Version classiqueVersion mobile

Pouvoirs des familles, familles de pouvoir

 | 
Michel Bertrand

Familles et patrimoines

Le patrimoine domestique dans une société en crise : familles de propriétaires dans la ville de Guanajuato à la fin de l’époque coloniale et au début de l’aire républicaine

María García Acosta

Texte intégral

1) Les propriétaires moyens

1Lorsque l’on s’intéresse à la famille, on est inévitablement appelé à réaliser des études sur de longues périodes, incluant des réalités historiques très différentes. En l’occurrence, nous nous intéresserons à la période qui va de la fin de l’époque coloniale jusqu’au début de l’aire républicaine. En tenant compte de la réalité sociale, il s’agira d’étudier les mécanismes qui engendrèrent les configurations sociales à partir desquelles se structurèrent les comportements patrimoniaux dans la ville de Guanajuato. Les groupes d’individus qui seront analysés constituent un groupe de familles propriétaires, qui ont en commun, outre la parenté et le lieu de résidence, des comportements économiques et une certaine conception du patrimoine. La notion de « famille propriétaire », réseau partiel à l’intérieur d’un large réseau social, est un outil d’analyse pouvant être utilisé dans l’étude de groupes aux configurations homogènes, comme la société minière de Guanajuato.

  • 1 Romano (Ruggiero) et Carmagnani (Marcelo), « Componentes sociales », in Marcelo Carmagnani (...)
  • 2 Cité par Michael P. Costeloe, La primera república federal de México (1824-1835), Mexico, (...)
  • 3 Serrano (José Antonio), Votos, contribuciones y milicias en Guanajuato, 1810-1836, thèse d (...)
  • 4 Langue (Fr.) et Salazar y Soler (C.), Diccionario de términos mineros para la América Espa (...)

2Les familles ayant accédé à la propriété à Guanajuato étaient celles d’industriels de la mine, d’hommes d’affaires intéressés dans la vente du minerai d’argent, de propriétaires d’immeubles et de commerçants. Soulignons dores et déjà que l’idée répandue selon laquelle la bipolarité aurait été la principale caractéristique de la société coloniale – elle n’aurait été composée que de deux catégories sociales, celle des très riches et celle des déshérités – sera ici remise en cause. Romano et Carmagnani affirment que les sociétés américaines de la première moitié du XIXe siècle voient surgir une série de figures intermédiaires qui assurent le passage entre la société de classes et la société de notables1. Ces acteurs sociaux se situent au centre de la pyramide socio-économique et existaient déjà dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais ce n’est qu’au cours de la première moitié du XIXe qu’on assiste à de nouvelles interactions sociales. Les classes privilégiées considèrent alors qu’il est nécessaire d’ouvrir la voie à une nouvelle forme de collaboration sociale plus large tout en conservant la hiérarchie établie. C’est dans ce contexte que l’on voit surgir un concept nouveau, celui de « propriétaire » inhérent à une frange sociale en voie d’intégration. Un journal mexicain rapporte vers 1830 que l’on appelle « propriétaires ceux qui possèdent des biens-fonds… les juristes, les greffiers, les militaires, les hommes de lettres, les fabricants et les banquiers, les commerçants, les agents de change, les artistes et autres personnes soumises à l’impôt personnel et indirect… »2. Mais Serrano a élaboré d’autres catégories d’analyse qu’il applique aux classes moyennes et aux classes hautes, possédant des biens, de la province de Guanajuato3. Il affirme que ce secteur de la société se composait d’hacendados petits et moyens, de rancheros prospères, de maîtres artisans et de commerçants. Ceux-ci maintenaient entre eux des liens commerciaux et familiaux et occupaient des postes au sein du gouvernement local. Cette définition demeure pertinente pour la province de Guanajuato, mais pas pour la capitale provinciale. Là, les groupes sociaux constituant la classe moyenne étaient composés de sujets se consacrant essentiellement à l’industrie minière sous forme de petites entreprises artisanales (zangarro4), à l’investissement immobilier (acquisition et location de maisons d’habitation) et pour certains au commerce. La notion de « propriétaire », telle qu’elle a été définie plus haut selon les critères de l’époque, convient parfaitement à la désignation de ces acteurs sociaux.

3A Guanajuato, à la fin de la période coloniale et au début de l’indépendance, le capital domestique, ainsi que les transactions et interactions qui sont effectuées à partir de celui-ci, étaient soumises aux intérêts d’un réseau social étendu. Celui-ci était constitué de parents et de voisins entretenant entre eux des relations de nature économique. Mais à ce tissu relationnel se raccrocha un ensemble de liens constitué par des contacts plus individualisés et de caractère plus corporatif. Ceux-ci étaient en rapport avec les nouvelles formes de société ou les compagnies commerciales apparues avec l’arrivée de capitaux d’investisseurs étrangers, lesquelles modifièrent quelque peu les relations économiques. En particulier, l’entreprise familiale, sous sa forme traditionnelle, cessa d’être la clé de voûte des opérations de crédit.

4Nous partons donc d’un groupe d’individus qui appartient à un groupe de familles propriétaires ayant en commun certains comportements économiques. Afin de percevoir leurs attitudes, en tant que propriétaires de biens-fonds, et analyser la nature de leurs investissements (en particulier lorsque, dans les années 20 du XIXe, surgissent de nouvelles voies d’investissement), il est nécessaire de les isoler du reste de la structure sociale. En matière de gestion d’entreprise, ce groupe de propriétaires avait des pratiques fondées sur les relations patriarcales et de parenté telles qu’elles existaient à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les modes d’association et les affaires se réalisaient en fonction d’un réseau relationnel de type familial. Ce type de pratiques disparut après la guerre. Dès lors, le développement des sociétés modernes ou compagnies commerciales, au sein desquelles l’argent des uns et des autres avait la même valeur et les sociétaires étaient unis par une signature, favorisa les relations impersonnelles. L’argent et le crédit étaient principalement accordés par des capitalistes anglais, lesquels ne connaissaient pas leurs créditeurs de Guanajuato. L’ensemble de ces relations avait pour base la propriété privée et l’individu devint alors un sujet anonyme représentant certains intérêts privés (éventuellement familiaux), ce qui était jadis inconcevable.

5Au sein de la société minière de Guanajuato, nous nous intéresserons aux sujets, propriétaires d’un capital et de revenus réguliers, ayant une activité industrielle (industriels de la mine s’occupant du traitement du minerai d’argent) ou commerçante. Les archives notariales, et en particulier les registres testamentaires, nous livrent les données nécessaires à l’estimation de la taille de leur patrimoine et nous révèlent la nature de leurs propriétés et les transactions qu’ils effectuaient. Ces données permettent de différencier trois types de familles : les familles fortunées, celles jouissant de revenus moyens et enfin celles disposant de peu de ressources et ayant des dettes.

POURCENTAGE DES MONTANTS DES PATRIMOINES DES PROPRIÉTAIRES DE GUANAJUATO, 1790-1840

POURCENTAGE DES MONTANTS DES PATRIMOINES DES PROPRIÉTAIRES DE GUANAJUATO, 1790-1840

2) Les fortunes en crise : les effets et les réactions face à la guerre

  • 5 Pública Vindicación del Ilustre Ayuntamiento de Santa Fe de Guanajuato, Mexico, Imprenta d (...)
  • 6 Archivo Histórico de Guanajuato (désormais AHG), Insurgencia, événements du 28 septembre 1 (...)

6Quand l’insurrection de 1810 éclata, le Bajío connut toutes les horreurs de la guerre civile. Au début, les Créoles et les Indiens s’unirent, formant un front commun contre l’État colonial. Les Péninsulaires et leurs propriétés étaient considérés comme des prises légitimes destinées au butin populaire. Villes, haciendas et mines furent pillées et détruites par les belligérants des deux camps. Dans la ville de Guanajuato, les désordres et les destructions furent atroces. Les autorités créoles déclarèrent, deux mois après l’insurrection, que : « les maisons, les magasins et le moindre lieu furent saccagés et pillés par les insurgés et la plèbe révoltée […] les haciendas les mieux loties avec leurs richesses et leurs outils, leurs mules et leurs bêtes de trait furent les prises les plus appréciées, ceux qui commettaient ces larcins étaient insatiables [...] Qui échappa à un tel malheur ? Nous, les Créoles avons subi les ravages de ces atrocités. Les Européens étaient nos pères, ils étaient mariés avec nos filles ou avec nos sœurs, ils étaient nos amis et nous avions avec eux des relations commerciales et nos intérêts et fortunes étaient mêlés aux leurs et dépendaient même complètement d’eux »5. Tel est le tableau que dépeignent les chroniqueurs et les témoins des événements qui assurent que le jour où éclata l’insurrection et au cours des jours suivants, plus de trois cents Espagnols péninsulaires ont été tués dans la halle au blé de Granaditas et dans les rues de Guanajuato6.

  • 7 Harold Sims, La expulsión de los españoles en México, Mexico, Fondo de Cultura Económica, (...)
  • 8 Klein (Herbert S.), « La estructura demográfica de la ciudad de México en 1811 : un estudi (...)

7Nous ignorons quel était le nombre exact d’Espagnols demeurant à Guanajuato en 1810. Le recensement de 1792 en dénombre trois cent quatorze. Mais l’affluence d’émigrants provenant de la Péninsule ibérique entre 1792 et 1810 et des municipalités limitrophes en 1828 explique que, vers 1830, on trouve encore dans cette ville une centaine de Péninsulaires7. En tout cas, avant les événements de 1810, ces derniers jouaient un rôle clé dans la vie locale : 24 sur 100 étaient des commerçants importants. Ils étaient sûrement liés aux grandes familles locales par des liens de parenté et leur attachement au pays était dû tout autant à leurs intérêts économiques qu’aux liens qu’ils y avaient tissé et à la famille qu’ils y avaient fondée. Pour la première fois, la ville de Guanajuato eut à souffrir de la mobilité démographique : l’émigration remplaça l’immigration qui avait été l’un des facteurs constants dans la structure de sa population. Certes, l’arrivée d’immigrants provenant de la Péninsule ibérique avait constitué un important réservoir démographique. A ceux-ci s’étaient ajoutées des masses de paysans des basses terres qui venaient chercher refuge dans les faubourgs miniers de la ville, suite aux mauvaises récoltes (gelées, sècheresses, fléaux). Toutefois, pendant ces années de crise, le manque de travail dans les mines, les levées de soldats, la guerre puis les épidémies causèrent la perte de la moitié de la population d’une ville qui était l’une des plus importantes des territoires coloniaux de l’Espagne. Guanajuato avec ses 70 000 habitants au cours de la première décennie du XIXe siècle avait une population qui équivalait à 62 % de celle de Mexico, capitale de la Nouvelle Espagne, puisque celle-ci comptait 113 000 personnes à cette époque-là8. Ce pourcentage se trouva réduit de moitié durant la période allant de 1810 à 1825.

  • 9 Il est difficile de rendre compte de l’ethnie des testateurs. Ceux qui s’autoproclament es (...)
  • 10 Pública Vindicación..., op. cit, p. 14-15.
  • 11 Pública Vindicación..., op. cit, p. 22-23.

8Les registres de la période que nous considérons ici comme celle de la crise, 1810-1825, évoquent les problèmes que les habitants de Guanajuato, créoles, péninsulaires et métis9, rencontrèrent alors dans la gestion de leurs capitaux. Les Péninsulaires, en compagnie de quelques Créoles, s’enfermèrent dans l’entrepôt destiné à la conservation du maïs. Ainsi retranchés, ayant pour leur maintenance des vivres qu’ils avaient réussi à tirer des autres magasins et des entrepôts de la ville, ils laissèrent le reste de la population dépourvu de tout. Ils contrôlaient l’argent des caisses royales, celui du conseil municipal, les recettes des impôts miniers, la rente du tabac et du courrier ce qui, au total, s’élevait à 312 000 pesos ce mois-là et de surcroît 309 barres d’argent ainsi que les revenus de quelques riches habitants10. Lors de l’insurrection, l’ensemble des richesses qu’ils avaient accumulées et des capitaux qu’ils avaient concentrés alla aux rebelles. En effet, la première nuit et les suivantes, les rebelles s’emparèrent non seulement « des nombreuses richesses de sa Majesté, de celles de la ville et des particuliers dont une grande partie, argent, bijoux, argent ouvragé et pièces précieuses, était enfermé en ce lieu »11, mais encore de l’ensemble des biens de ceux qui ne s’étaient pas réfugiés dans la l’entrepôt de Granaditas, croyant pour certains que les événements étaient moins graves qu’il n’y paraissait.

  • 12 AHG, Cabildo, Testament de don Fernando Mazorra de la Concha, livre 1812, folios 57-58.
  • 13 Il fut fusillé après avoir été retenu deux mois en prison par les troupes d’Hidalgo.

9Naturellement, il est impossible de savoir quel fut le nombre exact de patrimoines ayant souffert des dommages. On ne dispose de données que dans quatre cas, trois haciendas et une petite entreprise minière (zangarro) qui furent ruinées. La capacité financière de certaines familles s’en trouva affectée, en dépit des mesures que les industriels fortunés de la mine à Guanajuato avaient pris avant, pendant et après l’assaut de la ville. La veille de la rébellion, alors que certains commençaient déjà à se réfugier dans la halle de Granaditas avec leur famille et leurs biens, d’autres prirent la précaution d’enterrer leurs richesses plusieurs mètres sous terre12. D’autres encore les remirent au sacristain de la paroisse, qui les conserva dans un endroit secret de l’église. Celle-ci fut, semble-t-il, une forteresse bien meilleure que celle que choisirent ceux qui emportèrent leurs fortunes avec eux, dans la halle13.

  • 14 AHG, Cabildo, testament de don Luis González de Miera, livre 1810, folio 282.
  • 15 Membre de la commission patriotique que dirigea Hidalgo aux Etats-Unis.
  • 16 AHG, Cabildo, Testament de don Luis González de Miera, livre 1810, folio 283.

10D’autres mécanismes de protection furent simultanément activés. Don Luis González de Miera fit son testament en octobre 1810, juste au moment où les insurgés prirent la ville. Ce riche industriel minier, né à Santander, y désignait, comme lui appartenant, l’ensemble des matériaux qui se trouvaient dans l’hacienda métallurgique de San Ignacio, lesquels, disait-il, « par ordre de Son Excellence Monsieur le Lieutenant Général d’Amérique Don Ignacio de Allende, ne peuvent faire l’objet d’une saisie ; et autant de meubles, bijoux et argent ouvragé se trouvant dans ma demeure […] également protégés par un ordre formel émanant de Monsieur le Capitaine Général Miguel Hidalgo »14. Allende et Hidalgo étaient des chefs du mouvement insurrectionnel, lesquels s’emparèrent des principales charges de gouvernement lors des événements. Il est clair que Don Luis était un péninsulaire, allié des insurgés, qui le respectaient et qui les repectait lui-même, car il reconnaissait leurs chefs comme autorités légitimes. Il faut signaler que la protection dont jouissait don Luis le 14 octobre 1810, date à laquelle il fit son testament, n’était pas la même quelques jours plus tôt. Le 28 septembre les émeutes éclatèrent et les troupes d’insurgés attaquèrent les commerces de la place principale, parmi lesquels le magasin de cet Espagnol, ce qui occasionna pour lui des pertes d’une valeur de 45 000 pesos. Il est intéressant de constater que don Luis, bien qu’il ait été victime du pillage, ne s’opposa pas au mouvement insurrectionnel. La raison de cette attitude était le rapport d’amitié et de parenté politique qui le liait aux frères Aldama, dont l’un était lieutenant général des forces insurgées. Il entretenait, en outre, des rapports de type commercial avec l’avocat Juan Aldama, frère de celui-ci15. D’ailleurs, certaines des marchandises qui lui avaient été envoyées par ce dernier périrent dans l’un des entrepôts, lors du pillage16. Les frères Aldama étaient des Créoles de la première génération. Ils habitaient près de San Miguel Allende et entretenaient d’étroits rapports avec d’autres Créoles de Guanajuato, mais aussi avec des Péninsulaires comme don Luis González. Ce cas permet de nuancer la version la plus courante des faits, à savoir que seuls les gachupines (Espagnols) furent touchés par les attaques.

  • 17 Mémoire présenté par le Gouverneur de l’État de Guanajuato…, 1826, p. 23.

11Le tableau général que présentait l’économie locale vers 1825 n’était guère encourageant. Pendant la guerre, la plupart des propriétés furent attaquées, réquisitionnées et pillées ; les exploitations rurales et les petites entreprises consacrées au traitement du minerai d’argent (les unes et les autres étaient appelées haciendas) se virent affectées, d’une part, par le manque de main d’œuvre en raison du recrutement massif effectué par les armées des deux camps et, d’autre part, par l’insécurité des voies de communication qui entravait la circulation des produits et leur mise en vente sur les marchés. En 1826, le gouverneur de l’État parlait du désert inhabité qu’était devenu le Bajío, si fertile autrefois : les haciendas brûlées, leurs habitants réfugiés dans les villages environnants ou ayant pris la fuite vers les montagnes, les bêtes de labour et les capitaux monétaires perdus. Il soulignait que, dans les mines, l’activité commençait à peine à reprendre, et que les laboureurs fondaient leurs espoirs dans cette reprise, qu’ils croyaient favorable à la relance de la vente des céréales17.

  • 18 AHG, Cabildo, Testament de don Rafael Colón de Sarreategui, livre 1829, folio 272.

12Toutefois, ladite reprise devait se heurter à de nombreuses difficultés, car les situations de faillite économique furent nombreuses. De plus, les haciendas et les mines ne produisant plus de revenus, car la production avait été arrêtée, il était impossible à leurs propriétaires de payer les hypothèques qui grévaient leurs propriétés, leurs maisons, leurs mines et leurs haciendas de traitement du minerai d’argent. De ce fait, leurs dettes ne firent que s’accroître. Don Rafael Colón de Larreategui déclarait « les intérêts venus à échéance de chapellenies depuis l’année mil huit cent dix [… .] où en plus on me vola 1 700 mules […] après mille efforts on ne put en récupérer que 60 qui furent volées une seconde fois »18. Une fois la guerre finie, les bénéficiaires des intérêts des hypothèques (des institutions ecclésiastiques en majorité) exigèrent le paiement de leurs revenus, certaines ne les ayant pas perçus pendant les dix années précédentes. Dans les cas où le paiement ne put se faire faute de liquidités, des propriétés furent vendues afin d’honorer la dette.

  • 19 AHG, Cabildo, Testament de don José Mariano de Robles y Lorenzana, livre 1822, folio 79.
  • 20 Brading (David), Mineros y comerciantes en el México borbónico 1763-1809, Mexico, Fondo de (...)

13Les membres de l’élite de Guanajuato qui apparaissent comme des investisseurs dans les années 1820 appartiennent essentiellement aux familles Obregón (les Pérez Gálvez et les Rul étaient liés à celle-ci par des alliances matrimoniales), Otero et Godoy. Leurs investissements s’orientent vers la vente de terres dans les hauts plateaux mexicains, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’ils abandonnent l’exploitation des mines. Mais que deviennent ceux dont le niveau de richesse était moins élevé ? Certains testaments révèlent la disparition totale de certaines fortunes familiales lors de l’insurrection et témoignent de l’état de récession économique que connut le pays. Par exemple, en 1822, don José María de Robles y Lorenzana déclare qu’il a perdu une bonne partie de sa fortune pendant la révolution de 1810 et ce qui lui restait a été dépensé dans l’entretien de sa famille. « En effet, aujourd’hui mes revenus se trouvent passablement diminués à cause des pertes évoquées, des innombrables sacrifices et du manque de ressources dont j’ai souffert durant cette époque désastreuse » affirmait-il19. Les études de Brading montrent que le massacre sans discrimination de commerçants espagnols, bailleurs de fonds qui investissaient leurs capitaux dans la branche minière, est, en partie, la cause du manque de liquidités dans l’exploitation minière et du déclin des grands capitaux de la Nouvelle Espagne20. A ceci il faut ajouter la désorganisation des réseaux commerciaux internes et l’interruption du commerce transatlantique. Manquant de main-d’œuvre et de capitaux à investir, le pays tout entier et, en particulier, la région de Guanajuato qui fut le centre de la lutte pour l’Indépendance, connurent un état d’instabilité permanent pendant de longues années.

  • 21 AHG, Cabildo, Testament de doña María Josefa Mauricia González, 1835, folio 524-525.

14On considéra longtemps que les pertes subies par les capitaux familiaux furent causées par les vols et les pillages des troupes insurgées. Toutefois, si l’on explore attentivement la documentation, on constate que quelques décennies après l’insurrection, une fois le gouvernement indépendant totalement établi, des plaintes allant dans un tout autre sens se font entendre. En effet, celles-ci apparaissent au cours de la troisième décennie du XIXe siècle et concernent l’action des armées royalistes. Doña María Josefa Mauricia González déclare que trois de ses enfants « furent fusillés, lors de la tyrannie espagnole, parce qu’ils avaient sauvé la vie de leur père qui fut l’un des premiers à servir la patrie et à lutter pour l’indépendance de la nation… ». En ce qui concerne ses biens, elle explique que « ceux-ci, à cause des persécutions qu’endura la famille avec le gouvernement espagnol, se réduisirent au point qu’il ne reste que ceux que son mari laissa au moment de sa mort »21. Il est clair que les foyers de Guanajuato, d’une façon ou d’une autre, souffrirent des exactions des groupes armés en conflit et de la situation de paralysie économique dans laquelle fut plongé le pays. Après la guerre, on constate en effet l’absence de patrimoines modestes, mais aussi de grandes fortunes, ce qui est probablement le reflet d’une société appauvrie où les familles riches connurent des revers de fortune et rejoignirent la classe moyenne, alors que les fortunes modestes disparurent, se diluant dans la masse des pauvres.

3) La reprise : anciennes activités et nouvelles stratégies pour faire face au déclin

a) Famille et dots : fragmentation économique et changements dans la représentation de prestige ?

  • 22 Cas exceptionnel que celui de don Antonio del Mazo, régisseur de la ville en 1804 qui pouv (...)
  • 23 AHG, Cabildo, Écritures de dots et donations de maris, années 1700 à 1810.

15Un aspect du capital familial auquel il convient de s’intéresser, ce sont les dots et les donations effectuées au cours de la période d’essor, car on perçoit ainsi le dynamisme économique qui anima cette période. Ainsi, pour ce qui est des dots, nous en avons identifié dix-huit entre 1790 et 1810 ; leur montant va de 300 à 11 500 pesos, à l’exception d’une qui s’élève à 41 000 pesos. Quant aux donations effectuées par les chefs de famille, les montants se situent en général entre 100 et 30 000 pesos. Toutefois, celles effectuées par les riches propriétaires de mines et les commerçants peuvent atteindre les 50 000, voire même les 80 000 pesos22. Les donations des maris sont, à cette même époque, assez faibles : on peut observer que par rapport aux dots reçues 70 % des maris faisaient une donation mais qu’en réalité 40 % seulement apportaient la somme initialement proposée. Dans 30 % des cas, au moment de célébrer le mariage, les donations n’étaient pas encore intégrées dans leurs fortunes23.

16Pour les années 1810 à 1825, la précarité se manifeste dans les petites dots et les donations : dix dots seulement sont mentionnées pendant ces quinze années, la plus basse est d’à peine 280 pesos et la plus haute de 27 000, face à un seul cas de donation de 9 000 pesos. Les patrimoines légués sont tout aussi modestes. Le plus élevé est de 90 000 pesos, mais ceux qui suivent s’élèvent à peine à quelques milliers de pesos. Il est possible qu’il existe de grandes fortunes mais elles n’ont pas été identifiées jusqu’à maintenant. Le contraste avec la période précédente est clair : il y avait alors de nombreux capitaux de 10 000 et de 50 000 pesos tandis que d’autres atteignaient les 500 000 pesos. Pour les décennies suivantes, de 1825 à 1840, on ne localise que trois actes de donation, tandis que les testaments manifestent que dix-sept dots furent concédées ou reçues. La moyenne de celles-ci, qui était de 2 900 pesos, avait baissé par rapport à la première et la seconde période qui enregistrèrent 6 000 pesos chacune. Les donations des maris, de leur côté, suivirent la même évolution. On voit donc clairement que ces capitaux reflètent un repli de l’économie familiale comme conséquence des processus de changement que connaissait la société mexicaine.

  • 24 Gonzalbo (Pilar), « Dotes y vida familiar en la Nueva España », Gonzalbo (Pilar) et Rabell (...)

17En Nouvelle Espagne, la dot fut touchée par appauvrissement progressif tout au long du XVIIIe. Au XIXe siècle, on voit disparaître peu à peu les petites dots, alors que les plus élevées demeurent. Selon Gonzalbo, ce phénomène est une facette du processus de distinction croissante entre les deux groupes sociaux aux caractéristiques économiques les plus opposées24 : les riches et ceux qui sont sans ressources. On voit disparaître les registres de petits actes dotaux et on voit augmenter les capitaux et les quantités des dots du secteur privilégié. Parallèlement, on voit s’accroître le nombre des pauvres et se restreindre le groupe des riches. Apparemment, le cas de Guanajuato est identique à celui de Mexico. Dans la capitale, au XIXe siècle, on trouve en général moins de dots qu’au siècle antérieur. Celles de faible quantité sont pratiquement absentes, tandis que les plus élevées constituent la majorité de celles qui ont pu être localisées.

18De 1810 à 1840, à Guanajuato comme ailleurs, les montants des dots sont en baisse et leur composition change. Celles composées de biens de production tels que du bétail, des maisons et des terrains sont de plus en plus rares ; tandis que celles comprenant de l’argent liquide, un trousseau et des objets à usage domestique ne font qu’augmenter. Certes l’argent liquide pouvait devenir productif, mais, contrairement aux biens de production comme les haciendas et les terres, il ne soumettait pas les membres de la famille à des engagements impliquant des choix de vie ou des choix professionnels. Peut-être ce changement est-il lié à un relâchement ou à une fissure situés aux frontières de l’ordre social et du contrôle intra-familial. Les rapports de soumission entre les générations nouvelles et les anciens, émanant du système patriarcal, se seraient estompés, laissant place à une confrontation plus directe entre hommes et femmes. Mais ceci n’est qu’une hypothèse. Ce que l’on peut toutefois affirmer c’est que la disparition des objets à caractère somptuaire (parures de bijoux et vêtements), habituellement compris dans les dots au XVIIIe, n’est pas uniquement le fait d’une société économiquement appauvrie, c’est aussi le produit de mutations culturelles concernant les signes de l’appartenance sociale. Jusqu’en 1810 environ, à Guanajuato, le trousseau revêtait une valeur symbolique (parfois même économique) supérieure à celle de la dot. Bijoux, vêtements et meubles étaient plus prisés que l’argent, car ils révélaient le statut socioculturel de la famille, ainsi que son appartenance à un groupe détenteur de capital et surtout de prestige social.

  • 25 Nazzari (Muriel), « Composición y transformación de la dote en Sao Paulo, 1660-1870 », Gon (...)
  • 26 Nazzari (Muriel), « Composición y transformación de la dote... », art. cit.

19L’évolution du comportement dotal à Guanajuato peut être mis en relation avec certains phénomènes semblables que l’on rencontre au Brésil25. Muriel Nazzari montre à quel point les changements enregistrés au cours du XVIIIe siècle affectent la dot brésilienne, dont la composition varie au cours du XIXe siècle. Tout comme à Guanajuato, les biens de production (terres agricoles et outils de travail) et les biens somptuaires se font rares, alors que les biens de consommation vont en augmentant. Ceci va de pair avec une diminution de la pratique dotale elle-même, qui finit par disparaître à la fin du XIXe siècle26. Selon Nazzari, les changements qui interviennent dans la nature de la dot, initialement composée de biens de production puis progressivement de biens de consommation, sont à mettre en rapport avec les mutations que la famille elle-même connaît dans ses fonctions. Celle-ci cesse d’être une unité de production et devient une unité de consommation, ce qui suppose une diminution du pouvoir patriarcal sur les enfants adultes. Cela n’est pas sans lien avec l’émergence du concept d’individu et l’affaiblissement du modèle de la famille patriarcale. Toutefois, contrairement à Guanajuato, à São Paulo l’usage du trousseau disparaît progressivement au cours du XIXe siècle. Peut-être devrait-on considérer les aspects qui traduisent la différence de ces régions et leurs sociétés, l’une minière et l’autre consacrée à l’élevage.

  • 27 Hunefeldt (Christine), « Las dotes en manos limeñas », Gonzalbo (Pilar) et Rabell (Cecilia (...)

20Des études sur Lima montrent une réalité différente de celle que nous avons rencontrée au Brésil et en Nouvelle Espagne. Là, les dots dont la valeur est élevée sont rares mais existent. Les premières à disparaître, au XIXe siècle, sont précisément celles de l’élite sociale. Selon Hunefeldt, les conditions politiques et économiques qui ont suivi la période du mouvement d’Indépendance ont pu en être la cause27. La question est de savoir pourquoi on ne retrouve pas ce même phénomène dans les autres pays étudiés. Qu’est-ce qui explique que des conjonctures socio-politiques donnent naissance à des pratiques aux évolutions différentes, même si les processus d’indépendance dans ces trois pays furent distincts et que leurs effets, peut-être, le furent aussi ?

21De toute façon, la persistance des grosses dots en Nouvelle Espagne et à Guanajuato permet de supposer que les rapports entre parents et enfants dans les élites ne connurent pas un changement caractérisé par une augmentation de l’individualité. De fait, des études sur les familles patronales de la période républicaine mexicaine montrent comment effectivement la dot a continué d’agir comme un mécanisme contribuant à la consolidation des grandes fortunes, même au XIXe siècle. Le changement apparaît dans la diminution des capitaux et non pas dans la pratique dotale elle-même (qui s’est maintenue au sein de l’élite). Les patrimoines qui se sont le plus réduits finirent par faire partie d’un secteur moyen dans lequel la pratique dotale n’était ni fréquente ni abondante, ce secteur moyen étant peut-être celui où surgirent les premières manifestations d’un comportement plus individuel et moins lié aux intérêts familiaux. En effet, les classes moyennes montrèrent apparemment peu d’intérêt pour la dotation et quand elles y eurent recours, elles constituèrent des dots en argent ce qui révéle certaines mutations quant à la conception d’appartenance sociale.

b) Le monde des femmes : les veuves, leurs legs et leurs stratégies d’investissement

  • 28 Gonzalbo (Pilar), Familia y orden colonial, El Colegio de México, CEH, 1998, p. 279.
  • 29 Klein (Herbert S.), « La estructura demográfica de la ciudad de México en 1811 : un estudi (...)
  • 30 AHG, Cabildo, Testament de doña Ignacia Perfecta Cervantes, livre 1807, folios 199-209.

22Entre 1790 et 1810, à Guanajuato, les veuves (qui sont trois fois plus nombreuses que les veufs) représentent 41,2 % des femmes ayant rédigé un testament. A Mexico, la situation est semblable ; elle a été analysée par Pilar Gonzalbo, pour la fin du XVIIIe siècle28. A ce sujet, Klein constate qu’en 1811, à Mexico, le statut socio-économique des veuves déterminait leurs possibilités de remariage, les plus fortunées trouvant plus aisément un époux que les autres29. En outre, le patrimoine de près de la moitié des veuves de Guanajuato était constitué de biens productifs : haciendas, actions, maisons en location, magasins. D’autres, moins fortunées, possédaient essentiellement la maison qu’elles habitaient, des objets à usage domestique et leur trousseau. Une dernière catégorie, représentant 14 % des femmes identifiées, n’énonçait pas dans son testament le détail des biens possédés. En tout cas, toutes étaient propriétaires de biens pouvant être transmis, les veuves étant probablement la seule partie de la population féminine à posséder un capital. Mais celles que l’on voit vendre ou hypothéquer quelque propriété ne sont pas majoritaires ; il semble que les veuves n’aient pas cherché à réaliser des transactions d’envergure . Toutefois, une veuve ou une femme seule pouvait, semble-t-il, dans un temps raisonnable, accumuler un certain capital, sans disposer d’un apport de base. Avec un effort diligent et un peu d’argent à investir – argent qu’elles obtenaient moyennant quelque prêt – les veuves apparaissent à la tête de petits magasins ou comme propriétaires de chambres et de maisons à louer. Travail, épargne et investissement semblaient être la formule qui permettait à ces femmes de réussir dans leurs activités30.

  • 31 AHG, Testament de doña Ana Arnaiz, livre 1806, folios 413-417.

23En 1806, doña Ana Arnaiz déclara que, lors de son mariage, elle n’avait apporté qu’un petit trousseau. Dans son testament, elle mentionne toutefois une petite entreprise minière (zangarro) et deux bocards pour traiter l’argent qui appartenaient à son mari, avant le mariage et 200 pesos de capital que celui-ci avait apporté à la « compagnie conjugale ». Cette femme, abandonnée par son mari réussit à réunir en 24 ans de travail un patrimoine d’une certaine importance. Elle rendit à son mari ses 200 pesos et la petite entreprise citée. En outre, elle déclare comme biens propres l’argent qui procède de la vente de sa maison avec ses accessoires qui n’étaient pas des plus modestes, car les meubles seuls valaient 200 pesos31. Naturellement toutes les veuves ne possédaient pas un ensemble diversifié de biens mais la documentation prouve que la majorité réalisa des investissements pendant les années de veuvage. La possession d’une petite entreprise (zangarro) où l’on nettoyait le minéral, un magasin ou une boulangerie n’indiquaient pas forcément qu’il s’agissait de femmes riches, mais au contraire de femmes modestes qui par leur travail et l’aide de quelques membres de leur famille réussissaient à réunir une fortune qui était répartie entre les enfants propres ou adoptés comme plusieurs précisèrent en avoir. Le patrimoine de ces veuves était constitué à la fois par les bénéfices produits par les compagnies dont elles avaient l’usufruit ou dont elles étaient propriétaires après le décés de leur mari (29,4 %) et par le produit de leur travail ou investissements personnels (29, 4 %). Ils s‘agissait très rarement du produit d’un héritage paternel ou maternel.

  • 32 AHG, Cabildo, Testament de don Ignacio Díaz, livre 1806, folio 74.

24Quoique les femmes mariées disposant d’un capital productif provenant de leur travail soient moins nombreuses, nous avons le cas de celles qui, lorsque le mari avait échoué dans un projet de création d’entreprise, décidaient d’initier une activité artisanale. Ces petites affaires semblent avoir bien réussi, pour la plupart. En 1806, un commerçant propriétaire d’une épicerie reconnaît que son travail n’avait produit aucun capital et qu’ayant fait faillite, sa femme se lança dans la fabrication manuelle de cigarettes. Avec un capital de départ de 76 pesos seulement, elle réussit à réunir un capital de 640 pesos grâce à cette activité. Avec cet argent, don Ignacio Díaz réactiva son épicerie qui produisit des recettes qui leur permirent à tous deux d’acheter deux chambres et deux maisons et de réunir, en plus, près de 6 400 pesos, dont la moitié appartenait à doña Ana à qui il devait d’autre part le produit de l’engagement de ses bijoux. Cette dette s’était accrue petit à petit et elle atteignait alors la somme de 5 000 pesos qui devaient être payés avec les loyers des maisons et des chambres qu’ils possédaient tous deux et qui produisaient 25 pesos par mois32. Ce cas est emblématique de ce que j’appelle une « compagnie conjugale » et dont on trouve d’autres cas à Guanajuato au début du XIXe.

  • 33 AHG, Cabildo, Testament de doña Gertrudis Sotomayor, livre 1817, folios 183-185.

25Il existe des cas où veuves et belle-mères sont co-héritières de l’époux décédé, recevant des parts égales de quelque propriété ou hacienda avec leur fonderie. Ces veuves-là sont donc en compagnie avec leur belle-mère, qu’elles nomment sociétaire. La documentation étudiée révèle le cas d’une veuve âgée qui survécut à ses enfants et de sa belle-fille veuve aussi qui souhaitèrent conserver ensemble la société d’affaires, propriété de la famille33. Pour cela elles déléguèrent à deux administrateurs le pouvoir de mettre en ordre l’état des investissements et de leur propriété, ainsi que de procéder au partage des biens le moment venu. Naturellement, il s’agit de deux femmes qui ne dirigeaient pas directement leurs affaires mais dont l’accord fut bénéfique à l’entreprise. Toutefois, après le décès de l’une d’entre elles, la « société patrimoniale » devait prendre fin, car les biens reviendraient à l’une ou à l’autre et leurs descendants ne seraient plus unis par l’activité économique de la famille. La pratique du commerce par des veuves ou des célibataires âgées semble avoir été courante à cette époque-là. Déposer quelque quantité en virement commercial n’exigeait pas des compétences ou des connaissances particulières à condition que l’onpossédâtlecapitalnécessaire.50%de femmes veuves et célibataires ayant investi dans ce secteur pratiquaeint cette activité. Les hommes investissaient plutôt dans l’industrie minière et dans l’achat de biens immobiliers. La façon dont fonctionnait l’investissement de ces capitaux féminins semble simple, mais il ne l’est pas vraiment si l’on considère que ces femmes avec moins de capacités économiques prêtaient tout de même de l’argent à l’armée locale et formaient des compagnies avec des membres de cette institution. Nous ignorons si la formation de ces compagnies commerciales était une stratégie destinée à obtenir des fonds pour approvisionner la milice locale, à l’occasion de pénuries comme il y en eut dans les années qui suivirent le conflit armé de 1810. Ce qui semble clair, c’est que ce genre d’accords ou d’associations apportait un bénéfice aux deux parties intéressées.

c) Investissements et apparition d’un nouveau type d’association commerciale

  • 34 Romero Sotelo (María Eugenia), La minería novohispana durante la guerra de Independencia, (...)
  • 35 Marmolejo (Lucio), Efemérides Guanajuatenses, Guanajuato, Imprimerie de Francisco Díaz, 18 (...)

26A partir du premier quart du XIXe, l’économie mexicaine commence à donner des signes de rétablissement, mais la reprise n’est effective qu’après 1870. On ne peut réellement parler de croissance qu’à partir de la période de Porfirio Díaz ; avant, n’a lieu qu’un rétablissement au cours duquel on retrouve le niveau de production de l’époque coloniale. L’évolution de l’industrie minière reflète cette évolution. A Guanajuato, entre 1800 et 1809 furent extraits 53 millions de pesos en minerai d’argent, mais la production tomba à 20 millions la décennie suivante34. L’investissement de capital britannique dans les mines locales connut à son début un succès relatif qui augmenta avec la découverte d’un riche filon à La Luz, grâce auquel l’industrie minière locale connut la prospérité : neuf millions de pesos en minerai d’argent furent extraits au cours des années 1848 à 185435. Toutefois, avant la reprise et pendant son déroulement, les données disponibles concernant les patrimoines domestiques et les opérations commerciales font état de pénurie, car les traces de l’insurrection étaient encore visibles.

27Tout au long de la période analysée, l’univers auquel il est fait allusion est celui d’individus consacrés au commerce, à l’industrie minière, au gouvernement et à la location de maisons d’habitation. Cette dernière activité était souvent pratiquée en même temps que les trois premières, mais elle existait aussi comme activité unique. Elle connut une augmentation vers 1825- 1840 étant donné la proportion plus grande d’investissements en biens immobiliers à ce moment-là. Les contrats d’achat-vente, hypothèque, location, prêt ou bail nous éclairent amplement sur la réalité de cette période. Sur 341 opérations réalisées de 1790 à 1840, 53,6 % ont pour objet l’immobilier, 18,8 % concernent les petites entreprises minières (zangarros), 17,3 % les haciendas de traitement de l’argent, 5, 8 % les mines, et 4, 1 % les barres ou les actions de mines. La transaction des biens immobiliers, qui avant le conflit constituait 21,8 % des opérations, est en baisse pendant les années difficiles. Son essor a lieu après 1825, les opérations triples atteignant 64,4 % de celles réalisées. Il faut noter à quel point le mouvement de la propriété s’est vu affecté par les ravages de ces décennies. Du total d’opérations faites par les habitants de Guanajuato, 52 % se concentrent après 1825 face à 16, 4 % après 1810 et 31,6 % à partir de 1800. Les biens immobiliers urbains et la location de maisons constituent la rubrique d’investissement qui augmente le plus dans la dernière étape : 177 mouvements dont 70,2 % étaient des contrats d’achat-vente, des hypothèques et des locations de maisons. De ces 70,2 %, 53 % correspondaient à la vente de maisons. Entre 1825 et 1840, 45 maisons en moyenne furent vendues tous les 5 ans. Toutefois, cette tendance à l’achat et à la vente de biens immobiliers et aux locations ne concernait pas les grandes propriétés. Dans la plupart des cas, il s’agissait de transactions concernant l’achat de maisons à des prix modiques ou l’achat de petits terrains avec des habitations exigües en cours de construction, se trouvant au milieu des mines ou dans les quartiers populaires de la ville.

  • 36 Serrano (José Antonio), Votos, contribuciones y milicia…, op. cit. et Romero Sotelo (María (...)
  • 37 Ward (Henry), México en 1827, México, Fondo de Cultura Económica, 1981, p. 374.
  • 38 Rankine (Margaret), « The Mexican Mining Industry in the Nineteenth Century with Special R (...)

28S’il est vrai que ce sont les biens-fonds qui ont la primauté dans l’investissement, on ne peut ignorer que pendant cette période, c’est l’investissement minier qui augmenta le plus (16,7 %) par rapport aux années antérieures et même s’il n’atteignit pas les 23,1 % de la première période, il dépassa de 6 % le niveau de la seconde période (10, 3 %). L’industrie minière connut une forte crise entre 1810 et 1840 : les mines de Villalpando, Sirena, La Luz, Rayas et surtout La Valenciana qui produisait le quart de l’argent de la Nouvelle Espagne et le sixième de celui produit dans les viceroyautés d’Espagne, cessèrent leur activité. Le manque de liquidité, de main d’œuvre, les prêts et les contributions forcés ainsi que l’insécurité du transport (lors de l’interruption des circuits commerciaux36), empêchèrent une rapide reprise de l’activité. A partir de 1825, quelques-unes des grandes familles minières commencèrent à louer leurs mines à des compagnies anglaises (Anglomexicana et Unida de Minas) percevant pour cela une rente annuelle, mais aussi des revenus pour leur participation aux profits. D’autres choisirent de réorienter leurs investissements et de se déplacer, s’installant loin de la ville. Ils acquirent des propriétés agricoles et se consacrèrent à leur exploitation, tandis qu’ils remboursaient leurs dettes. Les compagnies anglaises commencèrent à obtenir certains profits de leurs investissements vu que la production connaissait un certain essor. La Valenciana produisit 30 000 dollars en 1825 et 100 000 en 1830, selon Henry Ward37. Toutefois presque immédiatement les investisseurs anglais commencèrent à se décourager : ils espéraient obtenir de gros profits rapidement et ce ne fut pas le cas. C’est la raison pour laquelle ils commencèrent à retirer leurs capitaux. Déjà en 1828, la Anglomexicana retira son argent de la Valencia et Mellado. La situation s’aggrava quand eut lieu à Londres une vente massive d’actions qui fit baisser encore plus les capitaux disponibles. En 1839, l’Anglomexicana n’exploitait plus que huit mines sur la vingtaine qu’elle avait naguère en location38.

  • 39 Lindley (Richard B.), Haciendas and economic development. Guadalajara México at Independen (...)

29Ce problème dépasse le simple investissement de capital étranger et son succès relatif, puisque cela a un fort impact sur les familles qui étaient impliquées dans l’activité minière de manière directe ou indirecte. Jusqu’alors une ligne d’investissement locale s’était maintenue, fondée sur la logique de l’entreprise familiale moyennant des crédits accordés selon le principe de la loyauté et de la parenté. Mais la nouvelle modalité introduite par le capital anglais impliqua de nouveaux mécanismes d’investissement : la vente d’actions à des représentants d’investisseurs étrangers. Le système de crédit colonial basé sur des systèmes de valeur tels que la réputation devint un système où il importait peu que l’on eût de l’influence sur la sphère sociale ou non. L’investisseur cédait son argent à l’entreprise que dirigeait un représentant de la compagnie et ce qui importait était d’avoir des résultats. Dans ce genre de relations économiques, le sujet ou l’individu devint aussi important que l’avaient été l’entreprise familiale traditionnelle et son réseau de clients liés par la parenté, quelques décennies auparavant. On constate une augmentation des opérations commerciales individuelles à Guanajuato, mais aussi à Guadalajara et même à Panama, au cours de cette période-là39. L’entrée de capital devint une force puissante contre l’ordre traditionnel. A Guanajuato comme à Guadalajara la forme de crédit habituel se modifia avec l’apparition de compagnies à responsabilité limitée semblables aux modernes sociétés mercantiles. Ces compagnies concédaient une responsabilité personnelle limitée aux contractants, laquelle était fondée, non sur les liens familiaux de ces derniers, mais sur une réglementation juridique appropriée. Ainsi, dans les registres notariaux de Guanajuato apparaissent, après 1825 et jusqu’en 1840, 78 mouvements réalisés par des compagnies anglaises, entre des représentants de celles-ci et de vieux industriels de la mine appartenant à une élite appauvrie et ayant besoin de crédits que ne leur accordaient plus leurs anciens réseaux.

  • 40 Hunt (Carleton), The Development of the Business Corporation in England, 1800-1867, Cambri (...)

30La nation mexicaine qui émergeait se proposait de devenir une république et ceci offrait un contexte favorable à ce type d’associations. Car le libre développement d’une corporation exigeait naturellement une loi générale réglementant le comportement des membres et ceci n’était possible que dans le cadre d’un gouvernement libéral, une république ou un gouvernement par décret40.

d) La place de la petite entreprise minière artisanale : le zangarro

  • 41 Staples (Anne), « Familias mineras : diversidad económica y permanencia generacional » Gon (...)

31Des travaux comme ceux de Staples ont montré l’importance de la petite et de la moyenne entreprise minière41. A Guanajuato, il est courant de trouver des femmes dirigeant ces petites entreprises artisanales car l’industrie minière moyenne est l’une des rares entreprises qui permettent une certaine cohésion et la transmission presque traditionnelle d’une activité entre les membres d’une famille étant donné que celle-ci implique « un certain savoir faire », ce qui contribue à la survie de la famille en tant que telle. Il est vrai que, dans certains milieux masculins de Guanajuato, on manifestait une certaine méfiance vis-à-vis des femmes qui se chargeaient de ces travaux et de l’administration des mines ou des sites de raffinage du métal. Nombreux étaient ceux qui, au moment de nommer un exécuteur testamentaire pour leur patrimoine, n’élisaient pas leur épouse ou leur fille, considérant qu’elles ne possédaient pas les capacités suffisantes. Toutefois, on constate que, dans la pratique quotidienne, l’exploitation minière impliquait une large participation familiale.

  • 42 AHG, Cabildo, Testament de doña Perfecta Ramírez, livre 1832, folio 160.
  • 43 Fossey (Mathieu de), « Le Mexique », Isauro Rionda Arreguín (dir.), Testimonios sobre Guan (...)

32Les propriétaires des zangarros les plus modestes (quatre mules, ustensiles, machines nécessaires et pièces à vivre en annexe) étaient fréquemment des femmes veuves qui pourvoyaient à l’entretien de leurs enfants grâce au revenu que leur procurait leur exploitation. Bien entendu, elles connaissaient des difficultés financières. Mais elles faisaient face à celles-ci en contractant des prêts auprès d’autres femmes, qui leur accordaient leur confiance. Par exemple, Doña Perfecta déclarait devoir à doña María Agustina de los Ríos 174 pesos : « Quantité qu’elle m’a concédée il y a quelques jours pour réactiver ledit zangarro [...] je dois aussi à Luisa, connue sous le nom de la China, la somme de 5 pesos42 ». Ce genre d’investissement était évidemment très modeste. Que peuvent faire quatre mules, quelques machines et 174 pesos, si pour mettre en marche les 1 132 bocards ou moulins des haciendas et zangarros miniers de l’ensemble de la ville, 10 000 bêtes ou plus étaient nécessaires, à cette époque-là43. Il s’agissait de femmes de condition modeste qui avaient besoin de ressources pour entretenir leur famille et décidaient de louer d’abord un terrain avec ferme où elles pratiquaient le traitement de résidus d’argent en boue ou en amas, effectuant une espèce d’opération de sous-traitance pour les grandes haciendas. Si tout allait bien elles pouvaient acheter le terrain et construire une petite usine. On les voyait durant des années accumuler leurs économies pour acheter de petites pièces qu’elles louaient aux familles et aux ouvriers autour des puits de mines, où la demande de logement était la plus forte, ou bien former de petites compagnies commerciales. Ces entreprises de petite envergure réussissaient toutefois à survivre, en dépit de la mainmise des grandes haciendas de traitement du métal sur la production.

e) Apparition d’attitudes individualistes

33En dépit des apparences, la parenté et l’activité commerciale n’allaient pas toujours de pair. La fracture entre ces deux domaines se manifesta, lors de bouleversements politiques ou au moment de la transmission des biens (héritages), par des divisions au sein des familles. Le conflit n’était pas systématique et l’on décèle aussi des attitudes de soutien en de telles circonstances, comme celle que nous avons observée chez les frères Aldama avec leur parent et sociétaire de Santander, Luis González de Miera. Si nous nous intéressons aux désaccords familiaux, nous voyons que ceux-ci constituèrent certains facteurs qui affectèrent la transmission de l’héritage dans les années qui suivirent la révolte. Ce ne sont pas les pertes occasionnées par les troupes d’Hidalgo qui affectaient ce système d’héritage mais les capitaux qui subsistaient et que leurs propriétaires tentaient de mettre hors d’atteinte de l’armée libératrice en prenant des décisions contraires aux intérêts de leurs enfants qui à leur tour agissaient contre les directives de leurs parents. Ces attitudes divisèrent profondément les familles et furent de clairs indices d’individualisme. Elles n’avaient pas pour objectif de favoriser des proches ou des parents mais de satisfaire un idéal lié à d’autres intérêts socio-politiques de caractère personnel et non familial.

  • 44 AHG, Cabildo, Testament de don Ygnacio Pérez, livre 1812, folio 144.
  • 45 Alfonso X el Sabio, Las Siete Partidas, López (Francisco) et López (María T.) (éd.), Méxic (...)
  • 46 AHG, Cabildo, Testament de don Juan Antonio Montes de Oca, livre 1813, folio 50.

34Tel est le cas de don Ignacio Pérez, pater familias d’une famille créole présente en Amérique depuis trois générations et dont le pratrimoine constitué de propriétés immobilières, de bijoux et d’objets de valeur confirmait son appartenance à l’élite locale. En 1812, celui-ci déshérita l’aîné de ses fils, José Francisco Pérez, et l’exclut du sein de la famille, car celui-ci avait rejoint les armées rebelles44. Les lois de l’héritage légitimaient une décision de ce genre. La législation établissait que l’on pouvait déshériter ses enfants, petits-enfants ou n’importe qui ayant le droit d’hériter en descendance directe, si l’on déclarait et considérait que ceux-ci avaient désobéi à des directives familiales ou commis quelque erreur dans leur vie45. Ces procédés légaux d’exclusion n’étaient pas uniquement utilisés en cas de « trahison » politique de l’un des descendants. Le choix d’un mode de vie ou d’une orientation professionnelle non conforme à la tradition familiale ou aux stratégies prévues par les chefs de famille pouvait donner lieu à une démarche de cet ordre. Ainsi en 1813, don Juan Antonio Montes de Oca ne remet pas à son fils, Onofre, sa part d’héritage maternelle sous prétexte que celui-ci « n’a pas voulu se consacrer au commerce » et parce qu’il s’est endetté46. Ces situations montrent une fragmentation et un désaccord dans les objectifs de la famille en ce qui concerne le patrimoine et les activités dans le cours de la vie et révèlent de nouvelles déterminations personnelles chez les enfants. A cela s’ajoute la désintégration des familles par la guerre et la maladie, laquelle fut constante pendant toutes ces années.

  • 47 AHG, Cabildo, Testament de doña Gertrudis García de León, livre de 1813, folio 110.
  • 48 Fernández (Paloma), Comunidad mercantil de Cádiz 1700-1821, Madrid, Siglo XXI, 1997.

35Il y eut des capitaux qui échappèrent au sort de la famille qui les possédait. Certaines familles où ne demeurèrent que des veuves belle-mère et belle-fille, unirent leurs héritages pour survivre. Elles décidèrent de ne pas les diviser et formèrent des compagnies entre elles et même avec d’autres individus47. A ce propos Paloma Fernández évoque des changements similaires dans la société espagnole, plus précisément dans la communauté mercantile de Cadix, qui contrôlait au XVIIIe le commerce avec l’Amérique espagnole48. Cet auteur insiste sur le fait que pendant cette période surgirent de clairs indices d’une augmentation des attitudes individualistes et protolibérales qui indiquent le déclin du pouvoir et de l’idéologie de la famille corporative. Mais les observations de P. Fernández ne portent que sur un groupe de familles privilégiées de Cadix, se consacrant au commerce et qui étaient considérées comme une élite. Dans le cas de Guanajuato, ce phénomène se développa essentiellement au sein des classes moyennes, les classes hiérarchiquement supérieures demeurant traiditionnelles dans leurs comportements.

Quelques réflexions

36Cette approche du territoire de la famille confirme la flexibilité et la faculté d’adaptation des structures familales face à la persistance paradoxale de certains modèles traditionnels, ce qui contredit les spéculations de la théorie de la modernisation au moins pour certains groupes. Nous avons ici montré que les acteurs sociaux, en l’occurrence les familles de propriétaires moyens de Guanajuato, étaient en mesure d’appliquer des principes alternatifs afin de répondre à des intérêts et à des objectifs redéfinis dans le cadre de situations concrètes. Ces acteurs jouèrent un rôle décisif dans le développement de l’économie locale, même pendant des périodes de crise. Ce fut le cas lorsque les grandes haciendas de traitement du métal cessèrent de fonctionner faute d’investissements suffisants. Le rôle joué par les veuves ne fut pas négligeable, car, dans le cadre des exploitations minières de taille moyenne, elles surent mettre en œuvre des modèles d’investissement diversifiés. Plus nombreuses que les hommes, les femmes ayant perdu leur conjoint prématurément occupaient une place de premier plan dans la réalisation des stratégies familiales globales, car même dans les cas où le décès de l’époux avait eu lieu une fois les enfants majeurs, c’est l’épouse, et donc la mère, qui accédait à la place de commandement et décidait de la stratégie de transmission de la propriété et des investissements à réaliser. En outre, les membres de ces familles, qui possédaient de petites entreprises de traitement de l’argent, contribuaient parfois au fonctionnement de celle-ci en apportant leur propre force de travail. Ils prenaient donc en charge l’entreprise en s’aidant de quelques employés. Par conséquent, il est probable que cette couche sociale de petits propriétaires-ouvriers ait été quantitativement plus importante qu’on ne l’a soupçonné jusqu’à ce jour.

37En général l’historiographie économique et sociale a montré que par sa croissance démographique et du fait de la conjoncture économique, le XVIIIe siècle fut une période où les groupes de pouvoir et les élites en place eurent affaire à de fortes pressions venant de nouveaux groupes en ascension sociale. Le groupe constitué par les familles de propriétaires moyens en milieu urbain est l’un de ceux-là. La présente étude, ainsi que les études réalisées au Mexique et en Amérique Latine avant et après la première moitié du XIXe le confirment. Cette recherche, qui ne prétend pas déterminer le moment précis où s’opèrent les mutations, s’est donné pour objectif de définir les lignes d’un lent processus concernant la gestation des formes d’organisation ou de structuration de ce groupe, peu perceptibles mais existantes. La notion de classes en gestation est donc utile pour analyser cette société pré-industrielle de Guanajuato, car, si d’un point de vue de la hiérarchisation des groupes, ses caractéristiques sont celles de la société de notables de type colonial, certaines tendances qui lui sont propres incitent à la considérer comme une société de classes en formation.

Notes

1 Romano (Ruggiero) et Carmagnani (Marcelo), « Componentes sociales », in Marcelo Carmagnani et al. (dir.), Para una historia de América Latina, I. Las estructuras, Mexico, Fondo de Cultura Económica, El Colegio de México, Fideicomiso de Historia para las Américas, 1999, p. 378-380.

2 Cité par Michael P. Costeloe, La primera república federal de México (1824-1835), Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1975, p. 282.

3 Serrano (José Antonio), Votos, contribuciones y milicias en Guanajuato, 1810-1836, thèse de doctorat, Mexico, El Colegio de México, CEH, 1998, p. 14.

4 Langue (Fr.) et Salazar y Soler (C.), Diccionario de términos mineros para la América Española durante los siglos XVI-XIX, Paris, Editions Recherches sur les Civilisations, 1993, p. 638.

5 Pública Vindicación del Ilustre Ayuntamiento de Santa Fe de Guanajuato, Mexico, Imprenta de D. Mariano de Zúñiga y Ontiveros, 1811, p. 24-26.

6 Archivo Histórico de Guanajuato (désormais AHG), Insurgencia, événements du 28 septembre 1810, folio 19.

7 Harold Sims, La expulsión de los españoles en México, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1974, p. 264-266 et même auteur, « La primera expulsión de los españoles en México, 1827- 28 », Revista La Colmena (Universidad de Guanajuato), n° 68, novembre 1988.

8 Klein (Herbert S.), « La estructura demográfica de la ciudad de México en 1811 : un estudio preliminar », Entorno Urbano (Revista de Historia, México, Instituto Mora-UAM), vol. 1, n° 1, janvier-juin, 1995, p. 1.

9 Il est difficile de rendre compte de l’ethnie des testateurs. Ceux qui s’autoproclament espagnols pourraient être métis ou appartenir à quelque caste. L’indication concernant l’appartenance ethnique commença à disparaître en 1750. Pour les 50 premières années du XVIIIe siècle, ont été localisés trois testaments de femmes mulâtres et aucun par la suite. Les mulâtres ne cessèrent pas de rédiger des testaments, mais les scribes cessèrent sans doute d’enregistrer ceux-ci comme tels.

10 Pública Vindicación..., op. cit, p. 14-15.

11 Pública Vindicación..., op. cit, p. 22-23.

12 AHG, Cabildo, Testament de don Fernando Mazorra de la Concha, livre 1812, folios 57-58.

13 Il fut fusillé après avoir été retenu deux mois en prison par les troupes d’Hidalgo.

14 AHG, Cabildo, testament de don Luis González de Miera, livre 1810, folio 282.

15 Membre de la commission patriotique que dirigea Hidalgo aux Etats-Unis.

16 AHG, Cabildo, Testament de don Luis González de Miera, livre 1810, folio 283.

17 Mémoire présenté par le Gouverneur de l’État de Guanajuato…, 1826, p. 23.

18 AHG, Cabildo, Testament de don Rafael Colón de Sarreategui, livre 1829, folio 272.

19 AHG, Cabildo, Testament de don José Mariano de Robles y Lorenzana, livre 1822, folio 79.

20 Brading (David), Mineros y comerciantes en el México borbónico 1763-1809, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1975.

21 AHG, Cabildo, Testament de doña María Josefa Mauricia González, 1835, folio 524-525.

22 Cas exceptionnel que celui de don Antonio del Mazo, régisseur de la ville en 1804 qui pouvait lui sûrement accorder une donation de 80 000 pesos car avec cette quantité n’équivalait qu’au dixième de ses biens. Son capital s’élevait à presque un million de pesos et, de plus, la mariée doña Francisca Sánchez Dovalina, veuve de l’ancien régisseur Pedro Luciano de Otero comptait sur une autre fortune égale, ce qui expliquait en soi la situation et la nature de cette union. AHG, Cabildo, Testaments, livre 1804.

23 AHG, Cabildo, Écritures de dots et donations de maris, années 1700 à 1810.

24 Gonzalbo (Pilar), « Dotes y vida familiar en la Nueva España », Gonzalbo (Pilar) et Rabell (Cecilia) (dir.), Familia y vida privada en la historia de Iberoamérica, México, El Colegio de México-UNAM, 1993.

25 Nazzari (Muriel), « Composición y transformación de la dote en Sao Paulo, 1660-1870 », Gonzalbo (Pilar) et Rabell (Cecilia) (dir.), La familia en el mundo iberoamericano, México, UNAM-IIS, 1994.

26 Nazzari (Muriel), « Composición y transformación de la dote... », art. cit.

27 Hunefeldt (Christine), « Las dotes en manos limeñas », Gonzalbo (Pilar) et Rabell (Cecilia) (dir.), Familia y vida privada en la historia de Iberoamérica, México, El Colegio de México-UNAM, 1993.

28 Gonzalbo (Pilar), Familia y orden colonial, El Colegio de México, CEH, 1998, p. 279.

29 Klein (Herbert S.), « La estructura demográfica de la ciudad de México en 1811 : un estudio preliminar », Entorno Urbano (Revista de Historia, México, Instituto Mora-UAM), vol. 1, n° 1, janvier-juin, 1995, p. 20-21.

30 AHG, Cabildo, Testament de doña Ignacia Perfecta Cervantes, livre 1807, folios 199-209.

31 AHG, Testament de doña Ana Arnaiz, livre 1806, folios 413-417.

32 AHG, Cabildo, Testament de don Ignacio Díaz, livre 1806, folio 74.

33 AHG, Cabildo, Testament de doña Gertrudis Sotomayor, livre 1817, folios 183-185.

34 Romero Sotelo (María Eugenia), La minería novohispana durante la guerra de Independencia, 1810- 1821, México, El Colegio de México, 1994, p. 66.

35 Marmolejo (Lucio), Efemérides Guanajuatenses, Guanajuato, Imprimerie de Francisco Díaz, 1884-1914, 4 v.

36 Serrano (José Antonio), Votos, contribuciones y milicia…, op. cit. et Romero Sotelo (María Eugenia), La minería novohispana..., op. cit.

37 Ward (Henry), México en 1827, México, Fondo de Cultura Económica, 1981, p. 374.

38 Rankine (Margaret), « The Mexican Mining Industry in the Nineteenth Century with Special Reference to. Guanajuato », Journal of Latin American Studies, vol. 11, n° 1, 1992, p. 31.

39 Lindley (Richard B.), Haciendas and economic development. Guadalajara México at Independence, Austin, University of Texas, 1983, p. 137.

40 Hunt (Carleton), The Development of the Business Corporation in England, 1800-1867, Cambridge Mass, Harvard University Press, 1936, p. 30-35.

41 Staples (Anne), « Familias mineras : diversidad económica y permanencia generacional » Gonzalbo (Pilar) et Rabell (Cecilia) (dir.), Familia y vida privada, op. cit., p. 289-290.

42 AHG, Cabildo, Testament de doña Perfecta Ramírez, livre 1832, folio 160.

43 Fossey (Mathieu de), « Le Mexique », Isauro Rionda Arreguín (dir.), Testimonios sobre Guanajuato, Guanajuato, Gobierno del Estado de Guanajuato, 1989, p. 289.

44 AHG, Cabildo, Testament de don Ygnacio Pérez, livre 1812, folio 144.

45 Alfonso X el Sabio, Las Siete Partidas, López (Francisco) et López (María T.) (éd.), México, Castalia, 1992, Sexta Partida, Titre 7, Loi I.

46 AHG, Cabildo, Testament de don Juan Antonio Montes de Oca, livre 1813, folio 50.

47 AHG, Cabildo, Testament de doña Gertrudis García de León, livre de 1813, folio 110.

48 Fernández (Paloma), Comunidad mercantil de Cádiz 1700-1821, Madrid, Siglo XXI, 1997.

Table des illustrations

Titre POURCENTAGE DES MONTANTS DES PATRIMOINES DES PROPRIÉTAIRES DE GUANAJUATO, 1790-1840
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/39946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteur

Doctorante, CEH, El Colegio de México.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search