Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Sources écrites, sources plastiques

Les Monuments des Pyrénées Orientales dans les sources imprimées du XIXe siècle

Marie-Hélène Sangla

Texte intégral

  • 1 Brunet M., Le curé et ses ouailles, Editions du Trabucaire, Perpignan, 2003.

1La Révolution a déterminé la place prise par les questions religieuses dans la France du XIXe siècle. Dans le département des Pyrénées-Orientales, à partir du Concordat (1801), l’organisation du diocèse est calquée sur celle mise en place par l’application de la Constitution Civile du Clergé : la plupart des églises paroissiales sont maintenues, les chapelles et succursales sont fermées. Si le département reste fidèle à la tradition ultramontaine, on note qu’au renforcement des manifestations de dévotion s’oppose un fort courant anticlérical : les processions sont réglementées, les regroupements religieux parfois sévèrement réprimandés1.

  • 2 Loi du 19 février 1790 qui prohibe les vœux monastiques.
  • 3 Loi du4 avril 1792 qui déclare la sécularisation des maisons de religieuses.
  • 4 ADPO, L 17, Article X de la loi du 4 septembre 1792. La Nation « … Dispose du surplus des ornements (...)

2La Semaine sainte est un moment important de la vie religieuse. Depuis le XVIe siècle, dans les églises paroissiales et conventuelles, la célébration du Jeudi saint s’organise autour du Monument. Pourtant à la Révolution, entre février 17902 et avril 17923, il subit, comme le reste du mobilier cultuel, les effets de la sécularisation des maisons religieuses. Les biens sont distribués à la Nation après la loi du23 octobre 1790 qui en décide l’aliénation pour alimenter la politique d’émission des assignats et pour garantir l’intégrité et la valeur culturelle des symboles de l’Ancien Régime. Les lois du 15 mai 1791 et du 4 septembre 1792 prennent en charge la question des effets liturgiques des églises fermées4.

  • 5 Nous avons retenus à titre d’exemple 10 inventaires d’églises paroissiales des deux districts.

3Les communes, sous la tutelle des directoires de district et de département, participent à la rédaction des inventaires qui forment un état des biens de l’Eglise. Entre 1790 et 1792, les Monuments sont cités dans ceux de 9 églises conventuelles, de 5 églises paroissiales de Perpignan, d’églises du district de Perpignan, de Céret et de Prades5.

  • 6 Par exemple, à Espira de l’Agly l’inventaire pris le 3 septembre 1790, retient « … quatre poutres p (...)
  • 7 ADPO, L.1149, 1791, 31 mai.
  • 8 Dès les premiers mois de l’année 1791 les demandes des paroisses par l’intermédiaire des communes s (...)

4Avec le Monument figurent les éléments du décor qui servent aussi à revêtir l’église pour le Jeudi saint. Ce qui montre que sous l’Ancien Régime son installation dans les églises paroissiales et conventuelles est habituelle et qu’il s’inscrit au cœur d’un dispositif scénographique complexe et codifié qui tend à se prolonger pendant la Révolution6. Objets de culte ordinaire, les Monuments peuvent, comme le mobilier liturgique en général, encore servir. Ils sont donc redistribués aux communes pour « satisfaire les dessins des municipalités et remplir les vœux de la loi»7– après qu’elles aient adressées leurs demandes aux directoires de district ou de département pour remeubler leur église souvent démunie8. Ce transfert d’objets, la transmission des rites par le maintien de l’usage des Monuments et des cérémonies qui les accompagnent assurent la transition entre l’Ancien régime et le XIXe siècle. Mais de quelle manière utilise-t-on encore les Monuments au lendemain de la Révolution ?

  • 9 Parmi les sources imprimées nous retenons quelques exemples de journaux roussillonnais, les souveni (...)

5En confrontant les sources imprimées qui vont du début du XIXe siècle aux premières années du XXe siècle, nous voudrions souligner l’abandon progressif de l’usage des Monuments dans la liturgie, et, dans le même temps, leur apparition dans la littérature pittoresque et régionaliste9 comme souvenir d’une tradition religieuse. Cette situation, complexe, explique la difficulté d’appréhension du maintien de l’usage réel de l’objet à cette période.

L’abandon progressif des Monuments

  • 10 « l’Adoration des Quarante heures aura lieu à la paroisse Saint Jacques dimanche, lundi, mardi (…) (...)
  • 11 Le Bulletin paroissial de Prades en 1924, rappelle la liturgie de la Semaine sainte. Bulletin de la (...)
  • 12 Anonyme, « Semaine sainte en Roussillon », Tramontane, n° 465-466, 1963.

6C’est entre 1880 et 1920 que les cérémonies de la Semaine sainte apparaissent dans les sources imprimées – des bulletins paroissiaux et des journaux d’inspiration catholique. Elles sont décrites comme un moment important de la vie religieuse dont on rappelle le déroulement et le contenu. Les Bulletins paroissiaux locaux mentionnent le calendrier des fêtes pascales, leur sens liturgique et les rituels qui les accompagnent. Le moment le plus intense se situe le Jeudi saint, autour d’une simple veillée pascale. Auparavant, depuis le Dimanche des Rameaux la grande majorité des paroisses a célébré les Quarante heures jusqu’au mardi de la Semaine sainte10. Au fil du temps, alors que les cérémonies sont plus rares, leur description devient sommaire puis disparaît. À partir des années 192011, même si certains témoignages rapportent jusque dans les années soixante l’installation du reposoir, celui-ci est confondu avec le Monument12.

  • 13 Bulletin paroissial de Rivesaltes, à partir de 1909 jusqu’en 1922.

7Le Bulletin paroissial de Rivesaltes, en 1921, à partir de l’évocation du théâtre Chrétien, rappelle l’activité de la Confrérie du Précieux sang et celle de la Confrérie du Mont Carmel à la célébration des Quarante Heures qui se pratique encore. Mais d’une manière générale, il n’est pas fait mention de la Semaine sainte, encore moins de l’installation d’un Monument13. L’exemple de Rivesaltes n’est pas isolé : la même situation est constatée pour toutes les paroisses éditant un bulletin.

  • 14 L’étoile du matin, mars 1895, n° 339 ; avril 1895, n° 340.
  • 15 Journal du conseil des Fabriques, à partir d’octobre 1834.

8Les magazines catholiques en usage dans les paroisses ne sont pas plus explicites. L’étoile du matin, organe de l’archiconfrérie de la cour de Marie, insiste sur la dimension sacrée de la couronne d’épines et évoque le sacrifice du Christ le Vendredi saint, sans faire référence au contenu de la célébration14. Le Journal des Conseils de Fabriques, de diffusion nationale, rappelle la législation concernant la gestion des biens d’église et des fabriques, mais se cantonne à l’organisation administrative, sans dispenser de conseils sur le déroulement et la participation aux cérémonies, laissant à chaque région le soin de leur organisation spécifique15.

  • 16 Anton de Siboune, « Primavera », Journal des Pyrénées Orientales illustré, Mars 1902.

9Le récit d’Anton de Siboune, en 1902, confirme la simplification des cérémonies de la Semaine sainte. Concernant le Monument, il fait appel à ses souvenirs d’enfance : c’est « l’autel ou en enferme la Sainte hostie le Jeudi saint, jusqu’aux offices du vendredi matin (…) sur les gradins de cet immense reposoir qu’on édifiait autrefois à la chapelle du Rosaire, scintillaient de mille bougies (…) aux pieds du reposoir était placé sur des coussins un superbe Christ aux longs cheveux naturels»16. Lorsque Anton de Siboune écrit, ce décor a déjà disparu. Seuls les rites tapageurs de la patrica-patroca qui précédent la procession du Jeudi Saint dans les rues de la ville rappellent vaguement l’éclat des fêtes religieuses :

  • 17 Anton de Siboune, « Primavera », Journal des Pyrénées Orientales illustré, Mars 1902.

Et dire que tout cela a disparu pour ne plus revenir, car, croyez moi, on ne fait jamais revivre ce qui est mort. Maintenant sans doute, l’esprit de foi s’étant amoindri, l’habitude en étant passé, les nouvelles générations imprégnées de scepticisme, tourneraient en dérision ces magnifiques manifestations du culte auxquelles nous tenions tant alors. Pourquoi donc faire disparaître des coutumes qui donnaient une physionomie si particulière, si originale à notre pays !17

10À présent, la Semaine sainte est réduite à la célébration des Quarante heures ou à l’adoration du reposoir :

  • 18 « Chronique religieuse », La Croix, mars 1893.

Les offices ont été très suivis dans toutes les églises, pendant cette semaine de réconciliation. La visite traditionnelle aux reposoirs a été favorisée par un temps splendide. Le Jeudi saint au soir, une foule immense remplissait la cathédrale pour entendre les chants à capella de la maîtrise. Cette musique grandiose et sévère est bien le genre qui convient à l’Église. Le grand orgue a fait entendre en même temps des œuvres de maître qui cadraient magnifiquement avec les chants de la maîtrise.18

  • 19 « Il serait tout à fait regrettable de voir une tradition inoffensive qui a reçue les sanctions des (...)
  • 20 Rituel à l’usage du Diocèse de Perpignan, publié par ordre de Monseigneur l’Illustrissime et Révére (...)

11Cette évocation d’une cérémonie autrefois solennelle reflète sa désaffection dans les mentalités autant que son incohérence avec les exigences de l’Église19 : la liturgie impose un cadre nouveau où le Monument n’a pas sa place. En témoigne le Rituel à l’usage du Diocèse de Perpignan, publié par ordre de Monseigneur Jean-François de Saunhac-Belcastel, évêque de Perpignan en 1845, qui résume le Jeudi saint à « l’institution de l’adorable Eucharistie. Nous vous exhortons à vous rendre à l’église en ce jour, à assister au saint sacrifice de la messe, s’il vous est possible, ou, du moins, à l’office du soir, pour rendre au Seigneur les actions de grâces qui lui sont dues pour un si grand bienfait»20. Cette pratique devient l’usage. En 1892 la description de la Semaine sainte répond bien au rituel de l’évêque de Perpignan :

  • 21 « La Semaine Sainte. Pâques à Perpignan », La Semaine religieuse, n° 17, samedi 23 avril 1892.

Le jeudi Saint, fête de l’institution de l’Eucharistie, a été pour notre ville, un jour de foi, de prière et d’adoration. Le matin, dans toutes les églises, les communions ont été très nombreuses. À la Cathédrale, Monseigneur a célébré la messe Pontificale et a consacré les Saintes Huiles. Rien n’est plus imposant que cette cérémonie faite par l’Évêque entouré des prêtres, des diacres, des sous-diacres, témoins requis, ex officio, de cet acte solennel. Dans toutes les églises, les autels et les reposoirs ont été disposés avec le meilleur goût. En signaler quelques uns serait omettre la description d’un grand nombre d’autres dont il faudrait louer les plus heureuses proportions.21

  • 22 À ce sujet, voir l’article de Mademoiselle Stéphanie Doppler et les résultats de l’enquête ethnogra (...)

12Si les sources imprimées témoignent de la vie religieuse de la population de Perpignan et des villages de la plaine du Roussillon, elles ne sont pas pour autant le reflet des zones de montagne. Il convient donc de dissocier deux secteurs géographiques que tout oppose. Le second, plus reculé, est resté plus attaché aux pratiques traditionnelles qu’au contenu du nouveau rituel du Diocèse. Ces paroisses de montagne assurent le maintien des usages au moins jusqu’à la fin de la première moitié du XXe siècle22.

Le souvenir de la tradition

13Tandis que le Monument disparaît des pratiques liturgiques, le décor qu’il constitue est mis en avant dans des documents sans rapport avec les écrits de l’Eglise. Le Monument est le moyen d’évoquer un système complexe de dévotion voire une coutume originale disparue.

  • 23 Jalabert F., Géographie du département des Pyrénées Orientales, Imprimerie Tastu, Perpignan, 1819 ; (...)
  • 24 Les Monuments étaient pourtant dressés dans la plupart des paroisses du diocèse.
  • 25 « Le souvenir des drames liturgiques primitifs [est] parvenu sous forme de manuscrits, parfois frag (...)
  • 26 « Les jours de grandes fêtes on les orne de deux rangs de tapisseries, l’une de damas à bandes de d (...)
  • 27 « Un chœur de musiciens placé dans les nefs du temple, chante de tems en tems des motets, et ces ch (...)
  • 28 « Le jour du Jeudi Saint, on élève, au bas de l’église, contre la grande porte d’entrée, un temple (...)
  • 29 G. Blanc, « Processions », La Croix, 20 Août, 10 et 24 septembre 1893.
  • 30 « Voyages en Roussillon », La Croix, 3, 17, 24 décembre 1893 et 7 janvier 1894.

14Entre 1800 et 1850, les Monuments n’apparaissent pas dans la littérature du mouvement historique ou des voyages pittoresques dont l’iconographie et les descriptions se limitent au patrimoine monumental. Le récit de voyage en Roussillon aborde la province sous l’angle monographique à travers ses monuments et ses paysages. Les traditions du Roussillon sont présentées dans leur ensemble, les mœurs des habitants ne se limitent pas à l’aspect spectaculaire des cérémonies de la Semaine sainte23. C’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que les sources imprimées font ressurgir la tradition de la Semaine sainte et des processions. Le Monument, dont on rappelle l’installation dans la Cathédrale de Perpignan24, est alors lié à une tradition ancienne imprégnée d’un fort sentiment de religiosité laissant l’impression d’une certaine magnificence. Ainsi, les Monuments, disparus ou oubliés au profit de pratiques religieuses devenues schématiques, réapparaissent dans les sources où la fonction cultuelle de l’objet est reléguée au second plan au profit du témoignage folklorique qu’il représente25. À chaque fois, le récit est construit autour de trois thèmes : l’aspect du Monument et la richesse de son décor26 ; l’attitude manifestéeautour du Monument, c’est à dire la profonde dévotion des fidèles27; le déplacement codifié des fidèles autour de la structure, qui en règle de manière implicite l’organisation28. Citons parmi les nombreux exemples, le texte publié par Gratia Blanc (1893)29 et l’extrait des « Voyages en Roussillon » (1894)30.

La fortune du témoignage de Jean-Baptiste-François Carrère

  • 31 J.B.F. Carrère, Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes ses provinces… Provin (...)

15À la fin du XIXe siècle, tous les témoignages que l’on retrouve dans les journaux roussillonnais sont la réplique d’un même récit : la description du Monument de la Semaine sainte à la Cathédrale de Perpignan, faite par Jean-Baptiste-François Carrère en 1787 dans son Voyage pitorresque31. À cette période, le Monument n’étant plus utilisé, le témoignage de Carrère reste la seule source écrite à laquelle se référer. On trouve, autant par la forme que par le contenu, les descriptions des voyages pittoresques à une époque où la vision romantique s’est éloignée : elles évoquent la province et ses aspects les plus typiques en insistant sur la ferveur religieuse manifeste. On peut s’étonner du regard que portent alors le Roussillon sur lui même, sur la nature même de ce regard et cette forme décalée qui peut surprendre pour une tradition alors abandonnée.

  • 32 Abbés Laporte et Domairon, Le Voyageur Français, Paris, 1791.

16En 1791 déjà, les abbés Laporte et Domairon32, étrangers à la province, avaient reemployé le texte de Carrère pour évoquer la religiosité des roussillonnais dans le Voyageur Français. Leur texte sera ensuite reproduit dans la Semaine religieuse du Diocèse de Perpignan (1892), ce qui prouve l’intérêt local pour les pratiques religieuses traditionnelles disparues.

Un témoignage authentique ?

  • 33 Lestrange, « Cér émonie du Caresme et de la Semaine sainte à Perpignan en 1708 », publié en 1919 da (...)

17Cependant, la vivacité du témoignage de Carrère, la richesse des détails que l’on y trouve, pose la question de l’origine de son témoignage. Carrère a-t-il été témoin des cérémonies de la Semaine sainte ? Son texte le laisse penser. Mais les éléments du décor qu’il décrit, l’abondance des détails rappellent étrangement la mise en scène décrite dans les Cérémonies du Caresme du père Augustin déchaux Lestrange (1708)33. Le texte de Carrère n’est-il pas lui-même un réemploi ?

  • 34 Joan Amade, Costumari Catala, Volum II, Barcelona, Salvat editores, 1951.

18Le mémoire du père Lestrange, conservé aux Archives Nationales n’est-il pas l’unique source des descriptions du Monument publiées entre 1787 et 1892 du Voyage pittoresque de Carrère à l’article de la Semaine Religieuse ? En l’état actuel des recherches il n’existe pas d’autres descriptions de la Semaine sainte et des Monuments. On peut cependant s’interroger sur les moyens et les réseaux de diffusion du mémoire du père augustin, qui a visiblement inspiré la littérature romantique et culturelle jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les sources imprimées sont peu nombreuses dans leur diversité pour appréhender les Monuments. Seule la comparaison avec les sources catalanes du sud comme le Costumari catala qui décrit en détail l’installation de Monuments dans les églises du Principat34 – avec toutes les nuances locales – peut apporter un éclairage complémentaire.

19Quelle description proposer du Monument et des éléments qui le composent ? Le texte de Lestrange et les versions postérieures le décrivent de la manière suivante : « un temple de bois, à trois nefs, soutenues par des colonnes ; il est grand et majestueux, et occupe toute la largeur et presque la hauteur de l’église ; on y monte par vingt-quatre marches, qui en tiennent toute la largeur, et le long desquelles règne de chaque côté une balustrade ; ce temple est peint et doré ; le sol des trois nefs et les marches qui y conduisent, sont couvertes de beaux et grands tapis ; la nef du milieu contient un tabernacle d’argent doré, dans lequel on enferme le corps de J.-C.; les nefs, les marches et les balustrades de ce temple sont couvertes de cierges ». Mais cette élévation majestueuse n’a pas résisté à l’érosion des traditions. Le Monument s’est peu à peu transformé en une construction plus modeste dont on ne retient que le sacraire, c’est-à-dire le cœur du Monument qui a prend le nom de « reposoir ».

  • 35 Carrère Marie-Anais-Marguerite, Monographie de Laroque des Albères et de Sorède, Céret, 1894, chap. (...)

20Il y a en plus une différence entre le Monument de la cathédrale décrit par Lestrange, et ceux, plus modestes, élevés dans les églises paroissiales. Le récit de Marie-Anaïs-Marguerite Carrère en 1894 traduit l’intensité de la mise en scène dans l’église de Laroque des Albères, mais aussi la disparition du Monument : « pendant cette cérémonie, qui a lieu l’après-midi, les chants sont empreints d’une grande tristesse, l’église est tendue de toiles sombres, représentant les scènes de la passion ; le grand vitrail est couvert d’un épais rideau»35. La contraction de la description reflète peut être la fragilité du souvenir, mais à partir de cette description peut on affirmer la présence du Monument dans cette église ?

Le souvenir de la tradition des Monuments et l’idée régionaliste

  • 36 Chauvet H., Traditions populaires du Roussillon, Imprimerie du Midi, Perpignan, 1947.

21Les sources imprimées ne permettent pas de dire quand l’édification du Monument a cessé. À partir du moment où son usage disparaît, comme en témoignent les journaux à l’usage des paroisses, les Monuments font l’objet d’un intérêt culturel que l’on peut rapprocher de la Renaixança – renouveau culturel catalan qui se diffuse en Roussillon à partir de 1880. C’est ce mouvement qui est à l’origine de la publication à Barcelone, du Costumari Catala par Joan Amade. C’est dans ce contexte qu’Horace Chauvet récupère, dans ses Traditions populaires du Roussillon36 le texte de Lestrange en 1947. Il a rang de témoignage culturel. Il inscrit définitivement les fêtes et processions du Jeudi saint dans le passé et les réduit à des « numéros sensationnels d’un spectacle tragique ».

22La littérature régionaliste n’accorde ensuite que peu d’intérêt aux Monuments. Au XXe siècle, à l’exemple d’Horace Chauvet, on ne retient des cérémonies de la Semaine sainte que les fêtes bruyantes – matar els jeous ou la patrica patroca. À la magnificence de la Semaine sainte, on préfère évoquer le tapage nocturne.

  • 37 Le rappel du texte de Lestrange est très bref, il se situe entre 1892 et 1902.
  • 38 Brunet M., Le curé et ses ouilles, la montée de l’anticléricalisme dans le département des Pyrénées (...)

23C’est la disparition progressive dans les paroisses des cérémonies de la Semaine sainte qui a conduit à celle des Monuments. Quand à la fin du XIXe siècle on se remémore les objets, cela n’entraîne pas la renaissance de la fête, mais plutôt la recherche d’un héritage culturel dont le souvenir persiste et que le texte de Lestrange rend vivant37. La Semaine sainte est réduite ensuite au souvenir des manifestations les plus éloignées d’une profonde religiosité et qui n’ont en fait besoin d’aucun décor pour être exécutées. Doit on voir le fait d’une Église loin de son attachement ultramontain, ou le fait d’une Église en proie à l’anticléricalisme qui réglemente à travers les associations religieuses les manifestations ferventes de piété ? La Passion du Christ est honorée avec, pour support, un reposoir inspiré certainement de l’idée de décorum hérité de l’imagination collective, pâle souvenir des « manifestations d’une piété baroque, foisonnante et festive»38. Dans ce cas les motivations populaires qui les maintiennent échappent à la tradition écrite mais relèvent de la transmission orale. Ces sources imprimées démontrent l’ancienneté et la complexité des usages, l’enracinement d’une orientation ultramontaine et alimentent le répertoire « pittoresque » du Roussillontout en incarnant les valeurs traditionnelles et le sentiment d’appartenance culturelle que transmet la littérature régionaliste.

Cérémonies du Caresme et de la Semaine sainte à Perpignan en 1708, Lettre du Révérend Père Lestrange, Augustin déchaussé39

  • 39 Original publié dans la revue Muntanyes Regalades, après sa découverte aux Archives Nationales par (...)

24« Cette église, [la cathédrale de Perpignan], dans les jours de parade est tendue tout autour d’une très belle tapisserie ancienne qui représente l’histoire de la Passion de Notre Seigneur et au dessus de cette tapisserie, il y en a une autre bien tendue toutte de damas par bandes larges de bleu et de jaune ; le sanctuaire est tendu de même tapisserie de damas de mêmes couleurs qui s’élève très haut et qui pend fort bas, pour ces jours cy, on dresse ce que nous appelons en France le reposoir et que l’on nomme ici le monument à la grande porte au bas de l’église que l’on condamne entièrement. C’est un théâtre élevé de sept marches qui tiennent, comme le théâtre la valeur la valeur de plus de la moitié de la largeur de l’église. Cet édifice représente une église ayant deux bas cotés séparés chacun de la grande nef par un rang de piliers. Les voûtes sont formées en lattes de bois couvertes d’une grande toille. La façade est un grand portail rond et deux autres aux costés, le tout terminé par un fronton coupé et au-dessus du principal portail s’élève un morceau d’architecture en haut duquel sont les armes de la ville, cela s’élève plus haut que la moitié de l’église et de la voûte de cette église descend une tapisserie à bandes de taffetas rouge et jaune qui contient toute la largeur et qui vient battre sur la voûte de cet édifice en bois. L’enfoncement de cette espèce d’église est de plus de trois toises, et dans le fond on voit un cul de lampe bien formé, avec toutte l’architecture ordinaire fermée de belles tapisseries de damas cramoisy. Là il y a un autel en forme élevé de trois marches au haut duquel est un espèce de petit monument très propre pour enfermer le saint sacrement et au dessus de ce monument un grand crucifix couronné par le haut d’une espèce de pavillon de damas cramoisy qui est attaché à la voûte de cet édifice de bois et qui a de gros galons d’or et de grandes crespines. Il n’y a que six cierges sur cet autel, mais ses trois degrés et les sept par où on monte à ce temple artificiel aussi bien que son pavé, qui est couvert d’un grand tapis de Turquie est pour avoir des cierges le long des deux bas costez entre chaque pilier qui sont au nombre de cinq, de chaque costé est une balustrade formée par de gros cierges, de mesme qu’une autre balustrade qui ferme en dehors ces bas costez. Il y a aussy une balustrade pareille au deux bout des marches par où l’on monte à cet édifice et tout le tour de l’église en dedans a aussy une menuiserie haute de sept pieds toutte garnie de pareils gros cierges de deux livres au moins chacun qui sont courts et renforcez en façon des flambeaux ronds. La muraille du chœur en est aussy garnie tout autour ainsi la grande église n’a point d’autre jour que celuy qu’elle tire de 500 cierges qui bruslent toujours ou du moins dans de certains temps près de la moitié. »

« Mœurs, usages, cérémonies et costumes de la province du roussillon », Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes ses provinces… Province du Roussillon. Paris, Lamy, Carrere, 1787, chapitre huitième, p. 79-80.

25« Il n’y a point de ville en France, dans laquelle on s’attache autant qu’à Perpignan, à décorer et à illuminer les Eglises. Les jours de grandes fêtes on les orne de deux rangs de tapisseries, l’une de damas à bandes de deux couleurs, l’autre de haute-lisse ; celles de la Cathédrale méritent d’être remarquées par leur antiquité, la délicatesse du travail et la vivacité des couleurs ; elles représentent l’histoire de la Passion de J.-C.; les situations y sont naturelles, les figures bien dessinées, les têtes expressives ; elles feroient honneur à notre siècle. On décore encore les autels ; on les orne de tapis et de ciels de damas ou de velours ; on couvre leurs gradins d’une grande quantité de chandeliers d’argent et de cierges ; on place au devant et à de certaines distances, six, huit, ou dix cordons, qui soutiennent chacun quatre ou cinq lustres les uns sur les autres, de sorte que l’illumination remplit toute la largeur du Sanctuaire, et s’élève presque jusqu’à la voûte. Dans quelques Eglises, comme dans celle de la Réal, pendant l’Octave de l’Assomption de la Vierge, et dans celle des Cordeliers, pendant l’Octave de S. Antoine, on fait des illuminations colorées, graduées, placées en amphithéâtre, qui, par la combinaison de leurs différentes couleurs, forment des dessins très-agréables : les décorations de la Cathédrale l’emportent sur toutes les autres ; celle du Jeudi Saint est aussi imposante que majestueuse ; celle du jour de la Fête-Dieu est très-riante, et inspire un sentiment de plaisir et d’allégresse ; la forme de cette Eglise, qui est très-vaste, qui n’a qu’une nef, et dont le chœur est placé au milieu, isolé et bas, prête beaucoup à ces décorations.

26Le jour du Jeudi Saint, on élève, au bas de l’Eglise, contre la grande porte d’entrée, un temple de bois, à trois nefs, soutenues par des colonnes ; il est grand et majestueux, et occupe toute la largeur et presque la hauteur de l’Eglise ; on y monte par vingt-quatre marches, qui en tiennent toute la largeur, et le long desquelles règne de chaque côté une balustrade ; ce temple est peint et doré ; le sol des trois nefs et les marches qui y conduisent, sont couvertes de beaux et grands tapis ; la nef du milieu contient un tabernacle d’argent doré, dans lequel on enferme le corps de J.-C.; les nefs, les marches et les balustrades de ce temple sont couvertes de cierges. Les jours de l’Eglise sont fermés ; les Chapelles sont cachées par les tapisseries. On place tout autour de l’Eglise, à la hauteur d’environ sept pieds, une corniche dorée, qui supporte des cierges du poids de cinq livres, placés à trois pieds de distance l’un de l’autre ; on en met de même autour et au dessus de l’enceinte du chœur ; on y compte ordinairement quatre mille cierges. Un chœur de Musiciens placé dans les nefs du temple, chante de tems en tems des motets, et ces chants sont suivis d’un silence profond. Cela dure depuis le jeudi à midi jusqu’au lendemain à la même heure. On ne peut entrer alors dans cette Eglise sans être saisi d’un sentiment de respect et de recueillement.

27La décoration du jour de la Fête-Dieu est dans un autre genre. Les fenêtres sont ouvertes, et le grand jour entre dans l’Eglise ; le Maître-Autel, où le superbe Ostensoir est exposé, est couvert de cierges et illuminé par les cordons de lustres dont nous avons parlé. La même corniche dorée est placée autour de l’Eglise ; elle supporte de gros cierges à cinq pieds l’un de l’autre ; du bas de chaque cierge, où est placé un bouquet de fleurs de la saison, part une guirlande des mêmes fleurs, qui va se joindre à une autre guirlande pareille, venant du cierge voisin ; ces deux guirlandes, en se réunissant, forment un grand bouquet. La même décoration règne sur le pourtour de l’enceinte du chœur. L’Eglise est jonchée de fleurs.

28Il y a des Eglises où l’on exécute des décorations vraiment théâtrales. On a vu, le jour du Jeudi-Saint, dans celle de l’Hôpital général, la représentation du mauvais riche de l’Evangile ; dans l’Eglise des Religieuses Clairistes, celle de la résurrection de Lazare, qui se levoit et sortoit de son tombeau, chaque fois que J.-C. s’approchoit et lui donnoit sa bénédiction ; dans celle du Temple, la représentation de la Cène ; on y voit J.C. à table avec ses Apôtres ; la table, qui est en fer-à-cheval, est couverte de toutes sortes de mets. On a vu encore, pendant l’Octave des Morts, dans l’Eglise des Minimes, la représentation du Purgatoire ; les âmes étoient dans les flammes, et tendoient leurs bras vers la Sainte Vierge, qui descendoit pour les délivrer. »

Abbés Laporte et Domairon, Le Voyageur Français, t. XXXIII, lettre CDXXX, Paris, 1790, p. 158-160.

29« Je ne crois pas qu’il y ait de ville en France, où l’on s’attache plus que dans celle-ci à décorer et à illuminer les églises. Les jours de grandes fêtes on les orne de deux rangs de tapisseries, l’une de damas à bandes de deux couleurs, l’autre de haute lice. Celles de la cathédrale méritent d’être remarquées par leur antiquité, la délicatesse du travail la vivacité des couleurs. Elles représentent l’histoire de la Passion de Jésus Christ ; les situations y sont naturelles, les figures bien dessinées et les têtes expressives ; elles feraient honneur à notre siècle. Les décorations de la cathédrale sont les plus belles de toutes. Celles du Jeudi saint est aussi imposante que majestueuse. On élève au bas de l’église, contre la grande porte d’entrée, un temple de bois à trois nefs, soutenu par des colonnes : il occupe presque toute la largeur et presque la hauteur de l’église. On y monte par 24 marches, qui en tiennent toute la largeur et le long desquelles règne de chaque côté une balustrade. Ce temple est peint et doré ; le sol des trois nefs et les marches qui y conduisent, sont couverts de beaux tapis. La nef du milieu contient un tabernacle d’argent doré, dans lequel on enferme le corps de jésus Christ ; les nefs, les marches et les balustrades de ce temple sont couverts de cierges. Les jours de l’église sont fermés et les chapelles cachées par les tapisseries. On place tout autour de l’église, à la hauteur d’environ sept pieds, une corniche dorée qui supporte les cierges du poids de cinq livres, placés à trois pieds de distance l’un de l’autre. On en met de même autour et au-dessus de l’enceinte du chœur ; on y compte ordinairement quatre mille cierges. Un chœur de musiciens placés dans les nefs du temple, chante de temps en temps des motets, et ces chants sont suivis d’un silence profond. Cela dure depuis le jeudi à midi jusqu’au lendemain à la même heure. Les personnes qui m’ont fait cette description m’ont assuré qu’on ne pouvait entrer dans l’église sans être saisi d’un sentiment de respect et de recueillement et c’est ce que je n’ai pas eue de peine à croire.

30J’ai appris de plus qu’il y a des églises où l’on exécute des décorations vraiment théâtrales. On a vu le jour du Jeudi Saint, dans celle de l’hôpital général, la représentation du mauvais riche de l’Evangile ; dans l’église des religieuses clarisses, celle de la résurrection de Lazare, qui se levait et sortait de son tombeau toutes les fois que Jésus Christ s’approchait et lui donnait sa bénédiction ; dans celle du temple, la représentation de la Cène, où l’on voyait Jésus Christ à table avec ses apôtres, et la table en fer à cheval, couverte de toutes sortes de mets. On a vu encore pendant l’octave des Morts, dans l’église des Minimes, la représentation du Purgatoire ; les âmes étaient dans les flammes et tendaient les bras vers la Sainte Vierge qui descendait pour les délivrer. »

« La Semaine sainte à Perpignan avant la Révolution », Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 16 (23e année), 16 avril 1892.

31« Je ne crois pas qu’il y ait de ville en France, où l’on s’attache plus que dans celle-ci à décorer et à illuminer les églises. Les jours de grandes fêtes on les orne de deux rangs de tapisserie, l’une de damas à bandes de deux couleurs, l’autre de haute lice. Celles de la cathédrale méritent d’être remarquée par leur antiquité, la délicatesse du travail et la vivacité des couleurs. Elles représentent l’histoire de la passion de Jésus Christ : les situations y sont naturelles, les figures bien dessinées et les têtes expressives ; elles feraient honneur à notre siècle.

32Les décorations de la cathédrale sont les plus belles de toutes. Celle du jeudi saint est aussi imposante que majestueuse. On élève au bas de l’église, contre la grande porte d’entrée, un temple en bois à trois nefs, soutenu par des colonnes : il occupe toute la largeur et presque la hauteur de l’église. On y monte par vingt quatre marches, qui en tiennent toute la largeur, et le long desquelles règne de chaque côté une balustrade. Ce temple est peint et doré ; le sol des trois nefs et les marchent qui y conduisent, sont couverts de beaux tapis. La nef du milieu contient un tabernacle d’argent doré, dans lequel on enferme le corps de Jésus Christ ; les nefs, les marches et les balustrades de ce temple sont couverts de cierges. Les jours de l’église sont fermés et les chapelles cachés par les tapisseries. On place tout autour de l’église, à la hauteur d’environ sept pieds, une corniche doré qui supporte des cierges du poids de cinq livres, placés à trois pieds de distance l’un de l’autre. On en met de même autour et au-dessus de l’enceinte du chœur ; on y compte ordinairement quatre mille cierges. Un chœur de musiciens placé dans les nefs du temple, chante de temps en temps des motets, et ces chants sont suivis d’un silence profond. Cela dure depuis le jeudi à midi jusqu’au lendemain à la même heure. Les personnes qui m’ont fait cette description, m’ont assuré qu’on ne pouvait alors entrer dans cette église sans être saisi d’un sentiment de respect et de recueillement ; et c’est ce que je n’ai pas eu de peine à croire.

33J’ai appris de plus qu’il y a des églises où l’on exécute des décorations vraiment théâtrales. On a vu le jour du jeudi saint, dans celle de l’hôpital général la représentation du mauvais riche de l’évangile ; dans l’église des religieuses clarisses, celle de la résurrection de Lazare, qui se levait et sortait de son tombeau toutes les fois que Jésus Christ s’approchait et lui donnait sa bénédiction ; dans celle du temple, la représentation de la Cène, où l’on voyait Jésus christ à table avec ses apôtres, et la table en fer à cheval, couverte de toute sorte de mets. On a vu encore pendant l’octave des morts, dans l’église des Minimes, la représentation du Purgatoire ; les âmes étaient dans les flammes, et tendaient leur bras vers la Sainte Vierge qui descendait pour les délivrer. […]

« Un voyage en Roussillon au XVIIIe siècle, extrait d’un mémoire de l’époque », La Croix des Pyrénées Orientales, 3, 17, 24 décembre 1893 ; 7 janvier 1894.

34« Je ne crois pas qu’il y ait de ville en France, où l’on s’attache plus que dans celle-ci à décorer et à illuminer les églises. Les jours de grandes fêtes on les orne de deux rangs de tapisseries, l’un de damas à bandes de deux couleurs, l’autre de haute lice. Celles de la cathédrale méritent d’être remarquées par leur antiquité, la délicatesse du travail la vivacité des couleurs. Elles représentent l’histoire de la Passion de Jésus Christ ; les situations y sont naturelles, les figures bien dessinées et les têtes expressives ; elles feraient honneur à notre siècle. Les décorations de la cathédrale sont les plus belles de toutes. Celles du Jeudi saint est aussi imposante que majestueuse. On élève au bas de l’église, contre la grande porte d’entrée, un temple de bois à trois nefs, soutenu par des colonnes : il occupe presque toute la largeur et presque la hauteur de l’église. On y monte par 24 marches, qui en tiennent toute la largeur et le long desquelles règne de chaque côté une balustrade. Ce temple est peint et doré ; le sol des trois nefs et les marches qui y conduisent, sont couverts de beaux tapis. La nef du milieu contient un tabernacle d’argent doré, dans lequel on enferme le corps de Jésus Christ ; les nefs, les marches et les balustrades de ce temple sont couverts de cierges. Les jours de l’église sont fermés et les chapelles cachées par les tapisseries. On place tout autour de l’église, à la hauteur d’environ sept pieds, une corniche dorée qui supporte les cierges du poids de cinq livres, placés à trois pieds de distance l’un de l’autre. On en met de même autour et au-dessus de l’enceinte du chœur ; on y compte ordinairement quatre mille cierges. Un chœur de musiciens placés dans les nefs du temple, chante de temps en temps des motets, et ces chants sont suivis d’un silence profond. Cela dure depuis le jeudi à midi jusqu’au lendemain à la même heure. Les personnes qui m’ont fait cette description m’ont assuré qu’on ne pouvait entrer dans l’église sans être saisi d’un sentiment de respect et de recueillement et c’est ce que je n’ai pas eue de peine à croire.

35J’ai appris de plus qu’il y a des églises où l’on exécute des décorations vraiment théâtrales. On a vu le jour du Jeudi Saint, dans celle de l’hôpital général, la représentation du mauvais riche de l’Evangile ; dans l’église des religieuses clarisses, celle de la résurrection de Lazare, qui se levait et sortait de son tombeau toutes les fois que Jésus Christ s’approchait et lui donnait sa bénédiction ; dans celle du temple, la représentation de la Cène, où l’on voyait Jésus Christ à table avec ses apôtres, et la table en fer à cheval, couverte de toutes sortes de mets. On a vu encore pendant l’octave des Morts, dans l’église des Minimes, la représentation du Purgatoire ; les âmes étaient dans les flammes et tendaient les bras vers la Sainte Vierge qui descendait pour les délivrer. »

Notes

1 Brunet M., Le curé et ses ouailles, Editions du Trabucaire, Perpignan, 2003.

2 Loi du 19 février 1790 qui prohibe les vœux monastiques.

3 Loi du4 avril 1792 qui déclare la sécularisation des maisons de religieuses.

4 ADPO, L 17, Article X de la loi du 4 septembre 1792. La Nation « … Dispose du surplus des ornements, linges et autres effets mobiliers servant au culte des églises religieuses, congrégations et associations religieuses supprimées, en faveur des églises paroissiales et succursales tant des villes que des campagnes, suivant les besoins de chacune et d’après les observations des municipalités, vérifiées par les directoires de district et sur l’avis des directoires de département ».

5 Nous avons retenus à titre d’exemple 10 inventaires d’églises paroissiales des deux districts.

6 Par exemple, à Espira de l’Agly l’inventaire pris le 3 septembre 1790, retient « … quatre poutres petites servant à monter le monument » ADPO, 1QP 426, inventaire de l’église paroissiale d’Espira de l’Agly. Le 14 août 1790 l’inventaire réalisé dans la sacristie de l’église du couvent de la Merci dresse partiellement la liste d’ornements appartenant au Monument : « … plus une chaise ou mystère en bois servant à placer le St Sacrement avec sa garniture en étoffe de soie fleurie et garnie d’une dentelle et frange deux bouquets artificiels et deux adorateurs en toile ainsi que ornement aussi en toile derrière la dite chaise. »« … plus deux têtes ou bustes servant lors du jeudi saint plus la garniture en bois pour le monument. ADPO, 1QP 326, inventaire du Couvent de la Merci à Perpignan. De la même manière l’inventaire des biens de la fabrique de Saint Mathieu dressé en juillet 1790 mentionne : « … neuf pièces de tapisserie en taffetas jaunes et cramoisies dont deux grandes pièces échancrées dans le bas et formant deux portes pour le sanctuaire cinq autre faisant le tour de l’église et deux autres servant pour le côté du monument. ADPO, 1QP 326, inventaire de la sacristie de l’église de Saint Mathieu à Perpignan.

7 ADPO, L.1149, 1791, 31 mai.

8 Dès les premiers mois de l’année 1791 les demandes des paroisses par l’intermédiaire des communes se multiplient « pour des objets d’une nécessité indispensable à certaines fabriques, leur besoin reconnu et la modicité de leur valeur nous font un devoir d’acquiescer aux vœux des municipalités réclamantes, il serait d’ailleurs impolitique de différer de remplir envers les fabriques les engagements que la Nation a contracté qui sont consignés dans plusieurs décrets de l’Assemblée Nationale et notamment dans celui du 2 novembre 1789. » ADPO, L.1149, 1791, 31 mai. Le 20 février 1791, la délibération de la commune de Peyrestortes fait part au directoire du district de Perpignan du manque d’objets de culte nécessaires à l’office divin : « la municipalité et le corps de fabrique ont l’honneur de représenter aux messieurs du dit district que depuis trente ans ils avaient fait construire à neuf l’église paroissiale du dit lieu et que cette église contient trois chapelles de chaque côtés mais d’après les énormes dépenses qu’à occasionné la construction de cette église il ne leur a pas été possible de fournir aux frais des retables nécessaires pour orner les chapelles et acheter certains objets absolument nécessaires qui seront détaillés ci contre et comme il est parvenu à leur connaissance que les messieurs du district ont la charité de distribuer des retables et autres ornements d’église aux paroisses qui en ont besoin, la dite municipalité et corps de fabrique prient les dits messieurs de vouloir leur accorder les objets suivant : deux petits retables qui se trouvent aux Grands Augustins… ; La chaire des Grands Carmes… ; Un monument pour le jeudi saint… » ADPO, L. 1159, commune de Peyrestortes ; le 6 mars 1792, le directoire du district accorde à la marguillerie de Saint Hippolyte quelques gradins qui se trouvent au dépôt afin que celle-ci puisse « mettre son monument en règle » ADPO, L. 1160, commune de Saint Hippolyte.

9 Parmi les sources imprimées nous retenons quelques exemples de journaux roussillonnais, les souvenirs de voyages pittoresques, les revues et journaux d’obédience catholique du XIXe siècle, les revues régionalistes de la première moitié du XXe siècle.

10 « l’Adoration des Quarante heures aura lieu à la paroisse Saint Jacques dimanche, lundi, mardi (…) l’Adoration des Quarante Heures est établie dans plusieurs églises du diocèse : cette pieuses institution est la sources des plus précieuses bénédictions. Jésus eucharistique, exposé à la vénération des fidèles sur un trône de gloire, console et bénit, fortifie et guérit tous les cœurs oppressés par le découragement, la misère, la honte et le vice ». « Fête de l’Adoration des Quarante Heures à la paroisse Saint-Jacques », La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, samedi 25 mars 1893.

11 Le Bulletin paroissial de Prades en 1924, rappelle la liturgie de la Semaine sainte. Bulletin de la paroisse de Prades, 1924. Le Bulletin paroissial de Perpignan, la même année consigne à propos de la Semaine sainte, « quelques considérations liturgiques ». Bulletin paroissial de Perpignan, 1924.

12 Anonyme, « Semaine sainte en Roussillon », Tramontane, n° 465-466, 1963.

13 Bulletin paroissial de Rivesaltes, à partir de 1909 jusqu’en 1922.

14 L’étoile du matin, mars 1895, n° 339 ; avril 1895, n° 340.

15 Journal du conseil des Fabriques, à partir d’octobre 1834.

16 Anton de Siboune, « Primavera », Journal des Pyrénées Orientales illustré, Mars 1902.

17 Anton de Siboune, « Primavera », Journal des Pyrénées Orientales illustré, Mars 1902.

18 « Chronique religieuse », La Croix, mars 1893.

19 « Il serait tout à fait regrettable de voir une tradition inoffensive qui a reçue les sanctions des siècles abolie ou négligée dans toutes les paroisses du Roussillon où elle a obtenu particulièrement droit de citer », « Quelques notes sur certaines pratiques religieuses usitées en Roussillon pendant la Semaine sainte », L’espérance, 7 avril 1892.

20 Rituel à l’usage du Diocèse de Perpignan, publié par ordre de Monseigneur l’Illustrissime et Révérendissime J.-François de Saunhac-Belcastel, évêque de Perpignan. Perpignan. J.-B. Alzine, imprimeur de Mgr l’Evêque, 1845. Procession qui se fait le Jeudi-Saint à la bénédiction des saintes huiles.
Le pontife ayant béni l’encens, douze prêtres, sept diacres et sept sous-diacres, tous revêtus de leurs ornements, vont en silence, marchant sur deux rangs, et précédés de la Croix et de l’encensoir, au lieu où sont déposées les urnes des saintes huiles. Un sous-diacre porte le vase où est le baume ; un diacre l’urne du saint-chrême, et un autre diacre celle de l’huile des catéchumènes. Le clerc qui porte l’encensoir fumant, doit précéder ; vient ensuite la Croix qu’un sous-diacre doit porter, ayant un acolyte de chaque côté ; immédiatement après la Croix, marche le sous-diacre qui porte le baume, lequel est suivi de deux diacres portant les sainte huiles. Après eux viennent les prêtres, les autres diacres et sous-diacres, tous marchant sur deux rangs et deux à deux. Pendant qu’ils se rendent au chœur en cet ordre, deux choristes chantent alternativement avec le chœur les antiennes suivantes. […] Après que la bénédiction en a été faite, on rapporte processionnellement, et dans le même ordre, les saintes huiles au lieu où elles étaient auparavant, les choristes chantant […].

21 « La Semaine Sainte. Pâques à Perpignan », La Semaine religieuse, n° 17, samedi 23 avril 1892.

22 À ce sujet, voir l’article de Mademoiselle Stéphanie Doppler et les résultats de l’enquête ethnographique conduite par Madame Maryse Cararreto.

23 Jalabert F., Géographie du département des Pyrénées Orientales, Imprimerie Tastu, Perpignan, 1819 ; Melling M., Cervini, J.A., Voyages pittoresques dans les Pyrénées et dans les départements adjacents, Paris, 1826, 1830.

24 Les Monuments étaient pourtant dressés dans la plupart des paroisses du diocèse.

25 « Le souvenir des drames liturgiques primitifs [est] parvenu sous forme de manuscrits, parfois fragmentaires, précieusement conservés dans les familles. On a pu assister périodiquement à de tels spectacles. Ces figurations théâtrales, œuvre d’amateurs, convaincus et conscients à la fois du rôle qu’ils interprétaient, donnaient lieu à de mémorables soirées aux multiples péripéties et aux savoureuses anecdotes », « Pasques catalanes », Terra Nostra, 7, 1972.

26 « Les jours de grandes fêtes on les orne de deux rangs de tapisseries, l’une de damas à bandes de deux couleurs, l’autre de haute-lice ; celles de la Cathédrale méritent d’être remarquées par leur antiquité, la délicatesse du travail et la vivacité des couleurs (…) On décore encore les autels ; on les orne de tapis et de ciels de damas ou de velours ; on couvre leurs gradins d’une grande quantité de chandeliers d’argent et de cierges ; on place au devant et à de certaines distances, six, huit, ou dix cordons, qui soutiennent chacun quatre ou cinq lustres les uns sur les autres, de sorte que l’illumination remplit toute la largeur du Sanctuaire, et s’élève presque jusqu’à la voûte (…) On place tout autour de l’Eglise, à la hauteur d’environ sept pieds, une corniche dorée, qui supporte des cierges du poids de cinq livres, placés à trois pieds de distance l’un de l’autre ; on en met de même autour et au dessus de l’enceinte du chœur ; on y compte ordinairement quatre mille cierges », « La Semaine sainte à Perpignan avant la révolution », La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, 1892.

27 « Un chœur de musiciens placé dans les nefs du temple, chante de tems en tems des motets, et ces chants sont suivis d’un silence profond. Cela dure depuis le jeudi à midi jusqu’au lendemain à la même heure. On ne peut entrer alors dans cette Eglise sans être saisi d’un sentiment de respect et de recueillement », « La Semaine sainte à Perpignan avant la Révolution », La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, 1892.

28 « Le jour du Jeudi Saint, on élève, au bas de l’église, contre la grande porte d’entrée, un temple de bois, à trois nefs, soutenues par des colonnes ; il est grand et majestueux, et occupe toute la largeur et presque la hauteur de l’Eglise ; on y monte par vingt-quatre marches, qui en tiennent toute la largeur, et le long desquelles règne de chaque côté une balustrade ; ce temple est peint et doré ; le sol des trois nefs et les marches qui y conduisent, sont couvertes de beaux et grands tapis ; la nef du milieu contient un tabernacle d’argent doré, dans lequel on enferme le corps de J.-C.; les nefs, les marches et les balustrades de ce temple sont couvertes de cierges » ; « La Semaine sainte à Perpignan avant la Révolution », La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, 1892.

29 G. Blanc, « Processions », La Croix, 20 Août, 10 et 24 septembre 1893.

30 « Voyages en Roussillon », La Croix, 3, 17, 24 décembre 1893 et 7 janvier 1894.

31 J.B.F. Carrère, Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes ses provinces… Province du Roussillon. Paris, Lamy, 1787, p. 79-80.

32 Abbés Laporte et Domairon, Le Voyageur Français, Paris, 1791.

33 Lestrange, « Cér émonie du Caresme et de la Semaine sainte à Perpignan en 1708 », publié en 1919 dans la revue Muntanyes Regalades.

34 Joan Amade, Costumari Catala, Volum II, Barcelona, Salvat editores, 1951.

35 Carrère Marie-Anais-Marguerite, Monographie de Laroque des Albères et de Sorède, Céret, 1894, chap. IX, « Mœurs et coutumes ».

36 Chauvet H., Traditions populaires du Roussillon, Imprimerie du Midi, Perpignan, 1947.

37 Le rappel du texte de Lestrange est très bref, il se situe entre 1892 et 1902.

38 Brunet M., Le curé et ses ouilles, la montée de l’anticléricalisme dans le département des Pyrénées Orientales (1800-1852), Perpignan, Trabucaire, 2003.

39 Original publié dans la revue Muntanyes Regalades, après sa découverte aux Archives Nationales par Louis Taxil, ancien géomètre en chef de la ville de Paris.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search