Version classiqueVersion mobile

Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée

 | 
Marlène Albert-Lorca
, 
Christine Aribaud
, 
Julien Lugand
, 
et al.

Inventorier, restaurer, valoriser

Introduction

Sauvegarde et valorisation d’un patrimoine en déshérence

Jean-Bernard Mathon

Texte intégral

  • 1 Josep PLA, Le cahier gris, un journal, éditions Jacqueline Chambon, Nîmes, 1992, pp. 429-430. Dans (...)

1Le projet méditerranéen sur les décors de la semaine sainte est né, dans les Pyrénées-Orientales, de la mise au jour d’éléments matériels : la re-découverte de 4 grandes toiles du Monument d’Espira-de-Conflent, en 1993, suivie d’autres décors peints, et d’objets liés à la liturgie des Jeudi et Vendredi saints. En une dizaine d’années ce sont une vingtaine de Monuments et de nombreux objets associés à ces décors qui ont été retrouvés dans près de 40 églises du département. Patrimoine abandonné, oublié, hors du temps et de la liturgie, le plus souvent destiné à la décharge publique, ce qu’il en reste est dans un état de conservation déplorable. Dans le même moment, c’est la rencontre d’acteurs, de témoins oculaires des rituels liés aux Monuments qui nous a fait toucher du doigt l’importance et l’urgence à prendre en compte la part immatérielle du sujet. La lecture du Cahier gris de Josep Pla1, nous a ouvert de nouveaux horizons : les Monuments et décors de la semaine sainte n’avaient pas existé qu’en Roussillon, mais aussi en Catalogne. L’approfondissement du sujet nous a fait croiser des approches et des recherches dans d’autres territoires du pourtour méditerranéen : ce sont les Monuments d’Aragon et d’Andalousie, les sepolcri de Corse, les cartelami ou apparati effimeri de Ligurie, pour ne citer que ces exemples. C’est ce constat qui nous a conduit à mettre en place un projet d’étude et de valorisation des décors de la semaine sainte à l’échelle du pourtour méditerranéen.

2Les Monuments catalans sont constitués d’ensembles de peintures décoratives en forme d’arc triomphal représentant le plus souvent des soldats romains en pied, des scènes et attributs de la passion du Christ. La conception technique de ces décors est liée aux contraintes de décors éphémères qui devaient être manipulés et stockés sans trop d’encombrement en dehors de la Semaine Sainte : toiles roulées autour d’un cylindre en bois, ou tendues sur des châssis de moyenne dimension qui s’assemblent. D’autres éléments en bois pouvaient accompagner ces décors (silhouettes de personnages, escalier peint, tabernacle du Jeudi saint, balustrade pour les cierges), ainsi que toute une série d’objets liés à la liturgie ou aux rituels (chandelier des ténèbres, claquoirs, crécelles, etc.). Les décors conservés en Ligurie et en Corse présentent d’autres typologies qui sont décrites par Valeria Righetti et Michel-Edouard Nigaglioni.

3Cette section aborde successivement diverses problématiques relatives à l’inventaire des objets – l’évaluation sanitaire, les actions de conservation préventive et curative, les traitements de restauration – mais également leur mise en valeur et leur réappropriation par le public. Notre propos consiste, dans cette introduction et à partir du contenu des contributions qui suivent, de tenter de mettre en évidence les méthodes et outils communs à mettre en place pour poursuivre le projet, les techniques ou approches de la restauration les plus pertinents, les outils de valorisation à utiliser (dans quel contexte et comment ?).

4Étudier ces décors, c’est d’abord disposer du corpus d’objets conservés le plus exhaustif possible, quelque soit leur nature – dispositifs théâtraux ou objets associés – car ce sont les témoins matériels qui aident à comprendre à la fois la « scénographie », l’iconographie, les rituels et la mise en pratique d’une liturgie aujourd’hui oubliée. Il s’agit donc d’un catalogage, d’un inventaire, tel qu’il est conduit en Ligurie comme le montre Valeria Righetti, ou en Catalogne, ce qu’expose Fina Parès. Séverine Massegu, explique de façon détaillée le processus mis en application dans les Pyrénées-Orientales consistant à utiliser une base de données extrêmement pertinente. Pour poursuivre ce catalogage en commun, il nous faudra avoir recours à une base de données commune. Pourquoi ne pas avoir recours à celle utilisée dans les Pyrénées-Orientales ? C’est le choix qui a été fait par la Catalogne. Cela nous permettra des descriptifs typologiques précis, une documentation photographique et archivistique large, facilement échangeable et communicable.

5Au-delà, l’inventaire doit nécessairement s’accompagner d’un examen-diagnostic des objets et de préconisations de traitements de conservation et de restauration afin d’assurer la sauvegarde de ces œuvres le plus souvent en péril. Sauvegarder ces décors, c’est prendre toutes les mesures de conservation préventive pour s’assurer qu’ils sont stockés dans de bonnes conditions, dans des lieux sains, d’autre part de les restaurer. De ce point de vue quelles options retenir ?

6Peut-on vraiment restaurer ces objets comme s’il s’agissait d’œuvres d’art, de chefs d’œuvre, ou faut-il choisir une optique plus « archéologique », plus ethnologique qui donne à voir l’usage, l’usure de ces décors, le passage du temps et de l’histoire ?

7Le premier objectif c’est effectuer les traitements qui permettent le sauvetage, la manipulation, l’installation, la mise en exposition et aussi en réserve. D’autant que bien souvent usés, endommagés par les diverses manipulations au court du temps et un mauvais stockage, ils ont régulièrement été repris, réparés, « restaurés ». On peut légitimement considérer que ces réparations et « restaurations » font partie de l’histoire de ces décors. Faut-il en laisser la trace, ou éliminer ces interventions ? Pour les Monuments restaurés dans les Pyrénées-Orientales nous avons opté d’intervenir a minima en ce qui concerne l’aspect esthétique, l’essentiel du traitement ayant concerné le support, les structures – ce qu’expose Hervé Giocanti dans son article. Les interventions effectuées au court du temps, participant de la vie de l’œuvre et non perturbantes pour la lisibilité des décors ont été conservées. Parallèlement, il faut considérer que la majorité de ces décors – à de rares exceptions – n’ont pas un caractère pictural de premier ordre. Ce sont avant tout des peintures décoratives. Des choix semble-t-il plus interventionnistes ont pu être décidés ailleurs, touchant notamment au degré de réintégration picturale – ce que montrent Franco Boggero pour la Ligurie et Josep Paret pour la Catalogne. Dans tout les cas, l’important est d’assurer la réversibilité des interventions et de ne pas modifier l’aspect esthétique de ces œuvres ; s’agissant le plus souvent de peintures mates, à la colle ou à la caséine, certains traitements peuvent les rendre brillantes et modifier leur aspect.

8Mais ce travail d’inventaire et de restauration ne peut se concevoir que s’il a pour objectif la restitution au public. Étudier, documenter, conserver et restaurer ne sont pas une fin en soi ; l’objectif est de transmettre, de faire en sorte que la population se réapproprie ce patrimoine, de le léguer aux générations futures. S’agissant de décors éphémères, ne participant plus de la liturgie actuelle, la situation est complexe. Sur le principe il s’agirait plutôt de tendre, autant que faire se peut, à proposer des installations ponctuelles, dans le lieu pour lequel le décor a été conçu, accompagné d’un appareil explicatif, pédagogique, donnant à comprendre le sens de ces objets, leur usage, les rituels associés, les travaux de restauration effectués, mais hors de tout contexte liturgique, . On peut dans des cas très précis, si l’édifice s’y prête et que cela n’occasionne pas de gêne pour les pratiques cultuelles, mettre en place une présentation permanente. C’est le choix qui a été fait à Seguero (Catalogne). Mais, encore une fois, il faut que cette « muséographie », in situ, soit accompagnée d’un appareil didactique. Lorsque les conditions ne sont pas réunies pour son exposition dans l’église d’origine, on peut aussi envisager une présentation, après restauration, dans un musée, comme cela sera le cas pour le Sepolcru de San Damiano (Castagniccia, Corse) au musée de Corte (Corse).

9En fait, trois grands types de présentations s’offrent à nous. Premièrement, in situ, pour une période limitée dans le temps, hors de tout contexte liturgique ; deuxièmement, in situ, de façon permanente ; troisièmement, hors contexte, dans un musée.

10On peut naturellement proposer d’autres alternatives de valorisation, pas nécessairement incompatibles entres elles et complémentaires : une présentation dans le cadre d’expositions temporaires, locales ou interrégionales qui pourraient montrer de façon comparative les divers décors de ce type existant dans le pourtour méditerranéen. Au-delà de la présentation des œuvres, il convient d’envisager la mise en ligne, sur internet, des données recueillies à ce jour dans les divers territoires.

  • 2 Espira de Conflent, Finestret et Estoher.
  • 3 Installation effectuée sur la base des témoignages recueillis lors de l’enquête anthropologique et (...)
  • 4 Structure patrimoniale regroupant une vingtaine de communes, basée à Ille-sur-Têt (Pyrénées-orienta (...)
  • 5 CCRP : Centre de conservation et de restauration du patrimoine du Conseil général des Pyrénées-Orie (...)

11Dans les Pyrénées-Orientales, une première expérience de valorisation s’est tenue, en juin 2008, autour de trois Monuments, provenant de trois communes voisines2. Ceux-ci ont été installés in situ, aux emplacements initiaux3. Une journée de présentation publique a été organisée rassemblant des historiens, des historiens d’art, des conservateurs, des restaurateurs et des anthropologues ayant participé au projet. Chacun exposa l’origine des décors, les principes liturgiques, les recherches historiques, les témoignages oraux, les traitements de restauration. Cette opération a été l’occasion de recueillir de nouveaux témoignages sur les Monuments et les rituels du Jeudi saint auprès des habitants des villages et des paroissiens. Cette exposition qui s’est déroulée sur plusieurs semaines était accompagnée de panneaux explicatifs. Le Pays d’art et d’histoire de la Vallée de la Tet4, qui a collaboré à l’organisation avec le CCRP5, a organisé la visite des églises concernées ainsi qu’un cycle de conférences.

12En conclusion, pour prendre son essor, gagner en lisibilité, le projet sur les décors de la Semaine Sainte en méditerranée doit se structurer autour de quatre groupes de travail thématiques :

  • l’utilisation de bases de données communes avec échange, partage d’informations et mise en ligne sur un site internet dédié ;

  • une collaboration sur les approches et techniques de restauration utilisées, la connaissance des matériaux constitutifs et les dispositifs ;

  • les expériences de valorisation, avec la communication et la mise à disposition du contenu des expositions réalisées, ainsi que la publication de monographies locales ;

  • l’organisation d’une grande exposition regroupant des décors provenant des divers territoires.
    Ce programme ambitieux ne pourra se développer et trouver de nouveaux partenaires que s’il continue de s’appuyer sur une démarche pluridisciplinaire.

Notes

1 Josep PLA, Le cahier gris, un journal, éditions Jacqueline Chambon, Nîmes, 1992, pp. 429-430. Dans cet ouvrage, en date du jeudi 17 avril 1919, J. Pla nous narre sa visite au Monument de l’église Palafrugell, et le rituel de « matar els jueus » ; il y fait une analyse pertinente de cette cérémonie et de son aspect déjà désuet à l’époque.

2 Espira de Conflent, Finestret et Estoher.

3 Installation effectuée sur la base des témoignages recueillis lors de l’enquête anthropologique et en fonction de la structure des décors et de leur adaptation aux lieux.

4 Structure patrimoniale regroupant une vingtaine de communes, basée à Ille-sur-Têt (Pyrénées-orientales, France), qui organise des visites d’églises et des animations autour du patrimoine.

5 CCRP : Centre de conservation et de restauration du patrimoine du Conseil général des Pyrénées-Orientales, porteur du projet.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search