Version classiqueVersion mobile

Pouvoirs des familles, familles de pouvoir

 | 
Michel Bertrand

Familles et patrimoines

La famille catholique sous la IIIe République : modèle vécu et revendications politiques

Corinne Bonafoux

Texte intégral

1La réalité vécue de la famille n’obéit pas à une chronologie politique et les bornes qui ont été choisies ici se justifient plutôt par l’expression des revendications des familles dans la sphère publique. Les exemples retenus pour illustrer l’intériorisation et la transmission du modèle familial appartiennent à la deuxième moitié du XIXe siècle et aux premières décennies du XXe. Parmi ceux-là, la famille de Curières de Castelnau, originaire de l’Aveyron mais toulousaine par alliance, offre un cas particulièrement significatif.

2L’attachement à la famille dans les milieux catholiques de cette époque dépasse le sentiment affectif commun et fait référence à d’autres valeurs. A vrai dire, la famille est un des piliers centraux de la culture politique catholique traditionaliste. Les hommes de ce milieu ne croient pas en une bonté naturelle et récusent même toute vision rousseauiste aussi bien de la nature de l’homme que des méthodes éducatives. La famille constitue donc le lieu d’éducation premier et essentiel qui doit inculquer avant tout la foi et les qualités d’un bon chrétien et d’un honnête citoyen. Pour reprendre une de leurs images, l’enfant doit téter avec le lait maternel foi en Dieu et amour de la patrie. Les combats pour l’école libre ou la rechristianisation de la société ne font jamais faiblir la priorité donnée à la famille comme moyen irremplaçable de transmission. La famille constitue donc un milieu vivant familier qui se veut souvent l’illustration et la mise en œuvre de la morale chrétienne.

3Convaincus de l’importance fondamentale de la cellule familiale, la grande majorité des catholiques sous la IIIe République traduisent leurs aspirations en revendications politiques : aides aux familles nombreuses, hostilité au divorce et moins connu, vote familial que nous développerons au cours de cette communication.

La famille, une structure vécue

  • 1 Corinne Bonafoux-Verrax, A la droite de Dieu : la Fédération nationale catholique, 1954-19 (...)

4Edouard de Castelnau, né à Saint-Affrique en 1851, se marie avec sa petite cousine Marie Barthe de Mandegourg qui lui apporte en dot une propriété de 220 hectares à Montastruc-La Conseillère où il passe de nombreux étés et où il meurt en 1944. L’histoire a essentiellement retenu le rôle qu’il joua durant la Grande Guerre et surtout son initiative pour créer un vaste mouvement catholique. En effet, en 1924, il lance depuis Rodez un appel pour fédérer toutes les forces catholiques mobilisées à ce moment-là dans la lutte contre les projets anticléricaux du Cartel des gauches. Il crée la FNC qui deux ans plus tard regroupe quasiment deux millions d’hommes1. L’engagement du général de Castelnau en faveur de la famille est un fait bien connu, lui-même incarne aux yeux de ses contemporains la figure du père martyr. En effet, il perd trois de ses fils dès les premiers mois de la guerre en 1914. Chez cet ardent patriote et ce catholique très pratiquant, la famille constitue un pivot central qui donne sens à son engagement.

5Père de douze enfants, le général de Castelnau aime à répéter : « la famille, c’est la grande affaire de ma vie ». Lui-même a vécu enfant au sein d’une famille catholique élargie, entouré de ses parents, de ses frères et sœurs, de ses grands-parents et de ses trois oncles abbés. Il y subit les règles en usage mais il connut aussi la sollicitude d’un père particulièrement attentionné.

6Est-il possible de brosser un portrait plus intimiste de l’homme ? Certes, il n’a laissé ni journal ni mémoires, mais son abondante correspondance permet pourtant d’approcher cette personnalité au plus près. Une source est particulièrement riche, il s’agit des lettres envoyées par le général de Castelnau à son fils aîné Louis, qui vit à Rive-de-Gier. Pieusement conservées par celui-ci, elles constituent une série continue de lettres quasi hebdomadaires. Edouard de Castelnau s’y exprime librement et évoque souvent les affaires de sa vie publique, mais ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

  • 2 Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.
  • 3 Ethnologie française, XV, 1985, n° 1, p. 63-71. Ou encore sous la direction de Mireille Bo (...)

7Plusieurs travaux ont souligné l’intérêt essentiel de la correspondance pour pénétrer l’univers privé des familles, le livre de Rambert George, Chronique intime d’une famille de notables au XIXe siècle. Les Odoard de Mercurol2, la thèse de Caroline Chotard-Lioret sur La sociabilité en province : une correspondance privée entre 1870 et 1920 ou encore un de ses articles « Correspondre en 1900, le plus public des actes privés, ou la manière de gérer un réseau de parenté »3.

8Le général de Castelnau, aussi bien dans sa carrière d’officier que dans sa fonction de président de la FNC, apparaît comme un homme d’autorité et de décision. Or sa correspondance révèle surtout un homme différent de ce qu’on aurait pu imaginer, très attentif aux conseils de son fils, sollicitant lui-même ses avis et cogérant en quelque sorte les histoires familiales. Il est vrai que Louis, fils aîné marié mais sans descendance, joue le rôle d’un oncle très attentif à l’éducation et au devenir de ses nombreux neveux et nièces ainsi que celui d’autorité morale et de suppléant naturel au chef de famille.

  • 4 Non seulement Edouard de Castelnau consulte son fils aîné mais il organise de véritables c (...)

9Cette correspondance est d’autant plus intéressante qu’elle ne résulte pas d’un tri sélectif. Louis a conservé soigneusement toutes les lettres de son père, que ce soit sur les questions familiales ou politico-religieuses4. Certes il s’agit d’une famille très solidaire où le sort de chacun intéresse l’avis de tous : le mariage d’une des filles du général, Marie-Antoinette, est l’occasion de nombreuses lettres, le général mobilise ses réseaux de relations pour obtenir des renseignements sur l’éventuel fiancé. Est-il de bonne famille, saine, lui-même est-il un pratiquant régulier, etc.? Après la mort de sa femme en 1927, le général de Castelnau témoigne d’un chagrin inconsolable dont il fait la confidence à son fils sans lui cacher qu’il “s’engloutit dans le travail” pour surmonter l’épreuve.

  • 5 Ce modèle est encore largement prégnant durant l’entre-deux-guerres dans de larges couches (...)
  • 6 Extraite de Créer, cité par Castelnau lors de son discours à Sainte-Croix de Neuilly, nov. (...)

10Si personne dans la famille ne semble avoir jugé cette attention trop pesante5, c’est qu’elle s’accompagne aussi d’une authentique culture tribale et d’une admiration profonde pour la figure d’Edouard de Castelnau. Le cas de cette famille catholique illustre la réussite de la transmission des valeurs morales et religieuses sur de nombreuses générations. Nul doute que cette famille, dont il aime à répéter qu’elle constitue la grande affaire de sa vie, n’ait représenté pour lui une sorte de société chrétienne idéale en miniature. La famille répond à la fois à un idéal patriotique et religieux. Elle incarne donc, plus que toute autre valeur, la spécificité de la FNC et sa double foi patriotique et catholique. Le général de Castelnau reprend souvent, non sans malice, une phrase d’Edouard Herriot : « La nation n’est pas une collection d’individus juxtaposés, c’est un groupement de familles qui s’enchaînent. L’unité organique, ce n’est pas l’individu, c’est la famille »6.

  • 7 Discours du général de Castelnau à l’assemblée générale de 1930. Papiers privés de Casteln (...)

11La famille est aussi la manifestation de la loi divine « croissez et multipliez-vous » et le lieu de la transmission de la foi et de l’éducation chrétienne. La FNC s’appuie sur l’enseignement traditionnel de l’Eglise et à partir des années trente sur deux encycliques de Pie XI : celle du 31 décembre 1929 sur l’Education chrétienne de la jeunesse et celle du 31 décembre 1930 sur le Mariage chrétien. Si la famille est une préoccupation consubstantielle à la foi et à l’idéal de la FNC, on peut toutefois noter que c’est à partir de 1929 qu’elle en fait une priorité absolue7. La famille représente donc un enjeu essentiel, manifestation de l’obéissance à la loi divine, cellule fondamentale de la nation, mais aussi reproduction de la Sainte Famille.

  • 8 Conférence du T.R.P. Janvier le 3-5-1931, à l’occasion du centenaire de l’enseignement lib (...)
  • 9 Arguments longuement développés par le Comte Du Plessis de Grenedan, doyen de la Faculté c (...)
  • 10 Tel qu’on le trouve dans le code de 1917.
  • 11 Cité par Messner (Francis), « L’Eglise catholique et l’école publique en France », Le Supp (...)
  • 12 Ethic., VIII, ch. II, 12. Credo, juin 1931, p. 5.
  • 13 Bulletin de la Ligue des catholiques du Rouergue, n° 3, septembre 1925.

12La conception catholique de l’éducation repose sur le postulat fondamental que l’éducation des enfants appartient aux parents. L’aumônier de la FNC, le TRP Janvier affirme maintes fois que « les premiers maîtres, les premiers éducateurs des enfants sont les parents »8. Ce droit est tellement sacré, rappelle-t-il, que l’Eglise ne consent généralement pas à baptiser les enfants des « infidèles » contre la volonté de leurs parents. L’éducation relève de la responsabilité des parents à la fois selon la loi naturelle et le droit canonique9. Selon ce dernier10, les droits de l’Eglise sont premiers en raison de « sa paternité surnaturelle sur tous les hommes » mais les droits des parents précèdent ceux de l’Etat « car l’homme est un fils avant d’être un citoyen »11. Il y a donc emboîtement de deux légitimités juridiques, le droit divin et le droit naturel. C’est surtout sur ce dernier que le P. Janvier insiste, en s’appuyant sur saint Thomas. « La nature, dit saint Thomas, ne demande pas uniquement au père d’engendrer son fils, mais encore de le diriger, de le faire parvenir à l’état parfait qui convient à l’homme considéré comme tel »12. Il rappelle la tradition des Anciens pour lesquels, “l’éducation, c’est la génération continuée“. Le père n’est pas totalement père avant d’avoir gravé sa ressemblance spirituelle dans l’intelligence et le cœur de son rejeton. C’est donc un droit que la nature donne à l’homme, il est par là-même imprescriptible et inaliénable. Le général de Castelnau traduit ce principe dans un langage imagé : « L’Etat ne rougira pas si votre enfant mal élevé, est condamné à la prison, l’Etat ne pleure pas lorsque vous avez le malheur de les perdre, c’est donc à vous qu’appartiennent les enfants »13.

  • 14 Credo, janvier 1926, p. 12.
  • 15 Puisqu’il dispose que ce sont les parents qui contractent ensemble l’obligation de nourrir (...)

13Le général de Castelnau a lui-même appliqué ce précepte pour l’éducation de ses enfants, lui qui aime à dire : « Lorsque je me présenterai devant le Bon Dieu, il ne me demandera pas le nombre de mes étoiles mais quelle éducation j’ai donné à mes enfants ». Toutefois, la famille vit en société et dans l’Etat, dont l’intérêt est que l’enfant soit élevé en vue du bien commun temporel. Les droits de la famille et de l’Etat sur l’éducation des enfants peuvent-ils être antinomiques ? Le doyen de la faculté catholique de droit d’Angers qui écrit un article conséquent pour Credo répond par la négative : « Les droits de la famille sont antérieurs et exclusifs... ils priment et limitent tous les autres, et l’intérêt de la société, de l’Etat est par-dessus tout de les respecter... Il ne devra rien imposer, rien interdire à moins, à moins de nécessité manifeste pour le salut commun, la moralité publique, la sécurité des citoyens ou la sauvegarde des libertés »14. Si le cas des familles qui ne rempliraient pas leur devoir est évoqué, c’est de façon très allusive et très rapide, la question des mauvais parents n’est jamais abordée. Pour les publicistes de la FNC, l’enfant appartient aux parents et évidemment pas à l’Etat. Le juriste souligne d’ailleurs que le Code civil a gardé trace du droit naturel15.

  • 16 La semaine religieuse de Paris, 1er novembre 1930, p. 487.

14Sur la prééminence de la famille en matière d’éducation, la FNC ne se distingue pas de l’enseignement du magistère. L’archevêque de Paris, le cardinal Verdier, pose lui aussi la question : « à qui appartient l’enfant ? [...] De la réponse que nous ferons à cette question, dépend en grande partie la solution du problème scolaire »16. Il cherche à démontrer, s’appuyant toujours sur saint Thomas, que les parents exercent l’influence la plus profonde sur leurs enfants, il décrit cette « communauté de vie familiale, si intime, si continue, où l’intelligence, la volonté, le cœur, la sensibilité du père et de la mère s’impriment dans l’âme de leur fils par les paroles, les gestes, les exemples... ». Là encore la famille est toujours décrite lorsqu’elle remplit idéalement sa fonction mais en admettant qu’elle joue un rôle déterminant sur l’enfant, il en ressort automatiquement que l’enfant a de grandes chances de rester fidèle ou soumis, selon le regard que l’on porte, à l’univers social, culturel et religieux des parents. Si ce point n’est pas abordé, c’est sans doute pour ne pas renforcer ou même faciliter les critiques des adversaires, mais aussi parce que fondamentalement la transmission de la foi par des parents croyants rachète tous les autres manques possibles. Le déterminisme familial est une des composantes de cette culture catholique. C’est dans cette hypothèse de parents croyants que se situe l’Eglise pour disserter sur l’enseignement et en gardant toujours comme paradigme que la formation religieuse prime sur tout le reste.

15Toutefois, l’encyclique sur L’éducation chrétienne de la jeunesse, reproduite in extenso dans le numéro de Credo de février 1930 nuance quelque peu les prérogatives de la famille : « Elle [la famille] a pour cette raison une propriété de nature et, par suite, une propriété de droits, par rapport à la société civile. Néanmoins, la famille est une société imparfaite, parce qu’elle n’a pas en elle-même tous les moyens nécessaires pour atteindre sa perfection propre, tandis que la société civile est une société parfaite, car elle a en elle tous les moyens nécessaires à sa fin propre, qui est le bien commun temporel ».

16En conséquence, Pie XI conclut que l’éducation appartient à ces trois sociétés que sont la famille, la société civile et l’Eglise, à qui elle appartient de manière suréminente à titre surnaturel et par là même supérieur à tout autre ordre. Si l’Etat doit avant tout aider la famille et protéger l’Eglise dans leur mission éducatrice, il est légitime qu’il complète cette action au moyen d’écoles de son ressort. De façon générale l’encyclique est très soucieuse de définir les parts respectives de l’Eglise et de l’Etat et pas seulement de se concentrer sur les droits de l’Eglise. Ceci étant, le Saint-Père reste très ferme sur les consignes pratiques.

17La famille est à la fois une structure héritée, transmise, vécue dans le quotidien et aussi un modèle social théorisé débouchant sur des revendications politiques.

Les combats en faveur de la famille

  • 17 A Lille le 5 décembre 1920. Papiers Louis Guibal, Montpellier.
  • 18 Ibid.

18Le général s’engage dans la cause familiale avant même la création de la FNC. En 1920, il participe activement à la première session des Etats généraux de la famille où il lit la déclaration des droits de la famille devant trois mille pères de famille17. Cette déclaration décline neuf revendications : droits de se multiplier, d’éduquer, de posséder, de vivre de son travail, droit à la justice distributive, droit d’élire des mandataires… Le général se félicite que cette conception « commence à pénétrer dans les milieux dits dirigeants. Il s’y institue peu à peu, très timidement encore hélas, une politique de la famille... et c’est sur les droits de la famille, plus aisément admis, plus généralement reconnus aujourd’hui qu’hier, qu’il importe de prendre appui...»18.

19La FNC veut donc promouvoir et défendre les droits de la famille et tente d’obtenir du Parlement quelques lois en sa faveur sur la question de la succession, sur les allocations familiales et sur le vote familial.

20Le contexte de la dénatalité en France et le danger que font peser des régimes étrangers autoritaires et natalistes font de la famille un thème plus porteur. Les associations ayant pour vocation d’encourager la natalité ou d’aider la famille sont extrêmement nombreuses. Dans le monde catholique, les ACCF, Associations catholiques des chefs de familles nombreuses, sont parmi les plus importantes.

  • 19 Projet du Comité d’organisation de l’Union des familles nombreuses, 22 mai 1933, signé par (...)

21La FNC apporte son soutien à tous ces projets et montre un souci accru de la famille dans les années 1930. Sa collaboration avec les associations catholiques des chefs de famille est renforcée ; Jean Guiraud, leur président, est nommé membre du comité directeur de la FNC. L’association Radio-familles est créée sur l’impulsion de la FNC en 1926 et se donne pour but de veiller à la moralité des émissions de radio et d’obtenir des programmes familiaux. En 1933, la FNC veut créer une nouvelle association, l’Union des familles nombreuses de France. Cette association domiciliée à la même adresse que la FNC propose à tous les membres de famille nombreuse d’adhérer à l’Union qui pratiquera la préférence unioniste : à qualité égale, tout unioniste cherchera d’abord à faire travailler un autre unioniste. Les membres pourront prouver leur qualité par une carte avec photographie et par un insigne. Tous les membres se devront d’avoir un comportement exemplaire19.

  • 20 La Fédération a un mensuel intitulé Familles de France et La plus grande famille une revue (...)

22Cette association ne semble pas vraiment avoir existé autrement que sur le papier. Il est vrai que le terrain était déjà occupé par des organisations bien implantées, qui sans se vouloir confessionnelles, correspondaient en réalité aux souhaits des catholiques : la Fédération nationale des associations de familles nombreuses fondée en 1921, présidée par Georges Pernot ; La Plus Grande Famille créée durant la guerre, présidée par Duval-Arnould, a obtenu des avantages concrets, comme la réduction des impôts, celle des tarifs de chemins de fer ou des primes à la natalité20.

23Les préoccupations de la FNC concernant les familles nombreuses ont pu rencontrer un écho positif, dans le contexte des années 1930 qui connaissent un taux d’accroissement naturel négatif. Mais elle échoue, comme d’ailleurs La Plus Grande Famille, dans ses projets de vote familial. L’accord avec d’autres milieux reste limité car pour la FNC la famille ne peut être que chrétienne, indissoluble (hostilité totale au divorce) et nombreuse.

  • 21 Cité par Gauthier dans son rapport du 5 avril 1933 sur le vote familial. Papiers privés de (...)

24Le vote familial défendu par la FNC qui consiste à donner plus de voix au père de famille qu’au célibataire n’est pas une idée neuve. En 1850 Lamartine l’avait déjà réclamé : « L’homme marié et père de famille a des responsabilités, des solidarités, des gages dans l’ordre social bien supérieurs à ceux du célibataire, isolé, nomade, responsable de lui seul. La loi doit reconnaître cette vérité. Elle doit tenir compte du titre de chef de famille dans toutes les élections dont le régime républicain confère et multiplie les obligations pour tous les citoyens »21.

25La proposition de loi du député Jouvenel en 1871 n’obtint pas plus de succès. C’est une revendication que les familles nombreuses reprennent après la guerre, notamment le général de Castelnau devant les Etats généraux de la famille à Lille en 1920. En 1922, une pétition de pères de famille, en faveur du vote familial, recueille 8 000 signatures à Lille. La FNC appuie cette revendication sans en faire une priorité.

  • 22 Proposition déposée par Roulleaux-Dugage, Amidieu du Clos, Duval Arnould et 106 autres dép (...)
  • 23 Déposée par Pernot, Amidieu du Clos, Duval Arnould et 188 de leurs collègues.
  • 24 Remarques favorables de F. Buisson, du ministre de l’Intérieur Maunoury. Séance du 11 déce (...)

26Plusieurs propositions de loi ont été déposées au Parlement, celle de l’abbé Lemire en 1911, celle d’Henry Roulleaux-Dugage en 1916 et 1921, reprise par la proposition du 11 juillet 1932 de Georges Roulleaux-Dugage22 et par celle de Georges Pernot du 8 avril 193323. Les deux premières propositions diffèrent assez largement, l’abbé Lemire fonde la sienne sur le droit de la famille ; seule la famille légale compte, l’homme se voit adjoindre une voix supplémentaire s’il est marié et une autre voix s’il a plus de trois enfants mineurs. La proposition de Roulleaux-Dugage part de l’idée du suffrage universel, il demande le droit de vote pour les femmes et autant de voix supplémentaires que d’enfants mineurs vivant au foyer. Il propose en fait l’assimilation des droits politiques aux droits civils, les parents, la mère et le père se partageant le nombre de suffrages, votant à la place de leurs enfants mineurs. En cas de divorce, le père ou la mère exerce le droit des enfants dont il a la garde. Dans le contexte de la dénatalité, ces propositions rencontrent un écho plus favorable24. Les catholiques accueillent bien la proposition de Roulleaux-Dugage mais regrettent que les dispositions s’appliquent aussi bien aux ménages réguliers qu’irréguliers et que la notion de famille ne soit pas placée au centre de la proposition.

  • 25 Credo, avril 1933, reprend une note de 11 pages rédigée par Gauthier. Papiers privés de Ca (...)
  • 26 Credo, oct. 1934.

27La question du vote familial est exposée avec beaucoup de précisions par le mensuel de la FNC au printemps 193325. L’année suivante, Georges Pernot dépose une proposition à la Chambre qui reprend en partie le texte de l’abbé Lemire. Il expose ses arguments dans Credo : le père de famille a plus de responsabilités et est bien plus engagé dans l’avenir que le célibataire ; il est logique que le père de famille qui représente ses enfants dans la vie civile puisse le faire aussi dans la vie politique26.

  • 27 Papiers privés de Castelnau, « Doubles d’articles 1935 ».

28Au cours de sa réunion du 15 décembre 1935, le Comité Directeur de la FNC a défini sa position sur le vote familial et s’est décidé en faveur de la proposition de loi de Georges Pernot, ministre de la justice : une voix supplémentaire à tout électeur père de trois enfants non électeurs eux-mêmes, ce droit pouvant s’appliquer aussi aux veuves27.

  • 28 Il existe pour les femmes catholiques deux mouvements, la LPDF et la Ligue des femmes fran (...)
  • 29 Credo, juillet 1932.
  • 30 Rapport d’activité présenté par le général de Castelnau à l’AG de 1935. Papiers privés de (...)

29Mais la question du vote familial n’obère pas celle du vote des femmes assez largement soutenu à la FNC et à la Ligue patriotique des Françaises (LPDF)28. Au cours de débats sénatoriaux, François-Saint-Maur propose plusieurs solutions pour aller dans le sens du vote des femmes, se moquant au passage des vieux poncifs du sénateur Louis Tissier : vote pour les femmes inscrites au rôle des contributions ou bien vote limité dans un premier temps aux élections municipales ou encore vote du chef qui peut être une veuve29. Mais le général de Castelnau reste prudent : « Les avis sont tellement partagés dans nos milieux catholiques qu’il est très difficile de voir s’il est sage et opportun de préconiser une réforme ardemment soutenue par ce qu’on appelle les milieux féministes. »30

  • 31 Proposition du 24-1-1929. Jean Lerolle préside la Commission d’assurances et de prévoyance (...)

30Outre le problème de la succession et celui du vote familial, la FNC accorde beaucoup d’importance à la question des allocations familiales. Le numéro de Credo du mois de février 1932 en fait l’historique et souligne que les allocations familiales ont d’abord été instituées par l’Etat pour les fonctionnaires. La FNC est favorable aux allocations familiales obligatoires et à leur extension à toutes les catégories de travailleurs, ouvriers, petits commerçants, artisans et paysans. Des parlementaires catholiques, dont certains appartiennent à la mouvance FNC, ont joué un rôle non négligeable dans la préparation de la loi : Jean Lerolle, inscrit au groupe des Démocrates populaires est à l’origine d’une proposition de loi tendant à rendre les allocations familiales obligatoires pour tous les employeurs en utilisant les Caisses de compensation31. François-Saint-Maur, vice-président de la FNC, rapporteur de la loi au Sénat, aurait joué un rôle décisif pour l’adoption du projet de loi.

  • 32 Credo, juin 1934.
  • 33 La France catholique, 29-11-1938.

31La loi du 11 mars 1932 rend les allocations familiales obligatoires. François-Saint-Maur en fait pour les lecteurs de Credo un compte rendu très précis et aborde l’organisation des caisses de compensation32. C’est le second gouvernement Blum qui étend les allocations familiales à l’agriculture et le gouvernement Daladier qui lie les allocations au salaire. La FNC approuve sans réserve les décrets du 12 novembre 1938 relevant largement le montant des allocations familiales à 5 % du salaire moyen mensuel pour le 1er enfant, 10 % pour le 2ème, 15 % pour le 3ème et ainsi de suite. Elle regrette par contre que cette mesure s’applique seulement aux salariés du commerce et de l’industrie et non aux travailleurs du monde rural33.

  • 34 Dupâquier (Jacques), Fauve-Chamoux (Antoinette), « La famille », Jean-François Sirinelli e (...)

32La mobilisation de nombreuses associations catholiques, notamment la FNC, pour défendre les droits de la famille n’est qu’une illustration de plus d’un phénomène bien connu. Ce n’est pas un hasard si le troisième volume de l’Histoire des droites consacré aux sensibilités, s’ouvre sur un chapitre consacré à la famille34. La famille considérée comme cellule première et naturelle fondée sur le culte des ancêtres, la transmission des valeurs et des patrimoines, est connexe du patriotisme et des cultures politiques de droite.

33Dans l’entre-deux-guerres, la culture politique des catholiques conservateurs marque des permanences remarquables. Ils se battent sur de nombreux fronts, la natalité, les mœurs, les allocations familiales, le vote familial… Ils espèrent que la perception, par de nombreux contemporains, d’une crise à la fois démographique et morale, donne à des revendications déjà anciennes un écho nouveau.

Notes

1 Corinne Bonafoux-Verrax, A la droite de Dieu : la Fédération nationale catholique, 1954-1944, Paris, Fayard, 2004.

2 Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.

3 Ethnologie française, XV, 1985, n° 1, p. 63-71. Ou encore sous la direction de Mireille Bossis, La lettre à la croisée de l’individuel et du social, Paris, Ed. Kimé, 1994.

4 Non seulement Edouard de Castelnau consulte son fils aîné mais il organise de véritables conseils familiaux pour régler les affaires importantes de la famille.

5 Ce modèle est encore largement prégnant durant l’entre-deux-guerres dans de larges couches de la société française, notamment dans les familles nobiliaires.

6 Extraite de Créer, cité par Castelnau lors de son discours à Sainte-Croix de Neuilly, nov. 1935. Papiers privés de Castelnau.

7 Discours du général de Castelnau à l’assemblée générale de 1930. Papiers privés de Castelnau, « FNC » carton 1, série 2, dossier 6.

8 Conférence du T.R.P. Janvier le 3-5-1931, à l’occasion du centenaire de l’enseignement libre. Credo, juin 1931.

9 Arguments longuement développés par le Comte Du Plessis de Grenedan, doyen de la Faculté catholique de droit d’Angers dans Credo, janvier 1926.

10 Tel qu’on le trouve dans le code de 1917.

11 Cité par Messner (Francis), « L’Eglise catholique et l’école publique en France », Le Supplément, juillet 1992, p. 26.

12 Ethic., VIII, ch. II, 12. Credo, juin 1931, p. 5.

13 Bulletin de la Ligue des catholiques du Rouergue, n° 3, septembre 1925.

14 Credo, janvier 1926, p. 12.

15 Puisqu’il dispose que ce sont les parents qui contractent ensemble l’obligation de nourrir, entretenir et élever les enfants, Credo, janvier 1926, p. 13.

16 La semaine religieuse de Paris, 1er novembre 1930, p. 487.

17 A Lille le 5 décembre 1920. Papiers Louis Guibal, Montpellier.

18 Ibid.

19 Projet du Comité d’organisation de l’Union des familles nombreuses, 22 mai 1933, signé par le secrétaire provisoire, L. Dupuy. Papiers privés de Castelnau, « Copies 1933 ».

20 La Fédération a un mensuel intitulé Familles de France et La plus grande famille une revue du même nom.

21 Cité par Gauthier dans son rapport du 5 avril 1933 sur le vote familial. Papiers privés de Castelnau, « Copies 1933 ».

22 Proposition déposée par Roulleaux-Dugage, Amidieu du Clos, Duval Arnould et 106 autres députés.

23 Déposée par Pernot, Amidieu du Clos, Duval Arnould et 188 de leurs collègues.

24 Remarques favorables de F. Buisson, du ministre de l’Intérieur Maunoury. Séance du 11 décembre 1929, JO, p. 4020-4021-4025.

25 Credo, avril 1933, reprend une note de 11 pages rédigée par Gauthier. Papiers privés de Castelnau, « Copies 1933 ».

26 Credo, oct. 1934.

27 Papiers privés de Castelnau, « Doubles d’articles 1935 ».

28 Il existe pour les femmes catholiques deux mouvements, la LPDF et la Ligue des femmes françaises qui fusionnent en 1933 pour devenir la Ligue féminine d’Action catholique (LFAC).

29 Credo, juillet 1932.

30 Rapport d’activité présenté par le général de Castelnau à l’AG de 1935. Papiers privés de Castelnau, « Copies 1935 ».

31 Proposition du 24-1-1929. Jean Lerolle préside la Commission d’assurances et de prévoyance sociales.

32 Credo, juin 1934.

33 La France catholique, 29-11-1938.

34 Dupâquier (Jacques), Fauve-Chamoux (Antoinette), « La famille », Jean-François Sirinelli et al. (dir.), Histoire des droites en France, Paris, Gallimard, 1992, t. 3, p. 15-48.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search