Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Inventorier, restaurer, valoriser

Le sepolcru de l’église paroissiale de San Damiano (Castagniccia, Corse, France)

Michel-Edouard Nigaglioni

Texte intégral

Introduction

1L’église paroissiale de San Damiano, en Castagniccia (Corse), est en mauvais état, de même que toutes les œuvres qu’elle contient. Malgré le triste état de conservation, l’ensemble a encore beaucoup d’allure.

2De nos jours la commune est peu peuplée, l’église n’a même pas l’électricité. Malgré le peu de moyens financiers dont elle dispose, la municipalité (aidée par l’association locale de sauvegarde du patrimoine : URosumarinu) fait de louables efforts pour restaurer son patrimoine. Ces dernières années elle a fait entièrement restaurer son clocher. Actuellement, elle se concentre sur la réfection de la toiture.

3Le chœur de l’église est doté de stalles profondes dont le dossier forme une sorte de haut coffre de rangement qui s’ouvre sur le dessus.

4À l’intérieur, on a récemment découvert un sepolcru complet, du XVIIIe siècle. Les paroissiens de San Damiano en avaient oublié l’existence.

Description de l’œuvre

5Il s’agit d’un sepolcru en pavillon, constitué d’une série de très grandes toiles peintes que l’on assemblait entre elles afin de constituer un reposoir, lors des cérémonies de la Semaine Sainte. Ce type de reposoir symbolise le tombeau du Christ et évoque les tombes peintes de l’Antiquité.

6Ce pavillon de toile peinte était destiné à être monté dans la nef de l’église, dont il occupait toute la largeur. Installé dans l’axe, il masquait le maître autel.

  • En façade du pavillon, deux soldats romains sont peints en trompe-l’œil sur les piédroits. Ils montent la garde de part et d’autre d’une large entrée. Un linteau peint relie les deux piédroits. Il est orné en son centre d’un cartouche à inscription portant la date de 1758.
  • La chambre funéraire est de plan trapézoïdal. Elle est large à l’entrée et se resserre progressivement vers le fond. Cet artifice théâtral, qui constitue une perspective accélérée, permet au spectateur de bien voir les décors peints sur les côtés et suggère un espace plus grand qu’il ne l’est en réalité.
  • A l’intérieur de la chambre, sont peintes quatre scènes de la Passion (deux par côtés) : Le Christ au jardin des oliviers ; le Christ devant Pilate ; la Flagellation ; le Christ molesté sur le chemin de croix.
  • Le fond de la chambre funéraire constitue un autel plaqué de deux panneaux peints : le Calvaire (en retable) ; la Déploration (en antependium).

Intérêt de l’œuvre

7Ce sepolcru présente de multiples intérêts au point de vue de l’art et de l’histoire de la Corse :

  1. L’œuvre est de belle qualité, de taille imposante et fait beaucoup d’effet.
  2. Elle est un rare exemple, aujourd’hui conservé, d’un décor éphémère utilisé lors des cérémonies religieuses à l’époque baroque.
  3. L’œuvre est datée, ce qui est extrêmement rare.
  4. L’auteur est Giacomo Grandi. Il s’agit donc du peintre principal de l’école corse des années 1740-1760. Le doute sur cette attribution n’est pas permis car le style et la technique de ce peintre sont très particuliers et se reconnaissent aisément.
  5. L’iconographie est particulièrement intéressante. Les soldats romains et les bourreaux du Christ sont figurés en costumes de fantaisie, affublés de moustaches à la turque. Pilate est représenté comme un roi barbaresque, coiffé d’un volumineux turban. Un maure noir, le front ceint d’un bandeau blanc (rappelant le maure héraldique du drapeau corse) martyrise le Christ. L’ensemble de ces costumes pseudo-orientaux sont vraisemblablement inspirés des déguisements que l’on portait en Corse pour danser la moresca. En cela, cette iconographie est un précieux témoignage qui vient illustrer les descriptions rapportées dans divers textes du XVIIIe siècle.

L’œuvre est d’un grand intérêt, tant historiquement qu’ethnographiquement. Les manifestations liées à la Semaine Sainte, sont une part fondamentale de la vie des corses à la période baroque.

8On connaît un autre sepolcru d’une conception et d’une iconographie très similaires, conservé dans l’église de Ficaja (en Castagniccia). Toutefois, ce dernier n’est pas daté et il est un peu plus récent. Il a été réalisé par le peintre Francesco Carli, élève de Giacomo Grandi, sans doute dans les années 1760- 1770.

Proposition de dépôt au Musée de la Corse

9Le sepolcru de San Damiano est en grand péril, car la peinture est très fragile. L’humidité extrême qui règne dans l’édifice a causé un soulèvement général de la couche picturale. Les écailles tombent au moindre contact.

10Une réunion de concertation avec Madame Marie-Hyacinthe Paoli, maire de San Damiano et avec les divers responsables de l’Association URosumarinu est arrivée aux conclusions suivantes :

  1. L’église n’est pas saine, son sol est très humide et il y pleut.
  2. Le sepolcru est en grave danger et nécessite une intervention immédiate.
  3. La commune n’a pas les moyens financiers de mener cette restauration car elle doit donner la priorité à la réfection du toit de l’église.
  4. Le sepolcru, une fois monté, constitue un pavillon qui est très encombrant. On ne peut ni le laisser monté à demeure dans l’église, ni le remettre à l’intérieur des stalles (où il s’abîmerait de nouveau) et on ne dispose pas d’autre bâtiment communal susceptible de l’accueillir.

11En conséquence, la municipalité est prête à mettre le sepolcru en dépôt au musée de la Corse. Un dépôt décennal, renouvelable par tacite reconduction, pourrait être établi par convention.

12Les responsables de l’Association U Rosumarinu ont approuvé cette idée. Leur seule exigence est qu’un cartel mentionne expressément que le sepolcru provient de la commune de San Damiano.

Annexes

Annexe : notice biographique du peintre

Giacomo Grandi : peintre originaire de Milan (Lombardie, Italie), son activité est attestée en Corse dès 1742, sa carrière dans l’île a duré au moins trente ans. C’est l’un des peintres les plus productifs de l’école corse du XVIIIe siècle. On lui doit d’innombrables huiles sur toile mais aussi des décors muraux et plafonnants. Parmi les meilleurs exemples, on citera le décor de chœur de l’église de Monacia d’Orezza et la voûte de l’église de paroissiale de Carcheto. Il est également l’auteur de divers chemins de croix en quatorze tableautins (église paroissiale de Vallica, daté du 1er août 1758 ; église paroissiale de Morosaglia ; église de Bisinchi). Giacomo Grandi vit de nombreuses années dans le village de Monticello (en Balagne) avec sa première épouse et ses filles. La confrérie de Monticello possède un exceptionnel baldaquin d’autel, peint par Grandi dans un style baroque très décoratif. L’objet, de plan chantourné, figure Dieu le Père en son centre. On retrouve ce goût pour les décors foisonnants et colorés dans l’antependium (devant d’autel) qu’il a peint pour l’église des capucins de Vescovato. Il représente une Vierge dans un cartouche, timbré d’un mascaron. L’ensemble se détache au centre de rinceaux de feuilles d’acanthes, chargées d’oiseaux multicolores et de guirlandes de fleurs. Devenu veuf, le peintre se remarie en 1758 avec une jeune femme de Quercitello (en Castagniccia) et s’installe dans le village de sa nouvelle épouse. L’église paroissiale de Quercitello conserve deux petites toiles de Grandi, l’une figurant le « Martyre de sainte Laurina d’Aleria » et l’autre représentant « sainte Lucie ». Bien qu’il soit installé dans le nord de la Corse, il a diffusé ses œuvres jusque dans le sud de l’île : « La Naissance de la Vierge », église paroissiale de Zevaco. Grandi est mort en 1772, dans le village de Borgo. Il y est enterré dans l’église paroissiale, dont le maître-autel est surmonté de l’une de ses toiles, représentant « L’Annonciation en présence de saint Appien ».

Voir les figures 39 à 45 du cahier photo.

Auteur

Chargé d’études auprès de la direction du patrimoine de la ville de Bastia, Corse

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search