Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Les pratiques rituelles : prescriptions de l’Église et usages coutumiers

Introduction

Le monument, entre reposoir eucharistique et sépulcre

Marlène Albert-Llorca

Texte intégral

  • 1 Arnold Van Gennep, 1979 [1947]. Manuel de folklore français contemporain, tome 1, vol. III, Les cér (...)

1Depuis la fin du XIXe siècle, l’usage d’édifier des monuments a été invariablement qualifié de « populaire », « folklorisant » ou, comme le fait Arnold Van Gennep dans son Manuel de folklore contemporain, de « cérémonie liturgique folklorisée»1. Ces qualificatifs sont loin d’être univoques et la question de leur pertinence a donné lieu à bien des débats que l’on ne peut évoquer ici. On se contentera de rappeler que les notions de « populaire » ou « folklorique » ont très souvent été utilisées pour qualifier des croyances ou des pratiques qui s’écartent (ou paraissent s’écarter) des prescriptions doctrinales ou liturgiques de l’Eglise. C’est le cas, en particulier, des rites qu’elle ne contrôle pas entièrement et ce, parce qu’ils sont pris en charge par des laïcs et non par les clercs.

  • 2 Claudine Fabre-Vassas, La bête singulière : les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Editions (...)
  • 3 Je remercie Maryse Carraretto de m’avoir permis de lire les transcriptions des entretiens qu’elle a (...)

2Qu’en est-il dans le cas des monuments et des pratiques qui leur sont associées ? Cette question, soulevée dans plusieurs des contributions historiques de cet ouvrage, est abordée dans cette section sous deux angles étroitement complémentaires. Le premier, c’est l’examen minutieux des textes liturgiques qu’a effectué Christine Aribaud : on ne peut évidemment juger de l’écart éventuel entre les pratiques des fidèles et les prescriptions liturgiques sans avoir une vision précise de ces dernières. Le second, c’est l’enquête ethnographique sur les pratiques et les discours des fidèles. Les monuments et les pratiques cultuelles qui leur étaient associées ayant disparu en Catalogne française dans les années 1950, il paraissait encore possible de demander aux habitants des villages où ces coutumes ont existé de les décrire et de dire quel sens et quelle valeur leur étaient conférés. De telles enquêtes ont été menées il y a plusieurs années par Claudine Vassas dans le cadre d’une vaste recherche sur l’imaginaire des juifs dans l’Europe chrétienne qui a donné lieu à un ouvrage publié en 19932. Maryse Carraretto est allée en 2006 et 2007 questionner plus spécifiquement la mémoire que l’on avait gardée des monuments en Roussillon3. Mon but, dans cette introduction, est simplement de souligner quelques points qui ressortent de la confrontation entre, d’une part, les résultats de ces enquêtes et, de l’autre, l’étude des prescriptions liturgiques et de leurs gloses cléricales.

Le reposoir, un terme polysémique

  • 4 Tous les fidèles pouvaient communier le Vendredi saint dans le christianisme primitif. Innocent XI, (...)

3Aux contributions concernant spécifiquement les monuments, sont jointes deux autres études, l’une, réalisée par Cyril Isnart, du reposoir actuellement édifié par l’archiconfrérie des Pénitents noirs de Tende (Alpes-Maritimes) et l’autre, par Katerina Seraïdari, du rituel de l’enterrement du Christ en Grèce. La présence d’une contribution sur le domaine orthodoxe peut étonner dans un ouvrage centré sur les rituels des pays catholiques de l’Europe du sud. Il nous a semblé, en vérité, utile de l’intégrer précisément parce qu’elle témoigne de la différence entre les choix liturgiques des Eglises d’Orient et d’Occident : alors que la liturgie catholique prescrit, comme le souligne Christine Aribaud, de conserver une hostie consacrée le Jeudi saint, la liturgie orthodoxe (où l’on consacre du pain et non des hosties) ne connaît pas cette règle. Cela tient d’abord, comme le rappelle Katerina Seraïdari, au fait qu’il n’y a pas de communion eucharistique dans l’Eglise orthodoxe le Vendredi saint, alors qu’elle existe dans le catholicisme – au moins, dans la période antérieure à 1955, pour le prêtre qui célébrait l’office4. Ne pouvant consacrer d’hostie (interdit également en vigueur dans l’Eglise d’Orient), le célébrant doit utiliser celle qu’il a consacrée la veille.

  • 5 Solange Corbin, La déposition liturgique du Christ au vendredi saint. Sa place dans l’histoire des (...)
  • 6 Ibid., p. 91. Cette prescription s’accompagne de l’interdiction d’enterrer les hosties, rituel dont (...)
  • 7 Une des rubriques citées dans le Manuel de liturgie et Cérémonial romain de Le Vavasseur, Haegy, St (...)
  • 8 Mgr G. Kieffer, Professeur au séminaire de Luxembourg, Précis de liturgie sacrée ou Rites du culte (...)

4A un second niveau, la différence peut s’expliquer, comme le dit Solange Corbin5, par l’absence de culte de l’eucharistie dans l’Orthodoxie. Celui-ci tient au contraire une place majeure dans le catholicisme, notamment à partir de la Contre-Réforme, et c’est pourquoi l’Eglise prescrit, à partir du XVIe siècle, de laisser en évidence l’hostie consacrée le Jeudi saint de façon à ce qu’elle puisse être adorée. Rappelé par Solange Corbin6, ce point est fortement souligné dans le chapitre sur le Jeudi saint du Précis de liturgie sacrée de Mgr Kieffer : « Même quand le Saint Sacrement est placé dans le tabernacle clos d’une chapelle, comme le supposent les rubriques7, il est entouré des mêmes honneurs qu’à l’exposition solennelle : devant lui brûlent donc plusieurs cierges de cire ; il est désirable qu’il y ait aussi d’autres cierges plus petits. On doit veiller à ce qu’il y ait constamment des adorateurs devant le Saint Sacrement ; au lieu de la génuflexion simple, on fait la génuflexion à deux genoux, etc.»8.

  • 9 J’en ai dénombré dix sur les dix-sept où Maryse Carraretto a rencontré des informateurs.
  • 10 Il semble qu’il en allait de même – mais le témoignage est moins net – à Estoher, où l’informatrice (...)

5Selon les textes liturgiques étudiés par Christine Aribaud, l’hostie consacrée le Jeudi saint ne doit pas être conservée sur le maître-autel, mais dans une chapelle dite « du sépulcre », « du très Saint Sacrement » ou encore « du reposoir ». Le monument (ici entendu comme l’ensemble des toiles peintes représentant des scènes de la Passion) était-il destiné à manifester la dignité de cette chapelle ? C’est là, en tout cas, qu’on le construisait à Espira de Conflent : le mercredi après-midi, des hommes du village tendaient les toiles dans la chapelle de la Croix, où « le curé portait le Saint Sacrement » (Anne Rous). Aux Angles, en revanche, tout comme dans la grande majorité des villages où des enquêtes ont été effectuées9, le monument était édifié dans le chœur. Mais, conformément aux prescriptions liturgiques, l’hostie consacrée n’était pas laissée sur le maître-autel : « on faisait (…) comme une espèce d’estrade derrière le maître-autel et, au dessus du ciborium, on mettait ce qu’on appelait la capelleta, c’est-à-dire une petite chapelle en bois dans laquelle on mettait le Saint Sacrement » (Cédric Blanch). La même procédure, selon un témoignage recueilli par Jeanne Camps, était adoptée à Ria Sirach : « Dans le chœur de l’église St Vincent de Ria, on dressait le monument, c’est-à-dire un autel spécial, surélevé avec escalier et estrade. De part et d’autre de l’autel, on plaçait de haut en bas de grandes toiles décorées»10.

  • 11 On trouvera une élucidation plus précise de ce point dans la contribution de Christine Aribaud.

6Ce que l’informatrice de Ria (dont on soulignera au passage qu’elle appelle monument l’ensemble constitué par les toiles peintes et l’autel) désigne comme un « escalier » est peut-être ce que d’autres personnes interrogées nomment les escales (aux Angles) ou l’escala santa (à Mosset), un escalier de bois spécialement construit pour cet usage. Ces dénominations traduisent le latin Scala Santa, l’escalier qui montait vers le prétoire de Pilate et dont les dévots, à Rome, gravissaient à genoux une réplique pendant la Semaine Sainte11. Les escales évoquées dans les témoignages ont sans doute servi, jadis, à ce type de pratique dévotionnelle mais à des époques trop lointaines pour que les fidèles s’en souviennent encore : aucune des personnes interrogées n’y a fait la moindre allusion. Leur seule fonction était, dans l’esprit de tous, de supporter les cierges qu’offraient les familles : pour honorer, comme le stipulent les textes liturgiques, le Saint-Sacrement placé au-dessus de l’escala ?

  • 12 Il en était ainsi, selon les témoignages recueillis, à Palau de Cerdagne et à Catllar. Dans les deu (...)

7Ce n’est pas certain. Car les cierges apportés par les fidèles étaient également (voire exclusivement lorsque le Saint-Sacrement était placé dans une autre chapelle12) destinés à illuminer le crucifix que l’on couchait au pied de l’escala ou, dans les églises où l’on n’en faisait pas, sur les marches conduisant à l’autel. Toutes les personnes interrogées ont gardé un souvenir très vif de ce Christ en croix, que l’on entourait d’une profusion de fleurs et de cierges. C’est ce dispositif, dont on trouvera une description précise dans la contribution de Maryse Carraretto, que Françoise Peypoch, à Palau de Cerdagne, appelle monument : « On appelait ça le monument, c’est-à-dire qu’on déposait le Christ devant le maître-autel ».

  • 13 J.-B.-E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire ou notions h (...)
  • 14 Sont signalées dans la note 12 les deux exceptions à la règle. Il faut cependant noter que, si tous (...)
  • 15 Cela tient à ce que, avant la réforme de Pie XII, en 1955, les célébrations de la Passion commençai (...)

8L’endroit que l’on aménageait pour y déposer le crucifix est également appelé « reposoir », et c’est ce terme qui est, de loin, le plus fréquemment utilisé par les témoins. Dans les textes normatifs des liturgistes, il désigne, comme on l’a dit, l’autel ou le tabernacle où sont déposées les hosties destinées à la messe des Présanctifiés. Dans un ouvrage sur la liturgie où il manifeste autant d’attention aux usages effectifs qu’aux normes à respecter, le Père Pascal signale pour sa part : « On appelle aussi quelque fois reposoir le monument ou la chapelle ardente du Jeudi saint»13. Ce deuxième emploi du terme a sans doute été suscité par le fait, déjà mentionné, que le reposoir eucharistique et la croix étaient généralement placés dans le même endroit de l’église14: le plus souvent le chœur, plus rarement une chapelle latérale. Or, l’hostie consacrée et la croix, comme le souligne Cyril Isnart, remplissent la même fonction, « mettre en présence » le Christ, et font l’objet du même traitement rituel : on les met toutes deux à « reposer » les Jeudi et Vendredi saintset elles reçoivent également des marques d’adoration. Car, si le Saint-Sacrement, comme on l’a vu, doit être adoré lorsqu’il se trouve dans le reposoir, la croix est aussi l’objet d’un rituel d’adoration, qui se déroule le Vendredi saint après que le prêtre l’a dévoilée. Or, cette croix que clercs et laïcs doivent baiser en signe d’adoration était généralement, si l’on en juge par les témoignages recueillis, celle que l’on avait couchée devant le maître-autel le Jeudi saint15. Parfois voilée ce jour-là, comme le prescrit la liturgie, elle pouvait aussi, semble-t-il, être déjà exposée aux regards et à la vénération des fidèles, comme le signale une habitante de Mosset : « Le Christ, on le mettait à l’adoration, déjà, le Jeudi saint ».

9On comprend donc que le terme « reposoir » ait pu désigner, tantôt le lieu où l’on dépose l’hostie consacrée le Jeudi saint, tantôt la chapelle ardente édifiée le même jour pour recevoir le crucifix. Cyril Isnart relève, dans sa contribution, que cette ambiguïté est manifeste dans les discours des dévots de Tende. Ceux-ci nomment toujours « reposoir » les dispositifs cultuels mis en place, qu’ils se trouvent dans l’église paroissiale, dans la collégiale ou dans la chapelle des pénitents noirs. Or, seul le reposoir de l’église paroissiale comprend un autel où l’on a placé l’hostie destinée à la messe des présanctifiés, donc un reposoir au sens liturgique du terme. Dans la chapelle des pénitents, le reposoir en question comprend seulement une croix de Passion dressée et un Christ gisant et, dans la collégiale, un crucifix allongé entre des vases de fleurs sur les marches de l’autel, dûment recouvertes d’un tapis – crucifix qui figure également dans le reposoir de l’église paroissiale. Cependant, souligne Cyril Isnart, c’est toujours une chapelle ardente qu’évoquent, dans l’esprit des fidèles, les édifices mis en place.

  • 16 L’ambiguïté demeure cependant dans certains témoignages, à Prats de Mollo en particulier.

10L’ambiguïté du mot « reposoir » est moindre en Catalogne qu’en Provence, presque tous les témoins interrogés l’employant pour parler du dispositif destiné à recevoir le crucifix16. Mais, ici comme en Provence, la chapelle qui accueille le reposoir eucharistique ou le crucifix est toujours perçue comme une chapelle ardente. Voyons pourquoi il en est ainsi.

Veiller le Christ, tuer les juifs

  • 17 En Catalogne espagnole, selon Joan Amades (Costumari Catalá. El curs del any, Barcelona, Ed. Salvat (...)

11Si le monument a durablement marqué les mémoires c’est, pour une part, parce qu’il était une œuvre collective. Car, comme le souligne Maryse Carraretto, tous les fidèles « participaient à la préparation de l’ensemble », les hommes disposant les toiles peintes et les escales, les femmes arrangeant le reposoir en y intégrant « quelques objets de leur vie et de leur famille, des fleurs de leur jardin, des chandeliers, un coussin brodé ». Parmi les végétaux qui ornaient le monument, figuraient ainsi des plats de lentilles ou de blé que les fidèles avaient fait germer, comme ils le faisaient également avant Noël afin d’en décorer la crèche. Que le même décor végétal ait été utilisé dans ces deux objets rituels manifeste bien leur homologie, résultant de ce que l’un met en scène la naissance de Jésus et l’autre sa mort17. Ces événements majeurs de la vie du Christ sont aussi les événements majeurs de toute existence humaine et leur évocation est, par cela même, propre à susciter un sentiment de sympathie, au sens originel de ce terme. Katerina Seraïdari s’arrête sur un moment de la liturgie grecque du Vendredi saint où ce mécanisme de projection apparaît avec une netteté particulière : les femmes qui chantent les lamentations de la Vierge identifient bien souvent leurs propres morts au Christ défunt. Son identification à un mort proche de soi affleure aussi dans la façon dont plusieurs fidèles évoquent la veillée de prière qui était organisée, dans certains villages du Roussillon, à partir du Jeudi saint au soir : « … on faisait une liste… Par exemple : la Route Nationale de telle heure à telle heure ; la rue d’En haut de telle heure à telle heure (…). Comme ça, il y avait toujours quelqu’un au reposoir pour garder, pour pas que le Christ soit seul (…). Pour l’accompagner, oui. Nous, les anciens, on disait : « Il ne faut pas le laisser seul ». Comme si on avait veillé un mort ».

12L’identification de la veillée de prière à la veillée funéraire est, dans ces propos d’une femme de Catllar, des plus nettes. Manifeste, aussi, ce qu’implique cette identification, la dimension affective conférée à cette pratique dévotionnelle : il fallait « accompagner » le Christ, « ne pas le laisser seul ».

  • 18 Hortense Forga, Palau de Cerdagne.

13Faut-il voir, dans cette veillée, une interprétation de la règle prescrivant « qu’il y ait constamment des adorateurs » devant le reposoir eucharistique, dont on a vu qu’il était parfois identifié à un sépulcre dans les textes liturgiques ? Ou le résultat de l’extension au Jeudi saint du rite de l’adoration de la croix ? Faute de pouvoir répondre à ces questions, je me contenterai de souligner que l’adoration du Saint-Sacrement n’aurait pas pu être identifiée à une veillée funéraire si l’on n’avait placé le crucifix dans la même chapelle que le reposoir eucharistique. Le crucifix ou, à Espira-de-Confluent, une sculpture du Christ gisant que l’on transportait chaque année, de la chapelle où elle se trouve habituellement à celle du monument. Car une peinture ou, plus encore, une sculpture est bien plus évocatrice de la personne représentée, le Christ en l’occurrence, que cet objet totalement abstrait qu’est l’hostie. Aussi est-ce bien ce crucifix, couché au milieu des cierges « comme maintenant les cercueils»18, que l’on venait « veiller ».

14L’identification à un catafalque du dispositif permettant d’exposer la croix a été sans nul doute favorisée par la présence des grands panneaux représentant les soldats romains chargés, selon la tradition évangélique, de garder le tombeau du Christ. La plupart des informateurs semblent avoir oublié ce qui était représenté sur les autres peintures du monument, mais presque tous se souviennent de ces figures : « Et même, j’avais peur » avoue Edmond Gineste à Llo ; il en va de même pour Marguerite Riveill qu’a interrogée Cédric Blanch aux Angles : « Quand on était enfants, on avait peur de rentrer dans l’église car les adultes nous disaient qu’il y avait le « Fundera » et « El Carantxi ». Ces deux personnages nous impressionnaient beaucoup ». Si ces panneaux ont frappé les esprits, c’est certainement à cause de leur taille : « Ils étaient énormes », dit Edmond Gineste. Mais c’est aussi parce qu’ils occupent, comme l’a mis en évidence Claudine Vassas, une place singulière dans le rituel. Ces figures de soldats romains étaient en effet appelés dans plusieurs villages els jueus, les juifs, et étaient renversés par les jeunes garçons à la fin du vacarme qui succédait à l’office des Ténèbres du Jeudi saint, vacarme produit par les crécelles avec lesquelles, disait-on, on « tuait les juifs » jugés coupables de la mort du Christ. Cette analyse, dont on lira le détail dans la contribution de Claudine Vassas, met ainsi au jour un travail de sémantisation ou de re-sémantisation du rite qui s’appuie, d’une part, sur l’antijudaïsme qui a traversé, jusqu’à une date récente, l’histoire du christianisme et, d’autre part, sur ce qui était donné à voir et à faire aux fidèles dans un rituel qui, comme tout rituel sans doute, se prêtait à diverses lectures. On trouvera une autre illustration de ce processus d’appropriation dans la contribution de Katerina Seraïdari.

  • 19 Si le Memoriale rituum déclare que l’hostie consacrée le Jeudi saint doit être déposée « dans un co (...)

15La lecture que j’ai proposée des études réunies dans cette section évite délibérément de soumettre les données présentées à un questionnement de type historique : à quel moment et pourquoi les divers éléments qui composent les monuments – toiles peintes représentant les grands épisodes de la Passion, reposoir eucharistique, crucifix offert à l’adoration – se sont-ils trouvés réunis dans une même chapelle ? Pourquoi, par ailleurs, l’Eglise semble-t-elle avoir admis, puis condamné, l’identification du reposoir eucharistique à un tombeau19? Au terme de ce parcours, force est de constater que ces questions restent posées. J’espère, cependant, avoir mis en évidence l’intérêt de la méthode ethnographique ici adoptée et du type de questionnement qui l’accompagne. Celui-ci était, pour l’essentiel, de tenter de saisir ce que les fidèles appelaient le monument, et de se demander si le sens qu’ils donnaient à cet objet et aux pratiques qui s’y déroulent excédait, et pourquoi, les prescriptions liturgiques et leur glose autorisée. La méthode d’enquête adoptée paraissait relever de la gageure : aller chercher dans la mémoire des fidèles un éclairage sur ces objets complexes que sont les monuments. Elle s’est, de fait, révélée féconde, eu égard, bien entendu, à la question posée, celle du sens et de la valeur de ces rituels et des objets qui y sont manipulés. Car, la mémoire opérant un tri entre ce qui paraît important au sujet et ce qui l’est moins, il est tout à fait instructif d’examiner ce qu’elle a retenu.

Notes

1 Arnold Van Gennep, 1979 [1947]. Manuel de folklore français contemporain, tome 1, vol. III, Les cérémonies périodiques, cycliques et saisonnières, Paris, Picard, p. 1206.

2 Claudine Fabre-Vassas, La bête singulière : les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Editions Gallimard, « Bibliothèque des Sciences Humaines » 1993.

3 Je remercie Maryse Carraretto de m’avoir permis de lire les transcriptions des entretiens qu’elle a réalisés et de m’avoir autorisée à les utiliser : tous les extraits d’entretiens que je cite proviennent de ses enquêtes ou de celles, qu’elle m’a également communiquées, de Cédric Blanch et Jeanne Camps.

4 Tous les fidèles pouvaient communier le Vendredi saint dans le christianisme primitif. Innocent XI, au XVIIe siècle, interdit la communion, dès lors réservée au seul célébrant (R. Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, tome III, 1942, art. « communion eucharistique ». Le Décret de la Sacrée Congrégation des rites du 16-11-1955 a rétabli l’accès de tous à ce sacrement.

5 Solange Corbin, La déposition liturgique du Christ au vendredi saint. Sa place dans l’histoire des rites et du théâtre religieux (analyse de documents portugais), Paris, Société d’éditions les Belles Lettres, Lisbonne Livraria Bertrand, 1960, p. 163.

6 Ibid., p. 91. Cette prescription s’accompagne de l’interdiction d’enterrer les hosties, rituel dont Solange Corbin étudie l’histoire et la diffusion.

7 Une des rubriques citées dans le Manuel de liturgie et Cérémonial romain de Le Vavasseur, Haegy, Stercky, éd. de 1935, précise en effet au chapitre sur le Jeudi saint : « Le Saint-Sacrement reste enfermé dans le tabernacle jusqu’à la fonction du lendemain, de façon qu’il ne puisse être vu ».

8 Mgr G. Kieffer, Professeur au séminaire de Luxembourg, Précis de liturgie sacrée ou Rites du culte public d’après les règles de la Sainte Eglise Romaine, trad. abbé R. Guillaume, Mulhouse-Paris-Tournai, 1937. On trouve la même prescription dans le Memoriale rituum, cérémonies pour les petites églises de Benoit XIII (1735), réimpression Baldeschi (1839), trad. et annoté par un professeur de séminaire en 1858, rubrique jeudi saint : « Le curé aura soin qu’il y ait continuellement quelqu’un en prière devant le Saint Sacrement, à la chapelle du sépulcre, et qu’il y ait continuellement un nombre convenable de cierges ou de flambeaux allumés ».

9 J’en ai dénombré dix sur les dix-sept où Maryse Carraretto a rencontré des informateurs.

10 Il semble qu’il en allait de même – mais le témoignage est moins net – à Estoher, où l’informatrice, Yvonne Figa, précise qu’on mettait l’hostie dans un autre tabernacle que celui utilisé habituellement.

11 On trouvera une élucidation plus précise de ce point dans la contribution de Christine Aribaud.

12 Il en était ainsi, selon les témoignages recueillis, à Palau de Cerdagne et à Catllar. Dans les deux cas, le Christ était couché devant le maître-autel et le Saint-Sacrement « reposé » dans une chapelle latérale.

13 J.-B.-E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire ou notions historiques et descriptives sur les rites et le cérémonial de l’office divin…, publiées par M. J.-P. Migne, Petit-Monrouge éditeur, 1844, p. 1091-1092. Le texte est également cité par Cyril Isnart.

14 Sont signalées dans la note 12 les deux exceptions à la règle. Il faut cependant noter que, si tous les interlocuteurs ont évoqué la « reposition » du crucifix, ils n’ont pas tous parlé du reposoir eucharistique ni de l’endroit où il se trouvait.

15 Cela tient à ce que, avant la réforme de Pie XII, en 1955, les célébrations de la Passion commençaient dans la journée du Jeudi saint. Pie XII décide de mieux accorder le rituel et la temporalité de la Passion en faisant du Jeudi un jour où l’on commémore uniquement la Cène et donc l’institution de l’eucharistie (cf. « Commentaire de la cérémonie du Vendredi saint » par le chanoine Daniel Meynen, http://meynen.homily-service.net/).

16 L’ambiguïté demeure cependant dans certains témoignages, à Prats de Mollo en particulier.

17 En Catalogne espagnole, selon Joan Amades (Costumari Catalá. El curs del any, Barcelona, Ed. Salvat, 1950, vol. 2, p. 730), comme en Corse, selon Dominique Verdoni (A Settimana Sante in Corsica. Une manifestation de la religiosité populaire. Photographies de Jean Harixçalde, 2003, Albiana, p. 132), est marqué aussi ce qui oppose ces événements. Car, si le blé est mis à germer à la lumière à Noël, il germe à l’abri de la lumière pour la Semaine Sainte. Les tiges obtenues sont donc vertes dans le premier cas et blanches dans le second.

18 Hortense Forga, Palau de Cerdagne.

19 Si le Memoriale rituum déclare que l’hostie consacrée le Jeudi saint doit être déposée « dans un coffre bien décoré, fait en forme de sépulcre », le cérémonial de la Semaine Sainte de 1956, qui suit le décret de la Congrégation des Rites du 16 novembre 1955, explique pour sa part : « L’autel de la reposition n’est pas un tombeau : conformément aux décrets de la S.C. des Rites, il faudra bannir les tentures funèbres, les représentations des scènes ou des instruments de la Passion, les reliques, même celles de la vraie Croix et, à plus forte raison, les tableaux ou statues de saints, l’exposition de vases sacrés, etc. ».

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search