Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Les pratiques rituelles : prescriptions de l’Église et usages coutumiers

Les pratiques autour des monuments : quelques résultats de l’enquête orale

Maryse Carraretto

Texte intégral

1Entre le mois d’août 2006 et le mois de février 2007, j’ai parcouru les cinq régions des Pyrénées-Orientales, la Cerdagne, le Capcir, le Conflent, l’Aspres Ribéral, enfin le Vallespir, entre plaine et montagne, enquêtant sur la Semaine Sainte et les « monuments » qui lui sont associés. À la demande du Centre de Conservation Restauration des Œuvres d’Art (CDCROA) qui a mis en œuvre ce projet, j’ai entrepris une série d’enquêtes de terrain visant à recueillir les témoignages de ce patrimoine, les témoins de l’usage de ces décors et des pratiques liturgiques et culturelles qui leur étaient liées, souvent âgés, étant en train de disparaître. L’ensemble rejoignant finalement le questionnement plus large établi par le CDCROA portant sur les modes d’emplois locaux des « monuments », leur sens et leur fonction dans la célébration de la Semaine Sainte. Le texte suivant propose donc une synthèse rapide de ce travail de terrain : il rappelle d’abord la méthode adoptée, les informateurs rencontrés ; il donne à voir ensuite, à partir d’extraits d’entretiens choisis parmi les plus précis et les plus significatifs, les deux premiers moments importants dans ce déroulement chronologique de la Semaine Sainte : la mise en place du décor, l’installation du reposoir. Quelques pistes de réflexion seront présentées, enfin, en guise de conclusion.

Quelques points de méthodes d’abord

  • 1 Au moment où j’ai commencé cette ethnographie, l’inventaire comportait 27 « Monuments » co (...)
  • 2 Un premier niveau a porté sur la Semaine Sainte en elle-même : quel était le déroulement d (...)
  • 3 Il s’agit donc de CARRARETTO (M.), Des « monuments » et de la Semaine Sainte dans les Pyré (...)

2À partir de l’inventaire des « Monuments » établi par le CDCROA, accompagné d’une liste d’informateurs, j’ai circulé de village en village, d’église en église, ordonnant lentement l’enquête autour d’un canevas de questions faisant référence au déroulement de la Semaine Sainte dans son ensemble et à ces deux jours centraux que sont les Jeudi et Vendredi Saints1. Chemin faisant les interrogations portant sur la place occupée par les « monuments » a mieux précisé l’attachement que chacune et chacun porte à cet instant de la Passion. D’un point du vue méthodologique, j’ai établi un ensemble d’interrogations que je devais poser à chacune de mes rencontres, au fil de l’entretien, en fonction de ce que chacun et chacune avaient à me dire de cette Semaine Sainte et de ses « monuments », de ce dont elle ou il se souvenait. Ce terrain englobe donc deux niveaux d’interrogation2. Le résultat de cette ethnographie est inégal et ce au moins pour deux raisons : la pénurie d’informateurs d’abord : la plupart des « monuments » n’ayant plus été mis en place à partir grosso modo des années 50 du XXe siècle, beaucoup de ceux qui auraient pu en parler sont aujourd’hui décédés. Ainsi n’ai-je pu récolter aucune information pour les neuf villages de Bourg-Madame, La Llagonne, Campoussy, Alenya, Calmeilles, Camélas, Saint André, St Jean Pla de Corts, Villeneuve-de-la-Rivière ; la deuxième raison tient au fait que tous ceux que j’ai rencontrés ont aujourd’hui entre 70 et 90 ans : par conséquent, ces informateurs-là parlent d’un temps lointain, lié à leur enfance, voire à leur petite enfance – ils avaient tous à ce moment-là entre 4 et 12 ans. Les souvenirs de cette époque, quand ils en ont gardé, ne sont pas tous précis ; les uns sont liés au déroulement général de la Semaine Sainte, d’autres à l’installation du reposoir, certains enfin aux « monuments » en eux-mêmes : « J’avais 4 ou 5 ans à ce moment-là, ce sont des souvenirs vagues », telle est la phrase très souvent répétée. Dans ces moments cependant et pour ces informateurs en particulier, le dossier photographique fourni par le CDCROA a pu aider la mémoire de quelques-uns et faciliter cette plongée dans le passé. Par ailleurs, ces écueils ont pu être comblés en partie par le travail d’enquêtes mené dans le Conflent par Jeanne CAMPS, institutrice à la retraite et de celui de Cédric BLANCH, animateur culturel à la mairie des Angles pour le Capcir, l’une et l’autre, à la fois attachés à l’histoire religieuse de leur région et intrigués par ces « monuments»3. Enfin, l’inventaire du CDCROA ayant démarré il y a maintenant une dizaine d’années, inventaire auquel certains informateurs se sont intéressés, c’est parfois une mémoire « reconstituée » qui s’est ouverte à moi, empreinte d’analyses, de réflexions, de questionnements sur le sens et la fonction de ces « monuments ». Un travail de mémoire semble s’être opéré donc bien avant ma venue. Ainsi l’ensemble de cette ethnographie comporte-telle tout à la fois des « creux » et des « pleins », certains souvenirs se révélant par endroits étonnamment précis. L’on peut donc, en croisant les témoignages, révéler le point de départ de cette Semaine, qui fait apparaître des analogies et des différences d’un village à l’autre. Voyons maintenant ce qu’il en est. Les souvenirs se précisent. Tout commence, invariablement, par l’installation du « monument »…

«Dresser le Monument»

  • 4 CAMPS (J.), « “Patrica, Patroca” et… “Monument” en Conflent », Montpellier, Conflent, 1997 (...)
  • 5 Ibid., p. 16.

3« On installait le décor le mercredi après-midi. Les hommes du village venaient, ne travaillaient pas, parce qu’à cette époque, c’est vrai pour la Semaine sainte, ils ne travaillaient pas dehors, parce que c’était un village, comme beaucoup d’autres, qui était très religieux et qui avait beaucoup de paroissiens aussi bien hommes que femmes ». Anne Rous, âgée de 70 ans, native d’Espira-du-Conflent, se souvient de ce moment avec précision : « Bon, bien sûr, y en avait quelques-uns qui ne l’étaient peut-être pas, mais dans l’ensemble, c’étaient ceux-là qui étaient les plus importants. Ils venaient le mercredi après déjeuner, ils enlevaient les bancs pour laisser la chapelle du Christ débarrassée, pour qu’on puisse bien y accéder, ils sortaient les monuments (…) et ils les préparaient, mais ils étaient déjà avec leurs grosses cordes, pour pouvoir les suspendre. Mais avant de faire ça, ils enlevaient une croix qui est toujours dans cette même chapelle, qui servait pour la procession du vendredi soir, qu’on fait le soir, à partir de neuf heures dans tout le village et puis la Vierge des Sept Douleurs qui était portée au maître-autel. En plus, ils descendaient aussi, ça, j’avais oublié, ils descendaient la grande croix qui était, qui y est toujours d’ailleurs, comme ils font maintenant, avec des cordes, ils descendaient le Christ qui était porté en premier dans la procession, déjà le Christ en croix. Après, ils plaçaient ces tentures, les crochets restaient tout le temps, sur les voûtes et ils mettaient ces quatre tentures l’une presque à côté de l’autel et après, les autres espacées et comme vraiment, y avait déjà les crochets, c’était vraiment bien fait, et ils plaçaient en plus le, un plan incliné qui servait pour faire le reposoir. Dans ce plan incliné, c’était une planche, il y avait de chaque côté des trous pour pouvoir déposer les cierges que toutes les familles venaient amener et faisaient faire brûler pendant la semaine pour que, après, les femmes puissent faire le reposoir. Ça, c’était le plan incliné ». À eux seuls les souvenirs de cette informatrice posent le cadre, installent le décor. Parfois rangé dans les combles de l’église, plus souvent dans la sacristie, entreposé contre l’un des murs ou enroulé quand il s’agissait d’une ou plusieurs toiles, ce décor était dressé tantôt le lundi, le mardi ou bien encore le mercredi. «Dresser le Monument» était la plupart du temps une affaire d’hommes : comme à Espira-de-Conflent, à Dorres, se souvient Marguerite Marty, « c’est mon frère, Germain Marty, qui s’occupait seul du décor, c’est lui qui le montait, c’est lui qui l’enlevait. Il est mort maintenant, mais c’est lui qui s’en occupait. Malheureusement – avoue-t-elle tristement – nous n’avons pas pensé à recueillir tout ça… Vous voyez, aujourd’hui, vous en avez besoin, mais nous, à l’époque, on ne pensait pas que ça pouvait intéresser quelqu’un… Si on avait su… ». Le nombre plus ou moins important de pièces à agencer, la lourdeur des panneaux ou des toiles, selon les cas, la hauteur enfin à laquelle devait être accroché et maintenu l’ensemble, tout cela rend donc nécessaire la présence d’un ou de plusieurs hommes, munis le plus souvent de marteaux, pointes et autres accessoires : « Oh, il fallait des hommes pour le mettre en place – insiste Andrea Rosell, gardienne de l’église St Jacques de Nahuja – eh, il fallait des hommes, vu la hauteur, les trucs comme ça, alors bon… Moi, y avait deux ou trois vieux, qui sont morts, mais que j’ai connus, qui chantaient encore la messe quand le curé venait, vous voyez (…) Alors ces gens-là bien sûr. Le mardi soir, le décor était fin prêt ». Données générales confirmées pour Ria, par Melle Pages, interrogée par Jeanne Camps : « Dans le chœur de l’église St Vincent de Ria, on dressait le Monument, c’est-à-dire un autel spécial, surélevé avec escalier et estrade. De part et d’autre de l’autel, on plaçait de haut en bas de grandes toiles décorées (…). Les hommes du village, les plus forts, avaient une technique particulière pour « dresser le Monument ». Je me souviens bien de ces toiles, on y voyait des soldats romains, très grands, chaussés de semelles à lacets croisés, montant jusqu’aux genoux, la lance à la main ; j’y ai vu aussi les instruments de la passion, le tout en couleurs vives, c’était impressionnant»4. À Estoher, Madame Figa se souvient elle aussi de l’installation du monument : « Les quatre toiles, avec leurs grandioses dessins colorés, étaient placées dans le chœur, fixées de haut en bas au plafond, on voit encore la poulie centrale et les crochets pour les fixer. Chaque toile avait un nom : « L’Arrestation du Christ », « Le Reniement de Pierre », « Le Chemin de croix » et celle qui nous manque devait s’appeler « La Résurrection ». On les disposait l’une derrière l’autre, espacées, de façon à ce que l’on voie les quatre décors ; le premier était celui des soldats romains, très impressionnant pour les jeunes enfants à cause de leur hauteur et de l’atmosphère du lieu»5. À Ille-sur-Têt, René Maury, sacristain âgé de 87 ans, décrit « une immense tenture rouge qui prenait tout l’autel, jusqu’en haut, à six mètres de hauteur. Ça descendait de chaque côté et là, au milieu, c’était coupé. Les soldats de chaque côté… ».

4Venait ensuite l’installation du reposoir, tâche dévolue aux femmes, « la bonne du curé » à Palau de Cerdagne et à Dorres, ailleurs femmes de familles particulièrement pieuses ou femmes tout simplement. Préparation minutieuse à laquelle elles consacraient en général une matinée ou un après-midi tout entier. Deux types de reposoir émergent de l’ensemble des propos recueillis à son sujet : un premier reposoir, plutôt petit, modeste et simple, était organisé à même les marches qui précédaient le maître-autel, recouvertes d’un tapis ou bien d’un tissu noir, rouge, parfois blanc : « Le lendemain, c’était le Jeudi Saint, on exposait le monument, là, on faisait un monument, là, sur le maître-autel… On appelait ça le monument, c’est-à-dire qu’on déposait le Christ devant le maître-autel et bon, on mettait des chandeliers, les gros candélabres, la Vierge et puis chacun apportait soit des fleurs, des bouquets de violettes ; je me souviens, on allait ramasser des violettes à l’époque, on mettait un gros bouquet de violettes aux pieds du Christ et puis des narcisses si vraiment le Jeudi Saint se trouvait à l’époque où y avait des narcisses, ou quelques roses, les gens qui avaient des roses. On portait des fleurs à l’église (…) Des violettes ou alors des narcisses quelquefois du lilas, ça dépendait s’il était fleuri ». Cette description du reposoir tel qu’il était installé dans l’église de Palau de Cerdagne fait écho aux souvenirs d’Anne Rous d’Espira-de-Conflent : « Le plan incliné ? Une planche de bois toute prête (…) Et puis, là, après, c’étaient les femmes qui venaient, mais le mercredi, pas trop, c’est surtout le jeudi, après la messe (…) Et là, alors là, les femmes arrivaient, commençaient déjà par replier tous les linges qu’il y a sur les autels, on débarrassait les autels, chaque autel restait nu et puisque chaque famille, toutes les chapelles, c’était une famille qui s’en occupait, repliait les linges pour les nettoyer et les ramènerait pour faire, avant Pâques, pour remettre les autels. Et là, tout le monde, donc qui prévoyait pour cela, avait préparé des fleurs, des pots et tout, tout le monde plus ou moins arrivait pour pouvoir faire ce reposoir ? Alors comme fleurs, y avait surtout les cœurs de Marie, que nous on faisait toute l’année, c’était la première chose, les premières fleurs qui fleurissaient (…). Après, la couronne virginale, les jacinthes, les petites jacinthes qu’il y avait dans les jardins, des jacinthes simples, mais qui étaient très, très jolies et qui sentaient très bon (…). Et alors, pour justement avoir de la verdure et faire un peu plus, qu’il y ait plus de choses, on faisait germer des lentilles sur des assiettes, dans du coton et qu’on portait à l’église et qui restaient là de chaque côté. Après, on mettait le coussin (…) D’abord, on mettait un napperon, enfin assez grand qui était avec le fond rouge et ce coussin qui était fait depuis toujours, qui avait été fait dans la famille Vergès, à l’époque, parce que mes grands-parents, c’est des Vergès, c’est nous qui le retenons depuis très, très longtemps et ce coussin, qui est aussi rouge, avec une dentelle dessus faite au crochet à la main, et ce coussin, on le déposait au pied de ce plan incliné et on y mettait une croix, un plat pour les offrandes et on y mettait les lentilles autour pour que ça fasse de la verdure ».

5La deuxième forme de reposoir fait appel, elle, à l’installation d’un grand escalier en bois, « escala santa » comme le précisera une informatrice de Mosset : « C’est un escalier en bois, pas rafistolé, des planches qu’on a fait un escalier. C’est un menuisier du village qui a préparé ces marches pour les accoler au maître-autel, à partir de la première marche du maître-autel pour que ça colle bien. Et là, à partir de là, on mettait un tapis rouge dont on arrangeait toutes les marches pour qu’il soit bien, que ça épouse bien les marches et de là, on mettait les chandeliers de chaque côté et les fleurs, et les plantes, dans des vases, des branches de cerisiers, s’ils étaient fleuris à ce moment-là, du lierre (…) Si on n’avait pas assez de fleurs, on mettait des fleurs artificielles, qui étaient dorées, on mettait ces fleurs en laiton, on mettait ça pour décorer, on aurait dit de l’or (…) Et alors tout était illuminé ! Quand tu rentrais en bas, dans l’église, tu voyais cette « escala santa », elle était magnifique, toute en rouge (…) et bien éclairé quoi ». À Conat, André Serradeil se souvient « d’un escalier de deux mètres de large qui était monté jusqu’à la mi-hauteur du maître-autel, au-dessous du tabernacle. De part et d’autre de ce grand escalier, probablement en bois et réalisé par le menuisier du village, étaient fixés des arceaux sur lesquels étaient plantées des bougies. Cet escalier était recouvert d’un tapis rouge qui devait en épouser parfaitement tous les degrés. Et en haut de l’escalier, une petite croix ». Il rappelle aussi que « pendant toute la Semaine Sainte, toutes les croix de l’église étaient recouvertes d’un voile violet, et ce jusqu’au Vendredi. C’est seulement ce même jour, l’après-midi, après 15 heures, que l’on déposait sur l’escalier le Christ dévoilé, allongé sur tout l’escalier en oblique, on le voyait bien, tout le monde pouvait bien le voir comme ça. De chaque côté, un chandelier, des bouquets de fleurs artificielles dans des vases, mais aussi des fleurs naturelles… C’était un reposoir lumineux, mais assez modeste, dépouillé ».

Quelques pistes de réflexion

  • 6 Voir sur ce point l’analyse de Claudine Vassas dans son livre La Bête singulière. Les juif (...)

6Ces quelques extraits d’entretiens croisés ne donnent qu’un aperçu rapide de la façon dont toiles, panneaux et reposoir s’agençaient autour et devant le maître-autel, parfois dans une chapelle latérale. La plupart de ces éléments venaient masquer le maître-autel, soit en une seule pièce, soit en plusieurs pièces d’une grande tenture blanche ou rouge, parfois brodée de fleurs rouges et de laquelle pouvait pendre du lierre. Cette tenture, suspendue à une perche ou une corde, tendue d’un bout à l’autre de la nef, du pilier droit au pilier gauche, servait donc de toile de fond à cet escalier – parfois dénommé « escala santa » – qui servait de base au reposoir. Nous l’avons vu, très souvent, les hommes s’occupaient de la mise en place du « monument » tandis qu’aux femmes revenait la préparation du reposoir. Un reposoir plus ou moins modeste selon les villages, de deux manières, mais qui comportaient très souvent, sur les bords, des chandeliers et des bougies, appartenant à l’église ou à des familles venues les déposer le temps de la Semaine Sainte, reconnaissables aux couleurs des rubans dont chaque famille avait pris soin de les entourer. Intercalés entre eux ou bien au bas de l’escalier, des vases de fleurs fraîches, provenant le plus souvent des jardins particuliers, plus rarement des fleurs artificielles. Fleurs aux couleurs pastel, mais qui n’excluaient pas la présence de violettes par exemple. Au centre de cette illumination et de ce fleurissement, un Christ en croix, plus ou moins grand, allongé sur un tissu ou tapis blanc, rouge, dont la tête et parfois les bras pouvaient reposer sur des coussins de broderies blanches. Au pied de la Croix enfin la Vierge des Sept Douleurs et déposés tout prêts des plats de quête, quelques plats de lentilles germées. Si les souvenirs varient, il semble cependant que « dresser le Monument » c’était tout à la fois installer ce décor de toiles peintes ou de panneaux et préparer le reposoir devant lequel, dès le Jeudi Saint, les familles des villages venaient se prosterner et prier. L’appellation de « monument » inclut donc ces deux types de dispositifs dans la préparation de la Semaine Sainte, les deux conjointement ou bien tantôt un aspect, tantôt l’autre selon les villages. Quoi qu’il en soit, l’un et l’autre se complètent, ajoutent à l’intensité de cette reconstitution de la Passion. Intensité révélée par les propos eux-mêmes des uns et des autres comme si la préparation de l’ensemble avait beaucoup plus marqué les esprits que le rituel pratiqué devant lui : si l’on rappelle les longues heures de veille, les prières des femmes et des enfants aussi, la force du souvenir réside certainement dans ces trois jours qui précédaient les Jeudi et Vendredi Saints. Parce qu’ils participaient à la préparation de l’ensemble, parce qu’ils confiaient à l’église quelques objets de leur vie et de leur famille, des fleurs de leur jardin, des chandeliers, un coussin brodé. Objets éphémères qui, dans les souvenirs de beaucoup, ajoutaient sans conteste de la grandeur à ces objets pérennes qu’étaient, que sont les « monuments ». Quant à l’appellation même du décor, elle varie d’un village à l’autre : tantôt, l’on évoque le terme de « monument », tantôt l’on parle de « décor », de « peintures », de « tableaux », de « toiles ». Enfin l’appellation de « Les juifs », spécifique aux villages de Ria, Espira-de-Conflent, Estoher et Oms, sans doute est-elle à mettre en relation avec cette confusion dont bien des informateurs ont fait état, entre les soldats romains des peintures et des panneaux et la coutume alors très fréquente de « tuer les Juifs », symboliquement, dans l’après-midi du Vendredi Saint, à grands coups de crécelles, de coups de maillets portés sur les bancs et les chaises de l’église, « en souvenir des souffrances endurées par le Christà cause du peuple Juif ». C’est du reste, avec cette pratique de « dresser le Monument », l’un des souvenirs les plus marquants parmi tous les informateurs que j’ai rencontrés, « ce déchaînement de tapages » qui remplissaient tout à coup l’enceinte de l’église au signal du prêtre, privilège des petits garçons « qui attendaient tous ce moment avec impatience»6.

7Voici donc, tiré à grands traits, le tableau que je peux ici reconstituer, très rapidement, de ces deux premiers moments de la Semaine Sainte dans les Pyrénées-Orientales. Il va de soi que les recherches entreprises en archives, la lecture des folkloristes ajouteront, préciseront bien des points que cette collecte n’ont pu toujours mettre à jour.

Bibliographie

Bibliographie

CAMPS (J.), « “Patrica-patroca” et “monument” en Conflent », Conflent, 1997, n° 208 pp. 5-17.

CARRARETTO (M.), Des « monuments » et de la Semaine Sainte dans les Pyrénées-Orientales. Ethnographie, Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine - Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Avril 2007, 226 p.

VASSAS (C.), La Bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Gallimard, 1994, 418 p.

Notes

1 Au moment où j’ai commencé cette ethnographie, l’inventaire comportait 27 « Monuments » complets ou à l’état de fragmentsrelatifs à quatre villages de Cerdagne (Bourg-Madame, Dorres, Nahuja, Palau de Cerdagne), quatre villages du Capcir (Les Angles, Fontpédrouse, Odeillo-Via, La Llagonne), dix villages du Conflent (Campoussy, Catllar, Conat, Espira-de-Conflent, Estoher, Finestret, Mosset, Oms, Prades, Ria Sirach), huit villages de l’Aspres-Ribéral (Alenya, Calmeilles, Camélas, Ille-sur-Têt, Néfiach, Saint André, Saint-Jean-Pla de Corts, Villeneuve de la Rivière), enfin un village pour le Vallespir (Prats-de-Mollo). Ont été découverts et ajoutés à cette liste les villages de Courbassil et de Llo en Cerdagne. Je me suis rendue sur le terrain munie d’un dossier complet (fiches descriptives et photos) pour chacun des villages.

2 Un premier niveau a porté sur la Semaine Sainte en elle-même : quel était le déroulement de la Semaine Sainte dans son ensemble ? Qui prenait part à son organisation ? Quelle était la succession des offices ? Quels étaient ces offices ? À quels interdits et obligations la communauté devait-elle se plier ? Comment vivait-elle cette semaine ? Le deuxième niveau d’interrogations, quant à lui, a porté sur le « monument » : qu’était ce « monument » ? Et d’ailleurs quel nom lui donnait-on ? Sait-on qui l’a construit ? À quoi servait-il ? De combien de pièces était-il composé ? Qui avait en charge son entretien et son installation ? À quel moment de la Semaine Sainte prenait-il place dans l’église ? À quel moment le rangeait-on ? Où le rangeait-on ? Quel rôle les hommes, les femmes voire les enfants jouaient pendant et après sa mise en place ? Quelle importance tout cet ensemble revêtait-il à leurs yeux ? À partir de quand ce « monument » n’a-t-il plus été exposé ? Pourquoi ? Qu’est-il devenu ?

3 Il s’agit donc de CARRARETTO (M.), Des « monuments » et de la Semaine Sainte dans les Pyrénées-Orientales. Ethnographie, Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine - Conseil Général des Pyrénées-Orientales, avril 2007, 226 p. L’ensemble du rapport contient donc mes propres enquêtes, les extraits d’enquêtes menées par Jeanne CAMPS et Cédric Blanch, leurs témoignages oraux et écrits sur cette Semaine, quelques textes ou extraits de textes aussi, empruntés à des ouvrages qui m’ont été prêtés ou que j’ai compulsés au cours de ce travail. Les cinq chapitres composant l’ensemble correspondent aux cinq territoires que j’ai explorés : à l’intérieur de ces chapitres, chacune des communes inventoriées est classée par ordre alphabétique. Le résultat de ce travail confié au CDCROA sera complété par des recherches réunissant les données ethnographiques recueillies par les folkloristes à la fin du XIXe et au début du XXe siècle ainsi que des documents appartenant à des fonds d’imprimés populaires.

4 CAMPS (J.), « “Patrica, Patroca” et… “Monument” en Conflent », Montpellier, Conflent, 1997, n° 208, p. 5.

5 Ibid., p. 16.

6 Voir sur ce point l’analyse de Claudine Vassas dans son livre La Bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Gallimard, 1994, p. 186.

Auteur

Docteur en anthropologie Membre associé au LISST - Centre d’Anthropologie Sociale

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search