Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Sources écrites, sources plastiques

Les décors de la Semaine Sainte aux XIXe et XXe siècles dans le département des Pyrénées-Orientales : les sources manuscrites

Stéphanie doppler

Texte intégral

  • 1 La publication de cette source dans la revue Montanyes Regalades stipule que le document est classé (...)

1« Enfin, mon cher abbé, jay vu les cérémonies de la Semaine Sainte si fameuses en ce pays ci, et elles m’ont paru si extraordinaires que jay cru que le detail ne serait pas indigne de votre curiosité » : ainsi s’exprimait l’enthousiasme, au XVIIIe siècle, d’un augustin déchaussé venu à Perpignan assister aux cérémonies de la Semaine Sainte. La lettre du Révérend Père Lestrange conservée aux Archives nationales1, publiée par la revue locale Montanyes Regalades en 1919, témoigne du faste déployé lors des solennités de la Semaine de la Passion dans les Pyrénées-Orientales. Enonçant point par point les processions du Jeudi saint au Vendredi saint, ainsi que la représentation du théâtre de la Passion, la valeur de cette lettre est enrichie par sa description minutieuse du Monument, ou décor de la Semaine Sainte. Lestrange écrit le premier témoignage descriptif d’un Monument en Roussillon, qui servira de fondement à toute une génération de voyageurs au XIXe siècle.

2Notre étude des Monuments dans les sources manuscrites des XIXe et XXe siècles dans le département des Pyrénées-Orientales vise à analyser les composantes du Monument, sa fonction, sa liturgie associée, son usage, sa perception ainsi que sa réception. Elle se divise en trois axes principaux. D’abord, la reconstitution typologique et formelle de ce type de décor ; ensuite les acteurs de sa construction et de sa surveillance ; enfin la question de la fonction même de l’objet : l’usage du Monument est-il une fin ou un moyen ?

  • 2 La première mention de Monument découverte à ce jour date de 1514 : « Ordre donné à Etienne Vaqué, (...)

3Le témoignage pionnier de l’augustin déchaussé confronté aux sources archivistiques vient confirmer sa vision et apporte un nouveau regard sur l’utilisation de ce décor du début du XVIe siècle2 jusqu’à sa disparition dans la première moitié du XXe siècle, en raison d’évènements politiques et religieux majeurs tels la loi de séparation de l’Église et de l’État (1905) ou plus tard la réforme du Concile de Vatican II (1962).

Une reconstitution typologique et formelle

4Les sources livrent deux informations concernant la constitution du Monument : d’une part le caractère monumental et volumineux de l’objet ; de l’autre le nombre de parties le constituant.

Un objet imposant

  • 3 En 1821, la paroisse de Latour-de-France fait construire un « magasin » au rez-de-chaussée du local (...)
  • 4 Dans l’inventaire d’Ille-sur-Têt de 1856, « Trois grands tableaux [sont] déposés à la sacristie à l (...)
  • 5 Dans la rubrique « objets divers » du récolement de la paroisse de Saint-Estève en 1865, il est dés (...)
  • 6 L’inventaire de 1905 de l’église de Saint-Jacques à Perpignan, dans la rubrique « Meubles de l’égli (...)
  • 7 ADPO, 137J 90.

5La lecture des archives confirme le caractère encombrant du Monument. Classé dans les inventaires du XIXe siècle dans la catégorie des « meubles de sacristie », des « meubles », ou des « objets divers », on l’entrepose le plus souvent dans des « magasins3» prévus spécialement à cet effet. Au moment de son rangement, la structure, volumineuse, est séparée de ses toiles, tableaux peints, ou des soldats romains qui la décorent. Souvent, l’ensemble des composantes du Monument est répartie dans des catégories différentes : celle des Meubles comprend tout ce qui est volumineux ; celle des Chapelles de l’église conservent, selon leurs dimensions, les toiles, tableaux ou objets du culte associés. De fait, le Monument est un ensemble dont chaque élément est dissociable de l’autre. On le désigne sous forme d’un groupe de « tableaux4», de « toiles peintes5», ou encore de « diverses pièces de bois6». L’inventaire de la paroisse Saint-Jacques de Perpignan, en 1905, note dans la « Section III [des] Meubles de l’église, de la sacristie et du clocher (...) diverses pièces de bois pour la confection du monument du Jeudi Saint7».

  • 8 Lestrange, « Cérémonies du caresme et de la Semaine Sainte à Perpignan en 1708 », Montanyes Regalad (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid. La profondeur du Monument était approximativement de 5 mètres 800 centimètres, compte tenu qu (...)
  • 11 Document non daté. ADPO, 156J 91.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.

6La description de Lestrange (1708) prouve l’importance de la place occupée par l’objet au moment de son exposition. Il décrit un Monument qui s’élève « plus haut que la moitié de l’église8», dont la largeur est « de plus de la moitié de la largeur de l’église9», et la profondeur « de plus de trois toises10». Si cette description nous donne une première vision, le « Projet du Monument à faire pour l’église de Néfiach11», du XIXe siècle, livre des caractéristiques techniques confirmant les dimensions monumentales de l’objet : du nombre de marches des escaliers saints – « le monument (…) doit avoir treize marches12» – contre sept marches dans la description du moine Augustin – à la hauteur de l’objet – « le monument (…) sera fait en deux parties, qui réunies ensemble doivent avoir 455 centimètres au premier degré et 235 au dernier13».

  • 14 Lestrange (1708), p. 97.
  • 15 Ibid.
  • 16 ADPO, 156J 91.

7Les parties constituant l’objet, grâce à l’utilisation d’un vocabulaire architectural abondant, sont identifiables. L’« édifice14» décrit par Lestrange possède une nef, des piliers, une voûte, une façade ornée d’un portail, des murailles ainsi qu’« un morceau d’architecture en haut duquel sont les armes de la ville15». À Néfiach l’auteur du document emploie les termes de marches, arc boutants et « mur16». Outre une représentation rigoureuse de la structure de l’objet-Monument, ce lexique révèle aussi sa typologie.

Les parties constitutives

  • 17 Ibid.
  • 18 La description de Lestrange confirme, quant à elle, l’ensemble des mentions trouvées dans les archi (...)

8Le « Projet du Monument à faire pour l’église de Néfiach17» met en évidence l’existence, dans la typologie du Monument, deux éléments principaux : le sépulcre, appelé « tombeau de l’autel » ; les escaliers saints, communément appelés « gradins18». En plus de cette description, grâce à l’ensemble du corpus rassemblé – inventaires, comptes de fabrique des églises ainsi que certains documents isolés – ajoutés aux objets conservés, une première typologie du Monument est envisageable. Elle peut s’énoncer comme suit :

    • 19 Le terme tenture se retrouve aussi bien dans les inventaires que dans les comptes de fabrique : en  (...)

    les tableaux (représentant les épisodes de la Passion), tentures19 ou toiles peintes ;

    • 20 Aucune source ne mentionne le terme « escaliers saints ». Il apparaît dans les comptes de fabrique (...)

    les escaliers saints ou Scala Santa, menant au sépulcre20 ;

    • 21 « garnies en papier et en tulle (…) en fer ». Inventaire de l’église d’Ille-sur-Têt, 1856, ADPO, 36 (...)

    les balustrades21, devant supporter les cierges et entourer l’ensemble de la composition ;

  • l’autel ;

    • 22 Le sacraire intervient deux fois dans les sources sous cette dénomination. Il apparaît ensuite ponc (...)

    le sacraire est un tabernacle portatif, dans lequel brille jour et nuit le Saint-Sacrement en exposition22 ;

    • 23 Malgré l’apparente ponctualité à laquelle il intervient, on trouve le terme « sépulcre » une fois, (...)

    le lit du Christ23, devant lequel nombre de génuflexions sont à pratiquer par les fidèles, montant sur les escaliers saints ;

    • 24 « Colonnes portatives. 2. En bois peint ». Inventaire de l’église d’Ille-sur-Têt, 1856, ADPO 36J 24

    les colonnes portatives24, élément décoratif, utilisées pour la structure du Monument ;

    • 25 Une définition en est donnée dans le dictionnaire Bescherelle en 1879 : « petit trône décoré sous l (...)

    la « niche du monument », peu connue, sorte de trône abritant le sacraire à l’intérieur du Monument25 ;

    • 26 Le chandelier des ténèbres est répertorié 34 fois dans l’ensemble des sources manuscrites, sous plu (...)

    le chandelier des ténèbres destiné à porter quinze cierges de l’office du Jeudi Saint26 ;

    • 27 Le cierge pascal est l’élément, avec les cierges traditionnels, que l’on retrouve le plus souvent d (...)

    le cierge pascal, en usage lors de la cérémonie du jeudi saint, permettant de compter le nombre de psaumes et de laudes avant la montée des ténèbres27.

  • 28 La Scala Santa, faisait partie des reliques ramenées par Hélène au IVe siècle ap. J.-C. À Jérusalem (...)

9Les rares photos conservées confirment cette reconstitution. À Dorres (fig. 78), en Cerdagne, les toiles de grand format représentent un arc de triomphe en trompe l’œil, où figure de chaque côté un soldat romain : sur la partie sommitale, Dieu le Père, au-dessus d’une grande scène en narration continue représentant la Flagellation, la Cène et le Couronnement d’épines. Les escaliers saints28 sont placés à l’intérieur du Monument et mènent à l’exposition du Saint-Sacrement, dans le sacraire. Des balustrades ornées de cierges ferment le périmètre du décor.

10Toutefois, cette typologie reste aléatoire. Elle peut varier considérablement selon plusieurs critères : les dimensions de l’église, l’endroit qui lui est consacré – chapelle, porte de l’église –, et naturellement les moyens financiers et humains de chaque paroisse.

Les acteurs

11Montage, démontage, décoration, surveillance, entretien, organisation des offices : la construction du Monument nécessite l’emploi d’un grand nombre de personnes.

Le rôle de chacun

  • 29 Le 08 avril 1809, la paroisse de Saint-Jacques, à Perpignan, « Dépense de la somme de douze francs (...)
  • 30 Notons que seulement trois peintres sont mentionnés dans les sources pour la peinture des toiles d’ (...)
  • 31 Le tailleur est employé pour les divers travaux aux toiles du Monument : 137J 120 en 1826, à Perpig (...)
  • 32 La paroisse de Latour-de-France, en 1814, paye à « M. Beguin ferblanquier a perpignan deux francs p (...)

12Concernant l’identité et le rôle des personnes préposées aux divers travaux de construction, de réparation et de surveillance du Monument, deux éléments apparaissent. D’une part, ce sont les paroissiens ou ecclésiastiques qui s’occupent de l’organisation générale des offices : montage, démontage et préparation du Monument, ainsi que de la gestion des comptes. Les marguilliers, obrers, fossoyeurs29, curés, sacristains, etc., ont chacun leur tâche assignée. Le Monument nécessite l’emploi d’hommes, qui, la nuit du mercredi saint et celle du jeudi saint, gardent le Monument. Les paroissiennes s’occupent de sa décoration, et achètent toutes sortes de rubans, paillettes, fleurs… D’autre part, les travaux d’entretien sont accomplis par des spécialistes : peintres30, menuisiers, tailleurs31, ferblanquiers32

  • 33 À Saint-André-de-Sorède, c’est le curé qui s’occupe de tout : « À ses profondes connaissances philo (...)
  • 34 ADPO, 137J 113.

13Encore une fois, ces informations restent aléatoires. Il arrive que certains ecclésiastiques33 ou fidèles s’occupent seuls de l’ensemble des travaux. Dans la paroisse Saint-Jacques de Perpignan, en 1834, c’est le fossoyeur qui gère l’ensemble de l’organisation concernant le Monument. Il délègue selon ses besoins. L’article 16 du règlement de la fabrique rappelle qu’il est payé 22 francs pour veiller au « placement et déplacement du monument », ainsi qu’aux luminaires « pendant tout le temps de l’exposition », et qu’il fera aussi « la poussière des diverses pièces qui composent le monument, la veille qu’il sera placé ». Toutefois, il aura à sa charge personnelle « tous les hommes dont il pourrait avoir besoin pour le transport et l’enlèvement des charpentes et autres objets ; et il se fera aider par un homme pendant tout le temps de l’exposition au placement des cierges sur le monument, à la surveillance du séminaire, la garde des chandeliers et autres objets qui y sont placés, lesquels sont sous sa responsabilité personnelle ». La fabrique payera à ses frais « la main d’œuvre du menuisier pour mettre en état tout ce qui pourrait être dérangé par accident ou par vétusté, et à prendre à ses frais les hommes qui pourraient être nécessaires, au moment d’élever ou baisser le monument quand il sera prêt ». Par cet acte, le fossoyeur engage sa responsabilité pour « toutes les dégradations qui pourraient être commises sur les pièces employées au monument lors du transport ou de l’enlèvement, si cette dégradation a lieu par sa faute ou négligence, ou celle de son salarié, ou à défaut d’employer le nombre de bras nécessaires à ce genre de service34». Ainsi, l’organisation des offices de la Semaine Sainte ainsi que l’entretien du Monument exigent l’emploi de personnes destinées à acheter, décorer, surveiller, restaurer et inventorier. Le montage et le démontage ne nécessitent pas forcément l’emploi d’un spécialiste.

Le montage et démontage du Monument

  • 35 Le salaire des personnes chargées de monter et démonter le Monument comprenait souvent la surveilla (...)
  • 36 Les sacristains, les paroissiens ainsi que, ponctuellement, le curé, pouvaient être appelés au mont (...)
  • 37 On remarque que le nombre de jours passés à son montage varie : le travail peut durer huit jours, p (...)
  • 38 « Payé à jean Demoun fossoyeur seize francs pour huit journées de travail pour monter le monument » (...)

14L’usage du Monument requiert l’emploi de plusieurs personnes afin de le monter et le démonter35. Malgré l’évidente complexité du montage de la « structure » de l’objet, il n’est pas nécessaire d’employer un menuisier ; la plupart des employés sont des fossoyeurs36. Ce montage nécessite au moins deux jours37 ce qui confirme le caractère volumineux de l’objet, et le coût parfois élevé des travaux. Les budgets accordés pour le montage et le démontage du Monument varient considérablement selon les paroisses. La rémunération des agents en est l’illustration : la paroisse Saint-Jacques de Perpignan, en 1810, paye son fossoyeur 16 francs afin de monter et démonter le Monument38 – sachant qu’en ajoutant le démontage, le coût ne devait pas excéder les 32 francs. En 1811, les marguilliers de la cathédrale Saint-Jean à Perpignan payent le montage et démontage 89 francs et 15 centimes.

15Il est évident, à l’issue de ces rapprochements, que le budget accordé au Monument – pour sa création, son montage et démontage, sa décoration, l’emploi d’artistes afin de peindre les toiles – dépend de l’importance de la paroisse. Saint-Jean, à Perpignan, est le siège de l’évêché et se doit d’accorder de plus grands revenus au faste des cérémonies. Les célébrations accueillent un plus grand nombre de paroissiens, pour certains très fortunés, dont la dévotion pour cet objet est très grande.

Objet de culte ou de dévotion ?

16Les sources montrent la considération du clergé et des paroissiens à l’égard du Monument. Deux visions se conjuguent. D’un côté le clergé considère le Monument comme une œuvre didactique, au service du culte de la Passion ; de l’autre la dévotion des paroissiens, que prouvent les dons et l’« appropriation » de l’objet par sa décoration.

La vision didactique du clergé

  • 39 Les mentions du début du XXe siècle sont également peu nombreuses, mais c’est en raison des évèneme (...)
  • 40 En 1819, la paroisse Saint-Jacques de Perpignan demande la réalisation d’un nouveau Monument pour l (...)
  • 41 « Payé au sieur Constans doreur et peintre tant pour ses fournitures et son travail détaillé dans s (...)
  • 42 Le 23 avril 1821 : « Dépense de la somme de vingt francs cinquante centimes pour monter et démonter (...)
  • 43 Le 16 septembre 1821 : « Dépense de la somme de trente francs payés à Chauvenette, sculpteur pour l (...)

17Les inventaires montrent le peu d’intérêt artistique que porte le clergé à l’égard de l’objet. Ceux réalisés aux XIXe siècle et au début du XXe siècle font rarement apparaître le Monument alors que son usage est avéré dans les paroisses39. Pour le clergé, le rôle du Monument est ailleurs : véhiculer le message religieux explicite et immédiat de la Passion du Christ, par l’utilisation du principe de la «Bible des illettrés» (saint Grégoire), abondamment reprise et appréciée en Roussillon comme dans tout le Royaume d’Espagne après la Contre-Réforme catholique. Les Monuments conservés le confirment. Celui de Dorres est un réemploi (XIXe siècle) d’un Monument du XVIIe siècle au revers duquel on distingue d’anciennes peintures représentant la Passion ainsi que des soldats romains. Celui conservé à Prats-Balaguer présente également de nombreux empiècements de toiles peintes d’autres images de la Passion venant probablement d’un ancien Monument. Le clergé réadapte, selon les besoins de la paroisse et de son temps, le message biblique qu’il veut faire passer, sans considérations esthétiques. D’ailleurs, les budgets consacrés aux «réparations» montrent l’importance accordée à la présentation du message religieux. En 1819, dans la paroisse de Saint-Jacques (Perpignan), on restaure le Monument afin de « donner tous les soins pour donner tout l’éclat possible aux Solennités du Culte pour la plus grande gloire de Dieu40» ; à Latour-de-France, en 1821, on consacre 186 francs 25 centimes pour les petites réparations et achats de fournitures pour le Monument. Un an auparavant (1820), un peintre n’était payé, pour l’ensemble d’une prestation et les fournitures nécessaires, que 6 francs et 5 centimes de plus (192 francs et 30 centimes)41. À Saint-Jacques (Perpignan), en 1821, l’ensemble des dépenses employées au Monument s’élèvent à 47 francs et 35 centimes42, tandis que la même année, un sculpteur est rémunéré 30 francs pour les réparations d’une statue et d’une des portes de l’église43.

18Pour les représentants de l’Église, conserver intacte la lecture du drame de la Passion fait du Monument un instrument servant au culte de la Semaine Sainte. Pour les paroissiens, il est objet de dévotion.

La dévotion des fidèles

  • 44 Nous apprenons que le Monument et le sépulcre possédaient chacun leur tronc ; le cénotaphe devait p (...)
  • 45 Echantillon qui, cela va de soi, est le reflet de l’ensemble des sources répertoriées à ce jour.
  • 46 Prats-de-Mollo : ADPO, 124Edt 247. Ille-sur-Têt : ADPO, 36J 12. Néfiach : 156J 86.

19La volonté du clergé est respectée : le Monument provoque de nombreuses attitudes de dévotion. Le Monument bénéficie d’une place particulière aux yeux des paroissiens. Plus qu’un objet de culte, il est un objet de piété. Les livres de compte de fabrique nous indiquent les produits des quêtes pour l’Adoration au bassin du Monument, qui prouvent le degré de dévotion provoqué par l’objet44. Un tableau comparatif reprenant plusieurs échantillons45 des recettes de trois villages du département illustre l’attachement particulier voué à cet objet46.

  • 47 Paroisse de Prats-de-Mollo, 1836 : « Oblations faites à la porte d’Église et Adoration au Monument  (...)
  • 48 ADPO, 124Edt 247.

20Les montants des dons peuvent atteindre jusqu’à 80 francs par an47. Il faut toutefois nuancer une vision trop rapide. Les dons varient selon les paroisses. À Prats-de-Mollo, en 1829, la recette des quêtes est de 62 francs et 5 centimes ; à Ille-sur-Têt, village plus peuplé, de 26 francs. Au fil des ans, les recettes augmentent à Prats-de-Mollo cependant qu’elles chutent à Ille-sur-Têt. Notons que la cérémonie des Quarante Heures a plus de succès que le Monument : elle rapporte, en 1836, à Prats-de-Mollo, 172 francs et 25 centimes, alors que l’office des Rameaux (1831) n’avait rapporté que 33 francs et 85 centimes48.

21Ainsi, le Monument est un objet de dévotion particulièrement prisé par les fidèles. Non seulement par les dons qu’il occasionne, mais aussi par les attentions et offrandes des paroissiens.

Entre dévotion et decorum: l’appropriation des fidèles

  • 49 Les mentions d’achat de fleurs, ou encore de mousse, de cyprès, de buis, de buisson, en sont la pre (...)
  • 50 1791 : « Payé pour mousse pour le monument », ADPO, 45J 6.
  • 51 1799 : « Payé au citoyen André Roqueffort pour avoir apporté les rands des rameaux, et du buis de j (...)
  • 52 1821, Caudiès-de-Fenouillèdes : « plus de quatre francs douze sols payé à Mad Baux pour fournitures (...)
  • 53 Abbé Migne, Dictionnaire de liturgie, Paris, 1963.
  • 54 « On dit encore que cette croix fut faite de quatre essences de bois, savoir, de palmier, de cyprès (...)
  • 55 ADPO, 145J 18.
  • 56 1821 : « À Pierre Laborde jardinier à Ill trois francs cinquante montant de dix cyprès pour orner l (...)
  • 57 Anton de Siboune, dans un article consacré à la Semaine Sainte, témoigne de cette tradition, intime (...)

22Les comptes de fabrique témoignent du décor dressé lors de la Semaine Sainte. Au-delà d’une vision simplement matérielle de l’objet, on découvre un environnement extrêmement riche, que les fidèles s’approprient. Le Monument est un véritable objet de dévotion populaire – une véritable représentation « baroquisante » du sépulcre du Christ. Cela se caractérise d’abord par la végétation qui l’entoure49: on achète aussi bien de la mousse50 pour le Monument, que du buis51, des buissons52 et des cyprès. Chaque plante ou arbuste acheté renvoie à un symbolisme lié aux Écritures Saintes. La verdure perpétuelle du buis est, selon l’Abbé Migne, « l’image des vertus53» ; le buisson la manifestation divine ; le cyprès l’image du deuil et de la mort de la Vierge Marie, de Jésus-Christ, mais aussi celui du bois dans lequel a été conçue la croix de la crucifixion54. Certaines paroisses ont leur préférence : à Maury, à la fin du XIXe siècle, on achète chaque année de la « verdure55» pour décorer le Monument ; à Latour-de-France, ce sont les cyprès que l’on affectionne56. L’achat par les fabriques de végétation pour orner le Monument revêt une signification symbolique à rapprocher de la culture des « jardins des ténèbres » : certains textes expliquent de quelle façon les fidèles cultivent des graines, des lentilles ou du blé en sous-sol, afin de blanchir les pousses et illustrer au mieux les ténèbres survenues lors de la mort du Christ57.

  • 58 Latour-de-France, 1821 : « Payé à Madame Badie de Perpignan treize francs soixante cinq centimes po (...)
  • 59 1765, Latour-de-France : « Plus payé à Frigola Mc 1L laque pour le monument », ADPO, 143J 27.
  • 60 Près de 34 mentions ont été répertoriées dans les sources.
  • 61 Sa définition est donnée en 1879 dans le Dictionnaire de Bescherelle : « petit trône décoré sous le (...)
  • 62 Lestrange (1708), p. 123.
  • 63 La canatille est un fil d’or et d’argent retordu, servant à des travaux de broderie ou de passement (...)
  • 64 Caudiès-de-Fenouillèdes, 1833, ADPO, 45J 7.

23À cette végétation s’ajoutent ensuite toutes sortes d’ornements : de la dentelle, des perles, du coton, du tulle, des franges, des feuilles dorées, du ruban58, mais aussi de la laque59. La plupart de ces ornements étaient visibles sur ce que l’on appelait les « niches du monument60». La niche est le réceptacle dans lequel est enfermé le Saint-Sacrement, allumé jour et nuit et exposé à l’intérieur du Monument61. Lestrange, en 1708, y fait rapidement allusion : « un espèce de petit monument très propre pour enfermer le Saint-Sacrement62 ». Elle attire aussi les manifestations de piété : on l’agrémente de rubans, paillettes, et autres... En témoignent les nombreuses mentions trouvées dans les sources, que l’exemple de Caudiès-de-Fenouillèdes (1833) résume parfaitement : « Avoir fourni le trésorier pour la niche coton en laine de toile rose, ruban papier, et fils cy. De plus acheté à Perpignan pour la niche une boîte canatille63, douze paquets paillette, dix feuilles paillon fil de laiton deux derniers rangs de perles, et six fleurs artificielles64».

  • 65 Anton de Siboune, « Primavera », Journal commercial illustré des P.-O., Perpignan, 1902, p. 113- 11 (...)

24Les luminaires – cierges et bougies – achetés par les fabriques et les fidèles sont la preuve que l’on prie beaucoup au Bassin du Monument. L’éclairage de « milliers de bougies65» entourant le Monument est confirmé par les sources, autant par les photos que par les comptes de fabrique. Les 55 mentions d’achats de cierges pour la Semaine de la Passion – on recense seulement 4 mentions d’achat d’encens, ou encore 2 de chandelles – le prouvent.

25Ainsi, le Monument apparaît, au XIXe siècle, non seulement comme un objet servant au culte, mais également comme la représentation de l’attachement des paroissiens aux cérémonies de la Passion du Christ. Preuve en est donnée par ces « circuits » organisés dans les villages, afin de déterminer quel Monument était le plus décoré par les fidèles, démonstration d’une forte dévotion populaire en Roussillon, qui perdurera jusque dans le premier quart du XXe siècle.

La perte d’usage du Monument en Roussillon

  • 66 Sa dernière mention date d’avril 1915, dans un registre de comptes de fabrique de la paroisse de La (...)
  • 67 Anonyme, « Semaine Sainte en Roussillon », Tramontane, n° 465-466, 1963, p. 89-92.

26Conséquence de l’évolution de la liturgie, la référence au Monument disparaît des sources manuscrites dès 191566. L’arrêt de certaines pratiques après le concile de Vatican II entraîne son abandon définitif. La dernière mention du Monument, dans une revue locale, date de 1963 : « On voit encore se perpétuer le lavement des pieds du christ par les petits pénitents, le « Monument » du Jeudi saint s’offre aux fidèles en toute église ou chapelle, mais le luxe de fleurs, de plantes vertes et de cierges des reposoirs s’est grandement atténué cette année selon les instructions ecclésiastiques67».

27Ce sont les rares clichés conservés, pris entre le début du XXe siècle et les années 1960, qui permettent de dire que s’est opérée une lente substitution du Monument au reposoir se traduisant par l’abandon de sa structure, de ses toiles et enfin des personnages le constituant.

  • 68 Lestrange (1708), p. 97.
  • 69 L’imprimerie des frères Labouche à Toulouse, qui a édité cette carte postale, était en activité en  (...)
  • 70 La végétation est une des nombreuses caractéristiques décoratives du Monument ; les comptes de fabr (...)
  • 71 Lestrange, dans sa description du Monument, parle d’un temple : « on monte à ce temple artificiel » (...)
  • 72 L’emploi du terme boiserie est fréquent dans les sources manuscrites pour désigner un matériau appa (...)
  • 73 Le terme tenture se trouve de même dans le vocabulaire courant destiné à la description du Monument (...)

28De nos jours, le reposoir sert encore à exposer devant l’autel du Saint-Sacrement le Christ Crucifié, entouré de fleurs et posé sur un coussin orné d’un riche tissu en velours rouge. La confusion est ancienne : dès 1708, Lestrange, afin de trouver un équivalent au Monument en France, le désignait comme étant un reposoir : « ce que nous appelons en France le reposoir et ce que l’on nomme ici le Monument68». Si nous prenons l’exemple de la photo du « Monument du Jeudi Saint » de l’église paroissiale de Saint-André, datant des années 1902 (fig. 79)69, on constate qu’il s’agit d’un Monument s a n s construction où ne subsistent plus que les personnages en carton-pâte de la Crucifixion, un reposoir – où le Saint-Sacrement est déplacé –, décoré de nombreux cierges et de végétation70. Si nous partons de l’hypothèse selon laquelle le Monument est une « construction », un « temple71», fait de « boiseries72 » et de « tentures peintes73» on constate que cette photo présente un reposoir « amélioré », non un Monument.

29Dans les années 1960, tandis que le Monument disparaît des sources imprimées, deux clichés montrent les reposoirs de la chapelle des saintes Epines de l’église de saint Mathieu (fig. 80) de Perpignan et de Formiguères (fig. 81), disposés de façon à créer l’illusion d’une construction pyramidale évoquant le Monument. Les cierges et la végétation, le Saint-Sacrement déplacé, le Christ en Croix gisant aux pieds du décor : autant d’éléments prouvant qu’il s’agit d’un reposoir n’ayant conservé du Monument que quelques caractéristiques infimes. Dans les années 1970, à Saint-Paul-de-Fenouillet (fig. 82), il ne reste plus que l’abondante végétation entourant le Crucifié posé sur un coussin.

  • 74 Les textes conciliaires sont particulièrement précis à ce sujet : ils mettent en exergue le terme d (...)

30Les nouvelles réglementations instaurées par le Concile de Vatican II, telle l’interdiction d’utiliser des images74, pour la plupart déjà mises en pratique dans les années 1955, ont eu des conséquences irréversibles sur la liturgie de la Semaine Sainte, ce qui explique que l’on a préféré le reposoir au Monument.

  • 75 Citons, parmi l’abondante bibliographie sur le sujet, Peter Burke, « Art et musique après le Concil (...)
  • 76 En 1811, la paroisse Saint-Jean de Perpignan reçoit pour les cierges 143fr50 des paroissiens. ADPO, (...)

31L’exploration des sources des XIXe et XXe siècles a permis d’établir certaines caractéristiques du Monument, tant formelles que dévotionnelles. Concernant d’abord son coût : c’est un objet particulièrement entretenu par les paroisses, son budget pouvant dépasser celui de travaux traditionnels d’embellissement du sanctuaire. Ensuite, sa taille : très imposant, il dépasse les dimensions d’un maître-autel, et son montage et assemblage nécessitent souvent plusieurs jours. Enfin, les personnes chargées de sa mise en place, du fossoyeur chargé de son entretien et de sa surveillance, au peintre, qui décore les toiles des instruments et scènes de la Passion. C’est surtout sa fonction au sein même de l’église que nous retenons : le Monument devient, par la volonté du clergé, un objet didactique. Les principes adoptés par la Contre-Réforme catholique lors du Concile de Trente restent intacts : les nombreux théoriciens de cette époque prônent un art qui doit « convaincre le peuple75». L’objectif est atteint à en juger par la dévotion particulière dont le Monument est l’objet chez les fidèles : les églises reçoivent des sommes importantes pour son exposition de la part des paroissiens. Les seuls revenus des cierges du Monument atteignent souvent des sommes considérables, auxquelles il faut ajouter les dons au bassin76. Mais cette dévotion se heurte aux conflits entre l’Eglise et l’État au début du XXe siècle. L’évolution de la liturgie entraîne sa progressive substitution au reposoir. Preuve que l’objet même n’a pas véritablement disparu dans la première moitié du XXe siècle, mais a plutôt été victime de l’évolution de la pratique et de la liturgie.

Annexes

Règlement concernant le fossoyeur : n-f° 137J113

« L’an 1834 et le Dix avril Messieurs les Marguilliers et administrateurs de la fabrique de l’Eglise paroissiale de St Jacques réunie en séance extraordinaire au lieu ordinaire des séances à l’effet d’établir un règlement, constatant les obligations du fossoyeur servant de l’Eglise, après avoir délibéré il a été arrêté a l’unanimité ce qui suit

Art. 16

Dans le cas d’un service extraordinaire, lequel pour éviter toute contestation sur ce point est locativement et exclusivement fixé et limité aux seuls cas de nettoiement du mur et voute de l’église, a ce joint le nettoiement de l’extérieur de l’orgue et placement et déplacement du monument, à ce joint le soin a donner au luminaire pendant tout le temps de l’exposition, il recevra, savoir la somme de six francs pour le premier cas, et celle de seize francs dans le dernier cas, bien entendu que sur le susdit prix de seize francs, il devra tirer la poussière des diverses pieces qui composent le monument, la veille qu’il sera placé, il se procurera à ses frais tous les hommes dont il pourrait avoir besoin pour le transport et l’enlèvement des charpentes et autres objets ; et il se fera aider par un homme pendant tout le temps de l’exposition au placement des cierges sur le monument ; à la surveillance du séminaire, la garde des chandeliers et autres objets qui y sont placés, lesquels sont sous sa responsabilité personnelle, il sera encore responsable de toutes les dégradations qui pourraient être commises sur les pièces employées au monument lors du transport ou de l’enlèvement, si cette dégradation a lieu par sa faute ou négligence, ou celle de son salarié, ou à défaut d’employer le nombre de bras nécessaires à ce genre de service, la fabrique de son côté s’engage à payer la main d’œuvre du menuisier pour mettre en état tout ce qui pourrait être dérangé par accident ou par vétusté, et à prendre à ses frais les hommes qui pourraient être nécessaires, au moment d’élever ou baisser le monument quand il sera prêt.

Le présent reglement a été arrêté et signé par nous membres composant le bureau d’administration de la fabrique de St Jacques, après en avoir donné Lecture au dit fossoyeur, dont copie lui sera remise, pour qu’il ait à s’y conformer, fait double à Perpignan le jour an que dessus ».

Délibérations du conseil de fabrique de Latour-de-France : f°14-v – 16. 143J23

« L’an mil huit cent vingt et un, et ce jourd’huy dix huitième jour du mois de novembre le conseil de fabrique de l’église de Latour, légalement convoqué par Mr le Curé et assemblé dans la sacristie dans ladite église, présents MM Charles daniel Président Jh Moulenet maire Jh Barthe adjoint membre du conseil Baptiste (?) jean Mouné, françois (?), Jh Guilhem Lacroix marguilliers, Louis trilha trésaurier, et M Parès curé du dit (à cet endroit trou dans papier) lequel il a proposé a ladite assemblée qu’étant chargé, Par des ames Pieuses qui desirent rester inconnues, de la construction d’un hopital, il avait animé, une partie de local de la vieille Eglise attenant et dépendant de l’église, qui lui paraissait propre et convenable, pour cette Entreprise, en raison de ce qu’il s’y trouvait, trois murailles en assés bon état, qu’en les restaurant, il ne resterait que le mur de façade a construire que si le conseil trouvait a propos de lui céder le dit local aux dites fins, il offrait de laisser à l’Eglise en payement, le rez de chaussée pour y établir un magasin dont elle a un absolu besoin le conseil trouvant cette proposition et cette offre très avantageuse, soit pour l’intérêt des pauvres, attendu que s’il fallait acheter un local pour y construire l’hopital en pleine les fonds à ce destinés ne serainet point suffisants soit pour l’intérêt de l’église attendu que ses ressources suffisent a peine aux frais que son service entraine pour les luminaires et autres objets qui sont à sa charge, qu’en conséquence il lui deviendrait très onéreux, même impossible, d’amasser les fonds suffisants pour la construction d’un magazin à l’effet d’y enfermer les pressoirs le monument et autres objets lui appartenant duquel cependant elle a un absolu besoin. Les susdits motifs réfléchis et bien considérés, le dit conseil contant agir d’une manière prudente a été d’une commune voix d’avis, qu’avant passer outre il convenait de se transporter sur le dit terrain ou une grande partie des habitants s’étaient rendus d’après l’invitation que Mr le Curé en avait faite au prône, là étant, tout le monde présent consulté, ayant répondu etre d’avis d’accepter l’offre de Mr le curé comme étant avantageuse tant a l’église qu’aux pauvres de la Commune, il a été arrêté Par le dit Conseil, que l’église cédé pour la construction du dit hopital le local au couchant de la vieille Eglise a prendre en droite ligne du parois (?) de Leneaule de la Chapelle des fonds baptismaux, donnant sur le passage qu l’église se réserve expressément de la petite porte, en toute son étendue jusques a lissue, la porte qui donne sortie entre l’écurie de Charles delonca et l’avenue de caneil et au montant de la porte intérieure au couchant de la vieille église aux conditions que l’hopital construit le rez de chaussée appartiendra a l’église pour y servir de magazin a l’effet d’y enfermer les pressoirs le monument et autres objets lui appartenant, conformément a la proposition faite par Mr le curé, ainsi a été arrêté par les susdits membres du dit conseil et la dite assemblée qui Requise de signer, a dit n’être nécessaire sur le dit terrain a Latour les jours mois et au que dessins Soussignés ou marqués approuvant les renvoyes ».

Notes

1 La publication de cette source dans la revue Montanyes Regalades stipule que le document est classé aux Archives Nationales, sous la côte L 14. Après vérification, il s’avère que le document ne s’y trouve plus actuellement.

2 La première mention de Monument découverte à ce jour date de 1514 : « Ordre donné à Etienne Vaqué, prêtre bénéficier à la chapelle Sainte Croix du château de Perpignan de payer ce qu’il doit à Jérôme Lombart menuisier pour la construction du Moniment dans l’église du temple », Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (désormais ADPO), 1B 419. La seconde mention, dans un inventaire de l’église de Saint-Génis-des-Fontaines, révèle qu’il possédait son propre autel, donc sa propre chapelle : « En lo altar del monument. Item cinq pesses de tela en las quals esta pintada la passio » (A l’autel du monument. De plus, cinq pièces de toile sur lesquelles est peinte la passion), ADPO, 7J 80.

3 En 1821, la paroisse de Latour-de-France fait construire un « magasin » au rez-de-chaussée du local attenant à l’église spécialement à l’effet d’y entreposer les pressoirs, volumineux, ainsi que le Monument et « autres objets lui appartenant ». Archives départementales des Pyrénées-Orientales (à présent dans le texte ADPO), f°14-v – 16, 143J 23.

4 Dans l’inventaire d’Ille-sur-Têt de 1856, « Trois grands tableaux [sont] déposés à la sacristie à l’usage du monument », ADPO 36J 24.

5 Dans la rubrique « objets divers » du récolement de la paroisse de Saint-Estève en 1865, il est désigné comme suit : « Diverses toiles peintes (décor du monument), vielles », ADPO, 16J 17.

6 L’inventaire de 1905 de l’église de Saint-Jacques à Perpignan, dans la rubrique « Meubles de l’église, de la sacristie et du clocher », est désigné comme « Diverses pièces de bois pour la confection du Monument du Jeudi Saint », ADPO, 137J 90.

7 ADPO, 137J 90.

8 Lestrange, « Cérémonies du caresme et de la Semaine Sainte à Perpignan en 1708 », Montanyes Regalades, 1919, p. 97.

9 Ibid.

10 Ibid. La profondeur du Monument était approximativement de 5 mètres 800 centimètres, compte tenu qu’une toise équivaut à 1,949 mètres.

11 Document non daté. ADPO, 156J 91.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Lestrange (1708), p. 97.

15 Ibid.

16 ADPO, 156J 91.

17 Ibid.

18 La description de Lestrange confirme, quant à elle, l’ensemble des mentions trouvées dans les archives. Il emploie tout un lexique que l’on retrouve dans les sources manuscrites : les marches, les piliers, la balustrade, l’autel, le crucifix – se trouvant sur le reposoir –, ou encore « un petit monument très propre pour enfermer le Saint-sacrement », qui est l’équivalent de la niche.

19 Le terme tenture se retrouve aussi bien dans les inventaires que dans les comptes de fabrique : en 1896, à Latour-de-France, « l’achat de tentures pour le Monument », ainsi que certaines réparations, « expliquent ces dépenses extraordinaires ne figurant pas au budget primitif », ADPO, 143J 28.

20 Aucune source ne mentionne le terme « escaliers saints ». Il apparaît dans les comptes de fabrique et les inventaires sous les termes plus communs de « marches », ou « gradins ».

21 « garnies en papier et en tulle (…) en fer ». Inventaire de l’église d’Ille-sur-Têt, 1856, ADPO, 36J 24.

22 Le sacraire intervient deux fois dans les sources sous cette dénomination. Il apparaît ensuite ponctuellement sous le terme de « tabernacle du Monument », et « tabernacle du jeudi saint ».

23 Malgré l’apparente ponctualité à laquelle il intervient, on trouve le terme « sépulcre » une fois, et « lit du christ » une autre, dans un inventaire paroissial de 1856 à Ille-sur-Têt : « Lit du Christ 1. Bois pour procession du Jeudi Saint », ADPO, 36J 24. Un des lits en bois est conservé à Campoussy, peint de décors funèbres noirs et blancs, entouré de galons et de franges comme le tour d’un lit, et orné des symboles de la Passion. Une statue du Christ devait y être apposée, et, faisant partie du décor, il devait être déplacé lors de la procession du Jeudi Saint.

24 « Colonnes portatives. 2. En bois peint ». Inventaire de l’église d’Ille-sur-Têt, 1856, ADPO 36J 24.

25 Une définition en est donnée dans le dictionnaire Bescherelle en 1879 : « petit trône décoré sous lequel on expose le Saint-Sacrement ». Bescherelle Aîné, Dictionnaire national de la langue française, Paris, Garnier-Frères, 1879, Tome II, p. 632. Lestrange décrit l’objet comme étant « un espèce de petit monument très propre pour enfermer le Saint-Sacrement ». Lestrange (1708), op. cit., p. 5.

26 Le chandelier des ténèbres est répertorié 34 fois dans l’ensemble des sources manuscrites, sous plusieurs dénominations différentes : « chandelier du cierge pascal », « bâton triangulaire », « chandelier triangulaire », « triangle »…

27 Le cierge pascal est l’élément, avec les cierges traditionnels, que l’on retrouve le plus souvent dans les comptes, car il devait être racheté chaque année. Il apparaît 41 fois.

28 La Scala Santa, faisait partie des reliques ramenées par Hélène au IVe siècle ap. J.-C. À Jérusalem, il conduisait au prétoire de Pilate. La Légende dorée ne mentionne pas cet escalier. Elle parle d’un « escabeau saint », placé sous les pieds de Jésus crucifié.

29 Le 08 avril 1809, la paroisse de Saint-Jacques, à Perpignan, « Dépense de la somme de douze francs payé a Jh Demoun fossoyeur pour ses journées de travail Employées a ranger le Mouliment (Souligné dans le texte) », ADPO, 137J 119.

30 Notons que seulement trois peintres sont mentionnés dans les sources pour la peinture des toiles d’un Monument au XIXe siècle : Sabalou, Mauri, et Simon. Les deux premiers travailleront tous deux à presque cinquante ans d’intervalle à l’église de Saint-Jacques de Perpignan. Mauri, en 1819, est chargé de peindre les toiles et les boisages pour le nouveau Monument de l’église, pour la somme de 400 francs, le coût total du Monument atteignant 1625fr20 sols (ADPO, 137J 113). Le second, Sabalou, peint les toiles et le boisage du Monument en 1868, pour la somme de 300 francs (ADPO, 137J 122). Le dénommé Simon, peintre, intervient sur le décor en 1824 à Caudiès-de-Fenouillèdes ; on lui donne 163fr10 sols afin de peindre les toiles du Monument (ADPO, 45J 7).

31 Le tailleur est employé pour les divers travaux aux toiles du Monument : 137J 120 en 1826, à Perpignan, paroisse Saint-Jacques on paye « à Louis Alquier tailleur huit francs quarante centimes pour avoir réparé la tente du monument suivant la quittance N°18 », ADPO, 137J 120.

32 La paroisse de Latour-de-France, en 1814, paye à « M. Beguin ferblanquier a perpignan deux francs pour un tujeau et un serpentin du cierge paschal », ADPO, 143J 23.

33 À Saint-André-de-Sorède, c’est le curé qui s’occupe de tout : « À ses profondes connaissances philosophiques, Mr l’abbé Bouchet joint un réel talent de peintre, qu’il exerça certes pour l’embellissement de son église. (…) Comme il est de haute taille et d’une force peu commune il s’occupait à peu près seul à mettre le monument de la Semaine Sainte et la crèche de Noël », ADPO, 102J 1.

34 ADPO, 137J 113.

35 Le salaire des personnes chargées de monter et démonter le Monument comprenait souvent la surveillance de celui-ci tout au long de la nuit.

36 Les sacristains, les paroissiens ainsi que, ponctuellement, le curé, pouvaient être appelés au montage et démontage de l’objet. Notons cependant que ce sont les menuisiers qui réparent les boiseries quand cela est nécessaire, et les tailleurs reprisent les toiles du Monument.

37 On remarque que le nombre de jours passés à son montage varie : le travail peut durer huit jours, par exemple pour Perpignan, dans la paroisse Saint-Jacques, en 1810.

38 « Payé à jean Demoun fossoyeur seize francs pour huit journées de travail pour monter le monument », ADPO, 137J 119.

39 Les mentions du début du XXe siècle sont également peu nombreuses, mais c’est en raison des évènements politiques de l’époque : la loi de 1905 promulguant la Séparation de l’Eglise et de l’Etat entraîne une vague d’incompréhension et d’indignement de la part des ecclésiastiques. Réalisés dans un climat particulier, ces inventaires ne font pas référence : un seul Monument y est consigné, dans l’inventaire de 1905 de l’église Saint-Jacques de Perpignan. On mentionne dans la section Ornements, linges et tentures, « Deux tentures rouge et jaune pour le monument du jeudi saint », et dans la section Meubles de l’église, de la sacristie et du clocher, « Diverses pièces de bois pour la confection du monument du jeudi saint », ADPO, 137J 90.

40 En 1819, la paroisse Saint-Jacques de Perpignan demande la réalisation d’un nouveau Monument pour le culte : « L’an mil huit cent dix neuf et le deux mars le conseil de la fabrique réuni tous les membres présents, attendu à la vérification qui avait été préalablement faite de l’état de vétusté où se trouve tout le boisage toiles et des objets composant l’ensemble du monument. Le conseil considérant qu’il est de son devoir de donner tous les soins pour donner tout l’éclat possible aux solennités du culte pour la plus grande gloire de Dieu a arrêté unanimement de faire un monument nouveau et comme on a demandé un plan à ces fins (lequel est adopté ici) lequel plan ayant été jugé convenable pour remplir les vues du conseil il a été proposé à Mr Mauri peintre de le mettre en exécution ; ce qu’il a consenti de faire toutes les peintures et diriger l’exécution des boisages et ce pour le prix de quatre cent quarante francs, dont celle de deux cent quarante francs lui serait comptée de suite, sur son reçu. Fait et arrêté le dit jour mois et an a Perpignan et ont signé », ADPO, 137J 113.

41 « Payé au sieur Constans doreur et peintre tant pour ses fournitures et son travail détaillé dans son reçu, 192.30 », Latour-de-France, 1820, ADPO, 143J 23.

42 Le 23 avril 1821 : « Dépense de la somme de vingt francs cinquante centimes pour monter et démonter le monument et une marche en chêne suivant le reçu de Cossell menuisier ». Le 29 avril 1821 : « Dépense de la somme de vingt six francs quatre vingt cinq centimes pour les journées de hommes qui ont aidé à monter et démonter le monument et pour l’achat de cordes et de clous nécessaires suivant la quittance de Jean Dumon de ce jour », ADPO, 137J 120. Précisons qu’en 1819 les dépenses consacrées au Monument s’élèvent à 1082fr70, comprenant la peinture des toiles par un artiste : « La dépense y Compris les accomptes ou parties Soldées des Comptes du monument dont le détail cy dessus Monte. », ADPO, 137J 120.

43 Le 16 septembre 1821 : « Dépense de la somme de trente francs payés à Chauvenette, sculpteur pour la réparation d’un salomon et de la porte d’entrée, suivant son reçu », ADPO, 137J 120.

44 Nous apprenons que le Monument et le sépulcre possédaient chacun leur tronc ; le cénotaphe devait probablement être voué à une dévotion particulière, différenciée du Monument. « Adoration au Monument et au sépulcre : porté en recette la somme de 62,05 fr », ADPO, 124Edt 247.

45 Echantillon qui, cela va de soi, est le reflet de l’ensemble des sources répertoriées à ce jour.

46 Prats-de-Mollo : ADPO, 124Edt 247. Ille-sur-Têt : ADPO, 36J 12. Néfiach : 156J 86.

47 Paroisse de Prats-de-Mollo, 1836 : « Oblations faites à la porte d’Église et Adoration au Monument : 73,45 fr », ADPO, 124Edt 247.

48 ADPO, 124Edt 247.

49 Les mentions d’achat de fleurs, ou encore de mousse, de cyprès, de buis, de buisson, en sont la preuve.

50 1791 : « Payé pour mousse pour le monument », ADPO, 45J 6.

51 1799 : « Payé au citoyen André Roqueffort pour avoir apporté les rands des rameaux, et du buis de jeudi saint », ADPO, 45J 6.

52 1821, Caudiès-de-Fenouillèdes : « plus de quatre francs douze sols payé à Mad Baux pour fournitures au monument et un franc pour buisson », ADPO, 45J 7.

53 Abbé Migne, Dictionnaire de liturgie, Paris, 1963.

54 « On dit encore que cette croix fut faite de quatre essences de bois, savoir, de palmier, de cyprès, d’olivier et de cèdre ». Jacques de Voragine, La Légende Dorée, Paris, Garnier-Flammarion, 1967.

55 ADPO, 145J 18.

56 1821 : « À Pierre Laborde jardinier à Ill trois francs cinquante montant de dix cyprès pour orner le monument », ADPO, 143J 23.

57 Anton de Siboune, dans un article consacré à la Semaine Sainte, témoigne de cette tradition, intiment liée au Monument : « Quelques urnes dans lesquelles des âmes pieuses, avaient fait pousser du blé ou des lentilles, en les tenant enfermées dans des sous-sols à l’abri du froid et de l’air glacial de la saison, donnaient, au milieu de ces lumières, l’illusion du Printemps ». Anton de Siboune, « Primavera », Journal commercial illustré des P.-O., 1902, p. 113-115.

58 Latour-de-France, 1821 : « Payé à Madame Badie de Perpignan treize francs soixante cinq centimes pour frange en coton pour le dé du monument », ADPO, 143J 23.

59 1765, Latour-de-France : « Plus payé à Frigola Mc 1L laque pour le monument », ADPO, 143J 27.

60 Près de 34 mentions ont été répertoriées dans les sources.

61 Sa définition est donnée en 1879 dans le Dictionnaire de Bescherelle : « petit trône décoré sous lequel on expose le Saint-Sacrement ».

62 Lestrange (1708), p. 123.

63 La canatille est un fil d’or et d’argent retordu, servant à des travaux de broderie ou de passementerie.

64 Caudiès-de-Fenouillèdes, 1833, ADPO, 45J 7.

65 Anton de Siboune, « Primavera », Journal commercial illustré des P.-O., Perpignan, 1902, p. 113- 115.

66 Sa dernière mention date d’avril 1915, dans un registre de comptes de fabrique de la paroisse de Latour-de-France : « Pour le monument, 13fr », ADPO, 143J 30. Les comptes de fabrique ainsi que les délibérations du conseil paroissial, déjà, à la fin du XIXe siècle, réglementent avec sévérité certaines manifestations de la Semaine Sainte, dont les processions, sources de nombreux désordres auprès des fidèles. Prenons pour exemple en 1920, la paroisse d’Estoher indique dans son rapport sur la Semaine Sainte – consigné dans le registre des délibérations de la fabrique – que la cérémonie du jeudi saint se déroule désormais : « depuis 1922 [dans] un très grand silence, interdiction a été portée contre le bruit infernal qu’on faisait appeler « Patrica-Patroca ». Tout se passe dans le recueillement. Facilement se glisserait le désordre », ADPO, 26J 9.

67 Anonyme, « Semaine Sainte en Roussillon », Tramontane, n° 465-466, 1963, p. 89-92.

68 Lestrange (1708), p. 97.

69 L’imprimerie des frères Labouche à Toulouse, qui a édité cette carte postale, était en activité en 1902. Voir l’ouvrage de Claire Dalzin, Gens de Haute-Garonne : cartes postales de la maison Labouche, Toulouse, Somogy, 2006.

70 La végétation est une des nombreuses caractéristiques décoratives du Monument ; les comptes de fabrique mentionnent abondamment ces achats : le 13 avril 1811 : « payé aux ouvriers pour le Monument ou Mousse », ADPO, 45J 6, archives paroissiales de Caudiès-de-Fenouillèdes ; le 20 avril 1821 : « plus de quatre francs douze sols payé à Mad Baux pour fournitures au monument et un franc pour Buisson ». ADPO 45J 6, archives paroissiales de Caudiès-de-Fenouillèdes. Le 15 avril 1821 : « payé a pierre laborde jardinier a ille trois francs cinquante montant de dix Cipres [ciprès] pour orner le monument », ADPO, 143J 23.

71 Lestrange, dans sa description du Monument, parle d’un temple : « on monte à ce temple artificiel », « Cet édifice représente une église ayant deux bas-côtés separez chacun de la grande nef par un rang de piliers ». Lestrange (1708).

72 L’emploi du terme boiserie est fréquent dans les sources manuscrites pour désigner un matériau appartenant au Monument : le 30 décembre 1881 : « Menuisier Prades Pierre pour la boiserie du monument réparé », ADPO, 93J 6, archives paroissiales de Rodès.

73 Le terme tenture se trouve de même dans le vocabulaire courant destiné à la description du Monument : le 29 février 1895 : « Payé à Perpignan huit rouleaux tapisseries pour les tentures du monument et quinze mètres de toile pour y coller celles là ». ADPO, 143J 29, archives paroissiales de Latour-de-France.

74 Les textes conciliaires sont particulièrement précis à ce sujet : ils mettent en exergue le terme de « noble simplicité », afin de résumer ce que devra désormais être le leitmotiv de la réforme. « Les rites manifesteront une noble simplicité, seront d’une brièveté remarquable ». Mutel A-PM, Cérémonial de la Sainte Messe selon le Missel de Paul VI, 1995. Il est déjà question en 1956 de faire table rase des représentations iconographiques de la Passion lors de la Semaine Sainte. Par ailleurs, les cérémoniaux autant que les sources sont tout aussi éloquents à ce sujet : l’ecclésiastique H. Littner, en 1956, publie un manifeste contre les nouvelles institutions que devra mette en pratique le Concile de Vatican II, et met en exergue l’ensemble des points de la Congrégation des Rites qui lui semblent absurdes : « l’autel de la reposition n’est pas un tombeau : conformément aux décrets de la S.C. des Rites, il faudra bannir les tentures funèbres, les représentations des scènes ou des instruments de la Passion, les reliques, même celles de la Vraie Croix, et, à plus forte raison, les tableaux ou statues de saints, l’exposition de vases sacrés, etc. Les anges adorateurs sont permis, semble t-il ». H. Littner, Cérémonial de la Semaine Sainte de 1956, suivant le décret de la Congrégation des Rites du 16 novembre 1955, s.l., Gabalda, 1956.

75 Citons, parmi l’abondante bibliographie sur le sujet, Peter Burke, « Art et musique après le Concile de Trente », L’époque de la Renaissance (1400-1600), tome IV, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2000, p. 747-759.

76 En 1811, la paroisse Saint-Jean de Perpignan reçoit pour les cierges 143fr50 des paroissiens. ADPO, 22J 86.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search