Version classiqueVersion mobile

Pouvoirs des familles, familles de pouvoir

 | 
Michel Bertrand

Familles et patrimoines

Le moulin des origines : la famille Peugeot au xviiie siècle

André Ferrer

Texte intégral

1La firme Peugeot reste l’une des rares sociétés d’envergure où la famille fondatrice a conservé un rôle notable sinon de premier plan. Cette famille protestante a ses racines dans le nord-est de la France, au Pays de Montbéliard, longtemps enclave d’Empire entre Franche-Comté, Suisse et Alsace.

2Nous ne retracerons pas ici l’histoire bien connue d’une firme industrielle mais l’étude des origines de la famille permettra d’évoquer les conditions et circonstances de la constitution d’un capital familial à partir d’origines paysannes modestes, le passage d’activités agricoles à la meunerie puis, grâce à l’eau et à la force hydraulique, la naissance d’activités artisanales, proto-industrielles avant la grande industrie.

Les origines de la famille

  • 1 Debard J.M. Dictionnaire des communes du département du Doubs, Besançon, 1982-1987, articl (...)

3Le nom des Peugeot apparaît au XVe siècle à Vandoncourt, humble village de la seigneurie de Blamont dépendant du comté puis principauté de Montbéliard. Ce petit État, possession des Wurtemberg depuis 1407, est formé du comté qui restera Terre d’Empire, et indépendant jusqu’en 1793 et de quatre seigneuries : Blamont, Clémont, Héricourt et Le Châtelot. Sur l’impulsion des Wurtemberg, le Pays passe à la Réforme après les prédications de Guillaume Farel (1524-1525) puis de Pierre Toussain (1535-1548). Le luthéranisme imposé par les comtes y devient progressivement la religion officielle dans la seconde moitié du XVIe siècle. Après la conquête de l’Alsace puis de la Franche-Comté, Louis XIV convoite l’ensemble de la Porte de Bourgogne et donc le Montbéliard. Déjà occupée et ravagée pendant la guerre de Trente Ans, la principauté, conquise par les Français est occupée de 1676 à 1697. Restituée aux Wurtemberg par le traité de Ryswick, elle est, dès 1699- 1700, amputée des « Quatre Seigneuries » qui deviennent définitivement françaises, le duc conservant finalement les droit seigneuriaux mais perdant la souveraineté sur ces quatre terres ; les Peugeot, quoique protestants, sont dès lors sujets du roi de France1.

  • 2 A.D. Doubs, F 1008.

4Une étymologie incertaine assure que le premier des Peugeot, cité en 1435, tire son nom de son activité de marchand de poix. En août 1466, Jacot Peugeot reconnaît devoir dix-huit deniers « estevenans de cense et rente » à l’abbaye de Belchamp pour son meix à Vandoncourt. Jean Péquignot Peugeot est affranchi de la mainmorte en 1532 par les autorités helvétiques du canton de Soleure, qui administraient alors la seigneurie de Blamont2. La généalogie familiale peut dès lors être établie avec certitude.

  • 3 A.M. Montbéliard, BB.9.
  • 4 A.D. Doubs, E 782.

5Les ancêtres de la famille sont laboureurs et maires du village de Vandoncourt mais ils s’intéressent très tôt à des activités artisanales, travail de la laine et fabrication de clous. Ainsi, Regnaud Peugeot (décédé en janvier 1676) est cloutier à Vandoncourt au milieu du XVIIe siècle, son frère Claude le Viel, aubergiste au village. Deux fils de celui-ci, Jean et Benoît, qualifiés de plus gros propriétaires du village, sont reçus « bourgeois » de Montbéliard à titre « forain » en 16943 ; l’année suivante, ils prennent à bail le haut fourneau de Meslières dans la toute proche vallée du Gland. Cet établissement avait été construit en 1683, pour le prince de Montbéliard, par le directeur de ses forges d’Audincourt4. À la fin de leur bail de trois ans, les frères Peugeot cessent leur activité, interruption due à des circonstances économiques et politiques défavorables. Louis XIV occupe la seigneurie de Blamont en 1699 et s’en octroie définitivement la souveraineté ; coupée du comté de Montbéliard, la forge de Meslières perd son intérêt économique, elle souffre aussi de l’irrégularité du cours d’eau et de difficultés d’approvisionnement en bois. Jean et Benoît abandonnent la forge et regagnent leur village, première tentative manufacturière avortée de la famille Peugeot.

Le moulin et la terre

  • 5 A.D. Doubs, E 673.

6À la génération suivante, Jean-Jacques, fils de Jean, épouse Suzanne Mettetal, une jeune orpheline, unique héritière du moulin banal d’Hérimoncourt, dans cette même vallée du Gland. Ce moulin et ce village deviennent dès lors les bases de la fortune familiale. Les représentants des familles Peugeot et des Mettetal, qui se sont ainsi unies, sont incontestablement de petits notables ruraux, ayant acquis un titre de bourgeois. Les Mettetal ont été affranchis et reconnus bourgeois de Blamont dès 14315 et bourgeois de Montbéliard en 1699 ; les notaires qualifient Jean-Jacques Peugeot d’« honorable ». Exerçant les fonctions de maire, meunier, Ancien d’Église, ces familles ont la confiance des autorités laïques et ecclésiastiques.

  • 6 A.D. Doubs - E 130, 391, 590, 672, 954, 1822.
  • 7 A.D. Doubs - E 782.
  • 8 A.D. Doubs - E 694.

7À l’origine, le meunier n’était que le fermier du seigneur, passant un bail pour une durée déterminée. La durée des baux s’allonge peu à peu : déjà de vingt-et-un ans au début du XVIe siècle, en 1679 tous ces moulins sont acensés « perpétuellement et irrévocablement »6. Ces baux emphytéotiques confèrent pratiquement la propriété aux meuniers, d’ailleurs, au XVIIIe siècle, les textes notariés les qualifient de « propriétaires ». Ils ne doivent aux seigneurs que les redevances prévues dans les baux, ils peuvent revendre éventuellement un moulin et se le transmettre héréditairement. Ils omettent même sciemment de payer le « droit d’entrage » prévu à chaque mutation, ce qui leur vaut un rappel à l’ordre7. Les habitants sont astreints à la banalité que les meuniers font respecter par la justice. Ainsi en 1691, François Mettetal, le grand-père de Suzanne Peugeot, fait condamner des habitants de Vandoncourt et Montbouton qui ne venaient pas moudre à son moulin d’Hérimoncourt8. Cette clientèle captive doit céder au meunier « le seizième de tous les grains qu’ils font moudre » (soit 6,25 %). Malgré les charges et le coût de l’entretien, les meuniers s’enrichissent, du moins en temps de paix. Ils forment de véritables dynasties endogames, la parentèle Mettetal est à la tête de la majorité des moulins de la principauté de Montbéliard.

  • 9 A.D. Doubs - E 696.

8Malgré le décès de Jean-Jacques Peugeot à l’âge de quarante-deux ans, dix enfants (dont huit parviendront à l’âge adulte) sont nés du couple Peugeot-Mettetal. La veuve, une femme de caractère, continue à faire prospérer le moulin et l’exploitation agricole. Un document de 1750 atteste qu’elle emploie quatre valets de ferme, qu’elle « a une très forte charrue entière et possède des biens considérables »9.

  • 10 A.D. Doubs - E 699 et 1012.

9Deux terriers dressés en 1758, pour les villages voisins d’Hérimoncourt et de Vandoncourt, montrent l’ampleur de cette propriété foncière10 : Suzanne Mettetal, veuve Peugeot, possède plusieurs maisons : l’une, à Vandoncourt, village d’origine de feu son époux, comprend deux logements loués ; deux autres maisons et une troisième en construction à Herimoncourt où la famille réside auprès du moulin. Celui-ci se compose d’un moulin à céréales à deux roues hydrauliques, d’un « gruau » à monder l’orge, d’une « ribe » à broyer le chanvre et d’une petite forge. Les biens fonciers comportent 28 hectares 67 sur le territoire d’Herimoncourt et 23 hectares 63 sur celui de Vandoncourt, mais il est vraisemblable qu’elle possède aussi quelques terres sur d’autres terroirs limitrophes, cependant les sources font ici défaut. L’essentiel est encore en terres labourables (trente-cinq hectares trois quart répartis dans les trois soles de chaque terroir), les prés dont une partie est irriguée occupent une place notable (14 1/2 hectares). La polyculture vivrière reste la base de l’exploitation agricole, mais les Peugeot développent déjà l’élevage bovin, mieux adapté au climat et aux sols du pays. Le reste des propriétés comporte quelques médiocres vignes, des vergers, des jardins et des chènevières.

  • 11 Soit 19,57 ares en moyenne par parcelle.
  • 12 Le village compte 104 habitants en 1688, 178 en 1698, 258 en 1750, 264 en 1771, 336 en 179 (...)

10À Hérimoncourt, le terroir cultivé en 1758 (387 hectares) est morcelé en mille neuf cent soixante-dix-sept parcelles11. Outre ce micro-parcellaire, comme pratiquement partout dans la France du XVIIIe siècle, la propriété du sol est caractérisée par une grande inégalité dans la distribution, phénomène accentué par une forte pression démographique12. L’originalité du village tient au fait, qu’en dehors du domaine forestier, il ne comporte aucun propriétaire noble ou bourgeois. Les quarante-neuf familles résidentes et propriétaires se répartissent en cinq groupes :

  • au sommet, la famille Peugeot qui, sans être encore très riche, est à l’aise et en position dominante,
  • quatre familles possédant de 10 à 20 hectares,
  • treize moyens propriétaires de 5 à 8 hectares,
  • dix-huit petits propriétaires ayant de 2 hectares à moins de 5 hectares,
  • treize familles de manouvriers possédant néanmoins quelques lopins mais toujours moins de deux hectares.
  • 13 Quatorze inventaires après décès sur seize conservés indiquent un endettement. Par exemple (...)

11Les deux derniers groupes, trente et une familles sur quarante-neuf, soit pratiquement deux sur trois, sont des paysans dépendants qui ne peuvent survivre du seul produit de leurs terres. Ces manouvriers louent leur force de travail pour les travaux agricoles de leurs voisins mieux nantis, servent comme domestiques, maîtres d’école, bergers ou exercent une activité artisanale de fileuse, tisserand, tanneur, artisan du bois puis horloger. Certains, les plus pauvres, émigrent notamment vers Mulhouse où apparaît alors l’industrie textile. Une population, souvent alphabétisée, se trouve disponible. Les actes notariés et les inventaires après décès13 montrent la misère matérielle et l’endettement de ce groupe numériquement majoritaire. Quant aux Peugeot, ils emploient de la main d’œuvre, prêtent aux autres villageois et leur achètent de nombreux terrains souvent en remboursement de dettes. Malgré des lacunes évidentes, les archives notariales donnent une idée de ces acquisitions :

  • en 1736, trois actes : trois prés estimés 884 livres (un hectare 37).
  • en 1737, un acte : un pré pour 270 livres (53 ares).
  • en 1739, un acte : un champ payé 39 livres (26,6 ares).
  • en 1740, trois actes pour 626 livres : un pré, sept champs, une chènevière (deux hectares 44).
  • en 1741, cinq actes pour 1185 livres : deux prés, neuf champs, une vigne, un verger, une chènevière (deux hectares 12).
  • en 1742, deux actes pour 325 livres 10 sols : sept champs (deux hectares
    30). Les achats ne cessent pas avec le décès du père de famille (en 1741), contrairement aux autres veuves souvent contraintes d’aliéner une partie de leurs biens-fonds, Suzanne Peugeot-Mettetal continue les acquisitions familiales.
  • 14 Saint Jacob (Pierre de), Les paysans de la Bourgogne du nord au dernier siècle de l’Ancien (...)
  • 15 A.D. Doubs - 3E 56 47.

12C’est ainsi que la famille a progressivement accru son patrimoine foncier, de la même manière que ce riche fermier de la Bresse chalonnaise, cité par Pierre de Saint Jacob, ayant « acquis tous les meilleurs fonds qu’il a pillé des pauvres malheureux habitants qui n’osaient rien dire »14 : en 1734, Pierre Maillard et son épouse Marie Gressard cèdent, pour 438 livres 10 sols, toutes leurs terres aux Peugeot : huit champs, une vigne, une chènevière. Les vendeurs quittent, semble-t-il, le village pour s’établir ailleurs15.

  • 16 A.D. Doubs - 3E 56-46.

13Un autre exemple illustre cette politique d’acquisitions systématiques menée par la famille Peugeot : des procès, les opposant à trois autres familles du village, menés au baillage de Baume-les-Dames, s’achèvent en avril-mai 1736 par trois arrêts du Parlement de Besançon au bénéfice des Peugeot. Les adversaires malheureux s’avèrent incapables de payer les frais et les dépens de la procédure ainsi que les dommages et intérêts. Jean-Jacques Peugeot règle les sommes exigées par la justice et renonce aux dommages et intérêts, évitant l’ignominie de la détention à ses voisins et coreligionnaires, mais ce n’est pas pure charité évangélique : en contrepartie, chaque famille doit céder un pré à Jean-Jacques Peugeot16.

  • 17 Histoire de la Fran ce rurale (dir. Georges Duby et Armand Wallon), tome 2, Paris, 1975, p (...)
  • 18 Duby G., Wallon A. Histoire de…, op. cit., p. 450.
  • 19 À Herimoncourt tous les habitants sont alors luthériens.

14En 1758, avec plus de 52 hectares, la famille Peugeot est, de loin, la mieux pourvue du village, elle peut être comparée à la famille de Rétif de la Bretonne qui possédait une cinquantaine d’hectares sur les deux villages de Nitry et Sacy en Bourgogne. Emmanuel Le Roy Ladurie écrit à ce propos : « Un seuil économique, certes, sépare le paysan indépendant du dépendant ; mais un gradin social, plus nettement marqué, discrimine le Monsieur du village »17. C’est bien la situation de la meunière, la Dame Peugeot. Celle-ci, comme Edme Retif, reste cependant une paysanne « capable de parler aux autres exploitants, aux ouvriers, aux chevaux… »18. Ici plus qu’ailleurs encore, car la communauté de religion19, une religion opprimée, tisse des liens qui traversent les clivages sociaux. Le moulin est au centre de la vie économique et sociale du village, c’est aussi un lieu de sociabilité, venant porter leur grain à moudre, leur orge à monder, leur navette ou leurs noix à transformer en huile, leur chanvre à teiller, les paysans des alentours y échangent les nouvelles, les inquiétudes et les espoirs.

Du moulin à l’industrie

  • 20 A.D. Doubs – 1C 1374.

15La veuve Peugeot établit ses enfants en répartissant ses biens et en menant une habile politique de mariages au sein des élites rurales luthériennes. L’aîné, Jean-Guillaume, nommé maire du village depuis 1753, est un laboureur aisé. Le deuxième, Jean-Frédéric, devient maréchal-ferrant, sa mère le dote aussi d’un train de culture. Le troisième, Jean-Jacques II, par un mariage avantageux, s’installe comme laboureur dans une village limitrophe. Le quatrième, Jean-Georges, hérite du moulin familial ; enfin, le plus jeune fils, Jean-Pierre, est envoyé en 1760 se former au métier de teinturier en Allemagne et à Bâle, tandis que sa mère et sa fratrie surveillent la construction d’un atelier d’indiennes20. Les arrêts du conseil d’Etat autorisant les fabriques de toiles peintes dans le royaume s’échelonnent du 5 septembre 1759 au 19 juillet 1760, c’est dire à quel point cette famille d’un modeste village des confins du royaume réagit à l’actualité économique. Ce dynamisme, cette volonté d’innover et cette ouverture sur l’extérieur seront à la base des succès d’une famille de pouvoir, d’affaires et d’influence.

  • 21 A.D. Doubs – 1C 1374, lettre du subdélégué Thiébaud à l’intendant Lacoré, le 29 juin 1769.

16La modeste teinturerie ou indiennerie, qui imprime des étoffes en bleu uniquement, fonctionne à partir de 1763 : c’est, historiquement, la première fabrique Peugeot. L’aménagement des bâtiments a coûté six à sept mille livres mais, selon le subdélégué de l’intendant21, le jeune fabriquant « paraît en état de poursuivre son entreprise avec succès, il peut, sans toucher à ses fonds mettre 15 à 20 000 livres pour augmenter et perfectionner cette entreprise ». Jean-Pierre emploie des fileuses à domicile et cinq ouvriers en atelier, « il se distingue tellement dans son état, écrit le subdélégué, qu’on porte à teindre chez lui de cinq à six lieues à la ronde ». Lorsque la proximité des frontières helvétique et montbéliardaise, lui vaut quelques démêlés avec les services douaniers de la Ferme Générale, le teinturier n’hésite pas à écrire à Versailles, au contrôleur général des finances, Trudaine. Grâce aux avis de l’intendant Lacoré, le ministre et même les fermiers généraux lui sont finalement favorables. Ainsi, Peugeot développe progressivement son entreprise et les rapports officiels rendent hommage au manufacturier protestant et à ses produits.

  • 22 A.D. Doubs – I 1745.
  • 23 A.D. Doubs – I 1848 et O 1544.

17Lorsque survient la Révolution, les Peugeot se rallient d’emblée aux idées nouvelles les libérant des vieux cadres contraignants, laissant libre cours aux innovations et aux ambitions. Dès 1789, les deux députés du village à l’assemblée de bailliage de Beaume-les-Dames sont les frères Jean-Guillaume et Jean-Pierre Peugeot. En 1792, lors de la levée en masse, Jean-Piere fils, s’engage comme volontaire pour servir dans l’armée de la République ; il est élu par 85 voix sur 87 capitaine des volontaires du canton de Blamont22, il devient ensuite chef de bataillon des gardes nationales du canton23. Son père succède à son aîné comme maire puis devient, en 1792, l’un des sept administrateurs du district : c’est un patriote, membre de la société montagnarde de Blamont, mais il reste un luthérien fidèle - Ancien d’Église et membre du Consistoire - qui ne peut approuver les excès antireligieux.

  • 24 A.D. Doubs – Q 528.
  • 25 A.D. Doubs – Q 47 et 256.

18En revanche, l’abolition des droits seigneuriaux a affranchi les Peugeot de toute tutelle, ils ne doivent plus payer au prince les cent vingt mesures annuelles de froment pour le moulin24. En 1766, une autorisation avait été sollicitée pour construire un nouveau moulin en amont du précédent, au lieu-dit « Sous-Cratet », mais ce n’est qu’en 1793 que Jean-Georges l’édifie. Jean-Pierre acquiert de multiples biens nationaux en 1795/96, terres provenant notamment du comte de Coligny (pour 45.619 francs) et forêts du prince de Montbéliard (pour 9.300 francs)25. Politiquement, les Peugeot se montrent opportunistes, républicains convaincus en 1792, ils se rallient prudemment à l’Empire puis, en 1814, ils prêtent serment à Louis XVIII. Charles-Christophe, distingué par le préfet pour son « zèle et sa bonne conduite » est proposé pour la décoration du lys. Pour la famille, l’essentiel n’est pas là, le pouvoir auquel elle aspire est économique et, pour développer ses activités, la bienveillance des autorités lui est nécessaire.

19Dans un rapport de 1806, le préfet du Doubs signale « le génie industrieux » de la famille Peugeot et son « goût naturel pour les arts utiles ». Déjà, une nouvelle génération prend la relève, les quatre fils de Jean-Pierre font fructifier le capital familial et profitent de l’ouverture des marchés. Entre 1803 et 1806, les deux plus jeunes, Charles et Jacques, ont investi 150 000 francs pour construire une filature mécanique dans leur village, au lieu-dit « La Chapotte ». Ils sont tous deux les gendres d’un éminent industriel luthérien local, l’horloger Frédéric Japy. Jacques est allé à Paris suivre les cours du Conservatoire des Arts et Métiers, il a appris d’un certain Molard les techniques de construction de machines à filer « mule jenny » qu’il ne cessera de perfectionner ; il accomplit aussi plusieurs voyages pour observer le fonctionnement de différentes filatures mécaniques.

  • 26 A.D. Doubs – S 1563, M 2329, A. Nat. F12. 1549 et 2226.

20Dès 1806, les frères Peugeot sont sélectionnés pour participer à l’exposition nationale industrielle, ils filent du coton importé des Indes, puis du royaume de Naples, et vendent leurs produits aux tissages de Mulhouse. Les deux frères fondent, en 1814, une nouvelle usine à cinq roues hydrauliques au bord du Doubs, à Audincourt. Enfin, les deux aînés, Jean-Pierre II et Jean-Frédéric, ont d’abord pour le premier repris la teinturerie familiale et pour le second établi une tannerie. En épousant sa cousine, Jean-Pierre II hérite du moulin de « Sous-Cratet », fondé par son oncle et beau-père ; il s’associe à Jean-Frédéric et à un beau-frère, Jacques Maillard-Salins, pour transformer ce moulin en une usine métallurgique. Si l’autorisation date de 1810, la fabrique existait auparavant, le préfet se contentant d’entériner une situation de fait. La filature des frères cadets ne sera quant à elle autorisée qu’en 1818 ! « Sous-Cratet » produit mécaniquement des aiguilles à coudre, des lames de scies, des ressorts et pignons pour l’horlogerie, l’usine emploie trente ouvriers en 1819 et cent en 182626.

  • 27 A.D. Doubs – 7 S 57.

21Le clan Peugeot n’est cependant pas resté solidaire, la proximité des moulins de « Sous-Cratet » et de « La Chapotte » provoque un conflit aigu. A l’origine de la fortune familiale, le contrôle de l’eau nécessaire aux roues hydrauliques les oppose violemment pendant plusieurs années. A « Sous-Cratet », Jean-Pierre II dispose de deux roues hydrauliques, une petite pour les soufflets et une grande pour la forge. En 1810, pour obtenir une meilleure puissance il élargit le canal d’amenée et remplace sa grande roue de quatorze pieds de diamètre par une nouvelle de quinze pieds six pouces (5 m. 03), cela mécontente vivement les autres utilisateurs de l’eau, notamment ses cadets, et la querelle dégénère en une véritable « haine familiale », selon le médiateur nommé par le préfet. Malgré l’intervention du patriarche Jean-Pierre I, le représentant du préfet, capitaine du génie en retraite, a toutes les peines à faire ratifier un accord27.

22La première grande usine moderne de la famille est installée en 1833 dans le village des origines, à Hérimoncourt au lieu-dit « Terre-Blanche ». Dès lors débute ce que l’on a appelé « l’Aventure Peugeot », un essor industriel qui, aux XIXe et XXe siècles, à travers innovations, succès éclatants, crises, fusions, scissions et restructurations donnera naissance à la plus vieille entreprise familiale de l’industrie automobile mondiale, le groupe PSA.

  • 28 Fohlen (Claude), Une affaire de famille au XIXe siècle : Méquillet-Noblot, Paris, 1955.
  • 29 Lamard (Pierre), Histoire d’un capital familial au XIXe siècle : le capital Japy (1777-191 (...)
  • 30 Le Pays de Montbéliard du Wartemberg à la France. Collectif, Société d’Émulation de Montbé (...)

23Ainsi, la famille Peugeot constitue un bel exemple de ces familles de pouvoir qui se sont constituées dans le domaine économique. Si les débuts furent modestes, ils ne procèdent pas du néant, le passage de l’agriculture à la meunerie et à la proto-industrie enfin à l’industrie s’étale sur plus d’un siècle, œuvre de longue haleine menée avec acharnement par des hommes et des femmes de valeur, à la fois âpres au gain et sensibles aux valeurs sociales. Un paternalisme patronal original pétri des valeurs de l’humanisme chrétien protestant a subsisté jusqu’au milieu du XXe siècle. De cette région aux terres pauvres et au climat rude et humide, le préfet du Haut-Rhin écrivait en 1804 : « Le Montbéliard est beaucoup moins riche que les autres parties de mon département mais j’y ai remarqué par moi-même que les habitants de ce pays ont reçu en échange, en talent, en industrie, en moyens personnels, un juste dédommagement ». En effet, outre les Peugeot, les dynasties industrielles protestantes apparues dans ce petit pays furent nombreuses notamment les Méquillet-Noblot étudiés par Claude Fohlen28 ou les Japy, étudiés par Pierre Lamard29. Tandis que leur appartenance religieuse leur ouvrait les portes de l’Europe rhénane, le rattachement de tout le Pays de Montbéliard à la France leur offrit des possibilités de formation et un vaste marché national30.

Les origines de la famille Peugeot (généalogie simplifiée)

Les origines de la famille Peugeot (généalogie simplifiée)

Notes

1 Debard J.M. Dictionnaire des communes du département du Doubs, Besançon, 1982-1987, articles Blamont, Hérimoncourt, Montbéliard.
Gresset M., Gresser P., Debard J.M. Histoire de l’annexion de la France-Comté et du Pays de Montbéliard, Le Coteau, 1988,

2 A.D. Doubs, F 1008.

3 A.M. Montbéliard, BB.9.

4 A.D. Doubs, E 782.

5 A.D. Doubs, E 673.

6 A.D. Doubs - E 130, 391, 590, 672, 954, 1822.

7 A.D. Doubs - E 782.

8 A.D. Doubs - E 694.

9 A.D. Doubs - E 696.

10 A.D. Doubs - E 699 et 1012.

11 Soit 19,57 ares en moyenne par parcelle.

12 Le village compte 104 habitants en 1688, 178 en 1698, 258 en 1750, 264 en 1771, 336 en 1791 c’est-à-dire +223 % de 1688 à 1791.

13 Quatorze inventaires après décès sur seize conservés indiquent un endettement. Par exemple, en 1771, Jean-Georges Maillard-Salin d’Hérimoncourt laisse à sa veuve et ses trois enfants 760 livres de dettes dont 340 à des bourgeois de Montbéliard, 229 à la famille Peugeot et 100 livres à un beau-frère des Peugeot.

14 Saint Jacob (Pierre de), Les paysans de la Bourgogne du nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, Paris, 1960, rééd. AHSR, Rennes 1995, p. 1 87.

15 A.D. Doubs - 3E 56 47.

16 A.D. Doubs - 3E 56-46.

17 Histoire de la Fran ce rurale (dir. Georges Duby et Armand Wallon), tome 2, Paris, 1975, p. 449.

18 Duby G., Wallon A. Histoire de…, op. cit., p. 450.

19 À Herimoncourt tous les habitants sont alors luthériens.

20 A.D. Doubs – 1C 1374.

21 A.D. Doubs – 1C 1374, lettre du subdélégué Thiébaud à l’intendant Lacoré, le 29 juin 1769.

22 A.D. Doubs – I 1745.

23 A.D. Doubs – I 1848 et O 1544.

24 A.D. Doubs – Q 528.

25 A.D. Doubs – Q 47 et 256.

26 A.D. Doubs – S 1563, M 2329, A. Nat. F12. 1549 et 2226.

27 A.D. Doubs – 7 S 57.

28 Fohlen (Claude), Une affaire de famille au XIXe siècle : Méquillet-Noblot, Paris, 1955.

29 Lamard (Pierre), Histoire d’un capital familial au XIXe siècle : le capital Japy (1777-1910), Belfort, 1988.

30 Le Pays de Montbéliard du Wartemberg à la France. Collectif, Société d’Émulation de Montbéliard, 1992.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/39936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Les origines de la famille Peugeot (généalogie simplifiée)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/39936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search