commission d’Industrie », Mémoires de la Société d’agriculture, Sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 1844, II, p. 67-108.

LEBERRUYER (Pierre), « La manufacture de porcelaine de Valognes », Revue de la Manche, 1993,35, fasc. 139, p. 7-35.

LE FORT (Victor), « La porcelaine de Bayeux 1812-1912, son histoire, sa fabrication de la carrière au dressoir », Revue illustrée du Calvados, 6e année, n° 10, octobre 1912, p. 151-155.

LE JEUNE (Jean), Les anciennes manufactures de porcelaine de Basse-Normandie. Valognes – Bayeux – Isigny – Caen, Coutances, Editions Notre-Dame, 1962. (rééd. Cherbourg, Editions La Dépêche, 1985).

MARTEL (N. de), « Histoire des manufactures, La manufacture de porcelaine de Bayeux », Le Faïencier, organe officiel de la Société amicale de secours mutuel de la céramique et de la verrerie, 1ère année, n° 2, juin 1902, p. 3-5.

MICHEL (Adolphe), Souvenirs historiques, 1813, Marie-Louise dans le Calvados, son voyage à Cherbourg, son passage à Bayeux 25 août – 1er septembre, Bayeux, Gaston Colas, 1913.

MICHEL (Adolphe), Cinquante ans en arrière ! Résumé des événements importants et des principaux faits arrivés à Bayeux ou dans la région pendant l’année 1858, (Extraits de l’Indicateur de Bayeux, 19, 22, 26, 29 mai et 2 juin 1908), s.l., s.d. [1908].

MICHEL (Edmond), Les habitants, démographie, salaires, corporations et syndicats, assistance, mutualité, épargne, prévoyance, impôts, Paris, Berger-Levrault éds, 1910.

MICHEL (Edmond), Monographie d’un canton type, Paris, Berger-Levrault éds, 1911.

MORIÈRE (J.), « Industrie potière dans le département du Calvados », Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie, publié par l’Association normande, 1850, p. 17-39.

MORIÈRE (Jules), « Exposition régionale des départements du Nord-Ouest à Lisieux en 1850, Rapport fait par la commission de l’industrie à l’Institut des provinces », Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie, publié par l’Association normande, 1851, 17, p. 183-217.

MORIÈRE (Jules), Le département du Calvados à l’exposition universelle de Paris, 1855, Caen, impr. Vve Pagny, 1855.

MORIÈRE (Jules), Exposition universelle de 1867 à Paris, rapport du comité départemental du Calvados, Caen, Imprimerie Le Blanc-Hardel, 1869.

MORLENT (Michel-J.), « La manufacture de porcelaine de Bayeux, époque Morlent (1878-1951) », Bulletin de la Société des sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 1996, 31, p. 52-117.

PAIN (Dominique), LASSÈRE (Odile), Porcelaine de Basse-Normandie, 1793/1951, Le journal de l’exposition, Château de Bénouville, 27 juin – 20 septembre 1998, Conseil Général du Calvados ed., 1998.

PATTU (Jacques-Pierre-Guillaume), Société royale d’agriculture de Caen, séance extraordinaire du 4 juillet 1823. Rapport sur les plaques de porcelaine de la fabrique de M. Langlois, destinées à indiquer le nom des rues et les numéros des maisons, Caen, impr. de F. Poisson, 1823.

PLINVAL DE GUILLEBON (Régine de), Faïence et porcelaine de Paris XVIIIe – XIXe siècles, Dijon, Editions Faton, 1995.

POUGHEOL (Jacques), « Porcelaines Bas-normandes, Caen Bayeux », Art de Basse-Normandie, 9, printemps 1958, p. 7-11.

RENAUDEAU (Olivier), « La verrière de Saint Contest à la cathédrale de Bayeux, un incunable du vitrail archéologique », dans : Lemagnen (Sylvette), Manneville (Philippe) dir., Chapitres et Cathédrale en Normandie, (Annales de Normandie, série des Congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 2), Caen, 1997, p. 507-514.

SALT (John), « La céramique à l’exposition internationale de Gand », Céramique et architecture, 1913, n° 17, p. 3-4 fig. 13.

SALVETAT (Alphonse), Rapport fait par M. Salvétat au nom du comité des arts chimiques sur les objets en porcelaine de Bayeux présentés par M. Gosse, rue Paradis-Poissonnière, 42, à Paris, Paris, Société d’encouragement pour l’industrie nationale, impr. de Mme Vve Bouchard-Huzard, 1858

VASSEUR (Michel), La porcelaine de Bayeux et des autres manufactures bas-normandes, Caen, Editions de l’Atelier 38, 1985.

VAUDOUR (Catherine), « L’enquête des préfets sur les manufactures de céramique, l’exemple de la Manche », Annales de Normandie, 1984-2, p. 191-200.

VERNEY (Antoine) dir., Le Musée Baron Gérard ou l’Histoire d’une collection, (Art de Basse-Normandie 123), 3e trimestre 2000.

VILLERS (Georges), « Notice sur la Manufacture de porcelaine de Bayeux », Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie, publié par l’Association normande, 1857, 23, p. 252-267.

VILLERS (Georges), « Rapport sur le concours du Prix Létot », Société des sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 1897, 2, n° 4, p. 124-129.

Notes

1 J. Le Jeune 1962 et 1985 ; M. Vasseur 1985a et 1985b.

2 D. Pain, O. Lassère 1998.

3 Anonyme (1957).

4 Musée national de la céramique de Sèvres, Musée national Adrien Dubouché de Limoges, Musée de la céramique à Rouen, Musée des beaux-arts et Bibliothèque municipale de Caen, Musée Baron Gérard de Bayeux, Hôtel de ville de Valognes et Archives départementales du Calvados.

5 C. de Grollier 1922, p. 112 n° 1419 à 1420. ; P. Alfassa, J. Guérin 1959, pl. 95A (n° 1463) ; Anonyme 1959, p. 6.

6 J. Le Jeune 1962, p. 111-117 ; M. Vasseur 1985, p. 142-149.

7 J. Le Jeune 1962, p. 112-117 ; M. Vasseur 1985, n° 49-56, n° 58 et n° 70-79.

8 J. Le Jeune 1962, p. 112-113, 114 ; M. Vasseur 1985, n° 30, n° 38, n° 45-48 et n° 59.

9 J. Le Jeune 1962, p. 113 ; M. Vasseur 1985, n° 57.

10 J. Le Jeune 1962, p. 111-112 ; M. Vasseur 1985, n° 31-37.

11 M. Vasseur 1985, n° 95-98.

12 J. Le Jeune 1962, p. 146-147 ; M. Vasseur 1985, n° 80, 81 et 83-85.

13 H. Guibet 2000.

14 C. de Grollier 1922, p. 112 n° 1419 à 1420 ; J. Le Jeune 1962 ; 1985 ; M. Vasseur 1985a et b.

15 cf. bibliographie dans R. de Brébisson 1897, p. 94, complétée de S. Jumelin 1792 et de A. Brongniart 1877, I, p. 47 et II, p. 353.

16 Guilbert [1819] ; Anonyme [1819]a et b ; Costaz 1819 p. 303 ; Héricart de Thury, Migneron 1824 p. 405 et 1828 p. 450 ; L’Etablissement Industriel (27 août 1827) ; Le Journal du commerce (8 octobre 1827) ; Anonyme 1834a p. 28 et b ; Castel 1842, p. 36-39 ; Th. Labbey 1844 ; A. Brongniart 1844, p. 447-450 ; J. Morière 1850, p. 17-18 ; J. Morière 1851 ; J. Morière 1855 ; R. Bordeaux 1855 ; Chevalier 1863, p. 64 ; J. Morière 1869, p. 253, 526.

17 J. Pattu 1823.

18 G. Villers 1857

19 Arch. Soc. sciences, arts et belles-lettres de Bayeux n° SABL.2.3.108.

20 G. Villers 1857, p. 263-267.

21 A. Salvetat 1858.

22 Blanchetière 1877.

23 Blanchetière 1877, p. 306-309.

24 Drouet 1885.

25 Anonyme 1883, n° 351-354 ; Anonyme 1899, n° 65 p.103-104.

26 G. Villers 1897.

27 R. de Brébisson 1897, p. 95-119 ; 1898 (rééd. revue et corrigée).

28 N. de Martel 1902 ; V. Le Fort 1912 ; J. Salt 1913 ; J. Abraham 1927a et 1927b.

29 M.-J. Morlent 1996.

30 Anonyme 1957.

31 J. Pougheol 1958.

32 J. Le Jeune 1962.

33 J. Le Jeune 1962, p. 66 (lettre de P.-J. Langlois à son dépositaire à Paris) ; p. 67 : (lettre publicitaire destinée à la clientèle).

34 M. Vasseur 1985.

35 E. Michel 1910 ; E. Michel 1911, p. 171-173 ; C. Vaudour 1984 ; M. Dubus, B. Pannequin 1999, p. 128-137 ; A.-M. Flambard Héricher 2002, p. 315-338.

36 Arch. Man. nat. Sèvres, U09 liasse 1 ; U16 liasse 1, division 1, division 2 ; U16 liasse 2, division 1, division 2 ; U16 liasse 3, division 10.

37 Coll. Mus. nat. cér. Sèvres inv. n° 684, n° 1016, n° 1298, n° 1639, n° 2671, n° 3370, n° 4888.

38 Coll. Mus. A. Dubouché Limoges inv. n° 3394-3419.

39 Arch. dép. Calvados, M 2969, M 8633 à 8642, Z 246 et Z 909.

40 Arch. dép. Calvados, M 8873.

41 Arch. dép. Calvados, M 8876.

42 Arch. dép. Calvados, respectivement : 8E 12441, 12568, 12619 et 12685.

43 A.-M. Flambart Héricher 2002, p. 318-326.

44 Arch. dép. Calvados, 8E 12441 et H Bayeux N118 liasse 12.

45 J. Le Jeune 1962, p. 11-46 ; P. Leberruyer 1993.

46 Arch. dép. Calvados, M 8634.

47 Voir l’explication rédigée à ce sujet par P.-J. Langlois en août 1809 dans C. Vaudour 1984, p. 194 et M. Dubus, B. Pannequin 1999, p. 132-133.

48 G. Villers 1857, p. 258.

49 Arch. dép. Calvados, M 8633.

50 Arch. dép. Calvados, M 8635.

51 L. Costaz 1819 ; G. Villers 1857, p. 260.

52 Arch. dép. Calvados, Z 909 ; E. Michel 1911, p. 171.

53 C. Vaudour 1984, p. 194.

54 Arch. dép. Calvados, Z 246, M 8833, M 8834, M 8873.

55 A. Salvetat 1858, p. 6.

56 A. Brongniart 1844.

57 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

58 G. Villers 1857, p. 264.

59 A. Salvetat 1858 p. 2.

60 R. de Plinval de Guillebon 1995, p. 350

61 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

62 J. Morière 1851.

63 G. Villers 1857, p. 264.

64 A. Salvetat 1858, p. 5.

65 A. Salvetat 1858, p. 3 ; G. Villers 1857, p. 264.

66 R. de Brébisson 1896, p. 114 ; E. Michel 1911, p. 175.

67 Blanchetière 1877, p. 306.

68 A. Salvetat 1858, p. 4 ; M.-J. Morlent 1996, p. 61.

69 Arch. dép. Calvados, M 8873.

70 A. Salvetat 1858, p. 8.

71 G. Villers 1857, p. 265.

72 A. Salvetat 1858, p. 5-7.

73 R. de Brébisson 1897, p. 114-115.

74 Blanchetière 1877, p. 309.

75 Arch. dép. Calvados, 8E 12685.

76 A. Salvetat 1858, p. 2.

77 G. Villers 1857, p. 265.

78 A. Salvetat 1858, p. 2.

79 A. Michel 1908.

80 Arch. dép. Calvados, M 2969.

81 A.-M. Flambard Héricher 2002, p. 319-323.

82 Arch. dép. Calvados, M 8637 et M 8638.

83 E. Michel 1910, tableau n° 7 p. 30.

84 Arch. dép. Calvados, M 8639.

85 Blanchetière 1877, p. 306-307.

86 R. de Brébisson 1896, p. 116 ; M.-J. Morlent 1994, p. 65-66 ; E. Michel 1910, tab. n° 7 p. 30.

87 M.-J. Morlent M.-J. 1994, p. 74.

88 R. de Brébisson 1896, p. 117.

89 J. Le Jeune 1962, p. 32.

90 G. Villers 1857, p. 258.

91 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1976.

92 Anonyme 1877.

93 Anonyme 1877.

94 Arch. dép. Calvados, M 8634.

95 S. Jumelin 1792 ; C. Vaudour 1984, p. 194.

96 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 639 ; M. Dubus, B. Pannequin 1999, p. 133-134.

97 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2620.

98 A. Salvetat 1858, p. 3.

99 A. Michel 1913, p. 29.

100 G. Villers 1875, p. 258-260 ; R. de Brébisson 1897, p. 97-104.

101 U. Guilbert [1819] ; Anonyme [1819a] ; Anonyme [1819b].

102 L. Costaz 1819, p. 303.

103 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 684.2.

104 L. Costaz 1819, p. 303.

105 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 684.1.

106 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 684.3, dépôt au Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1601.

107 P. Drouet 1885.

108 J. Pattu 1824.

109 Arch. man. nat. Sèvres, U 16 L1 d2 ; Héricart de Thury, Migneron 1824, p. 405 ; Arch. man. nat. Sèvres, U16 L1 d3 ; L’Etablissement Industriel (27 août 1827) ; Le Journal du commerce (8 octobre 1827) ; Héricart de Thury, Migneron 1828, p. 450.

110 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 1016 et n° 1298, dont certains exemplaires déposés au Musée Baron Gérard de Bayeux respectivement inv. n° C1882, C1888, C1894, C1895, C1885 et C1886.

111 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 1016.6.

112 J. Le Jeune 1962, p. 66 et 67.

113 Anonyme 1834a ; Anonyme 1834b, p. 29 ; Castel 1842 ; Th. Labbey 1844.

114 Arch. man. nat. Sèvres, U16 liasse 2 divisions 1 et 2 ; A. Brongniart 1844, p. 447-450 ; Arch. dép. Calvados, M 8873.

115 Coll. Mus. nat. cér. Sèvres inv. n° 1639, 2671 et 3370.

116 Arch. dép. Calvados, Z 246.

117 M. Vasseur 1985, fig. 27 p. 58.

118 Arch. dép. Calvados, Z 8873.

119 Arch. Man. nat. Sèvres, U16, liasse 2, division 2.

120 Arch. dép. Calvados, M 8873.

121 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

122 Arch. dép. Calvados, Z 246.

123 Castel 1842, p. 38.

124 Arch. dép. Calvados, M 8873 ; A. Brongniart 1844, p. 447-450 ; Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 3370.3, dépôt au Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1893.

125 Arch. dép. Calvados, M 8873.

126 Arch. dép. Calvados, 8E 12568.

127 Legs en date de 1884 de Louis-François-Léonor Doucet au profit du musée de Bayeux, coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1698 ; Anonyme 1899, n° 65 p. 42.

128 Bertot 1844, p. 99 ; O. Renaudeau 1997, p. 508-509.

129 G. Villers 1857, p. 265.

130 Arch. dép. Calvados, 8E 12685.

131 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.12 et 4888.13, déposés au Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1890 et C1892.

132 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.

133 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3394-3419.

134 Arch. dép. Calvados, 8E 12619.

135 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.7. et 4999.2.

136 R. Bordeaux 1855, p. 281-282.

137 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.7.

138 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4999.2.

139 A. Michel 1908.

140 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3394.

141 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3401 et 3402.

142 A. Verney (dir.) 2000, p. 48-50.

143 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1601 et C1882 à 1896 (Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 684.3 ; n° 1016.2 à 5 ; n° 1298.1 et 2 ; n° 1639.8 ; n° 3370.3 ; n° 4888.1 à 3 et 11 à 13.

144 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1716 ; M. Vasseur 1985, fig. 53, p. 83.

145 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1710 et C1711 ; J. Le Jeune 1962, fig. 8 ; M. Vasseur 1985, fig. 19 p. 45 ; A. Verney (dir.) 2000, fig. p. 100.

146 Registre des délibérations du Conseil municipal de Bayeux (délib. n° 72 du 11 mai 1880) ; A. Verney (dir.) 2000, p. 48.

147 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1714 ; M. Vasseur 1985 , n° 33 p. 63.

148 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1881 ; A. Verney (dir.) 2000, fig. p. 50.

149 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2154 ; cf. J. Le Jeune 1962, fig. 9 (pièce identique).

150 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1976 ; J. Le Jeune 1962, fig. 6 ; M. Vasseur 1985, fig. 18.

151 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1698.

152 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1715 ; A. Verney (dir.) 2000, fig. p. 102.

153 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1707 et C1708 ; cf. M. Vasseur 1985, fig. 72 (forme identique).

154 R. de Plinval de Guillebon 1995, p. 350 (marque non référencée).

155 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1712 et C1713.

156 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2554.

157 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1695 et C1709.

158 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1749 ; J. Le Jeune 1962, fig. 18 ; M. Vasseur 1985, fig. 32 ; Verney A. (dir) 2000, fig. p. 100.

159 C. de Grollier 1922, p. 112 n° 1419 à 1420.

160 Anonyme 1957.

161 J. Pougheol 1958, p. 7.

162 J. Le Jeune 1962, p. 102-107.

163 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1743 et 1744, C1747, C1755, C1875 à C1877, C1899 à C1901, C1904, C1917, C1928, C1950, C2016 et C2031.

164 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1674 à C1681, C1750 et C1751, C1879 et C1880, C1898, C1906, C1908 et C1909, C1918, C2005 à C2008, C 2013 et C2014 ; J. Le Jeune 1962, fig. 15, 24 ; Vasseur 1985, fig. 45, 49/3.

165 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1916, C2039 à C2041 ; M. Vasseur, 1985 fig. 74.

166 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1512 à C1517 ; M. Vasseur, 1985 fig. 78.

167 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1501 à C1508, C2075 et 2076, C2078, C2081 ; M. Vasseur, 1985 fig. 82/1.

168 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1519, C1653 à C1656, C1911 à C1913, C1916, C1919 et C1920, C1922 à C1924, C1927 ; J. Le Jeune 1962, fig. 27 ; M. Vasseur, 1985 fig. 95.

169 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2032 et C2033 ; M. Vasseur, 1985 fig. 66/2.

170 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1903.

171 J. Abraham 1927b, p. 291 ; Anonyme 1957, 1-2 et 6.

172 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1638 à C1652, C1902, C1994, C1997 et C1998, C2009 à C2012, C2017 et C2018, C2020 à C2028 et C2030 ; J. Le Jeune 1962, fig. 20, 21 ; Vasseur 1985, fig. 34, 37/1, p. 38.

173 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1910 ; Anonyme 1957, p. 11.

174 P. Alfassa, J. Guérin, 1959, pl. 95A (n° 1463).

175 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1749 et C2580 ; J. Le Jeune 1962 fig. 18, marque p. 112 ; M. Vasseur 1985, fig. 32 marque n° 38.

176 M. Vasseur 1985, marque n° 12 ; P. Leberruyer 1993, fig. p. 33.

177 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2579.

178 Coll. Mus. nat. cér. Sèvres inv. n° 684, 1016, 1298, 1639, 2671, n° 3370 et 4888.

179 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1882 et C1885, dépôt du Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 1016.4 et 1298.2.

180 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2202 et C2203.

181 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1881et C2327.

182 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C1714 ; M. Vasseur 1985 fig. 33 (non signé contrairement aux affirmations de l’auteur).

183 Coll. Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 1639 n° 2671 et n° 3370.

184 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1889, dépôt du Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 1639/8.

185 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1893, dépôt du Musée Nat. cér. Sèvres inv. n° 3370/3.

186 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2273, C2675 et C2575.

187 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1716 et C1747.

188 M. Vasseur 1985, marque n° 52.

189 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2635 et C1950 cf. J. Le Jeune 1962, fig. 23 et M. Vasseur 1985, fig. 42.

190 C. de Grollier marque n° 1419 p. 112.

191 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1876 et C1747.

192 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1875.

193 J. Le Jeune 1962, p. 112-114 ; M. Vasseur 1985, p. 143-145.

194 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2635.

195 P. Leberruyer 1993, p. 32-34.

196 Coll. Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.

197 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2393 et D. Pain, O. Lassère 1998, p. 5.

198 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges inv. n° 3394 à 3419.

199 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2624.

200 M. Vasseur 1985, p. 145 (répertoire non exhaustif) cf. coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1715 ; C1748 ; C1754 ; C1904 ; C1928 ; C2054 ; C2016 ; C2079 ; C2080 ; C2597 ; C2603.

201 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1715 ; C1904 ; CC2054 ; C2079 ; C2080.

202 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1748, C2079 et C2080.

203 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1715 ; C1754 ; et C2603.

204 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1883 ; C2054 ; C2593 ; C2644.

205 M. Vasseur 1985, n° 78.

206 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1883, C1884, C1890, C1892, C1896 ; dépôt du Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.1 à 3 ; 12 et 13.

207 Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges, par exemple inv. n° 3395 ; 3398 ; 3413 et 3415.

208 M. Vasseur 1985, n° 77 ; Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges, par exemple inv. n° 3400 ; 3414 et 3418.

209 M. Vasseur 1985, n° 76 ; Coll. Musée Adrien Dubouché Limoges, par exemple inv. n° 3401 et 3416.

210 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2624.

211 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2593 ; C2664 et C1883 dépôt Musée nat. cér. Sèvres inv. n° 4888.2.

212 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2393.

213 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1910, C2298-2299, C2339 et C2387.

214 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2079 et C2080.

215 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1919, C1928 et C2393, cf. M. Vasseur 1985, fig. 75/2.

216 Coll. Musée Baron Gérard Bayeux inv. n° C2618, cf. p. 5 et 7.

217 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1665, C1755, C2045, C2636 cf. J. Le Jeune 1962, fig. 28 et M. Vasseur 1985, fig. 66/1, 68, 90.

218 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2589.

219 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1665, 1668-1673, C2598 cf. J. Le Jeune 1962, fig. 28 ; M. Vasseur 1985, fig. 66/1.

220 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1743-1744, C2372, C2393 cf. M. Vasseur 1985, fig. 63.

221 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C2599 cf. M. Vasseur 1985, fig. 73.

222 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1709, C1944, C1948, C2045, C2411-2412, C2644, C2649 cf. M. Vasseur 1985, fig. 68, 75.

223 M. Vasseur 1985, fig. 39, coll. Musée Baron Gérard, inv. C2064.

224 R. de Plinval de Guillebon 1995, p. 414, fig. 415 et répertoire n° 395 p. 443.

225 Coll. Musée Baron Gérard de Bayeux inv. n° C1875-1876.

Table des illustrations

Légende ill. 1 : Facture de la manufacture de Bayeux en date du 21 janvier 1814. (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2620).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende ill. 2 : Encrier séchoir signé « Bayeux » de morphologie identique à une pièce en Valognes. (Coll. Musée Baron Gérard inv. C1749).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende ill. 3 : Compotier et plateau signés « Bayeux » de morphologie identique à une pièce en Valognes. (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2580).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende ill. 4 : Légumier présenté à l’exposition de 1819. (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. 684/1).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende ill. 5 : Assiette signée « BX », exposition de 1827. (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C1016/4 - dépôt Musée Baron Gérard, inv. C1882).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende ill. 6 : Poulies signées « Bx » provenant de la machinerie de l’ancien théâtre de Bayeux (1830). (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2202 et C2203).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende ill. 7 : Pièces présentées à l’exposition de 1827 (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C1016/2,3 et 5 - dépôt Musée Baron Gérard, inv. C1887, C1888, C1894 et C1895).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende ill. 8 : Poulie signée « Bayeux » exposition de 1834 (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C1639/8 - Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1889).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende ill. 9 : Casserole à douille à couverte brune de type Orchamps signée « Bayeux » exposition de 1844 (Coll. Musée Nat. Cér. Sèvres, inv. C3370/3 - dépôt. Musée Baron Gérard, inv. C1893).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende ill. 10 : Plat signé « V L/Bayeux » et « Pixit à Bayeux 1844 » (Coll. privée).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende ill. 11 : Coupe signée « V./L. Bayeux » et « Peint par Louis Duval 1844 » (Coll. privée).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende ill. 12 : Assiette signée « V L/Bayeux » et monogramme « L » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2558).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende ill. 13 : Saucière signée « Ve L/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2680).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende ill. 14 : Tasse et sa soucoupe signée « Ve L/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2635).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende ill. 15 : Fontaine signée « Vve L/ Bayeux » (corps) et « BX » (couvercle) (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1950).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende ill. 16 : Assiette signée « P.P.L. Duval/1844/7bre » avec monogrammes « Ch » et « L » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1876).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende ill. 17 : Vase signé « Ve L/Bayeux », « Duval pinxit » et « Sophie Langlois » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1716).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende ill. 18 : Paire de vases signés « 6, Rue JJ Rousseau/GOSSE/à Paris » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C1707 et C1708).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende ill. 19 : Ensemble de pièces signées « Ve L/Bayeux/G.». Les trois verseuses du fond sont en outre signées « P » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2016, C2037, C1715, C 1754, C2603).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende ill. 20 : Assiette signée « V.L./Bayeux/G » et « *LX » (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2079).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende ill. 21 : Coupe sur présentoir signée « V.L./BX/G », « XXX » et « B » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2054).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende ill. 22 : Ensemble de pièces présentées à l’exposition de 1855 signée « G/Bayeux », l’assiette à gauche signée en outre « L » en creux (Coll. Musée Nat. de Sèvres inv. 4888/1 à 3 et 11 à 13 - dépôt au Musée Baron Gérard inv. C1883, C1884, C1890, C1892 et C1896).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende ill. 23 : Bouquetière datée de 1857 signée « G/Bayeux » et « V » en creux (Coll. Musée Baron Gérard, inv. C2293).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende ill. 24 : Ensemble de pièces présentées à l’exposition de 1867 signées « G/Bayeux », « GOSSE/Bayeux » et « GOSSE/BAYEUX aux armoiries de la ville » (Coll. Adrien Dubouché Limoges inv. 3395 à 3419).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende ill.25 : Bouquetière destinée à être remise au couple impérial en 1858, signée « G/Bayeux » (voir ci-dessus) (Coll. privée).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende ill. 26 : Chocolatière signée « G/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2636).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende ill. 27 : Chocolatière signée « G/Bayeux/I » (Coll. Musée Baron Gérard inv. C1755).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende ill. 28 : Chocolatière signée « G/Bayeux » (Coll. particulière).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende ill. 29 : Chocolatière signée « G/Bayeux » (Coll. Musée Nat. Sèvres inv. C14590).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende ill. 30 : Chocolatière signée « G/Bayeux/I » (Coll. Musée Nat. Sèvres inv. C2045).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende ill. 31 : Chocolatière signée « GOSSE/Bayeux » (Coll. particulière).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende ill. 32 : Chocolatière signée « GOSSE/Bayeux » (Coll. particulière).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende ill. 33 : Chocolatière signée « GOSSE/Bayeux » (Coll. Musée Baron Gérard inv. C1665).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende ill. 34 : Chocolatière signée d’une fausse marque chinoise (Coll. Musée Baron Gérard inv. C2589).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40736/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Auteurs

Historienne de l’art.

Directeur du Service du Patrimoine du Conseil général du Calvados.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search