Version classiqueVersion mobile

Car c’est moy que je peins

 | 
Sylvie Mouysset
, 
Jean-Pierre Bardet
, 
François-Joseph Ruggiu

J’écris, je suis : l’individu au miroir de lui-même

L’écriture de soi dans les archives d’Henri Gradis, négociant bordelais (1823-1905)

Christine Nougaret

Texte intégral

  • 1 Arch. nat., 181 AQ 51*.
  • 2 Cassan (M.), « Les livres de raison, invention historiographique, usages historiques », da (...)
  • 3 Voir par exemple les journaux de commerce du XVIIIe siècle (181 AQ 2*-23*) ou le compte d’ (...)
  • 4 À noter, la Bibliothèque nationale de France conserve le journal de Mme Fromental Halévy, (...)

1Effectuant, en 2006, le classement des archives de la maison de commerce David Gradis et fils, j’eus la surprise de découvrir au milieu des livres comptables, le livre de « Compte particulier de Moïse Henri Gradis. Commencé le 6 juillet 1853, jour de son mariage avec Hanna Claire Brandam1 ». Au premier abord, rien d’original, ce compte paraissait répondre à l’archétype du livre de raison. Le scripteur est un négociant rompu à la pratique des livres de commerce ; le titre du livre affirme explicitement sa nature et témoigne d’une entrée en écriture au mariage2 ; le scripteur, enfin, se place sous la protection divine en inscrivant en préambule l’invocation religieuse familiale « Laus Deo », présente dans tous les livres de commerce de la maison Gradis3. Pourtant, deux caractéristiques distinguaient cet écrit : le livre a été ouvert en plein XIXe siècle, alors que le genre du livre de raison est en régression et que quantités d’autres formes d’expression écrite s’offraient à son scripteur ; celui-ci ne s’en est pas privé puisque, outre les ouvrages historiques, religieux et littéraires qu’il a publiés, Henri Gradis est l’auteur d’écrits personnels tels que poèmes, histoire familiale et autobiographie. Seconde caractéristique, enfin, Henri Gradis était un juif pratiquant, qui présida le consistoire de la Gironde, ce qui le différencie de l’écrasante majorité des auteurs recensés de livres de raison4.

  • 5 Gradis (H.), Pages intimes, Bordeaux, s.l., 1903. Seul est paru le tome 2 dont un exemplai (...)

2Inséré dans le fonds d’archives Gradis, le compte particulier d’Henri Gradis présente l’avantage de pouvoir être étudié dans son environnement archivistique. Il était dès lors envisageable de voir la place qu’il occupe dans les écrits personnels d’Henri Gradis et dans la construction de sa mémoire familiale ou autobiographique. Cette interrogation de départ a vu sa légitimité confortée par la découverte d’un écrit d’Henri Gradis, publié à compte d’auteur et à diffusion familiale, portant le nom, oh combien évocateur, de Pages intimes5.

3Je présenterai succinctement Henri Gradis et ses archives, avant d’examiner ses écrits personnels et d’évaluer la part de l’intime dans ceux-ci.

Henri Gradis, négociant écrivain, et ses archives

Biographie succincte d’Henri Gradis

  • 6 Mais le 6e chef de famille, voir Schwob d’Héricourt (J.), La maison Gradis de Bordeaux et (...)
  • 7 Une rue de Bordeaux porte le nom de David Gradis.
  • 8 Butel (P.), Les négociants bordelais, l’Europe et les îles au XVIIIe siècle, Paris, Aubier (...)

4Henri Gradis, né à Bordeaux en 1823 et mort à Paris en 1905, est le 7e chef de la maison de commerce David Gradis et fils6 créée à Bordeaux7 à l’extrême fin du XVIIe siècle ; il appartient à une famille juive originaire du Portugal. Au XVIIIe siècle, la maison Gradis acquiert une importance considérable dans l’armement maritime et le négoce avec le Canada et les Iles comme l’ont montré de nombreux travaux historiques8. Les Gradis, bourgeois de Bordeaux, participent à la vie politique de la cité et représentent leurs coreligionnaires si besoin : en 1785, Malesherbes choisit ainsi David II Gradis pour présider la commission chargée d’examiner le statut des juifs en France.

  • 9 La famille Gradis figure ainsi dans le Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Pa (...)
  • 10 Coston (H.), Dictionnaire des dynasties bourgeoises et du monde des affaires, Paris, A. Mo (...)
  • 11 Cavignac (J.), Les Israélites bordelais de 1780 à 1850, Paris, Publisud, 1991.
  • 12 Prévost (M.) et Roman d’Amat (J.-C.), dir., Dictionnaire de biographie française, t. 16, P (...)
  • 13 David II Gradis (1742-1811), chef de la maison de 1788 à 1811 ; Benjamin III Gradis (1789- (...)

5Au XIXe siècle, malgré la régression de ses activités commerciales, la famille Gradis reste très connue : elle appartient à la grande bourgeoisie bordelaise9 et au patronat français10, et compte au nombre des élites juives11, avec pour alliés les Rodrigues-Henriques, les Brandam, les Halevy, les Foa… Six de ses membres de la période ont fait l’objet d’une notice individuelle dans le Dictionnaire de biographie française de Prévost et Roman d’Amat12 : ces Gradis du XIXe siècle se signalent comme édiles bordelais, présidents de consistoire, juges au tribunal de commerce, trésorier à la chambre de commerce, mais aussi comme écrivains, philosophes, historiens, musiciens, auteurs dramatiques, romanciers, critiques littéraires… David et Benjamin Gradis, respectivement 5e et 6e chefs de la maison de commerce Gradis13, se sont adonnés à la réflexion philosophique, politique et religieuse et ont publié dans ces domaines articles et ouvrages.

  • 14 D’après Henri Gradis, les opérations commerciales se bornent à l’administration de quelque (...)
  • 15 Il a présidé en 1875 la 2e section du tribunal et, pour en conserver le souvenir, il a pub (...)
  • 16 Polyxène, drame antique en quatre actes et en vers, Paris, C. Lévy, 1881 ; Jérusalem, dram (...)
  • 17 Histoire de la révolution de 1848, Paris, Michel-Lévy, 1872 ; Histoire de Bordeaux, Paris, (...)
  • 18 Voir ses écrits religieux publiés dans Pages intimes.
  • 19 Jullian (C.), Histoire de Bordeaux depuis les origines jusqu’en 1895, Bordeaux, Féret et f (...)
  • 20 Deux garçons, Gaston et Raoul, et deux filles, Anna et Emma.

6Comme son grand-oncle David et son père Benjamin, Henri Gradis a plusieurs cordes à son arc, que la moindre importance de la maison de commerce au XIXe siècle14 va lui donner le loisir d’utiliser. Bachelier en 1842, il rejoint la même année la Maison Gradis et en assure la direction, de la mort de son père, en 1858, à son propre décès en 1905. Notable bordelais, il remplit de nombreuses fonctions publiques : juge au tribunal de commerce en 1859-1865 et en 1872-187515, adjoint au maire de Bordeaux chargé des finances en 1864-1865 et en 1876, membre de la chambre de commerce de 1878 à 1890 et son trésorier de 1883 à 1890. Sur le plan religieux, il est membre de l’administration de la synagogue de Bordeaux dès 1848 et son président à partir de 1857 ; il est nommé vice-président du comité consistorial de secours en 1858, vice-président du consistoire de la Gironde à partir de 1885, puis son président de 1891 à sa mort. Henri Gradis poursuit parallèlement une carrière d’écrivain, dans le domaine du théâtre16, de l’histoire contemporaine17 et de la réflexion religieuse18. Son Histoire de la révolution de 1848 et son Histoire de Bordeaux, bien que cette dernière ait été rapidement éclipsée par celle de Camille Jullian19, lui valent deux médailles d’argent de l’Académie de Bordeaux en 1873 et en 1888. Vie bien remplie si l’on y ajoute les charges d’une famille – Henri Gradis a épousé en 1853 sa cousine maternelle Claire Brandam dont il a eu quatre enfants20- et une vie mondaine nourrie que relate régulièrement la chronique locale.

7Malgré ses nombreuses occupations, Henri Gradis a consacré du temps à l’écriture de textes plus personnels sur sa famille et lui-même. Ces écrits peu nombreux, partiellement édités par l’auteur pour ses proches, mais ignorés des rares notices biographiques consacrées à Henri Gradis, sont disséminés dans le fonds Gradis des Archives nationales et sont apparus à l’établissement de l’inventaire.

Archives Gradis

  • 21 État sommaire des fonds d’archives d’entreprises, de presse et d’associations conservés au (...)
  • 22 Lacousse (M.) et Nougaret (C.), Répertoire numérique détaillé du fonds Gradis. 181 AQ 1-15 (...)

8En 2005, soit un siècle après la mort d’Henri Gradis, son arrière petit-fils homonyme faisait don aux Archives nationales de la totalité des archives anciennes de la maison Gradis, composées de 68 registres et de 83 boîtes d’archives familiales et commerciales allant du XVIIIe au XXe siècle21. L’ensemble représente un total de 12 mètres linéaires après reconditionnement, dont on peut se faire une idée grâce à l’inventaire en ligne sur le site Internet des Archives nationales22.

  • 23 La reprise de l’inventaire pour consolider et expliciter ce classement est en cours, l’inv (...)

9Les archives Gradis présentent la particularité d’avoir été classées par la famille dès le XIXe siècle, dans un ordre strictement chronologique : les auteurs du classement ont, en effet, rangé par dates l’ensemble des papiers conservés, qu’ils intéressent la famille ou la société, et tous individus confondus, depuis les origines (le plus ancien document remonte à 1551) jusqu’à 1905, année de la mort d’Henri Gradis. Les papiers d’Henri Gradis se trouvent ainsi mêlés à ceux de ses contemporains et dispersés entre 21 cartons. C’est donc un véritable puzzle qu’il m’a fallu reconstituer pour repérer les écrits personnels d’Henri Gradis, éclatés par date ou période d’écriture, sans toucher pour autant à l’économie générale de l’inventaire, monument construit par les Gradis à leur famille23.

Les écrits personnels d’Henri Gradis

10Les écrits personnels d’Henri Gradis sont de deux sortes : des livres de comptes et des textes narratifs. Tous, quelle que soit leur nature, sont un lieu de l’expression personnelle, voire intime de l’auteur. Examinons-les successivement.

Livres de comptes

  • 24 « Livre de raison est un livre dans lequel un bon mesnager, ou un marchand escrit tout ce (...)
  • 25 Allusion à ce journal dans le compte particulier d’août 1858 (181 AQ 51, fol. 58).

11Henri Gradis a tenu deux livres de comptes personnels sa vie durant, en forme de grand livre. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une mise au net par poste de toutes les opérations comptables, en distinguant le « doit et l’avoir », selon la forme requise pour les livres de raison que rappelle Furetière dans son Dictionnaire universel24. Henri Gradis tenait aussi un livre journal pour l’enregistrement en temps réel de ses comptes, mais celui-ci n’a pas été conservé25.

12Par commodité, j’utiliserai les appellations d’Henri Gradis pour dénommer les deux livres : compte particulier pour le premier et grand livre pour le second.

  • 26 181 AQ 51*. Henri Gradis était à la charge de son père jusqu’à son mariage (voir les livre (...)
  • 27 Tricard (J.), « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens. Po (...)
  • 28 Raoul Gradis marié le 31 mai 1888 avec Suzanne Fould et père de 3 enfants.
  • 29 Emma Gradis mariée le 19 mars 1889 avec Georges Schwob d’Héricourt et mère de 2 enfants.

13Le « Compte particulier de Moïse Henri Gradis26 », qui a motivé cette recherche, commence le jour de son mariage et de son indépendance financière, le 6 juillet 1853, et se poursuit jusqu’à la fin de 1902, soit deux ans avant la mort d’Henri Gradis. Dans ce cahier de 94 folios, Henri Gradis enregistre par grands chapitres ses revenus et ses dépenses ainsi que les événements familiaux essentiels, associant comptabilité des biens et comptabilité des hommes, selon la belle formule de Jean Tricard27. La mémoire familiale reste toutefois très limitée, avec huit mentions en trente ans (1855- 1884) se rapportant exclusivement aux naissances, circoncision, mariage ou décès de ses enfants et petits-enfants. Les mentions familiales cessent totalement après 1884 quels que soient les événements survenus dans la famille : aucune allusion n’est faite au mariage des enfants Raoul28 et Emma29, pas plus qu’à la naissance de leurs propres enfants.

  • 30 181 AQ 52*.

14À partir de 1859, c’est-à-dire à compter de la succession de son père, Benjamin Gradis, et jusqu’à l’ouverture de la succession de son beau-père, Virgile Brandam, en 1886, Henri Gradis ouvre un second compte particulier, qu’il intitule grand livre30, où figure désormais le détail de ses dépenses, synthétisées dans le compte particulier ; y apparaissent, en outre, sept mentions d’événements familiaux présents aussi dans le compte. De petites flèches en marge signalent l’événement. Un seul exemple permettra de saisir la différence de degré de l’information entre les deux livres : en 1880, Henri Gradis marie sa fille Anna. Il note sobrement dans le compte particulier : « 1880. Anna frais de noces. 2 octobre. 10 000 [F]. » En revanche, il précise dans son grand livre : « Le 5 octobre 1880, ma chère fille Sara Anna Gradis a épousé Gaston Mayer, avocat à la Cour de Cassation. Que Dieu daigne bénir cette union ».

15Après 1885, c’est dans les écrits narratifs d’Henri Gradis que se nichent les mentions familiales, plus précisément dans l’histoire de sa famille ainsi que dans son autobiographie.

Ecrits personnels narratifs

16Les écrits personnels narratifs d’Henri Gradis sont peu nombreux mais clairement identifiables, puisqu’Henri les signe quasi systématiquement : quinze poèmes autobiographiques, un court récit d’excursion à Gavarnie, mais surtout une histoire de sa famille et une autobiographie, sans cesse remises sur le métier.

  • 31 181 AQ 107.
  • 32 181 AQ 95, d. 279.

17Les poèmes s’échelonnent de 1844 aux années 1880. Il en existe plusieurs versions en feuilles volantes ou en recueil manuscrit31. Ces écrits de facture convenue présentent la particularité d’être généralement autobiographiques et de refléter l’état d’esprit de leur auteur : jeune homme facétieux, qui écrit son épitaphe humoristique au lendemain de la Révolution de 1848 ; amoureux en 1850, tentant de concilier amour charnel et amour chaste ; homme éprouvé en 1875 trouvant le réconfort en Dieu ; vieillard nostalgique se remémorant les jours heureux à la campagne ; enfin, croyant résigné professant sa foi à la fin de sa vie. Henri Gradis attachait du prix à ses poèmes dont il souhaitait la publication après sa mort32. Cinq poèmes pittoresques ou édifiants figurent dans son ouvrage Pages intimes.

  • 33 181 AQ 94.

18Deuxième type d’écrit narratif, le « Voyage à Gavarnie les 21 et 22 août 185033 », est le court récit d’une excursion faite par Henri Gradis alors qu’il accompagnait son père en cure dans les Pyrénées. Il s’agit d’un écrit isolé, simple exercice d’écriture, Henri Gradis n’ayant tenu aucun carnet de ses voyages ultérieurs.

  • 34 « Notice généalogique, biographique et commerciale sur la famille Gradis et sur la maison (...)

19À partir de 1853, Henri Gradis s’attelle à l’écriture de l’histoire de sa famille34, œuvre qu’il va poursuivre jusqu’en 1902. Conçue selon un plan purement chronologique, la « Notice généalogique, biographique et commerciale sur la famille Gradis… » relate en 56 pages l’histoire des Gradis, dans l’ordre de succession de leurs chefs, depuis Diego Gradis, fondateur de la famille, jusqu’à Benjamin III, le père d’Henri, un chapitre étant consacré à chacun d’eux. La première version du manuscrit s’achève le 6 août 1855 avec la naissance du fils aîné d’Henri, Gaston Gradis, dans une logique de transmission masculine que vient éclairer l’arbre généalogique dressé par Henri Gradis et joint au dossier.

20Ce texte est essentiel pour Henri Gradis et tout laisse à penser qu’il l’a conçu alors que lui-même fondait une famille. Premier indice, la date d’entrée en écriture de 1853 qui correspond à l’année de son mariage et de son indépendance financière. Deuxième indice, la clôture du manuscrit le jour de la naissance de son fils premier né, appelé à assurer la continuité de la famille ; hypothèse qu’est venue renforcer la découverte d’une « Notice sur la famille Gradis. Aux Gradis à venir », datée de la même année 1855, note dans laquelle Henri enjoint à son nouveau-né et aux descendants futurs de celui-ci de conserver ce récit, de le continuer et de le transmettre à leurs fils « tant que Dieu permettra à notre famille d’exister et de se multiplier ». Henri Gradis s’érige donc en passeur en ouvrant le futur livre de famille des Gradis :

  • 35 Ibidem. Il n’est pas anodin de noter que cette notice est conservée avec la correspondance (...)

C’est à toi mon cher Gaston et à tes enfants si Dieu t’en accorde, que je confie le soin de conserver ce récit. Il contient l’histoire de notre famille pendant un siècle et demi. Le souvenir de ceux qui ont amassé la fortune dont nous jouissons et qui ont rendu honorable le nom que nous portons ne doit pas périr tant qu’il subsistera un seul de leurs descendants pour perpétuer et bénir leur mémoire. J’ai arraché à l’oubli ces annales ; votre tâche, mes enfants, sera de les conserver, de les continuer et de les transmettre à vos fils tant que Dieu permettra à notre famille d’exister et de se multiplier35.

  • 36 Gradis (H.), Notice sur Benjamin Gradis, 1858, 7 p. (181 AQ 106, d. 398), publiée en octob (...)

À la mort de son père, en 1858, Henri, nouveau chef de famille, clôt le chapitre qui lui est consacré dans l’histoire familiale et rédige une préface pour la publication posthume des œuvres de Benjamin Gradis36.

  • 37 Versions successives du chapitre 9 : pour 1872, 1873 et 1875, voir 181 AQ 95, d. 279 ; pou (...)

21Quatorze ans plus tard, en 1872, année qui voit la sortie de son Histoire de la révolution de 1848 et son retour aux affaires publiques, Henri Gradis reprend l’histoire de sa famille pour y ouvrir un 9e chapitre autobiographique, régulièrement mis à jour jusqu’en 187837.

  • 38 181 AQ 103, d. 354.
  • 39 181 AQ 95, d. 279.
  • 40 Ibidem.

22En 1879, la « Notice généalogique et biographique » des Gradis, à vocation mémorielle, prend une nouvelle dimension quand son auteur décide de la rebaptiser « Histoire de la famille Gradis38 » avec le projet de la faire éditer après sa mort. Le récit familial change alors de nature et son contenu s’adapte à cette divulgation projetée, l’histoire familiale s’inscrivant désormais nettement dans l’héritage juif des Gradis : un préambule sur les juifs portugais de Bordeaux inaugure l’ouvrage qui s’achève avec la mort du père en 1858 et l’énoncé de ses responsabilités religieuses. Parallèlement, Henri reprend certains éléments du chapitre 9, écarté de l’histoire familiale, pour rédiger sa notice biographique impersonnelle en guise d’introduction à son œuvre39, notice qu’il actualise en 1886 et 189140.

  • 41 En 1894, voir 181 AQ 103 d. 354 ; en 1896, voir 181 AQ 106, d. 397, cahier noir ; en 1898, (...)
  • 42 181 AQ 140.

23Dans les années 1890, ayant cessé toutes fonctions publiques mais repris les affaires, Henri Gradis abandonne son projet d’édition posthume au profit d’une publication de son œuvre de son vivant, et s’attelle à l’écriture de son autobiographie. Il a alors 75 ans. Il dispose comme matériau de son chapitre 9, complété des faits familiaux saillants essentiellement généalogiques, qui lui sert d’aide-mémoire41. Achevée en 1897, et mise à jour ensuite, l’autobiographie en treize pages42 comprend sept chapitres (jeunesse, fonctions publiques, 1870, littérature, commerce, immeubles en France, famille), introduits par un rappel des origines juives de la famille et conclus par une profession de foi.

  • 43 181 AQ 103, d. 354.
  • 44 181 AQ 108, projet de sommaire pour Pages intimes (s.d.).
  • 45 Avertissement en note de l’autobiographie : « Cette notice fait suite à l’histoire de la f (...)

24En 1900, Henri Gradis prévoit de réunir son autobiographie à son « Histoire de la famille Gradis43 ». A-t-il alors l’idée d’en faire un seul et même ouvrage, nécessairement hybride ? Le dilemme est résolu en 1903 avec la publication de Pages intimes où Henri Gradis fait le choix de publier, dans un premier volume, son « Histoire de la famille Gradis et de la maison David Gradis et fils jusqu’en 1858, date de la mort de Benjamin Gradis44 » et, dans un second, son autobiographie, conçue comme la suite de l’histoire de la famille45. Seul ce dernier volume sera finalement publié. Outre le rappel des origines juives de la famille, l’autobiographie et la profession de foi, y figurent cinq poèmes et six courts essais religieux.

Temps et modèles d’écriture

25S’ils sont peu nombreux, les écrits personnels d’Henri Gradis l’ont accompagné sa vie durant, puisqu’il n’a cessé de les compléter et de les remanier jusqu’à la publication, en 1903, du tome 2 de Pages intimes.

26Trois périodes se distinguent dans cette vie d’écriture :

  • La jeunesse est propice aux essais littéraires à caractère autobiographiques que sont les poésies des années 1848 à 185146 et le court récit d’une excursion à Gavarnie en 1850.
  • L’entrée dans la vie d’adulte est symbolisée par le mariage en 1853, la naissance du fils aîné en 1855, et la mort du père en 1858 qui fait d’Henri Gradis le nouveau chef de la famille. Cette période féconde voit l’ouverture du compte particulier, l’écriture de l’histoire de la famille Gradis et enfin la tenue du grand livre, à la succession du père.
  • Enfin, la maturité et la vieillesse, de 1872 à 1903, ouvrent une période pendant laquelle Henri Gradis se préoccupe de se survivre, en rédigeant son autobiographie et en organisant la publication de ses œuvres essentielles.
  • 47 Toutes publiées à compte d’auteur (181 AQ 51).

27Le hiatus de treize ans, entre 1859 et 1872, pendant lequel Henri Gradis met en sommeil ses écrits personnels, correspond aux années où il occupe ses loisirs à l’écriture de ses œuvres historiques ou dramatiques et à leur publication47.

28L’intérêt jamais démenti pour l’écriture chez Henri Gradis trouve l’une de ses origines dans le modèle familial car il vit entouré d’écrivains, à commencer par son oncle Benjamin II, dont il publie, en 1845, le roman posthume Zeïdouna et rédige la préface, mais surtout son père qui l’encourage dans ses travaux littéraires.

  • 48 Voir note 13. Henri Gradis prévoyait de l’éditer dans le tome 1 de Pages intimes.
  • 49 181 AQ 45*-48* (1821-1858).
  • 50 181 AQ 107, d. 399.

29L’influence du modèle familial s’exerce aussi sur ses écrits personnels. S’il subsiste aujourd’hui peu de traces des écrits personnels de ses proches, Henri Gradis les a connus puisqu’il en a hérité. Il a ainsi pu les utiliser pour son histoire de la famille : Henri Gradis cite à plusieurs reprises l’autobiographie inédite de son grand-oncle David48 dont il se sert pour son histoire de la famille. Il a aussi eu connaissance des livres de comptes de son père49, qui combinent, comme plus tard ceux d’Henri, comptabilité des biens et des hommes. Enfin, Henri a recopié des notes de son père relatant sa difficile naissance50.

30Le poids du modèle familial est donc fort : il détermine de ce fait le public visé par ces écrits et par voie de conséquence la nature des informations divulguées.

La part de l’intime dans les écrits d’Henri Gradis

Un lectorat restreint

  • 51 Voir la correspondance conservées dans 181 AQ 106, d. 398.

31Jusqu’en 1879, Henri Gradis écrit son histoire des Gradis pour son cercle de famille immédiat ou sa postérité comme en témoigne la « Notice aux Gradis à venir », évoquée plus haut, dans laquelle Henri Gradis invite ses descendants à se transmettre le récit familial et à conserver la foi de leurs pères. Le texte destiné à être lu par ses successeurs contient dès lors toutes les informations utiles à connaître sur la lignée et l’héritage spirituel et matériel des ancêtres, avec les informations indispensables sur le règlement des successions et l’état de la fortune. S’y ajoutent les faits marquants où s’est illustrée la famille. Les anecdotes et souvenirs pittoresques sont bannis du récit qui ne cherche pas à divertir, mais à perpétuer la mémoire d’une famille qui doit se poursuivre. Les recherches historiques qui étayent la démonstration lui donnent du prix et, dès 1855, Henri Gradis, dont on connaît l’intérêt pour l’histoire, fait bénéficier de ses recherches sur sa famille les historiens de Bordeaux ou du judaïsme : l’abbé O’Reilly, Théophile Malvezin, comme Eliakim Carmoly ou Heinrich Graetz51 tirent parti de ses travaux ; certaines des notices du Roman d’Amat sur les Gradis ont d’ailleurs pour source la Biographie des israélites de France de Carmoly qui a utilisé les recherches d’Henri Gradis.

32L’intérêt des historiens de son temps pour son récit familial conduit probablement Henri Gradis à en envisager la publication, d’abord posthume, puis de son vivant, avec l’aboutissement, en 1903, du projet de Pages intimes où il souhaite réunir histoire de la famille et autobiographie. Faute de préambule à cet ouvrage dont seul le tome 2 a été publié, on ignore les raisons de cette publication ultime et du choix du titre, qui peut renvoyer à l’un ou l’autre des deux sens du mot intime : soit ce qui est contenu au plus profond d’un être et reste généralement secret ; soit ce qui relie étroitement des êtres entre eux. Or force est de constater que ce sont les pages les moins secrètes de sa vie qu’Henri Gradis a choisi de divulguer : aucun des poèmes de jeunesse, par exemple, n’a été retenu. Si une expression de l’intimité de l’auteur existe, elle est à rechercher ailleurs et de préférence dans ses inédits.

La mort du fils aîné et le deuil du père

33À défaut de pouvoir épuiser le sujet dans le cadre d’une étude réduite comme celle-ci, j’ai fait le choix de suivre un événement précis de la vie d’Henri Gradis pour voir quel traitement il lui donne dans ses écrits : il s’agit de la mort de son fils aîné Gaston, décédé de maladie le 18 janvier 1865, à l’âge de neuf ans et demi.

34Premier enfant du couple, destiné à succéder à son père, Gaston concentre tous les espoirs de sa famille. Sa mort prématurée est un traumatisme profond pour ses parents, comme en témoigne, à la fin de sa vie, leur fils cadet Raoul, qui avait trois ans à la mort de son aîné :

  • 52 181 AQ 122, d. 481 : mémoires de Raoul Gradis, ca 1939.

Quoique très jeune, je n’avais que 3 ans à cette époque, j’ai conservé la pénible impression de la mort de mon frère, et le désespoir de ma mère reste présent à mon esprit. Mes parents reportèrent sur moi un redoublement d’affection, car j’étais le seul enfant masculin qui leur restait et je dois, sans doute, à cet événement malheureux de n’avoir pas reçu une éducation plus virile qui m’aurait sans doute permis de mieux accomplir ma tâche52.

  • 53 181 AQ 52*, fol. 27.

35Si Raoul ne parle que du désespoir de sa mère, la douleur de son père se laisse apercevoir dans ses écrits personnels. Au milieu des comptes d’Henri Gradis de l’année 1865, un petit encadré, tel un faire-part mortuaire, annonce : « Le 18 janvier 1865, j’ai perdu mon pauvre et bien aimé fils, Benjamin Gaston Gradis à l’âge de 9 ans et demi. Que le Seigneur reçoive son âme en paix dans le séjour des bienheureux !53 ». Expression sobre des sentiments où toute la détresse du père devant le scandale de la mort de son enfant se concentre dans le point d’exclamation final. Suivent les frais pour les obsèques et la tombe de Gaston, ainsi que la fondation de deux rentes au nom de Gaston Gradis, en faveur du comité de secours et de la salle d’asile de Bordeaux.

  • 54 181 AQ 95, dossier 279.

36Sept ans plus tard, en 1872, esquissant sa première autobiographie dans le chapitre 9 de l’histoire familiale, Henri Gradis revient sur la mort de son fils ; la précision sur l’âge précoce au décès tient lieu ici de point d’exclamation : « Entre ces deux dates [naissance des 3e et 4e enfants, Raoul et Emma], un grand malheur m’avait frappé : j’avais perdu mon fils aîné Benjamin Gaston Gradis, le 18 janvier 1865 (9 ans et demi)54 ».

37Pour la première et unique fois, Henri Gradis poursuit en rapportant sobrement la dévastation que fut cette mort pour sa famille, le conduisant à démissionner de ses fonctions de juge au tribunal de commerce pour se consacrer davantage à ses proches qu’il emmène en voyage en Allemagne.

  • 55 Ibidem.

En 1865, à la mort de mon pauvre fils, je ne pus continuer à remplir les doubles fonctions de juge et d’adjoint qui me surchargeaient de travail. J’adressai donc en ces termes ma démission à M. Blanchy, président du tribunal de commerce : « Après le cruel malheur qui vient de me frapper, je me vois forcé de modifier profondément mon genre de vie. Je dois réduire le fardeau de mes occupations afin de pouvoir consacrer à ma famille en deuil, une plus grande partie de mon temps […] ». Je restais adjoint au maire et je profitais de mon augmentation de loisir pour faire au mois de juillet avec ma famille un voyage en Allemagne55.

38Ce récit, somme toute très pudique, est retranché du texte en 1879 et ne paraîtra plus dans aucune des versions suivantes, la cessation des fonctions de juge étant dès lors totalement déconnectée de la mort de l’enfant.

  • 56 181 AQ 95, d. 279 : « Notice pour mettre en tête de mes poésies », 1879.

39Cette dernière, quant à elle, s’anonymise progressivement dans les écrits voués à la divulgation : en 1879, dans sa notice biographique à la 3e personne, Henri Gradis se contente de mentionner qu’il a eu « quatre enfants dont trois ont survécu56 ». En 1897, dans son autobiographie, il déplore la perte « d’êtres chéris », sans plus de précision, dans un pluriel qui peut aussi bien comprendre ses parents et son frère Emile que son fils. Seul le point d’exclamation en fin de phrase vient nous rappeler la douleur jamais effacée, malgré l’acceptation :

  • 57 181 AQ 140.

Je remercie Dieu des bienfaits dont il m’a comblé. Je n’ai certainement pas échappé aux profondes douleurs inséparables d’une longue vie. J’ai perdu des êtres chéris ! Mais j’ai encore avec moi ma femme bien aimée. J’ai un fils, deux filles, cinq petits-enfants aimables et bons, bien doués et affectueux57.

  • 58 Gradis (H.), « Profession de foi », dans Pages intimes, t. 2, 1903, p. 17.

40C’est cette version actualisée qu’Henri Gradis choisit de retenir pour ses Pages intimes, préférant à l’affliction la résignation du fidèle croyant à « l’immortalité de l’âme, à la vie future et à la rémunération58 ». Mais il achève le paragraphe en insistant sur la concorde qui règne dans sa famille, donnant ainsi la clé du mot intimité pour lui et le sens profond de cette publication, testament spirituel de son auteur :

  • 59 Gradis (H.), « Autobiographie », dans Pages intimes, t. 2, 1903, p. 15.

Je remercie Dieu des bienfaits dont il m’a comblé. Je n’ai certainement pas échappé aux profondes douleurs inséparables d’une longue vie. J’ai perdu des êtres chéris ! Mais j’ai encore avec moi ma femme bien aimée. J’ai un fils, deux filles, deux gendres, sept petits-enfants aimables et bons, bien doués, affectueux, entre lesquels n’a pas cessé de régner la plus parfaite intimité59.

Quarante-huit ans après la « Notice aux Gradis à venir », la boucle est bouclée.

41Henri Gradis a écrit sa vie durant, mais seul un volume de Pages intimes, diffusé au sein du cercle familial, témoigne de cette activité dans laquelle l’auteur faisait œuvre d’édification pour sa famille. Ce texte consensuel, publié à la fin de vie de son auteur, ramasse l’essentiel de ce qu’Henri Gradis a souhaité transmettre à ses héritiers : mais il nivelle les strates successives d’une écriture de soi élaborée par Gradis de sa jeunesse à sa mort, et qui constituent autant de jalons dans le parcours moral, spirituel et affectif d’un homme engagé dans son temps. Des études plus poussées seraient à conduire sur la relation qu’entretiennent mémoire et histoire dans les textes d’un auteur qui s’est aussi bien adonné à l’histoire qu’à la transmission familiale. En outre, la dimension profondément religieuse de sa réflexion, qui l’a conduit à comparer les mérites respectifs du judaïsme et du christianisme et à combattre les conversions au christianisme dans sa famille, mériterait d’être examinée dans sa complexité et dans ses conséquences personnelles. Les comptes enfin, dans leur sécheresse même, « objective », révèlent plus sur l’homme que celui-ci ne le confesse et justifieraient une exploitation systématique. Il est à souhaiter que le travail d’inventaire qui se poursuit éclairera la part d’ombre que recèlent encore ces très riches archives Gradis et incitera des chercheurs à les étudier plus avant.

Notes

1 Arch. nat., 181 AQ 51*.

2 Cassan (M.), « Les livres de raison, invention historiographique, usages historiques », dans Bardet (J.-P.) et Ruggiu (F.-J.) éd., Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiographiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2005, p. 17. Voir aussi Mouysset (S.), Papiers de famille, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 118.

3 Voir par exemple les journaux de commerce du XVIIIe siècle (181 AQ 2*-23*) ou le compte d’armement du navire La Laure (181 AQ 43*).

4 À noter, la Bibliothèque nationale de France conserve le journal de Mme Fromental Halévy, née Léonie Rodrigues-Henriques, tante maternelle d’Henri Gradis (NAF 14351).

5 Gradis (H.), Pages intimes, Bordeaux, s.l., 1903. Seul est paru le tome 2 dont un exemplaire est conservé sous la cote 181 AQ 108.

6 Mais le 6e chef de famille, voir Schwob d’Héricourt (J.), La maison Gradis de Bordeaux et ses chefs, Argenteuil, Imp. Mabilat, 1975, p. 12.

7 Une rue de Bordeaux porte le nom de David Gradis.

8 Butel (P.), Les négociants bordelais, l’Europe et les îles au XVIIIe siècle, Paris, Aubier, 1974 ; Maupassant (J. de), Abraham Gradis, 1699-1780, Bordeaux, Feret et fils, 1917 ; Menkis (R.), The Gradis Family of Eighteenth Century Bordeaux : A Social and Economic Study, PhD, Brandeis University, 1988 ; Saugera (É.), Bordeaux, port négrier XVIIe-XIXe siècles. Chronologie, économie, idéologie, Paris-Biarritz, Karthala-J & D, 1985.

9 La famille Gradis figure ainsi dans le Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, 446 p.

10 Coston (H.), Dictionnaire des dynasties bourgeoises et du monde des affaires, Paris, A. Moreau, 1975 ; Bonin (H.), Les patrons du Second Empire, Paris, Picard, 1999, tome 6 : « Bordeaux et la Gironde ».

11 Cavignac (J.), Les Israélites bordelais de 1780 à 1850, Paris, Publisud, 1991.

12 Prévost (M.) et Roman d’Amat (J.-C.), dir., Dictionnaire de biographie française, t. 16, Paris, 1985, col. 889-890.

13 David II Gradis (1742-1811), chef de la maison de 1788 à 1811 ; Benjamin III Gradis (1789-1858), chef de la maison de 1811 à 1858.

14 D’après Henri Gradis, les opérations commerciales se bornent à l’administration de quelques propriétés et à l’affrètement du navire le Mars pour les Antilles (181 AQ 107, dossier 399). « De 1858 à 1892, je ne continuais les affaires que par tradition de famille. Mes loisirs furent consacrés aux fonctions publiques, à la littérature et aux voyages » Gradis (H.), Pages intimes…, op. cit., p. 6 ». Les affaires commerciales redémarreront à partir de 1892 avec le développement de l’activité sucrière et du rhum.

15 Il a présidé en 1875 la 2e section du tribunal et, pour en conserver le souvenir, il a publié une pièce en vers intitulée Souvenirs du tribunal de commerce de Bordeaux, 1875-1876, s.l., 1876, 10 p. (Exemplaire conservé sous la cote 181 AQ 101).

16 Polyxène, drame antique en quatre actes et en vers, Paris, C. Lévy, 1881 ; Jérusalem, drame en cinq actes et en vers, Paris, C. Lévy, 1883. Sont restés inédites deux comédies : « Mariage mixte. Comédie en 4 actes », [1896] et « Les 2 bains. Essai comique », s.d. (181 AQ 106 et 108).

17 Histoire de la révolution de 1848, Paris, Michel-Lévy, 1872 ; Histoire de Bordeaux, Paris, C. Lévy, 1888, édition augmentée, Bordeaux, Féret et fils, 1901 ; Le Peuple d’Israël, Paris, C. Lévy, 1891. Sont restés inédites son « Histoire de la guerre de 1870 » et son « Histoire de la commune et de la présidence de M. Thiers » (181 AQ 100).

18 Voir ses écrits religieux publiés dans Pages intimes.

19 Jullian (C.), Histoire de Bordeaux depuis les origines jusqu’en 1895, Bordeaux, Féret et fils, 1895.

20 Deux garçons, Gaston et Raoul, et deux filles, Anna et Emma.

21 État sommaire des fonds d’archives d’entreprises, de presse et d’associations conservés aux Archives nationales, Paris, Archives nationales, 2007, p. 39-40.

22 Lacousse (M.) et Nougaret (C.), Répertoire numérique détaillé du fonds Gradis. 181 AQ 1-156 (1551-1980), Paris, 2006, 52 p. Publication électronique des Archives nationales.

23 La reprise de l’inventaire pour consolider et expliciter ce classement est en cours, l’inventaire de 2006 est donc provisoire.

24 « Livre de raison est un livre dans lequel un bon mesnager, ou un marchand escrit tout ce qu’il reçoit et dépense, pour se rendre compte et raison à luy-même de toutes ses affaires. Les marchands tiennent aussi ce livre en débit et crédit, qui n’est en effet qu’un extrait de leurs autres livres ». Furetière (A.), Dictionnaire universel, La Haye, A et R. Leers, 1690.

25 Allusion à ce journal dans le compte particulier d’août 1858 (181 AQ 51, fol. 58).

26 181 AQ 51*. Henri Gradis était à la charge de son père jusqu’à son mariage (voir les livres de comptes de Benjamin Gradis, 181 AQ 45*-48*).

27 Tricard (J.), « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens. Pour relancer une enquête », Revue historique, octobre-décembre 2002, n° 624, p. 993-1011.

28 Raoul Gradis marié le 31 mai 1888 avec Suzanne Fould et père de 3 enfants.

29 Emma Gradis mariée le 19 mars 1889 avec Georges Schwob d’Héricourt et mère de 2 enfants.

30 181 AQ 52*.

31 181 AQ 107.

32 181 AQ 95, d. 279.

33 181 AQ 94.

34 « Notice généalogique, biographique et commerciale sur la famille Gradis et sur la maison David Gradis et fils de Bordeaux, par Moïse Henri Gradis, fils de Benjamin Gradis, 1853-1854 » (181 AQ 95, d. 279).

35 Ibidem. Il n’est pas anodin de noter que cette notice est conservée avec la correspondance de Benjamin III, Henri I Gradis et Ad. Vieyra-Molina au sujet de la religion du fils de ce dernier, Alfred, leur neveu et cousin, dont la conversion au christianisme était redoutée par ses proches (1852).

36 Gradis (H.), Notice sur Benjamin Gradis, 1858, 7 p. (181 AQ 106, d. 398), publiée en octobre 1858 à compte d’auteur (181 AQ 51).

37 Versions successives du chapitre 9 : pour 1872, 1873 et 1875, voir 181 AQ 95, d. 279 ; pour 1878, voir 181 AQ 106, d. 397, cahier vert ; pour 1894, voir 181 AQ 103 ; pour 1896, voir 181 AQ 106, d. 397, cahier noir ; pour 1898, 1899 et 1902, voir 181 AQ 153.

38 181 AQ 103, d. 354.

39 181 AQ 95, d. 279.

40 Ibidem.

41 En 1894, voir 181 AQ 103 d. 354 ; en 1896, voir 181 AQ 106, d. 397, cahier noir ; en 1898, 1899 et 1902, voir 181 AQ 153.

42 181 AQ 140.

43 181 AQ 103, d. 354.

44 181 AQ 108, projet de sommaire pour Pages intimes (s.d.).

45 Avertissement en note de l’autobiographie : « Cette notice fait suite à l’histoire de la famille Gradis qui se trouve dans le tome 1er de ces Pages intimes », Pages intimes, t. 2, p. 2, note 1.

46 1848 : À une jeune fille ; 1849 : Épitaphe ; 1850 : À Mlle (rebaptisé ultérieurement « À Claire ») et La royauté de la fève ; 1851 : Les deux amours et La crinoline.

47 Toutes publiées à compte d’auteur (181 AQ 51).

48 Voir note 13. Henri Gradis prévoyait de l’éditer dans le tome 1 de Pages intimes.

49 181 AQ 45*-48* (1821-1858).

50 181 AQ 107, d. 399.

51 Voir la correspondance conservées dans 181 AQ 106, d. 398.

52 181 AQ 122, d. 481 : mémoires de Raoul Gradis, ca 1939.

53 181 AQ 52*, fol. 27.

54 181 AQ 95, dossier 279.

55 Ibidem.

56 181 AQ 95, d. 279 : « Notice pour mettre en tête de mes poésies », 1879.

57 181 AQ 140.

58 Gradis (H.), « Profession de foi », dans Pages intimes, t. 2, 1903, p. 17.

59 Gradis (H.), « Autobiographie », dans Pages intimes, t. 2, 1903, p. 15.

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search