Version classiqueVersion mobile

Judei Nostri

 | 
Claire Soussen Max

Troisième partie. Les juifs dans la Couronne d’Aragon, une entité menacée

Chapitre IX. Les répercussions au sein des populations

Texte intégral

1Après avoir étudié le durcissement de la position de l’Église à l’égard des juifs, observons l’attitude de la population afin de voir si elle se montre perméable à la tension ambiante.

  • 1 G. Dahan, « Les juifs dans le Commentaire du Décret de Gui Terré », op. cit., p. 400.

2Pour l’Église, on l’a dit, la situation des juifs aragonais constitue un désordre, un écart par rapport à la norme. Avec le temps, elle fait en sorte d’y remédier en adoptant une législation permettant d’éviter les ambiguïtés. Cette entreprise débouche sur la situation paradoxale évoquée plus haut : la plus grande visibilité d’un groupe que l’on cherche à fondre dans la masse des croyants. C’est précisément par ce biais que peut s’effectuer la perméabilité du discours de l’Église vers la population1. Les juifs doivent se distinguer, leur différence doit désormais s’exposer aux yeux de tous.

I. Une stigmatisation croissante

  • 2 J. Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIe s.). Une cité assiégée, Paris, 1978, p. 272 et 293.

3Le clergé a pour souci constant d’éviter la fusion des chrétiens et des non-chrétiens2. La stigmatisation permet l’identification immédiate et doit donc empêcher le contact. L’identification de l’infidèle passe par deux moyens : le port par les individus de signes distinctifs sur leurs vêtements ; le regroupement de la collectivité dans des quartiers définis et clairement délimités dans le bâti.

Retour sur la singularisation : l’impact de Latran IV

  • 3 Article 68 du Concile de Latran édité dans Mansi, 22.
  • 4 Voir l’article « Badge » de l’Encyclopedia Judaica ; I. Lichtenstadter, « The Distinctive Dress of (...)
  • 5 D. Sansy, « Chapeau juif ou chapeau pointu ? Esquisse d’un signe d’infamie », dans G. Blashitz, H. (...)
  • 6 Article 68 du Concile de Latran.
  • 7 Cf. Nombres 15. 38 et suivants.

4« Pour que les juifs se distinguent des chrétiens par le vêtement »3. Le titre du canon 68 du Concile de Latran de 1215 est explicite. Certains historiens font remonter aux musulmans au VIIIe siècle la création d’un morceau de tissu de forme ronde ou triangulaire4, porté par les chrétiens et les juifs vivant sous leur autorité, dans un but distinctif. La Chrétienté connaît aussi, dans les territoires d’Ashkénaze notamment, ce phénomène de distinction par le vêtement5, mais en 1215 le Concile de Latran le systématise. La nécessité de protéger la société contre la mixité sexuelle est l’argument invoqué, mais dans la réalité, son effet est simple : la séparation sociale des deux groupes juif et chrétien, et de fait, la dégradation de la position des juifs. Une autre justification est donnée au port de signes distinctifs : « comme il leur est aussi demandé de le faire par Moïse »6, renvoie aux prescriptions relatives à l’ajout de franges rituelles sur le vêtement de dessous porté par les hommes7. Il s’agit évidemment d’une confusion, ou d’une instrumentalisation, des prescriptions rituelles juives avec les nouvelles préoccupations stigmatisantes de l’Église. Au départ, la papauté ne définit pas précisément les dimensions, couleurs, et autres caractéristiques du signe distinctif, qui s’apparente de plus en plus à la rouelle. Ces questions sont laissées à la discrétion des autorités locales ecclésiastiques ou séculières. Voyons comment elles sont appliquées dans l’espace aragonais.

L’application des mesures distinctives dans la Couronne d’Aragon : l’héritage de pratiques séculaires

  • 8 ASV Reg Vat. 11 f°21v, lettre du pape Honorius III à Jacques Ier en 1220, éd. S. Simonsohn, The Apo (...)

5Dans certains territoires de la Couronne d’Aragon, comme ailleurs en Occident : « [...] depuis longtemps une diversité de vêtement a distingué et distingue les juifs des deux sexes, des chrétiens »8. Cette lettre pontificale ne précise pas en quoi consiste le vêtement mais elle est, pour la période qui nous occupe, le premier document qui évoque la coutume du port de signes distinctifs par les juifs aragonais. Datée de 1220, elle est la réponse indirecte d’Honorius III à une requête formulée par le roi Jacques Ier demandant la dispense, pour les juifs de ses États, des mesures de Latran. Ceux-ci se distinguant des chrétiens depuis longtemps par le port de vêtements différents, l’adoption de nouvelles marques ne se justifie donc pas. Par ailleurs, le roi entend ainsi protéger les juifs de son royaume des agressions éventuelles que pourrait entraîner le port de nouveaux signes. Par la missive adressée à l’archevêque de Tarragone, le Pape se rend aux raisons du roi.

  • 9 ACA reg 46 f°152v, Barcelone 11.01.1284, Régné n° 1106 : « […] Cum nos concessimus quod iudei civit (...)
  • 10 L’analyse des Usatges de Barcelone ne montre pas trace de cette coutume, en revanche elle fait l’ob (...)
  • 11 ACA reg 46 f°152v, Barcelone 11.01.1284 : « […] aliqui sint pauperes iudei qui ipsas habere non pos (...)

6Une lettre royale de janvier 1284 fournit des renseignements supplémentaires sur ce en quoi consiste le signe : « [...] Comme nous avons concédé que les juifs de la ville et du royaume de Valence portent des capes rondes selon la coutume de Barcelone [...] »9. D’après le roi, la coutume du port de la cape ronde provient de Barcelone10, mais en réalité elle est observée dans toute la principauté de Catalogne. Par cette lettre, elle est étendue à la ville et au royaume de Valence reconquis. On peut souligner la latitude laissée aux souverains temporels quant au choix du signe distinctif porté par les juifs. Ici, le roi d’Aragon choisit de pérenniser la coutume plutôt que d’imposer un nouvel accessoire. Nous pouvons imaginer par ailleurs que même si le port du signe distinctif est une nouveauté dans le royaume de Valence et que de ce fait, le roi peut choisir un autre signe que celui porté en Catalogne, le souci d’une politique harmonieuse prévaut, et la cape ronde est généralisée. La lettre de Pierre III donne aussi une indication indirecte, mais qualitative, sur le coût du vêtement : « [...] il y a des juifs pauvres qui ne peuvent pas se les procurer »11. Il apparaît donc que l’équipement de cette cape ronde n’est pas modique, en tout cas qu’il coûte sans doute plus cher que la confection d’un simple morceau de tissus apposé sur le vêtement, et qu’il constitue une dépense importante dans les budgets familiaux, voir une dépense intolérable pour les juifs pauvres. On imagine que le mécontentement des juifs à qui il est imposé, repose sur deux fondements : l’un idéologique relatif au malaise ressenti face à la stigmatisation, l’autre économique relatif aux sommes à débourser pour se procurer le signe distinctif.

  • 12 ACA reg 43 f°61, Saragosse 12.11.1284, Régné n° 1231.

7Il semble toutefois que la politique en matière d’obligation du port de signes distinctifs ne soit pas totalement homogène, et que plusieurs habitudes se croisent. En plus du manteau rond, d’autres signes se répandent. Un document adressé par Pierre III en novembre 1284 à ses représentants dans le royaume de Valence, précise que les juifs y portent une rotulus in collo12, une petite roue sur le col, la rouelle. Le contexte dans lequel il est question de cette rouelle est spécifique, et sous-entend une certaine théâtralité. Il s’agit en effet de l’assemblée au cours de laquelle des juifs prêtent serment à des chrétiens dans le cadre de relations contractuelles. Or, comme on l’a mentionné avec le document précédent, le souverain aragonais a décidé d’importer la cape ronde dans le royaume de Valence. Il y a bien là superposition de pratiques en matière de signes distinctifs. Si l’on en croit les sources, les territoires rassemblés par les souverains aragonais connaissent donc au moins deux usages pour désigner l’infidèle : la cape ronde en Catalogne, la roue sur le vêtement dans les territoires anciennement musulmans, c’est-à-dire les plus récemment conquis, ceux dans lesquels l’application des mesures de Latran ne se superpose pas à une coutume plus ancienne. L’examen des dates auxquelles ces documents sont publiés est intéressant. En effet, le premier document date du mois de janvier 1284, et le second du mois de novembre de la même année. Si tant est que le souverain a voulu imposer une harmonisation des signes distinctifs en généralisant la coutume barcelonaise, on se rend compte que celle-ci n’est pas avérée dix mois plus tard. Cela s’explique peut-être pour deux raisons : d’une part la difficulté à abolir une coutume en certains endroits séculaire ; d’autre part le renchérissement du coût du vêtement évoqué plus haut. Nous pouvons imaginer également que le recul n’est pas suffisant entre les dates des deux documents pour juger définitivement de l’efficacité de la volonté d’harmonisation de Pierre III. Pour en revenir aux caractéristiques formelles du signe distinctif porté par les juifs dans le royaume de Valence, il s’agit donc d’une roue, sans autre indication de taille ou de couleur.

Une liberté dans le choix du signe

  • 13 ACA reg 224 f°49, Barcelone 11.07.1323, Régné n° 3272 : « […] iudei regnarum et terrarum nostrorum (...)

8Un document royal datant de 1323, quarante ans plus tard, montre qu’en définitive il n’y a pas d’homogénéité quant au choix du signe distinctif : « [...] les juifs de nos terres et de nos royaumes qui ne sont pas tenus de porter les capes juives, doivent porter sur la partie supérieure de leur vêtement, une roue dont la couleur du tissu est différente de celle du vêtement »13. Apparemment, la pratique de l’adoption de l’un ou l’autre en fonction de critères individuels se perpétue. Ce document est précieux car contrairement à ceux étudiés précédemment, il évoque les juifs de l’ensemble des territoires de la Couronne aragonaise et pas seulement ceux de Barcelone ou de Valence. Ceci montre que les mesures prises concernent la minorité juive dans son entier dans toutes les communautés, et que s’il est fait référence à Barcelone et à Valence, c’est uniquement parce que ces villes étaient les « capitales » de leur « pays », que les coutumes de Barcelone sont les coutumes de toute la Catalogne, et que les coutumes de Valence sont celles de l’ensemble du royaume de Valence. Quoi qu’il en soit, il apparaît que tous les juifs de la Couronne aragonaise doivent porter un signe distinctif, mais qu’ils ont la liberté de choisir celui qu’ils veulent parmi les deux types en usage. Ainsi, si un individu refuse de porter la cape, il peut porter sur sa veste une roue de tissu d’une autre couleur. Ce document fournit aussi une indication quant au motif pour lequel les juifs doivent porter ce signe distinctif : pour qu’ils puissent être reconnus ; nous retrouvons là l’esprit de Latran IV. On peut noter que le terme employé dans la lettre est bien celui de signe (signum), et que l’intention est donc bien de signaler par ce biais les juifs aux autres membres de la société aragonaise.

  • 14 ACA reg 15 f°123, Cervera 25.10.1268, Régné n° 392, publ. F. de Bofarull i Sans, op. cit., p. 892, (...)
  • 15 ACA reg 81 f°10, Tarragone 03.01.1290, Régné n° 2058 : « […] scite nos credimus quod licet iudei Ba (...)
  • 16 ACA reg 43 f°61v, Saragosse 12.11.1284, Régné n° 1232.

9Certaines mentions permettent, par ailleurs, d’appréhender le sentiment royal à l’égard de l’imposition de signes distinctifs. Ainsi, dans une lettre adressée par Jacques Ier en 1268 à ses juifs : « [...] nous vous concédons de ne pas porter la roue ou quelque autre signe sur la tête ou ailleurs sur votre corps »14, le souverain leur accorde de continuer à porter les signes qui leur sont familiers. Dans ce document, l’exemption ou l’exception royale semble recouvrir une faveur à la suite d’une requête émise par la minorité juive. Ce sentiment est confirmé par un second document publié 22 ans plus tard et adressé aux jurats de Valence : « [...] Sachez que nous croyons qu’il convient que les juifs de Barcelone et de Valence aient le privilège de porter les capes »15. Comme le port de la cape ne peut être considéré comme un privilège en soi, c’est-à-dire par rapport au fait de ne rien porter du tout, cela signifie qu’il est considéré comme moins infamant que les autres signes distinctifs, par exemple la rouelle valencienne. Cette supposition, si elle est exacte, explique la publication par le roi du document adressé à ses représentants de Valence dans lequel il s’élève contre la comparution en cour des juifs portant la rouelle sur le col de leur vêtement16. Il y aurait de ce fait une hiérarchie des signes distinctifs, certains plus infamants que d’autres. Il est certain que la cape ronde, à laquelle il n’est manifestement pas assigné de couleur ou au moins de façon particulière, est sans doute plus discrète que la rouelle, et en cela plus acceptable pour ceux qui la portent. Le souverain aragonais semble par ailleurs désireux d’adopter des mesures plus souples et plus légères que dans d’autres territoires de la Chrétienté, même si la politique royale en la matière diverge selon les périodes.

Le durcissement de l’obligation royale

  • 17 ACA reg 595 f°22v, Barcelone 25.04.1338 : « […] a contrafacientibus exigenda penitus et levanda pro (...)

10En 1338, Pierre IV adresse une lettre à son baile de Ville Calidarum de Montebovino lui enjoignant de faire appliquer la législation royale en matière de signe distinctif. Apparemment, dans cette localité, elle est appliquée de façon souple et le roi exige que ses officiers y remédient. Le signe dont il est alors question n’est pas la cape mais une roue : signum sive rotam. Les autres caractéristiques précisées l’apparentent à la rouelle décrite plus haut. La roue doit être de couleur différente, placée sur le haut du vêtement, et l’ensemble des membres de la communauté juive du lieu est soumis à cette obligation sans avoir le choix du signe. Il y a donc un nivellement par le bas puisque c’est le plus infamant qui est imposé à tous. Peut-être sommes-nous ici dans un contexte de durcissement de la situation générale des juifs, dont la moindre latitude laissée dans le choix du signe distinctif pourrait être un indice. Précisons qu’à la différence des documents observés précédemment, celui-ci stipule l’obligation faite au représentant du roi de sanctionner les manquements à ces prescriptions : « [...] il faut exiger absolument et percevoir une amende de la part de ceux qui contreviennent, comme cela a toujours été l’habitude dans la ville de Barcelone et dans les autres lieux de Catalogne dans lesquels demeurent des juifs, et ne changez pas cela »17. La règle est que tous doivent désormais porter un signe infâmant marqueur d’une position d’infériorité sociale, et qu’il n’y a en principe aucun moyen de s’y soustraire. En quelques décennies, il semble donc y avoir eu une évolution de la part de l’autorité temporelle.

11La mise en évidence de la singularité de la minorité juive ne passe pas seulement par sa signalisation vestimentaire, mais également par une circonscription territoriale, l’assignation progressivement imposée de ses lieux de résidence. Le groupe, comme l’individu, fait désormais l’objet de mesures de précaution.

La délimitation du groupe : le quartier juif comme discriminant

  • 18 D. Abulafia, « From Privilege to Persecution : Crown, Church and City… », op. cit., p. 118, repère (...)

12Il a précédemment été question du quartier juif pour dire qu’il ne constitue aucunement un lieu clos. Or une évolution se produit dans l’espace aragonais au cours de la période étudiée : de spontané, le regroupement des juifs dans des quartiers spécifiques devient de plus en plus obligé. Une constatation s’impose : tous les documents permettant de mettre cette évolution en évidence sont publiés en 1328 et après cette date, soit à la fin du règne d’Alphonse IV et au début de celui de Pierre IV, dont on a signalé le durcissement de la politique de stigmatisation vestimentaire18. La question qui se pose est celle de l’intentionnalité du phénomène. Si l’impossibilité de résider à l’extérieur du quartier juif semble de plus en plus évidente, quelle en est la cause ? La réponse à cette question permettra de reconsidérer l’attitude particulière du roi d’Aragon à l’égard de la minorité juive.

L’attitude contradictoire du roi et de ses représentants à la lumière du « dossier Cervera »

  • 19 Sur les juifs de Cervera voir, A. Duran Sanpere, « Les juifs à Cervera et dans d’autres villes cata (...)

13Une série de documents que l’on peut qualifier de « dossier Cervera », relatifs au quartier juif de cette ville, semble faire de la détermination et de la délimitation de la Judería de Cervera un cas d’école19. Elle aborde les critères présidant au choix du site, les conflits auxquels il donne lieu entre juifs et chrétiens, et permet d’étudier l’exercice du pouvoir royal. Ce dossier s’étend sur près de vingt ans et sur deux règnes, le premier document datant du règne d’Alphonse IV en 1328 et le dernier du règne de Pierre IV en 1347. L’origine du dossier remonte même à une date antérieure, puisque Alphonse IV mentionne dans une de ses lettres, l’initiation du processus de délimitation du quartier juif par son père Jacques II. Cette affaire soulève de très nombreuses questions quant à l’affirmation du pouvoir royal dans la Couronne d’Aragon, et quant à la position des juifs.

  • 20 ACA reg 475 f°80v, Lérida 09.06.1328 : « […] assignaveritis certa loca aliame iudeorum ville ipsius (...)
  • 21 Ibidem : « […] mandamus vobis ipsis fratribus concedere quod in hospicio prelibato […] remanere et (...)

14« [...] vous avez assigné certains lieux à l’aljama des juifs de la ville pour qu’ils y habitent, comme nous voulons qu’ils soient séparés des chrétiens »20, le roi s’adressant à ses officiers de Cervera en 1328, se réfère à la délimitation du quartier juif qu’il a sans doute ordonnée, et dont se sont chargés ses hommes. Mais alors que les incitations royales à y résider ne sont que des recommandations, il apparaît que ceux qu’elles visent n’ont plus aucune latitude dès que les officiers royaux entrent en jeu. En effet, deux frères juifs, Astrug Sullemus Cohen et Salomon Sullemus, qui disposent de maisons hors de la juiverie et qui désirent continuer à y résider, s’en sont vus empêcher par les représentants du roi. Plusieurs motifs peuvent expliquer ce glissement apparent de l’incitation à la coercition : des intérêts divergents ou des raisons pratiques. En effet, pour ceux qui, au quotidien, gèrent l’administration des villes, il est sans doute plus facile d’exercer un contrôle sur des lieux et des populations strictement définis. Par ailleurs, l’analyse de cette inflexion négative est très aléatoire car l’attribution d’un quartier juif par le roi répond souvent à une requête formulée par les aljamas elles-mêmes. On croit pouvoir la repérer cependant à travers les démarches imposées aux juifs désireux d’y échapper, une fois les quartiers définis. Ainsi, comme ici, ceux-ci doivent en appeler directement au roi pour avoir l’autorisation de résider à l’extérieur du Call. En l’occurrence, Alphonse IV s’adressant à ses officiers, l’accorde : « [...] nous vous demandons de concéder à ces frères qu’ils puissent rester, se tenir, et habiter dans le logement en question »21. Si ses officiers ne donnent pas droit à la requête des deux frères, le roi leur recommande d’accorder au moins l’autorisation de vendre ou de louer leurs maisons. Il y a donc bien un net rétrécissement de la liberté des juifs quant au choix de leur lieu de résidence. Celui-ci, au moins dans ce document, ne semble pas imputable au souverain, qui modère la tendance, mais à ses représentants locaux qui détiennent la réalité du pouvoir dans ses terres, malgré les recommandations royales. On constate par ailleurs que la localisation du quartier juif fait l’objet d’une détermination très précise, probablement d’un cadastrage minutieux. Les deux frères trouvent grâce aux yeux du roi dans leur requête parce que la maison qu’ils possèdent est mitoyenne du quartier juif, bien que située à l’extérieur.

15On a souligné à plusieurs reprises le décalage des actions des agents du roi dans les villes ou les territoires dont ils ont la charge par rapport aux orientations de la politique royale. Les dépositaires de l’autorité de l’État contreviennent aux instructions du souverain dans certains domaines où sont en jeu les privilèges de l’entité juive. Cela oblige le roi à rappeler fréquemment à ses officiers les champs dans lesquels s’exerce l’autonomie juive. En effet, les intérêts des juifs ne sont pas ceux des représentants de l’autorité royale qui sont souvent des membres de la noblesse, ou au moins de la notabilité. Il y a donc concurrence d’intérêts. Il semble que pour la détermination des lieux de résidence, se joue une divergence de même nature.

  • 22 ACA reg 475 f°116v, Lérida 21.06.1328 : « […] designaret locum separatum et convenientem prope iuda (...)
  • 23 Ibidem.
  • 24 Ibidem : « […] cum dicti iudei de predicta designacione non contentarentur imo ad nos ab ea super a (...)
  • 25 Ibidem : « […] assignamus pro iudaria et habitacione dictorum iudeorum videlicet locum seu partem d (...)
  • 26 Ibidem : « […] et etiam vicum seu carrariam dicte ville quae nominatur Carraria del vent ».

16Une lettre émise quelques jours plus tard vient à la fois compléter les dispositions prises pour la délimitation du quartier juif, préciser la législation en fonction des variations démographiques, et nuancer la première impression de modération du souverain. Nous apprenons ainsi par le roi que les mesures prises pour la régulation de la population juive de la ville ont été fixées par son père Jacques II, et que celui-ci avait confié à son représentant, le bayle de Cervera, qu’il « [...] désigne un lieu séparé et approprié près de la judería des juifs de cette ville ou ailleurs, quand les juifs qui ne peuvent être reçus dans ladite judería, et se rendant dans cette ville, qu’ils puissent demeurer décemment, de telle sorte qu’ils n’aient pas à habiter parmi les chrétiens »22. Alphonse IV procède en quelque sorte, par ce rappel, à une justification de la ségrégation en l’inscrivant dans le temps. Mais l’information fondamentale apportée par cette lettre est tout autre : elle permet l’approche qualitative de cette disposition ségrégative, qui, ici, apparaît impérative. En effet, la lettre évoque les sanctions qu’encourent les juifs qui ne s’y plieraient pas, ce qui démontre le caractère obligatoire de la résidence séparée23. On comprend de la sorte l’aspect procédurier de la requête formulée par les deux frères de Cervera. Le roi fait l’objet de demandes de dérogation en bonne et due forme de la part des juifs de la ville désireux de se soustraire à cette obligation. Par ailleurs, en dehors des demandes d’exemption individuelles, il semble que par cette lettre, le roi entende également régler une situation difficile. En effet, l’aljama s’adresse au roi parce que l’espace disponible dans la judería est insuffisant : « [...] et comme ces juifs ne se sont pas satisfaits du lieu désigné, certains d’entre eux sont venus à nous à ce propos pour se plaindre »24. Alphonse IV prend alors une décision pour remédier à cette insuffisance de place et accorde aux juifs deux lieux qui leur sont réservés : « [...] nous assignons pour la judería et l’habitation des dits juifs le lieu ou quartier de la ville dans lequel ils résident à l’heure actuelle »25, c’est-à-dire celui qui leur a été attribué au temps de Jacques II, et un autre lieu situé dans une partie de la ville, peut-être à l’extérieur : « [...] un petit quartier ou une petite rue nommée “rue du Vent” »26. Le ton adopté par le roi à la fin de la lettre est tout à fait catégorique, et interdit aux juifs de résider en dehors de ces deux lieux. Il indique que ceux-ci n’ont aucun droit à prétendre résider en dehors de la judería, et fixe une peine applicable aux contrevenants. La fin du document précise donc la nature de la sanction évoquée initialement : une amende d’un montant important, trois cents aurei. Le montant de l’amende, le ton du document ainsi que son caractère général indiquent sans doute que le problème est profond et qu’il a dû se produire à plusieurs reprises. On peut imaginer par ailleurs qu’une certaine imprécision a régné jusque-là, ce qui explique le ton très réglementaire du document.

  • 27 ACA reg 475 f°117r, Lérida 21.06.1328 : « […] sitis franchi et immunes a questis et aliis contribuc (...)
  • 28 ACA reg 588 f°200v, Castillion Campi de Burriana, 01. 03.1336.

17Le jour même où ce document est envoyé au bayle de Cervera, une autre lettre relative aux mêmes dispositions est envoyée à l’aljama de la ville, l’informant des décisions prises. Il indique la localisation du quartier juif et rappelle l’impossibilité de se soustraire à l’obligation de résidence, mais en même temps accorde une concession importante aux membres de la communauté en contrepartie de ce que le pouvoir ne peut manquer de considérer comme imposé : « [...] que vous soyez francs et immunes pour les questes et autres contributions et exactions locales dues par les chrétiens de la ville »27. Les juifs contraints de se déplacer dans le quartier « del Vent », sont donc exemptés de taxes alors que les chrétiens restent assujettis à ces impôts. Ils jouissent de l’immunité dont bénéficient les juifs de Catalogne lorsqu’ils sont contraints de déplacer leur logement vers les juderíae, ce qui implique sans doute des charges financières. Ceci expliquerait la question soulevée dans le premier document concernant le destin des maisons juives en dehors des quartiers assignés. L’interdiction de résidence implique-t-elle également une interdiction de possession ? Si tel est le cas, les juifs propriétaires doivent vendre leurs maisons, mais on peut imaginer que ces ventes ne se font pas dans les meilleures conditions. Étant dans l’obligation de vendre, ils sont à la merci des acheteurs, forcément chrétiens, qui dictent les modalités financières de la vente. Ainsi, on imagine que ces transactions ne sont pas très fructueuses. Les juifs qui y sont contraints doivent en concevoir une double amertume : face à l’obligation de résider dans un quartier désigné, et face à la frustration de ne pas retirer la vraie valeur de leur bien vendu sous la contrainte. Il semble que pour les juifs qui sont exceptionnellement autorisés à conserver leur maison à l’extérieur de la juiverie pour la louer plutôt que pour l’habiter, comme c’est le cas des deux frères de Cervera, la contribution fiscale habituelle reste valable, ils sont soumis aux mêmes impôts « locaux » que les chrétiens. Une lettre de Pierre IV en 1336 mentionne les frères Sullemus et nous permet de constater que la protection royale s’est bien exercée à leur profit. Ils conservent leur maison, en revanche ils restent soumis à la fiscalité pesant en temps normal sur les cas comparables28.

18Il semble bien à la lecture de ces documents, que le roi ne soit pas étranger au durcissement de la politique de distinction de l’entité juive par l’habitat, que l’on peut de ce fait qualifier de ségrégationniste. Malgré tout, le pouvoir royal est conscient des effets négatifs et des contraintes provoquées par ces mesures, et les contreparties fiscales ont entre autres pour objectif de les atténuer. Il est de ce fait difficile de donner une réponse à la question de la profondeur de l’implication royale dans cette réglementation. Pour l’affirmer de manière définitive, il faudrait être en mesure d’établir réellement l’origine de cette inflexion, établir la chronologie de l’intervention royale par rapport à l’action locale. Il faudrait également pouvoir dire si l’action menée en faveur des deux frères de Cervera à travers le premier document est exceptionnelle eu égard à leur fonction ou à leur statut social, ou si elle est coutumière. Après lecture du deuxième document, il semble que la première interprétation soit la bonne, même si l’on ne peut préciser les motifs qui poussent le roi à accorder sa faveur.

  • 29 ACA reg 585 f°217v, Lérida 04.07.1336 : « […] iudei et alii qui in ibi venire intendant non possunt (...)
  • 30 Peut-être faut-il faire le lien avec les expulsions des juifs de Navarre et de Perpignan en 1328 ?
  • 31 ACA reg 585 f°217v, Lérida 04.07.1336.

19Mais le dossier de Cervera ne s’interrompt pas avec l’affirmation des dispositions réglementaires prises par Alphonse IV. La documentation royale nous ramène à cette affaire en 1336, huit ans plus tard, alors que Pierre IV est devenu roi d’Aragon. Le ton du document est moins dur que dans les lettres précédentes et la situation semble avoir évolué de façon très importante : « [...] les juifs et les autres qui veulent venir dans le Call juif ne peuvent pas s’y installer ni y habiter parce qu’il n’y a pas de logement vacant à l’intérieur, tout est plein »29. Il est donc nécessaire de trouver des solutions pour permettre l’installation de nouveaux habitants. On suppose que ces nouveaux résidants sont des étrangers puisque la réglementation adoptée par Alphonse IV avait considérablement réduit la possibilité pour des juifs de continuer à résider dans la ville en dehors de la judería. Ceci est corroboré par le fait que la capacité de peuplement du quartier est atteinte peu de temps après sa délimitation. Soit ceux qui y ont présidé ont inclus les membres de l’aljama sans prévoir de réelle marge de manœuvre en comptant sur la régulation normale de la démographie, soit l’aljama a grandi dans des proportions inhabituelles, et se trouve à l’étroit dans ses limites. Nous penchons pour la première hypothèse qui explique la situation d’urgence dans laquelle se trouve la ville de Cervera en 1336, confrontée à un afflux de population dont la raison n’est pas précisée30. L’aljama requiert de Pierre IV l’autorisation de faire résider des juifs en dehors de la juiverie. Le roi accède à cette demande, et fait en sorte que ses officiers n’y mettent pas d’obstacle31. La démarche entreprise par l’aljama de Cervera, l’appel au roi dans une situation d’urgence pour qu’il accorde une autorisation exceptionnelle, montre que l’obligation de résidence est devenue une réalité, et que les juifs n’ont plus le choix. Dans cette logique, on imagine que l’autorisation accordée n’a qu’une valeur temporaire.

  • 32 ACA reg 650 f°111v, Murviedro février 1347 : « […] Quare volumus et rogamus si dictae excommunicaci (...)

20Le dernier document relatif à l’affaire de Cervera pour la période qui nous intéresse date de 1347, et consiste en une lettre adressée par Pierre IV à son conseiller et évêque Hugues de Fenoïette. Celui-ci a prononcé l’excommunication des juifs résidant à l’extérieur de la juiverie – ce qui ressortit à la même logique que celle qui voit l’Inquisition poursuivre des juifs pour hérésie – et des chrétiens qui leur ont loué des maisons – ce qui paraît à la fois plus logique, et conforme aux recommandations théologiques sur la non mixité entre juifs et chrétiens. Le roi intervient donc : « [...] de ce fait nous voulons et demandons que vous vérifiiez si ces excommunications élevées ont été appliquées, et que vous les corrigiez et les réduisiez comme vous en avez l’autorité »32. L’excommunication a en effet probablement été décrétée à la suite de l’autorisation exceptionnelle de 1336, soit parce que l’évêque n’en a pas été informé, soit parce que, bien qu’informé, il l’a jugée illégitime. Auquel cas, un conflit d’influence, la concurrence d’autorité entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel, se jouent autour de cette affaire. Malheureusement, nous ne savons pas si l’évêque est revenu sur la sanction préalablement prononcée, mais cet exemple montre que la « question juive » et ses corollaires, la ségrégation entre autres, sont de véritables enjeux politiques pour le pouvoir royal.

21Quant à l’intention royale dans le durcissement de la politique de ségrégation, le roi semble avoir été hésitant, parfois suiviste, parfois initiateur du processus. Dans tous les cas, l’inflexion négative posée comme postulat au début de cet examen semble confirmée. La délimitation du quartier juif et l’installation en son sein, qui du temps de Jacques Ier et de Pierre III, sont laissées au choix de la population juive, sont devenues obligatoires et les juifs ne peuvent y échapper que de façon exceptionnelle. Plus généralement, il semble que l’attitude extrêmement favorable des souverains aragonais à l’égard des juifs, ne peut subsister au moment où le discours et les pratiques de l’Église se durcissent, que de manière marginale ou symbolique. Il faut à présent tenter de mesurer les effets de la tension entre autorité spirituelle et pouvoir temporel sur les populations non-juives qui en sont les témoins. En effet, ceux qui les ordonnent et ceux qui les subissent ne sont pas les seuls à prendre la mesure des prescriptions qui concernent les juifs.

II. Les explosions de violence populaire

22Quelles sont les conséquences de la visibilité marquée de l’entité juive sur les relations entre juifs et chrétiens dans l’espace aragonais ? En plus d’une stigmatisation croissante, les juifs subissent des campagnes de prédication qui ont, par définition, un caractère public. La population est témoin de l’apostolat mené en direction des juifs et y joue parfois un rôle non négligeable. Mais peut-on établir une relation entre la nouvelle attitude de l’Église et les incidents, ou accidents, qui émaillent le cours des relations entre juifs et chrétiens ? Ceux-ci sont-ils l’expression de dérèglements habituels, ou le signe d’une tension croissante ? On tâchera de répondre en examinant trois types de dysfonctionnements émanant de la population : des agressions de type quotidien, les massacres exceptionnels, et la participation à des actions visant à la conversion forcée des juifs. On tentera de voir si le statut privilégié de l’entité juive aragonaise peut se perpétuer au cœur de cette période troublée, et notamment si le pouvoir royal peut continuer de lui manifester sa mansuétude.

Les violences religieuses : les fausses accusations, une violence relative mais réelle

  • 33 ACA reg 442 f°229v-230r, Valence 05.03.1333 : « […] percepimus quod nonnulli christiani bonis condi (...)
  • 34 C. Leveleux, La parole interdite, le blasphèmeop. cit., p. 57.
  • 35 ACA reg 589 f°192v-193r, Daroca 23.11.1337. Un juif de Calatayud condamné pour blasphème en 1337 do (...)
  • 36 ACA reg 442 f°229v-230r, Valence 05.03.1333 : « […] aljama dicte ville depopulatur et ad nimiam dev (...)

23Avant d’observer les manifestations physiques de la violence populaire, il convient de s’arrêter sur un type de violence sans doute moins marquant, mais tout aussi dommageable car profondément pernicieux. En 1333, Alphonse IV adresse une lettre à son justicier de Daroca par laquelle il répond à une information émanant de la communauté juive de la ville, lui faisant part de la situation tragique dans laquelle elle se trouve : « [...] Nous avons entendu dire que des chrétiens cherchant les moyens d’extorquer de l’argent aux juifs [...] les ont faussement accusés d’avoir blasphémé notre Seigneur Jésus-Christ »33. On a souligné plus haut la gravité du blasphème et de ses accusations dans la société médiévale. La profération d’un blasphème est sanctionnée par la prononciation d’une excommunication34. Si l’accusation de blasphème concerne un non-chrétien, l’excommunication est sans effet, mais les conséquences sont peut-être encore plus graves. En effet, elle entraîne une suspicion plus dommageable aux accusés. Le juif ou le musulman auteur de blasphème, en plus d’être naturellement infidèle, est coupable de crime puisque ce faisant, il attaque le christianisme. Des enquêtes sont menées pouvant déboucher sur des condamnations lourdes35. Ainsi, au moment où le contexte se tend dans les années 1320-1330, au moment où les menées inquisitoriales s’intensifient, l’accusation de blasphème mettant en cause des juifs déclenche des enquêtes de plus en plus fréquentes et permet de faire le lien avec l’Inquisition. L’exemple de Daroca illustre le fort impact du changement de contexte et de la réceptivité de la population à l’égard du message du clergé. La communauté juive de cette ville est l’objet depuis un certain temps de ce qui s’apparenterait à une extorsion de fond permanente de la part de concitoyens chrétiens. Cet exemple montre que les juifs qui connaissent les sanctions prononcées lorsqu’une enquête de cette sorte conclut à la culpabilité sont très vulnérables à ces accusations. Ainsi, même lorsque celles-ci sont calomnieuses, ils préfèrent peut-être payer une somme inférieure à celle qu’ils auraient à acquitter dans le cadre de poursuites légales. Tout cela s’apparente à un chantage. Manifestement, au moment où le roi en appelle à son justicier pour remédier à cette situation scandaleuse, le chantage dure depuis un bon moment puisque la réaction de la communauté juive est alors de quitter la ville. Les termes employés dans le document sont édifiants, l’aljama est dite « dépeuplée et devenue extrêmement pauvre »36. On imagine que ses membres ont payé les sommes demandées durant un certain temps, puis qu’elles ont préféré partir n’en ayant plus les moyens. En tout état de cause, ceux qui restent sont pauvres. Le roi adopte dans cette affaire une position protectrice, enjoignant ses représentants de faire cesser cette situation et de n’accepter dans le cadre des enquêtes menées sur cette accusation, que des témoins dignes de foi. Ce qui frappe ici est l’apparente efficacité du discours de l’Église qui n’est pas mentionnée, mais qui sous-tend manifestement toute l’affaire. Il y aurait donc une pénétration inconsciente de son discours, instrumentalisé par la population, à des fins qui ne sont pas toujours religieuses. L’autre intérêt de cette affaire est qu’elle nous met aux prises avec des catégories et non des individus. En effet, contrairement aux exemples analysés précédemment, il s’agit ici d’une affaire de grande ampleur dans la mesure où elle concerne une communauté dans son entier. Toute la communauté juive de Daroca est profondément troublée par ces accusations de blasphème proférées indistinctement à l’encontre de ses membres.

24Après cet exemple de violence indirecte, voyons en quoi consistent les manifestations de violence populaire dont la documentation fournit de nombreux exemples. Les forces à l’œuvre dessinent dans ces cas-là des schémas de violence éruptive.

Les explosions de violence spontanée

  • 37 ACA reg 431 f°42, Saragosse 13.05.1328 ; reg 440 f°205v, Valence 11.11.1330 ; reg 449 f°234, Valenc (...)
  • 38 ACA reg 431 f°42, Saragosse 13.05.1328 : « […] cum iudaria dicte ville sit aperta sic quod aliqui t (...)
  • 39 ACA reg 449 f°234, Valence 17.12.1330.
  • 40 ACA reg 623 f°6r-v, Barcelone 07.03.1342.

25De tels épisodes se déroulent à Borja en 1328, à Barcelone en 1330, à Barbastro la même année, à Villafranca en 1342, puis de nouveau à Borja en 134237. Ainsi à Borja en 1328 nous apprenons que « [...] alors que la juiverie de la ville est ouverte, des individus, tant chrétiens que musulmans, pénètrent dans la juiverie de jour comme de nuit et lancent contre les juifs plusieurs torches […] »38. Dans cet exemple, c’est finalement un concours de circonstances qui explique la pénétration des agresseurs dans le Call. Dans le cas des violences qui se produisent à Barbastro, l’exposé des circonstances de l’agression ne paraît pas plus convaincant : les agresseurs sont dits inspirés par le diable (excitati diabolico spiritu)39. Il s’agit d’une justification à bon compte étant donné la gravité des actes commis, en particulier à l’égard des femmes. Quoi qu’il en soit, il convient de faire une remarque d’ordre chronologique : cette violence s’exprime dans les dernières décennies de la période qui nous occupe, entre 1320 et 1350. Certains de ses épisodes se produisent en relation avec un contexte particulier, d’autres n’ont pas de motif apparent. C’est le cas en 1342, tel que le rapporte une lettre adressée par Pierre IV à ses représentants de Villafranca, suite à la plainte formulée par les juifs de la ville. Ceux-ci ont en effet été victimes d’agressions et demandent, sinon réparation, du moins que les représentants du roi fassent en sorte que de tels événements ne se reproduisent plus. Le document nous renseigne sur la condition des agresseurs : « [...] des hommes de cette ville de condition modeste et aussi des enfants et des vagabonds »40. Il s’agit d’individus en situation précaire, presque de marginaux, en tout cas de personnes pouvant être qualifiées d’irresponsables au sens juridique du terme. Aucun motif n’est mentionné comme explication de ces agressions, dont la forme est traditionnelle. Les enfants, les vagabonds et les mauvais bougres s’en prennent aux biens, maisons et personnes des juifs en les lapidant la nuit, et en les injuriant le jour, procédés qui apparaissent dans tous les documents rapportant des violences anti-juives. Manifestement, c’est l’ampleur des agressions, menaçant la vie des victimes, qui pousse les juifs à se plaindre au roi. Celui-ci enjoint ses officiers de réagir. Nous sommes bien ici en présence d’un épisode de violence gratuite, cristallisée par la visibilité du fait juif.

  • 41 ACA reg 624 f°103v, Saragosse 31.12.1342.

26Cette cristallisation apparaît de façon encore plus évidente à la fin de l’année 1342. Pierre IV s’adresse alors au bayle du royaume d’Aragon, Pierre Iustarii, personnage plus élevé dans la hiérarchie administrative du royaume que les précédents interlocuteurs du roi. Il évoque une plainte formulée par l’aljama de Borja suite aux agressions perpétrées contre la synagogue du Call41. Celle-ci aurait été l’objet de pénétrations indues à l’occasion de travaux réalisés à proximité. C’est la contiguïté entre des lieux juifs et non-juifs qui pose problème et qui nécessite l’intervention royale. Là non plus, il n’y a pas de motif apparent expliquant le conflit de voisinage, certes moins grave que les agressions précédentes, mais tout de même problématique. Il semble que la présence d’une synagogue, visible dans le paysage urbain, ait suffi à cristalliser la manifestation de sentiments d’hostilité à l’égard des juifs. Parfois des facteurs exogènes provoquent un enchaînement de violences.

La perte de contrôle absolue : des massacres exceptionnels

  • 42 S. Schwarzfuchs, Les juifs au temps des croisadesop. cit., p. 173.
  • 43 A. Masia, « Aportaciones al estudio de los Pastorellos en la Corona de Aragón », dans Homenaje al P (...)
  • 44 ACA reg 246 f°45.
  • 45 ACA reg 218 f°102, Tarrazone 22.08.1320, Régné n° 3138.
  • 46 Essentiellement les Chroniques d’Usque Ha Cohen dont D. Nirenberg précise qu’elles sont inexactes e (...)
  • 47 ACA reg 218 f°83v, Calatayud 22.07.1320 ; f°102r, Tarrazone 22.08.1320 et reg 220 f°55v, Gérone 07. (...)
  • 48 ACA reg 406 f°93v-94, 28.07.1320.
  • 49 ACA reg 429 f°151r-v, février 1327 ; reg 430 f°176v, décembre 1327 ; reg 449 f°244, décembre 1330.

27Dans les cas de figure observés plus haut, les épisodes violents débouchent parfois sur des assassinats, mais « par accident ». En effet, la violence gratuite, même si elle atteint des sommets d’intensité au moment où elle éclate, retombe presque aussitôt sans nécessairement provoquer de dommages. Mais la documentation atteste qu’il existe des épisodes de violence extrême, s’apparentant à des massacres planifiés. Le plus emblématique est la révolte des Pastoureaux. Plusieurs documents rapportent les événements qui se déroulent à Montclus, au nord du royaume d’Aragon, au cours de l’été 1320, peu de temps après leur déroulement et encore durant plusieurs années. À l’origine, le mouvement des Pastoureaux n’est pas un mouvement aragonais, mais le prolongement d’un mouvement qui a pris naissance dans le sud de la France. Il s’agit d’une révolte populaire, animée par des paysans mus à la fois par des préoccupations d’ordre social et par des convictions d’ordre religieux. Par sa nature et par sa forme, une itinérance inspirée, le phénomène s’apparente à la croisade populaire qui répondit à l’appel de Clermont au printemps 1096. Celle-ci vit partir sur les routes des groupes entiers de croisés pauvres, qui, faute d’atteindre le Saint Sépulcre pour le délivrer des musulmans, s’en prirent aux autres infidèles qui se trouvaient sur leur chemin : les communautés juives rhénanes42. La révolte des Pastoureaux, 220 ans plus tard, a des allures de croisade populaire43. Partie du sud-ouest de la France, elle parvient dans le royaume d’Aragon où certains disent qu’elle vise les villes de Valence, Barcelone, Montserrat et Jaca. C’est pourtant à Montclus, dans les Pyrénées, qu’arrivent les Pastoureaux, peut-être par accident. Dans tous les cas, c’est bien en ce lieu qu’ils accomplissent leur action la plus violente, causant la mort de plus de 300 juifs – 337 selon certaines sources – qui s’étaient rassemblés pour leur échapper. En effet, à la différence des événements analysés plus haut, la révolte des Pastoureaux ne constitue pas une « surprise ». Il s’agit d’un mouvement suivi par les pouvoirs publics et dont les déplacements sont repérés. Ainsi, l’arrivée de ces groupes est attendue et ses effets prévisibles. Malgré cela, les autorités ne parviennent pas à empêcher le massacre dont la mention apparaît pour la première fois dans la documentation le 6 Juillet 132044. Au mois d’août 1320, le roi rend compte des événements dans les termes suivants : « [...] étant donné que ces gens qui s’appelaient Pastoureaux [...] se sont dirigés pour apporter le mal et la violence dans nos lieux, terres et royaumes, et sont parvenus au lieu de Montclus où ils ont tué tous les juifs à l’exception d’un petit nombre [...] »45. Le document, relatif aux conséquences matérielles du massacre, ne permet pas de connaître le détail des faits. David Nirenberg s’est livré à une analyse fine du déroulement des événements en croisant les diverses sources chrétiennes et juives à sa disposition46. Les documents montrent que le roi avait mis les juifs en garde face au danger des Pastoureaux, et qu’il avait informé ses représentants des événements. Par la suite, une fois le massacre perpétré, la documentation renseigne sur les mesures prises pour réparer les dégâts. Celles-ci consistent essentiellement en des allégements fiscaux accordés aux juifs survivants47. Les documents portent également sur les privilèges accordés aux juifs en vertu de leurs coutumes funéraires. Comme le signale David Nirenberg, il faut attendre quelque temps pour qu’une estimation chiffrée du nombre des victimes apparaisse dans les sources. Ce n’est qu’à la fin du mois de juillet que l’estimation de 337 victimes est donnée alors que le massacre a été perpétré au début du mois48. Jusque-là, les documents royaux font référence au grand nombre de tués, mentionnant la presque totalité de la communauté, sans donner de chiffres précis. L’affaire des Pastoureaux continue d’occuper le pouvoir royal jusqu’au début des années 1330 puisque nous disposons de documents y faisant explicitement référence encore en 1331. Ces documents portent sur la réaffirmation des privilèges accordés pour une durée de 10 ans en réparation des dommages subis49.

28Les événements de Montclus ne s’apparentent pas à une explosion de type cathartique puisque le mouvement a été planifié par ses auteurs. Il ne s’agit pas non plus du dérapage d’une violence rituelle, car il n’en a pas les prémices. Le mouvement a plutôt le caractère d’une entreprise de type missionnaire, mais exacerbée. Il s’agit, pour les Pastoureaux, d’affirmer la vérité et la supériorité du christianisme, non pas en raison comme c’est le cas avec les disputes, mais en action. Ce mouvement suivi par les autorités des lieux qu’il parcourt aurait pu être évité. Malgré tout, l’explosion se produit. Il semble d’après le nombre de documents qui en portent la mémoire, que les conséquences sont lourdes pour le pouvoir royal également, même si ce n’est que par le symbole. Celui-ci doit non seulement assurer le retour à l’ordre, mais également montrer qu’il est capable de le maintenir. Or ces explosions de violence traduisent, dans une certaine mesure, la perte de contrôle du pouvoir royal. Enfin une dernière série d’exemples nous donne à voir la manifestation d’une violence viscérale : il s’agit des agressions consécutives à la diffusion de la peste noire.

La violence anti-juive, un exutoire contre la peste ?

  • 50 A. López de Meneses, « Una consecuencia de la peste negra en Cataluña : el pogrom de 1348 », Sefara (...)
  • 51 ACA reg 1062 f°85, Valence 27.05.1348.
  • 52 ACA reg 652, f°121r-v, Teruel 24.07.1348 ; reg 1062 f°152, Valence 11.02.1349 ; reg 1313 f°105v- 10 (...)
  • 53 ACA reg 659 f°14r-15r, 07.11.1349.

29Amada López de Meneses a publié de nombreux documents attestant la relation établie par la population non-juive entre la diffusion de l’épidémie et la minorité juive50. Nous ne savons pas si les juifs sont vraiment tenus responsables de la contagion, mais ils sont les victimes d’explosions de violence éruptive, et peut-être cathartique. Plusieurs agressions se produisent donc dans l’espace aragonais où Barcelone est touchée la première51. Une procession funéraire dégénère le samedi 17 mai 1348, le Call est envahi, et les biens et personnes des juifs sont attaqués. Par la suite, les aljamas de Cervera, Tarrega et Lérida sont touchées52. Une fois les premières violences perpétrées, le roi tâche de prévenir cette contagion-là, mais n’y parvient pas. Les violences se traduisent dans certains cas par des massacres importants : 300 morts à Tarrega notamment. Dans une lettre à ses représentants en 1349, Pierre IV fait référence aux agressions terribles dont a été victime l’aljama de Cervera de la part des chrétiens de la ville53. Ceux-ci ont pénétré en armes à l’intérieur du Call, en hurlant et en invectivant la population. Ils ont fait usage de lances et de pierres, ont volé tous les biens de la population du Call, brûlé les maisons et tué des personnes. Par ailleurs, en plus des dommages physiques infligés aux personnes agressées, les agresseurs leur ont causé des dommages économiques, puisqu’ils ont fait disparaître toutes les reconnaissances de dettes contractées auprès des prêteurs juifs. Les causes de cette attaque ne sont pas explicitement mentionnées dans le document, mais il est fait référence au tempus mortalitatum, temps des mortalités, temps de la peste, comme toile de fond de ces événements.

  • 54 R. Girard, Le bouc émissaire, Paris, 1982, p. 6.
  • 55 ACA reg 889 f°61, Valence 12.09.1349.

30Ainsi la peste n’est pas directement à l’origine des émeutes, mais nous pouvons supposer que les dégâts qu’elle provoque ont des répercussions importantes sur les esprits du temps. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la plus grande partie du document, en dehors du récit détaillé de l’attaque, est consacrée à la question des documents financiers qui ont disparu. Pour la population en proie à l’énorme catastrophe que représente l’épidémie de peste, vécue comme une injustice, toutes les contraintes habituelles de la vie doivent sembler encore plus insupportables. Dans cette logique, la trace des dettes contractées et à rembourser à des prêteurs juifs, présentés par certains comme les auteurs, avec les lépreux, de la diffusion de l’épidémie, doit apparaître comme totalement indue. En fait, nous ne savons pas si le vol des livres de compte et des registres de dettes est le résultat d’un calcul conscient de la part de ses auteurs, ou s’il n’est que l’un des aspects inconscients de ces actions anti-juives. Dans l’attaque contre le Call de Cervera en 1349, se mêlent ainsi probablement plusieurs sentiments : le réflexe de la violence viscérale dirigée toujours vers le même bouc émissaire en cas de trouble conjoncturel54, et en même temps, la vengeance à l’égard d’une double injustice : celle de la maladie et celle de la pauvreté. Or, dans ce contexte, les juifs incarnent de façon parfaite la manifestation de cette double injustice. L’essentiel des décisions royales prises à la fin du document concerne les réparations liées à la destruction des documents55. Pour ce qui concerne les dommages faits aux personnes, les réparations préconisées par le roi sont toujours les mêmes : elles consistent dans la sécurisation des Calls par l’édification de portes ou de murs. Dans tous les cas, l’affaire est extrêmement grave et met en scène plusieurs ressorts des mentalités de l’époque : l’économie, la religion, et les éléments incontrôlables de la nature se trouvent mêlés. La gestion de la crise par le pouvoir royal est d’autant plus délicate que le contexte est tendu. La peste de 1348 et sa mortalité terrifiante apparaissent comme un terrain propice, sinon inéluctable, à la manifestation de violences anti-juives, sans que l’on puisse vraiment, pour les expliquer, faire la part du concours de circonstances funèbres et de la conviction des agresseurs, que de leur violence dépend le salut de la société.

31En dehors de ces épisodes de violence extrême qui dégénèrent en massacres, la population est aussi parfois à l’origine d’autres types d’actions offensives : les conversions forcées.

La population et les conversions forcées

  • 56 ACA reg 42 f°148v-149r, Valence 08.10.1279, Régné n° 747 : « […] quando fratres predicatores et fra (...)

[...] quand les frères Prêcheurs et les frères Mineurs prêchent dans vos synagogues [...] ceux-ci vous invitent par la violence entre autres raisons, à vous convertir à la foi catholique et (vous encourez) par le rassemblement de nombreux chrétiens, des violences et dommages56.

  • 57 Ibidem : « […] mandamus si ut dictum est conversatis eosdem […] cum convertores ad fidem catolicas (...)

32Les événements décrits ici se rapportent vraisemblablement à un épisode de conversion forcée. Comme l’indique cette lettre de Pierre III à l’aljama de Barcelone en 1279, les conversions sont alors le résultat d’actions violentes menées par la population qui assiste aux sermons des prédicateurs franciscains ou dominicains. Les juifs n’ont, semble-t-il, qu’une marge de manœuvre limitée face aux violences dont ils sont l’objet. Par cette lettre, le roi rassure la communauté de Barcelone qui s’est plainte, et l’informe des mesures prises pour y remédier. Il a adressé aux prédicateurs une lettre dont la copie figure sur le même registre, à la même date et portant les décisions royales concernant ce type d’action : « Nous vous faisons savoir que si, comme on le dit, vous les avez convertis à la foi catholique par des menaces et des violences, nous ne voulons le tolérer »57. Avec la rédaction simultanée de ces deux lettres, le roi ne se contente pas de déplorer auprès des juifs la violence intolérable qui leur est faite, mais impulse une action concrète. Cependant, rien ne garantit l’efficacité de la réaction royale.

  • 58 B. Ravid, « The Forced Baptism of Jews… », op. cit., p. 159 ; J. Muldoon, « The Conversion of Europ (...)

33Paradoxalement, les forces à l’œuvre lors des épisodes de conversions forcées sont les populations plus encore que le clergé. Celui-ci reste encore largement soumis aux restrictions imposées par le compromis augustinien pour les raisons exposées plus haut. Les conversions forcées ne sont pas souhaitables car, bien souvent, elles ne durent pas, les convertis se tournant rapidement vers leur ancienne religion58. Les campagnes de prédication menées par les Franciscains et les Dominicains ne contredisent pas cette position puisque leur mission consiste dans la conviction des infidèles, dont l’aboutissement logique doit être la conversion.

34Pourtant, comme l’illustre l’exemple cité plus haut, des conversions forcées se produisent dans l’espace aragonais au cours de la période qui nous occupe. C’est le cas notamment au cours des campagnes de prédication. Paradoxalement les clercs n’en sont pas les principaux responsables. En effet, des foules chrétiennes pénètrent à l’intérieur des synagogues dans lesquelles les frères prononcent leurs sermons. La limitation de l’assistance imposée peu à peu par le pouvoir royal indique l’agitation souvent extrême dans laquelle se déroulent ces épisodes, et les documents permettent de se représenter assez facilement le tumulte régnant. Dans ce contexte, on imagine que si les clercs ne prétendent pas forcer les juifs à se convertir à l’issue de leurs prêches, l’idéal de conversion ou de conviction qui les anime n’est pas inconnu des fidèles chrétiens. Ceux-ci ne disposent sans doute pas du recul et de la réflexion des clercs sur la question de la conversion forcée, et sont sans doute tentés d’accompagner le discours militant des prêcheurs par des actions concluantes. On peut imaginer une collusion involontaire entre les clercs et la population, qui débouche sur les conversions forcées, les clercs agissant comme force d’impulsion, et la population comme instrument. Ces épisodes ne sont sans doute pas très nombreux, mais la violence est latente, et l’incitation forte. Les documents ne disent pas si les juifs sont conscients que la conversion forcée est une dérive possible lors de ces campagnes de prédication, ou s’ils craignent de façon indistincte les violences qui les agitent.

  • 59 ACA reg 194 f°267, Valence 03.10.1296, Régné n° 2624 : « […] quando religiosi eis predicant fidem C (...)
  • 60 ACA reg 253 f°43r, 27.06.1297, Régné n° 2650 : « […] baptizati in dampnum et vituperium eorum Deum (...)

35En certains cas toutefois, la suggestion du clergé semble avoir été déterminante dans l’incitation à la conversion. De même que les petits clercs participent aux émeutes récurrentes lors des fêtes pascales, certains prêcheurs adhèrent à une acception plus violente du message de conviction. Dans ces cas-là, la collusion avec le peuple n’est pas involontaire, mais ressortit à une logique d’instrumentalisation. Les conversions forcées liées aux campagnes de prédication se déroulent, semble-t-il, au cours de deux périodes. La première correspond à la vague de prédications qui suit les travaux de Raymond Martin dans les années 1278-80 et à laquelle correspond l’exemple cité. La deuxième période est contemporaine de la fin du XIIIe siècle. Plusieurs documents nous le suggèrent pour les années 1296-1297 à Valence et Saragosse. Si pour Valence le terme de conversion forcée n’apparaît pas explicitement, l’atmosphère décrite par les sources semble extrêmement agitée et doit, là encore, ne laisser que peu de choix à ceux qui en sont les victimes59. Le sentiment de danger ressenti par les juifs apparaît avec évidence à travers chacune de ces descriptions. Il en est de même à Saragosse où des baptêmes ont lieu dans une atmosphère très agitée60. Nous l’apprenons par une lettre du roi au merino de la ville lui enjoignant d’interdire ce type de célébration. Il s’agit d’une réponse à une requête formulée par l’aljama de la ville. La situation décrite montre bien que la foule chrétienne est excitée par l’action des clercs, qui semblent avoir planifié le déroulement des événements.

  • 61 ACA reg 220 f°55v, Gérone 07.07.1321, Régné n° 3189 : « […] quod illi pueri ex iudeis dicte ville q (...)

36Enfin, le second type de cas dans lesquels se produisent les conversions forcées correspond aux massacres qui frappent la communauté juive. L’exemple le plus évident est celui de la révolte des Pastoureaux qui, d’une part, conduit à l’assassinat de la plus grande partie des juifs de la ville de Montclus, mais d’autre part, produit également quelques conversions forcées. En 1321, dans une lettre adressée par Jacques II à l’alcalde du château de Montclus, nous apprenons que des enfants de juifs tués au cours du massacre ont été convertis ou plutôt baptisés par les Pastoureaux eux-mêmes. Ce document renvoie à la question intéressante de la conversion des enfants, dont on a dit plus haut qu’elle est désapprouvée par la majorité des théologiens, au même titre que la conversion forcée, car les enfants sont susceptibles de changer d’avis une fois parvenus à l’âge de raison. La position généralement admise est qu’il faut attendre avant de convertir les enfants. On imagine par ailleurs, que dans le contexte du massacre de Montclus, la conversion pratiquée par les Pastoureaux n’est aucunement le résultat de la conviction. Or, même si l’attitude royale semble en totale contradiction avec les autres mesures adoptées par le roi dans l’affaire des Pastoureaux, la conversion des enfants de Montclus est définitive bien que forcée. On se souvient en effet qu’à titre de compensation à la suite du massacre, le roi accorde plusieurs privilèges fiscaux aux juifs survivants. Or pour la conversion des enfants, Jacques II entérine le baptême imposé par les Pastoureaux. En effet, pour les chrétiens, aucune alternative n’est prévue une fois le baptême administré. Le baptême étant un sacrement, il est inconcevable de l’annuler. Si la conversion des enfants n’est pas souhaitable, c’est parce que le plus souvent elle ne dure pas. En principe, seule l’excommunication peut entraîner la « rupture de confession ». Les enfants convertis de force, le restent tant qu’ils n’expriment pas une volonté contraire, et qui les place dans une position antagoniste par rapport à l’Église. En l’occurrence, Jacques II prend des mesures visant à perpétuer le baptême en imposant une ségrégation entre les enfants baptisés et les juifs survivants : « Nous vous demandons que les enfants qui furent baptisés au moment de la destruction du quartier par les Pastoureaux [...] qu’ils n’habitent pas dans la judería de la ville, mais dans un quartier séparé des juifs, avec les chrétiens [...] »61. Avec cette mesure, on croit entendre résonner l’écho des dispositions des derniers conciles de Tolède, qui imposèrent, après la conversion des enfants, leur retrait à leurs parents, afin qu’ils soient éduqués par des familles chrétiennes. Ainsi, même si l’Église évite les conversions d’enfants, il semble que lorsque celles-ci ont eu lieu, elle ne peut les invalider.

37Toutes les fois où la population se trouve impliquée du fait de la publicité de l’action des religieux, des troubles en résultent qui nécessitent l’intervention régulatrice de l’autorité royale. C’est celle-ci qu’il convient d’étudier pour finir.

III. Les hésitations du pouvoir royal

38L’enjeu derrière ces questions est bien celui du pouvoir, a fortiori dans la Couronne d’Aragon des XIIIe-XIVe siècles, où le pouvoir royal cherche à se renforcer. La question juive n’est pas la seule susceptible de cristalliser les tensions à l’intérieur de la société aragonaise, mais par sa richesse problématique, elle est déterminante. En elle résident des enjeux politiques, économiques, religieux et culturels, qui peuvent dégénérer. Selon la personnalité des souverains, selon le contexte, la réaction royale varie face aux pressions imposées par l’Église et la population. L’impression générale qui se dégage est le tiraillement constant auquel le roi est soumis, et sa valse-hésitation entre le suivisme et l’affirmation d’une attitude indépendante.

La tentation de la fermeture

39On entend par « tentation de la fermeture », les inflexions négatives de la politique royale à l’égard des juifs. L’accent dominant dans l’attitude royale est l’ouverture, cependant, au cours du siècle et demi observé, quelques périodes sont caractérisées par un durcissement incontestable. Ses deux principales manifestations sont l’accompagnement de la stigmatisation croissante de l’entité juive, et une pression économique et fiscale accrue. Le danger de la stigmatisation facilitée par le pouvoir royal est indirect mais bien réel. La diffusion du port de signes distinctifs est non seulement porteuse de sens pour ceux qui la subissent, mais aussi pour ceux qui en sont les témoins extérieurs, le public. De la méfiance nécessaire signifiée par ces prescriptions, au passage à l’acte suscité chez certains, la limite peut être facilement franchie. L’attitude des souverains aragonais à cet égard est donc à la fois délicate et ambiguë. À plusieurs reprises, on l’a vu, les rois d’Aragon prennent des mesures pour en ordonner l’application. Malgré tout, nous savons bien qu’ils n’en sont pas à l’origine. La question est complexe, et le thème de la pression extérieure et de la concurrence d’autorité prend tout son sens. Pour ne pas être dépassé par le pouvoir spirituel, ou par les autorités concurrentes, ou encore simplement par la population mécontente, le pouvoir royal doit abonder dans le même sens pour donner des gages, ou rassurer la population quant à sa légitimité.

  • 62 On l’a exposée dans la deuxième partie de cette étude.
  • 63 J. L. Schneidman, « Protection of Aragon Jewry in the 13th Century », REJ, 21, 1962, p. 49-58 et Y. (...)

40Quant à l’aggravation de la pression économique et fiscale, elle est incontestable62. La minorité juive est considérée comme le trésor du royaume dans lequel le roi peut puiser à sa guise. Il ne s’agit pas là d’une image, l’idée en est formulée explicitement par le roi d’Aragon. L’intérêt des souverains à garder et protéger leur minorité juive est économique plus encore que politique. Non seulement l’apport financier des juifs est une aubaine en lui-même, mais il garantit par ailleurs la paix sociale. Si les efforts financiers exceptionnels avaient pesé dans les mêmes proportions sur l’ensemble de la société, les occasions d’agitation populaire auraient été nettement plus nombreuses. Les juifs, sur lesquels ils portent en grande partie, n’ont pas les moyens de s’y opposer ou de les atténuer : il est certain que pour cet aspect-là, le pouvoir royal est bien à l’origine de l’aggravation de la situation des juifs. Néanmoins, la documentation montre qu’une fois les besoins comblés, le pouvoir royal fait en sorte d’alléger le fardeau fiscal dans un souci d’équilibre ; il faut éviter que les juifs éreintés partent d’eux-mêmes. Tout milite donc dans le sens de la perpétuation de la présence juive et non de sa disparition. Finalement, l’action des rois d’Aragon est sans doute plus volontiers protectrice qu’oppressive63.

Formes et enjeux de la protection royale

41À partir du moment où les juifs sont considérés comme des sujets, il est naturel que leur souverain leur applique, comme à tout autre sujet, ses qualités régaliennes : la justice et la protection. Or, lorsque l’on analyse les différents cas présentés par la documentation, il semble que la protection du roi d’Aragon s’exerce de deux manières : par l’accueil de juifs étrangers maltraités, et par la protection garantie et résolue de « ses » juifs à l’intérieur des aljamas.

L’accueil de juifs étrangers

42La documentation a conservé la mémoire de l’accueil de juifs étrangers dans les territoires aragonais à plusieurs reprises. Le contexte des XIIIe et XIVe siècles, aggravé pour les juifs dans de nombreux pays, explique que plusieurs communautés soient chassées de leurs territoires et se rendent en des lieux plus accueillants. La Couronne d’Aragon en fait partie. Il va sans dire que l’accueil de ces minorités n’est pas seulement le témoignage d’une philanthropie remarquable émanant des souverains aragonais, mais que, en plus d’une attitude traditionnellement favorable aux juifs, le pouvoir royal en perçoit des profits économiques. Tous les nouveaux sujets sont soumis à la fiscalité en vigueur dans les territoires aragonais. Par ailleurs, il n’est pas improbable, même si les sources ne sont pas explicites, que le souverain ait monnayé l’accueil des juifs persécutés dans leurs pays d’origine.

  • 64 Y. T. Assis, « Juifs de France réfugiés en Aragon (XIIIe-XIVe s.), REJ, 142, 1983, p. 285-322.
  • 65 B. Leroy, « Les relations des Juifs de Navarre et des Juifs de la Couronne d’Aragon », Col.loqui d’ (...)
  • 66 ACA reg 428, Saragosse 07.03.1327 : « Vobis et unicuique vestrum dicimus et mandamus firmiter […] q (...)
  • 67 ACA reg 429 f°191, Saragosse 22.03.1327 : « […] specialiter die veneris sancte volumus quod iudei a (...)

43La plupart des juifs réfugiés qui rejoignent l’espace aragonais sont originaires de France. Yom Tov Assis a analysé ce phénomène, et distingue quatre vagues d’immigration de juifs dans la Couronne d’Aragon, qui correspondent aux expulsions décidées par les souverains capétiens64. Celles-ci se produisent en 1291, mais se traduisent par l’asile en Aragon jusqu’en 1293 ; en 1306 avec des conséquences jusqu’en 1307 ; en 1311 et en 1322 avec des conséquences jusqu’en 1328. D’après Y. T. Assis, les villes de Barcelone, Gérone, Lérida, Solsona, Besalú, Castellón de Ampurias, Banyoles, Montclus et Valls accueillent des réfugiés. Nous nous attarderons sur l’exemple de l’accueil concomitant des juifs de Navarre et des juifs du Languedoc en 1327-132865. Il semble tout d’abord que l’accueil des juifs maltraités n’ait pas fait l’objet d’une décision formelle de la part du roi ; les documents qui y ont trait sont postérieurs à leur arrivée dans les territoires aragonais. Le roi prend acte, en quelque sorte, du mouvement spontané de ces juifs qui se réfugient dans le lieu le plus proche que constitue la Couronne d’Aragon. L’attitude royale est donc une réaction à un état de fait. Dans les deux cas, qu’il s’agisse des juifs de Navarre ou des juifs du Languedoc, le roi entérine leur arrivée et prend même des mesures de protection contre les agressions dont ils pourraient être la cible. L’arrivée des juifs de Navarre est connue par deux documents. Le premier, datant du 7 mars 1327, est une lettre adressée par Alphonse IV à ses représentants : « [...] nous disons et demandons à vous et à chacun d’entre vous expressément de défendre nos juifs des dites aljamas contre les personnes étrangères à notre royaume »66. Les aljamas dont il est question sont celles des villes de Borja et Tauste, frontalières du royaume de Navarre dans lesquelles se sont réfugiés des juifs persécutés dans ce royaume. Les juifs aragonais craignent la contagion des troubles et des violences qui ont opposé les chrétiens et les juifs de Navarre, et appréhendent que les navarrais viennent jusque chez eux les agresser. Les instructions royales pour prévenir ces actes sont très claires. Un autre document précise encore les relations entre les deux royaumes, et le processus qui conduit les juifs navarrais à trouver refuge dans le royaume d’Aragon. Une fois encore, ce sont les juifs d’une localité aragonaise, Unicastro, qui ont fait part des événements de Navarre et qui informent de l’arrivée des juifs navarrais. En conséquence, le roi fait tout pour éviter que la situation ne dégénère : « [...] nous voulons que les juifs qui viennent sous notre autorité soient protégés et défendus, et particulièrement le jour du Vendredi saint »67. Il est intéressant de constater que l’approche des fêtes de Pâques est considérée avec appréhension comme l’occasion d’un dérapage possible, ce qui montre que les contemporains, avant l’historien, sont conscients du phénomène de la violence rituelle. Ainsi, l’accueil des juifs de Navarre pose un problème à plusieurs échelles : échelle locale pour cette région frontalière où menacent de s’étendre des troubles très localisés au départ, et échelle large par l’implication de l’autorité royale dans l’affaire. L’attitude protectrice du roi apparaît de façon évidente dans cette affaire, même si l’arrivée des juifs de Navarre n’est pas le résultat d’une décision formelle.

  • 68 ACA reg 490 f°79, Lleida 11.06.1328 : « […] los juheus de Perpinya son estat agreujats per ço cor l (...)

44Nous disposons par ailleurs d’un document relatif aux souffrances éprouvées par les juifs du Languedoc en 1328. Il s’agit d’un document en catalan adressé par le roi Alphonse IV au roi de France : « [...] les juifs de Perpignan ont été lésés, on leur a pris leurs livres, ils ont subi de nombreuses oppressions et violences contre leurs privilèges et leurs libertés et contre ce qu’ils tirent en cachette de la terre et qu’ils mettent dans le royaume de France »68. Vu la proximité des territoires considérés, les juifs de Perpignan comme les juifs de Navarre trouvent refuge dans les régions aragonaises limitrophes. On voit, avec ces exemples, l’ampleur internationale prise par la question juive, et la tentative d’exporter l’attitude de protection royale. Il est vrai toutefois que cette forme de protection, qui répond à la conjoncture, n’est pas la plus courante. Même si l’on ne peut faire abstraction de l’intérêt économique que le roi en retire ; sa protection, a fortiori à l’égard d’étrangers, est suffisamment exceptionnelle pour être soulignée en tant que telle. Par ailleurs, il assure une protection constante à l’entité juive à l’intérieur de ses États.

À l’intérieur des aljamas, une protection efficace ?

  • 69 ACA reg 15 f°95v, Valence 25.04.1268, Régné n° 377 : « […] mandamus vobis quod faciatis claudi turr (...)
  • 70 ACA reg 431 f°42r-v, Saragosse 15.05.1328.

45Alors que la protection des juifs étrangers est conjoncturelle ou ponctuelle, la protection des juifs à l’intérieur des aljamas, bien que plus traditionnelle, devient, avec le temps, structurelle, et s’institutionnalise même peu à peu. Les mesures qu’elle suppose sont durables à partir du moment où la nécessité de protection implique la construction d’infrastructures spécifiques. De nombreuses traces de ces mesures demeurent. Le roi demande ainsi à ses représentants de Xativa en 1268 : « [...] de faire fermer la tour qui se trouve à proximité du cimetière de Xativa et qui est près de l’échelle du mur “algefne”. De la sorte, personne ne pourra, à partir de cette tour, jeter des pierres dans la maison des juifs. Vous devez aussi affecter un homme à (la garde) de la porte “algefne” »69. Il semble que l’on peut définir une échelle de mesures en fonction de l’intensité du danger et du durcissement du contexte. Le plus souvent, le premier niveau des mesures matérielles consiste dans la délimitation d’un quartier juif spécifique, et dans l’élévation de murs pour en empêcher l’accès. L’agitation suscitée par les campagnes de prédication ou simplement par la répétition de l’échéance des fêtes pascales, démontre parfois l’insuffisance de ces mesures. Parfois en effet, l’existence de murs excite, plutôt qu’elle ne la dissuade, l’expression de la violence populaire. En certains cas, les débordements sont tels que le roi doit intervenir pour renforcer ou compléter les mesures de protection existantes. Il faut alors rendre le quartier juif pratiquement étanche pour empêcher sa pénétration par les agresseurs. En plus des murs, il faut s’assurer de la fermeture des portes ou même, comme on l’a vu, faire garder le call par des hommes armés, autorisés à répliquer en cas d’attaque. La documentation royale fournit le triste exemple (présenté plus haut) de l’attaque perpétrée contre le quartier juif de Borja en 1328. Triste en effet parce que celle-ci se produit un an après l’accueil des juifs étrangers dans cette localité. Nous savons seulement que l’attaque a été perpétrée par un groupe de chrétiens et de musulmans mélangés, sans que le motif en soit précisé dans la documentation. Nous ne pouvons nous empêcher d’établir la relation entre l’accueil des juifs chassés, et ce qui s’apparente à une explosion de violence gratuite. Les dégâts sont importants et les juifs de la ville traumatisés. Le roi informe donc son justicier de Borja de l’autorisation donnée aux juifs de construire des portes et de les fermer pour empêcher l’accès de leur quartier70. Il enjoint également son officier de prendre les mesures adéquates pour juger les coupables et empêcher que de tels faits se reproduisent. Il y a donc bien, dans ce cas-là, surenchère de mesures pour rendre efficace la protection royale, qui s’est révélée sans effet.

  • 71 ACA reg 440 f°205r-v, Valence 11.11.1333 : « […] intendentes predictos iudeos offendere vel multipl (...)

46Parfois les recommandations royales sont seulement mentionnées à titre préventif, en vertu du statut spécial dont jouissent les juifs. D’autres documents insistent fortement sur l’obligation de protection des juifs agressés. C’est le cas dans une lettre adressée par Alphonse IV en 1333 à ses représentants à Barcelone : « [...] ils s’efforcent d’agresser lesdits juifs et s’en prennent à eux tous les jours dans leurs maisons, les lapident dans les rues et leur causent de nombreuses injures et violence [...] »71, rappelant que les juifs sont sous la protection spéciale du roi. Les représentants du roi doivent mettre un terme à ces violences intolérables, mais surtout faire en sorte qu’elles ne se reproduisent plus. Le ton employé par le souverain est catégorique, et la protection due aux juifs par le pouvoir public fermement réaffirmée. Les intentions et les accents du souverain sont fermes ; toutefois, il ne peut évidemment pas être présent en tous lieux de ses États pour veiller à leur bonne application, ce qui serait le meilleur gage d’efficacité.

47Ces quelques exemples témoignent bien de l’ambiguïté fondamentale qui règne dans l’espace aragonais. Ainsi, lorsque l’ordre public est menacé, lorsque l’autorité royale est indirectement remise en cause, et c’est bien de cela qu’il s’agit avec ces agressions contre les juifs, la réaction du roi est catégorique et sans ambiguïté. Certes, la population se révèle sensible au discours du clergé et exprime sa perméabilité à travers des actions anti-juives violentes ; toutefois lorsque cette minorité est attaquée, le roi réagit pour témoigner de son autorité. En ce sens, la protection des juifs a une signification doublement politique : lorsqu’elle est action, elle participe de l’entreprise royale de construction de la monarchie par la manifestation de l’exception juive ; lorsqu’elle n’est « que » réaction, elle traduit l’exercice, à l’égard des sujets juifs au même titre que les autres, des attributs régaliens (réguliers) de justice et de protection.

48L’analyse des différents points de cette troisième partie conduit à la conclusion incontestable que les tensions se font de plus en plus fortes autour de la minorité juive aragonaise au cours des 150 ans examinés. Si les premières manifestations de cette tension croissante apparaissent dès le début de la période avec la législation discriminante de Latran IV, ce n’est que dans la deuxième moitié du XIIIe siècle et au XIVe siècle, que les signes se multiplient. Il est indéniable également que l’Église en est à l’origine, initiatrice et inspiratrice des fondements théoriques comme des conséquences pratiques de ces tensions. Clergés régulier et séculier, théologiens et missionnaires, agissent de concert pour renforcer et solidifier les conditions de ces tensions. La conjoncture aggravée de la fin du XIIIe siècle et surtout du début du XIVe siècle, leur donne encore plus de prise. Elles prennent la forme classique de l’agitation populaire travaillée et instrumentalisée par le clergé qui trouve là les auxiliaires nécessaires à la progression vers l’accomplissement de la société chrétienne. D’une certaine manière, la conviction-conversion de la minorité juive est devenue la mission de la société toute entière. Le pouvoir royal quant à lui est le témoin, parfois l’accompagnateur, mais le plus souvent le frein, de ce mouvement qui ne correspond pas exactement à ses intérêts. Ainsi, lorsque le roi semble accompagner le durcissement ambiant, il s’agit en réalité davantage de mesures de circonstances que de décisions motivées par la conviction. En effet, les rois d’Aragon ont besoin de la minorité juive à de nombreux égards. Leur intérêt est de la préserver et de la protéger. Par ailleurs, aucun des souverains de notre période n’est animé, semble-t-il, par des sentiments religieux d’une intensité comparable à ceux manifestés par Louis IX par exemple. Si Jacques Ier participe à la controverse contre Nahmanide, l’esprit dans lequel il intervient n’est pas belliqueux. L’idéologie n’est donc pas en cause dans le durcissement de l’attitude royale décelé à plusieurs reprises. La fermeture est réellement déterminée par la conjoncture. Qu’il s’agisse de Jacques Ier, Pierre III, Jacques II, Alphonse IV ou Pierre IV, ce sont bien des événements externes à la question juive qui provoquent l’infléchissement de la politique royale. Pierre III doit limiter le recours aux officiers juifs au sein de son administration à la suite des plaintes et menaces exprimées par les nobles et le Pape. Jacques II, confronté à des troubles internes et à des conflits externes, doit parfois suivre le mouvement de l’Église. Alphonse IV est lui aussi contraint de restreindre la liberté de mouvement de ses juifs, mais là encore, le contexte économique en est grandement responsable, et la mesure n’est pas durable. Quant à Pierre IV, il ne semble pas avoir dévié de cette ligne générale. Les quelques témoignages juifs dont nous disposons à cet égard sont sans ambiguïté. Ainsi en 1346, celui de Cresque Élias, dirigeant de la minorité juive aragonaise, évoquant l’attitude de ce dernier monarque :

  • 72 Tiré de Y. T. Assis, « Jewish Attitudes to Christian Power in Medieval Spain », in « Homenaje al Pr (...)

[...] quelques-uns d’entre nous ont été rassemblés dans quelques royaumes alors que Dieu inspirait les rois d’Aragon, justiciers et miséricordieux – que leur nom soit béni –, qui aiment la justice et haïssent le mal, leurs vertus nous ont évité la persécution, les désastres, et des désordres effroyables [...] [la vérité et la paix étant les fondements de leur royaume [...] Que ceux qui ont montré de la pitié à l’égard d’Israël, donné refuge aux exilés de toutes les parties du monde, les ont traités et secourus avec honneur, ne s’affaiblissent jamais [...]72.

49Avant lui, Nahmanide ou Salomon ben Adret ont fait preuve des mêmes sentiments à l’égard des prédécesseurs de Pierre IV. Ce ne sont donc pas les souverains qui donnent l’impulsion du changement, mais bien les événements ou les autres forces à l’œuvre dans la société médiévale aragonaise au même titre que dans la société médiévale en général, mais avec un décalage dans le temps, et c’est précisément cela qui confère à ce territoire et à cette époque un caractère exceptionnel.

Notes

1 G. Dahan, « Les juifs dans le Commentaire du Décret de Gui Terré », op. cit., p. 400.

2 J. Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIe s.). Une cité assiégée, Paris, 1978, p. 272 et 293.

3 Article 68 du Concile de Latran édité dans Mansi, 22.

4 Voir l’article « Badge » de l’Encyclopedia Judaica ; I. Lichtenstadter, « The Distinctive Dress of Non Muslims in Islamic Countries », Historia Judaica, 5, 1943, p. 35-52.

5 D. Sansy, « Chapeau juif ou chapeau pointu ? Esquisse d’un signe d’infamie », dans G. Blashitz, H. Hundsblicher, éd. Symbol des Alltags, Graz, 1992, p. 349-375.

6 Article 68 du Concile de Latran.

7 Cf. Nombres 15. 38 et suivants.

8 ASV Reg Vat. 11 f°21v, lettre du pape Honorius III à Jacques Ier en 1220, éd. S. Simonsohn, The Apostolic See and the JewsDocuments 492-1404, op. cit., p. 111

9 ACA reg 46 f°152v, Barcelone 11.01.1284, Régné n° 1106 : « […] Cum nos concessimus quod iudei civitatis et regni Valencie portent capas rotundas ad consuetudinem Barchinone […] ».

10 L’analyse des Usatges de Barcelone ne montre pas trace de cette coutume, en revanche elle fait l’objet de l’article 23 des coutumes de Jaca, éd. J. M. Ramos y Loscertales, Barcelone, 1927.

11 ACA reg 46 f°152v, Barcelone 11.01.1284 : « […] aliqui sint pauperes iudei qui ipsas habere non possunt ».

12 ACA reg 43 f°61, Saragosse 12.11.1284, Régné n° 1231.

13 ACA reg 224 f°49, Barcelone 11.07.1323, Régné n° 3272 : « […] iudei regnarum et terrarum nostrorum capis iudaicis non induuntur teneantur, in veste superiori rotulam panus coloris dissimile dicte vesti consueta portare ».

14 ACA reg 15 f°123, Cervera 25.10.1268, Régné n° 392, publ. F. de Bofarull i Sans, op. cit., p. 892, n° lxxi.

15 ACA reg 81 f°10, Tarragone 03.01.1290, Régné n° 2058 : « […] scite nos credimus quod licet iudei Barchinone et Valencie habeant privilegium ferrendi capas ».

16 ACA reg 43 f°61v, Saragosse 12.11.1284, Régné n° 1232.

17 ACA reg 595 f°22v, Barcelone 25.04.1338 : « […] a contrafacientibus exigenda penitus et levanda prout in civitate barchinone et aliis locis cathalonie in quibus commorantur iudei est fieri assuetum et hoc non mutetis ».

18 D. Abulafia, « From Privilege to Persecution : Crown, Church and City… », op. cit., p. 118, repère l’évolution dès le dernier quart du XIIIe siècle pour le royaume de Majorque.

19 Sur les juifs de Cervera voir, A. Duran Sanpere, « Les juifs à Cervera et dans d’autres villes catalanes », Sefarad, 34, 1974, p. 289-312.

20 ACA reg 475 f°80v, Lérida 09.06.1328 : « […] assignaveritis certa loca aliame iudeorum ville ipsius infra qua habitarent, cum volumus ipsos separati a christiani ».

21 Ibidem : « […] mandamus vobis ipsis fratribus concedere quod in hospicio prelibato […] remanere et esse possent ac etiam habitare ».

22 ACA reg 475 f°116v, Lérida 21.06.1328 : « […] designaret locum separatum et convenientem prope iudariam iudeorum eiusdem ville vel alibi, ubi iudei qui in dicta iudaria recipi non possunt, et ad ipsam villam convenientes, decenter morari possent sic quod non haberent inter christianos habitare ».

23 Ibidem.

24 Ibidem : « […] cum dicti iudei de predicta designacione non contentarentur imo ad nos ab ea super aliquibus duxerunt appellandum fuerit ».

25 Ibidem : « […] assignamus pro iudaria et habitacione dictorum iudeorum videlicet locum seu partem dicte ville in quo vel qua nunc iudei habitant »

26 Ibidem : « […] et etiam vicum seu carrariam dicte ville quae nominatur Carraria del vent ».

27 ACA reg 475 f°117r, Lérida 21.06.1328 : « […] sitis franchi et immunes a questis et aliis contribucionibus vel exactionibus vicinalibus dicte ville quas per christianos dicte ville contigerit fieri ».

28 ACA reg 588 f°200v, Castillion Campi de Burriana, 01. 03.1336.

29 ACA reg 585 f°217v, Lérida 04.07.1336 : « […] iudei et alii qui in ibi venire intendant non possunt morari sive habitare eo quia non sunt hospicia intus dictos calles vacua cum totum sit plenum ».

30 Peut-être faut-il faire le lien avec les expulsions des juifs de Navarre et de Perpignan en 1328 ?

31 ACA reg 585 f°217v, Lérida 04.07.1336.

32 ACA reg 650 f°111v, Murviedro février 1347 : « […] Quare volumus et rogamus si dictae excommunicacionis supernas fuisse repareritis impositas in debite ac in diminucione iuredictionis vestre faciatis ».

33 ACA reg 442 f°229v-230r, Valence 05.03.1333 : « […] percepimus quod nonnulli christiani bonis condicionis exquirentes vias et modos quibus possint extorquere precium a iudeis predictis imponunt falso dictis iudeis quod blasfemant Dominum Christum ».

34 C. Leveleux, La parole interdite, le blasphèmeop. cit., p. 57.

35 ACA reg 589 f°192v-193r, Daroca 23.11.1337. Un juif de Calatayud condamné pour blasphème en 1337 doit payer 3000 sous de Jaca d’amende et est condamné à l’exil perpétuel de sa ville.

36 ACA reg 442 f°229v-230r, Valence 05.03.1333 : « […] aljama dicte ville depopulatur et ad nimiam devenit paupertatem ».

37 ACA reg 431 f°42, Saragosse 13.05.1328 ; reg 440 f°205v, Valence 11.11.1330 ; reg 449 f°234, Valence 17.12.1330 ; reg 623 f°6r-v, 1342 ; reg 624 f°103v, Saragosse 1342.

38 ACA reg 431 f°42, Saragosse 13.05.1328 : « […] cum iudaria dicte ville sit aperta sic quod aliqui tam christiani quam sarraceni eiusdem loci de die noctuque intrant dictam iudariam ac inferunt dictis iudeis plurima tedia […] ».

39 ACA reg 449 f°234, Valence 17.12.1330.

40 ACA reg 623 f°6r-v, Barcelone 07.03.1342.

41 ACA reg 624 f°103v, Saragosse 31.12.1342.

42 S. Schwarzfuchs, Les juifs au temps des croisadesop. cit., p. 173.

43 A. Masia, « Aportaciones al estudio de los Pastorellos en la Corona de Aragón », dans Homenaje al Profesor J. Millás Vallicrosa, vol. 2, Barcelone, 1956 et D. Nirenberg, Violence et minoritésop. cit., p. 86-87.

44 ACA reg 246 f°45.

45 ACA reg 218 f°102, Tarrazone 22.08.1320, Régné n° 3138.

46 Essentiellement les Chroniques d’Usque Ha Cohen dont D. Nirenberg précise qu’elles sont inexactes en de nombreux points.

47 ACA reg 218 f°83v, Calatayud 22.07.1320 ; f°102r, Tarrazone 22.08.1320 et reg 220 f°55v, Gérone 07.07.1321, Régné n° 3133, 3188, 3189.

48 ACA reg 406 f°93v-94, 28.07.1320.

49 ACA reg 429 f°151r-v, février 1327 ; reg 430 f°176v, décembre 1327 ; reg 449 f°244, décembre 1330.

50 A. López de Meneses, « Una consecuencia de la peste negra en Cataluña : el pogrom de 1348 », Sefarad, 19, 1959, t. 1, p. 92-131 et pour Perpignan, R. Emery, « The Black Death of 1348 in Perpignan », Speculum, 42, 1967, p. 611-623.

51 ACA reg 1062 f°85, Valence 27.05.1348.

52 ACA reg 652, f°121r-v, Teruel 24.07.1348 ; reg 1062 f°152, Valence 11.02.1349 ; reg 1313 f°105v- 106r, Valence 18.07.1349.

53 ACA reg 659 f°14r-15r, 07.11.1349.

54 R. Girard, Le bouc émissaire, Paris, 1982, p. 6.

55 ACA reg 889 f°61, Valence 12.09.1349.

56 ACA reg 42 f°148v-149r, Valence 08.10.1279, Régné n° 747 : « […] quando fratres predicatores et fratres minores predicant in synagogis vestris dicti fratres […] violentia inter varia rationibus ad vestri conversionem ad fidem catolicam invituntur et ex congregatione plurimum christianorum periculi entis scandalis dampna vobis et opprobria ».

57 Ibidem : « […] mandamus si ut dictum est conversatis eosdem […] cum convertores ad fidem catolicas per minas et violencias tollerare nolimus ».

58 B. Ravid, « The Forced Baptism of Jews… », op. cit., p. 159 ; J. Muldoon, « The Conversion of Europe » p. 1-10 et J. M. Elukin, « From Jew to Christian ? Conversion and Immutability in Medieval Europe », p. 171-189, in Varieties of Religious Conversion in the Middle Ages, éd. J. Muldoon, Gainesville, 1997.

59 ACA reg 194 f°267, Valence 03.10.1296, Régné n° 2624 : « […] quando religiosi eis predicant fidem Christi ipsos ad ecclesias christianorum alia loca eis periculosa trahunt ibi congregantur gencium multitudo ex quo posset scandalum suscitari magnum iudeis ipsis iminere ».

60 ACA reg 253 f°43r, 27.06.1297, Régné n° 2650 : « […] baptizati in dampnum et vituperium eorum Deum predicant per plateas comovendo populus contra eos et cum ex hoc posset miri scandalum et ipsis iudeis dampnum maximum […] ».

61 ACA reg 220 f°55v, Gérone 07.07.1321, Régné n° 3189 : « […] quod illi pueri ex iudeis dicte ville qui tempore ruine iudarie eiusdem ad instanciam pastorellorum baptizati fuerunt, non sint seu habitarent in judaria dicte ville nec inter iudeos eiusdem set alibi in villa ipsa separati ab ipsis iudeis inter christianos debent habitare ».

62 On l’a exposée dans la deuxième partie de cette étude.

63 J. L. Schneidman, « Protection of Aragon Jewry in the 13th Century », REJ, 21, 1962, p. 49-58 et Y. T. Assis, The Golden Age of Aragonese Jewryop. cit., introduction.

64 Y. T. Assis, « Juifs de France réfugiés en Aragon (XIIIe-XIVe s.), REJ, 142, 1983, p. 285-322.

65 B. Leroy, « Les relations des Juifs de Navarre et des Juifs de la Couronne d’Aragon », Col.loqui d’Historia dels jueus a la Corona d’Aragó, I, 2, 1991, p. 158.

66 ACA reg 428, Saragosse 07.03.1327 : « Vobis et unicuique vestrum dicimus et mandamus firmiter […] quare iudeos nostros aljamarum predictarum contra quascumque personas extra Regnum nostrum […] defendatis ».

67 ACA reg 429 f°191, Saragosse 22.03.1327 : « […] specialiter die veneris sancte volumus quod iudei ad nostram dicionem venientes tueantur ac etiam deffendantur », publ. A. Rubio i Lluch, Documentsop. cit., vol. 1, p. 88-89.

68 ACA reg 490 f°79, Lleida 11.06.1328 : « […] los juheus de Perpinya son estat agreujats per ço cor lus son estats preses lurs libres e ls ha hom feytes e ls la moltes opresions e violences contra lus privilegis e libertats aaxi que per cert graan re de ço del lur amagadament trahen de la terra e ho meten el regne de França », publ. A. Rubio i Lluch, Documentsop. cit., vol. 1, p. 92-93.

69 ACA reg 15 f°95v, Valence 25.04.1268, Régné n° 377 : « […] mandamus vobis quod faciatis claudi turrem illam quam se tenet cum cimiterio Xative et est prope scalam muri algefne. Ita quod de dicta turre non possit aliquis iacere lapides in domorum iudeorum predictorum et faciatis stare unum hominem ad portam algefne ».

70 ACA reg 431 f°42r-v, Saragosse 15.05.1328.

71 ACA reg 440 f°205r-v, Valence 11.11.1333 : « […] intendentes predictos iudeos offendere vel multipliciter agravare cotidie in domibus eorum et in viis publicis lapidare eosdem vel plures iniurias et violenciam ipsis inferunt ».

72 Tiré de Y. T. Assis, « Jewish Attitudes to Christian Power in Medieval Spain », in « Homenaje al Profesor David Romano Ventura », Sefarad, 52/2, 1992, p. 294 ; et édité dans F. Baer, Die Juden im Christlichen Spanien, I, Aragonien und Navarra, Berlin, 1929, n° 224a.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search