Version classiqueVersion mobile

Le bon historien sait faire parler les silences

 | 
Fabien Salesse

II. Construction confessionnelle et modalités de la confrontation

La réforme par l’hymen ? Mariage des clercs et Réforme au début du XVIe siècle

Olivier Christin

Texte intégral

  • 1 De Pierrefleur (G.), Mémoires de Pierrefleur Grand Banderet d’Orbe, ou sont contenus les commenceme (...)
  • 2 Le Levain du calvinisme ou commencement de l’hérésie de Genève, fait par Révérende sœur Jeanne de J (...)
  • 3 Dans la bibliographie désormais assez importante, voir les travaux de Franzen (A.), Zölibat und Pri (...)

1Deux chroniques suisses, celle de Guillaume de Pierrefleur1, un notable catholique de la petite ville d’Orbe, et celle de Jeanne de Jussie, une clarisse de Genève2, rapportent dans des termes très comparables un incident survenu en 1531 et en font curieusement le point de départ de la succession des événements qui allaient conduire en une génération à peine au triomphe de la Réforme à Orbe même et dans une bonne part des localités voisines du pays de Vaud. L’affaire, pourtant, semble à première vue très banale et presque triviale. L’un et l’autre chroniqueurs s’attachent d’ailleurs à souligner l’écart entre les graves conséquences de l’incident et les mobiles mesquins, étroitement personnels, de son principal protagoniste, mû selon eux par la rancœur familiale. Un franciscain nommé Michel Juliani devait prêcher le Carême à Orbe en mars 1531 : le jour de l’Annonciation Notre-Dame, puisque le jour s’y prêtait, il choisit de parler de l’honorabilité de l’état matrimonial, en rappelant toutefois la supériorité de la virginité, de la chasteté dans la vie consacrée à Dieu et donc du célibat des clercs. Pour donner plus de force à ses arguments et prendre position dans un débat devenu vif avec le début des années 1520, il « torna son propos et dit : pensez-vous que ces prêtres, ces moines, ces moinesses qui sortent hors de leur religion, parce qu’ils ne veulent point endurer la peine et la castigation, mais renoncent à leurs vœux pour eux marier et accomplir leurs voluptés charnelles, pensez-vous que en iceux soit accomply et fait mariage légitime ? Ha, nenny ! ». Cette allusion transparente au mariage de Luther avec Catherine von Bora, et à bien d’autres unions entre anciens clercs et religieuses, souleva immédiatement un tumulte dans l’église3. Un certain Christophe Hollard, dont le frère aurait été lui-même prêtre concubinaire si l’on en croit Pierrefleur et Jeanne de Jussie, interrompit le franciscain et le traita de menteur.

2Comment expliquer que le notable local et la religieuse genevoise s’accordent à voir dans cette altercation le point de départ du processus réformateur ? Comment comprendre qu’une querelle de clercs et de parents de clercs au sujet du mariage et de la chasteté, des vœux et de la tentation de la chair, puisse, à quelques années de distance et par des auteurs aux propriétés sociologiques et aux ambitions bien différentes, être tenue pour un tournant religieux décisif dans l’équilibre délicat des baillages communs du pays de Vaud et finalement comme l’étincelle qui allait embraser les communautés ? Pour restituer à ces conflits aux enjeux symboliques apparemment circonscrits leur véritable dimension de scandales, d’épreuves de vérité et de catalyseurs, et comprendre en quoi ils contribuèrent à la dynamique même de la Réforme en reformulant à nouveaux frais et avec force d’anciennes questions mal posées sur les clercs, leurs mensonges et leurs faiblesses, pour en faire autre chose que des sujets de plaisanterie ou de déploration, il faut se pencher à la fois sur les argumentaires produits par les deux camps et sur les trajectoires concrètes de ceux qui passèrent de Rome à Genève ou Wittenberg par l’hymen, c’est-à-dire sur le parcours de ceux qui prirent le risque de faire de leur personne, de leur corps, l’illustration des bouleversements que la Réforme introduisait dans le statut des serviteurs de Dieu. Il faut, en un mot, reprendre une nouvelle fois les exigences de méthode qu’exposait Thierry Wanegffelen lorsqu’il invitait à une véritable anthropologie historique de la conversion au protestantisme.

Carnis rebellio (Érasme)

  • 4 Nombreuses allusions à cette question dans Von Hutten (U.), Lettres des hommes obscurs, trad. Salad (...)
  • 5 Voir ici les propos désabusés de Jeanne de Jussie sur les manquements des clercs à leurs vœux : Le (...)
  • 6 I Tm 4 condamne les faux docteurs « Défendant de se marier, [commandant] de s’abstenir des viandes (...)
  • 7 Moeller (B.), « Die Brautwerbung Martin Bucers für Wolfgang Capito. Zur Sozialgeschichte des evange (...)
  • 8 Le jugement de Martin Luther sur les vœux monastiques (1521), trad. Greiner (A.), dans Luther (M.), (...)
  • 9 Burghartz (S.), « Das starke Geschlecht und das schwache Fleisch. Erasmus und Zwingli zur Priestere (...)
  • 10 Blickle (P.), From the communal Reformation to the revolution of the Common Man, Leiden, E. J. Bril (...)
  • 11 Moeller (B.), « Die Brautwerbung Martin Bucers für Wolfgang Capito », op. cit., p. 307-308 ; 320- 3 (...)

3La littérature de la fin du Moyen Âge et des débuts du XVIe siècle avait tant mis en scène, de manière ironique4 ou, au contraire, soucieuse et moralisatrice5, les difficultés du célibat des clercs et les souffrances de ceux qui ne pouvaient s’y plier ou ne s’y soumettaient qu’au prix de tourments intérieurs pires encore à leurs yeux que la transgression pure et simple des interdits touchant la sexualité, que l’on ne peut s’étonner de voir la question occuper d’emblée une place importante dans la diffusion de la Réforme et susciter dès 1520-1522 la formation progressive d’un argumentaire, de plus en plus étoffé mais aussi de plus en plus radical, en faveur du mariage des prêtres. Comme l’a rappelé Bernd Moeller dans un article par bien des côtés fondateur, la critique du célibat, adossée à une relecture de Timothée 4 et de 1 Cor. 76 qui permet d’y voir une doctrine diabolique dépourvue de tout fondement scripturaire, rencontre une large adhésion7. Luther lui-même condamne ainsi dès 1520 l’interdiction du mariage des prêtres et s’il reconnaît que le texte paulinien concède bien une manière de primauté à la virginité, c’est pour mieux souligner la gravité des périls auxquels s’exposent les clercs qui n’auraient pas la force de respecter pleinement le devoir de chasteté. Dans le Jugement sur les vœux monastiques, il estime, par exemple, que « si [un clerc] ne peut pas observer la continence, cette impossibilité ne le contraint pas à agir contre la Loi et à verser dans la débauche […] Il y a auparavant la loi du mariage : qu’il se marie et la loi de chasteté lui sera aisée »8. Pour les clercs, l’exemple de la pudeur et de la chasteté peut donc se donner dans l’état matrimonial. C’est en partie la même logique et la même lecture de Timothée 4 qui conduisent Zwingli à se prononcer à plusieurs reprises en 1522 pour l’abolition de l’obligation de célibat des prêtres, d’abord dans une supplicatio collective du mois d’avril, rédigée avec dix autres clercs et adressée à l’évêque de Constance, puis dans une adresse aux Confédérés en juillet9 : à ses yeux, non seulement l’interdiction de mariage est une invention humaine pernicieuse et vaine, incapable de brider les corps, mais elle est clairement contraire à la création divine qui a établi deux sexes différents. Le célibat des clercs devient ainsi un terrain d’affrontement central avec l’Église de Rome, qui permet à la fois de contester la prolifération des rites et des règles extérieures, sans fondements scripturaires et sans intérêt pour le salut, de développer une réflexion neuve sur le corps et l’inclination plus ou moins profonde et naturelle de l’homme au péché, notamment chez Zwingli, mais aussi de travailler à un redressement moral des clercs en vue de la pure prédication de la Parole de Dieu. En 1525, le prédicateur Christoph Schappeler réussit à obtenir l’organisation d’une conférence publique dans la ville de Memmingen pour y affronter ses adversaires catholiques : l’un des sept articles qu’il soumet à discussion propose notamment que « les moines et nonnes doivent être autorisés à quitter leurs maisons et à se prendre mutuellement pour maris et femmes »10. De manière plus significative encore, Martin Bucer décide en 1528 de s’adresser à Otilia von Bercheim pour l’inciter à prendre Wolfgang Capiton pour époux : en acceptant cette union, fondée dans une juste compréhension de ce qu’est l’amour du prochain, Otilia participerait, à sa place, à la diffusion de l’Evangile, en vivant un mariage qui serait aussi une ascèse, une vocation et un exemple de pudeur11.

4En se saisissant très vite de la question du mariage et plus généralement de celle des vœux, et en les constituant comme problèmes légitimes, les réformateurs protestants et leurs partisans firent donc, très tôt, des aspirations spécifiques des clercs des enjeux de la Réforme elle-même, des affaires publiques dont il était légitime et nécessaire de débattre, en vernaculaire, et dont la résolution devait constituer un pas décisif sur le chemin du renouveau de l’Église.

  • 12 Burckwalter (S. E.), « L’apologie du mariage dans les prédications de Bucer et d’autres Réformateur (...)
  • 13 Goertz (H.-J.), Pfaffenhass und gross Geschrei : die reformatorischen Bewegungen in Deutschland 151 (...)
  • 14 Burghartz (S.), « Das starke Geschlecht und das schwache Fleisch », op. cit.
  • 15 Lambert (F.), Déclaration de la resgle et estat des cordeliers ; Susan Karant-Nunn cite le texte al (...)

5À côté de Luther, de Bucer ou de Zwingli, nombre de réformateurs et de pamphlétaires des années 1520 s’emparent, en effet, du sujet pour s’attaquer avec plus de fermeté encore à l’obligation du célibat, mais aussi pour justifier leurs propres choix en la matière, qui les conduisaient à se séparer de l’Église et à rejeter le statut très particulier qu’elle conférait aux clercs depuis le Moyen Âge12. Dès 1521, par exemple, Carlstadt dénonce l’interdiction du mariage imposée aux prêtres incapables de respecter l’abstinence ; en 1522, il se marie et s’en explique dans une longue missive où il affirme qu’il entend servir de modèle aux clercs tourmentés qui ne peuvent plus obéir véritablement au vœu de chasteté13. Zwingli lui-même paraît trouver dans la controverse de 1522 sur le célibat la réponse à son propre cheminement personnel et spirituel : en 1518, il semble bien avoir fait l’objet d’une accusation publique au sujet de relations sexuelles qu’il aurait eu avec une jeune femme de Zürich, au point de devoir s’en expliquer dans une longue lettre. Dès 1522, il vit avec Anna Reinhart, veuve de Hans Meyer von Knonau, qu’il épouse officiellement en 1524 seulement14. En 1523, le franciscain François Lambert décide de préciser par écrit les raisons qui le poussent à renoncer à l’habit religieux, juste avant de prendre une épouse15.

  • 16 Greschat (M.), Martin Bucer (1491-1551) : un réformateur et son temps, Paris, PUF, 2002, p. 64 sq. (...)
  • 17 Voir Annexe 1.

6À la suite de l’exemple peut-être pionnier – en tout cas par l’immense retentissement qu’il eut – de Bartholomeus Bernhardi, prévôt de Kremberg qui se marie en 1521, les affaires de sortie de l’Église romaine par le mariage semblent bien se multiplier et constituer l’un des modes privilégié mais risqué d’engagement des anciens clercs dans le processus historique de Réformation. À Strasbourg notamment, une relation étroite entre rejet du célibat et construction d’une nouvelle Église, dans laquelle la famille du pasteur est amenée à jouer un rôle social et moral central, se noue dès le milieu des années 1520 et favorise la cohésion du groupe des prédicateurs protestants : Anton Firn est le premier à prendre femme en novembre 1523, bientôt suivi par six clercs que la condamnation épiscopale n’effraye pas. Matthieu Zell suit ainsi l’exemple de Firn en épousant Catherine Schütz ; en 1524, c’est au tour de Caspar Hedion, puis de Capiton, de se marier, dans ce qui constitue à l’évidence une succession de provocations poussant l’évêque à la faute politique et surtout le conseil de ville à accorder sa protection aux prédicateurs16. En quelques années, le corps pastoral de Strasbourg prend forme et l’on ne peut que souligner l’importance que revêtent les stratégies matrimoniales dans sa structuration sur l’impulsion de Bucer, lui-même marié depuis 1522 avec une ancienne nonne : Zell célèbre la cérémonie du mariage de Firn, Bucer s’occupe personnellement du mariage de Capiton…17

  • 18 Sur cette affaire et la rétractation imposée à Claude d’Espence, voir Venard (M.), « L’abjuration d (...)
  • 19 Tous ces exemples viennent de Haag (E.) et (E.), La France protestante, Paris, J. Cherbuliez, 1846- (...)
  • 20 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. I, col. 63.
  • 21 Ibid., La France protestante, op. cit., t. II, respectivement col. 84 et col. 120.
  • 22 Ibid., La France protestante, op. cit., t. II. Voir aussi les poésies que Bèze écrit au sujet de ce (...)
  • 23 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. I, col. 263.
  • 24 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. VI, p. 131 à propos du succès de la prédicat (...)

7Moins connues, les stratégies de sortie de la cléricature des premiers protestants français ne semblent pas contredire l’importance des enjeux attachés à la question du mariage des prêtres puisque s’y joue, comme dans l’Empire, à la fois une réflexion sur la chasteté nécessaire des pasteurs et la redéfinition de leur statut social. S’il faut évidemment rester très prudent devant les affirmations de Claude d’Espence qui, en 1543, aurait déclaré que « le célibat nestoit pas chose bien griefve à porter quant ceulx qui l’ont instituté et commandé estoient lubriques et mal vivans, et neantmoings contraignoient les autres le garder, et n’en vouloient faire la moindre chose » et qu’il « est traduction [sic : pour tradition] purement humaine, car l’Église grecque ne l’approuve ne tient aucunement »18, de nombreux exemples attestent plus nettement l’existence d’affaires comparables aux épisodes allemands évoqués précédemment. On peut ainsi mentionner les parcours singuliers et pourtant typiques de Hyacinthe Balde de Bellecourt, Antoine Balsin, Etienne de Beauchâteau, Michel Béraud, Michel Charles, Jean (ou François) Cherpont, François Christophe, Arnoul Cordier, Jean Cormère, Dumont-Etienne Cursol, Roger d’Abbadie ou Dabbadie, de Claude Dieudonné ou Deodatus, Antoine Fusy ou Fuzy, Charles Guillot ou Mathieu de Launay, Augustin Marlorat, Pierre Ouvrier, Pierre Richer de l’Isle, clercs réguliers ou séculiers qui embrassent la Réforme, se marient et deviennent pasteurs en Suisse ou dans le Royaume, sans qu’il soit toujours possible de discerner précisément l’ordre de ces éloignements successifs vis-à-vis de l’Église romaine et de la condition cléricale19. Jean Cormère, par exemple, né à Rodez, entre ainsi chez les Cordeliers avant de s’enfuir à Genève où il s’inscrit comme étudiant en théologie en 1559 ; il est reçu ministre à Sainte-Foy en 1560, puis exerce à Agen en 1560-1561, épousant alors la fille d’un apothicaire. Certaines trajectoires individuelles montrent toutefois que la rupture du célibat peut à l’occasion préparer et sceller à la fois l’abandon de l’Église romaine et l’adhésion aux idées nouvelles, constituant par là une manière de seuil ou de frontière. C’est le cas de Pierre d’Airebaudouze, archidiacre à Nîmes, qui s’enfuit à Genève où il est reçu habitant en 1553. La même année, il épouse Françoise de Montault. Deux ans plus tard, il devient pasteur de Jussy, avant d’exercer à Genève20. Gilles de Beaumanoir, protonotaire apostolique, et François de Beaupoil, semblent entrer dans un cheminement identique, en rompant avec l’Église romaine et en prenant une épouse21, tout comme le jeune Théodore de Bèze qui s’engage en vue de son premier mariage (avec Claudine Denoese) avant même d’avoir résilié tous ses bénéfices, comme si la perspective de l’engagement matrimonial venait précipiter l’éloignement de Rome22. Jean de Lettes, évêque de Montauban, paraît suivre une trajectoire en partie comparable, puisqu’il épouse Armande de Durfort de Boissière dès 1556 et que cette union le contraint à résilier ses bénéfices et finalement à s’enfuir à Genève en 1557. Ces ruptures avec Rome et le célibat ne sont évidemment pas le propre des hommes : non seulement des religieuses comme Madeleine de Foix-Caraman dans les années 1560 et surtout Marie d’Ennetières au début des années 1520 font le choix de quitter les ordres, d’abjurer le catholicisme et de se marier, mais dans certaines villes touchées par la Réforme, les maisons féminines semblent être le théâtre de ruptures de vœux collectives, comme à La Rochelle, en 1546, où « plusieurs nonnes quittèrent leurs couvents pour se marier »23 et peut-être à Toulouse24.

  • 25 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. II, col. 129. AM Auxerre, GG 123 : « Le merc (...)

8À leur façon, les diatribes des controversistes et les persécutions témoignent elles aussi de l’importance que purent revêtir dans la diffusion et l’établissement de la Réforme les exemples publics et revendiqués de rupture des vœux et elles rappellent l’ampleur des risques pris par les clercs qui choisirent alors de quitter l’institution romaine en rejetant l’obligation de célibat pour vivre autrement leur vocation. Jacques Avon dénonce, par exemple, les « mariages sacrilèges des prestres et des moines apostats » ; Louis Richeome, de son côté, vilipende la luxure sous masque de religion que professent les protestants en voulant que « chascun soit marié, laïques et prestres ; la virginité soit bannie ; le célibat chassé ; [et que] nul ne voue chasteté ; nul ne face conscience de la rompre l’ayant vouée ». Des procès retentissants infligent les plus grands châtiments aux clercs mariés, comme à Auxerre en 1551, où Étienne Bertin, un ancien prêtre de Gien, qui aurait abjuré en 1545 et épousé une certaine Charlotte Pinon, est brûlé pour ne pas avoir eu honte « de rompre les engagements les plus solennels qu’il avait contractés avec JC pour prostituer à une pauvre créature un corps dont il ne pouvait disposer que pour servir Dieu et son Église »25.

Des stratégies matrimoniales ?

  • 26 Moeller (B.), « Die Brautwerbung Martin Bucers für Wolfgang Capito », op. cit. Les statistiques don (...)
  • 27 Von Günzburg (J. E.), Wie gar gefährlich sei, so ein Priester kein eheweib hat, Augsbourg, 1522.
  • 28 Cité par Cottret (B.), Calvin : biographie, Paris, J.-Cl. Lattès, 1995 ; j’utilise ici l’édition Pa (...)
  • 29 Fatio (O.) et Labarthe (O.) éd., Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève..., t. III : 1565 (...)

9Dans de nombreux cas, en choisissant de se marier – et de renoncer par là à leur statut – les clercs passés à la Réforme se trouvaient soudainement engagés dans l’expérience inédite et pourtant décisive de l’invention d’une nouvelle condition pastorale et d’un nouvel usage social du corps. Ils durent, par exemple, se résoudre à développer des stratégies matrimoniales complexes et souvent périlleuses, oscillant entre l’endogamie religieuse, comme chez Bucer et Luther qui épousent d’anciennes religieuses, et l’hypergamie locale pour conforter leur position, comme Melanchthon qui écrit « on me demande de me marier en espérant que cela améliorera ma situation » et finit par épouser Katharina Krapp, fille du Bürgermeister de Wittenberg. À terme, pourtant, les stratégies matrimoniales du monde pastoral paraissent bien ne plus se déployer que dans le cercle des bourgeoisies urbaines, comme le remarque B. Moeller26. De manière très significative, la page de titre du pamphlet publié en 1522 par Johann Eberlin au sujet du mariage des clercs27 montre ainsi trois mariages devant un autel : celui d’un religieux avec une nonne, celui d’un prêtre avec une femme de la bourgeoisie et celui d’un évêque avec une femme de condition bourgeoise également. On pourrait également prendre pour preuve de ce renforcement de l’homogamie les propos de Calvin au sujet des différents partis qui s’offrent à lui à la fin des années 1530 et au tout début de l’année 1540 à Strasbourg (« on m’offrait une jeune fille de famille noble et dont la dot dépasse ma condition. De ce mariage, deux raisons me détournaient : elle ne parlait pas notre langue, et je craignais qu’elle ne se souvint trop de sa naissance et de son éducation »)28, mais d’autres trajectoires sociales ou d’autres affaires retentissantes viennent offrir une confirmation plus nette encore de cette évolution : Marie d’Ennetières, déjà citée, ancienne supérieure des Dames augustines de Pretz-les-Tournay réfugiée à Strasbourg prend ainsi pour premier époux Simon Robert, prédicateur protestant ; devenue veuve, elle épouse en secondes noces un autre pasteur. De même, Guillemette d’Auvigny, veuve du ministre Mercatet, prend pour second époux en 1573 le ministre Joachim du Moulin, restant ainsi dans le même milieu pastoral. Plusieurs scandales illustrent eux aussi ce rétrécissement des possibles sociaux, comme celui qui touche Cyprien Isnard, ministre d’Is-sur-Tille en 1561-1562, qui s’apprêtait à épouser la veuve du château de Dienay et avait déjà fait publier les promesses en plaçant du coup la famille de la veuve devant le fait accompli. Tout en prenant soin de ne pas empiéter sur les compétences du magistrat et en soulignant par conséquent que l’affaire dépend des lois du royaume, la Compagnie des Pasteurs réprimande néanmoins vivement ses protagonistes dans un avis du 25 mars 1572, témoignant ainsi indirectement de la répugnance que lui inspirent certains cas trop manifestes d’hypergamie : pour les pasteurs genevois, « c’est en effet chose merveilleusement estrange et du tout intolérable qu’un ministre de la Parole de Dieu ait eu si grande envie de se marier, que, pour y parvenir il ait ainsi oublié et sa qualité et son ministère, et le scandale de son troupeau »29.

  • 30 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. IV, col. 242 : son fils est en effet ministr (...)
  • 31 Remarié en 1561, Antoine Froment, est accusé en 1562.
  • 32 Die evangelischen Kirchenordnungen des XVI Jh., t. XIII : Bayern, III : Altbayern, Leipzig, Reislan (...)

10Ces pasteurs mariés durent aussi forger un modèle de reproduction sociale interdit jusque là aux clercs, notamment en fondant de véritables dynasties de pasteurs dans lesquelles la vocation se transmet familialement ou en se préoccupant du sort éventuel de leur veuve : Jean Chauffepié, ministre à Niort au début du XVIIe siècle, donne ainsi naissance à une longue lignée de pasteurs qui s’étire jusqu’au XVIIIe siècle30. Ils durent surtout porter jusqu’à ses ultimes conséquences l’idée, chez eux fondatrice, de vivre la chasteté dans l’état matrimonial et donc faire de leur foyer un véritable modèle de vie familiale et de piété domestique, leur épouse se voyant de fait conférer un rôle d’exemple vertueux offert à toutes les femmes mariées. C’est ainsi qu’il faut comprendre les affaires de comportements scandaleux qui paraissent tant préoccuper les consistoires et les inciter à des sanctions toujours rigoureuses : Antoine Froment, qui exerce son ministère à Genève, est ainsi publiquement accusé d’adultère, comme Mathieu de Launay. Tous deux voient alors leur carrière brutalement stoppée, puisque le pasteur et sa famille se doivent d’être irréprochables31. Les ordonnances ecclésiastiques luthériennes du milieu du XVIe siècle et les protocoles de visitation insistent donc logiquement et régulièrement sur la moralité des épouses de pasteurs, sur la modestie de leur comportement et la décence de leurs vêtements. Dans le Generalartikel de 1576 du duché de Palatinat-Neuburg, par exemple, le titre XXXI est consacré à la Haushaltung der Kirchendiener : les visiteurs y sont invités à enquêter sur le comportement des femmes et des enfants de pasteurs et à établir s’ils obéissent bien à la doctrine paulinienne exposée dans I Timothée 3, 2-732.

  • 33 Grimm (R.), Luther et l’expérience sexuelle : sexe, célibat, mariage chez le Réformateur, Genève, L (...)

11Mais le poids de l’habitus clérical, des manières d’être, d’agir, de s’exprimer et surtout de se percevoir, profondément inscrites dans les corps et dans le rapport à ceux-ci, dans la conscience de ce qui est possible ou impossible, honnête ou indécent, la force des sentiments de honte ou de gène qui fonctionnent comme un rappel à l’ordre, une censure silencieuse d’autant plus forte qu’elle n’est imposée par personne et ne prend pas l’apparence d’un ordre, ne pouvaient que rendre l’abandon du célibat et l’entrée dans l’état matrimonial inquiétants, difficiles, douloureux parfois, pour des raisons qui ne s’expliquent pas seulement par l’hostilité des catholiques et par l’incertitude devant ce que construisaient ces unions inédites. Pour d’anciens clercs catholiques prêts à embrasser l’état matrimonial, dont ils se faisaient une idée à la fois exigeante et exaltante, ces unions n’allaient pas de soi et nombre de zélateurs de la Réforme par l’hymen semblent avoir eu plus d’enthousiasme pour le mariage de leurs compagnons que pour le leur. Dans une lettre à Spalatin en date du 10 avril 1525, Luther demande ainsi à son ami « pourquoi ne te maries-tu pas ? Je trouve tant de raisons pour marier les autres qu’un jour j’y serai sans doute conduit moi-même ». Mettant en œuvre ces principes, il dépense beaucoup d’énergie pour trouver un conjoint à l’ancienne religieuse Catherine de Bora qu’il essaye d’abord d’unir à un ancien étudiant, Hieronymus Baumgartner, puis au professeur de théologie Kaspar Glatz, avant de la prendre lui-même pour épouse33.

  • 34 Ibid., Luther et l’expérience sexuelle, op. cit., p. 330.

12Bien des textes relatifs aux enjeux de la Réforme par l’hymen témoignent de manière éloquente des inquiétudes qui étreignent alors les protagonistes de cette révolution du statut clérical. On peut en prendre pour exemples, justement révélateurs par la diversité des situations concrètes qu’elles évoquent, la lettre que Luther adresse à Spalatin pour l’assurer de sa sympathie devant les violentes attaques qui dénoncent son mariage récent comme une débauche34 ou celle de Bucer à Ottilia von Beckerheim en avril 1528 qui décrit l’état matrimonial comme une ascèse et finalement comme une croix dont elle doit accepter de se charger pour avancer la cause de l’Evangile, ou encore la missive où se lit l’irritation de Calvin devant les projets de mariage de Guillaume Farel avec une bien trop jeune fille. Le 26 septembre 1558, Calvin écrit à ce propos aux ministres de Neuchâtel, plus scandalisés encore que lui. Cherchant à trouver une issue à cette crise embarrassante, il affirme que :

  • 35 « Que veux-je sinon qu’il flamboie », dans Guillaume Farel (1489-1565) : biographie nouvelle… par u (...)

Si on allègue que telle promesse [de fiançailles], estant contre lordre et honnesté de nature ne doit pas tenir, advisez si ce vice n’est point à supporter comme beaucoup d’autres, quand on ne les peut corriger […] Voilà pourquoi, après luy avoir fait mes complaintes assez picquantes et amères, je luy dis que mabstenoys de luy en dire plus avant de peur de le mettre du tout en désespoir35.

13Certes, les exemples évoqués ici sont exceptionnels, par la notoriété des protagonistes (Spalatin, Capiton, Farel) et l’ampleur des enjeux qu’ils recouvrent, mais ils montrent pourtant fort bien que les mariages des anciens clercs dans les premières décennies de la Réforme sont toujours susceptibles d’être constitués en objets de controverse, en affaires publiques obligeant ceux qui s’y engagent à se justifier. Carlstadt et Melanchthon doivent ainsi prendre par écrit la défense de Batholomeus Bernhardi en 1521 dont l’union reçoit du coup un immense écho, et nombre de réformateurs mariés s’engagent eux-mêmes dans un délicat travail de justification.

  • 36 Grimm (R.), Luther et l’expérience sexuelle, op. cit., p. 329.
  • 37 Treu (M.), Martin Luther in Wittenberg. A Biographical Tour, Wittenberg, Stiftung Luthergedenk-stät (...)
  • 38 OC, 10-1, p. 228, cité par Cottret (B.), Calvin, op. cit., p. 151.
  • 39 OC, 53, p. 255, cité par Cottret (B.), Calvin, op. cit., p. 195.

14Pour ces anciens clercs, renoncer au célibat, embrasser l’état matrimonial dont ils se faisaient une haute idée et mettre leur vie personnelle en conformité parfaite avec leurs principes théoriques ne pouvaient aller de soi et s’accomplir sans hésitation et sans déchirement tant cette décision irréversible venait heurter leurs dispositions psychologiques, leur vision d’eux-mêmes et de leur place dans le monde, leurs habitudes de refoulement ou de négation des affects, leur représentation du travail intellectuel, par exemple, comme totalement opposé aux satisfactions de la chair. Melanchthon, objet de mille sollicitations de la part de ses amis, ne cache pas ses réticences : « on me demande de me marier […] si j’étais certain que le mariage ne dérangerait pas mon travail et mon écriture, je pourrais aisément m’y résoudre. Mais pour l’instant, cela n’arrivera pas » écrit-il. De même, dans une lettre à Argula von Stauffen de novembre 1524, Luther assure lui aussi être décidé à ne pas se marier car il est à la fois trop occupé et trop préoccupé par l’éventualité de sa mort, toujours possible dans cette période de conflit36 : ce n’est qu’après de longues hésitations qu’il se résout à épouser Catherine von Bora en 1525, malgré les réserves de Melanchthon37. De même, à la fin des années 1530, Calvin s’ouvre abruptement de ses réticences et de ses hésitations à un correspondant, avec des arguments très proches : « moi qui ai l’air si hostile au célibat, je ne suis pas encore marié et j’ignore si jamais je le serai. Si je prends femme, ce sera pour que, mieux affranchi de nombreuses tracasseries, je puisse me consacrer au Seigneur »38. Le mariage n’est donc envisagé qu’à la condition qu’il permette au réformateur de mieux s’abstraire des contraintes de la vie quotidienne pour mieux suivre sa vocation et remplir ses obligations. Calvin, pourtant, se marie en 1540, mais en 1554, dans un sermon sur la première épître à Timothée, il renoue avec les réserves exprimées dans sa jeunesse pour expliquer qu’il n’a pas souhaité se remarier après le décès de sa femme Idelette, morte en 1549, « afin d’être plus libre de servir à Dieu »39.

15On comprend alors pourquoi certains réformateurs furent apparemment plus enthousiasmés par le mariage de leurs compagnons et de leurs proches que par le leur, perpétuant dans leur combat même contre l’Église romaine des perceptions d’eux-mêmes, des inquiétudes personnelles, des dispositions psychologiques à l’égard du corps et de la sexualité notamment, héritées d’un long apprentissage clérical tout entier tourné vers l’exaltation de la pudeur et du célibat.

16Critiquer les vœux monastiques et l’obligation du célibat, accepter le mariage de certains proches, voire les y inviter avec éloquence et conviction, et mettre soi-même en pratique, dans sa propre vie et dans son propre corps, cette rupture avec l’une des dispositions les plus évidentes de l’identité cléricale depuis des siècles n’allaient donc pas forcément de pair, en partie parce qu’il devait être particulièrement difficile de se distinguer alors des mauvais clercs, de ces curés concubinaires et de ces moines lubriques que raillaient tant de chrétiens. C’est ainsi que s’expliquent aussi les tergiversations et les demi-excuses de ces réformateurs convaincus de la sainteté de l’état matrimonial, repoussant pourtant pour eux-mêmes le moment de franchir ce pas décisif qui signerait l’abandon de leurs privilèges anciens. La question du mariage des premiers réformateurs constitue en cela un bon indice des contradictions dans lesquelles l’habitus clérical précipita une génération de professionnels de la foi, impatients de transformer l’Église au nom de l’Église, d’abolir les vœux au nom des véritables valeurs de dévouement, de fraternité et de pauvreté, de changer le clergé au nom du sacerdoce universel, et pourtant profondément marqués par des manières d’être et de parler, par des assurances sociales sur leur rôle d’éveilleurs des consciences et de guides.

17Le mariage des clercs avait donc toutes les qualités ou toutes les potentialités pour devenir l’un des ressorts de la dynamique réformatrice, en capitalisant de vieux reproches sur l’hypocrisie et la lubricité des prêtres et des religieux, en mettant en difficulté les clercs eux-mêmes, leur statut et leur prétention à une vie sainte et en conjuguant des registres critiques hétérogènes (indignation vertueuse contre les concubinaires, mais en même temps compassion pour ceux qui souffrent des tentations ; éloge de la chasteté retourné contre les vœux perpétuels, au nom à la fois d’une anthropologie pessimiste et d’une chasteté possible, comparable à celle demandée aux laïcs ; prise en compte des stratégies familiales des notables urbains et des anciens clercs ayant dû renoncer à leurs bénéfices qui recherchent entre eux de nouvelles alliances…). En cela, le mariage des clercs fut bien, comme le craignaient Pierrefleur et Jeanne de Jussie, un catalyseur de la Réforme extrêmement puissant.

Annexes

Annexes

Annexe 1 : Mariage des clercs réformateurs (première moitié du XVIe siècle, pays de langue allemande)40

Nom

Mariage (et date éventuelle)

Matthäus Alber

Marié

Symphorain Altbiesser

Marié en 1524

Andreas Althamer

Marié (en 1524 ?)

Johannes Amandi

Marié en 1523

Kaspar Aquila

Marié

Leonard Beier

Marié en 1528

Bartholomeus Bernhardi

Marié en 1521

Andreas Bodenstein v. Carlstadt

Marié en 1522

Johann Brenz

Marié en 1550

Johann Briessmann

Marié en 1525

Martin Bucer

Marié en 1522

Johann Bugenhagen

Marié en 1522

Heinrich Bullinger

Marié

Benedikt Burgauer

Marié en 1528

Wolfgang Capiton

Marié en 1524

Martin Cellarius

Marié

Michael Cellarius

Marié en 1526

Johannes Frosch

Marié en 1525

Philipp Gallicus

Marié

Thomas Gassner

Marié en 1530

Augustin Gschmus

Marié en 1528

Caspar Güttel

Marié en 1528

Caspar Hedio

Marié en 1524

Johannes Hefentreger

Marié

Johannes Honterus

Marié

Matthias von Jagow

Marié en 1541

Kaspar Kranz

Marié dans les années 1520

Jakob Knade

Marié

Johannes Knipstro

Marié (1523 ou 1524 ?)

Johann Lachmann

Marié en 1526

Johann Lange(e)

Marié en 1524 et en 1528

Wenceslaus Livak

Marié en 1523

Martin Luther

Marié 1525

Johannes Lycaula

Marié vers 1537

Johann Mantel

Marié après 1525

Kaspar Megander

Marié en 1524

Michael Meurer

Marié (1520 ?)

Wolfgang Musculus

Marié 1527

Andreas Osiander

Marié 1525

Konrad Pellikan

Marié (1525 ?)

Johann Pfeffinger

Marié après 1527

Tilemann Plettener

Marié en 1534

Georg v. Palentz

Marié

Johannes Poliander

Marié

Nikolaus Prugener

Marié avant 1523

Erhard v. Queiss

Marié dans les années 1520

Erasmus Ritter

Marié en 1525

Dominicus Ritter

Marié 2 fois

Georg Spalatin

Marié 1525

Paul Speratus

Marié

Michael Stiefel

Marié en 1527

Bartholomeus Suawe

Marié en 1534

Matthäus Zell

Marié en 1523

Ulrich Zwingli

Marié en 1524

Annexe 2 : Exemples de clercs français mariés41

Pierre d’Airebaudouze

Haag, 2, I

Hyacinthe Balde de Bellecourt,

Haag, 2, I

Antoine Balsin

Haag, 2, I

Etienne de Beauchâteau

Haag, 2, II

Gilles de Beaumanoir

Haag, 2, II

François de Beaupoil

Haag, 2, II

Michel Béraud

Haag, 2, II

Théodore de Bèze

Haag, Weiss 267

Michel Charles

Haag, 2, IV

Jean (ou François) Cherpont

Haag, 2, IV

François Christophe

Haag, 2, IV

Arnoul Cordier

Haag, 2, IV

Jean Cormère

Haag, 2, IV

Dumont-Etienne Cursol

Haag, 2, IV

Roger d’Abbadie ou Dabbadie

Haag, 1, IV

Claude Dieudonné ou Deodatus

Haag, 1, IV

Antoine Fusy ou Fuzy

Haag, 1, V

Pierre Gaudet

Crespin, II, 134

Charles Guillot

Haag, 1, V

Mathieu de Launay

Haag, 1, VI

Augustin Marlorat

Haag, 1, VII

Pierre Ouvrier

Haag, 1, VIII

Pierre Richer de l’Isle

Haag, 1, VIII

Annexe 3

Page de titre du pamphlet de J. E. Von Günzburg (), Wie gar gefährlich sei, so ein Priester kein eheweib hat (Augsbourg, 1522). DR.

Notes

1 De Pierrefleur (G.), Mémoires de Pierrefleur Grand Banderet d’Orbe, ou sont contenus les commencements de la Réforme dans la ville d’Orbe et au Pays de Vaud (1530-1561), Lausanne, Librairie de D. Martignier, 1856, p. 14-15.

2 Le Levain du calvinisme ou commencement de l’hérésie de Genève, fait par Révérende sœur Jeanne de Jussie, lors religieuse à Saincte-Calire de Genève et après sa sortie abbesse au couvent d’Anyssi, Chambéry, 1611, p. 35.

3 Dans la bibliographie désormais assez importante, voir les travaux de Franzen (A.), Zölibat und Priesterehe in der Auseinandersetzung der Reformationszeit und der katholischen Reform des 16. Jarhunderts, Münster, Aschendorff, 1969 et de Buckwalter (S.E.), Die Priesterehe in Flugschriften der frühen Reformation, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 1998.

4 Nombreuses allusions à cette question dans Von Hutten (U.), Lettres des hommes obscurs, trad. Saladin (J.-C.), Paris, Les Belles Lettres, 2004.

5 Voir ici les propos désabusés de Jeanne de Jussie sur les manquements des clercs à leurs vœux : Le Levain du calvinisme, op. cit., p. 35-36.

6 I Tm 4 condamne les faux docteurs « Défendant de se marier, [commandant] de s’abstenir des viandes que Dieu a créées pour les fidèles » ; I Cor. 7, 7-9 établit la supériorité du célibat, mais fait aussi du mariage un choix légitime pour éviter le péché : « Car je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun a son propre don [lequel il a reçu] de Dieu, l’un en une manière, et l’autre en une autre. Or je dis à ceux qui ne sont point mariés, et aux veuves, qu’il leur est bon de demeurer comme moi. Mais s’ils ne sont pas continents, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler ».

7 Moeller (B.), « Die Brautwerbung Martin Bucers für Wolfgang Capito. Zur Sozialgeschichte des evangelischen Pfarrerstandes », dans Grenzmann (L.), Herkommer (H.) Et Wuttke (D.) ed., Philologie als Kulturwissenschaft. Studien zur Literatur und Geschichte des Mittelalters, Göttingen, 1997, p. 306-325.

8 Le jugement de Martin Luther sur les vœux monastiques (1521), trad. Greiner (A.), dans Luther (M.), Œuvres, t. 3, Genève, Labor et Fides, 1964, p. 168.

9 Burghartz (S.), « Das starke Geschlecht und das schwache Fleisch. Erasmus und Zwingli zur Priesterehe », dans Erbe (M.), Füglister (H.) et Furrer (K.) ed, Querdenken. Dissens und Toleranz im Wandel der Geschichte, Mannheim, Palatium Verlag, 1996, p. 89-106.

10 Blickle (P.), From the communal Reformation to the revolution of the Common Man, Leiden, E. J. Brill, 1998, p. 45. À Memmingen, la question n’est pas neuve : deux ans plus tôt, Christoph Gerung, prédicateur de Sainte-Elisabeth, avait publié un pamphlet en faveur du mariage des clercs. Sur l’influence particulière de la Guerre des paysans sur la question du mariage des clercs, voir l’anecdote rapportée par Crespin (J.), Actes des Martyrs réduits en sept livres, 1565, Livre I, p. 107 sur un pasteur qui épouse sa domestique « afin qu’il ne se polluast du vice de fornication ».

11 Moeller (B.), « Die Brautwerbung Martin Bucers für Wolfgang Capito », op. cit., p. 307-308 ; 320- 325.

12 Burckwalter (S. E.), « L’apologie du mariage dans les prédications de Bucer et d’autres Réformateurs », dans Arnold (M.) ed., Annoncer l’Evangile (XVe-XVIIe siècle) : permanences et mutations de la prédication, Paris, Éditions du Cerf, 2006, p. 279-292.

13 Goertz (H.-J.), Pfaffenhass und gross Geschrei : die reformatorischen Bewegungen in Deutschland 1517-1529, Munich, C. H. Beck, 1987, p. 97.

14 Burghartz (S.), « Das starke Geschlecht und das schwache Fleisch », op. cit.

15 Lambert (F.), Déclaration de la resgle et estat des cordeliers ; Susan Karant-Nunn cite le texte allemand, paru en 1524, Ein evangelischer beschreibung über der Barfüsser Regel...

16 Greschat (M.), Martin Bucer (1491-1551) : un réformateur et son temps, Paris, PUF, 2002, p. 64 sq. et surtout Moeller (B.), « Die Brautwerbung Martin Bucers für Wolfgang Capito », op. cit.

17 Voir Annexe 1.

18 Sur cette affaire et la rétractation imposée à Claude d’Espence, voir Venard (M.), « L’abjuration de Claude d’Espence (1543) », dans Lienhard (M.) ed, Les dissidents du XVIe siècle entre l’humanisme et le catholicisme, Baden-Baden, V. Koerner, 1983, p. 111-126.

19 Tous ces exemples viennent de Haag (E.) et (E.), La France protestante, Paris, J. Cherbuliez, 1846- 1859, 10 vols. D’autres sources permettraient évidemment de compléter cette liste imparfaite, comme le montre l’exemple d’Etienne Bertin : « Le mercredi 23 septembre mil cinq cent cinquante-un, maître Étienne Bertin, prêtre natif de Gien, fut dégradé par monseigneur l’évêque de Bethléem devant le portail de l’église cathédrale d’Auxerre, pour ce qu’il était hérétique et avait épousé une nommée la Dame de l’Annonciade, de Cosne-sur-Loire, qu’il emmena à Genève ou il a demeuré longtemps, et, le 28 dudit mois [dans l’acte, on trouve en fait lundi 27, par erreur], ledit Bertin a été brûlé après avoir été étranglé en la Fènerie, auquel lieu ledit Bertin a confessé avoir épousé ladite Dame de l’Annonciade, nommée Charlotte Pinon, fille de feu maître Jehan Pinon, de Donzy-le-Pré, de laquelle il a eu trois enfants. Dieu veuille avoir son âme ! Amen. » AC Auxerre, GG 123, page 143. Le site web sitepasteur.free.fr donne trop peu d’exemples du XVIe siècle pour être pleinement exploitable. Voir le tableau sur les clercs français.

20 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. I, col. 63.

21 Ibid., La France protestante, op. cit., t. II, respectivement col. 84 et col. 120.

22 Ibid., La France protestante, op. cit., t. II. Voir aussi les poésies que Bèze écrit au sujet de cette première épouse, Claudine Denoese, morte en 1588, dans Theodori Bezae Vezelii Poemata Varia, [Genève], 1597.

23 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. I, col. 263.

24 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. VI, p. 131 à propos du succès de la prédication de Jean Fontenay auprès des nonnes du couvent de l’Espinasse : les nonnes sont secourues par les protestants de Montauban où elles finissent par se marier.

25 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. II, col. 129. AM Auxerre, GG 123 : « Le mercredi 23 septembre mil cinq cent cinquante-un, maître Étienne BERTIN, prêtre natif de Gien, fut dégradé par monseigneur l’évêque de Béthléem devant le portail de l’église cathédrale d’Auxerre, pour ce qu’il était hérétique et avait épousé une nommée la Dame de l’Annonciade, de Cosne-sur-Loire, qu’il emmena à Genève ou il a demeuré longtemps, et, le 28 dudit mois ledit BERTIN a été brûlé après avoir été étranglé en la Fènerie, auquel lieu ledit BERTIN a confessé avoir épousé ladite Dame de l’Annonciade, nommée Charlotte PINON, fille de feu maître Jehan PINON, de Donzy-le-Pré, de laquelle il a eu trois enfants. Dieu veuille avoir son âme ».

26 Moeller (B.), « Die Brautwerbung Martin Bucers für Wolfgang Capito », op. cit. Les statistiques données par Luise Schorn-Schütte pour le corps pastoral du duché de Brunswick-Wolfenbüttel et le landgraviat de Hesse-Cassel au XVIIIe siècle soulignent l’aboutissement de ce processus : dans le premier cas, 25 % des femmes de pasteurs sont issues du monde clérical et 26,4 % de la moyenne administration territoriale ; dans le second cas, les chiffres sont respectivement de 28,4 % et de 16,4 %. Un quart des femmes de pasteurs sont donc elles-mêmes filles de pasteurs et encore un quart, ou un cinquième, filles de petits officiers territoriaux. Schorn-Schutte (L.), « Zwischen Amt und Beruf : der Prediger als Wächter, Sellenhirt oder Volkslehrer. Evangelische Geistlichkeit im Alten Reich und in der schweizerischen Eidgenossenschaft im 18. Jahrhundert », dans Schorn-Schutte (L.) et Sparn (W.) ed., Evangelische Pfarrer : zur sozialen und politischen Rolle einer bürgerlichen Gruppe in der deutschen Gesellschaft des 18. bis 20. Jahrhunderts, Cologne, Kohlhammer, 1997, p. 1-35.

27 Von Günzburg (J. E.), Wie gar gefährlich sei, so ein Priester kein eheweib hat, Augsbourg, 1522.

28 Cité par Cottret (B.), Calvin : biographie, Paris, J.-Cl. Lattès, 1995 ; j’utilise ici l’édition Paris, Payot et Rivages, 1998, p. 151.

29 Fatio (O.) et Labarthe (O.) éd., Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève..., t. III : 1565- 1574, Genève, Droz, 1969.

30 Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., t. IV, col. 242 : son fils est en effet ministre de Villeneuve en Agenais, puis de Tarbes ; celui-ci a deux fils, qui seront tous les deux pasteurs.

31 Remarié en 1561, Antoine Froment, est accusé en 1562.

32 Die evangelischen Kirchenordnungen des XVI Jh., t. XIII : Bayern, III : Altbayern, Leipzig, Reisland, 1966, p. 200 sq. I Tm 3, 2-5 : « Mais il faut que l’Evêque soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, vigilant, modéré, honorable, hospitalier, propre à enseigner ; non sujet au vin, non batteur, non convoiteux d’un gain déshonnête, mais doux, non querelleur, non avare. Conduisant honnêtement sa propre maison, tenant ses enfants soumis en toute pureté de moeurs. Car si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment pourra-t-il gouverner l’Église de Dieu ? ».

33 Grimm (R.), Luther et l’expérience sexuelle : sexe, célibat, mariage chez le Réformateur, Genève, Labor et Fides, 1999, p. 327.

34 Ibid., Luther et l’expérience sexuelle, op. cit., p. 330.

35 « Que veux-je sinon qu’il flamboie », dans Guillaume Farel (1489-1565) : biographie nouvelle… par un groupe d’historiens, professeurs et pasteurs, Paris et Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1930, p. 673- 678.

36 Grimm (R.), Luther et l’expérience sexuelle, op. cit., p. 329.

37 Treu (M.), Martin Luther in Wittenberg. A Biographical Tour, Wittenberg, Stiftung Luthergedenk-stätten in Sachsen-Anhalt, 2003, p. 76-80 sur le mariage de Luther.

38 OC, 10-1, p. 228, cité par Cottret (B.), Calvin, op. cit., p. 151.

39 OC, 53, p. 255, cité par Cottret (B.), Calvin, op. cit., p. 195.

40 Liste établie à partir de Stupperich (R.), Reformatorenlexikon, Gütersloh, G. Mohn, 1984, en ne retenant que les exemples de passage de l’Église romaine aux nouvelles Églises et que les réformateurs actifs dans l’espace de langue allemande ce qui excluait notamment Calvin, Bèze ou Farel. La liste est évidemment incomplète, faute d’informations suffisantes dans nombre de cas et n’a par conséquent qu’une valeur indicative.

41 Sources : Haag (E.) et (E.), La France protestante, op. cit., 1er et 2e ed. ; Crespin (J.), Actes des martyrs, op. cit. ; Weiss (N.), La chambre ardente : étude sur la liberté de conscience en France sous François Ier et Henri II (1540-50), Paris, [s. n.], 1889. La liste est là aussi purement indicative : des sources plus complètes devraient être sollicitées pour avoir un tableau fiable.

Table des illustrations

Légende Page de titre du pamphlet de J. E. Von Günzburg (), Wie gar gefährlich sei, so ein Priester kein eheweib hat (Augsbourg, 1522). DR.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/39096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteur

Professeur Ordinaire d’histoire moderne, Université de Neuchâtel, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études Ve section,

© Presses universitaires du Midi, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search