Version classiqueVersion mobile

Le bon historien sait faire parler les silences

 | 
Fabien Salesse

II. Construction confessionnelle et modalités de la confrontation

Calvin, un catholique malgré la papauté ?

Yves Krumenacker

Texte intégral

  • 1 Wanegffelen (T.), Ni Rome Ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, Paris (...)
  • 2 Id., Une difficile fidélité. Catholiques malgré le concile en France XVIe-XVIIe siècles, Paris, PUF (...)
  • 3 On peut relire les pages lumineuses consacrées à ce processus dans Delumeau (J.) et Wanegffelen (T. (...)

1Dans un très beau livre issu de sa thèse, Thierry Wanegffelen a profondément renouvelé notre compréhension du XVIe siècle français en présentant un nombre considérable de « fidèles entre deux chaires »1, de ces chrétiens qui n’ont pas voulu ou pas pu choisir entre catholicisme et calvinisme, en grande partie parce que la frontière confessionnelle n’était pas encore rigoureusement tracée et restait relativement fluide. Un des premiers, en France du moins, il a attiré l’attention sur le fait que rien n’est définitivement tranché dans la première moitié du XVIe siècle et qu’une construction confessionnelle ne se met que progressivement en place. Au commencement est un christianisme unitaire et ce sont des différences de sensibilité religieuse, plus que les dogmes, qui finissent par le rompre. Les identités émergent lentement, et une grande partie de l’œuvre de Wanegffelen a consisté à s’interroger sur ce qui fait un catholique, ce qui fait un protestant, au-delà du principal séparateur mis en évidence, le caractère sacrificiel de la messe2 ; mais il reste, encore pour quelques décennies, un « plat pays de la croyance » habité par ceux qui ne vivent pas les choix radicaux que veulent imposer le tridentinisme et le calvinisme3. C’est dans cette perspective que je voudrais relire la biographie de Calvin, en insistant sur ses années de jeunesse, celles des choix. Le projet est paradoxal, car il s’applique à un homme qui est considéré comme un des principaux agents de la confessionalisation, de la Réforme magistérielle, le « Pape » de Genève. Mais je voudrais attirer l’attention sur une évidence : Calvin n’est pas né protestant, la première partie de sa vie s’est déroulée dans l’Église romaine, une Église contestée certes à son époque, mais qui n’a pas en face d’elle, en France, une autre Église constituée. Il s’agit donc d’une histoire du choix confessionnel de Calvin et, plus encore, une réflexion sur la question de la radicalité de ce choix.

  • 4 Les sources disparues, et la plupart des autres, sont mentionnées dans la préface du livre de Lefra (...)
  • 5 Le Vasseur (J.), Annales de l’Église de Noyon…, Paris, Sara, 1633, vol. 2, p. 1170, 1088 ; il est q (...)
  • 6 BnF, ms fr 8807, manuscrit Beaucousin, f° 14.

2La jeunesse de Calvin est difficile à connaître, en raison de la disparition des archives de Noyon à la fin de la première guerre mondiale4. On sait néanmoins que Girard Cauvin, le père du réformateur, est receveur des dîmes et greffier à Noyon depuis au moins le 20 septembre 1481, puis procureur en cour d’Église, notaire du chapitre en 1500 ; il apparaît en 1521 comme promoteur du chapitre, en 1525 comme scribe du grand vicaire et de l’officialité, secrétaire de l’évêché et comme procureur fiscal5. En 1497, il est reçu bourgeois de la ville. Marié à la fille d’un des riches bourgeois de la ville, Jean Le Franc, un ancien hôtelier de Cambrai, il appartient à une des familles en vue de la ville ; une famille qui doit beaucoup à l’Église, dans une ville dominée par une immense cathédrale, où les églises sont très nombreuses (Noyon compte dix paroisses, sans compter celle de Pont-l’Évêque, toute proche), où les évêques sont pairs de France, où le chapitre de 60 membres, tous de grands seigneurs, est très puissant. Girard Cauvin est dans la clientèle de la famille de Hangest, bien implantée dans la région depuis le XIIIe siècle : Guillaume de Hangest, trésorier de France, a fondé en 1298 la chapelle des béguines de Beauvais. Jean de Hangest, conseiller du roi, au XVe siècle, est le beau-frère du cardinal d’Amboise grâce à son mariage avec Marie d’Amboise. Son fils Charles est évêque de Noyon de 1501 à 1525, charge qu’il résigne à son neveu Jean de Hangest (évêque de 1525 à 1577) tout en devenant son vicaire général. Un autre fils, Claude, est abbé de la puissante abbaye bénédictine Saint-Éloi de Noyon. Son frère Louis, seigneur de Montmor, est écuyer d’Anne de Bretagne ; d’autres frères sont seigneurs de Genlis et d’Irvoy. Mais la protection du chapitre compte aussi : Jean Calvin, né le 10 juillet 1509, baptisé dans sa paroisse de Sainte-Godeberthe, a pour parrain un chanoine, Jean de Watines6.

  • 7 Desmay (J.), Remarques sur la vie de Jean Calvin tirées des Registres de Noyon, lieu de sa naissanc (...)
  • 8 Bonzon (A.), Dupont (A.), « Noyon au XVIIe siècle : lieu de mémoire, lieu d’amnésie », B.S.H.P.F., (...)
  • 9 Traité des Reliques, Genève, Pierre de la Roviere, 1559, p. 66 (1ère éd. 1543).
  • 10 Un inventaire de ces reliques (en 1638) se trouve dans De La Fons (A.), Une cité picarde au Moyen  (...)

3On ne sait à peu près rien de l’enfance de Calvin. On peut supposer que par ses fonctions et sa position sociale son père appartenait à l’une des nombreuses confréries de la ville. C’est sans doute sa mère, Jeanne Le Franc, qui s’est chargée de sa première éducation. On la connaît très peu. Desmay7, qui a prêché le carême à Noyon en 1614 et s’est renseigné sur Calvin, en fait une très belle femme, particulièrement dévote, ayant habitué très tôt son fils aux exercices de piété. Une autre tradition, provenant du chanoine Le Vasseur, reprise par l’avocat Beaucousin au XVIIIe siècle, relate au contraire sa mauvaise réputation ; mais elle semble moins assurée, animée plutôt par la haine du réformateur et la volonté de dédouaner Noyon de tout crime d’hérésie8. On sait, par Calvin lui-même, qu’il est allé avec sa mère voir la relique de la tête de sainte Anne : « il me souvient que j’en ai baisé une partie en l’abbaye d’Ourscamp près Noyon, dont on fait grand festin [grande fête] »9. Sans doute a-t-il aussi vénéré l’épine de la couronne du Christ à Saint-Martin de Noyon, les cheveux de saint Jean-Baptiste ou un vêtement de la Vierge à la cathédrale, peut-être la tête de saint Jean-Baptiste à Amiens ou le corps de saint Sébastien à Soissons, mentionnés dans le Traité des Reliques, la barbe, les cheveux et le calice de saint Éloi, le sang de saint Étienne, des cheveux de saint Jean-Baptiste (encore !) ou de saint Jean l’Évangéliste, des reliques de saint Georges, de saint Euchère, etc., conservés à l’abbaye Saint-Éloi10. Dans sa paroisse, il a appris les prières usuelles, il a sans doute entendu au prône expliquer les sacrements dans une optique morale ; il a dû apprendre à lire dans un abécédaire du type de l’ABC des Chrétiens qui enseigne aussi les vertus, les prières, les commandements, les œuvres de miséricorde, les sept sacrements, etc.

  • 11 Coët (E.), Éphémérides du Noyonnais, Noyon, Impr. J. Tugaut, 1887.

4Le jeune Calvin a également sûrement participé aux nombreuses fêtes plus ou moins religieuses qui se déroulent à Noyon. Le 30 octobre 1514, le vol d’un ciboire avec les hosties dans l’église saint-Germain provoque une procession générale. Le 13 avril 1515 une procession solennelle a lieu pour la santé du pape, du roi, de la reine, et pour l’état de l’Église. Le 19 décembre des prières et des processions aident à lutter contre la peste. Le 4 juillet 1516 se déroule une autre procession en action de grâce parce que le feu qui a touché une annexe de la cathédrale ne s’est pas propagé davantage ; la châsse de sainte Godeberthe, en argent doré depuis 1504, est promenée solennellement ; cette châsse est exposée chaque fois qu’il y a une sécheresse ou des pluies excessives, car la sainte est réputée protéger la ville contre les calamités. On note encore une procession le 15 septembre 1518 pour obtenir la victoire sur les Turcs. Tous les ans, pour l’Ascension et le 25 juin, on sort la châsse de Saint-Éloi. Calvin a pu voir également l’entrée solennelle de François 1er, où il est reçu en grande pompe au portail de la cathédrale par l’évêque et le chapitre le 31 janvier 1515. Il a sans doute assisté aux mystères présentés à la cathédrale, comme le mystère de la Béguine, ou, la veille de Noël, le Jeu des Anges. Il a pu entendre parler des fêtes qui se déroulaient le 19 janvier, pour la translation de saint Éloi : des femmes dansaient et chantaient dans l’église et dans les tours, jusqu’à ce que le chapitre cathédral, trouvant le spectacle peu convenable, ne l’interdise en janvier 151011.

  • 12 C’est la thèse, très critiquée, de Selinger (S.), Calvin Against Himself : An Inquiry in Intellectu (...)
  • 13 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 10-12, et pièces justificatives, p. 194-198. Voir (...)

5Calvin acquiert ainsi un habitus religieux dont il n’est sûrement pas facile de se défaire. La mort prématurée de sa mère, en 1515, suivie du remariage rapide de son père, a pu le marquer profondément12. Il est peu probable qu’elle l’ait fait rejeter la foi de sa tendre enfance. Ce qui est certain, c’est que la protection du chapitre et de la famille de Hangest continue à s’exercer. Les trois fils de Girard sont pourvus de bénéfices : l’aîné, Charles, obtient le 24 février 1518 une portion de la chapelle de la Gésine, dans la cathédrale ; il ne la conserve que deux ans ; Jean l’obtient le 21 mai 1521 : il y est présenté par le secrétaire de l’évêque et un vicaire général. Il résigne ce bénéfice le 30 avril 1529 en faveur de son frère Antoine, puis le récupère le 26 février 1530, Antoine ayant obtenu un autre bénéfice. Il y joint le 27 septembre 1527 la cure de Marteville, qu’il permute le 5 juillet 1529 pour celle de Pont-l’Évêque, grâce à Claude de Hangest13.

  • 14 Cet établissement est très mal connu. On trouve quelques renseignements dans Coët (E), Chroniques n (...)
  • 15 Desmay (J.), Remarques sur la vie de Jean Calvin…, op. cit., p. 388.
  • 16 Backus (I.), « Un chapitre oublié… », art. cit., p. 195.

6Ces bénéfices ont pour but essentiel de procurer un revenu permettant de suivre des études. Calvin, comme ses frères, fréquente le collège des Capettes à Noyon14. Fondé en 1294 par le chanoine Robert Lefèvre pour loger, nourrir et instruire des écoliers pauvres désignés par le chapitre sous le nom d’hôpital Saint-Jacques, il s’est peu à peu développé en accueillant également des pensionnaires payants. Il est lié au collège du même nom à Amiens et semble marqué par l’esprit de la devotio moderna. Le chapitre, en 1507, réagit contre une dérive transformant l’établissement en pensionnat qui enrichit les administrateurs et oblige le maître des écoles à verser douze sous tournois par an et par pensionnaire à l’hôpital. Les « capettes », écoliers pauvres portant une cape de gros drap, côtoient ainsi des écoliers plus fortunés, dont les fils Cauvin. On sait qu’en 1516 le régent des écoles se nomme Jean de Lyeurmont ; peut-être est-ce lui qu’a connu Calvin qui passe, de l’avis recueilli par Desmay, pour y avoir montré « de bon esprit, d’une prompe naturelle à concevoir, et inventif en l’estude des sciences humaines »15 ; pour sa part, Papire Masson le qualifie de « doué d’une plus grande acuité d’esprit [que ses camarades] et d’une mémoire tenace »16. On ne sait rien de plus de ce collège, mais on peut supposer que l’instruction se double d’une éducation religieuse et morale, qu’on apprend aux enfants à méditer sur la mort, à se conformer au Christ souffrant, leur faisant acquérir une vie intérieure organisée, selon les principes de la devotio moderna.

  • 17 De Beze (T.), Théodore, Ioannis Calvini Vita, 1575 ; édition utilisée : Vies de Calvin et de Théodo (...)

7C’est pendant cette période que Calvin se lie avec deux des enfants du seigneur de Montmor, Joachim et Yves, peut-être aussi avec leur cousin Claude. Il est élevé avec eux, partage leur précepteur qui leur apprend les rudiments du latin, ce qui engage son père « à une dépense très-considérable » mais supportée avec plaisir, si l’on en croit Bèze17. C’est aussi avec les fils Montmor qu’il part à Paris pour le collège de la Marche. Que Girard Cauvin ait supporté les frais de cette éducation, comme l’affirme Bèze, n’enlève rien au fait qu’il s’inscrit toujours dans la clientèle de la famille d’Hangest, que la réussite de ses fils dépend de la protection qu’elle leur offre. C’est bien à l’ombre de cette grande famille nobiliaire, très liée à l’Église, que Calvin passe son enfance.

  • 18 Ioannis Calvini Opera quae supersunt omnia, Baum (G.), Cunitz (E.), Reuss (E.) éd., Brunswick, Schw (...)

8À Paris, Calvin et les fils Montmor suivent quelques leçons d’un maître « inepte »18, puis il entre au collège de la Marche comme externe ; il loge chez son oncle Richard, serrurier à Saint-Germain l’Auxerrois. Le collège est alors peu réputé, mais comptant un des meilleurs pédagogues de son temps, Maturin Cordier, régent de grammaire. Il se ralliera à la Réforme, enseignant de 1536 à sa mort, en 1564, à Genève et à Lausanne. Mais, au début des années 1520, c’est surtout un humaniste qui part des erreurs des élèves pour leur faire découvrir un bon latin. Calvin lui en sera reconnaissant toute sa vie, assurant qu’il a découvert avec lui « vrai chemin et droite façon d’apprendre », comme il le dit dans la dédicace du Commentaire de la première épître aux Thessaloniciens (1550) ; il lui dédiera aussi l’ensemble des Commentaires des épîtres de saint Paul. Mais l’apport de Cordier à Calvin semble strictement linguistique et absolument pas religieux, si ce n’est qu’il lui a donné le sens de la pureté et de l’élégance de l’expression ainsi que le goût de la simplicité, qui caractériseront ses écrits théologiques.

9Pourquoi ces études à Paris ? Calvin, dans la préface de son Commentaire des Psaumes de 1557, affirme que son père le destinait à la théologie, une affirmation reprise par Bèze et par tous les biographes ultérieurs, impossible à prouver mais qu’il n’y a pas de raison de remettre en cause. Calvin enfant, puis adolescent, semble destiné à l’état ecclésiastique, comme son frère Charles, devenu curé de Roupy en 1527.

  • 19 Parker (T. H. L.), John Calvin. A Biography, London, J. M. Dent & Sons Ltd, 1975, p. 156-160.

10La date du départ pour Paris est incertaine. Une décision du chapitre du 5 août 1523 autorisant Girard Cauvin à envoyer ses fils loin de Noyon à cause de la peste a fait écrire à Desmay que c’est à ce moment-là que se situe le début des études parisiennes, opinion reprise par la plupart des biographes de Calvin. Mais une autre datation, suggérée par Thomas Parker, est plus probable. C’est dès 1520 ou 1521 qu’aurait eu lieu le départ pour Paris, ce qui expliquerait l’obtention en 1521 de la chapellenie de la Gésine, pour payer les études ; la décision du chapitre de 1523 n’aurait fait qu’entériner une absence déjà ancienne. Cela suppose une grande précocité intellectuelle de Calvin, mais ce serait plutôt confirmé par les témoignages d’admiration relevés plus haut. Après moins d’une année en classe de grammaire, il serait entré, en 1521-1522, à la faculté des arts, où il aurait obtenu la licence et la maîtrise en 1525 ou 152619. Les écoliers noyonnais profitent en effet peu de l’enseignement de Cordier, car le précepteur des fils Montmor les envoie, au bout de moins d’un an – ce qui confirmerait la précocité intellectuelle – au collège de Montaigu.

  • 20 Sur le collège de Montaigu à l’époque de Calvin, je me permets de renvoyer à Krumenacker (Y.), Calv (...)
  • 21 Le jugement provient évidemment des auteurs catholiques, à commencer par Le Vasseur, mais il transp (...)

11Ce collège, alors dirigé par le redoutable Pierre Tempête, est renommé pour l’organisation de ses classes, mais aussi pour son austérité et la rigueur de sa discipline – au moins pour les pensionnaires, les externes, comme Calvin, ayant droit à un règlement un peu moins strict. Le but de cet établissement, depuis que Standonck en a été le principal (de 1483 à 1499), est de former les « pauvres clercs » à la prêtrise. On ne s’étonnera donc pas des confessions à dates fixes, des messes et des sermons obligatoires, de la coupure totale avec le monde extérieur, de l’esprit de la devotio moderna qui règne. Parmi les anciens élèves du collège, Érasme, Rabelais, se sont plaints de l’austérité inhumaine imposée aux pensionnaires. Calvin n’en dit mot, sauf peut-être dans une allusion de son Commentaire au De Clementia de Sénèque où il signale que Quintilien conseille de ne pas sévir trop brutalement contre les enfants20. Il passe plutôt pour sage, appliqué, excellent élève, mais dénonçant ses camarades quand ils se conduisent mal !21 L’enseignement est évidemment conforme à la tradition catholique, il est marqué par la scolastique, avec le commentaire des Sentences de Pierre Lombard, et des raisonnements faits d’analyses, de distinctions, d’argumentations. Calvin n’a sans doute pas suivi les cours du professeur le plus réputé du collège, John Mair, qui y introduit le nominalisme, mais sans doute d’Antonio Coronel, un de ses disciples, grand commentateur d’Aristote.

12Après ses études de grammaire puis de philosophie, Calvin aurait dû s’orienter vers la théologie. Or il se dirige vers le droit. Il explique, tardivement, cette décision dans sa préface (non paginée) au Commentaire des Psaumes (1557) :

Dès que j’étais jeune enfant, mon père m’avait destiné à la théologie ; mais puis après, d’autant qu’il considérait que la science des lois communément enrichit ceux qui la suivent, cette espérance lui fit incontinent changer d’avis.

  • 22 Commentaires de M. Jehan Calvin sur le livre de Josué. Avec une preface de Theodore de Besze, conte (...)
  • 23 Commentaires des M. Jehan Calvin sur le livre de Josué…, Genève, François Perrin, 1565.
  • 24 De Beze (T.), Ioannis Calvini Vita, 1575.
  • 25 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 15-22.

13La première biographie de Calvin, par Théodore de Bèze, indique sobrement que son père « se resolut de le faire estudier aux lois, voyant que c’estoit un meilleur moyen pour parvenir aux biens et honneurs ». Il ajoute que, sous l’influence de son cousin Olivétan, il « commençait à se distraire des superstitions papales »22. Les versions ultérieures, par Colladon23, puis par Bèze en 157524, amplifieront ce thème du rejet de l’Église romaine, d’autant plus sujet à caution que Calvin n’en dit mot et qu’il situe le début de sa conversion, toujours dans la préface au Commentaire des Psaumes, plus tardivement, pendant les études de droit. Beaucoup d’historiens ont interprété le choix du droit plutôt que de la théologie comme un signe de l’anticléricalisme de la famille Cauvin, dont les relations avec les chanoines sont tendues. Mais ils se fondent sur la chronologie traditionnelle qui fait venir Calvin à Orléans en 1528. S’il y est dès 1525 ou 1526, toute l’argumentation tombe, car les premières traces des démêlés entre Girard Cauvin et le chapitre sont de 1527 et les sanctions et l’excommunication ne sont que de 1528. Jean est condamné pour ses absences au chapitre, mais seulement en 1527, et son frère Charles n’est accusé d’injures et de coups qu’en 152925. Cela n’empêchera d’ailleurs pas Jean et Charles d’obtenir encore des bénéfices, ce qui suppose que les conflits étaient mineurs.

  • 26 Calvin (J.), Opera Omnia. Epistolae, vol. 1, Genève, Droz, 2005, p. 89.

14La décision de faire du droit peut s’expliquer, plus simplement, par un désir d’ascension sociale, comme le suggère d’ailleurs le témoignage de Calvin lui-même. Le développement des États modernes commence à multiplier les postes à responsabilité, en particulier dans les chancelleries, pour des personnes capables d’écrire de manière élégante en latin classique. Une nouvelle élite peut ainsi apparaître, formée de praticiens de droit maîtrisant les « humanités », ce que Girard Cauvin, lui-même juriste, a bien compris, et c’est exactement ce que fera son fils. On peut ajouter que le droit permet d’acquérir des offices, d’accéder à la notabilité urbaine puis, grâce à un bon mariage et l’achat de charges appropriées, d’espérer offrir la noblesse à ses enfants ou petits-enfants. L’Église, en revanche, ne permet guère d’espérer mieux qu’une bonne cure, pour un enfant d’origine malgré tout modeste. En étudiant le droit tout en travaillant les Lettres, Calvin peut donc espérer entrer dans l’administration civile, obtenir un office, envisager éventuellement une carrière dans l’enseignement supérieur, et il ne se coupe pas non plus de l’Église qui a, elle aussi, besoin de bons juristes. Il sera d’ailleurs encore question pour lui d’une place d’official auprès d’un évêque, en décembre 153326.

  • 27 Jullien De Pommerol (M. H.), Sources de l’histoire des universités françaises au Moyen Âge, Univers (...)
  • 28 BOUSSARD (J.), « L’Université d’Orléans et l’humanisme au début du XVIe siècle », Bibliothèque d’Hu (...)
  • 29 Monheit (M.), « Guillaume Budé, Andrea Alciato, Pierre de l’Estoille. Renaissance Interpreters of R (...)

15Pour faire du droit, il faut quitter Paris, où l’on n’enseigne que le droit canon. Calvin choisit de se rendre dans une des plus illustres universités du royaume, fondée en 1306 : Orléans27. Ce serait surtout pour suivre l’enseignement d’un maître particulièrement renommé, Pierre Taisan de L’Estoile28. Docteur régent en 1512, Pierre de L’Estoile est conseiller au Parlement de Paris et président aux enquêtes en 1528. Il est aussi chanoine d’Orléans et vicaire général du diocèse, présent à ce titre au concile provincial de Sens de 1528 qui cherche à réformer l’Église et condamne vigoureusement les idées de Luther. C’est un juriste ouvert aux nouvelles méthodes, mais qui reste assez traditionnel, remarquable surtout par la précision de ses définitions des termes fondamentaux du droit romain, son esprit de rigueur, sa capacité de resserrer une argumentation et de rechercher la simplicité dans le commentaire. Les études à Orléans sont interrompues par un séjour, assez bref, à Bourges, en 1529-1530, pour suivre les cours du célèbre juriste André Alciat, humaniste brillant, mais d’une vanité extrême, réputé pour son avarice et d’une moralité douteuse29. Or, dans le conflit qui oppose L’Estoile à Alciat et auquel prennent part plusieurs amis de Calvin, celui-ci reste prudent, tout en soutenant plutôt L’Estoile.

  • 30 Selderhuis (H. J.), John Calvin : A Pilgrim’s Life, Downers Grove, Intervarsity Press, 2009, p. 15- (...)
  • 31 Une lettre de Daniel à Calvin, alors à Paris, du 15 mai 1532, dit qu’il l’attend prochainement à Or (...)
  • 32 Doinel (J.), « Jean Calvin à Orléans », B.S.H.P.F., 1877, p. 174-185.

16Calvin retourne ensuite à Orléans et y obtient sa licence en droit probablement en 153130. Deux documents, relatifs à un procès, du 10 mai et du 11 juin 1533, désignent Calvin comme substitut annuel du procureur de la nation de Picardie en l’Université d’Orléans. Il a pu devenir substitut en mai 153231, jusqu’en juin 1533 et peut-être octobre, date à laquelle on sait qu’il est à Paris32. Mais, de 1531 à 1533, il est peu à Orléans et plus souvent à Paris, où il se trouve du 4 au 7 mars 1531, puis en juin, à nouveau en janvier 1532, en avril et au moins jusqu’au 15 mai. Ce sont les dates que l’on peut établir à partir de sa correspondance, mais il a pu y être à d’autres moments. On sait d’autre part qu’il est à Noyon le 14 mai 1531 et y reste jusqu’à la mort de son père, le 26 mai 1531. Puis il abandonne le droit au profit des Lettres. Il passe à Orléans, se rend à Paris suivre les cours du Collège des Lecteurs royaux, circule beaucoup entre Paris et Orléans, publie en avril 1532 son Commentaire du De Clementia de Sénèque.

17Si l’on s’en tenait à ces éléments biographiques, on pourrait conclure que Calvin est un chrétien traditionnel. Ses apprentissages primaires, les pratiques de son enfance, son éducation, ses études, sa socialisation, tout semble concourir à créer chez lui un habitus, au sens bourdieusien, qu’on pourrait qualifier, avec quelque anachronisme, de « catholique ». C’est pourtant de cette période que daterait, selon la plupart de ses biographes, sa « conversion ».

  • 33 Je renvoie pour cela à Krumenacker (Y.), Calvin…, op. cit., p. 126-133.

18Le point de départ est toujours la préface du Commentaire des Psaumes de 1557 dans lequel Calvin se compare à David et explique, dans un flou chronologique absolu, comment Dieu l’a tiré des « superstitions de la papauté » par une « conversion subite ». Ce texte a été abondamment commenté. Plutôt que de le reprendre en détail33, je mettrai simplement l’accent sur quelques points. Tout d’abord, il ne peut s’agir d’une « conversion » à une autre religion, ni même à une autre confession chrétienne : il n’y en a alors pas en France, tout au plus des foyers luthériens et des personnes ou des groupes plus ou moins critiques envers la papauté. La conversion, pour Calvin, est d’ailleurs plutôt une pénitence et un changement intérieur, un renouvellement de l’homme qui, sous l’action de l’Esprit, a pris conscience du péché, une transformation de l’âme qui est désormais entièrement à Dieu. C’est d’ailleurs de cela qu’il est question dans ce récit, et plus encore, avec l’image de David, d’une élection : Calvin a été choisi par Dieu pour accomplir son œuvre, malgré son goût des études et de la retraite studieuse. À Genève, dans ses sermons, Calvin prend volontiers une posture prophétique et ses détracteurs l’accusent d’ailleurs de faire le prophète. Dans ses livres, il cherche à s’effacer pour ne plus annoncer que la Parole de Dieu ; là encore, il se fait « pro-phète », celui qui parle à la place de Dieu. Or, on peut noter que ni David, roi-prophète, ni les prophètes proprement dits n’ont transformé la religion : ils ont simplement rappelé la volonté de Dieu, pour qu’Israël reste fidèle à l’Alliance. D’une certaine manière, ils ont promu une réforme de la religion. Il faudrait donc prendre au sérieux la volonté réformatrice de Calvin, en la situant à l’intérieur de la religion établie, mais avec l’ambition de revenir à l’Alliance avec Dieu.

  • 34 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 43-44 et pièces justificatives, p. 200.
  • 35 Sur ces événements, l’essentiel se trouve dans les nombreux travaux de Veissiere (M.), notamment L’ (...)

19Pour préciser cela, il importe d’examiner d’autres éléments de la biographie du jeune Calvin. Ce n’est pas à Noyon qu’il a pu rencontrer des « luthériens » ou autres « mal-sentants de la foi ». C’est seulement en 1526 que le chanoine Charles de Bovelles compose une pièce en vers réfutant les idées de Luther et de ses disciples, qui est retranscrite sur un grand panneau exposé derrière le chœur de la cathédrale de Noyon à partir de 1527 ; mais ces idées ne semblent pas inquiéter le clergé. En revanche, le 9 janvier 1533, des prières publiques, une procession et un sermon sont destinés à extirper les hérétiques et les partisans de Luther. Un an plus tard, l’évêque s’inquiète des « meschans malheureux [qui] se multiplient de plus en plus »34. Calvin a alors quitté Noyon depuis longtemps. À Amiens, il faut aussi attendre 1533 pour que des idées luthériennes soient prêchées, et c’est en 1534 que plusieurs Picards sont arrêtés à Paris pour hérésie. La pénétration en Picardie des « nouveautés » religieuses a peut-être débuté une dizaine d’années plus tôt, grâce aux moissonneurs qui allaient travailler dans la région de Meaux et auraient pu, en revenant, parler des événements qui se produisent dans le diocèse35. Mais Calvin aurait tout juste pu en prendre connaissance lors de ses retours dans sa ville natale, sans probablement que cela puisse le marquer.

  • 36 Backus (I.), « Un chapitre oublié… », art. cit., p. 197. Le passage de Bèze est en Ioaniis Calvini (...)
  • 37 Ganoczy (A.), Le jeune Calvin. Genèse et évolution de sa vocation réformatrice, Wiesbaden, F. Stein (...)

20Le cousin de Calvin, Pierre Robert, dit Olivétan, de trois ans son aîné, est traditionnellement présenté comme ayant eu une influence décisive sur son évolution religieuse. Mais cela se fonde sur un passage assez peu précis de Bèze, qui affirme que Calvin a été instruit par Olivétan « de la pure religion » avant de partir faire son droit, avant 1525-1526 (ou 1528) par conséquent, affirmation qui se trouve aussi chez Papire Masson36. Olivétan aurait étudié à Paris, puis à Orléans, d’où il aurait échappé à la persécution en gagnant Strasbourg en 1528. Mais c’est loin d’être assuré, et il n’est même pas certain qu’Olivétan soit déjà « luthérien » à cette date37. Quant à l’influence du luthérien Wolmar, chez qui Calvin a logé à Orléans et à Bourges et qui lui a donné des cours de grec, elle n’est pas mentionnée par Bèze qui a pourtant été son disciple, et Calvin lui-même, quand il dédie à son vieux maître le Commentaire sur la seconde épître aux Corinthiens (1546), ne fait référence qu’à l’apprentissage du grec.

  • 38 Villegagnon est présenté par Thierry Wanegffelen comme un « moyenneur » dans Ni Rome Ni Genève…, op (...)
  • 39 Elles sont évoquées notamment en 1539 dans l’Épître à Sadolet, qui semble refléter une expérience p (...)

21Il faut donc explorer d’autres pistes. Quand il est arrivé à Paris, Calvin a pu entendre parler des bûchers qui condamnaient les luthériens Jean Vallière en 1523, Jean Chastellain, Jacques Pavannes, Jean Guibert en 1526, Denis de Rieux en 1528, des procès de Berquin en 1526 et 1529 ; il a pu avoir connaissance des opuscules évangéliques publiés à partir de 1525 par Simon de Colines et Simon Du Bois, et sans doute des conflits entre l’évêque de Meaux, Briçonnet, et la faculté de théologie de Paris, d’autant que son syndic, Noël Béda, ardent pourfendeur des idées nouvelles, est l’ancien principal du collège de Montaigu. Ces événements sont d’autant plus intéressants qu’ils concernent de nombreux Picards : il est possible que Pavannes soit de Thiérache et, parmi les humanistes sur lesquels Briçonnet comptait pour réformer son diocèse, Lefèvre d’Étaples, Gérard Roussel, François Vatable et Michel d’Arande sont originaires de Picardie. Il est cependant impossible de savoir ce qu’il a pensé de tout cela, et si ces contestations ont pu troubler un jeune clerc orienté vers la théologie. Parmi les personnes qu’il fréquente le plus assidûment, il y a peut-être Olivétan, plus sûrement les frères Montmor, Claude de Hangest, Nicolas et Michel Cop, fils du médecin du roi Guillaume Cop, Nicolas Durand de Villegagnon, peut-être les Picards Jean Fernel et Antoine de Mouchy. Michel Cop sera plus tard pasteur à Genève, mais Claude de Hangest et Antoine de Mouchy feront une carrière dans l’Église catholique. Villegagnon sera sensible, un temps, aux idées évangéliques38, Guillaume Cop est un humaniste ami d’Érasme et de Lefèvre d’Étaples et son fils Nicolas est l’auteur du discours évangélique de la Toussaint 1533, que nous évoquerons plus loin. Ce milieu est certainement ouvert aux idées nouvelles, à l’humanisme réformateur, à une volonté de revenir à l’Écriture en congédiant la théologie scolastique. Calvin, qui reçoit alors un enseignement traditionnel, qui pratique sans doute les bonnes œuvres39, va à la messe et écoute des sermons, découvre ainsi une nouvelle forme de pensée.

  • 40 Reulos (M.), « Les attaches de Calvin dans la région de Noyon », B.S.H.P.F., 1964, p. 192-201.
  • 41 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 74-76 ; Parker (T.H.L.), John Calvin…, op. cit., (...)
  • 42 Boussard (J.), « L’Université d’Orléans… », art. cit.
  • 43 Catherinot (N.), Le Calvinisme en Berry, Bourges, 1684, cité par Bonet-Maury (J.), « Le protestanti (...)
  • 44 Bergeron-Foote (A.), Les Œuvres en prose de Catherine d’Amboise, dame de Lignières (1481-1550), thè (...)

22Cette expérience se prolonge à Orléans. On connaît en effet un certain nombre de personnes fréquentées alors par le futur réformateur de Genève : Jean et Claude de Hangest, les deux fils d’Adrien de Hangest, seigneur de Genlis40 ; François Daniel, futur avocat, bailli et administrateur de Saint-Benoît ; Nicolas Duchemin, futur official du Mans ; François de Connan, qui sera magistrat à Paris ; Philippe Loré, libraire à Orléans, Claude Framberge, scelleur de l’évêché ; le Parisien Coiffart, dont le père logera un moment Calvin, en juin 1531 ; et, bien sûr, Olivétan. Tous semblent plus ou moins liés au mouvement évangélique, ou au moins attirés par les enseignements nouveaux, peut-être fréquentent-ils des sodalites érudits tels que ceux qui réuniront, en 1535, Bèze, Jean de Dampierre, Germain Audebert, et d’autres. Mais, à part Jean de Hangest et Olivétan, aucun ne suivra la Réforme protestante41. Les idées luthériennes sont surtout propagées par les étudiants de la nation germanique originaires de l’Empire, de Scandinavie, des pays baltes, dont beaucoup sont clercs, mais ils ne semblent pas frayer avec les Orléanais42. À Bourges, Calvin fréquente Daniel et Duchemin, partis avec lui suivre les cours d’Alciat, les augustins de l’abbaye Saint-Ambroix, dont plusieurs adhéreront par la suite à la Réforme mais qu’il est plus prudent, à la fin des années 1520, de qualifier d’évangéliques43 ; d’après Bèze, il prêche quelquefois à Lignières-en-Berry, donc dans le château de Catherine d’Amboise, elle aussi probablement très proche des milieux évangéliques44.

  • 45 Ioannis Calvini Vita, dans Calvin (J.), Ioaniis Calvini Opera…, vol. XXI, col. 122 ; L’Histoire ecc (...)

23Ces fréquentations expliquent que, bien qu’ayant renoncé à la théologie, Calvin s’intéresse aux questions religieuses et partage la passion humaniste de la recherche de textes authentiques de son maître Pierre de L’Estoile. « Il ne laissait pas de s’attacher à l’étude des saintes lettres », dit Bèze à propos du séjour à Orléans, mais la suite de son récit est peu vraisemblable : « il devint si savant en la science du salut, que tous ceux à qui Dieu inspirait le désir de s’instruire en la vraie religion s’adressaient à lui pour en avoir une claire connaissance, et étaient les admirateurs de son zèle et de son savoir »45. Dans la mesure où très peu de ses amis d’alors sont devenus protestants, qu’on ne connaît pas encore de cercle protestant à Orléans (les premiers à être suspectés d’hérésie le sont en 1534), que Bèze s’est sans doute inspiré de la préface du Commentaire des Psaumes, et non de ses souvenirs personnels (il n’a que 9 ans en 1528), on peut penser que Calvin a pu discuter librement avec ses amis de la Bible, mais sans remettre en cause l’Église traditionnelle.

  • 46 Sur les origines de la Réforme à Bourges, Gueneau (Y.), Protestants du Centre, 1589-1685. Approches (...)
  • 47 Reid (J. A.), « French Evangelical Networks before 1555 », dans Benedict (P.), Seidel Menchi (S.) e (...)
  • 48 Farge (J. K.), Le Parti conservateur au XVIe siècle. Université et Parlement de Paris à l’époque de (...)
  • 49 Reid (J. A.), King’s Sister – Queen of Dissent : Marguerite of Navarre (1492-1549) and Her Evangeli (...)

24La situation est un peu différente à Bourges où la présence de nombreux Allemands à l’Université a pu favoriser la pénétration des idées luthériennes. Les chanoines ont découvert, en 1525, que des livres luthériens étaient lus publiquement dans le palais ducal. L’année suivante, un homme est arrêté avec un sac plein d’ouvrages hérétiques qu’il s’apprêtait à distribuer. Le synode de Bourges, en 1528, attribue la propagation de l’hérésie à la circulation des livres luthériens46. On a, d’autre part, pu repérer vingt-quatre membres du clergé acquis aux idées évangéliques entre 1523 et 1558 à Bourges47. Seize d’entre eux ont prêché publiquement, dont au moins deux avant ou pendant le séjour de Calvin : les augustins Michel d’Arande, qui prêche l’Avent 1523 et le Carême 1524, et Arnaud de Bronosse, docteur en théologie, en 1526, accusé d’hérésie par la faculté de théologie de Paris. Mais peut-on les qualifier de protestants ? En effet, ces prédications n’ont rien de clandestin. Des foules nombreuses se pressent aux sermons de d’Arande. Elles sont aussi nombreuses à s’opposer, en 1536, aux prédications de l’inquisiteur Matthieu Ory. Ce qui est reproché à d’Arande, ce n’est pas sa doctrine du salut par la foi seule, mais ses attaques contre le culte des saints. Autrement dit, on ne peut pas parler de prédicateurs hétérodoxes opposés à une orthodoxie catholique, qui n’apparaîtra d’ailleurs pas vraiment avant le Concile de Trente. D’Arande deviendra par la suite évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Ces évangéliques sont bien attaqués par le parti conservateur de la Faculté de théologie de Paris48, mais celui-ci ne représente pas l’Église universelle et d’autres courants peuvent se manifester publiquement, en particulier autour de Marguerite de Navarre, duchesse de Berry49.

  • 50 L’anecdote provient de Calvin lui-même dans la Seconde défense […] contre les calomnies de J. Westp (...)
  • 51 Delumeau (J.), Wanegffelen (T.), Naissance et affirmation de la Réforme, op. cit., p. 349-353.

25C’est sans doute sa proximité avec ce courant humaniste réformiste qui explique que Calvin soit invité à donner des leçons aux augustins de Saint-Ambroix et à prêcher à Lignières. Attiré par les nouveautés, il lit des livres condamnés. C’est avant le colloque de Marbourg d’octobre 1529 qu’il aurait découvert pour la première fois un livre de Luther, mais il y aurait surtout trouvé qu’Œcolampade et Zwingli parlent de sacrements comme de simples figures, et cela l’aurait choqué50. Sa théologie serait encore, sur ce point, relativement traditionnelle, ainsi que sa sensibilité religieuse, si l’on admet l’hypothèse de Thierry Wanegffelen selon laquelle la véritable opposition au XVIe siècle est entre la Parole et l’eucharistie, et se situe sur le plan de la sensibilité51. À Paris, après la mort de son père, Calvin suit les cours de deux humanistes du Collège des Lecteurs Royaux, dont l’enseignement est condamné par la faculté de théologie car il tend à expliquer l’Écriture par la grammaire : Pierre Danès, futur évêque de Lavaur, et François Vatable, abbé de Bellozane ; il fait sans doute connaissance avec Gérard Roussel, un ancien du groupe de Meaux, prédicateur de la reine de Navarre, futur évêque d’Oloron. Il fréquente aussi, il est vrai, Étienne de La Forge, marchand libraire qui meurt sur le bûcher en 1535 pour hérésie.

  • 52 Sur tous ces événements, et cette interprétation, je renvoie à Krumenacker (Y.), Calvin…, op. cit., (...)

26Il est difficile de connaître précisément les idées de Calvin à cette époque. On n’a aucune lettre de lui avant 1530, ses premiers textes publiés, la préface à l’Antapologia de Duchemin et le Commentaire au De Clementia de Sénèque, sont de 1531 et 1532. Mais on peut sans trop de risque penser qu’il reste fidèle aux pratiques traditionnelles, assistance à la messe, aux offices, et on peut le supposer dans la mouvance de l’évangélisme de Lefèvre d’Étaples, de Marguerite de Navarre, de Gérard Roussel, avec qui il aura encore longtemps une relation forte, ce qui rendra d’autant plus difficile la rupture. On peut par conséquent interpréter le célèbre discours de Nicolas Cop de la Toussaint 1533 comme une tentative de coup de force des milieux réformateurs pour que le roi prenne leur parti contre le conservatisme des théologiens de la Sorbonne. Que Calvin ait participé à la rédaction du discours ou non est secondaire : il a adhéré à son contenu et s’est senti en danger quand la répression s’est abattue sur les réformateurs52.

  • 53 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 15-22.
  • 54 Ganoczy (A.), Le jeune Calvin…, op. cit., p. 138-195.
  • 55 Coët (E.), Éphémérides du Noyonnais, op. cit., p. 120.
  • 56 Voir les lettres publiées dans les Opera Omnia. Epistolae, vol. 1.

27L’événement est sans doute fondamental : l’échec de la tentative prouve, aux yeux de Calvin, qu’une réforme de l’Église, telle qu’elle est rêvée dans ces milieux, est impossible. C’est le parti conservateur qui l’emporte. Or la famille Cauvin a eu déjà maille à partir avec l’institution ecclésiale : les chanoines menacent de ne pas laisser à Charles et à Jean la totalité de leurs bénéfices à cause de leur absence au chœur ; Jean est même condamné en 1527 par contumace. Le père, Girard, est censuré et blâmé en 1527 pour ne pas avoir rendu les comptes de successions dont il était chargé ; des contraintes sont prononcées contre lui en 1528 et il finit par être excommunié ; seule l’intercession de son fils Charles lui permet d’être inhumé en terre consacrée. Mais Charles a lui aussi des ennuis avec le chapitre : il est accusé de coups en 1529, en 1530 ; l’année suivante, il est poursuivi pour s’être fait promouvoir dans les ordres tout en étant excommunié ; les conflits disciplinaires sont ensuite continuels, jusqu’à ce que, en 1534, on soupçonne sa foi. Il est accusé d’hérésie (mais sans qu’on en sache plus sur ses opinions) et il meurt en 1537 sans avoir reçu les derniers sacrements53. Après le discours de Nicolas Cop, c’est Jean Calvin lui-même qui risque d’être accusé d’hérésie. Pourtant il ne s’enfuit pas immédiatement, sans doute seulement en janvier 1534. Après un hypothétique séjour dans le Vexin, il se réfugie à Angoulême chez son ami Du Tillet et, là encore, il voit surtout des gens qui aspirent à la réforme de l’Église mais qui resteront presque tous fidèles à Rome. À Paris, en revanche, il fréquente des groupes qui ont rompu avec Rome, tels ces « libertins spirituels » qu’il dénoncera plus tard. Il lit de plus en plus de livres « hérétiques », de Luther, de Bucer, de Zwingli, de Melanchthon54, se demandant peut-être si leurs critiques de l’Église romaine ne sont pas fondées. Pourtant, le 13 août 1531 il donne à l’église de Muirancourt 2 sols parisis de revenu pour la fondation d’une messe de requiem pour le repos de sa mère55. Le 27 juin 1533, dans une lettre, il met en garde la sœur de François Daniel qui veut devenir religieuse, lui demandant d’être sûre que c’est bien de son propre désir qu’elle s’impose de telles obligations : des réticences, certes, mais pas un rejet de l’état religieux. En août, il assiste à des séances du chapitre de Noyon et participe même, sans protester, à des prières publiques pour faire cesser la peste. On n’enquête d’ailleurs pas sur sa foi lorsqu’il est à Noyon, alors qu’il lui arriverait de prêcher, si l’on en croit Bèze. Le 27 octobre, il date une de ses lettres d’un saint romain, alors qu’il a coutume de le faire à la romaine, avec des calendes. Et le 27 décembre, il apprend qu’on songe à lui pour une charge d’official56. À ce moment, et plus encore en 1534, il est sans doute en retrait de l’Église romaine, mais, manifestement, pas entièrement en dehors.

  • 57 Krumenacker (Y.), « La conversion interdite ? Lectures de l’évangélisation primitive par le protest (...)
  • 58 Il n’y a pas la place ici de discuter de l’ecclésiologie de Calvin. Je renvoie, dans l’optique déve (...)
  • 59 Epistre de Jaques Sadolet […] avec la response de Jean Calvin, in Recueil des opuscules, c’est à di (...)

28Il faut que la persécution contre ceux qui refusent la piété catholique redouble, que l’affaire des placards éclate, pour que Calvin quitte la France. Il songe surtout à vivre dans le calme, à poursuivre des travaux théologiques et exégétiques à l’abri des poursuites. Ce sont les circonstances et la prise de conscience de sa valeur qui l’ont amené à s’occuper de communautés qui ont rompu avec Rome, à Genève, Strasbourg, puis à nouveau Genève. Il a étendu son regard plus loin, travaillant à réformer les communautés chrétiennes dans toute la chrétienté. Mais il est significatif qu’il n’a cherché que de manière marginale à propager ailleurs l’Évangile, lors de la « mission » de 1556-1557 au Brésil57. Il cherche bien à réformer le christianisme, non à fonder une nouvelle religion – et, contrairement aux anabaptistes, il refuse de rebaptiser les membres de l’Église romaine. Il repense l’Église à partir de l’Écriture pour la remettre dans la conformité au message du Christ, pour enlever tout ce qu’on y a ajouté au point de renverser « l’institution du Seigneur », mais il n’envisage pas de la recréer58. Il s’en explique clairement dans l’Épître à Sadolet en répondant à l’évêque de Carpentras qui reprochait aux Genevois d’avoir quitté l’Église : « pour ce aussi qu’ils se sont retirez de la subjection et tyrannie papale, à fin qu’ils ordonnassent entr’eux une meilleure forme d’Église : tu dis que c’est une vraye séparation de l’Église »59. Autrement dit, il y a eu une réforme de l’Église existante et une séparation d’une forme particulière, caractérisée par la « tyrannie papale ». C’est de la papauté que Calvin se sépare, non de l’Église ; la papauté est vue comme une Église particulière, entachée de superstitions, voulant à tort dominer les autres.

  • 60 Institution de la Religion Chrétienne, ch. IV, 4e partie (éd. 1541 ; le texte est presque le même d (...)
  • 61 Leçon du 15e dimanche.
  • 62 Response aux calomnies d’Albert Pighius, in Recueil des opuscules, op. cit., p. 302.

29Un rapide regard sur les œuvres de Calvin montre qu’il se veut toujours « catholique », au sens d’universel, par opposition à l’Église romaine, Église particulière aux mains du pape. L’explication du Credo, dans l’Institution de la Religion chrétienne, rappelle que « ceste compaignie est appelée catholique, ou universelle : pource qu’il n’y a ne deux ne trois Églises »60. Le Catéchisme de 1545 définit lui aussi l’Église catholique comme la « compagnie des fidèles que Dieu a ordonnez et esleus à la vie éternelle » et précise qu’il n’y a pas plusieurs Églises, mais une seule, « espandue par tout le monde »61. Il est donc clair que Calvin se considère comme membre de cette Église catholique, et il indique, dans un texte polémique de 1560 qu’il n’a pas un Évangile particulier, mais l’« Évangile de l’Église catholique »62. Cette Église est cependant composée de plusieurs membres et l’on peut admettre, à titre d’hypothèse, que l’Église de Rome en fait également partie :

  • 63 Response à un certain moyenneur rusé, ibid., p. 1904.

Je ne rejette pas du tout le mot qui est eschappé par inadvertance à nostre bon Reformateur, que l’Église Romaine est un membre de l’Église catholique : pourveu qu’il monstrast quelque Église à Rome63.

  • 64 Lettre aux fidèles de Rouen, ibid., p. 725.
  • 65 Epistre de Jaques Sadolet…, op. cit., p. 168.
  • 66 Lettre aux Églises réformées de France, décembre 1560 : Bonnet (J.), Lettres de Jean Calvin, Paris, (...)

30Et, sous la plume de Calvin, un catholique romain n’est jamais un « catholique » au sens absolu, c’est un « bon catholique à la mode Papale »64. Lui, en revanche, n’a pas quitté l’Église, mais, comme un capitaine, il a rassemblé les fidèles qui étaient dispersés, faute de vrais pasteurs65. Encore en 1560, il envisage même un concile présidé par le pape, pour mettre fin aux divisions religieuses66.

  • 67 Sur ces notions : Delumeau (J.), Wanegffelen (T.), Naissance et affirmation de la Réforme, op. cit.(...)

31Ce que Calvin rejette, ce n’est donc pas l’Église catholique, mais un membre particulier de cette Église, jugé infidèle. Il est bien réformateur et non créateur d’une nouvelle religion. Il n’y a pas, pour lui, de rupture avec la religion traditionnelle. Il n’a pas voulu de « réforme en rupture », comme les anabaptistes, mais une « réforme en continuité »67. Cependant, cette réforme en continuité exclut ceux qui, par leurs pratiques idolâtres et leur foi superstitieuse, se sont coupés de Dieu : or il s’agit de la hiérarchie de l’Église, et de la papauté en premier lieu… Cela introduit plus qu’une nuance par rapport au modèle classique de la réforme en continuité, la Réforme catholique. Être dans la continuité du christianisme traditionnel pour revenir à ses origines, tout en excluant l’Église de Rome, c’est, historiquement, provoquer une rupture. Le drame du XVIe siècle réside sans doute probablement là.

Notes

1 Wanegffelen (T.), Ni Rome Ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, Paris, Champion, 1997.

2 Id., Une difficile fidélité. Catholiques malgré le concile en France XVIe-XVIIe siècles, Paris, PUF, 1999, synthétise une bonne partie de ses réflexions sur le catholicisme ; il n’y a pas de synthèse équivalente pour le protestantisme, mais on peut se référer à son article « La difficile identité des protestants français entre Réforme et Révocation », dans Belissa (M.), Bellavitis (A.), Cottret (M.) et alii dir., Identités, appartenances, revendications identitaires XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Nolin, 2005, p. 13-24.

3 On peut relire les pages lumineuses consacrées à ce processus dans Delumeau (J.) et Wanegffelen (T.), Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, PUF, 1997 (8e édition), p. 346-353.

4 Les sources disparues, et la plupart des autres, sont mentionnées dans la préface du livre de Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, Paris, Fischbacher, 1888.

5 Le Vasseur (J.), Annales de l’Église de Noyon…, Paris, Sara, 1633, vol. 2, p. 1170, 1088 ; il est qualifié de receveur des dîmes par Masson (P.), Vita Ioannis Caluini, Paris, 1620, trad. et publ. par Backus (I.), « Un chapitre oublié de la réception de Calvin en France. La Vita Caluini de Jean-Papire Masson (1583) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (B.S.H.P.F.), 2009, p. 181-207, ici p. 195.

6 BnF, ms fr 8807, manuscrit Beaucousin, f° 14.

7 Desmay (J.), Remarques sur la vie de Jean Calvin tirées des Registres de Noyon, lieu de sa naissance, Rouen, 1621, dans Archives curieuses de l’histoire de France, 1ère série, t. V, Paris, 1835, p. 387-398.

8 Bonzon (A.), Dupont (A.), « Noyon au XVIIe siècle : lieu de mémoire, lieu d’amnésie », B.S.H.P.F., 2009, p. 221-232.

9 Traité des Reliques, Genève, Pierre de la Roviere, 1559, p. 66 (1ère éd. 1543).

10 Un inventaire de ces reliques (en 1638) se trouve dans De La Fons (A.), Une cité picarde au Moyen Âge, ou Noyon et le Noyonnais aux XIVe et XVe siècles, Noyon, Soulas-Amoudry, 1841, p. 216-217.

11 Coët (E.), Éphémérides du Noyonnais, Noyon, Impr. J. Tugaut, 1887.

12 C’est la thèse, très critiquée, de Selinger (S.), Calvin Against Himself : An Inquiry in Intellectual History, Hamden, Archon Books, 1984, reprise en France principalement par Crouzet (D.), Calvin. Vies parallèles, Paris, Fayard, 2000.

13 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 10-12, et pièces justificatives, p. 194-198. Voir aussi Reulos (M.), « Les attaches de Calvin dans la région de Noyon », B.S.H.P.F., 1964, p. 192-201.

14 Cet établissement est très mal connu. On trouve quelques renseignements dans Coët (E), Chroniques noyonnaises, Noyon, Impr. J. Tugaut, 1889, p. 122-124 et 187-190.

15 Desmay (J.), Remarques sur la vie de Jean Calvin…, op. cit., p. 388.

16 Backus (I.), « Un chapitre oublié… », art. cit., p. 195.

17 De Beze (T.), Théodore, Ioannis Calvini Vita, 1575 ; édition utilisée : Vies de Calvin et de Théodore de Bèze, Genève, Suzanne Guers, 1830, p. 5.

18 Ioannis Calvini Opera quae supersunt omnia, Baum (G.), Cunitz (E.), Reuss (E.) éd., Brunswick, Schwetschke et fils, t. 13, 1875, p. 525, lettre du 13 mars 1550 à Maturin Cordier.

19 Parker (T. H. L.), John Calvin. A Biography, London, J. M. Dent & Sons Ltd, 1975, p. 156-160.

20 Sur le collège de Montaigu à l’époque de Calvin, je me permets de renvoyer à Krumenacker (Y.), Calvin. Au-delà des légendes, Paris, Bayard, 2009, p. 67-76.

21 Le jugement provient évidemment des auteurs catholiques, à commencer par Le Vasseur, mais il transparaît également chez Bèze.

22 Commentaires de M. Jehan Calvin sur le livre de Josué. Avec une preface de Theodore de Besze, contenant en brief l’histoire de la vie et mort d’iceluy…, Genève, François Perrin, 1564. Corpus Reformatorum, vol. XLIX, Ioaniis Calvini Opera quae supersunt omnia…, Baum (G.), Cunitz (E.), Reuss (E.) éd., vol. XXI, Brunswick, Schwetschke et fils, 1879, col. 29.

23 Commentaires des M. Jehan Calvin sur le livre de Josué…, Genève, François Perrin, 1565.

24 De Beze (T.), Ioannis Calvini Vita, 1575.

25 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 15-22.

26 Calvin (J.), Opera Omnia. Epistolae, vol. 1, Genève, Droz, 2005, p. 89.

27 Jullien De Pommerol (M. H.), Sources de l’histoire des universités françaises au Moyen Âge, Université d’Orléans, Paris, INRP, 1978.

28 BOUSSARD (J.), « L’Université d’Orléans et l’humanisme au début du XVIe siècle », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, 5 (1938), p. 209-230 ; Bonet-Maury (G.), « Le protestantisme français au XVIe siècle dans les universités d’Orléans, de Bourges et de Toulouse », B.S.H.P.F., 1889, p. 86-95, 322-330 ; Parker (T. H. L.), John Calvin…, op. cit., p. 15-16 ; Mesnard (P.), « Jean Calvin étudiant en droit à Orléans », Actes du Congrès sur l’ancienne Université d’Orléans (XIIIe-XVIIIe siècle). 6-7 mai 1961, Paris, 1962, p. 81-91 ; Thireau (J.-L.), « L’enseignement du droit et ses méthodes au XVIe siècle. Continuité ou rupture ? », Annales d’Histoire des facultés de droit et de la science juridique, 2 (1985), p. 27-36 ; Battles (F. L.), Hugo (A. M.) éd., Calvin’s Commentary on Seneca’s De Clementia, Leiden, Brill, 1969, Introduction, p. 21-24. Des indications bibliographiques très complètes dans Reulos (M.), « Les Juristes en contact avec Calvin », dans Millet (O.) éd., Calvin et ses contemporains, Genève, Droz, 1992, p. 213-218. Voir aussi le catalogue de l’exposition Orléans à la Renaissance, Orléans, Ville d’Orléans, 2009, notamment les chapitres de Lastraioli (C.) et De Demonet (M.-L.).

29 Monheit (M.), « Guillaume Budé, Andrea Alciato, Pierre de l’Estoille. Renaissance Interpreters of Roman Law », Journal of the History of Ideas, 58 (1997), p. 21-40 ; sur la querelle, voir Breen (Q.), John Calvin : A Study in French Humanism, Grand Rapids, Wm. B. Eerdmans Pub. Co, 1930, Battles (F.L.), Hugo (A. M.) éd., Calvin’s Commentary…, op. cit., p. 23*, et Abbondanza (R.), « La vie et les œuvres d’André Alciat », Pédagogues et juristes. Congrès du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours : Été 1960, Paris, Vrin, 1963, p. 100. La préface de Calvin à Nicolai Chemyni Aureliani Antapologia adversus Aurelii Albucii defensionem pro And. Alciato contra D. Petrum Stellam nuper aeditam, Paris, ex off. G. Morrhii, 1531, se trouve reproduite dans Ioannis Calvini Opera quae supersunt omnia, t. 9, 1870, p. 785.

30 Selderhuis (H. J.), John Calvin : A Pilgrim’s Life, Downers Grove, Intervarsity Press, 2009, p. 15-16. Le premier document mentionnant Calvin licencié en droit date du 14 février 1532.

31 Une lettre de Daniel à Calvin, alors à Paris, du 15 mai 1532, dit qu’il l’attend prochainement à Orléans. La correspondance de Calvin pour ces années-là se trouve dans les Opera Omnia. Epistolae, op. cit.

32 Doinel (J.), « Jean Calvin à Orléans », B.S.H.P.F., 1877, p. 174-185.

33 Je renvoie pour cela à Krumenacker (Y.), Calvin…, op. cit., p. 126-133.

34 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 43-44 et pièces justificatives, p. 200.

35 Sur ces événements, l’essentiel se trouve dans les nombreux travaux de Veissiere (M.), notamment L’évêque Guillaume Briçonnet, Provins, Société d’Histoire et d’Archéologie, 1986. Voir aussi Douen (O.), « La Réforme en Picardie », B.S.H.P.F., 1859, p. 391-392.

36 Backus (I.), « Un chapitre oublié… », art. cit., p. 197. Le passage de Bèze est en Ioaniis Calvini Opera…, vol. XXI, col. 29.

37 Ganoczy (A.), Le jeune Calvin. Genèse et évolution de sa vocation réformatrice, Wiesbaden, F. Steiner, 1966, p. 45-46.

38 Villegagnon est présenté par Thierry Wanegffelen comme un « moyenneur » dans Ni Rome Ni Genève…, op. cit., et surtout dans « Rio ou la vraie Réforme. La “France Antarctique” de Nicolas Durand de Villegagnon entre Genève et Rome », dans Aux temps modernes : naissance du Brésil, Paris, PUPS, 1998, p. 161-175.

39 Elles sont évoquées notamment en 1539 dans l’Épître à Sadolet, qui semble refléter une expérience personnelle, ainsi que dans de nombreux sermons.

40 Reulos (M.), « Les attaches de Calvin dans la région de Noyon », B.S.H.P.F., 1964, p. 192-201.

41 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 74-76 ; Parker (T.H.L.), John Calvin…, op. cit., p. 16. La plupart des amis de Calvin se retrouvent dans sa correspondance.

42 Boussard (J.), « L’Université d’Orléans… », art. cit.

43 Catherinot (N.), Le Calvinisme en Berry, Bourges, 1684, cité par Bonet-Maury (J.), « Le protestantisme français… », art. cit., p. 329.

44 Bergeron-Foote (A.), Les Œuvres en prose de Catherine d’Amboise, dame de Lignières (1481-1550), thèse de l’École des chartes, 2002 : position de thèse sur le site http://theses.enc.sorbonne.fr/document1.html.

45 Ioannis Calvini Vita, dans Calvin (J.), Ioaniis Calvini Opera…, vol. XXI, col. 122 ; L’Histoire ecclésiastique donne un récit encore plus orienté dans le sens de la fondation d’une communauté protestante : « Calvin […] receut ceste grâce de Dieu qu’il employa ses meilleures heures à l’estude de théologie, en laquelle il profita de telle sorte en peu de temps, qu’estant la science conjointe avec son zèle, il advança merveilleusement le royaume de Dieu en plusieurs familles… », Histoire ecclesiastique, Vesson (P.) éd., Toulouse, Société des Livres religieux, 1882, p. 6.

46 Sur les origines de la Réforme à Bourges, Gueneau (Y.), Protestants du Centre, 1589-1685. Approches d’une minorité, thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Tours, 1982.

47 Reid (J. A.), « French Evangelical Networks before 1555 », dans Benedict (P.), Seidel Menchi (S.) et Tallon (A.) éd., La Réforme en France et en Italie, École Française de Rome, 384, 2007, p. 105- 124.

48 Farge (J. K.), Le Parti conservateur au XVIe siècle. Université et Parlement de Paris à l’époque de la Renaissance et de la Réforme, Paris, Collège de France, 1992 ; Id., Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris, 1500-1543, Leyde, Brill, 1985.

49 Reid (J. A.), King’s Sister – Queen of Dissent : Marguerite of Navarre (1492-1549) and Her Evangelical Network, Ph. D. thesis, University of Arizona, 2001.

50 L’anecdote provient de Calvin lui-même dans la Seconde défense […] contre les calomnies de J. Westphal de 1556.

51 Delumeau (J.), Wanegffelen (T.), Naissance et affirmation de la Réforme, op. cit., p. 349-353.

52 Sur tous ces événements, et cette interprétation, je renvoie à Krumenacker (Y.), Calvin…, op. cit., p. 133-139.

53 Lefranc (A.), La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 15-22.

54 Ganoczy (A.), Le jeune Calvin…, op. cit., p. 138-195.

55 Coët (E.), Éphémérides du Noyonnais, op. cit., p. 120.

56 Voir les lettres publiées dans les Opera Omnia. Epistolae, vol. 1.

57 Krumenacker (Y.), « La conversion interdite ? Lectures de l’évangélisation primitive par le protestantisme de l’époque moderne », dans Born (J.), Cottret (B.), Zorn (J.-F.) dir., Convertir/Se convertir. Regards croisés sur l’histoire des missions chrétiennes, Paris, Nolin, 2006, p. 55-67. Sur l’expédition au Brésil, voir les nombreux travaux de Lestringant (F.).

58 Il n’y a pas la place ici de discuter de l’ecclésiologie de Calvin. Je renvoie, dans l’optique développée dans cet article, à Courvoisier (J.), De la Réforme au protestantisme. Essai d’ecclésiologie réformée, Paris, Beauchesne, 1977, spécialement p. 65-100.

59 Epistre de Jaques Sadolet […] avec la response de Jean Calvin, in Recueil des opuscules, c’est à dire, Petits traictez de M. Iean Caluin, Genève, Baptiste Pinereul, 1566 ; rééd. CD-Rom, Genève, Droz, 2003, p. 150.

60 Institution de la Religion Chrétienne, ch. IV, 4e partie (éd. 1541 ; le texte est presque le même dans les éditions ultérieures).

61 Leçon du 15e dimanche.

62 Response aux calomnies d’Albert Pighius, in Recueil des opuscules, op. cit., p. 302.

63 Response à un certain moyenneur rusé, ibid., p. 1904.

64 Lettre aux fidèles de Rouen, ibid., p. 725.

65 Epistre de Jaques Sadolet…, op. cit., p. 168.

66 Lettre aux Églises réformées de France, décembre 1560 : Bonnet (J.), Lettres de Jean Calvin, Paris, Ch. Meyrueis et Compagnie, 1854, t. 2, p. 350-353.

67 Sur ces notions : Delumeau (J.), Wanegffelen (T.), Naissance et affirmation de la Réforme, op. cit., p. 296-299. Mais la notion de « réforme en rupture » est appliquée à l’ensemble des courants protestants.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search