Version classiqueVersion mobile

Judei Nostri

 | 
Claire Soussen Max

Troisième partie. Les juifs dans la Couronne d’Aragon, une entité menacée

Conclusion

Texte intégral

  • 1 W. Pakter, Medieval Canon Law and the Jews, Ebelsbach, 1988.
  • 2 J.-P. Barraqué, B. Leroy, Des écrits pour les rois. En Espagne médiévale, la réflexion pol (...)
  • 3 R. Chazan, Medieval Jewry in Northern France. A Political and Social History, Baltimore-Lo (...)

1Que conclure des rapports qu’entretiennent le roi, les juifs et le reste de la société chrétienne dans l’espace aragonais ? Peut-on donner une explication plus tranchée quant au durcissement de la situation faite à l’entité juive dans ces territoires à partir de la fin du XIIIe siècle ? Nous avons vu que, comme ailleurs, les juifs y sont soumis à la réglementation de portée universelle adoptée par l’Église1. Les relais habituels de la transmission des canons font que, adoptées au niveau supérieur, les mesures sont diffusées au niveau local et, de ce fait, les juifs sont placés sous une législation valable dans toute la Chrétienté. Celle-ci établit donc la définition théorique de la place des juifs dans la société. Cependant, en plus de cette réglementation, les juifs, comme les autres, sont soumis à d’autres instances de régulation : la coutume locale et la loi générale adoptée au cours du XIIIe siècle par le souverain aragonais2. Ces deux types de réglementation constituent les éléments d’une définition de la condition juive dans l’espace aragonais. Les juifs eux-mêmes réfléchissent à cette question et à la lumière des événements de leur époque, donnent des prolongements à la position théorique adoptée à l’époque de la rédaction du Talmud. La réflexion politique sur le sens et les conséquences de l’exil que l’on rencontre chez David Kimhi, par exemple, est complétée par les dispositions pratiques relatives à la vie quotidienne, prescrites par Salomon ben Adret. Ainsi, chez les juifs comme chez les chrétiens, la particularité juive est prise en compte et fait l’objet d’un encadrement. Les relations entre minorité et majorité sont réprouvées de part et d’autre. Cela dit, ce n’est pas tant la règle qui permet d’appréhender la réalité des rapports entre les hommes, que son exception. Celle-ci prend des formes diverses. La première consiste dans l’exception générale qui régit le statut des juifs dans l’espace aragonais. En effet, alors que partout ailleurs l’entité juive connaît des conditions d’existence extrêmement difficiles, marquées par des violences, et parfois même par des expulsions comme en France et en Angleterre3, les juifs d’Aragon continuent de se voir reconnaître un droit et des conditions d’existence appréciables. Dans ces territoires, l’entité juive est constituée de communautés dotées d’une assez large autonomie de gestion. Non seulement cette minorité se voit acceptée, mais ses spécificités religieuses le sont également, alors que le judaïsme est, à terme, voué à disparaître. Le roi d’Aragon continue, tout au long de la période qui nous occupe, à inciter les juifs à suivre leur Loi et à garantir la validité de leurs coutumes. De même la reconnaissance de la valeur de la langue hébraïque et d’une parole juive spécifique, est tout à fait exemplaire. C’est peut-être à travers ces questions, qu’apparaît de la façon la plus évidente l’exception juive aragonaise. Celle-ci, fruit d’un héritage ancien, est sans cesse rappelée et renouvelée par le roi d’Aragon, qui non seulement l’entérine, mais l’impose aux autres acteurs de la société aragonaise, clercs ou nobles. Le roi se fait alors l’allié des juifs dans la reconnaissance de leurs privilèges parfois contestés par certains qui y voient une situation scandaleuse. La minorité juive a donc bien sa place au sein de la société aragonaise.

  • 4 D. Biale, Power and Powerlessness in Jewish History, New York, 1986.

2Elle y est intégrée tout d’abord par la fiscalité. Si elle est soumise aux mêmes contributions régulières que l’ensemble des sujets du roi d’Aragon, elle est l’objet d’un surcroît d’impôts pour pallier les dépenses exceptionnelles. Ainsi toutes les fois que les circonstances l’exigent, qu’il s’agisse d’opérations militaires ou de dépenses d’apparat, ou simplement de combler les déficits lorsque la conjoncture est mauvaise, la minorité juive constitue un recours financier. Des « subsides » sont alors prélevés, qui atteignent parfois des montants très élevés et qui justifient l’emploi par Alphonse IV d’une expression marquante pour désigner les juifs, qualifiés de « caisse et trésor des rois ». C’est peut-être là que se trouve la clé de l’explication de la situation privilégiée des juifs dans l’espace aragonais. La contrepartie de l’autonomie de gestion accordée à l’entité juive, serait le recours financier qu’elle représente pour le roi, de façon sûre et constante. Toutes les fois qu’il en est besoin, le roi peut puiser dans cette réserve. Cet accord ne fait évidemment pas l’objet d’une formulation officielle, mais est mis en œuvre de façon tacite. Les autorités du Talmud, au temps de la diaspora à Babylone, ne concevaient d’ailleurs pas autrement les relations politiques entre les juifs en exil et les autorités temporelles qui les gouvernaient4. Cette donnée fait bien de l’entité juive une alliée pour le pouvoir royal. Le contexte propre à la péninsule Ibérique et à la Couronne d’Aragon en particulier, explique la perpétuation de cet accord, alors même qu’il est révoqué ailleurs en Occident. En effet, la Reconquête se poursuit et exige la continuation des efforts financiers nécessaires à son accomplissement. C’est dans ce cadre également que s’élabore l’État moderne. Par ailleurs, le roi sait utiliser les compétences des juifs.

  • 5 A. Castro, España en su historia. Cristianos, Moros y Judíos, 2ème éd., Barcelona, 1983.

3Mais ceux-ci exercent aussi leurs activités, au quotidien, auprès du commun. Les chrétiens, réciproquement, mettent leurs compétences au service des juifs, montrant par là que les règles qui définissent la place des juifs n’ont souvent qu’une incidence théorique dans l’espace aragonais. En effet, la nécessité impose le contact entre les populations. L’espace public comme l’espace privé accueillent alors ces relations, qui pour certaines sont tolérées et pour d’autres prohibées. C’est le cas notamment des relations intimes, contre lesquelles les autorités chrétiennes et juives mettent en garde leurs fidèles, mais qui sont révélées à de nombreuses reprises par les sources. Dans ces cas-là, la coexistence prend vraiment la forme de la convivencia5, la vie mêlée des différents groupes en présence dans l’espace aragonais. Et parfois elle conduit même à des extrémités : la conversion spontanée des uns ou des autres à la religion de ceux avec lesquels le contact s’est noué. Ce phénomène montre un peu plus à quel point le décalage est profond entre le sentiment éprouvé par les populations, et celui que cherchent à mettre en avant les décisionnaires juifs et chrétiens, diabolisant l’autre en espérant empêcher l’attraction qu’il est susceptible d’exercer. Cette convivencia ne signifie pas que les relations entre juifs et chrétiens aient toujours et pour tous, une connotation positive. En effet, des épisodes de violence viennent les troubler régulièrement et parfois même rituellement, comme pour montrer que certaines limites ne doivent pas être franchies et que la différence demeure, malgré tout, entre la majorité chrétienne et la minorité juive. Or, précisément, ces troubles se multiplient dans l’espace aragonais dans le deuxième tiers du XIIIe siècle, et la violence anti-juive, de rituelle qu’elle était au départ, acquiert un caractère différent. C’est sans doute là que l’on peut déceler le durcissement de la situation des juifs, en général, dans ces territoires.

  • 6 R. Chazan, Barcelona and Beyond, The Disputation of 1263 and its Aftermath, Los Angeles, 1 (...)
  • 7 R. Chazan, Fashioning Jewish Identity in Medieval Western Christendom, Cambridge, 2004.

4En effet, les violences anti-juives ne sont alors plus seulement des épiphénomènes, mais marquent de leur empreinte les relations entre juifs et chrétiens de façon plus régulière. À partir des années 1260, l’attitude de l’Église se montre résolument offensive à l’égard des juifs. La dispute de Barcelone en 12636, entre Nahmanide, autorité juive, et Paul Chrétien, juif converti, est le point de départ de l’offensive missionnaire lancée contre les juifs dans l’espace aragonais. Les prédicateurs franciscains et dominicains, qui disposent d’un appareil argumentaire renouvelé au cours du XIIIe siècle, et de techniques éprouvées de prédication, dirigent leur apostolat vers les juifs, objets d’une nouvelle mission. Les polémistes juifs ressentent le danger de l’offensive chrétienne, et Nahmanide ou Meir de Narbonne s’emploient à développer des arguments propres à répondre et surtout à résister aux attaques des chrétiens7. De ce fait, les réflexions des intellectuels chrétiens et juifs dans l’espace aragonais sont d’une exceptionnelle richesse. C’est le contact particulier entre juifs et chrétiens dans ces territoires, qui explique entre autres, cette émulation des penseurs. La présence conjointe des diverses minorités nourrit chez les uns le désir de les gagner à la majorité et chez les autres celui de résister. Mais la mission vers les juifs, que l’on ne rencontre pas en dehors de la péninsule Ibérique, du moins pas sous cette forme, est à l’origine de violences qui mettent en péril la sécurité des communautés juives. Malgré le rappel, par le roi, de la place particulière occupée par les juifs dans sa tuitio, le massacre de Montclus, orchestré par les Pastoureaux en 1320 déjà, montre que les injonctions royales sont de peu de poids face à la frénésie de la foule. En 1348 et 1349, la population en proie à la terreur provoquée par les ravages de la Peste Noire, pense trouver dans les minorités, à la fois les coupables d’une épidémie inexpliquée, et l’exutoire à une tension insupportable. Elle déferle sur les Calls, provoquant la mort de centaines de personnes. Dans ces deux cas, la protection royale reste impuissante.

5Si la dispute de Barcelone en 1263 est le point de départ d’une offensive renouvelée de la parole des clercs contre les juifs, les événements de 1320 semblent initier une nouvelle forme d’action des populations. Quelques décennies plus tard, un autre mouvement se développe encore, qui voit agir conjointement la parole et les actes. L’attitude des souverains y est sans doute pour beaucoup : le triomphe de la foi chrétienne est préféré aux considérations stratégiques, les Rois Catholiques ne voient plus dans l’entité juive un atout. Les juifs doivent alors choisir entre la conversion et l’expulsion, ce qui traduit bien le rejet de leur spécificité.

Notes

1 W. Pakter, Medieval Canon Law and the Jews, Ebelsbach, 1988.

2 J.-P. Barraqué, B. Leroy, Des écrits pour les rois. En Espagne médiévale, la réflexion politique d’Isidore de Séville aux Rois Catholiques, Limoges, 1999.

3 R. Chazan, Medieval Jewry in Northern France. A Political and Social History, Baltimore-London, 1973 et S. Schwarzfuchs, Les juifs au temps des croisades en Occident et en Terre Sainte, Paris, 2005.

4 D. Biale, Power and Powerlessness in Jewish History, New York, 1986.

5 A. Castro, España en su historia. Cristianos, Moros y Judíos, 2ème éd., Barcelona, 1983.

6 R. Chazan, Barcelona and Beyond, The Disputation of 1263 and its Aftermath, Los Angeles, 1992.

7 R. Chazan, Fashioning Jewish Identity in Medieval Western Christendom, Cambridge, 2004.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search