Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Les pratiques rituelles : prescriptions de l’Église et usages coutumiers

Le monument1 objet introuvable2 : enquête lexicale et liturgique

Christine Aribaud

Texte intégral

  • 1 Par convention nous utiliserons l’italique pour désigner le monument catalan, fait de toil (...)
  • 2 Cette expression est empruntée à Odile Blanc dans « Histoire du costume, objet introuvable (...)

1L’enquête sur les monuments du Roussillon a débuté par un recensement d’objets dans les Pyrénées Orientales. Toiles peintes assorties de leurs accessoires et leurs éléments de montage, elles semblaient suffisamment homogènes et leur désignation ancrée dans les usages pour conserver, entre nous, cette appellation. Pourtant, dès que l’ambition de notre recherche a dépassé les frontières du département et s’est intéressée aux temps que les limites de la mémoire humaine ne pouvaient plus relayer, il a été nécessaire de se poser la question du vocabulaire dans les textes, pour rechercher l’existence de cet objet, de ce meuble et des rites qui l’entourent.

2Nous avons alors mené une recherche dans les outils lexicaux en usage en histoire de l’art, glossaires, lexiques divers, les plus spécialisés. À la suite de ce premier dépouillement, il nous a paru nécessaire de mettre au point une méthode de restitution des usages écrits et parlés locaux désignant les objets retrouvés dans les églises par le CDCROA. Cette méthode devrait avoir vocation à être transposée à d’autres régions grâce à la participation des membres partenaires de l’Arc Latin. Nous proposons le résultat de cette enquête lexicale sous forme de tableau à la fin ce cet article.

3Mais auparavant, il était tout à fait indispensable de cerner, autant que possible, la manière dont l’Eglise, plus ou moins directement considère ce meuble, le monument. Nous avons essayé de repérer cet objet dans les textes de la liturgie officielle. Le terme est-il présent ? Et si oui, quelle en est la signification ? Si non, à quels rites, quels temps, à quel symbole correspond-il ? Existe-t-il sous une autre dénomination ? Finalement, la mise en place des monuments est-elle une entorse au règlement, une tolérance, un simple décor manifestant une piété populaire débordante et ultramontaine ?

À la recherche de l’usage du monument : enquête dans les textes normatifs de la liturgie romaine

  • 3 Ces textes sont inclus dans les livres liturgiques romains, à savoir, le missel, le brévia (...)
  • 4 La Congrégation des Rites a été établie par Sixte V en 1587 réorganisée par Pie X en 1908, (...)
  • 5 Ce terme vient de ce que, dans les textes romains, les titres des lois étaient inscrits en (...)

4Rechercher l’usage des monuments et leur signification nécessite une double démarche : faire le recensement des textes liturgiques fondamentaux se rapportant à la célébration de Pâques3 et rechercher si ces textes mentionnent plus ou moins directement le meuble monument, dans sa forme roussillonnaise son usage, ses significations. Les principales sources des règles liturgiques dans le rit romain, élaborées peu à peu depuis les origines de l’Église, sont le Cérémonial, le Pontifical, le Rituel, les rubriques et les décrets de la Congrégation des Rites4. Ces textes sont explicatifs, contiennent également des dissertations sur l’origine des rites, leurs formules, et la publication de textes anciens. Elles contiennent des rubriques5, qui sont des lois insérées dans les livres liturgiques. Nous avons dressé un inventaire des points de liturgie qui touchent le plus directement possible l’usage éventuel du monument, dans le temps et l’espace liturgiques, et éventuellement ceux qui évoquent son contenu spirituel.

  • 6 Le Rituel est un livre liturgique qui concerne la célébration des sacrements autres que la (...)

5Nous avons privilégié les textes les plus répandus susceptibles d’être les références en usage dans les temps et les lieux où les monuments retrouvés dans les Pyrénées Orientales étaient utilisés. Les textes de référence concernant la liturgie sont les suivants : le Cérémonial des évêques et le Rituel6 qui témoignent des prescriptions tridentines. Nous n’évoquerons pas les apports de la révision de la vigile pascale de 1951, intégrée à la réforme globale des Offices de la semaine sainte devenue obligatoire en 1956, ni de celle de Vatican II. Elles sont en effet évoquées dans d’autres articles du présent volume. Resterait à déterminer s’il existe une relation de cause à effet entre ces réformes et le déclin de l’usage des monuments, mais ce n’est pas, pour le moment notre propos ici.

Les prescriptions post-tridentines

  • 7 Nous reviendrons sur cette question plus avant dans cet article.

6Plusieurs textes officiels énoncent quels sont les objets utiles pour ces célébrations. Parmi les livres liturgiques, le Cérémonial des Evêques est une référence majeure. En effet, le caeremoniale espiscoporum a été promulgué en deux livres le 14 juillet 1600, par le bref Cum novisssime du pape Clément VII. Les travaux de réflexion débutèrent en 1582, par deux cardinaux, saint Charles Borromée et Gabriele Paleotti, avant que ne le valide la Sacrée Congrégation des Rites, créée en 1587. L’objectif était de réaliser un manuel des cérémonies d’une teneur “authentiquement” romaine, visant autant à l’instruction qu’à l’application. Il est à noter qu’en de nombreux points, le cérémonial renvoie aux pratiques locales et au jugement de l’évêque7. L’édition de 1752, sous Benoit XIV, est augmentée de petites additions plus permissives, elle était considérée comme plus à même de donner une description sûre de la meilleure manière d’accomplir les cérémonies que les évêques auraient à présider. La seconde référence est le Rituel. Il est la synthèse d’anciens rituels, et a été promulgué par la bulle Apostolica sedi le 17 juin 1614, selon la volonté du pape Paul V. Une version corrigée a été publiée en 1752 par la bulle Quam ardenti studio. Puis au XXe siècle deux éditions typiques, celle de Pie X en 1913, puis celle de Pie XI en 1925. Parallèlement, le Memoriale Rituum, cérémonies pour petites églises de Benoit XIII publié en 1725 et réimprimé en 1839 est une base aussi utile. Nous les avons privilégiés car ils correspondent à la période d’usage des objets monuments inventoriés par le CDCROA dans le département des Pyrénées Orientales. Cette version fut reprise en 1886.

7Nous avons recherché dans ces textes, toute indication, de temps, de lieu, de décor ou de cérémonie pouvant correspondre à la conception ou l’usage des monuments : le temps liturgique, les lieux de cérémonies, le déroulement des cérémonies, les objets en usage, liturgiques et décoratifs. Les rubriques pour plus de clarté et éviter les répétitions, seront désignées par (C) pour le Cérémonial des évêques et (R) pour le Rituel ou Cérémonial des petites églises, deux éditions de 1752.

Le temps liturgique

  • 8 Le concile de Nicée débuta le 19 juin 325 et se termina le 25 juillet suivant. M. L.-F. Gu (...)
  • 9 « Mais ce règlement, que nous n’avons plus, n’était point apparemment exprimé en termes as (...)
  • 10 Abbé R. Aigrin, Liturgia, Encyclopédie populaire des connaissances liturgiques, Paris, Blo (...)

8Après quelques jalons posés et de nombreux balbutiements, c’est le concile de Nicée en 325 qui fixe le temps liturgique8. Bien que le texte initial soit perdu9, cette règle, toujours en vigueur de nos jours, décrète que « la célébration de la fête de Pâques se ferait le premier dimanche après le quatorzième jour de lune du premier mois, en sorte néanmoins que ce quatorzième jour de la lune tombant un dimanche, on attendît au dimanche suivant, c’est-à-dire sept jours après. Déclarant que ce premier mois était celui dont la quatorzième lune tombait au jour de l’équinoxe de printemps, ou immédiatement après ». Inchangée pendant des siècles, actuellement est formulée plus simplement : Pâques est le dimanche qui suit la pleine lune venant après l’équinoxe de printemps et ce calcul est indiqué en tête des Missels et des bréviaires qui en fournissent des résultats tout calculés dans des tables temporaires10.

9Ce cycle commémore le dernier repas du christ (La Cène) réuni avec ses apôtres pour célébrer la fête la Paque juive (Pesach). Au cours de ce repas, Jésus institua l’Eucharistie, annonça que l’un d’entre eux, Judas, le trahirait et que Pierre le renierait trois fois avant le chant du coq. Jésus fut ensuite arrêté au Mont des Oliviers et remis le lendemain matin à Ponce Pilate soit, le vendredi. Il mourut crucifié vers 3 heures de l’après-midi. Le soir même Joseph d’Arimathie obtint l’autorisation de récupérer le corps. Celui-ci fut placé dans un tombeau fermé le lendemain en attendant que Marie, Madeleine et Marie Salomé s’en occupent le dimanche. Mais ce jour là, elles trouvèrent le tombeau vide et un ange leur apprit que Jésus-Christ était ressuscité. Tels sont les évènements rapportés par la tradition évangélique.

10Les cérémonies du jeudi saint, jour de l’installation du monument en Catalogne et du vendredi saint, jour de son retrait, sont ceux qui ont fait l’objet d’une attention particulière. Les rituels du triduum évoquent directement ces épisodes de la Passion. Quant à la mise en place du monument, elle est liée, au déplacement de la sainte Hostie de l’autel majeur à l’autel dit du saint Sacrement. Ainsi le reposoir est-il enlevé le vendredi saint parce qu’il n’a plus de raison d’être, les pains consacrés qui y étaient déposés ayant servi à la communion de ce jour.

La localisation des cérémonies : la nécessité d’un second autel

  • 11 Memoriale Rituum, cérémonies pour les petites églises de Benoit XIII (1735) réimpression B (...)
  • 12 L. Hébert, Leçons de liturgie à l’usage des séminaires, tome 1, le Bréviaire et le Rituel, (...)

11Le jeudi saint, il est nécessaire d’aménager une chapelle dans l’église, où sont déposées des hosties consacrées à la messe du jour, célébrée le jeudi matin, et qui serviront pour communier à l’office du vendredi saint, puisque ce jour là on en célèbre pas de messe, mais une liturgie de la parole et une célébration de la croix. Outre les cérémonies à l’autel principal, nous savons que la liturgie prévoit divers rituels dans une chapelle adjacente. Elle est dite la « chapelle où l’on doit déposer le saint Sacrement », et plus loin « chapelle du sépulcre»11 dans le Cérémonial des petites églises, ou « la chapelle du très saint Sacrement » dans le cérémonial des Evêques. Les exigences sont les suivantes : elle doit être séparée du grand autel. D’une manière générale, le Rituel rappelle que « régulièrement la sainte Eucharistie est conservée à l’endroit le plus noble de l’église, à moins cependant qu’un autre autel paraisse plus favorable pour le culte dû à l’auguste sacrement»12. Les livres liturgiques prévoient donc une procession le jeudi qui apporte l’eucharistie à cette chapelle et une autre le vendredi qui va l’y chercher pour communier. Ce lieu aménagé est appelé le plus souvent « reposoir ».

Le décor et objets liturgiques requis pour le jeudi saint : de l’usage de superlatifs

  • 13 « On prépare également le plus beau dais de couleur blanche, deux encensoirs avec leur nav (...)

12Le Cérémonial des Evêques13 concerne des lieux de culte tels que cathédrales ou collégiales, dotés d’un personnel ecclésiastique plus important que ne le sont les simples paroisses rurales. Les objets d’orfèvrerie requis sont : une navette, deux encensoirs, un calice plus beau, plus grand et plus décoré que les autres, un « vase » en or ou en argent (contenant de petites hosties pour les clercs et chanoines). Les parures textiles requises sont : le plus beau dais de couleur blanche, un petit voile pour le sacrement et un plus grand – le voile huméral – qui sera déployé sur les épaules du prêtre, les deux « tant de soie ou dorés ou bien décorés de très belle façon ». L’évêque doit porter la cappa et les sandales de grand matin pour la célébration de None, puis doit ensuite revêtir les ornements blancs, et plus tard encore, le pluvial et la mitre. Les chanoines sont vêtus de la cotta et d’une étole pendante au col. Enfin, pour les luminaires, des torches et des cierges en cire blanche pour les chanoines et un, plus décoré, pour l’évêque. Pour la procession intérieure, c’est un sous-diacre qui doit porter la croix processionnelle voilée de violet. Le plus important étant, sans aucun doute, deux grandes hosties consacrées et un nombre de petites hosties correspondant à celui du personnel ecclésiastique, mais également le meuble, qui, dans la chapelle adjacente va recevoir provisoirement le saint sacrement : il s’agit du tabernacle, ou de l’urne selon les termes du Rituel. Nous noterons le caractère exceptionnel requis pour les cérémonies de ce jour, exprimées par la charge décorative, l’usage du doré. En outre l’Eglise, toujours soucieuse de donner les moyens de célébrer dignement, même privée du matériel nécessaire, insiste sur l’importance de la hiérarchisation du luxe du jour : les superlatifs indiquent qu’il faut user d’un mobilier plus luxueux et précieux que d’habitude. La couleur blanche est souvent, comme à Noël, associée au doré et parfois substituée par lui.

  • 14 « Elle [la chapelle du saint sacrement] doit être ornée d’étoffes précieuses (qui ne soien (...)

13Le Rituel14 destiné aux paroisses est plus précis, il signale des recommandations, mais formule aussi des interdictions. Les étoffes en usage dans cette chapelle secondaire seront « précieuses » mais il est stipulé qu’elles ne doivent en aucun cas être noires, ce qui serait un anachronisme, cependant il est probable que certaines églises ont pu y avoir recours. On ajoute que l’on peut user de lumières et de fleurs, mais pas de reliques ni d’images de saints.

  • 15 Rituel à l’usage de Perpignan publié par ordre de Monseigneur l’Illustrissime et révérendi (...)

14Dans les rituels imprimés à l’usage de Perpignan, qui ne diffèrent point bien sûr des autres éditions15, une liste des objets, ornements et linges nécessaires dans les églises est dressée. Cette longue énumération d’objets aussi utiles que rituels, ne comporte de près ou de loin aucune allusion à un décor assimilable à un monument. Antérieurement celui du diocèse d’Alet, de 1677, n’évoque pas non plus de monument.

Le décor de pénitence du vendredi saint

  • 16 Monseigneur J.-François de Saunhac-Belcastel, évêque de Perpignan, Rituel à l’usage du dio (...)

15Monseigneur J.-François de Saunhac-Belcastel, évêque de Perpignan, rappelle, dans le Rituel publié en 1845, l’objet même de la célébration du vendredi saint « Vendredi, nous ferons la mémoire de la mort de J.-C. On ne dit point la messe en ce jour, mais ce qui en tient lieu est une vive représentation du sacrifice de la Croix, et vous devez y assister comme si vous étiez sur le Calvaire, où ce divin Sauveur est mort»16.

  • 17 Mgr Barbier de Montault donne une illustration de la chasuble pliée, c’est-à-dire qu’elle (...)
  • 18 L’usage de galons dorés peut paraître un luxe en décalage avec l’esprit du jour. Pour expl (...)

16Les objets présents consignés dans le Cérémonial des Evêques sont marqués par le deuil et la pénitence. Le noir est la couleur requise pour les ornements sacerdotaux de l’office dit messe des Présanctifiés. Il est recommandé aux diacres et sous diacres de porter la chasuble pliée17. Pour le mobilier les parements textiles sont violets : tel doit être le coussin qui doit recevoir la croix pour l’Adoration, en velours avec galons d’or, un voile blanc et broché de violet doit recouvrir le dit coussin, enfin le tout doit être posé sur un drap ou tapis violet posé au sol18. Le dépouillement indique la pénitence et l’humilité du jour : la nappe de la crédence est plus courte que d’habitude et ne retombe pas sur les côtés, le faldistoire est nu, l’autel est dépouillé. Les objets en usage doivent être sobres : à l’autel, les cierges doivent être de cire commune et éteints, les chandeliers ne doivent pas être d’argent. Un plateau à offrandes au pied de la Croix, puis un autre pour le lavement des mains sont requis. Sur l’autel majeur, point d’image ni d’ornementation, seulement la Croix et les chandeliers. Quant aux chanoines, ils portent l’aube seulement, dépouillés de leur manipule et de la chasuble, les diacres portent la chasuble pliée. L’évêque ne pourra porter ce jour, ni ses gants ni ses sandales. Bien sûr, les étapes de cette journée sont nombreuses, différenciées et détaillées et de nombreuses nuances affectent l’usage des ces objets ; cependant ils nous ont paru suffisamment éloignés de notre propos pour ne pas en faire état ici.

17Le Rituel a établi une liste des objets nécessaires aux célébrations de ce jour. On note les mêmes éléments à quelques nuances près, telles que par exemple, le coussin de la croix n’est ni en velours ni galonné d’or, en revanche, il faut un bassin d’argent pour recueillir les offrandes le vendredi. Est stipulé qu’à la chapelle du Sépulcre, le dais est blanc tout comme l’écharpe. Justement, le décor de cette chapelle, où tiennent place parfois les monuments se résume à ceci : « la chapelle du sépulcre doit contenir le corporal étendu sur l’autel, l’écharpe blanche, le dais ou l’ombrelle de couleur blanche, les flambeaux ou les cierges pour la procession ».

L’ordre des processions

18La procession évoquée est celle qui part de l’autel majeur à l’autel secondaire ou adjacent. L’ordre des processions intérieures le jeudi est le suivant : « La bannière de la confrérie du saint Sacrement, les membres de cette confrérie ou autres pieux laïques avec des flambeaux, le troisième clerc avec l’encensoir fumant, le célébrant sous le dais ou sous l’ombrelle, ayant à sa gauche le second clerc (qui relève l’extrémité antérieure de ses vêtements, quand il monte à l’autel et quand il se met à genoux). Arrivés à la chapelle, tous se disposent en deux lignes, de manière que le thuriféraire et le célébrant sous le dais puisse passer au milieu d’eux. Ceux qui portent la bannière et la croix restent les plus éloignés de la chapelle ». « S’il doit célébrer en personne, l’évêque viendra à l’église en cappa de grand matin, accompagné par les chanoines de la manière habituelle. Il sera paré à la sacristie ou au secretarium, comme aux autres jours » et plus loin « Lorsqu’ils arrivent à la chapelle où le Sacrement doit être déposé, le dais est laissé à l’extérieur, et les chantres, sur une mélodie pieuse et dévote, chantent O salutaris Hostia etc., ou Tantum ergo Sacramentum, etc. jusqu’à ce que le sacrement ait été reposé par l’évêque et encensé ». Telle est la description du Rituel.

19L’ordre du clergé lors des processions le vendredi saint à l’arrivée à la chapelle selon le Rituel est : « la bannière de la confrérie du Saint-Sacrement, les membres de cette confrérie et d’autres pieux laïques, le thuriféraire, la croix processionnelle découverte, portée par le troisième clerc, enfin le célébrant en chasuble, ayant devant lui un second clerc. Puis au départ de la chapelle du sépulcre, la bannière de la confrérie du saint sacrement, les membres de cette confrérie ou d’autres pieux laïques, avec des flambeaux allumés, la croix processionnelle, le thuriféraire qui encense continuellement le saint sacrement, le célébrant sous le dais, ayant à sa gauche un second clerc. On laisse à la chapelle quatre cierges allumés. Le tout recommence à peu près semblablement avec le transport du ciboire ».

  • 19 Solange Corbin, La déposition liturgique du Christ au vendredi saint. Sa place dans l’hist (...)
  • 20 Le Rituel romain du pape Paul V à l’usage du diocèse d’Alet, avec les Instructions & rubri (...)

20Ainsi, dans le déroulement requis des cérémonies du jeudi et vendredi saints, rien n’évoque, de près ou de loin l’existence d’un monument. Il apparaît donc comme un rituel illustratif et non strictement liturgique. Si on se réfère à la typologie établie par Solange Corbin19, on peut voir trois degrés de cérémonies, celles ayant une forme liturgique, celles ayant une forme liturgique ornée, puis celles qualifiées de populaires. La forme liturgique ornée désigne la tendance à rajouter au rite primitif, des décors, des illustrations, sorte de façon de meubler, d’orner, de faire durer ou d’ enjoliver, et finalement en répondant à une horror vacui dévotionnelle. Le lien entre la liturgie et le monument est direct, en ce qu’il se situe à l’intérieur de l’église et que le personnel ecclésiastique participe à cette cérémonie. En ce sens elle ne constitue ni une application des textes liturgiques, mais ne constitue pas non plus une entorse directe à ces textes, en ce qu’elle n’est ni un détournement, ni une substitution, ni une suppression de la célébration. D’ailleurs, les livres liturgiques consignent des indulgences aux rites locaux. En témoigne une introduction dans le rituel du diocèse d’Alet20: « Ce qui est dit cy-aprés de la forme & juste grandeur des autels, des vaisseaux & ornemens sacrez, & des tonsures, ne doit pas estre pris comme si c’etoient des choses d’une étroite obligation, mais seulement comme des avis que l’on donne aux Prestres & aux eglises, & des exemples qu’il est à propos qu’ils suivent autant qu’ils pourront, pour entretenir l’uniformité dans le diocese, quoyque plusieurs de ces choses soient assez libres, & que l’usage en soit different en differentes eglises, qu’il ne faut point condamner ». Officiellement, la promulgation du Rituel ne déclare pas obligatoire son application pour l’Eglise universelle.

  • 21 Xavier Barbier de Montault, Traité pratique de la construction, de l’ameublement et de la (...)

21Par ailleurs, le fait que les rituels et cérémoniaux usent de superlatifs pour désigner le degré de luxe et d’ornementation des cérémonies en signe de piété voire de sacralité laissait aux fidèles une porte ouverte à de nombreuses manifestations pouvant être considérées comme paraliturgiques ou extra liturgiques. On pourrait reprendre au sujet du Monument, ce que dit Mgr Barbier de Montault au sujet de la pratique du chemin de croix : « Par cela même que l’exercice du chemin de la croix est extra-liturgique, il se constitue libre d’allure et populaire. Il ne faut pas se le dissimuler, le peuple a peu ou point de sympathie pour les grands offices, messes et vêpres, parce qu’il ne comprend ni le latin, qu’il n’a pas appris ou qu’il a oublié, ni les cérémonies dont négligence ou ignorance volontaires, on ne lui inculque point l’esprit pas plus qu’on ne lui révèle l’origine »21.

22Le monument constitue donc une illustration et une ornementation de la liturgie, et donc ne figure pas dans les textes officiels, ni au titre des objets obligatoires ni à celui des objets interdits.

23Dans la pratique ces manifestations ont donné lieu à des débordements et il serait bon pour cela de faire une collecte systématique des articles de la Sacrée Congrégation des Rites, qui a joué le rôle d’une sorte de Police ecclésiastique. Elles condamnent parfois les hommes et leur comportement jugés déplacés voire profanateurs, mais jamais la cérémonie, ni son décor.

À la recherche du mot monument : enquête liturgique dans les glossaires

  • 22 Par exemple, Dom Robert Le Gall, Dictionnaire de liturgie, kergoan, 1982.
  • 23 Robert Lesage, Dictionnaire pratique de liturgie romaine, Bonne Presse, éditeur, Paris, 19 (...)
  • 24 Ibid., p. 899-890.

24Dans le contexte liturgique, le constat est quasiment identique. Parmi les ouvrages du XXe siècle, consacrés à la liturgie et à son mobilier, le monument n’est jamais mentionné22. Cependant, il est parfois possible de le repérer indirectement et diversement nommé par le biais de paragraphes spécifiques telles que « Jeudi saint » ou « reposoir ». Robert Lesage23, témoigne, à la définition « Reposoir » d’une coutume qui évoque la présence d’un théâtre, si proche de la scénographie catalane élaborée autour du monument : « […] Or, une coutume qui a existé en France et qui a disparu, subsiste encore en plusieurs pays. Au Luxembourg, par ex., on inhume un crucifix le vendredi saint pour l’exhumer le jour de Pâques. En Pologne, à la messe des Présanctifiés, le Célébrant enchâsse dans l’ostensoir une autre hostie également conservée la veille et par dessus glisse un voile transparent. Après l’Office, il va porter l’ostensoir dans une chapelle où est érigée une énorme niche, petite scène de théâtre, avec les gardes au tombeau, un Christ en plâtre gisant, des anges autour de lui, fleurs et lampions. Au matin de Pâques, l’église est envahie. Le prêtre enlève le voile de l’ostensoir et rapporte le Saint-Sacrement pour l’exposer au trône du Maître-autel. Il ne s’agit pas du reposoir du Jeudi saint mais du tombeau du vendredi saint »24. Ici, il faut comprendre que le reposoir est un aménagement et non un meuble spécifique. Les termes «niche» et «petite scène de théâtre» désignent ce que nous appelons monument.

  • 25 Xavier Barbier de Montault (1830-1901), prélat de la maison de Sa Sainteté a beaucoup écri (...)
  • 26 Barbier de Montault, Traité pratique de la construction, de l’ameublement et de la décorat (...)
  • 27 Ibid., p. 249.
  • 28 M. Boissonnet, Dictionnaire dogmatique, moral, historique, canonique, liturgiques et disci (...)

25Il convient de remonter dans le temps pour pouvoir aborder des ouvrages plus complets. Le liturgiste Xavier Barbier de Montault25 dans son Traité pratique de la construction, de l’ameublement et de la décoration des églises selon les règles canoniques et les traditions romaines, avec un appendice sur le costume ecclésiastique26 fait état du Monument, qui pour lui, désigne une des reliques (la Scala Santa) de la Passion du Christ. En 1899, la liturgie n’a pas encore subi les changements issus du futur concile Vatican II et par ailleurs, il compare très fréquemment la liturgie romaine (la seule selon lui) avec les distorsions qu’elle subit en France. Pour nous, cette prise de position pro-romaine correspond parfaitement à l’esprit ultramontain dont sont empruntes les régions de l’Arc Latin, à commencer par la Catalogne. De plus, il fait des références systématiques aux textes normatifs de l’église. Au chapitre XX, il évoque «l’Escalier saint» et décrit la Scala Santa de Rome. Il désigne cet escalier, celui-là même qui, à Jérusalem conduisait au Prétoire de Pilate, comme un « monument de la Passion » transporté par sainte Hélène au IVe siècle27. Ici, le terme monument désigne deux choses : d’une part, la commémoration, le témoignage et d’autre part, l’emblème, le symbole. Au fond, ce sont l’inspiration iconographique des monuments – les gardes romains, le prétoire de Pilate – et leur valeur commémorative qui sont décrites. La vénération des hommes pour un monument est liée à sa valeur inaliénable, digne de foi : «Les monuments publics sont plus dignes de foi que des témoins» décrète le 29 novembre 1788 la Congrégation du Concile.28

  • 29 Albert Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Brépols, 1954, réédition (...)
  • 30 Dictionnaire d’Archéologie sacrée, contenant par ordre alphabétique, des notions sûres et (...)

26Cette signification, nous la retrouvons dans le fameux Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens29 : le terme monumentum (ou monimentum) désigne deux choses, d’une part, une recommandation (du Christ) d’autre part, le souvenir. Cette valeur du souvenir ou commémorative et le lien avec le contexte funéraire sont tangibles dans les définitions archéologiques que donne le Dictionnaire d’archéologie sacrée : « Les romains avaient trois sortes de tombeaux, sepulcrum, monumentum et cenotaphium. Le monument offrait aux yeux quelque chose de plus magnifique que le simple sépulcre ; c’était l’édifice construit pour conserver la mémoire d’une personne célèbre. On pouvait ériger plusieurs monuments en l’honneur d’une personne. Mais on ne pouvait avoir qu’un seul tombeau»30.

  • 31 Robert Cabié, « La vénération du tombeau du Christ dans la liturgie et la piété populaire  (...)
  • 32 Je remercie Monsieur l’abbé Cabié pour les remarques dont il a bien voulu me faire part.
  • 33 X. Barbier de Montault, op. cit., p. 193.
  • 34 J.-B.-E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire ou (...)

27Ce lien terminologique en reflète un autre, liturgique, rituel, et objet de nombreux débats parmi les liturgistes. L’abbé Robert Cabié spécialiste de ces questions, indique comme essentiel pour comprendre le cycle pascal, que « C’est la tombe vide du matin de la Résurrection qui domine la célébration pascale ; mais la piété chrétienne s’est attaché aussi à vénérer cette tombe comme lieu où reposait le corps du Seigneur, avant que se manifeste sa victoire sur la mort. Le liturgiste pense aussitôt au rite d’ensevelissement du Christ dans certaines Eglises orientales»31. Toute autre signification ne peut être qu’une addition allégorique dévotionnelle32. Ce regard analytique posé sur les usages diffère des condamnations sévères des liturgistes investis d’une mission pédagogique plutôt qu’historique, telle que le conçoit de Mgr Barbier de Montault qui déclare : « C’est à tort que l’on nomme sépulcre l’autel auquel est conservé le Saint-Sacrement du Jeudi saint car l’Eglise, ni par ses prières, ni par ses vêtements n’exprime l’intention de vouloir honorer Jésus-Christ au tombeau, ce qui serait un contresens, puisque ce n’est que le lendemain qu’elle célèbre sa mor33. La condamnation de cette superposition de significations, véritable anachronisme au regard du temps de la Passion, mais rite affectif et dévotionnel redoublé des fidèles est un leitmotiv chez les liturgistes. « Peu à peu, on s’habitua à considérer ce reposoir, soit comme une exposition pompeuse où la sainte eucharistie était honorée d’un culte spécial, à cause du jour même de son institution ; soit comme le tombeau de Notre Seigneur qui fut enseveli. Sous quelque aspect que l’on considère cette pratique, il est certain qu’elle n’a rien de très-louable. Il nous semble pourtant que le reposoir du Jeudi Saint est plus raisonnablement envisagé comme tombeau. Dans plusieurs contrées, et notamment dans le Midi De la France, ce reposoir est orné avec toute la magnificence possible. On y va avec empressement faire sa visite, et lorsqu’il y a plusieurs églises dans une même localité, les fidèles passent tout l’après-midi du jeudi saint à visiter les reposoirs » déclare l’Abbé J.-B.-E. Pascal, dans un des volumes de l’Encyclopédie de Migne34. Peu louable, abus, exposition pompeuse ou pire, tort, tels sont les griefs retenus contre ce qui est considéré comme une déviation rituelle ; les avis divergent.

  • 35 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois ta (...)

28Pourtant cette double signification (commémorative et funéraire) est officialisée dans les dictionnaires anciens, tels celui d’Antoine Furetière repris mot à mot par celui édité à Trévoux, « Monument, signifie encore tombeau, & particulièrement en Poësie, sepulchrum, tumulus, monumentum. Le corps du Sauveur fut mis dans un monument tout neuf»35.

29Ainsi ayant pu comprendre que le statut du monument n’avait rien de liturgique mais relevait de l’ornement ou de l’illustration. Pourtant, véritable décor scénographique et illustratif de la liturgie liée au corps du Christ, mais aussi à la transsubtantiation, il n’est point douteux que son iconographie, comme sa fonction, l’ont doté, par dévotion et “contact” des choses consacrées, d’une valeur dévotionnelle propre, que seule l’évolution de la liturgie du XXe siècle remettra en question.

30Objet d’une liturgie révolue, c’est en tant qu’objet patriomonial qu’il commence une seconde existence à présent. Voyons maintenant ce que révèle ce statut patrimonial.

À la recherche du meuble monument : enquête patrimoniale

31La deuxième démarche, après une enquête dans les textes normatifs de l’Église, a été double dans les lexiques et les dictionnaires contemporains : rechercher, d’une part, l’existence même du terme monument, et parallèlement, en rechercher des synonymes ou plus exactement s’il existe d’autres désignations, en France, de ce même objet. La plupart des outils de travail, proposés par les services de l’Inventaire Général, référence dans ce domaine, visent à l’universel, à la fois dans l’espace et dans le temps. Leur mission est de collecter les singularités dans les régions, mais finalement de proposer un vocabulaire universel, afin de s’adapter aux grilles de saisie nécessaires à leur travail spécifique de mise en fiches. Or notre démarche, dans le cadre de l’étude des monuments est complètement à l’opposé de celle-ci. Nous ne visons pas à faire un lexique traduisible en plusieurs langues, mais nous recherchons au contraire, les spécificités locales et faisons la part belle à des pratiques liturgiques disparues. Nos outils de travail ne seront donc pas des dictionnaires, ni des lexiques, mais des répertoires d’objets, de gestes, de mises en situation des objets (par exemple, leur suppression ou le fait qu’on les masque pendant la semaine sainte).

32Rechercher à collecter les objets liturgiques utilisés lors de la semaine sainte revient à puiser dans l’ensemble des publications ayant pour but l’inventaire des objets religieux.

  • 36 Catherine Arminjon, Nicole Blondel, Claudine Cartier, Catherine Chaplain, Joël Perrin, Nic (...)

33Mais avant d’interroger ces ouvrages du strict point de vue de l’existence ou non du terme Monument, arrêtons-nous sur ce que peut révéler leur agencement. Aucun ouvrage de référence répertoriant les objets d’église, ne présente de rubrique propre aux objets de la semaine sainte. Les références françaises consultées, qui nous paraissent primordiales sont les suivantes : Le Système descriptif des objets mobiliers36 publié en 1994 par le Ministère de la Culture et la Direction du Patrimoine. Ce document, destiné à une utilisation interne au service de l’Inventaire, a pour ambition la mise en œuvre d’un instrument de travail « unique et national destiné aux nouvelles politiques de protection » déjà utilisé dans la base PALISSY répertoriant les objets classés mise en place en 1989 et augmentée en 1993. Dans ce répertoire, une rubrique est désignée sous le titre de « mobilier religieux ». Parmi les sous-dénonimnations, on trouve une classification orientée vers l’emplacement, tel le chœur, la fonction des objets, telles les clôtures, ou les meubles de rangement. Dans la rubrique « Objets religieux », le choix d’un classement alphabétique, très pratique, élimine tout repérage thématique. Ni l’une ni l’autre ne comporte le terme Monument sauf, dans le registre funéraire, le « monument sépulcral » et le « monument commémoratif », mais les Monuments qui nous occupent, n’appartiennent pas au contexte funéraire commun, mais bien à la commémoration liturgique de la Résurrection du Christ et de son sépulcre vide.

  • 37 Objets religieux. Méthode d’analyse et vocabulaire, Rmn, Paris, 1994.

34La même année 1994, un volume illustré et bilingue (anglais-français) Objets religieux. Méthode d’analyse et vocabulaire37, voyait le jour dans un contexte plus international, celui d’un projet de coopération dans le domaine des musées entre la France et le Canada. Après une présentation de fiches type, un répertoire des termes est proposé. Suivant le même principe que précédemment, sont distingués les meubles des objets, mais ensuite, les rubriques s’organisent tantôt autour de meubles, tels que l’autel, tantôt autour de sacrements, tels que le baptême, ou des actions liturgiques, telles que la prédication, enfin autour de leur fonction, comme c’est le cas pour les sièges ou les meubles de rangement. On le voit, la disparité du mobilier implique un système de classement ouvert, qui ne saurait être établi à partir des seules fonctions liturgiques par exemple. Le monument n’est pas répertorié en tant que tel et aucun autre meuble ne lui est assimilable. Quant aux objets, les rubriques liées aux rites de Noël et Pâques sont reprises du Système descriptif et là encore, seuls le chandelier pascal, le cierge pascal et le chandelier des Ténèbres sont rescapés de cette uniformisation grâce à l’universalité de leur emploi conformément aux prescriptions liturgiques. Parmi les linges liturgiques – puisque finalement le monument est avant tout, matériellement une toile – aucune désignation ne semble pointer l’existence de grandes toiles peintes accompagnées de leurs accessoires sorties à l’occasion de la semaine sainte.

  • 38 Bernard Berthod, Elisabeth Hardouin-Fugier, Dictionnaire des arts liturgiques, XIXe-XXe si (...)

35Deux ans plus tard, en 1996, paraissait un outil de travail fort bien documenté et bien illustré, le Dictionnaire des arts liturgiques, XIXe-XXe siècle38. Le dictionnaire classe par ordre alphabétique des objets, mais également, des rites, des temps liturgiques, des statuts, des règlements canoniques, des personnes et des lieux. La chronologie proposée rendrait très possible la mention des Monuments mais ce n’est pas le cas, sans doute pour cause de marginalité, liturgique et géographique et quantitative.

  • 39 Joël Perrin, Sandra Vasco Rocca, Thesaurus des objets religieux. Meubles, linges, vêtement (...)

36Enfin plus récemment, en 1999 est publié le Thesaurus des objets religieux. Meubles, linges, vêtements et instruments de musique du culte catholique romain39, selon une organisation traditionnelle en cinq grands chapitres : Meubles religieux, Objets religieux, Linges et garnitures liturgiques, Vêtements religieux, Instruments de musique liturgique. Dans chaque catégorie, l’ordre adopté suit les fonctions liturgiques et les hiérarchise : les Objets liés aux sacrements avec en 1er lieu, l’Eucharistie ; les Objets liés aux autres sacrements, les Objets liés aux fonctions liturgiques et activités religieuses : ablution, chant, prédication, offrandes ; enfin, les Objets liés aux fonctions matérielles : gestion de la fabrique, éclairage, rangement, assises… La spécificité du calendrier liturgique ne fait l’objet ni de parties ni de sous-parties spécifiques. Seule la rubrique 7 du chapitre II évoque un temps spécifique, celui du Carême, que l’on retrouve au chapitre III, avec les Objets liés aux temps de Noël et de Carême ou les Linges et garnitures liés au carême. Rien n’est dit sur la semaine sainte, sauf dans l’évocation des processions par exemple.

  • 40 Catherine Arminjon, Ameublement d’église. Quotidien de la liturgie, Collection Patrimoine (...)

37Dans l’ouvrage de vulgarisation de Catherine Arminjon, Ameublement d’église. Quotidien de la liturgie (2000)40, le sommaire fait état de trente rubriques, qui se réfèrent soit à un meuble particulier, le retable, soit à une fonction mobilière, les luminaires, soit à un sacrement, le baptême, soit à un groupe social, les confréries, soit à une activité sacerdotale spécifique, comme la confession. Seuls deux temps liturgiques constituent une rubrique : les rites de Paques et de Noël. Pour Paques, seul le cierge pascal est répertorié, comme souvent.

38Les ouvrages sélectionnés ne font pas mention des objets propres au temps pascal, et spécifiquement aux jeudi et vendredi saints, hormis, comme signalé, le cierge pascal. Il est vrai, que ces temps de pénitence se caractérisent davantage par la suppression des objets habituels ou par le fait qu’ils sont masqués par des linges et voiles, périodes en langage liturgique dites de « dépouillement ». Mais nous devons aussi nous demander dans quelle mesure l’absence du meuble monument dans les lexiques, n’est pas directement liée à sa rareté et à sa circonscription géographique. L’enquête a débuté dans les lexiques courants des meubles et objets d’usage à l’église, car le monument n’est pas à proprement parler liturgique, c’est-à-dire en lien direct avec la célébration eucharistique.

Conclusion : la nécessité d’un lexique historique

39Ces divers constats ont suggéré une réflexion méthodologique.

  • 41 Se reporter aux articles de Marie-Hélène Sangla et de Stéphanie Doppler.

40Absent de toutes les sources officielles que nous venons d’évoquer, cet objet a pourtant une existence avérée si l’on en juge par l’inventaire dressé par le CDCROA, et par les traces en nombre qu’il a laissées dans les sources écrites et les transmissions orales dans les Pyrénées Orientales41. Il nous semblait souhaitable de trouver un moyen de restituer les appellations locales désignant les monuments, leurs accessoires, les acteurs des cérémonies les mettant en scène, les temps dans lesquels ils sont utilisés. La terminologie ne vaut que dans la mesure où elle est contextualisée.

41Nous proposons donc la restitution de ces données sous la forme d’un important tableau récapitulatif.

Notes

1 Par convention nous utiliserons l’italique pour désigner le monument catalan, fait de toile te de bois, à l’iconographie de la Passion, point de départ patrimonial de cette recherche collective. Le CDCROA en a inventorié une dizaine pour l’instant. Les autres acceptions du terme, seront soit placées entre guillemets soit laissés en caractère normaux.

2 Cette expression est empruntée à Odile Blanc dans « Histoire du costume, objet introuvable », L’étoffe et le vêtement, Médiévales, n° 29, Presses Universitaires de Vincennes, 1996.

3 Ces textes sont inclus dans les livres liturgiques romains, à savoir, le missel, le bréviaire, le calendrier, le pontifical, le martyrologe, le cérémonial des évêques…

4 La Congrégation des Rites a été établie par Sixte V en 1587 réorganisée par Pie X en 1908, veille à ce que ces rites sacrés soient fidèlement observés.

5 Ce terme vient de ce que, dans les textes romains, les titres des lois étaient inscrits en rouge.

6 Le Rituel est un livre liturgique qui concerne la célébration des sacrements autres que la messe.

7 Nous reviendrons sur cette question plus avant dans cet article.

8 Le concile de Nicée débuta le 19 juin 325 et se termina le 25 juillet suivant. M. L.-F. Guérin, Manuel de l’histoire des conciles ou traité théologique, dogmatique, critique, analytique et chronologique des conciles et des synodes, Paris, 1856, p. 164.

9 « Mais ce règlement, que nous n’avons plus, n’était point apparemment exprimé en termes assez clairs pour ôter toute ambiguïté, puisque nous voyons, qu’au VIIe siècle les Eglises d’Irlande persistaient encore dans l’usage de célébrer la Pâque le 14e jour de la lune, lorsque ce jour tombait un dimanche. Ibid., p. 162-163.

10 Abbé R. Aigrin, Liturgia, Encyclopédie populaire des connaissances liturgiques, Paris, Bloud et Gay, 1947, p. 617.

11 Memoriale Rituum, cérémonies pour les petites églises de Benoit XIII (1735) réimpression Baldeschi (1839), traduit et annoté par un professeur de séminaire 1858. Rubrique jeudi saint.

12 L. Hébert, Leçons de liturgie à l’usage des séminaires, tome 1, le Bréviaire et le Rituel, Paris, Berchet et Pagis ed., 1938, p. 275.

13 « On prépare également le plus beau dais de couleur blanche, deux encensoirs avec leur navette ; un petit voile pour le Sacrement, et un plus grand qui sera déployé autour des épaules de l’évêque lorsqu’il portera le Saint Sacrement : l’un et l’autre voile étant de soie ou dorés, ou bien décorés de très belle façon ; un calice, plus beau et plus imposant que les autres où la Très sainte Hostie sera reposée ; des torches, ou cierges de cire blanche, en nombre suffisant pour les chanoines et les clercs, dont un pour l’évêque, peint et décoré, qui sera porté allumé dans la procession par un de ses chapelains ou écuyers ; deux grandes hosties à consacrer ; un vase en argent ou en or, avec un grand nombre de petites hosties à consacrer pour la communion des chanoines et des clercs ».

14 « Elle [la chapelle du saint sacrement] doit être ornée d’étoffes précieuses (qui ne soient pas noires), de lumières, de fleurs, mais sans reliques et sans images de saints. Les objets présents le jeudi : sur l’autel qu’on doit y dresser, il y aura une espèce de coffre bien décoré, fait en forme de sépulcre, fermant à clef, pour y déposer le calice. Il y aura dans ce coffre un corporal étendu ou une pale. Un autre corporal sur l’autel. Une petite échelle ou escabeau pour aider à placer le calice dans le sépulcre (P) ». « On doit orner la chapelle où le Très Saint Sacrement sera renfermé à la fin de la messe de ce jour, embellie de nombreux luminaires avec toute la beauté et la magnificence possibles, ayant six chandeliers avec cierges sur son autel ».

15 Rituel à l’usage de Perpignan publié par ordre de Monseigneur l’Illustrissime et révérendissime J.-François de Saunac-Belcastel, évêque de Perpignan, Perpignan, J.-B. Alzine, libraire-éditeur, 1845, p. 536-537. À la rubrique VII des objets divers, on trouve : « La croix, les encensoirs, les burettes, les sonnettes, le bénitier portatif et goupillon, les canons d’autel, l’exposition (couronnement du tabernacle, ornée de guirlandes et de bouquets, quand on devra exposer le saint sacrement), une boîte pour hosties, un éteignoir, boîte pour l’encens, un bâton triangulaire pour le samedi saint, une représentation en bois pour les enterrements, un cierge pascal avec son chandelier, des armoires et commodes pour ranger les ornements, un confessionnal, un prie-dieu, un plat ou bassin un tronc pour les messes du purgatoire, une corbeille pour distribuer le pain bénit, des urnes à huile pour lampe, une lanterne pour le saint viatique, un petit bénitier, une pelote garnie d’épingles, une petite fontaine avec essuie-mains, un crucifix devant la table où le prêtre prend les ornements, une table avec encre, plume et papier ». Point de monument. Dans le Rituel romain du pape Paul V à l’usage du diocèse d’Alet, avec les Instructions & rubriques en françois, A Paris, chez Guillaume Desprez, 1677, page 663, on trouve un descriptif détaillé des objets requis.

16 Monseigneur J.-François de Saunhac-Belcastel, évêque de Perpignan, Rituel à l’usage du diocèse de Perpignan, Perpignan, J.-B. Alzinz, 1845, p. 238.

17 Mgr Barbier de Montault donne une illustration de la chasuble pliée, c’est-à-dire qu’elle est retroussée sur le devant en signe de pénitence. En réalité elles sont autorisées, en tant qu’évocation moins coûteuse des chasubles coupées qu’exige le Cérémonial des Evêques dans les cathédrales et les grandes églises. Le costume et les usages ecclésiastiques selon la tradition romaine, Paris, Letouzey et Ané éditeurs, tome deuxième, 1897-1901, p. 86-88.

18 L’usage de galons dorés peut paraître un luxe en décalage avec l’esprit du jour. Pour expliquer ce luxe apparent, nous nous référons au commentaire que Mgr Gromier a fait du Cérémonial : « Parmi le dépouillement d’une part, et la couleur noire de l’autre, la croix, une fois découverte, est l’objet d’égards tranchant avec le reste : tapis, coussin, couleur violette, voile blanc et violet en fonction de linceul. Dès l’origine de ce rite, on a voulu, en plus de la croix, adorer le corps du Christ mort, gisant sur la croix couchée ». note 321, livre second, chapitre XXV.

19 Solange Corbin, La déposition liturgique du Christ au vendredi saint. Sa place dans l’histoire des rites et du théâtre religieux (analyse de documents portugais), Paris, Société d’éditions les Belles Lettres, Lisbonne Livraria Bertrand, 1960, p. 35-39.

20 Le Rituel romain du pape Paul V à l’usage du diocèse d’Alet, avec les Instructions & rubriques en françois, A Paris, chez Guillaume Desprez, 1677, page 663, on trouve un descriptif détaillé mais universel des objets requis.

21 Xavier Barbier de Montault, Traité pratique de la construction, de l’ameublement et de la décoration des églises selon les règles canoniques et les traditions romaines avec un appendice sur le costume ecclésiastique, Paris, Louis Vivès, 1899, p. 14.

22 Par exemple, Dom Robert Le Gall, Dictionnaire de liturgie, kergoan, 1982.

23 Robert Lesage, Dictionnaire pratique de liturgie romaine, Bonne Presse, éditeur, Paris, 1952

24 Ibid., p. 899-890.

25 Xavier Barbier de Montault (1830-1901), prélat de la maison de Sa Sainteté a beaucoup écrit sur l’archéologie chrétienne. Abbé Aigrin, Liturgia, Encyclopédie populaire des connaissances liturgiques, Paris, Bloaud et Gay, 1947, p. 1039.

26 Barbier de Montault, Traité pratique de la construction, de l’ameublement et de la décoration des églises selon les règles canoniques et les traditions romaines, avec un appendice sur le costume ecclésiastique par Mgr Barbier de Montault, Paris, Louis Vivès ed., 1899, 2 t.

27 Ibid., p. 249.

28 M. Boissonnet, Dictionnaire dogmatique, moral, historique, canonique, liturgiques et disciplinaire des décrets des diverses congrégations romaines…, par M. L’Abbé Migne, éditeur, 1852, article «Monument», colonne 856.

29 Albert Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Brépols, 1954, réédition 1993.

30 Dictionnaire d’Archéologie sacrée, contenant par ordre alphabétique, des notions sûres et complètes sur les arts et antiquités ecclésiastiques… ., publié par l’Abbé Migne, 1851, tome 2, p. 652

31 Robert Cabié, « La vénération du tombeau du Christ dans la liturgie et la piété populaire », actes du colloque La celebrazione del triduo pasquale anamnesis e mimesis, Studia Anselmiana n° 102, Rome, 1990, p. 209-225, p. 209.

32 Je remercie Monsieur l’abbé Cabié pour les remarques dont il a bien voulu me faire part.

33 X. Barbier de Montault, op. cit., p. 193.

34 J.-B.-E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire ou notions historiques et descriptives sur les rites et le cérémonial de l’office divin…, publiées par M. J.-P. Migne, Petit-Monrouge éditeur, 1844, colonnes 1137 et 1138.

35 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences & arts, divisé en deux tomes…, À La Haye et à Rotterdam, 1641, p. 184.

36 Catherine Arminjon, Nicole Blondel, Claudine Cartier, Catherine Chaplain, Joël Perrin, Nicole de Reyniès, Système descriptif des objets mobiliers, Paris, Direction du patrimoine, 1994.

37 Objets religieux. Méthode d’analyse et vocabulaire, Rmn, Paris, 1994.

38 Bernard Berthod, Elisabeth Hardouin-Fugier, Dictionnaire des arts liturgiques, XIXe-XXe siècle, Paris, Les éditions de l’amateur, 1996.

39 Joël Perrin, Sandra Vasco Rocca, Thesaurus des objets religieux. Meubles, linges, vêtements et instruments de musique du culte catholique romain,39 Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, Paris, Editions du Patrimoine, Getty Trust, Patrimoine canadien, Ministero per i Beni Culturali e Ambientali, 1999. L’ouvrage est trilingue : français, anglais, italien.

40 Catherine Arminjon, Ameublement d’église. Quotidien de la liturgie, Collection Patrimoine vivant, Desclée de Brouwer, Rempart, 2000.

41 Se reporter aux articles de Marie-Hélène Sangla et de Stéphanie Doppler.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40523/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search