Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Les pratiques rituelles : prescriptions de l’Église et usages coutumiers

Objets rituels et rituels d’objets : le vacarme des Ténèbres1

Claudine Vassas

Texte intégral

  • 1 Je présente ici en les réduisant amplement quelques éléments d’une recherche publiée dans un ouvrag (...)
  • 2 J’ai suivi pendant plusieurs années ces représentations du théâtre de la Passion et ces jeux d’iden (...)

1Longtemps, dans les pays de l’Europe catholique abritant des communautés juives, la Semaine Sainte fut la période de l’année où se marquait le plus fortement la coupure entre juifs et chrétiens. Les juifs étaient sommés de rester chez eux sous peine d’être molestés, ce qui n’empêchait pas les agressions directes et les attaques armées de se multiplier jusque dans les ghettos. Dans le même temps, entre eux, les chrétiens commémoraient la mort du Christ sous une forme dramatisée bien souvent. Dans ce théâtre, issu du grand Mystère pascal de la Passion, on ne manquait pas de rappeler la part que les juifs auraient pris, selon la croyance commune, à la mort de Jésus. Même si, comme on le sait, Judas et les juifs y avaient le mauvais rôle, cela pouvait être très valorisant d’appartenir à une famille jouant ces personnages. Aussi se transmettait-on ce privilège au sein des familles qui incarnaient ces rôles depuis des années et le proclamait-on fièrement : dans une petite commune catalane où la tradition s’en est maintenue jusqu’à aujourd’hui, on s’enorgueillit de pouvoir montrer encore les ruines d’une maison brûlée en soutenant : « Judas était d’Esparraguer»2.

  • 3 L’église du village possède aussi à côté des statues des « juifs » de magnifiques tableaux que j’ai (...)

2Par ailleurs, tout au long de cette semaine appelée en plusieurs lieux la « semaine noire », des rites se déroulant autour des « sépulcres » ou des monuments dressés dans les églises réactualisaient sous diverses formes l’affrontement supposé entre juifs et chrétiens, les gens du lieu y tenant également tous les rôles. C’est ainsi que de petites bourgades en Espagne, en Italie et dans les îles voisines se sont fait une spécialité de ces scénarios mettant en scène des « juifs ». A San Fratello, près de Palerme, une partie de la population se déguise de façon burlesque pour les incarner de manière caricaturale, tout comme en Aragon ou dans l’île de Majorque, et ils courent comiquement dans les rues suscitant joie et peur mêlées chez les enfants. Quand ils ne sont pas joués, ils sont représentés sous forme de mannequins que l’on conspue, juge, brûle ou pend pour finir - ainsi en Catalogne espagnole ou au Portugal - mais on peut aussi les rencontrer statufiés, ce qui me fut donné à voir alors que je séjournais à Catllar dans le Conflent3. Tandis que je m’informais des traditions locales auprès du sacristain, il m’invita à pénétrer dans l’église et entrouvrit une porte latérale donnant sur une sorte de débarras mal éclairé. J’aperçus alors deux statues de facture assez grossière qu’il identifia pour moi : « Ce sont les jueus ! ». Face à ma perplexité, il expliqua alors :

Le Jeudi saint, on couchait le Christ devant le maître-autel que les dévotes avaient orné de fleurs, des cierges étaient allumés autour et tout Catllar défilait pour embrasser les pieds du Christ, le clou surtout ! Et il y avait une particularité, ces deux soldats romains grandeur nature avec leur lance au côté qu’on mettait de chaque côté et les gens les appelaient els jueus. Ils ne sont pas plus juifs que ça, ces soldats romains. Mais, pour les gens d’ici, ce sont els jueus ! Et le dimanche, au moment où on entonnait l’hymne au Ressuscité, on bombardait les juifs, les gosses surtout, jusqu’à ce qu’ils tombent. Et tout le monde attendait ce moment.

  • 4 Pour une vision d’ensemble des coutumes catalanes voir J. Amades, Costumari Català. El curs de l’an (...)

3Je retrouvai des juifs, des jueus romans cette fois, à Esterri, où ils sont incarnés par des habitants du village. Ils se tiennent en armes auprès du Saint Sépulcre qu’ils veillent dans l’église pour le défendre de l’attaque des « chrétiens », un autre groupe de très jeunes figurants qui pénètrent en force jusqu’au monument pour leur disputer la dépouille du Christ. S’ensuit un affrontement qui s’achève toujours par la déconfiture des jueus romans. Ils interviennent encore à Majorque sous la même appellation et, là aussi, c’est surtout aux jeunes garçons qu’est dévolue la tâche de les « bombarder » le jour de Pâques. Présente dans une aire très large, comme je le découvris, cette action rituelle prend, dans les pays catalans, le nom de matar jueus4.

4Avançant dans ma recherche, je cherchai très vite à saisir le lien unissant une classe d’âge, celle des sept-douze ans, et les rites dramatisés prenant place dans le scénario de la Semaine Sainte. Toujours dans le village de Catllar, je rencontrai d’autres personnes qui me parlèrent de la manière dont on « faisait les Ténèbres » à l’office du même nom. Il s’agit de la patrico-patraca à laquelle les gamins armés de crécelles et de martelets appelaient en ces termes : « Al ofici dones - Poques i bones - Al ofici anem - Garrotades als jueus (A l’office, femmes – Peu nombreuses et bonnes - à l’office allons - des coups pour les juifs). Cela suscita une nouvelle interrogation : quel était cet instrument - certes peu harmonieux - doté du pouvoir de « frapper », à l’instar des coups bien réels qu’ailleurs on pouvait faire pleuvoir dru sur les juifs ? Un tour d’horizon des termes et des formes de l’instrument en question permit de voir se dessiner les contours d’une singulière relation.

  • 5 In C. Bauby, Coutumes de Pâques en Roussillon, Perpignan, 1944, p. 22.

5Non loin de là, à Céret, l’un des anciens acteurs du rite en avait évoqué le souvenirpour les années 1880 : « La Semaine Sainte à peine inaugurée, nous étions tous allés nous munir d’une masse, la massa, de dimensions plus ou moins grandes, selon les forces de chacun. Mais pourquoi ces masses ? Diable, c’était pour faire du tapage à la fin des Ténèbres et surtout « per matar els jueus » ! Dès que nous entendions sonner l’office du soir, vous nous auriez vu poindre de tous les quartiers de la ville, chacun avec son instrument sur l’épaule et nous diriger vers la place de l’église ; quelques uns avaient préféré la criquette… ». Là, les gamins attendent le moment venu, c’est à dire l’extinction du dernier cierge que l’un d’eux surveille, pour s’engouffrer dans l’église afin d’être prêts quand le prêtre déclenchera - malgré lui ! - le signal du vacarme en donnant un coup sur son livre : « L’office était terminé ! Alors, éclatait de tous côtés un bruit assourdissant. Les marches des autels retentissaient sous nos masses ; les criquettes faisaient entendre leurs sons rauques et déchirants. Ceux qui n’étaient pas armés s’emparaient d’une chaise à double siège et faisaient claquer le siège supérieur sur les montants »5. Un regard sur les communes catalanes voisines révéla que le rite y était également effectué. Cela me fut confirmé pour Catllar, où je revins alors, par le chantre de l’église, qui avait été enfant de chœur ; il m’apprit que le rite se déroulait devant les statues des juifs :

Pour faire la patrico-patraca, nous les enfants de chœur, on avait des crécelles plus grosses et c’était à celui qui la secouerait le plus fort. Les autres, ceux qui n’avaient pas de crécelles, ils secouaient les bancs. Quelle poussière dans l’église ! Et, sur les marches de l’autel, il y avait le Christ couché sous un drap noir et de chaque côté un jueu. Et, quand on avait fini le vacarme, on couchait les statues. On disait qu’ils étaient morts, on les renversait. Et après, quand l’office était fini, on y passait devant. Enfin, ceux qui n’avaient pas peur ! Nous, on crânait, on leur donnait un coup de pied pour voir s’ils étaient bien morts. On leur crachait dessus. Parce qu’il faut vous dire que ces jueus, après, ils disparaissaient. Avant l’office du Jeudi Saint, on les sortait et on les mettait tout au fond de l’église, dans l’obscurité ; Après, on les enfermait dans un réduit jusqu’à l’année suivante. Du temps où j’étais enfant de chœur, ils étaient dans le clocher et on se faisait peur avec ; parce que nous, on s’amusait dans l’église. Alors tout d’un coup, il y en avait un qui criait : « Gar’als jueus ! (attention, les juifs !) » et c’était la débandade dans les escaliers, surtout pour les nouveaux venus, les petits qui ne savaient pas !

  • 6 Amades, op. cit., p. 753.
  • 7 Bauby, op. cit., p. 23.

6Les garçons combattent donc les juifs avec leurs armes sonores, et leur efficacité s’accroît aux yeux des acteurs des preuves tangibles qu’ils se donnent de leur pugnacité. Le grand ethnographe catalan Joan Amades se souvient de ce « maillet de bois » dont le nom, pour les artisans qui l’utilisent, renvoie au plus gros des marteaux : « Les garçons de mon époque, nous nous promenions la masse accrochée à la ceinture comme on l’aurait fait d’une épée, ou nous la portions attachée autour du cou et, ainsi accoutrés, nous déambulions, l’air aussi triomphal que si nous avions arboré des armes véritables ! ». Ces masses sont d’ailleurs, de la part des petits guerriers, l’objet de soins qui tendent à en accroître la force meurtrière. Ils les bricolent jalousement, y plantant des clous pour les rendre plus blessantes. En outre, « chaque année, avant de commencer à frapper avec la masse, on la trempait dans le bénitier, et ceux qui en étrennaient une la faisaient tremper plus longtemps en la remuant bien comme s’ils la baptisaient»6. Rendu «chrétien», l’instrument n’en est que plus apte à «tuer les juifs»7. Toujours dans le Conflent, les garçons mettent les crécelles sous leur chemise pour qu’elles soient bénies à l’office des Rameaux, le dimanche précédent. En Roussillon, s’ajoutent aux martelets des verges en bois de cornouiller, le basto de sanguinyol, au moyen duquel les garçons frappent les dalles de l’église ; dans les taches humides et rougeâtres qu’ils aperçoivent sur le sol, ils identifient le «sang des juifs» meurtris.

7À Pâques, donc, les garçons se mobilisent contre les juifs en véritables petits soldats. Mais, s’ils multiplient les signes concrets de leur combat et de leur victoire - à l’image de l’affrontement ostentatoire que les adultes, de leur côté, mettent en scène - c’est par la puissance d’un rite qui leur appartient en propre que meurent les «juifs» et ce dernier prend place en un lieu et un temps spécifique : l’église et sa liturgie pascale. En l’investissant pour ce seul vacarme, quel droit affirment-ils ?

  • 8 Voir C. Corrain & P. Zampini, Documenti etnografici e folkloristici nei sinodi diocesani italiani, (...)

8Un droit coutumier, qui plonge ses racines dans un lointain Moyen Age et qui se fonde sur le lien singulier unissant les enfants chrétiens aux juifs déicides, mais un droit qui outrepasse la limite qui lui fut assignée. Car, si le vacarme des Ténèbres est toléré par l’Eglise dont la liturgie admet dans la pratique que la grande crécelle puisse remplacer la grosse cloche pour appeler aux offices, elle a dû très vite, comme en témoignent les synodes, en tempérer la forme et les modes, en réduire les excès d’abord imputables à la nature des instruments employés. Les synodes italiens offrent la riche typologie des crécelles en usage aux XVe et XVIe siècles et leurs noms sont déjà évocateurs des stridences qui retentissent sous les secousses vigoureuses de leurs porteurs8. Raganelle et taccole sont honnies en raison de l’ampleur du bruit qu’elles produisent dans les lieux saints, mais les recommandations réitérées et les tentatives pour redonner à la cérémonie «mesure et gravité» échouent d’autant plus sûrement que les objets incriminés sont entre les mains d’un groupe puissant et reconnu par l’Eglise. Car, si les acteurs du rite régulièrement admonestés et même vilipendés dans ces textes sont parfois les « adolescenti », ils sont plus souvent encore les « pueri », terme synonyme de « chiericheti » par lequel on désigne les enfants de chœur.

  • 9 Voir G. L’Hôte, La Tankiote ; Usages traditionnels en Lorraine, Nancy, 1984, p. 162.

9Dès lors, le témoignage de notre chantre de Catllar mettant en avant les privilèges des enfants de chœur dont il faisait partie dans son enfance prenait relief et profondeur. Peu d’ethnographes se sont occupés de ces acolytes, mais une belle enquête lorraine contemporaine s’offrit comme un juste contrepoint à mon propre terrain catalan9. J’y découvris que les enfants de chœur y sont désignés par l’expression d’« enfants de chœur-crécelleurs » ou de « trételeurs », du nom de la crécelle lorraine, et bien sûr qu’ils sont les maîtres du rite. Seuls habilités au maniement des instruments, ils interviennent à plusieurs reprises tout au long des rites de la Semaine Sainte car ils constituent un groupe organisé, très hiérarchisé et très puissant dans les villages. En outre, dans cette région où la coutume de « brûler judas » s’est maintenue jusque dans les années soixante, ils conservent la mainmise sur la « promenade de Judas » et sur le châtiment du traître pour lequel ils préparent le bûcher.

  • 10 Je développe amplement l’ensemble de ces accusations dans La bête singulière…, op. cit., chapitre V (...)

10L’ethnographie des petits catalans, celle des jeunes lorrains, invitait à mieux cerner ce qui affleurait encore de la très officielle position qu’on leur concéda comme un droit avec l’institution des enfants de chœur. En consultant la documentation éparse, je découvris que les jeunes clerici-chori recrutés et formés dans les psallettes pour chanter aux offices se voyaient attribuer d’autres fonctions. Ici et là, ils entraient dans le théâtre : à Noël, où ils faisaient les bergers et les anges, mais aussi dans les grandes Passions, qui consacrent vraiment les premiers enfants de chœur-acteurs. Au détour d’un synode, ils sont alors évoqués avec une nouvelle précision tout d’abord assez énigmatique mais qui très vite prend sens : « Pueris cantoribus, quos innocentes vulgo appellant ». « Innocents », une appellation que le vulgaire affectionne, mais que les enfants de chœur reprennent un peu partout à leur compte, se plaçant même sous la protection des saints du même nom, se dotant d’une fête dont ils font coïncider la célébration, le 28 décembre, avec celle des enfants sacrifiés par Hérode… Et très vite, aussi, on les voit tenir ce rôle dans les représentations de la Tragédie d’Hérode ou dans celles du Massacre des Saints Innocents qui connaissent une immense fortune aux XVe et XVIe siècles en France, en Espagne, en Italie. Peu à peu, la forme de cette identification se met en place et c’est en France, à Paris, qu’elle reçoit sa légitimation : leur église, y apprend-on, y est dite des « Saints Innocents » ou, plus souvent encore par le peuple, « Saint Innocent » au singulier car « on y montrait la tombe de l’enfant martyr Richard, que les juifs avaient, assurait-on, crucifié à Pontoise en 1179»10.

  • 11 Developpé par R. Moulinas, Les Juifs du pape en France, Toulouse, Librairie Privat, 1981, p. 210- 2 (...)

11Ainsi s’éclaire l’antagonisme pensé et joué entre enfants de chœur et juifs, et plus largement entre enfants chrétiens et juifs, les premiers apparaissant maintenant comme les adversaires par excellence des seconds après avoir été leurs victimes de prédilection. Et en effet, l’examen des crimes imputés aux juifs entre le XIIe et le XVIe siècle dans toute l’Europe chrétienne révèle la place majeure accordée à l’accusation de « meurtre rituel » avec, dans le rôle de victimes, de jeunes garçons et des enfants de chœur sacrifiés à l’image du Christ ou des Saints Innocents à Noël et à Pâques. C’est sur ces terribles calomnies que se fonde - entre autres - le privilège accordé à la corporation des enfants de chœur partout où il y avait des juifs de les « capturer » ou de les molester en ces jours. C’est ainsi qu’en Provence au XVIIIe siècle encore, dans les ghettos d’Avignon, de Carpentras : « Les enfants de chœur de la cathédrale Saint-Siffrein pouvaient le jour de la fête des Saints Innocents envahir la synagogue et y organiser une espèce de chahut. Ils jouissaient également, à l’égard des juifs, du privilège de leur enlever par force leur chapeau et de les poursuivre dans les rues à coups de pierre en leur criant « capo ! capo ! » jusqu’à ce qu’ils aient mis chapeau bas11. Abolie à la Révolution française, la pratique de fait perdura jusqu’en 1850 environ selon les sources provençales ; Régis de la Colombière, Frédéric Mistral, Armand Lunel la mentionnent tous. Je l’ai rencontrée bien plus tard dans des œuvres appartenant au genre autobiographique, encore vivante en plusieurs points d’Europe, dans les mémoires de témoins contemporains obscurs ou célèbres comme Sigmund Freud qui, enfant, assista impuissant à l’humiliation de son père.

12Des droits et des privilèges réels qui furent concédés aux enfants en tant que victimes - mythiques - des juifs, au combat symbolique qu’ils mènent encore en « tuant les juifs » rituellement à Pâques, une même cohérence est à l’œuvre. Elle postule un antagonisme qui semble nettement établi : on l’affirme, on l’illustre, on le met en actes. Or, nous allons le voir maintenant, des glissements inattendus, de curieux passages s’opèrent aussi dans ces jeux entre soi et l’autre, entre une identité chrétienne que l’on croirait assurée et celui qui représente l’absolue et irréductible altérité : le juif.

  • 12 Amades, op. cit., p. 767-777.

13C’est en revenant aux cérémonies de la Semaine Sainte que nous rencontrons sous la plume de Joan Amades une première interrogation face à ce qu’il considère comme une « nouveauté singulière », plutôt incompréhensible à ses yeux : dans les processions nocturnes des armats - soldats romains et juifs, on s’en souvient - en plusieurs points de Catalogne, on a introduit des garçonnets vêtus en juifs « a la galatea », encore appelés « els jueus petits »12. Or ces petits juifs - garçonnets chrétiens bien sûr - figurent aussi en Italie sous le nom de bambini-giudei. Ainsi habillés, ce sont eux qui actionnent le Vendredi Saint les fameuses raganelle et taccole au cours de l’office des Ténèbres. En Sardaigne, ils vont jusqu’à « flageller le Christ » avec une telle ardeur qu’on les chasse de l’église, ailleurs ils perturbent l’ordonnance des processions en agitant avec violence et « sauvagerie » leurs crécelles en un vacarme assourdissant.

14Les garçons que nous avons vu combattre farouchement les juifs sont donc appelés à les incarner, nous retrouvons même entre les mains de ces « petits juifs » l’instrument de leur mise à mort symbolique. Ce renversement dont nous pressentons qu’il ne constitue ni une innovation absolue ni une singularité locale invite à reconsidérer, à côté de l’identité même des acteurs, le rite et ses formes.

  • 13 L’article de G. Massignon (« La crécelle et les instruments des Ténèbres en Corse », A.T.P., vol. V (...)
  • 14 L’Hôte, op. cit., p. 161.

15Dans le Bocage normand, deux groupes antagonistes se succèdent pendant l’office des Tenèbres, de même dans plusieurs communes italiennes qui font alterner la vision d’enfants « chrétiens » munis de lances, de clous et de marteaux destinés à combattre les juifs chaque fois que leur nom est prononcé et celle de garçonnets-juifs qui disparaissent quand on éteint les lumières… Ce qui est ici montré dans une belle alternance des séquences trouve son explicitation non loin de là. L’ethnologue Geneviève Massignon, enquêtant sur les instruments des Ténèbres en Corse, note « qu’armés de bâtons les enfants frappent fortement sur les bancs de l’église, ou bien, mettant deux doigts dans la bouche, ils sifflent à qui mieux mieux. Ils représentent les juifs pourchassant le Christ ». Et, commentant eux-mêmes leur action, ils affirment qu’ainsi ils « font les juifs»13. Revenant à nos enfants de chœur - crécelleurs lorrains dont nous avons vu la part qu’ils prennent aux rituels de la Semaine Sainte et à la fameuse « promenade de Judas », nous apprenons que, dans plusieurs villages, c’est l’un d’entre eux qui « fait Judas » ; en 1968 encore, le rôle « était tenu par un crécelleur, le visage noirci à la suie, maintenu par un camarade à l’aide d’une chaîne de veau passée autour de la taille ». Plus encore, en Lorraine de langue germanique, quand le rôle n’échoit pas d’office au chef des enfants de chœur, ainsi près de Sarreguemines, on l’attribue « au garçon qui arrivait le premier à l’église le dimanche des Rameaux, après une triple course autour du Monument et il était surnommé Judas. Le samedi matin, il y arrivait habillé en Judas, coiffé d’un haut bonnet en forme de quille orné de nombreuses bandes de papier peint. Il devait subir l’épreuve du feu… »14.

16Ici, depuis le dimanche des Rameaux qui voit l’élection de leur Judas en passant par l’office des Ténèbres qui dramatise son expulsion et jusqu’au feu nouveau du Samedi de la Résurrection qui le brûle, les enfants de chœur, par leur présence et leurs fonctions rituelles, assurent l’unité sémantique d’une semaine qualifiée dans toute cette région de « semaine de Judas », et cela à juste titre puisque c’est d’abord la leur.

17Au terme de cet ensemble, si nous confrontons le domaine lorrain et plus largement germanique et le domaine catalan, avec quelques incursions en Italie et en Espagne, nous nous trouvons devant deux fonctions rituelles dévolues aux enfants de chœur puis aux jeunes garçons à première vue contraires : entre « tuer les juifs » et « faire les juifs » l’écart semble immense et pourtant ces deux ensembles fonctionnent comme un dyptique que la lecture interprétative ne peut séparer.

  • 15 Ces usages rituels extra-liturgique peuvent s’appliquer aussi aux ensembles monumentaux que sont le (...)

18De part et d’autre de ces volets unis par un axe central, des objets restent stables : au premier plan les « sépulcres » et monuments de la Semaine Sainte, constructions on le sait éphémères, installations provisoires dont nous avons vu pourtant qu’ils sont indispensables à l’action rituelleet ceci à divers moments et selon diverses modalités - qu’il s’agisse d’y placer nos « juifs romains », d’y actionner les crécelles ou d’y élire par une course autour d’eux un « Judas ». Leur scénographie est indispensable à la dramatisation théâtrale du rite dans bien des cas, ce qui veut dire aussi en retour que la connaissance de rites aussi infimes que ceux auxquels nous nous sommes attachée éclaire leurs fonctions, nourrit l’interprétation que l’on peut donner de leur place et de leurs usages dans l’église, en complément de leur dimension strictement liturgique et esthétique indéniable15. A côté de ces objets monumentaux qui sont autant de lieux, d’espaces accueillant le rite, des instruments sonores - crécelles et martelets - sont à la fois des objets rituels - instruments dont l’emploi on l’a vu obéit à un calendrier, incombe à une classe d’âge, etc. - et des objets soumis à une intense ritualisation si l’on s’arrête au traitement qu’ils subissent entre les mains des enfants et que seule l’ethnographie révèle : d’instruments sonores, on en fait des armes en y apportant des modifications matérielles (clous plantés dans le bois des masses et martelets), on leur applique des rites chrétiens réservés aux humains : bénédictions, baptêmes qui les « convertissent » symboliquement et sémantiquement puisque par eux, tour à tour et en même temps, on « tue les juifs » et on « fait les juifs » avec toute la part de réversibilité que comportent ces objets et les propres acteurs du rite.

  • 16 Cela signifie, pour dire en deux mots ce qui a nécessité un long temps d’investigation, que les enf (...)

19Car c’est bien l’identité des humains plus que celles des objets qui est ici en jeu16.

  • 17 Voir L’instrument de musique populaire, Catalogue de l’exposition du Musée des Arts et Traditions P (...)

20Ecoutons pour finir le menuisier du village de Catllar, lui aussi ancien enfant de chœur : « Une crécelle c’est comme un couteau, ça ne se prête pas ! C’est sacré vous comprenez ? Chacun avait la sienne et il en était jaloux. Je me rappelle quand j’étais petit, mon père, qui avait gardé la sienne, me la montrait, mais j’avais pas le droit de la toucher… Plus tard moi, j’en ai fait des crécelles pour les enfants du coin. Plus de cent peut-être ! les patriques-patraques il fallait qu’elles soient toutes pareilles, sinon ! ». Mais chacun ensuite avec son couteau grave les signes qui la personnalisent et, surtout la marque à ses initiales et à la date de sa fabrication ainsi que j’ai pu le voir, car les crécelles sont gardées dans les maisons. Certaines parmi les plus belles (elles sont gravées et décorées) combinent lettres et chiffres à des motifs religieux qui en font des objets d’art « populaire » transmis au sein des familles de génération en génération. Parfois cédées à des brocanteurs de passage, on les retrouve sur leurs étals ; quelques unes rejoignent les vitrines des grands musées17. Toutes sont désormais muettes, rendues à leur silence et à leur mystère d’objets inanimés.

Bibliographie

Références bibliographiques

AMADES, J., Costumari Català. El curs de l’any, Barcelone, Salvat Editores, 1950, 5vols.

Folklore de catalunya. Costums i creences, Barcelone, Editorial Selecta, 1969.

BAUBY, C., Coutumes de Pâques en Roussillon, Perpignan, 1944.

CORRAIN, C. & ZAMPINI P., Documenti etnografici e folkloristici nei sinodi diocesani italiani, Bologne, 1970.

FABRE-VASSAS, C., « Le jeu de la Passion », L’HOMME, n° 111-112, juil.-déc. 1989, pp. 130-159.

—, « Le rétable d’Issenheim », in Variations autour de la Crucifixion, Musée d’Unterlinden, Colmar, 1993, pp. 86-95

—, La bête singulière : les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Editions Gallimard, « Bibliothèque des Sciences Humaines », 1993.

L’HÔTE, G., La Tankiote ; Usages traditionnels en Lorraine, Nancy, 1984.

L’instrument de musique populaire, Catalogue de l’exposition du Musée des Arts et Traditions Populaires de Paris, 1977.

MASSIGNON, G., « La crécelle et les instruments des Ténèbres en Corse », A.T.P., vol. VII, n° 3-4, 1959, pp. 274-280.

MOULINAS, R., Les Juifs du pape en France, Toulouse, Librairie Privat, 1981.

PITRE, G., Usi e costumi ; credenze e pregiudizi del popolo siciliano, Bologne, Arnaldo Forni, 1978, 4 vol. réimpression de l’édition 1870-1913.

VAN GENNEP, A., Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard, 1943- 1988, 8 vol., T. 1.

Notes

1 Je présente ici en les réduisant amplement quelques éléments d’une recherche publiée dans un ouvrage auquel je renverrai plusieurs fois (C. Fabre-Vassas, La bête singulière : les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Editions Gallimard, « Bibliothèque des Sciences Humaines », 1993). Pour plus de détails sur le rapport juif/chrétien et l’affrontement réel et symbolique de longue durée on se reportera aux chapitres V « La Pâque rouge », VI « Vieux juifs et jeunes chrétiens » et VII « Le petit juif ».

2 J’ai suivi pendant plusieurs années ces représentations du théâtre de la Passion et ces jeux d’identification entre personnes et personnages (voir C. Fabre-Vassas, « Le jeu de la Passion », L’HOMME, n° 111-112, juil.-déc. 1989, pp. 130-159).

3 L’église du village possède aussi à côté des statues des « juifs » de magnifiques tableaux que j’ai pu voir exposés au palais des Rois de Majorque à Perpignan, en particulier l’un représentant le Purgatoire.

4 Pour une vision d’ensemble des coutumes catalanes voir J. Amades, Costumari Català. El curs de l’any, Barcelone, Salvat Editores, 1950, 5vols., vol. 2, p. 758.

5 In C. Bauby, Coutumes de Pâques en Roussillon, Perpignan, 1944, p. 22.

6 Amades, op. cit., p. 753.

7 Bauby, op. cit., p. 23.

8 Voir C. Corrain & P. Zampini, Documenti etnografici e folkloristici nei sinodi diocesani italiani, Bologne, 1970, p. 43, 88, 153, 237.

9 Voir G. L’Hôte, La Tankiote ; Usages traditionnels en Lorraine, Nancy, 1984, p. 162.

10 Je développe amplement l’ensemble de ces accusations dans La bête singulière…, op. cit., chapitre V et p. 205 pour la citation.

11 Developpé par R. Moulinas, Les Juifs du pape en France, Toulouse, Librairie Privat, 1981, p. 210- 212.

12 Amades, op. cit., p. 767-777.

13 L’article de G. Massignon (« La crécelle et les instruments des Ténèbres en Corse », A.T.P., vol. VII, n° 3-4, 1959, pp. 274-280) concorde en tous points avec les données de A. Van Gennep (Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard, 1943-1988, 8 vol., t. 1, 3, p. 1209-1237) Qui voit apparaître un même partage entre « faire les juifs » et « tuer les juifs ».

14 L’Hôte, op. cit., p. 161.

15 Ces usages rituels extra-liturgique peuvent s’appliquer aussi aux ensembles monumentaux que sont les retables (voir C. Fabre Vassas, « Le retable d’Issenheim », in Variations autour de la Crucifixion, Musée d’Unterlinden, Colmar, 1993, pp. 86-95).

16 Cela signifie, pour dire en deux mots ce qui a nécessité un long temps d’investigation, que les enfants au premier chef, mais aussi plus largement les chrétiens, conservent une part de judéité que les grands rites religieux - baptême et communion en particulier - sont chargés de réduire. Cependant, tout homme conserve un reste, une part juive : c’est le « petit juif » à la pointe du coude qui manifeste sa présence par une douleur aigue, c’est plus encore pour la femme la présence du sang qui coule de son corps pendant les règles et après un accouchement au point qu’il a fallu longtemps procéder à un rite - à l’issue de la quarantaine à laquelle elle était astreinte -, rite coutumier des « relevailles », mais aussi, jusque dans les années soixante, rite de réintégration à la communauté chrétienne par le prêtre venu accueillir à la porte de l’église celle dont on disait communément qu’elle « était redevenue juive » (voir mon ouvrage La bête singulière…, op. cit., p. 228).

17 Voir L’instrument de musique populaire, Catalogue de l’exposition du Musée des Arts et Traditions Populaires de Paris, 1977. Précisons encore que les crécelles dans la culture juive interviennent au cours de la célébration de Purim chaque fois que le nom de Haman est prononcé à l’office synagogal. Les enfants actionnent des crécelles, tirent des coups de pistolets, se livrent à un vacarme rituel proche de celui des ténèbres, usage qui semble aussi remonter au moyen âge et qui pose la question des analogies entre rites juifs et rites chrétiens.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search