Version classiqueVersion mobile

Car c’est moy que je peins

 | 
Sylvie Mouysset
, 
Jean-Pierre Bardet
, 
François-Joseph Ruggiu

Le soi est là où on ne l’attend pas : de la diversité des traces

Les discours annalistiques comme discours de soi

François-Joseph Ruggiu

Texte intégral

  • 1 Nous avons présenté les premières versions de ce texte lors du séminaire du Groupe de Rech (...)
  • 2 Voir Ruggiu (F.-J.), « Ecrits du for privé » et « Ecrits ordinaires », dans Figeac (M.) di (...)
  • 3 White (H.), The Content of the Form. Narrative Discourse and Historical Representation, Ba (...)

1Beaucoup d’écrits du for privé intègrent, au sein d’un texte essentiellement voué à l’écriture de soi ou de la famille, la mention des événements locaux, voire nationaux, marquants dont les scripteurs avaient connaissance1. Certains auteurs consacraient même entièrement leur texte aux principaux faits survenus dans les lieux où ils résidaient2. Ils s’inscrivaient alors dans une tradition annalistique qui modelait la forme de leurs textes en les faisant apparaître comme une suite de notes chronologiques dénuée, en apparence, de toute expression personnelle. À partir de l’exemple de l’abbaye de Saint-Gall, Hayden White a ainsi noté que les annales ne comportent ni de sujet central, ni de commencement, de milieu et de fin bien définis, ni de péripéties, ni, enfin, de voix narrative claire3. Les chroniques marquent, selon lui, « a ‘higher’ form of historical conceptualization » en ce sens qu’elles ont un sujet central, qui peut être « la vie d’un individu, d’une ville ou d’une région, une grande entreprise comme une guerre ou une croisade ou une institution, comme une monarchie, un évêché ou un monastère ». Elles lui apparaissent donc « to wish to tell a story, aspires to narrativity, but typically fails to achieve it ». Mais les deux formes manquent, pour Hayden White, d’un argument (a plot), c’est-à-dire d’une « structure of relationships by which the events contained in the account are endowed with a meaning by being identified as parts of an integrated whole ».

  • 4 « Souvenirs d’un maître serrurier chartrain (1760-1807) », dans Marcel-Robillard (C.), Le (...)
  • 5 Tricard (J.), « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens : p (...)

2Nous voudrions, dans cette contribution, montrer que ces textes annalistiques, en apparence impersonnels, sans voix narrative, permettent néanmoins à l’historien d’approcher une subjectivité et les processus de construction d’une identité individuelle. Nous avons choisi de travailler sur quatre textes précis, qui concernent les villes d’Abbeville, dans l’actuel département de la Somme, en Picardie, d’Alençon, à présent préfecture de l’Orne, en Normandie, de Chartres, en Eure-et-Loir, au cœur de la Beauce, et, enfin, de Valence, dans la Drôme, située dans la vallée du Rhône, à la périphérie du Dauphiné4. Ces quatre textes ont tous été rédigés au XVIIIe siècle, à un moment où, justement, le genre des écrits personnels se diversifie d’une manière décisive. Le modèle du livre de famille ou du livre de raison commence à s’effacer alors que l’autobiographie et le journal intime prennent un essor qui s’est poursuivi au cours de la période contemporaine5. Nous avons volontairement choisi des textes qui n’ont pas le même statut. Deux d’entre eux se rangent clairement parmi les annales ou chroniques urbaines, et ne font pratiquement aucune allusion à la vie familiale ou intérieure de leur auteur alors que les deux autres sont des livres de raison, largement ouverts à la vie familiale et aux interrogations de la conscience de leur scripteur, même si une partie de leur contenu est consacrée à la narration des grands événements survenus dans la ville. En étudiant ces quatre textes ensemble, nous verrons que les chroniques ne sont finalement pas si éloignées des livres de raison et qu’elles nous permettent, à leur manière, d’observer une conscience de soi.

3Nous présenterons d’abord les auteurs et leur milieu social. Nous étudierons, ensuite, les modèles qui ont pu informer leur écriture. Enfin, nous démonterons les mécanismes par lesquels les quatre textes témoignent de la formation et de l’expression d’une identité individuelle. C’est donc une double réflexion que nous souhaitons mener aussi bien sur les genres qui composent les écrits du for privé que sur les voies de l’expression de soi dans l’écriture ordinaire des Français sous l’Ancien Régime.

Quatre scripteurs au sein de leurs villes

  • 6 Lepetit (B.), Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, an (...)
  • 7 RUGGIU (F.-J.), Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe-XVIIIe(...)
  • 8 Une telle progression la classe seulement parmi « les villes et bourgs à croissance moyenn (...)

4Michel Forest (1721-1788), de Valence, Georges Mellier (1725-1789), d’Abbeville, et Etienne Bruno Doublet (1733- ?), de Chartres, sont pratiquement contemporains, même si le dernier est le seul à avoir vécu la Révolution et une partie de l’Empire puisqu’il est mort après 1807. La seule certitude que nous ayons sur Jean Brière, d’Alençon, est que son texte s’arrête brusquement en 1732. Même s’il n’est pas assuré qu’il ne l’ait pas poursuivi par la suite, il semble donc être plus âgé au moins d’une génération, voire plus, par rapport aux autres. Les quatre villes où ils ont vécu, ne sont pas sans ressemblance. Il s’agit de villes moyennes qui se sont modernisées au cours du XVIIIe siècle mais qui n’ont pas connu les transformations, parfois spectaculaires, éprouvées par les capitales provinciales ou les villes atlantiques. Elles n’ont ainsi connu au cours du XVIIIe siècle qu’une croissance démographique très faible, voire nulle. Chartres a apparemment perdu des habitants puisqu’elle serait passée d’environ 12 000 habitants vers 1700 à seulement 10 700 vers 17806. Abbeville et Alençon sont restées stables, autour de 18 000 à 19 000 habitants pour la première et de 13 000 habitants pour la seconde7. Valence est ici l’exception : elle compte 4900 habitants en 1690 et elle est passée à 6900 en 17908. Les quatre villes ont surtout une fonction administrative qui se traduit par la présence de nombreuses cours de justice mais aussi par celles d’institutions de niveau supérieur. Alençon est ainsi le siège d’une intendance ; Chartres est une ville ecclésiastique qui est le siège d’un des évêchés les plus prestigieux de France ; Valence est également le siège d’un évêché ainsi que d’une université et une école d’artillerie s’y est installée à la fin du XVIIIe siècle. Abbeville est la moins développée des quatre dans ce domaine car elle n’est que le siège d’un présidial mais elle est traditionnellement considérée comme la capitale du Ponthieu, qui est un petit pays aux particularismes assez affirmés. Toutes les quatre ont, par ailleurs, une activité économique plus ou moins dynamique, orientée autour de la fonction de marché, en particulier agricole, ou d’une industrie textile souvent en voie de déclin ou de réorganisation.

  • 9 Brière, p. VIII-IX. Son éditeur scientifique, Christian-Louis Thomas, qui n’a pu le retrou (...)
  • 10 Un village qui se situe dans l’actuel département de la Drôme à 25 kilomètres environ de V (...)
  • 11 Mellier, p. 219.
  • 12 Actuellement Béville-le-Comte, canton d’Auneau, arr. de Chartres, dép. Eure-et-Loir.
  • 13 Une branche de l’ordre des Augustins, née à la fin du XVIe siècle.
  • 14 Doublet, p. 85.

5Les milieux socio-économiques dans lesquels évoluent les quatre scripteurs semblent proches. Nous ne savons, là encore, rien de Jean Brière si ce n’est qu’il s’intitule lui-même « bourgeois d’Alençon », ce qui peut s’entendre aux deux sens du terme : une personne qui figure sur les livres de bourgeoisie de la ville ou une personne retirée des affaires et qui vit de ses rentes9. Michel Forest a hérité, en 1734, du commerce d’épicerie de son père. Ce dernier s’était installé à Valence en 1716 et s’était marié à une habitante de la ville, elle-même fille d’un marchand épicier. Un des fils de notre scripteur, Augustin, a été ordonné prêtre en 178310. L’Abbevillois Georges Mellier est, lui aussi, un marchand épicier ; il a épousé, en premières noces, en 1746, la fille d’un marchand chapelier et, en secondes noces, en 1749, la fille d’un marchand grainetier. Un de ses cousins est curé de la paroisse de Fontaines11. Enfin, Etienne Bruno Doublet est un simple maître serrurier. Il avait cependant dans sa clientèle le Bureau des Pauvres de Chartres, avec lequel sa famille semble liée puisque son parrain et sa marraine étaient des orphelins qui en dépendaient. Il a également de nombreux parents dans les ordres. Outre son cousin, Louis Joli, curé de la paroisse de Béville12, qui l’a marié en 1761, son frère, Denis Jacques Doublet, est entré dans la congrégation des Augustins déchaussés de France, appelés aussi les Petits Pères Augustins13. Il est devenu prêtre en 1764, quelques jours avant de mourir. Un autre frère, Denis Claude Doublet, a été ordonné prêtre en 1767, avant de mourir, lui aussi prématurément, en 1769. La famille Doublet est donc une famille plus complexe qu’il n’y semble au premier abord et, en 1790, Etienne Bruno Doublet figurait parmi les citoyens actifs, aussi bien électeurs qu’éligibles, de Chartres14.

  • 15 Amelang (J. S.), The Flight of Icarus. Artisan autobiography in Early Modern Europe, Stanf (...)
  • 16 Mellier, p. 219.

6Nous sommes là au cœur d’un groupe fondamental dans l’organisation sociale des villes d’Ancien Régime, les maîtres artisans et les marchands urbains, dont James S. Amelang a montré l’importance dans l’écriture de soi15. Trois de nos quatre scripteurs sont démographiquement stables car leurs parents étaient déjà intégrés dans la ville et leurs enfants l’ont été après eux. Ils sont, également, économiquement stables au sens où ils ne semblent pas avoir éprouvé d’une manière trop violente les malheurs du temps qu’ils rapportent. Ils sont, enfin, socialement stables, voire en légère ascension sociale. Les Doublet et les Forest se sont engagés résolument dans les ordres alors que le fils de Georges Mellier s’est marié, en 1773, avec la fille unique d’un marchand et fabricant de tissus16. Rien dans leurs écrits ne laisse supposer cependant qu’il s’agisse là d’un mouvement pensé voire même d’un objectif désirable pour eux.

  • 17 Doublet, p. 67.
  • 18 Doublet, p. 95-106.
  • 19 La première publication a été réalisée par J. Brun-Durand, sous le titre, qui est apparemm (...)
  • 20 Adrien Tillette de Clermont-Tonnerre, descendant d’une famille locale, anoblie sous l’Anci (...)
  • 21 Le manuscrit qui subsiste du texte de Jean Brière, conservé à la Bibliothèque Municipale d (...)

7Ils n’ont, bien sûr, pas le même profil que les érudits qui rédigeaient et, surtout, publiaient à la même époque des histoires locales, et qui étaient généralement des ecclésiastiques. Ils maîtrisaient naturellement tous les quatre l’écriture et la lecture mais à des niveaux sans doute différents. L’éditeur scientifique du texte d’Etienne Bruno Doublet note à quel point l’écriture était sans doute un exercice difficile pour lui : « Giclures, ratures, bruine d’encre jaillie de la plume soudain piquée, disent la gaucherie, la lassitude, l’énervement possible du scripteur, malhabile et persévérant17 ». À vrai dire, les reproductions qu’il en donne ne confirment pas vraiment ce commentaire et il ne faut pas oublier qu’Etienne Bruno Doublet, comme la plupart des maîtres artisans de l’époque, maniait souvent l’écriture, ne serait-ce que pour établir les mémoires des ouvrages faits qu’il remettait à ses clients et dont l’édition du texte nous livre quelques exemples assez détaillés18. Il est néanmoins indiscutable que son orthographe est pratiquement phonétique et émaillée de formes beauceronnes. Les textes de Michel Forest19 et de Georges Mellier20 ont été publiés pour la première fois sous la Troisième République en raison de l’intérêt particulier des érudits qui peuplaient les sociétés savantes de la fin du XIXe siècle pour les chroniques urbaines. Le texte de Jean Brière a été publié très récemment mais toujours par un érudit local et celui d’Etienne Bruno Doublet l’a été dans les années 1960 par un folkloriste, Charles Marcel-Robillard, spécialisé dans l’étude des contes, des coutumes et des traditions de la Beauce. Nous avons travaillé sur les éditions imprimées car, pour trois des quatre documents, les manuscrits sont perdus ou ne sont pas localisés21.

Une écriture ordinaire ? Modèles et influences

Une relation particulière à l’écriture

  • 22 Une entrée : 1760, 1761, 1763, 1770, 1772, 1774, 1776, 1779, 1787, 1788 ; deux : 1768, 178 (...)
  • 23 Brière, p. 26.

8Le texte d’Etienne Bruno Doublet ne comporte qu’entre une et dix notations par an et il n’y pas de preuve interne d’une écriture autre qu’immédiate22. Pour les écrits de Jean Brière et de Michel Forest, qui apparaissent aussi sous la forme d’entrées annuelles, l’écriture est clairement rétrospective comme le prouvent quelques notations de Jean Brière : « En l’année 1701 jusqu’en l’année 1713 le pain blanc valloit quatre sols la livre et le pain brun 3 sols23 ». Le doute persiste pour Georges Mellier ; il devrait s’agir d’écriture immédiate comme le veut la pratique du livre de raison mais il est possible qu’il travaille à partir de notes dont il résume à des moments précis le contenu.

  • 24 Sous la forme d’un « mémoire de tou[t] ce qui s’est passé [à] Alençon à l’arrivée de plusi (...)
  • 25 Le même titre figure apparemment aussi en tête du volume mais une vérification serait néce (...)
  • 26 Lejeune (P.), Le pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975. Nombreuses rééditions en c (...)
  • 27 Mellier, p. 159.

9La relation de nos quatre scripteurs à l’écriture est complexe à analyser d’abord parce qu’ils ne font pas forcément preuve sur ce point d’une grande réflexivité. Georges Mellier et Etienne Bruno Doublet n’éprouvent jamais le besoin de porter sur le papier les pensées que génère en eux la tenue d’une chronique. Ils n’en réfléchissent pas moins intensément à leur pratique comme l’atteste la censure qu’Etienne Bruno Doublet a, apparemment, exercé sur son texte lorsqu’il a enlevé les pages correspondantes aux années 1789 à 1793. Jean Brière et Michel Forest ont parlé davantage de leur pratique car le genre qu’ils ont choisi est, en apparence au moins, différent. Après un faux départ24, le texte du premier s’ouvre sur une véritable adresse au lecteur : il lui dit commencer un « récit… de tout ce qui est arrivé et passé dans la ville d’Alençon… » et il en explicite les intentions. Michel Forest donne à son texte le titre d’Annales, ce qui le situe dans une tradition historique bien établie, héritée de l’Antiquité romaine, poursuivie au cours du Moyen Age, sous la forme des chroniques, royales ou urbaines, et, enfin, réactivée à la Renaissance25. Il le présente comme un « travail » qui appelle, en raison de la difficulté qu’il représente, une « récompense » de la part de ceux qui le liront, sous la forme d’une prière associée à son souvenir. Il en définit le spectre chronologique, qui va de 1736 – il avait alors quinze ans – au 2 juin 1784 et il précise qu’il est âgé, lorsqu’il achève son texte, de soixante-trois ans et huit mois. Jean Brière et Michel Forest formulent, en tous cas, tous les deux, l’exigence de vérité qui caractérise, selon James S. Amelang, une bonne partie des chroniques urbaines rédigées sous l’Ancien Régime et qui n’est donc absolument pas réservée aux écrits autobiographiques selon la célèbre définition donnée par Philippe Lejeune dans Le pacte autobiographique26. Georges Mellier, sans être aussi explicite, laisse échapper une réflexion similaire lorsqu’il parle de l’attentat de Damiens : « Je rapporte seulement, selon mon faible génie, qu’il a été condamné à mort le 26 mars et justicié le 28 à la place de Grève »27.

10Ces réflexions des scripteurs sur la nature de leur travail nous amène à la question de la publicisation de leurs textes. Il est clair que les auteurs n’envisageaient pas une publication, mais ils savaient qu’ils auraient des lecteurs, en particulier dans leurs familles pour Etienne Bruno Doublet et Georges Mellier. L’apparence physique du texte de Doublet, un « petit livre » avec « deux lanières en peau de mouton » qui le tenaient clos, indique qu’il entendait le garder secret ou, au moins, le préserver au sein du cercle familial. C’est moins sûr pour Georges Mellier, car il est possible que l’abondance des formules comme « on m’a voulu persuader », soient les échos de discussions avec son entourage, suscitées justement par le fait qu’il était connu qu’il rédigeait une chronique.

Intertextualités

  • 28 Forest, p. 79 : « elle y attira plus de cinquante mille étrangers. Valence seul en fournit (...)

11La nature des informations qui sont contenues dans nos quatre textes révèlent à quel point ils sont complexes et, finalement, étrangement ressemblants. Le début du texte de Jean Brière est ainsi une véritable histoire de la ville, sous forme d’entrées chronologiques, à laquelle il donne un titre particulier : « Suite du commencement de la fondation de la ville d’Alençon ». Il fait remonter les origines de la ville aux environs des années 540, qui sont, selon lui le temps « que la gloire du grand Clovis éclatait ». Il poursuit son ouvrage jusque dans les années 1700 et il s’interrompt alors pour commencer un autre texte, toujours sous la forme d’entrées chronologiques, qui va de 1709 à 1732. Nous pouvons estimer que l’année 1709 marque pour Jean Brière le début des notations personnelles alors qu’il faisait œuvre d’historien pour la période précédente. Les textes de Michel Forest, de George Mellier et d’Etienne Bruno Doublet semblent plus simples de ce point de vue car ils paraissent mettre sur le papier des notations personnelles à propos d’événements survenus durant leur existence et dont ils ont pratiquement toujours été le témoin direct ou qui leur ont été rapportés. Michel Forest introduit même des éléments oraux. Il a ainsi apparemment recueilli les témoignages d’habitants de Valence qui s’étaient rendus à Lyon en mars 1771 pour assister au passage de Marie Josèphe Louise de Savoie qui devait épouser le comte de Provence28. Il n’hésite pas non plus, dans sa chronique, à signaler les événements dont il a été personnellement témoin par : « Je le vis ».

  • 29 Mellier, p. 146, 149, 154, p. 158, p. 161, p. 190, p. 191. Il écrit parfois « selon le rap (...)
  • 30 Mellier, p. 154
  • 31 Mellier, p. 159.
  • 32 Mellier, p. 160.

12Georges Mellier laisse deviner plusieurs niveaux d’informations. Le premier niveau regroupe les événements qui lui sont arrivés à lui ou à sa famille ; le deuxième niveau, qui est le plus souvent lié au premier, comprend les événements dont il a été le témoin direct ; le troisième niveau regroupe les événements dont on lui a parlé, soit que ses interlocuteurs en aient eu connaissance directement, soit qu’ils aient été publicisés par les journaux. Georges Mellier ne dit, en effet, jamais explicitement qu’il a lu ou eu entre les mains une gazette française ou étrangère, mais une bonne partie des notations de son texte en sont indiscutablement extraites. Le tremblement de terre de Lisbonne, qui a été un des événements les plus commentés du XVIIIe siècle, et surtout le récit de l’attentat de Damiens, sont conformes à ce que les journaux en ont dit. Au fil du temps, les parts respectives de l’information locale orale et de l’information nationale écrite se sont modifiées. « On m’a voulu persuadé », ou une variante, apparaît souvent au début du texte29, puis s’efface au profit de « on rapporte, si on en veut croire les gazettes »30, « selon les gazettes »31, ou bien « si on en veut croire les nouvelles »32. À la fin de son texte, à propos du sacre de Louis XVI, il n’hésite plus à renvoyer directement aux gazettes. En fait, l’attentat de Damiens, qui couvre cinq pages du texte imprimé, a peut-être été le déclencheur d’une évolution de l’écriture, qui devient, à partir de cette époque, moins familiale, plus politique et plus inspirée par ses lectures.

  • 33 Mellier, p. 203.
  • 34 Sur les écrits affichés, on se reportera à la thèse d’Anne Beroujon, L’écrit dans la ville (...)
  • 35 Forest, p. 105.

13Il n’est pas rare que les scripteurs incorporent directement à leur texte des fragments d’autres textes dont les origines sont très variées. Georges Mellier cite une série d’édits royaux qu’il a apparemment lus33. Jean Brière intègre, quant à lui, une paraphrase directe d’un bon nombre de textes officiels, en particulier en 1721, lorsque le règlement de la faillite de la Banque de Law a suscité une floraison d’édits et d’arrêts sur le cours des monnaies, dont il donne le contenu en détail. Il a pu les avoir en mains ou surtout les voir affichés dans la ville34. Dans son récit de l’entrée, en 1761, du marquis du Mesnil, lieutenant général de la province de Dauphiné, Michel Forest insère ainsi le discours de réception prononcé par un avocat. Il donne également un extrait d’un codicille au testament de l’évêque de Valence, Alexandre Milon, dans lequel ce dernier indique vouloir que son cœur, « dépositaire de mes peines », soit inhumé dans la cathédrale de la ville ainsi que le texte du billet du service au cours duquel le cœur fut enterré. Il donne, enfin, en latin, avec une traduction en français, l’épitaphe inscrite sur le caveau dans lequel le cœur avait été déposé. La mort de Louis XV n’appelle presque aucun commentaire de sa part mais il recopie l’ordre, publié le 17 mai 1774 par les maire et échevins de la ville, demandant aux habitants de la ville de prendre le deuil le dimanche 22 mai. Il inclut également le texte d’une lettre du Secrétaire d’Etat à la Guerre, le comte de Saint-Germain, annonçant l’installation prochaine d’un régiment et d’une école d’artillerie35. Seul Etienne Bruno Doublet n’incorpore pas directement de textes officiels, mais il inscrit, d’une manière qui est courante dans les écrits personnels, des recettes en particulier médicales à la succession des notes chronologiques. En 1774, la mention, sèche, de la mort de Louis XV, est suivie de six remèdes : le mal des yeux ; les brûlures ; les hémorroïdes ; les engelures (deux recettes) ; les fièvres. Il a également mis par écrit un savoir-faire technique lié à son métier de serrurier, ce qui est beaucoup plus rare. En 1767, il explique ainsi comment retremper les limes.

14Pour les quatre scripteurs, la composition d’un texte personnel passe donc clairement par une certaine forme d’intertextualité qui est plus ou moins apparente selon les passages (et selon le savoir du lecteur qui est capable ou pas d’identifier les emprunts que le scripteur n’a pas explicité). Il n’y a pas ici de différence majeure entre les annalistes et les auteurs de livres de raison.

Les modèles

  • 36 Forest, p. 31 et suivantes.

15Les quatre textes se ressemblent également en ce qu’ils suivent en partie les mêmes modèles scripturaires dont certains sont intériorisés. L’évocation des crimes, des procès et des exécutions de criminels est, par exemple, au moins pour Jean Brière, Georges Mellier et Michel Forest, un moment où le style de l’écriture change de manière plus ou moins visible. La narration l’emporte sur la notation et le texte prend la forme d’un récit circonstancié, sans doute à l’imitation de textes imprimés, comme les canards ou les récits d’exécutions. La mention d’une « sédition » des protestants du Vivarais en 1745 par Michel Forest est ainsi construite comme une séquence narrative complexe. Les premières lignes annoncent l’événement : « Le 11 mai 1745 il arriva à Vernoux en Vivarais une sédition qui doit avoir place dans ce recueil, eu égard à ce que les troupes que nous avions ici furent obligées de partir pour aller donner main forte36 ». Michel Forest sent ici la nécessité de justifier l’insertion de ce récit, qui est géographiquement décentré, dans son projet annalistique construit autour de Valence. En réalité, il est très sensible à la question protestante, de sorte que nous lisons là la réelle tension qui existe entre le projet initial du scripteur et ses centres d’intérêt. Il introduit, ensuite, le récit par la mention : « En voici le détail », et il procède alors à une narration. Elle débute environ un mois avant l’émeute, commencée le samedi 10 mai 1745 et qui s’achève quelques jours après, le 13 mai, et elle inclut un certain nombre de passages en style direct.

  • 37 Forest, p. 70.

16Un second modèle apparaît lorsque les scripteurs entremêlent leur texte de réflexions morales ou religieuses. Ils laissent alors penser que l’écriture pourrait être, au moins en partie, un exercice spirituel. Le récit d’une mission survenue à Abbeville, en 1758, est, pour Georges Mellier, l’occasion d’écrire sur le papier les résolutions chrétiennes qu’elle a su élever en lui : « Plaise à Dieu que je mette à profit les instructions que j’ai entendues, que m’établisse dans l’amour de Dieu, que je haïsse le péché et enfin que je profite d’une si sainte mission. Accordez-la au plus grand pécheur qui vous en conjure ! ». L’écriture relève alors d’un véritable travail sur soi destiné à aider ou accentuer l’intériorisation des préceptes enseignés par l’Eglise. Elle est aussi destinée à magnifier ou à accepter les décrets de la Providence divine. Michel Forest encadre fréquemment les événements qu’il rapporte d’un paragraphe, apparemment bien travaillé, qui rappelle la toute-puissance de Dieu et la nécessaire humilité des hommes. Le passage qui relate un orage violent accompagné de grêle, qui détruisit, en 1765, sa propre vigne, est précédé d’une introduction presque aussi longue développant le thème de l’ingratitude des hommes envers le Créateur. Il affirme avoir envoyé ses enfants sur le lieu même de la catastrophe « pour être témoins de ce que le Tout Puissant peut dans un instant pour nous châtier »37.

  • 38 Une des rares historiennes à s’y être intéressées jusqu’à présent pour la France est Dolan(...)
  • 39 Histoire des pays et comté du Perche et duché d’Alençon, où est traité des anciens seigneu (...)
  • 40 Mémoires historiques sur la ville d’Alençon et sur ses seigneurs, précédés d’une dissertat (...)
  • 41 Histoire de la ville de Chartres, du pays Chartrain et de la Beauce, Chartres, Impr. de De (...)

17Les histoires urbaines écrites par les érudits locaux ont également pu constituer, sinon un modèle, au moins une source d’inspiration pour nos scripteurs. Abbeville, Alençon, Chartres et Valence, comme la plupart des cités du royaume, ont une réelle tradition autochtone d’écriture historique38. Elle remonte au début du XVIIe siècle et elle s’est portée sur l’histoire politique de la région ou sur l’histoire ecclésiastique de la ville39. Il est vrai que les auteurs d’histoires locales étaient alors, le plus souvent, des religieux comme l’évêque de Valence, Jean de Catellan. La fin du XVIIIe siècle a été marquée par une seconde vague d’histoires locales rédigées plutôt par des laïcs, comme Pierre-Joseph Odolant-Desnos pour Alençon40 ou M.G. Doyen pour Chartres41. Ces ouvrages étaient généralement publiés par des imprimeurs locaux très actifs et engagés dans le développement culturel de leur ville et il est sûr que des exemplaires circulaient localement.

  • 42 Brière, p. 11.
  • 43 Le texte est présenté, d’une manière à vrai dire peu claire, par Blanc (A.), La vie dans l (...)
  • 44 Bibliothèque Municipale d’Alençon, manuscrit 2558 : Journal historique des événements arri (...)
  • 45 Comme, par exemple, Ledieu (A.), « Le livre de raison de Lavernot-Pascal », Bulletin de la (...)
  • 46 Journal de Dom Geslain. Souvenirs Historiques Chartrains, Chartres, Petrot-Garnier, 1862. (...)

18Il n’est, bien sûr, pas possible d’affirmer que nos auteurs les ont eus en main. Etienne Bruno Doublet, qui, en raison de sa fréquentation assidue de gens d’église a pu être en présence de tels titres, ne s’en inspire de toute façon pas. George Mellier ne fait pas d’allusion directe à l’histoire de la ville mais il est indiscutable qu’il s’en approche parfois, en particulier lorsqu’il fait des réflexions étymologiques. En revanche, Jean Brière a clairement lu les livres de ses prédécesseurs. Ils lui servent à rédiger la première partie de son œuvre dans laquelle il déploie les dates essentielles de l’histoire de la ville, de sa fondation, qu’il attribue à Clovis, jusqu’à 1700. Les œuvres imprimées ou destinées à l’être n’épuisent, par ailleurs, pas le matériel qui pouvait circuler au sein des milieux lettrés urbains. Bien des institutions municipales ou religieuses tenaient des chroniques qui relataient leurs activités par années. Jean Brière insère ainsi, dans le fil de la partie proprement historique de son texte, une relation de la destruction du monastère de Sainte-Claire d’Alençon qu’il recopie d’un « prestre de ce temps » et qui est, peut-être, extraite d’une chronique monastique42. Ils ont pu également avoir connaissance d’autres entreprises semblables à la leur. À Valence, un certain Salomon de Merez a ainsi recopié, au XVIIe siècle, sous le titre « Ephéméride concernant la ville de Valence, 1559-1642 », une série de journaux familiaux, dont celui de ses ancêtres, les Joubert, puis il y a ajouté ses propres remarques43. À Alençon, le travail d’annaliste fait par Brière a été repris à la fin du XVIIIe siècle par un conseiller au présidial de la ville, Leconte de Betz44. Les Abbevillois semblent avoir eu une tradition d’écriture familiale puisqu’ont subsisté jusqu’à nos jours plusieurs textes qui en ressortissent et qui ont été rédigés en particulier au XVIIe siècle45. Enfin, à Chartres, de 1746 à 1758, un sous-prieur de l’abbaye de Saint-Père-en-Vallée, Dom Geslain, a, lui aussi, écrit une chronique mi-personnelle, mi-institutionnelle qui fait une large place aux événements survenus dans la ville de Chartres46. L’étude de l’intertextualité et des modèles d’écriture brouille donc remarquablement la distinction des genres – annales-chroniques/livres de raison – que nous avons rappelée au début de notre contribution.

Quatre expressions de soi

Une identité civique

  • 47 Doublet, p. 73, 74, 76.
  • 48 Michel Forest peut donner « à l’hôtel de ville », vraisemblablement dans une salle de céré (...)
  • 49 Forest, p. 101 : « Le passage et établissement que je vais décrire est d’autant plus glori (...)
  • 50 Il emploie le même terme en 1771 à propos de la sœur de Louis François de Monteynard, nomm (...)
  • 51 Forest, p. 111 et p. 115 : « Si notre ville ne se montra point dans ces fêtes aussi brilla (...)

19Les textes indiquent à quel point les quatre scripteurs sont profondément engagés dans la vie publique de leur ville même s’ils l’expriment différemment. Georges Mellier et Etienne Bruno Doublet sont assez diserts sur leurs propres actions au sein de l’espace civique. Georges Mellier a exercé des responsabilités dans sa profession, au sein du corps des marchands merciers, dans sa paroisse, comme visiteur de la Confrérie de la Miséricorde, marguillier de Saint-Georges et, enfin, dans la municipalité. Etienne Bruno Doublet n’a pas exercé le même niveau de responsabilité mais il note, lui aussi, les fonctions symboliques qui affirmaient la stabilité de sa famille au sein de sa paroisse47. Jean Brière et Michel Forest, qui se conçoivent explicitement comme des annalistes, ne font, au contraire, aucune allusion aux éventuelles charges qu’ils auraient pu exercer48. Mais l’existence même de la communauté civique à laquelle ils appartenaient, n’en constitue pas moins la trame de leur récit. L’exaltation de Valence et de sa « gloire »49 est au cœur du projet de Michel Forest et il s’appuie pour cela sur des éléments divers, qui vont de la célébration de certains habitants de la ville à la description louangeuse de ses transformations urbanistiques. Charles Louis Joachim de Chastellier, marquis du Mesnil, est, par exemple, présenté comme « le citoyen d’une ville qui lui fut toujours chère » et « un compatriote », d’autant plus que Valence comptait toujours sa mère, Madame de la Motte, parmi ses habitants. Le verbe employé ici par M. Forest est « posséder50 » car les Chastellier semblent appartenir à cette catégorie de personnes qui illustraient les villes de province d’Ancien Régime, à la manière d’un monument célèbre ou d’une particularité remarquable. Valence est également placée en concurrence avec les autres villes du Dauphiné ou du royaume, par exemple, pour l’éclat des réjouissances décidées pour la première grossesse de la reine en janvier 1779 ou pour la naissance du dauphin en 178151. Comme Jean Brière pour Alençon, Michel Forest partage, en tant que personne, le surcroît d’honneur que reçoit la ville de ces manifestations.

  • 52 Darnton (R.), The Great Cat Massacre, New York, Vintage Books, 1984, p. 107-143.
  • 53 Duby (G.) dir., Histoire de la France urbaine, tome III, La ville classique, Paris, Seuil, (...)

20Tous les deux, comme Georges Mellier, rapportent avec minutie l’ordre des cérémonies publiques auxquelles ils ont, selon toute vraisemblance, assisté. Jean Brière décrit ainsi la composition et le déroulement du convoi funèbre de la femme de l’intendant d’Alençon, décédée en 1724. La force des détails est frappante car elle dépasse en précision et en abondance les éléments qui sont donnés à d’autres occasions, à propos, par exemple, des événements climatiques. Elle indique que nos scripteurs se sont fixés parmi les objectifs de leur écriture de reproduire sur le papier l’ordre sociopolitique de la ville tel qu’il était visible dans les cérémonies urbaines52. En insérant ces défilés dans une séquence elle-même ordonnée d’événements, ils les reproduisent pour leurs lecteurs éventuels et surtout le revivent sans doute pour eux-mêmes et enrichissent par là leur condition de parties de ce tout organique qu’est la ville ordonnée en cortège. Ces passages montrent, d’ailleurs, qu’il est, sans doute, exagéré de parler, comme l’idée s’en est imposée dans l’historiographie, d’un passage au cœur de l’époque moderne de la fête partagée, qui aurait caractérisé les villes du XVIe siècle, à la fête que les autorités municipales ou royales auraient octroyée à une population devenue purement spectatrice au cours du XVIIIe siècle, et d’en tirer des conclusions sur un éloignement des citadins de leurs institutions urbaines et de la monarchie53. Jean Brière, Michel Forest et Georges Mellier ont indiscutablement vécu intensément, et immédiatement, sans aucune distance, ces défilés, même si leur place n’y était peut-être pas clairement définie.

Une vision de l’ordre social

  • 54 Brière, p. 117.
  • 55 Brière, p. 148.

21Les scripteurs ne réfléchissent jamais ouvertement sur la place qu’ils occupent dans l’ordre social de la ville mais ils en parlent implicitement tout le temps. Une des voies les plus sûres pour l’étudier est de travailler sur le vocabulaire qu’ils emploient et qui est d’une extrême richesse. Ils semblent avoir conscience d’appartenir à un groupe intermédiaire, qui n’est ni celui de la masse ni celui des élites urbaines dont ils partagent, cependant, une partie des représentations et qu’ils tendent à rejoindre progressivement. Jean Brière a ainsi une vision relativement globale de sa communauté et les parties spécifiques du corps social surgissent rarement sous sa plume. Le « bourgeois » désigne, dans son texte, la milice bourgeoise qui s’est rassemblée, le plus souvent pour accueillir un personnage éminent ou pour participer à une fête et, plus rarement, pour maintenir l’ordre. Dans les dernières années couvertes par son travail, il emploie volontiers l’expression « les bourgeois et habitants54 », qui désigne, donc, à la fois ceux qui jouissent des privilèges de bourgeoisie et les autres personnes qui résidaient dans la ville. L’expression « les bourgeois et habitants d’Alençon, pauvres et riches » est une manière de redoubler ce terme et d’accentuer sa dimension englobante55. En 1725, une enquête générale sur la population de la ville entraîna, selon lui, la recherche « des noms et surnoms de tous les habitants bourgeois, pauvres et riches, nobles ou roturiers ». Sinon, les « pauvres » ne sont spécifiquement évoqués qu’à deux reprises : en 1724, lorsque les pauvres, les « mendiants, coureurs, vagabonds et gens de mauvais exemple » commencèrent à être enfermés dans le château d’Alençon et, en 1726, lorsqu’ils furent installés dans le nouvel Hôpital Général. Les oppositions sociales fortes surviennent néanmoins sous sa plume en 1725, lors d’une émotion populaire liée à une cherté. Jean Brière oppose alors « la populace » aux « principaux bourgeois ». Il entend par là les « procureurs, avocats, gens de la première qualité non nobles, gens de la religion, marchands et bourgeois aisés » et il note qu’en étaient exclus les « gens de travail » et les « autres personnes du même ordre par crainte de prendre le parti des conspirateurs pour la cherté du pain qui était extrême ». Le 24 juillet, il écrit à nouveau que « les avocats, procureurs, juges, conseillers » montèrent la garde au Palais et sur la place des Etaux.

  • 56 Mellier, p. 206.
  • 57 Mellier, p. 208.
  • 58 Mellier, p. 162.
  • 59 Mellier, p. 192. Nous soulignons.
  • 60 Mellier, p. 198. Nous soulignons.
  • 61 Mellier, p. 150.
  • 62 Mellier, p. 215.

22Des notations éparses dans le texte de Michel Forest attestent également une évolution de sa lecture du corps social. Il note ainsi avec soin que lors des festivités qui entourèrent l’arrivée d’un régiment d’artillerie à Valence, à la fin des années 1780, « la noblesse se plaça sans distinction avec la bourgeoisie ». Chez Georges Mellier, il n’y a guère de continuité dans le vocabulaire employé. Le « peuple » désigne généralement une foule qui s’assemble pacifiquement pour un événement particulier comme la procession qui a suivi la profanation du crucifix qui est à l’origine de l’affaire de La Barre. Le terme est alors synonyme de « foule de monde56 » ou de « concours de monde57 ». La « populace » est associée à une crise frumentaire en 1757, durant laquelle elle « faisait entendre des murmures terribles et blasphémait contre Dieu et surtout contre le mayeur…58 ». Le décès, en septembre 1758, de Louis Lohin, un tisseur de draps qui travaillait à la manufacture des Van Robais, fait surgir un commentaire particulièrement intéressant : « Il est mort à l’âge de trente-huit ans et il a peut-être été regretté de tous nos notables bourgeois que s’il était né de la première famille de chez nous59 », expression qui se retrouve ailleurs. Par ailleurs, Georges Mellier note, à l’occasion d’un accident survenu sur un pont, un autre terme lié aux hiérarchies sociales : « Parmi les victimes, on ne cite personne de distinction60 ». Le terme d’« ouvrier » apparaît dès le début du texte61 et se rencontre surtout dans les années 1770, lorsque Georges Mellier porte un jugement politique sur le gouvernement du Triumvirat : « L’ouvrier ne peut résister, il faut qu’il succombe » ; « L’ouvrier et le pauvre en sont les plus grandes victimes » ; « Voilà trois ans que pain, viande et boisson, et généralement toutes les denrées sont à un prix au-dessus du gain de l’ouvrier »62. C’est à partir de ce moment que le couple « bourgeois »/ « ouvrier » apparaît de plus en plus fréquemment sous sa plume. Georges Mellier ne méconnaît, bien sûr, pas les divisions traditionnelles, en particulier entre les ordres, mais elles apparaissent bien plus rarement. La noblesse est très peu évoquée alors qu’elle était très présente dans la ville, il est vrai dans d’autres quartiers. En décembre 1765, la liste des messes dites pour le rétablissement du Grand Dauphin, révèle ainsi de la part de Georges Mellier une classification sociogéographique de la ville qui ne recoupe pas les hiérarchies traditionnelles. Il cite, en effet, en premier la messe des conseillers de la ville et des officiers de la jeunesse, qui a été dite dans l’église Saint-Georges qui est sa propre paroisse. Il évoque ensuite celle de l’état-major, des nobles et des officiers (de justice et de finance) qui a eu lieu en l’église de Saint-Wulfran qui est la plus importante et prestigieuse de la ville. Il cite ensuite la messe des consuls dite à l’église du couvent des Jacobins et il revient à l’église Saint-Georges pour évoquer la messe des matelots. Nos quatre scripteurs partagent donc une intériorisation de la dimension locale et civique de leur existence ; elle est d’autant plus forte qu’ils appartiennent, au fond, aux principaux bénéficiaires d’un ordre urbain qu’ils entreprennent de justifier à chaque fois que cela est possible.

Un conservatisme consubstantiel à l’écriture ?

  • 63 Forest, p. 81.
  • 64 Mellier, p. 223.
  • 65 Forest, p. 41.
  • 66 Forest, p. 52.

23Il y a clairement pour nos scripteurs des personnages fondamentaux, véritables héros de leurs textes, qui apparaissent, en particulier, au moment de leur mort. Il s’agit presque toujours de religieux, au premier rang desquels figure l’évêque de la ville. La mort, en juin 1774, de Louis François Dorléans de La Motte, évêque d’Amiens depuis 1734, est l’occasion pour Georges Mellier d’un panégyrique centré sur sa charité. Michel Forest semble avoir éprouvé la même dévotion pour Alexandre Milon, évêque de Valence de 1728 à 1771, et pour les mêmes raisons : « Ce qui doit toucher davantage les citoyens, c’est sa charité envers l’hôpital puisqu’il lui a donné près de cinq cent mille livres…63 ». Après l’évêque, un deuxième personnage central est le curé de la paroisse. Georges Mellier évoque immédiatement après la mort de l’évêque d’Amiens, dans des termes presque similaires, Louis Antoine Duval, curé de la paroisse Saint-Georges depuis 1742, décédé en septembre 1774. Une autre figure fondamentale apparaît chez Georges Mellier et Etienne Doublet : le père. La mort, toujours en 1774, de Georges Mellier père, est amèrement déplorée par son fils : « La douleur dont mon cœur est percé[e] et pénétré[e] d’une telle perte m’empêche de m’exprimer64 ». Enfin, apparaissent dans les textes des figures particulièrement honorables. Michel Forest évoque ainsi la mort de M. de Saint-Marcel, brigadier des armées du roi, chevalier de Saint-Louis, en 1755 : « Il fut universellement regretté surtout par les pauvres ne se laissant rien pour leur donner65 ». La mort d’un chanoine régulier de Saint-Ruf, M. Dufauret, appelle le même commentaire et un panégyrique plus long66.

  • 67 Brière, p. 56.
  • 68 Doublet, p. 81.

24James S. Amelang, dans son étude magistrale sur les autobiographies d’artisans à l’époque moderne, a noté que beaucoup d’entre elles étaient marquées par un réel conservatisme social et religieux. La lecture de ces quatre textes ne saurait le démentir. Parmi les traits communs que partagent, en effet, nos quatre scripteurs, se trouve d’abord un respect infini non seulement pour la religion mais aussi pour l’Eglise catholique. Ils vénèrent leurs prêtres ou plutôt certaines figures religieuses particulièrement charismatiques en raison de leur engagement caritatif. Ils sont profondément pénétrés de leurs devoirs religieux, symboles en cela de la réussite des efforts de la Réforme catholique depuis trois siècles. Ils sont respectueux des arrêts de la Providence divine qui règlent leurs vies. Enfin, ils détestent les tièdes, les blasphémateurs et les protestants. Jean Brière a éprouvé le besoin, comme nous l’avons dit, de rappeler le sac d’un établissement religieux par les calvinistes en 1560 et il note, pour l’année 1716, la noyade de la fille d’un marchand protestant de la ville67. En 1782, soit cinq ans seulement avant l’édit de tolérance de 1787, Etienne Bruno Doublet rapporte l’abjuration d’un maître menuisier dans l’église Saint-Saturnin68 et les annales de Michel Forest contiennent plusieurs récits d’incidents avec les protestants, qui étaient demeurés nombreux dans sa région.

  • 69 Collinson (P.), « John Stow and nostalgic antiquarianism », dans Merritt (J. F.) dir., Ima (...)
  • 70 Voir à ce sujet S. Sherman, Telling Time. Clocks Diaries and English Diurnal Form, 1660-17 (...)
  • 71 Mellier, p. 148.

25Dans son étude sur les antiquaires anglais de la fin du XVIe siècle, au moment où se crée une forme d’écriture de la localité, dont John Stow ou William Lambarde ont été les plus beaux exemples, P. Collinson avance qu’ils auraient été animés par une nostalgie consubstantielle à leur écriture69. Le conservatisme ne serait-il donc pas une qualité nécessaire pour écrire une chronique urbaine ou même un livre de famille ? Il est, par exemple, évident que nos scripteurs sont fascinés par le passage du temps70. George Mellier tient ainsi une comptabilité très précise par exemple de son âge et de celui de ses proches : « Ma femme, écrit-il, était âgée de dix-huit ans et six mois ; j’avais vingt-et-un ans, quatre mois et quatre jours ». Il donne également l’heure de la naissance de ses enfants ou de la mort de ses proches et d’un grand nombre des événements qu’il rapporte : « Le 31 mai 1748, entre neuf et dix heures du matin, il est né un garçon de notre mariage ; il a été baptisé le 1er juin de ladite année dans sa paroisse Saint-Georges, à six heures du soir » ; « elle est morte entre deux heures moins un quart et deux heures d’après dîner »71 ; « Le 4 juillet 1749 fut pendu, à huit heures du soir, sur le marché au blé, le nommé Jean Housse… ». Il enchevêtre, enfin, son récit de rappels chronologiques : « Monsieur Siffait a été nommé prévôt en 1725, l’année où je suis venu au monde ». Il s’agit là sans doute d’un comportement individuel, lié à une perception spécifique de la durée mais cette fascination pour le temps peut être rapprochée de la vision ordonnée du monde dont font preuve nos scripteurs. Leur traditionalisme n’est, cependant, pas incompatible avec des positions critiques vis-à-vis du régime monarchique. Nous l’avons laissé entendre lorsque nous avons souligné le silence de Michel Forest à la mort de Louis XV dont la plume s’efface derrière une instruction officielle. De même, la dimension la plus frappante du texte de Georges Mellier est le surgissement progressif d’une réelle conscience politique et d’une distanciation vis-à-vis du pouvoir royal.

  • 72 Les notations personnelles sont ainsi au nombre de quatre, seulement dans le texte de M. F (...)
  • 73 Ce point a été souligné à plusieurs reprises lors des colloques organisés par le Groupe de (...)

26Les quatre textes que nous avons étudiés semblaient au départ s’opposer radicalement aussi bien en ce qui concerne la forme de l’écriture que le contenu. Les deux chroniques ne paraissaient devoir rien livrer d’intime ou de privé72 sur leurs auteurs alors que les deux livres de raison devaient nous introduire au cœur de leur identité personnelle. Si les intentions ouvertes des scripteurs étaient, en effet, différentes, l’exploration parallèle des quatre textes a complètement brouillé notre vision initiale. Ces quatre écrits sont bien plus hétérogènes que nous pouvions le penser initialement et leur contenu, comme les modèles d’écriture qui les ont informés, se sont révélés en grande partie communs. L’analyse montre bien que l’hybridité, c’est-à-dire le mélange des genres, est un des caractères fondamentaux de la définition des écrits du for privé73. Ce fait a été jusqu’à présent sous-estimé, sans doute parce que les textes qui ont été longtemps privilégiés par les historiens, étaient relativement homogènes et qu’ils avaient été repérés pour cette raison. Sans faire apparaître beaucoup d’émotions ou de sentiments, ces quatre textes nous permettent également de dessiner un portrait parallèle de leurs scripteurs. Il les éloigne du profil souvent attribué aux membres des classes moyennes urbaines de la période prérévolutionnaire. Il est vrai que ces hommes, profondément catholiques, attachés à un ordre social dont ils étaient, naturellement, parmi les bénéficiaires, et dont l’être était intimement conservateur, n’habitaient pas la capitale ou les grandes métropoles dynamiques des façades maritimes. Ils n’en sont pas moins animés par une identité individuelle et collective qu’une lecture attentive de leurs écrits permet de restituer.

Notes

1 Nous avons présenté les premières versions de ce texte lors du séminaire du Groupe de Recherches sur les pouvoirs et les sociétés de l’Occident médiéval et moderne, Université Laval (Québec), 14/15 avril 2007 et de la journée thématique « Les écrits du for privé » du Larhra Grenoble, 10 avril 2009. Nous remercions très vivement Claire Dolan, Anne Béroujon, Stéphane Gal et tous les participants à ces rencontres, des remarques et suggestions qu’ils ont eu l’amabilité de nous faire.

2 Voir Ruggiu (F.-J.), « Ecrits du for privé » et « Ecrits ordinaires », dans Figeac (M.) dir., L’ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 2007, p. 167- 170, p. 170-172.

3 White (H.), The Content of the Form. Narrative Discourse and Historical Representation, Baltimore et Londres, The John’s Hopkins University Press, 1987, p. 1-25. Les citations sont p. 16, p. 5 et p. 9.

4 « Souvenirs d’un maître serrurier chartrain (1760-1807) », dans Marcel-Robillard (C.), Le folklore de la Beauce, volume 4, Paris, Maisonneuve et Larose, 1968, p. 60-106 (ci-après Doublet) ; Forest (M.), Chroniques d’un bourgeois de Valence au temps de Mandrin, Saint-Martin-d’Hères, Presses universitaires de Grenoble, 1980 [1ère édition sous le titre Annales de Michel Forest, sur ce qui s’est passé de plus remarquable à Valence de 1736 à 1784, Valence, Imprimerie de Chenevier et Pessieux, 1879] (ci-après Forest) ; Tillette de Clermont-Tonnerre (A.), « Livre de raison d’un bourgeois d’Abbeville (XVIIIe siècle) », Bulletin de la Société d’Emulation d’Abbeville, 5, 1900-1902, p. 143-164, 189-228, 233-247 (ci-après Mellier) ; Chronique des années 1709 à 1732 attribuée à Jean Brière, bourgeois d’Alençon, Société Historique et Archéologique de l’Orne, Mémoires et documents n° 3, 2001 (ci-après Brière).

5 Tricard (J.), « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens : pour relancer une enquête », Revue Historique, n° 624, 2002/4, p. 993-1011 ; Lemaitre (N.), « Les livres de raison en France (fin XIIIe-XIXe siècles) », Testo e Senso, n° 7, 2006 (www.testoesenso.it) ; Mouysset (S.), Papiers de famille : introduction à l’étude des livres de raison : France, XVe-XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

6 Lepetit (B.), Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, annexe 2. Voir, également, Garnot (B.), Un déclin : Chartres au XVIIIe siècle, Paris, Ed. du CTHS, 1991.

7 RUGGIU (F.-J.), Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997, p. 19.

8 Une telle progression la classe seulement parmi « les villes et bourgs à croissance moyenne » du Dauphiné. Favier (R.), Les villes du Dauphiné aux XVIIe et XVIIIe siècles, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1993, p. 439.

9 Brière, p. VIII-IX. Son éditeur scientifique, Christian-Louis Thomas, qui n’a pu le retrouver dans les archives alençonnaises du début du XVIIIe siècle, émet même l’idée d’une erreur de recopiage sur le nom.

10 Un village qui se situe dans l’actuel département de la Drôme à 25 kilomètres environ de Valence.

11 Mellier, p. 219.

12 Actuellement Béville-le-Comte, canton d’Auneau, arr. de Chartres, dép. Eure-et-Loir.

13 Une branche de l’ordre des Augustins, née à la fin du XVIe siècle.

14 Doublet, p. 85.

15 Amelang (J. S.), The Flight of Icarus. Artisan autobiography in Early Modern Europe, Stanford University Press, 1998.

16 Mellier, p. 219.

17 Doublet, p. 67.

18 Doublet, p. 95-106.

19 La première publication a été réalisée par J. Brun-Durand, sous le titre, qui est apparemment celui donné par le scripteur, Annales de Michel Forest, sur ce qui s’est passé de plus remarquable à Valence de 1736 à 1784, en 1879. Une seconde publication, en 1980, par Roger Canac, donne au livre un titre plus accrocheur : Chroniques d’un bourgeois de Valence au temps de Mandrin.

20 Adrien Tillette de Clermont-Tonnerre, descendant d’une famille locale, anoblie sous l’Ancien Régime, était une figure de l’érudition abbevilloise et un pilier de la Société d’Emulation d’Abbeville.

21 Le manuscrit qui subsiste du texte de Jean Brière, conservé à la Bibliothèque Municipale d’Alençon, est apparemment une copie de la seconde moitié du XVIIIe siècle ; l’éditeur scientifique signale par ailleurs qu’une autre main semble être intervenue à plusieurs reprises sur le manuscrit. Les éditions des textes d’Etienne Bruno Doublet et de Georges Mellier ne précisent pas où ils étaient conservés au moment de la publication. Enfin, le texte de Michel Forest est à la Bibliothèque Municipale de Grenoble.

22 Une entrée : 1760, 1761, 1763, 1770, 1772, 1774, 1776, 1779, 1787, 1788 ; deux : 1768, 1780, 1782 ; trois : 1769, 1773, 1777 ; quatre : 1783 ; cinq : 1765 ; six : 1764 ; huit : 1771 ; dix : 1766, 1767. Certaines années n’ont donné lieu à aucune entrée : comme 1762, 1775, 1778, 1781, 1784-1786.

23 Brière, p. 26.

24 Sous la forme d’un « mémoire de tou[t] ce qui s’est passé [à] Alençon à l’arrivée de plusi[eurs] gens de dignité », qui ne comprend que trois entrées de quelques lignes.

25 Le même titre figure apparemment aussi en tête du volume mais une vérification serait nécessaire sur le manuscrit.

26 Lejeune (P.), Le pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975. Nombreuses rééditions en coll. « Points-Seuil ».

27 Mellier, p. 159.

28 Forest, p. 79 : « elle y attira plus de cinquante mille étrangers. Valence seul en fournit deux cents personnes qui racontèrent à leur retour ce qui s’y passa et laissèrent des regrets à ceux qui étaient restés ».

29 Mellier, p. 146, 149, 154, p. 158, p. 161, p. 190, p. 191. Il écrit parfois « selon le rapport des anciens », p. 154. Une autre expression courante : « le bruit s’est répandu », p. 190.

30 Mellier, p. 154

31 Mellier, p. 159.

32 Mellier, p. 160.

33 Mellier, p. 203.

34 Sur les écrits affichés, on se reportera à la thèse d’Anne Beroujon, L’écrit dans la ville. Espaces, échanges et identités à Lyon au XVIIe siècle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, coll. « La pierre et l’écrit », 2009.

35 Forest, p. 105.

36 Forest, p. 31 et suivantes.

37 Forest, p. 70.

38 Une des rares historiennes à s’y être intéressées jusqu’à présent pour la France est Dolan (C.), « L’identité urbaine et les histoires locales publiées du XVIe au XVIIIe siècle en France », Canadian Journal of History/Annales Canadiennes d’Histoire, XXVII, August/août 1992, p. 277-298. Elle montre, en particulier, l’inflation des titres au XVIIIe siècle et le jeu entre les sous-genres, en particulier entre les « antiquités » et les « histoires ». Les travaux actuels de Clarisse Coulomb, comme le montre le dossier qu’elle a publié dans la revue Histoire Urbaine (« Écrire l’histoire de la ville à l’époque moderne », n° 28, 2010), devraient approfondir nos connaissances en ce domaine. Pour l’Angleterre, voir Clark (P), « Visions of the Urban Community. Antiquarians and the English City before 1800 », dans Fraser (D.) et Sutcliffe (A.) dir., The Pursuit of Urban History, Londres, Edward Arnold, 1983, p. 105-124 et, surtout, les travaux fondamentaux de Sweet (R.), The writing of urban histories in eighteenth-century England, Oxford, Clarendon Press, 1997.

39 Histoire des pays et comté du Perche et duché d’Alençon, où est traité des anciens seigneurs de Bellesme, comtes du Perche... et des Rotrous, vicomtes de Chasteaudun... ensemble des princes de la maison royale qui ont tenu lesdites provinces depuis S. Louys jusques à présent, par M. Gilles Bry, sieur de La Clergerie, Paris, impr. de P. Le Mur, 1620 ; Additions aux recherches d’Alençon et du Perche, esquelles sont insérées plusieurs lettres et déclarations du roy pour Jean et René, ducs d’Alençon, et desdits Jean et René au roy ; le procès criminel fait audit René, par M. Gilles Bry, sieur de La Clergerie, Paris, Impr. de P. Le Mur, 1621 ; Sanson (N.), dit Sanson d’Abbeville, Britannia, ou Recherche de l’antiquité d’Abbeville, Paris, 1635 ; Ignace-Joseph de Jésus-Maria [Jacques Sanson], Histoire ecclésiastique de la ville d’Abbeville et de l’archidiaconé de Ponthieu au diocèse d’Amiens, Paris, F. Pélican, 1646 et L’Histoire généalogique des comtes de Pontieu et maïeurs d’Abbeville, où sont rapportés les priviléges que les rois leur ont donnés... et ce qui s’est passé de plus remarquable dans le pays de Pontieu et de Vimeu, au diocèse d’Amiens... depuis 1183 jusques à l’année 1657. Avec un recueil des hommes illustres, Paris, F. Clouzier, 1657 ; Souchet (J.-B.), Histoire du diocèse et de la ville de Chartres, publiée d’après le manuscrit original de la bibliothèque communale de Chartres [avec une notice biographique sur l’auteur, par A. Lecocq], Chartres, impr. de Garnier, 1866-1873. Elle aurait été rédigée vers 1640 : Chedeville (A.) dir., Histoire de Chartres et du pays chartrain, Toulouse, Privat, 1983, p. 308 ; Sablon (V.), Histoire de l’auguste et vénérable église de Chartres, dédiée par les anciens Druides à une vierge qui devait enfanter, Chartres, R. Bocquet, 1671 ; de Catellan (J.), Antiquités de l’église de Valence ; avec des réflexions sur ce qu’il y a de plus remarquable dans ces antiquités, Valence, Gilibert, 1724.

40 Mémoires historiques sur la ville d’Alençon et sur ses seigneurs, précédés d’une dissertation sur les peuples qui ont habité anciennement le duché d’Alençon et le comté du Perche, et sur l’état ancien de ces pays, Alençon, J. Z. Malassis, 1787.

41 Histoire de la ville de Chartres, du pays Chartrain et de la Beauce, Chartres, Impr. de Deshayes, 1786.

42 Brière, p. 11.

43 Le texte est présenté, d’une manière à vrai dire peu claire, par Blanc (A.), La vie dans le Valentinois sous les Rois de France (de 1500 à 1790), Paris, A. et J. Picard, 1977, p. 8 et 25. Il a été publié, mais sous forme d’extraits qui insistent vraisemblablement sur le côté politique par Maignien (E.), Joubert (F.) et de Merez (S.), Mémoires de divers événements en Dauphiné notamment pendant les guerres de religion, Grenoble, Drevet, 1886.

44 Bibliothèque Municipale d’Alençon, manuscrit 2558 : Journal historique des événements arrivés à Alençon depuis 1772 par Leconte de Betz, conseiller au présidial.

45 Comme, par exemple, Ledieu (A.), « Le livre de raison de Lavernot-Pascal », Bulletin de la Société d’Emulation d’Abbeville, 3, 1889, p. 178-224.

46 Journal de Dom Geslain. Souvenirs Historiques Chartrains, Chartres, Petrot-Garnier, 1862. Il y évoque essentiellement les grandes cérémonies survenues à Chartres, comme les processions, les services funèbres pour l’évêque de Chartres, décédé en juin 1746, l’entrée de son successeur, des cérémonies de canonisation ou encore le jubilé séculaire de 1751. Il aborde aussi les affaires religieuses de l’abbaye et ses activités économiques, les grandes perturbations météorologiques ainsi que l’état des récoltes et des vendanges ou l’évolution des prix.

47 Doublet, p. 73, 74, 76.

48 Michel Forest peut donner « à l’hôtel de ville », vraisemblablement dans une salle de cérémonie, le repas par lequel il entendait célébrer la première messe de son fils, Forest, p. 118. Il indique être à cette occasion « prieur des vignerons » ce qui signifie qu’il était sans doute un des officiers d’une confrérie de vignerons.

49 Forest, p. 101 : « Le passage et établissement que je vais décrire est d’autant plus glorieux pour notre ville… ».

50 Il emploie le même terme en 1771 à propos de la sœur de Louis François de Monteynard, nommé secrétaire d’Etat à la guerre après la disgrâce du duc de Choiseul (Forest, p. 78).

51 Forest, p. 111 et p. 115 : « Si notre ville ne se montra point dans ces fêtes aussi brillantes et aussi magnifiques que les premières du royaume, elle peut se flatter qu’aucune autre ne la surpassa par les sentiments d’amour et de respect qui se doivent au roi et à tout ce qu’il l’intéresse, surtout étant la seconde ville d’une province qui porte le nom du premier né héritier de la couronne ».

52 Darnton (R.), The Great Cat Massacre, New York, Vintage Books, 1984, p. 107-143.

53 Duby (G.) dir., Histoire de la France urbaine, tome III, La ville classique, Paris, Seuil, 1981, p. 191- 194.

54 Brière, p. 117.

55 Brière, p. 148.

56 Mellier, p. 206.

57 Mellier, p. 208.

58 Mellier, p. 162.

59 Mellier, p. 192. Nous soulignons.

60 Mellier, p. 198. Nous soulignons.

61 Mellier, p. 150.

62 Mellier, p. 215.

63 Forest, p. 81.

64 Mellier, p. 223.

65 Forest, p. 41.

66 Forest, p. 52.

67 Brière, p. 56.

68 Doublet, p. 81.

69 Collinson (P.), « John Stow and nostalgic antiquarianism », dans Merritt (J. F.) dir., Imagining early modern London : perceptions and portrayals of the City from Stow to Strype, 1598-1720, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 27-51.

70 Voir à ce sujet S. Sherman, Telling Time. Clocks Diaries and English Diurnal Form, 1660-1785, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1996 ainsi que le projet scientifique porté par Arianne Bagermman à l’Université Erasme de Rotterdam : Controlling Time and Shaping the Self (http://www.fhk.eur.nl/english/controllingtime/).

71 Mellier, p. 148.

72 Les notations personnelles sont ainsi au nombre de quatre, seulement dans le texte de M. Forest. Il évoque d’abord « ma vigne de la Crosette », à l’occasion d’un orage survenu en 1765 qui l’a si endommagé « qu’elle m’arracha des larmes des yeux ». La seconde intervention directe de Michel Forest arrive en 1783 à propos de l’enterrement de sa nièce, « jeune personne de dix-neuf à vingt ans, jolie comme un ange » qui se trouve avoir été la première mort survenue dans une paroisse nouvellement créée. Il n’est pas sûr qu’il en aurait parlé autrement. La troisième intrusion de l’auteur survient peu de temps après la deuxième, lorsqu’il parle de la première messe dite par son fils, Augustin, également en 1783 : « Aussi fis-je éclater toute ma joie en invitant au repas que je donnai à l’hôtel de ville tous mes parents et amis ». La quatrième, et dernière, achève l’ouvrage : il s’interrompt, alors, nous dit-il, que « les foudres de la guerre ont fait retentir au loin leur bruyant effet ». Le paragraphe précédent retrace, en effet, l’histoire de l’installation dans la ville de l’école d’artillerie. Le 1er juin 1784, « on a fait la première école », c’est-à-dire le premier exercice de tir, auquel « toute la ville et beaucoup d’étrangers » sont venus.

73 Ce point a été souligné à plusieurs reprises lors des colloques organisés par le Groupe de Recherches CNRS n° 2649 : Bardet (J.-P.) et Ruggiu (F.-J.) dir., Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005 et Cassan (M.), Bardet (J.-P) et Ruggiu (F.-J.) dir., Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités, Limoges, PULIM, 2007.

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search