Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Inventorier, restaurer, valoriser

Les Monuments du Jeudi saint en Roussillon : inventaire et évaluation sanitaire

Séverine Masségu

Texte intégral

Avant-propos

1L’étude des décors du Jeudi saint, participant d’un projet « Arc Latin », a été initiée par le Conseil général des Pyrénées-Orientales. Elle s’est imposée à partir du constat alarmant de la disparition progressive de vestiges matériels issus d’une dévotion toute particulière, tombée en désuétude, depuis un demi-siècle environ.

  • 1 C’est à Jean-Bernard MATHON, conservateur-restaurateur en peinture et responsable du CCRP que l’on (...)
  • 2 A partir de 1998, le CCRP, commença à intervenir activement auprès des communes volontaires afin de (...)

2C’est, en premier lieu, la découverte fortuite dans les années 19901 de toiles de grand format ou d’éléments fractionnés issus de décors peints monumentaux, qui ont attiré à plusieurs reprises l’attention des équipes de restaurateurs du CCRP, intervenant in-situ dans les églises au cours de chantiers de conservation préventive2 ou de restauration.

3Le format sur-dimensionné de ces toiles ou tentures, l’iconographie inhabituelle, la figuration quelque peu naïve et « populaire » des personnages ont également attisé la curiosité de nombreux paroissiens qui n’en connaissaient pas l’existence et ne se souvenaient pas les avoir connus en situation au sein d’une église.

4Curiosité laissant bien vite place à l’embarras. Ces décors finalement classés « hors chef-d’œuvre artistiques » représentaient un volume considérable au vu de leurs dimensions. En effet, le concile de Vatican II, qui a largement renouvelé et encadré la liturgie, n’a pas permis aux Monuments de conserver leur place au sein des pratiques rituelles. Du coup, cet objet usuel ayant perdu son cadre de piété, ne présentait pour les fidèles qu’un encombrement supplémentaire ; remisé dans les recoins les plus improbables du sanctuaire, souvent éliminé sans scrupules, il était exclu jusqu’à aujourd’hui de toute préoccupation patrimoniale.

5En tant que service de préservation du patrimoine et devant ces vestiges peu communs nous avons, dans un premier temps, fortement incité les paroisses et les communes à conserver ces éléments ; notre contribution étant de proposer un stockage adéquat, au format limitant l’encombrement, il n’était pas question de proposer la restauration de toutes ces toiles, d’autant que leur présentation n’était pas envisageable.

Un sujet d’étude inédit pour recouvrir la mémoire...

6Sur place, au fil des redécouvertes fortuites, et menant dans un premier temps une enquête de terrain relativement superficielle, nous avons rencontré des personnes qui entretenaient un souvenir diffus, remontant à l’enfance, de cette pratique rituelle de la Semaine sainte.

7C’est grâce à ces témoignages oraux que nous avons pris conscience de l’intérêt de cette dévotion, mais surtout de notre grande ignorance, et de la déperdition d’informations, aboutissant à l’impossibilité de transmettre aux générations futures tout un pan de l’anthropologie culturelle et sociale concernant une pratique religieuse oubliée et pourtant proche.

8Nous avons, par la suite, décidé de rechercher systématiquement les vestiges de ces objets ou des éléments associés qui auraient permis de supputer fortement leur existence dans le passé. Des recherches parallèles en archives ont fini par conforter une idée qui faisait son chemin : l’existence de cette démonstration de piété sous la forme du Monument du Jeudi saint était au service d’une liturgie théâtralisée, riche, démonstrative, dans laquelle les fidèles s’investissaient avec ferveur. Bien que locale dans la forme que nous lui connaissions, il était possible de trouver dans l’arc méditerranéen des rituels dont les similitudes pouvaient nous inciter à la comparaison.

  • 3 Fabienne FORTIER, doctorante en histoire de l’art, sous la direction de Jean-Bernard Mathon, respon (...)

9Nous avons eu recours à la contribution active de spécialistes concernant les divers domaines touchés par cette étude. Un chercheur3 fut chargé de réaliser le catalogage des vestiges matériels liés aux décors proprement dits et aux objets annexes du Monument, ainsi qu’une classification provisoire de ces objets afin de faciliter l’organisation cohérente des données.

10Des chercheurs, universitaires doctorants en histoire de l’art ont pris en charge la partie historique et documentaire ; un ethnologue a été chargé de la partie anthropologie culturelle et s’est vu confié la restitution de la mémoire collective par le biais d’enquêtes orales.

11La première étape de notre démarche fut la mise au point d’un corpus provisoire des témoins matériels conservés, son aboutissement étant la sauvegarde de ces « œuvres » grâce à l’intervention d’une équipe d e conservateurs-restaurateurs, agissant in situ ou en atelier. Ces derniers ont pris en charge la délicate mission de conserver et de restaurer ces vestiges tout en menant une réflexion qui permette de restituer à la fois l’objet dans son intégralité physique, mais aussi sa fonction, et son histoire propre.

12Cette présentation ne peut que survoler dans les grandes lignes ce qui représente un travail complexe et pluridisciplinaire, toujours en cours. Nous n’évoquerons volontairement que les points touchant à l’organisation, la méthodologie, les données matérielles et les questionnements en matière de déontologie. Nous laissons aux spécialistes les interprétations et conclusions provisoires fruits de leurs passionnantes recherches.

Le Plan-Objet : une méthodologie favorable à l’étude des Monuments...

  • 4 La structure du Centre de conservation et de restauration du patrimoine, crée en 1998 était toute i (...)

13Cette étude a pu bénéficier de conditions éminemment favorables à sa réalisation. En effet, le thème de recherche relatif aux Monuments a pu s’inscrire dans un contexte beaucoup plus large, grâce au développement de la politique globale de sauvegarde du patrimoine portée par le CCRP4.

  • 5 Dans le département des Pyrénées-Orientales, textiles, orfèvrerie, peintures, sculptures sont d’une (...)
  • 6 Action décentralisée résultant d’un partenariat entre la Direction Régionale des Affaires Culturell (...)

14Le Plan-Objet, initié dès 2002, résulte du constat de l’état de conservation préoccupant d’un mobilier religieux extrêmement dense, malgré les vicissitudes de l’histoire locale5. La gestion des œuvres in situ, nécessitait la mise en place d’un programme adapté liant à la fois connaissance, sauvegarde, valorisation et diffusion du patrimoine : le Plan-Objet 666.

  • 7 Par exhaustivité l’on entend que chaque artefact est inventorié sans établir de critères discrimina (...)

15Les grands axes de cette opération d’envergure passent par l’inventaire exhaustif du mobilier religieux dans chaque commune7, un diagnostic de l’état sanitaire des œuvres et des bâtiments dans lesquels ils sont conservés, des interventions en conservation préventive et curative dirigées non seulement vers le mobilier, mais agissant aussi directement sur le contexte environnemental et architectural, des actions de conseil et de sensibilisation auprès des communes.

  • 8 L’application a été développée à l’aide du logiciel File Maker Pro par le service informatique de l (...)
  • 9 Le logiciel offre de multiples possibilités d’enregistrer un nombre de données quasi illimitées, ré (...)

16C’est une base de données informatique spécialement conçue pour l’inventaire qui permet la coordination de toutes les opérations de terrain engendrées par la mise en œuvre du Plan-Objet8. Idéale pour la gestion des données descriptives et documentaires, simplifiant la restitution des informations9, elle constitue le support adéquat à la recherche thématique centrée sur les Monuments afin d’en faciliter l’étude.

17Chacune des phases du Plan-Objet nécessite l’intervention d’un personnel qualifié : des chargés d’inventaire avec des connaissances assez généralistes capables de relayer les informations aux spécialistes (chercheurs, professeurs, étudiants, chargés de la documentation) ; des conservateurs-restaurateurs intervenant dans une première phase pour réaliser des examens diagnostics in situ sur les objets, un agent de préservation du patrimoine, chargé des constats d’état parasitaires en vue d’une programmation des traitements anti-xylophages, un architecte du patrimoine réalise des évaluations sanitaires sur le contexte environnemental des œuvres.

  • 10 C’est un comité de pilotage annuel constitué des différents protagonistes du projet qui définit un (...)
  • 11 Les interventions en conservation préventive prennent en charge et tentent de résoudre les problème (...)
  • 12 Ces interventions de conservation préventive et curative se déroulent l’année N+1 à partir de la da (...)

18La carte sanitaire dressée suite à ces interventions10 et les urgences définies lors de l’examen des différents sites permet une programmation raisonnée de chantiers de conservation préventive et curative11 qui nécessite la coordination de différentes équipes de restaurateurs spécialisés dans divers domaines tels que les bois polychromés, la peinture, l’orfèvrerie, les arts graphiques, le textile12.

19Ces prestataires extérieurs interviennent alors in situ bénéficiant de l’appui logistique du CCRP.

Les monuments : état des lieux...

  • 13 Cette enquête a été menée par Stéphanie Doppler, doctorante en histoire de l’art, Université de Tou (...)

20Profitant d’un contexte de travail favorable nous avons entrepris une étude systématique de ces éléments en essayant d’en localiser les vestiges. Une enquête a été menée et les paroisses systématiquement consultées afin d’établir un corpus de toutes les toiles concernées associés aux éléments annexes du décor13.

21Malgré cela, il est certain que les données qui sont aujourd’hui en notre possession sont incomplètes : beaucoup de paroisses en effet ne comptent plus de desservants, la mémoire locale s’étiole, et pour beaucoup de communes, nous n’avons reçu aucune réponse. L’inventaire systématique n’ayant couvert que 20 % du territoire, il est fort probable que de nombreux exemplaires de ce témoignage cultuel soient encore mis au jour dans nos églises.

22Bien que les discussions en cours n’aient pas totalement défini la nature du Monument (Qu’entendons-nous par ce terme ? Doit-on l’étendre à l’ensemble de la mise en scène et des objets associés ?), nous avons choisi d’adopter une démarche élargie à toutes les preuves matérielles de son existence que l’inventaire à permis de décrire ; non seulement les toiles et décors peints, mais aussi les objets associés à la mise en scène qui aident à comprendre de manière globale cette dévotion particulière.

  • 14 La compatibilité avec les bases nationales passe par l’obligation d’utiliser un vocabulaire précis (...)

23Dans notre méthodologie de travail le problème du vocabulaire s’est posé à maintes reprises et, pour la cohérence de l’organisation des données dans notre système informatique, nous avons fait un choix dans les dénominations attribuées aux divers objets en relation avec le Monument. Ces choix répondent à la nécessité de se conformer au Thésaurus de l’inventaire général14. Il est évident que la spécificité du sujet d’étude et l’absence d’une terminologie précise nous poussent à adopter des termes se rapprochant de la nature de l’objet sans pour autant les qualifier avec exactitude (cf. Annexe 1).

Annexe 1 : Types d’objets intégrant le monument

Dénomination

Fonction /descriptif

Tentures d’église/
tableaux

Tenture d’église : toiles monumentales de grande
dimension, d’un seul tenant, sans châssis faisant office de
décor de fond et intégrant en la recouvrant entièrement le
fond d’une chapelle ou du chœur de l’église (trompe-l’œil
donnant l’illusion d’une arche architecturée).
Tableaux (toile avec châssis) : un seul élément individuel
représentant une scène ; ou plusieurs éléments qui
s’assemblent dans un ordre précis pour former une arche
de grandes dimensions, un élément de décor (rampe
d’appui par exemple), ou une scène narrative.

Images de commémoration

Personnages découpés sur un support rigide plan
et mince (de type carton ou contreplaqué de bois) puis peint.

L’escalier

Symbolisant la Scala Santa qui mena Jésus au prétoire de Pilate. Généralement en bois polychromé, orné de motifs décoratifs.

Le tabernacle (Tabernacle du Jeudi saint)

Petit tabernacle fermant à clef, dans lequel on conserve
l’hostie consacrée le Jeudi saint pour le Vendredi saint. Il
est souvent de forme architecturée, se présente
quelquefois sous forme d’une vitrine, le panneau de fond
pouvant être orné d’une gloire, d’un dais, ou de tentures
peintes. Il est parfois recouvert de tissu.

Les claquoirs ou crécelles

Claquoirs, généralement en bois, formés de deux éléments
qui frappent l’un contre l’autre. (Que l’on retrouve sous le
terme local de patriques-patroques).

 

Crécelles, produisant une série de petits bruits secs et brefs,
produits par la rotation d’une ou plusieurs lamelles
heurtant une roue dentée fixée sur un manche ou
actionnés par une manivelle.
Ces instruments sont utilisés notamment à la place
des cloches du Jeudi saint au Samedi saint.

Le chandelier des Ténèbres

De forme triangulaire souvent en bois, parfois en fer
forgé, il porte, sur les deux pentes se joignant au sommet,
une série de bougies.

24Les résultats de notre enquête ont permis l’inventaire et l’analyse de ces divers objets dont les données quantitatives sont présentées dans l’annexe 2.

Annexe 2 : État quantitatif du type d’objet conservés faisant partie du monument

Communes avec au
moins 1 élément

Types de toile

nombre

Objets associés

nombre

Alénya

/

 

Claquoirs

2

Bouleternère

Toiles sur

4

Autel (table et gradins)

2

 

châssis

 

Statue du Christ (carton-pâte)

 

Bourg-Madame

/

 

Tabernacle

2

 

 

 

Chandelier des
Ténèbres

 

Calmeilles

Tentures

7

Escalier

2

 

d’église

 

Chandelier des
Ténèbres

 

Camélas

Toile sur
châssis

1

 

 

Campoussy

 

 

Cénotaphe

1

Catllar

 

 

Claquoirs

2

Codalet

 

 

Claquoir

1

Conat

 

1

Images de
commémoration

4

Corneilla – de-Conflent

Tenture
d’église

1

 

 

Dorres

Toiles sur

11

Claquoirs (2)

5

 

châssis

 

Crécelle - Tabernacle

 

 

 

 

Chandelier des
Ténèbres

 

Espira-de-Conflent

Tentures
d’église

4

 

 

Estagel

 

 

Châssis - Console

2

Estoher

Tentures
d’église

3

 

 

Finestret

Toiles sur
châssis

22

 

 

Font-Romeu

Toiles sur
châssis

2

 

 

Fontpédrouse

Toiles sur

6

Escalier

7

(Eglise de Prats-

châssis

 

Tabernacle

 

Balaguer)

 

 

Images de
commémoration (4)

 

 

 

 

Chandelier des
Ténèbres

 

Ille sur Tet

 

 

Images de
commémoration

2

Jujols

 

 

Chandelier des
Ténèbres

1

La llagonne

Toile sur
châssis

1

 

 

Latour-de-France

 

 

Claquoir

1

Les Angles

Tentures
d’église

6

 

2

Llo

Toiles sur
châssis

6

Tabernacle
Claquoir

2

Marquixanes

 

 

Images de
commémoration (3)

9

 

 

 

Claquoirs (6)

 

Maureillas

Tenture
d’église

1

 

 

Mosset

 

 

Claquoir

1

Nahuja

Tenture
d’église

1

 

 

Néfiach

 

 

Chandelier des
Ténèbres

1

Olette

 

 

Tabernacle

3

 

 

 

Claquoirs (2)

 

Oms

Tenture

1

Tabernacle

9

 

d’église

 

Images de
commémoration (6)

 

 

 

 

Rampe d’appui

 

 

 

 

Claquoir

 

Palau de Cerdagne

 

 

Crécelle - Tabernacle

2

Porta

Tenture
d’église

1

Tabernacle

1

Prades

 

 

Claquoirs

2

Prats de Mollo

Toiles sur

5

Tabernacle

4

 

châssis

 

gable (3)

 

Ria-Sirach

Toiles sur châssis

2

 

 

Saint-Jean-Pla-de-Corts

 

 

Claquoir

1

Villeneuve-de-la-Rivière

Tenture d’église

1

 

 

Communes avec au
moins un élément

Toiles de
monuments

nombre

Objets liés aux
monuments

nombre

37

 

87

 

71

2521 communes ont conservé au moins un élément se rapportant à ces décors peints sous la forme de tentures ou de tableaux.

26La représentation : des arches en grande majorité, rappellent les arcs de triomphe romains architecturés, avec des polychromies de faux-marbre en trompe l’œil, souvent encadrées de figures de soldats romain en armure. Elles font référence à l’épisode du procès de Jésus conduit au prétoire devant Ponce Pilate.

  • 15 Voir ci-après l’article consacré à la restauration du monument d’Espira-de-Conflent, par Hervé Gioc (...)

27Dans le cas des tentures monumentales, le support est une toile assez grossière d’un seul tenant ou composée de plusieurs lés, assemblés par couture. Sans châssis, elles peuvent être remisées, le restant de l’année, enroulées sur elles-mêmes. Le dispositif utilise autant que possible les éléments architecturaux des édifices eux-mêmes (suspension dans le chœur de l’église à l’aide de crochets directement fixés dans les murs ou sur les voûtes) permettant l’habillement d’une chapelle ou du chœur. Mais la documentation n’exclut pas dans le montage annuel, le renforcement à l’aide de structures de bois « éphémères ». Un cas plus élaboré est connu où la tenture s’enroule autour d’un axe horizontal, sorte de mât de bois, qui fait partie intégrante de l’installation en faisant office à la fois de système de suspension pour la présentation et d’axe d’enroulement facilitant le stockage15.

28Les décors sur toiles montées sur châssis fixes (pour lesquels nous avons employé la dénomination de tableaux) se trouvent découpés architecturalement en diverses parties, formant des pièces à assemblées à la manière d’un puzzle de sorte qu’une fois remonté le décor est présenté dans son intégralité. Dans ce cas de figure, la composition finale représente comme précédemment des arches, mais aussi des scènes narratives plus variées faisant toutes référence à des épisodes de la Passion (la Cène, la Flagellation, l’Ecce homo…)

29Enfin, il n’est pas rare que les instruments de la Passion (couronne d’épines, lances, fouets, éponges…) soient figurés en tant que motifs décoratifs venant compléter un décor, quand ils ne font pas à eux seuls l’objet d’un tableau indépendant. En effet, on peut supposer qu’ils remplacent, symboliquement, chacun des épisodes narratifs de la Passion, comme autant d’incitations à la méditation pour les fidèles.

30La couche picturale présente des similitudes quelle que soit la nature du support, d’un décor à l’autre, tant au niveau iconographique que de la conception technique : couche de préparation relativement fine, sur une toile grossière, peinture à la détrempe posée par aplats avec aspect de surface mat, cernes noirs pour souligner les personnages, la surface se caractérise par l’absence de vernis protecteur.

31Nous avons moins de certitudes quant à la disposition de ces arches : juxtaposition d’une série de décors, allant de la plus petite à la plus grande, pour donner un effet de profondeur ? Présentation d’une seule arche au dessus de l’escalier en référence à la scala santa ? L’implantation géographique dans l’église semble également aléatoire, le chœur mais aussi des chapelles annexes sont parfois cités comme lieu d’érection du monument. Toutes les possibilités semblent coexister et s’adapter à la disposition du lieu, autant qu’aux particularités locales des pratiques rituelles, et, en toute probabilité, des deniers que la communauté des fidèles est en mesure de consacrer à l’installation du décor.

32L’échantillonnage des éléments constitutifs du Monument permet d’établir des données chiffrées : 26 communes conservent 71 objets associés au monument.

33En dehors des toiles et tentures qui font office d’arrière-plan, de fond ou décor dans le sens théâtral du terme, tous les éléments associés vont venir ajouter du sens, enrichissant progressivement un espace désormais en trois dimensions.

  • 16 Cet objet était aussi appelé plus vulgairement “triangulaire” par les paroissiens. Le nombre de cha (...)
  • 17 Localement, de mémoire orale, on rapporte l’utilisation de ces instruments lors de l’Office des Tén (...)
  • 18 Ici, nous nous sommes limités aux témoins matériels « éphémères » qui ne sont pas visibles durant l (...)

34Ces objets annexes remisés le restant de l’année à l’abri des regards sont divers : les marches qui mènent au prétoire, la rampe d’appui, les images peintes, les silhouettes sur carton peint (anges, personnages céroféraires, symboles de la Passion), bougies, cierges, chandelier des Ténèbres utilisé à l’occasion de la Semaine sainte, et plus particulièrement lors de l’Office des Ténèbres16, crécelles et claquoirs17 ajoutant la dimension sonore nécessaire à la gravité funeste de la liturgie. On peut supposer que le décor utilise également des sculptures et statues visibles toute l’année dans l’église mais qui sont particulièrement ce jour-ci mises en scène de manière différente (Christen croix, statue de vierge mannequin… )18. Nous n’aborderons pas le decorum, terme englobant les fleurs et autres végétaux, cierges, bougies qui bien-sûr participaient à une mise en scène volontairement ostentatoire.

35Une fois tous ces éléments en place, s’organise une liturgie bien réglée témoignant d’un attachement fervent des fidèles à l’évocation de la Passion du Christ dans laquelle viennent s’inscrire les fondements de la foi chrétienne. Au final, on compte 37 communes qui conservent au moins un élément établissant la preuve de l’existence d’un Monument.

L’inventaire

36Cet ensemble de données n’a pu être rassemblé qu’à partir du travail d’inventaire en cours. Car, concernant les Monuments et tous les objets qui leurs sont associés, la méthodologie mise en œuvre n’a pas été différente de celle appliquée au mobilier conservé dans les édifices religieux inscrits dans la programmation du Plan-Objet 66.

La collecte de la documentation...

  • 19 À long terme, ce travail permettra aussi, la centralisation des données documentaires par l’informa (...)

37Les campagnes d’inventaire commencent en général par la constitution d’un dossier documentaire orienté sur une commune, un édifice, un thème, en l’occurrence le croisement des trois pour le sujet propre aux Monuments de la Semaine sainte. Ce travail préalable rend possible l’organisation cohérente d’une accumulation de données jusque là dispersées19.

  • 20 Série G : Clergé Séculier (évêché et paroisses) avant 1790 ; Série H : Clergé Régulier (abbayes et (...)
  • 21 Séries Q et Qp : biens nationaux, évaluation des ressources de l’église ; série L : administration (...)
  • 22 Série V : Police des cultes de la période concordataire (1802-1905) ; série dans laquelle on peut a (...)
  • 23 Le fichier documentation de la base de données « Œuvres d’art », comporte un sous-dossier « topo-do (...)
  • 24 Ces documents figurés sont classés dans le fond Fi : documents et fonds iconographiques entrés par (...)

38Le corpus de sources établi couvre tout d’abord les sources manuscrites d’Ancien Régime20 pour les institutions religieuses, les sources de la période révolutionnaire21 qui font apparaître encore à cette date l’importance de la dévotion notamment au travers des inventaires dressés par l’administration, puis les sources contemporaines, qu’elles soient manuscrites22 ou imprimées (bibliographies, monographies, tirés à part, périodiques, mémoires, thèses, inventaires). Toutes ces données sont informatisées sous forme de notices ou de fiches de dépouillement dans le fichier documentation de la base « Œuvres d’art»23. Les documents figurés, photographies anciennes, plans, schémas24, n’ont pas été négligés, ils sont minutieusement numérisés et indexés aux fiches objets.

39Concernant le sujet relatif aux monuments, pas moins de 200 notices reprenant le texte original (en catalan, latin ou français) ont fait l’objet d’un dépouillement minutieux relatant essentiellement le montage des Monuments et les fournitures en matériel nécessaires à la conception des structures et châssis éphémères en bois.

40Plus généralement, en matière d’inventaire, ce travail de documentation préalable constitue une excellente base préparatoire à la sortie sur le terrain en permettant aux intervenants de vérifier l’état des collections d’objets conservés dans les églises à partir d’inventaires plus anciens et de signaler également l’absence de certains objets (pertes, vols, …). Il permet aussi de mettre en évidence des déplacements, de proposer la protection de certaines œuvres majeures. Dans le cadre de l’étude, la documentation a orienté les équipes de chercheurs en fonction des mentions dans les sources à la recherche de possibles vestiges de Monuments cités, photographiés, dont l’existence nous est parvenue par le biais de la trace écrite.

N’oublions pas les sources orales…

41Lorsque les opérations d’inventaire sont systématiques, l’intervention de l’équipe du CCRP sur le terrain, est toujours précédée d’une réunion préparatoire qui se fait directement in situ dans l’édifice concerné. Cette prise de contact est l’occasion convier tous ceux qui sont directement impliqués dans la vie de la paroisse, et qui se sentent concernés par la préservation d’un patrimoine intimement lié à l’histoire locale.

42Les constats d’état réalisés sur les vestiges de monuments quels qu’ils soient ont également permis de tisser des liens particuliers avec les personnes de la paroisse. Souvent âgées, elles sont dépositaires d’une histoire et de pratiques religieuses locales qu’il est urgent de recueillir. Beaucoup d’entre elles ont témoigné de la présence du Monument et de la mise en scène qui l’entourait, du déroulement et des temps forts de la liturgie du Jeudi saint, tels qu’ils avaient marqué leur esprit.

L’inventaire in situ...

43C’est une des étapes les plus concrètes touchant directement à la matérialité de l’objet ; étape durant laquelle les spécialistes se confrontent pour la première fois à la particularité, aux problématiques, à la nouveauté de chacune des situations rencontrées. C’est de cette étape que naît le début de la réflexion sur le devenir de chacun de ces éléments découverts.

44Le chercheur, conjointement avec le restaurateur, établit une fiche d’œuvre par objet équivalent chacune à un ensemble, à un fragment isolé issu d’un ensemble (partie d’arche, personnage isolé), ou un élément annexe de Monument (claquoir, marches, chandelier…).

45La fiche d’œuvre consiste autant en une description physique de l’œuvre (forme, dimensions, représentation, relevé de possibles inscriptions) qu’en une analyse la plus précise possible de ses caractéristiques techniques (identification du type de support, particularités de châssis, essence, mode d’assemblage, type de toile, tissage, nature des fibres, techniques mises en œuvre pour la couche picturale, apprêt, type de pigments et de liants, peinture à l’huile ou à la détrempe, vernis…).

46Ce travail nécessite souvent une série de manipulations simples (ces opérations peuvent cependant devenir extrêmement complexes en fonction des contraintes rencontrées). Pour ce qui est des Monuments nous avons été confrontés à une série d’obstacles récurrents que l’on peut classifier comme suit : tout d’abord l’inaccessibilité des lieux de stockage (greniers, clochers, mezzanines, débarras et réduits de fortune aménagés dans la partie arrière des retables) ; il résulte de ces mauvaises conditions de stockage toute une série de contraintes matérielles qui n’ont point facilité le travail du chargé d’inventaire et du restaurateur : manque de lumière, accumulation d’objets variés rendant impossible le dégagement des toiles, leur dénombrement et surtout leur examen approfondi. Pour compliquer la tâche des équipes sur place, les dimensions des toiles, prises en étau dans un tas d’objets entassés pêle-mêle, a bien souvent nécessité le dégagement et le tri de tout le local pour en extirper les toiles que nous avons du déplacer afin de les examiner avec soin (fig. 14). Cet examen aurait été impossible à réaliser par un seul agent, il a fallu le concours de plusieurs personnes et de moyens inhabituels (fig. 16) afin de déplier les toiles, de les déplacer dans des conditions rendues parfois encore plus périlleuses par l’état de dégradation de certains des éléments pulvérulents et extrêmement fragilisés.

  • 25 La couverture photographique des œuvres assurée par les chercheurs est la première base de travail (...)

47La dernière étape du catalogage consiste à réaliser la couverture photographique des œuvres25. Ces clichés constituent un document de travail pour le chercheur. C’est une étape importante, les clichés sans être trop abondants doivent être choisis et pris avec soin : vues générales de face, revers et détails pertinents de certaines caractéristiques techniques ou d’altérations liées à l’état de l’objet. En effet, les détails sont susceptibles de livrer des informations importantes (polychromies sous-jacentes, dates, inscriptions). Enfin, chaque information concernant l’objet, son état et son environnement est saisie sur une extraction de fichiers-type de la base de données « Œuvres d’art », à l’aide d’un ordinateur portable. Toutes les remarques, les constatations, et les manipulations réalisées par l’équipe sont consignées par écrit comme autant de critères et de contraintes dont les restaurateurs qui interviendront par la suite devront tenir compte.

Évaluation sanitaire

48Conjointement au travail du chargé d’inventaire, le restaurateur procède à l’examen-diagnostic de l’objet. Cette évaluation s’appuie sur un modèle de constat d’état qui analyse, grâce à un ensemble de critères d’observations prédéfinis, les diverses altérations subies par l’objet au niveau des matériaux constitutifs (support) ; et superficiellement au niveau de la polychromie ou de la couche picturale (surface).

49En dehors du simple constat destiné à pointer et à nommer les altérations, le document de référence comporte des champs permettant de cerner l’environnement immédiat de l’objet et de formuler des préconisations précises quand à la stabilisation du contexte sanitaire.

  • 26 L’échelle des urgences comporte 4 niveaux suivant la nécessité du traitement à envisager : néant (s (...)

50Enfin, en fonction des dégradations déjà subies, des altérations en cours, et de l’environnement de l’œuvre qui va continuer à s’exercer sur elle, le restaurateur propose un bilan-diagnostic. Il permet d’une part de donner une échelle d’urgence quand à la nécessité d’une intervention26et d’autre part de proposer un traitement adapté oscillant entre conservation minimale dans le meilleur des cas avec amélioration du stockage, et restauration dans les cas les plus préoccupants.

Les Monuments, des vestiges en péril...

51Le bilan de l’ensemble des données déjà recueillies à partir des examens-diagnostics réalisés permet, d’ores et déjà, d’affirmer que la classification place majoritairement les Monuments dans les catégories “d’urgence” ou “de péril”. Les causes à l’origine de l’état de conservation des œuvres sont à priori récurrentes (se reporter à l’annexe 3).

  • 27 La dégradation sanitaire des édifices est une cause récurrente de l’altération des œuvres : entreti (...)

52L’état de conservation des Monuments est inhérent, en premier lieu, à la fragilité des matériaux constitutifs de ces œuvres, et notamment des toiles ou des personnages sur carton : problème des papiers, toiles grossières apprêtées avec des matériaux tout-venant, souvent de qualité très médiocre, sujets à une fragilité plus importante. En second lieu, on peut dire que la grande cause de fragilisation de ces vestiges est le lieu de stockage. Or, la situation de relégation de ces décors dans les réduits les plus improbables d’un édifice expose les toiles à une combinaison alarmante de facteurs de dégradations, dans un contexte bâti qui, globalement, possède déjà ses propres contraintes environnementales27.

  • 28 La problématique de l’activité des insectes xylophages dans le département des Pyrénées-Orientales (...)

53On notera dans les principaux facteurs environnementaux : la poussière et l’encrassement, visibles à la surface de l’objet, qui altèrent la visibilité de la couche picturale, le taux d’hygrométrie élevé qui généralement concerne tout l’édificeet se concentre dans les zones peu aérées, en se propageant par capillarité, dans les murs et les sols, mais aussi les variations importantes des écarts de température, dans des laps de temps réduits (souvent dues au mode de chauffage), qui entraînent une dilatation puis une rétractation des supports, auxquelles les polychromies ne résistent pas, les facteurs biologiques, bien-sûr, parmi lesquels champignons, moisissures et autres micro-organismes dont le développement trouve un contexte favorable dans les zones les plus humides, les rongeurs et chauves-souris qui utilisent à la fois les toiles et autres objets comme abri, substrat nourricier et lieux de déjection, les insectes xylophages dont l’action est dévastatrice au niveau des supports (termites et vrillettes)28, n’oublions pas le dernier facteur qui n’est pas l’un des moins importants, l’homme, responsable du mauvais stockage des objets, de l’entassement, créant sur de grandes surfaces des déformations très marquées, entraînant déchirures et pertes de matière, mais, également, à l’origine de l’entretien aléatoire des églises (installations désuètes et inadaptées, manque d’hygiène, ou parfois de bon sens). L’ensemble de ces facteurs engendre des pathologies somme toute courantes mais dont l’état avancé et spectaculaire limite les manipulations de l’objet.

Annexe 3 : Les principales causes d’altérations des monuments

Annexe 3 : Les principales causes d’altérations des monuments

Conclusion

54L’inventaire et l’examen-diagnostic des Monuments de la Semaine sainte et des objets associés à ce type de décor sont la première étape d’une démarche complexe visant à la fois la connaissance et la conservation de témoins matériel issus d’une pratique religieuse oubliée.

55Le catalogage des œuvres a permis en premier lieu la connaissance par le dénombrement, la localisation des vestiges, leur description physique et technique.

56La seconde étape qui vise directement l’évaluation sanitaire de l’ensemble de ces objets, l’environnement immédiat dans lequel les œuvres vont évoluer, ne se conçoit que dans une vision plus large, celle de la conservation puis de la restauration des pièces les plus importantes. Il va de soi que la restitution au public et la transmission de ces objets cultuels aux générations futures ne se feront pas sans qu’une étude ethnographique ait permis de leur redonner tout leur sens en les replaçant dans un contexte socio-culturel plus vaste.

57Toutefois, ce travail ne faisant que débuter, certaines pistes restent à explorer, elles concernent tout d’abord les sources qui sont à approfondir pour les périodes les plus reculées, de nombreuses heures de recherches en archives seront encore nécessaires (nous n’avons que peu d’éléments concernant la conception de ces décors peints). La découverte permanente de vestiges matériels apportera certainement de nouvelles problématiques, tout comme les investigations menées lors des interventions plus pointues de restauration.

Bibliographie

Bibliographie

DOPPLER (S.), Les décors de la semaine Sainte en Roussillon (dix-neuvième siècle-vingtième siècle), Mémoire de Master II, Université Pierre Mendès France de Grenoble, sous la Direction de Marianne Clerc et Julien Lugand, 2006.

MATHON (J. B.), Responsable du CCRP De l’inventaire à la conservation in-situ : le plan-objet des Pyrénées-Orientales, texte de la communication des journées débats organisées par le DESS de conservation préventive de l’Université de Paris-1, Paris (5 et 6 juin 2003).

Notes

1 C’est à Jean-Bernard MATHON, conservateur-restaurateur en peinture et responsable du CCRP que l’on doit la première découverte de toiles monumentales en 1993, dans l’église Sainte-Marie d’Espira-de-Conflent (66).

2 A partir de 1998, le CCRP, commença à intervenir activement auprès des communes volontaires afin de pratiquer des examens-diagnostics et des traitements curatifs sur les œuvres jugées en péril.

3 Fabienne FORTIER, doctorante en histoire de l’art, sous la direction de Jean-Bernard Mathon, responsable du CCRP et initiateur du projet.

4 La structure du Centre de conservation et de restauration du patrimoine, crée en 1998 était toute indiquée pour être porteuse de ce projet. Le financement des locaux ultra-modernes, les investissements matériels, et les moyens humains sont entièrement financés par le Conseil général. La structure assurant un service public départemental unique en France.

5 Dans le département des Pyrénées-Orientales, textiles, orfèvrerie, peintures, sculptures sont d’une telle densité qu’il est actuellement impossible de dénombrer les objets, d’autant qu’ils sont dispersés sur tout le territoire dans un nombre considérable d’édifices. On estime à plus de 500 le nombre d’églises concernées, chaque commune comptant au moins, un sanctuaire paroissial, et un édifice ou une chapelle annexes.

6 Action décentralisée résultant d’un partenariat entre la Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon et le Conseil général des Pyrénées-Orientales qui a débuté en 2002 par une phase expérimentale. La mise en place du Plan-Objet a nécessité un budget supplémentaire et conséquent en plus de celui déjà absorbé par le fonctionnement de la structure du CCRP. Ce budget en constante progression au vu de la demande et de par l’ampleur des opérations programmées s’est vu octroyer des subventions de la part de La DRAC et de la Région Languedoc-Roussillon permettant le financement de prestataires extérieurs spécialisés en divers domaines (inventaire, conservation préventive, photographie professionnelle…).

7 Par exhaustivité l’on entend que chaque artefact est inventorié sans établir de critères discriminatoires au niveau de la datation ou de la qualité artistique ; en effet chaque objet revêt un intérêt qui lui est propre lié à son contexte, à sa fonction, à son histoire. De ce fait l’inventaire fait aussi appel à un large éventail de connaissances dans des domaines variés tels que : l’architecture, la sculpture, la peinture, l’orfèvrerie, les textiles, les arts graphiques… les techniques de mise en œuvre des matériaux, … Actuellement nous estimons à 500 environ le nombre d’édifices concernés par cette étude dispersés dans les 226 communes que compte notre département.

8 L’application a été développée à l’aide du logiciel File Maker Pro par le service informatique de la DRAC de Montpellier. L’élaboration des fiches de travail a été assurée par Jean-Bernard MATHON, responsable du CCRP, sur la base de fiches déjà utilisées, en coordination avec les divers intervenants du secteur du patrimoine, conservation des Antiquités et Objets d’art, restaurateurs, Service départemental de l’Architecture et du Patrimoine, Monuments Historiques. Les champs de saisie de la base de données « Œuvres d’Art », présentent l’intérêt d’être compatibles avec les bases nationales Palissy et Mérimée puisque les utilisateurs se conforment à la méthodologie de l’inventaire général et des Monuments Historiques. Durant la phase de tests, ces fiches ont fait l’objet d’améliorations au fur et à mesure de la progression du travail et en fonction de nouvelles contraintes.

9 Le logiciel offre de multiples possibilités d’enregistrer un nombre de données quasi illimitées, réactualisables à tout moment. Tous les écrans de saisie et les modèles d’impression, sont adaptables aux besoins variés que requiert l’édition. La souplesse d’utilisation de l’outil permet une infinité d’interrogations : par auteur, datation, nature des matériaux, types d’œuvres, urgence de traitement… ; plusieurs questionnements combinés permettent d’affiner la recherche. Enfin, le travail sur le terrain est facilité par la possibilité de pratiquer des extractions de fichiers qui permettent une saisie en direct sur l’ordinateur portable dont les chercheurs sont équipés.

10 C’est un comité de pilotage annuel constitué des différents protagonistes du projet qui définit un périmètre géographique comptant environ une vingtaine de communes, situées dans un même secteur, pour lesquelles l’inventaire systématique doit être réalisé. A cette programmation, il convient d’ajouter les sollicitations imprévues des communes nous signalant la nécessité d’interventions qui présentent un caractère d’urgence manifeste.

11 Les interventions en conservation préventive prennent en charge et tentent de résoudre les problèmes simples liés à l’environnement immédiat des œuvres, leur mise en sécurité ; la conservation curative, intervention plus lourde permet de « « stopper » les dégradations sur les oeuvres notamment sur les retables et les bois polychromés sans aller jusqu’à la restauration.

12 Ces interventions de conservation préventive et curative se déroulent l’année N+1 à partir de la date d’inventaire.

13 Cette enquête a été menée par Stéphanie Doppler, doctorante en histoire de l’art, Université de Toulouse-Le Mirail, pour le compte du CCRP.

14 La compatibilité avec les bases nationales passe par l’obligation d’utiliser un vocabulaire précis et normalisé couplé à une technique d’analyse scientifique adaptée à l’inventaire, consignés dansdeux ouvrages principaux : «Le Thésaurus des objets mobiliers», sous la direction d’Hélène Verdier et «le système descriptif des objets mobiliers», publiés par la sous-direction des études, dela communication, et de l’inventaire, Direction de l’architecture et du patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, 2001.

15 Voir ci-après l’article consacré à la restauration du monument d’Espira-de-Conflent, par Hervé Giocanti, conservateur-restaurateur d’œuvres peintes.

16 Cet objet était aussi appelé plus vulgairement “triangulaire” par les paroissiens. Le nombre de chandelles équivaut à celui des psaumes des trois Nocturnes. Sur le sommet du triangle, au centre, se trouvait la Lloca ou cierge pascal. Lors de l’Office des Ténèbres, le chantre, au fur et à mesure de la lecture des psaumes, éteignait un cierge ; le dernier étant le cierge pascal. À ce moment-là, l’église sombrait dans l’obscurité, et l’on pratiquait la patrica-patroca (ou le vacarme pratiqué pour “tuer les juifs” et représenter le tonnerre survenu lors de la mort du Christ).

17 Localement, de mémoire orale, on rapporte l’utilisation de ces instruments lors de l’Office des Ténèbres, plus exactement à la fin de l’office, pour faire un vacarme afin d’illustrer d’une part les ténèbres survenues lors de la mort du Christ, mais aussi pour tuer les juifs.

18 Ici, nous nous sommes limités aux témoins matériels « éphémères » qui ne sont pas visibles durant l’année et ne sont utilisés qu’à cette occasion.

19 À long terme, ce travail permettra aussi, la centralisation des données documentaires par l’informatisation et la sauvegarde des documents figurés par des campagnes de numérisation, de manière à former un fonds homogène qui puisse être consultable et facilement ré-orientable selon le type de public (universitaires, chercheurs…).

20 Série G : Clergé Séculier (évêché et paroisses) avant 1790 ; Série H : Clergé Régulier (abbayes et monastères) avant 1790 ; dans ces fonds ce sont plus particulièrement les livres de fabriques (budget et comptes) qui ont fournis de minces indications.

21 Séries Q et Qp : biens nationaux, évaluation des ressources de l’église ; série L : administration révolutionnaire.

22 Série V : Police des cultes de la période concordataire (1802-1905) ; série dans laquelle on peut avoir un aperçu des inventaires résultant de la loi de séparation entre l’Eglise et l’Etat ; série 53 J: pré-inventaire des Richesses artistiques de la France.

23 Le fichier documentation de la base de données « Œuvres d’art », comporte un sous-dossier « topo-documentation », réservé au dépouillement des notices. C’est un outil d’enregistrement de la documentation existante, réceptacle de tous types de documents : bibliographie, archives, photographie…, autant de sources qui sont soit retranscrites par le chercheur, soit numérisées (clichés anciens, plans).

24 Ces documents figurés sont classés dans le fond Fi : documents et fonds iconographiques entrés par voix extraordinaire.

25 La couverture photographique des œuvres assurée par les chercheurs est la première base de travail permettant l’indexation de photographies numérique sur chacune des fiches réalisée par objet dans la base de données « Œuvres d’art ». Le Plan-Objet prévoit, ponctuellement mais pas nécessairement, l’intervention d’un photographe professionnel qui réalise des clichés pour les objets les plus remarquables (retables, tableaux, objets classés ou inscrits, ainsi que des vues de l’édifice) en prévision d’éventuelles publications.

26 L’échelle des urgences comporte 4 niveaux suivant la nécessité du traitement à envisager : néant (si l’objet ne nécessite aucun traitement), souhaitable (si une intervention simple peut améliorer la conservation de l’objet, mais que l’objet est stable), urgent (si l’objet est défectueux et des dégradations sont en cours), et prioritaire (si l’objet est jugé en péril).

27 La dégradation sanitaire des édifices est une cause récurrente de l’altération des œuvres : entretien des bâtiments aléatoires, abandon total dans certains cas des lieux de culte, installations défectueuses (chauffage, isolation, éclairage), sans oublier les facteurs anthropiques (manque d’entretien), cierges, détritus… L’environnement des objets étant déterminant dans l’état de conservation de ceux-ci, le CCRP ne programme, en principe, jamais d’intervention de conservation globale sur le mobilier d’un édifice sans prendre l’avis d’un architecte du patrimoine mandaté dans le cadre du Plan-Objet. Son rôle de conseil auprès des communes vise à établir un état des lieux du contexte architectural par une visite de l’ensemble de l’édifice. Ces préconisations sont destinées à orienter les propriétaires à prendre des mesures d’urgence pour les cas les plus préoccupants, et dans une moindre mesure à améliorer tous les points problématiques ayant une incidence sur la conservation du mobilier en général.

28 La problématique de l’activité des insectes xylophages dans le département des Pyrénées-Orientales a nécessité la mise en œuvre d’une action globale qui a débuté en 2000. Cette mission a été confiée à un agent de préservation du patrimoine chargé de mettre en œuvre un principe d’intervention et de traitements insecticides programmés en plusieurs phases : constat d’état parasitaire ; traitement en atelier ou in situ, avec un suivi de la désinsectisation sous forme de contrôles annuels des édifices traités. Les traitements sur le terrain sont réalisés à partir de diverses méthodes, imprégnation de gel, injection de perméthrine à l’aide d’une seringue sur les objets les plus fragiles, pulvérisation à grande échelle au revers des retables et sur le mobilier usuel, en atelier pratique du traitement insecticide par anoxie sur des objets fragiles et ciblés, la méthode consiste à confiner un objet dans une enveloppe étanche privée d’oxygène.

Table des illustrations

Titre Annexe 3 : Les principales causes d’altérations des monuments
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/40403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

Chargée de l’inventaire au Centre de conservation et de restauration du patrimoine (CCRP), Conseil général des Pyrénées-Orientales, Perpignan

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search