Version classiqueVersion mobile

Judei Nostri

 | 
Claire Soussen Max

Introduction

Texte intégral

  • 1 J. Parkes, The Jew in the Medieval Community, New York, 1976 ; S. W. Baron, A Social and R (...)
  • 2 G. Dahan, Les intellectuels chrétiens et les juifs au moyen âge, Paris, 1990.

1En 1213, Jacques Ier encore enfant, accède au trône aragonais. Son père, Pierre II a en effet été tué à la bataille de Muret, laissant le pouvoir sans héritier majeur. La bataille de Las Navas de Tolosa l’année précédente, qui s’est achevée par une victoire chrétienne, constitue un tournant majeur de la longue histoire de la Reconquête chrétienne sur les musulmans, et inaugure une ère extrêmement riche pour les contacts entre les diverses populations de l’espace aragonais. Deux d’entre elles, distinctes par leur religion : le groupe des juifs et le groupe des chrétiens, retiendront ici l’attention. L’un constitue une partie variable mais toujours minoritaire de la société d’Occident dans laquelle il est immergé, l’autre étant toujours majoritaire en nombre dans les pays de Chrétienté1. La situation de la Couronne d’Aragon au carrefour de trois religions est particulière, et la distinction religieuse est le critère retenu pour analyser ces populations, car la religion est l’élément primordial ou peut-être le seul, qui distingue les juifs des chrétiens. Elle est fondamentale pour ceux qui pensent les rapports entre les groupes, qu’il s’agisse des législateurs ou des théologiens2, dans l’espace aragonais comme ailleurs. Avec le temps, la distinction religieuse est de plus en plus visible, et on observera ses implications concrètes dans les relations sociales, culturelles et religieuses qu’entretiennent ces groupes.

  • 3 J. N. Hillgarth, The Spanish Kingdoms 1250-1516, vol. I, 1250-1410, Oxford, 1976 et T. Bis (...)

2On analysera la position des autorités spirituelles et temporelles à l’égard du statut des juifs dans la société aragonaise, et celle des dirigeants juifs quant à leur existence au milieu des non-juifs. Les autorités qui interviennent sont plurielles : sur le plan politique il s’agit de la succession des souverains aragonais de Jacques Ier à Pierre IV3. Sur le plan spirituel, l’autorité est incarnée par les différents papes qui accèdent au trône de Saint Pierre au cours de la période – Innocent III le premier d’entre eux, a un rôle prépondérant dans la définition de la place des juifs dans la société chrétienne en général – et dont les instructions sont relayées à l’intérieur de la Couronne d’Aragon par les évêques. Ces autorités définissent le cadre des relations entre les groupes, et même si leurs dispositions ne sont pas suivies d’effet, l’écart à la norme constitue en lui-même un objet d’étude intéressant. C’est précisément le décalage entre la norme et la façon dont elle est appliquée qui permet de toucher au plus près ce que fut sans doute la réalité. Les années 1213-1215, retenues comme point de départ de l’étude, correspondent à l’avènement de Jacques Ier et à la réunion d’un concile œcuménique fondamental pour l’histoire de l’Église et des relations entre juifs et chrétiens : celui de Latran IV. La date de 1348, correspondant à la diffusion de l’épidémie de peste dans les pays du bassin méditerranéen et à un bouleversement plus ou moins durable de la situation faite aux juifs en certains territoires, nous a semblé constituer un terme pertinent pour cette étude sur la longue durée.

  • 4 D. W. Lomax, The Reconquest of Spain, Londres-New York, 1978 ; R. I. Burns, Muslims, Chris (...)
  • 5 Iberia and the Mediterranean World of the Middle Ages, Studies in Honor of R. I. Burns, vo (...)
  • 6 J.-P. Barraqué, B. Leroy, Des écrits pour les rois, En Espagne médiévale, la réflexion pol (...)
  • 7 Y. T. Assis, The Golden Age of Aragonese Jewry, Community and Society in the Crown of Arag (...)
  • 8 Dont la tradition remonterait aux chroniqueurs juifs du Moyen Âge et qui établit une conti (...)

3Le contexte dans lequel se produit l’accession au trône de Jacques Ier est celui de la Reconquête4 lancée par les royaumes ibériques chrétiens contre les musulmans d’Espagne. Le XIIIe siècle voit en effet progresser les forces chrétiennes de façon décisive, et les catalano-aragonais y ont une grande part. Le royaume de Valence tombe aux mains des rois d’Aragon au milieu du siècle et le restera définitivement. L’entreprise de Reconquête perdurera jusqu’à la fin du XVe siècle de même que la volonté de renforcement de l’État aragonais. En effet, celui-ci, qui résulte de la réunion du royaume d’Aragon, du principat de Catalogne et du royaume de Valence, est en constante évolution et les souverains aragonais des XIIIe et XIVe siècles, n’ont de cesse d’établir et d’affirmer leur autorité. Le contexte durable de la guerre contre les musulmans en est un moyen, qu’ils exploitent consciemment. À cet égard la situation si particulière de la péninsule Ibérique, carrefour de cultures et de religions, permet au roi de jouer des différents acteurs comme d’autant de forces en présence qui peuvent lui permettre de se renforcer5. En effet, l’affirmation du pouvoir royal se fait le plus souvent – quels que soient les lieux – à l’encontre des autres détenteurs d’autorité : l’aristocratie et le clergé ; le roi doit donc se trouver des alliés parmi les autres composantes de la société. Les nobles et l’Église étant au nombre de ses concurrents, les musulmans étant la cible de l’entreprise de Reconquête, l’entité juive ne représente-t-elle alors pas l’unique alliée possible6 ? Alliée unique mais surtout alliée idéale, car étant soumise en droit, elle n’est pas susceptible de revers. En effet, si les juifs sont libres de mener une réflexion sur leur existence au sein de la Chrétienté, leur action est, quant à elle, tout à fait limitée. Ils peuvent penser mais pas agir. Ils sont des sujets particuliers et à cet égard liés de façon plus étroite au pouvoir du souverain. Il existe, de ce point de vue, une réelle distinction entre la situation des juifs en péninsule Ibérique et leur situation en France ou en Angleterre, où la monarchie n’a pas grand-chose à gagner d’une alliance privilégiée avec eux. Dans ces pays, la construction de l’État et la personnalité des royaumes sont suffisamment affirmées pour que le roi considère les juifs au mieux comme une réserve financière, au pire comme des indésirables. Le contexte fait qu’à l’opposé, le souverain aragonais a besoin des juifs, qui en tirent profit. Alors que la situation s’est tendue dans de nombreux pays d’occident depuis la fin du XIIe siècle, alors que des expulsions sont avérées en France et en Angleterre depuis cette date, rien de tel ne se produit dans la péninsule Ibérique7. Il existe tout un pan de l’historiographie qui analyse l’histoire juive comme une suite ininterrompue de catastrophes et de persécutions débouchant sur l’holocauste, mais cette vision caractéristique de l’« école lacrymale »8 doit être nuancée pour l’histoire de l’Espagne jusqu’au milieu du XIVe siècle. Il y a donc un décalage d’au moins 150 ans, pour le durcissement des attitudes à l’égard des juifs, entre les pays du nord de l’Europe et ceux du midi.

  • 9 A. Lopez de Meneses, « Una consecuencia de la peste negra en Cataluña : el Pogrom de 1348  (...)

4Cependant, si la date de 1348 a été retenue comme terme de l’étude, c’est que la diffusion de l’épidémie de peste s’accompagne dans l’espace aragonais – comme ailleurs – de violences anti-juives9. Les juifs comme les lépreux sont alors pris à partie, soit directement en tant que responsables de la contagion, soit comme dérivatifs aux angoisses de la société face à une mort terrifiante. Il semble bien à ce moment-là, alors que plusieurs localités sont affectées par les mêmes symptômes au même moment, que l’histoire de la Couronne d’Aragon rejoint finalement, après des siècles de singularité, l’histoire de l’Occident. Et si, avec les détracteurs de l’“école lacrymale”, on refuse de voir dans l’histoire juive en Occident une seule vallée de larmes, il semble toutefois qu’à partir de 1348, le destin des juifs ibériques est inéluctablement dirigé vers le choix de 1492, entre expulsion et conversion.

  • 10 J. Cohen, The Friars and the Jews. The Evolution of Medieval Anti-Judaism, Ithaca-London, (...)

5En plus de la norme, on étudiera la pensée et le discours des théologiens qui peuvent affecter diversement les conditions de vie des juifs. Alors que la plupart des pays d’Occident tendent à régler la question juive en se débarrassant de leurs juifs, les autorités aragonaises choisissent une autre option : celle de leur conversion. Plus qu’ailleurs en Occident, les nouveaux ordres religieux du XIIIe siècle mènent un double apostolat : le premier en direction des chrétiens susceptibles de verser dans l’hérésie, le second en direction des juifs et des musulmans restés infidèles10. Les missionnaires accomplissent leur tâche en délivrant au quotidien le discours renouvelé des théologiens au service de la prédication. Il y a ainsi un relais entre la pensée du théoricien et la parole du prédicateur, parole publique adressée aux juifs, mais dont les chrétiens sont témoins. La réception du discours du théologien se fait donc très naturellement, même s’il fait l’objet de simplifications qui le rendent abordable aux esprits profanes. L’impression qui se dégage de la situation dans l’espace aragonais est donc bien celle d’un double parachèvement : celui, politique, de l’État et celui, religieux, de la société chrétienne. Ces deux entreprises ont des incidences sur les relations entre juifs et chrétiens à tous les niveaux dans la Couronne d’Aragon.

  • 11 F. Y. Baer, Studien zur Geschichte der Juden im Königreich Aragonien während des 13. und 1 (...)
  • 12 A. Neuman, The Jews in Spain. Their Social, Political and Cultural Life during the Middle (...)
  • 13 J. Régné, History of the Jews in the Crown of Aragon, rééd. Y. T. Assis, Jerusalem, 1978.
  • 14 Entre autres A. Castro, España en su historia : cristianos, moros y judíos, 2a éd. Barcelo (...)

6L’étude des relations entre juifs et chrétiens au Moyen Âge en général, et dans l’espace aragonais en particulier, a fait l’objet de l’attention des historiens depuis le XIXe siècle, et s’est poursuivie au XXe. Les sommes de F.Y. Baer11 et A. Neuman12, restent inégalées jusqu’aujourd’hui. Pionniers d’une histoire « totale » des juifs dans les pays d’Occident, ils ont, les premiers, fourni les études les plus convaincantes et les mieux documentées des communautés juives de péninsule Ibérique. L’ouvrage de J. Régné13 constitue l’introduction indispensable pour aborder les sources de cette histoire, en posant des points de repère et en permettant de s’orienter dans une documentation extrêmement riche. Parallèlement les historiens espagnols se sont eux aussi intéressés à ces sujets et ont produit une bibliographie14 extrêmement riche. Cet ouvrage ne prétend donc pas défricher une terre vierge, mais se propose de mettre en relation les différents pans et acteurs de l’histoire des juifs dans la Couronne d’Aragon.

  • 15 Plusieurs documents ont été publiés par F. de Bofarull i Sans, « Jaime I y los Judíos », I (...)

7Les sources dont nous disposons sont de trois sortes : les documents de la pratique, les manuscrits de caractère théologique ou religieux et enfin les sources juives. Les documents les plus nombreux et les plus précieux pour tenter d’appréhender les hommes au quotidien sont ceux de la pratique. Ils sont conservés aux Archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone, et consistent en des registres dans lesquels sont consignés les actes enregistrés par la chancellerie royale. Aux registres généraux du XIIIe siècle se substituent plusieurs séries de registres : Comune, Curiae, Gratiarum, Legationum, Inquisitio, Sigilli Secreti, Thesaurarii... comptabilisant plusieurs centaines de volumes pour le seul règne de Pierre IV. Devant l’impossibilité de procéder à une analyse systématique et exhaustive de tous les registres de toutes les séries, nous avons décidé, après avoir pratiqué des sondages, de nous consacrer à l’examen d’une série en particulier. Pour nous, la série des registres Comune fournit les documents les plus nombreux et les plus intéressants. Nous en avons dépouillé tous les registres entre 1327 et 1348 – puisque le filtre commode que constitue l’ouvrage de J. Régné s’interrompt en 1327, et les registres 473 à 476 de la série Gratiarum pour le règne d’Alphonse IV, et 858 à 861 de la même série pour le règne de Pierre IV. Des extraits de documents postérieurs à 1328, qui n’ont donc pas été recensés par Régné, ou qui n’ont pas fait l’objet de publications15, sont traduits dans le corps du texte et figurent en latin en notes de bas de page. Des extraits de documents antérieurs à 1328 sont cités en français dans le texte (d’après notre traduction) sans que l’on ait ajouté le latin en notes, dans la mesure où ce sont des documents connus dont Régné a fait le recensement.

  • 16 Voir entre autres Y. T. Assis, Jewish Economy in the Medieval Crown of Aragon, 1213-1327 : (...)

8Nous avons délibérément choisi de laisser de côté les documents qui se rapportent exclusivement aux relations économiques entre juifs et chrétiens dans la mesure où de nombreuses études leur ont été consacrées ces dernières décennies16, au profit des documents relatifs aux relations sociales, culturelles et religieuses. Ils permettent d’appréhender les rapports entre les communautés juive et chrétienne au quotidien, de comprendre les rouages et fonctionnements internes de la communauté juive, et d’analyser les rapports entre l’entité juive et le pouvoir royal. À de très rares exceptions près, ces documents sont en latin ; quelques-uns sont en langue vernaculaire, catalan ou castillan, mais ils constituent une infime minorité du corpus.

  • 17 J. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, Vol. 22, 23, 24, 25, Flore (...)
  • 18 F. Stegmüller, Repertorium Commentariorum in Sententias Petri Lombardi, Würzburg, 1947 et (...)
  • 19 K. Reinhardt, H. Santiago Otero, Biblioteca Bíblica Ibérica Medieval, Madrid, 1986.
  • 20 A. Boureau, S. Piron, (éds.) Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, disside (...)

9Les autres sources latines retenues sont les manuscrits d’auteurs d’ouvrages de théologie, de polémique, de commentaires bibliques ou du droit canon, de recueils de sermons, et encore les textes normatifs17 qui tous abordent la question des relations avec les juifs, soit directement comme dans les commentaires du Décret, soit indirectement comme dans les commentaires bibliques. Trois ouvrages ont orienté la recherche et la sélection des auteurs et des œuvres : le Répertoire des commentaires bibliques et le Répertoire des commentaires des Sentences de Stegmüller18, le Répertoire des sermons latins de Schneier et la Biblioteca Bíblica Ibérica Medieval de Reinhardt et Santiago Otero19. Ont été retenues les œuvres des théologiens, commentateurs et autres prédicateurs qui ont été actifs dans l’espace aragonais, soit parce qu’ils y ont vécu, soit par le rayonnement que leur œuvre y a connu. Contrairement aux documents de la pratique ou aux actes des souverains qui ne valent que pour leurs États, les ouvrages profanes ou sacrés circulent. C’est le cas des commentaires de Pierre Jean Olivi, Franciscain, lecteur à Montpellier entre 1289 et 1292, à Narbonne entre 1292 et 1298 et qui meurt en 1298. Ses ouvrages connaissent une diffusion importante et parviennent dans l’espace aragonais ; ils jouissent d’une grande popularité en Catalogne notamment20.

  • 21 Respectivement BnF ms. Lat. 646 B 1 et 2 ; Sequitur alia questia determinata ab eodem, BnF (...)
  • 22 BnF ms. Lat. 14940.

10Les œuvres de Gui Terré, originaire de Perpignan, qui enseigne à Paris entre 1313 et 1328, est nommé Général de l’Ordre des Carmes en 1318, évêque de Majorque en 1321, de Perpignan en 1332, et qui meurt en 1342, sont d’une grande richesse en raison notamment de leur diversité. Nous retenons ainsi ses commentaires bibliques, sa Questio sur la Trinité – qui est en réalité un petit texte de polémique –, et son commentaire du Décret21. De nombreux auteurs de commentaires bibliques enrichissent l’exégèse tout en argumentant contre l’interprétation juive des Écritures. Tel est le cas de Jean de San Gimignano qui étudie à Barcelone vers 1260-1270, est lecteur en théologie dans plusieurs couvents dominicains, et est connu pour être un prêcheur fameux. Il meurt après 133322.

  • 23 Pugio Fidei, BnF ms. Lat. 3356 et Capistrum Iudeorum, BnF ms. Lat. 3643.
  • 24 Nous retenons la version française médiévale du Livre du Gentil et des trois sages de Raym (...)
  • 25 Bernard Oliver, Contra Cecitatem Iudeorum, éd. F. Cantera Burgos, Madrid-Barcelona, 1965.
  • 26 Speculum Monachorum, ACA Ripoll ms. 96.

11Pour les ouvrages de polémique, trois auteurs s’illustrent en particulier : Raymond Martin, Raymond Lulle et Bernard Oliver. Raymond Martin appartient à l’ordre des Dominicains ; frère au couvent de Barcelone il produit ses œuvres dans les années 1270-1280. Celles-ci consistent en deux traités de polémique : le Poignard de la Foi et le Licou des juifs23. Ces deux ouvrages se distinguent par leur érudition et leur maîtrise des textes sacrés du judaïsme. Pour ce qui concerne Raymond Lulle, le Docteur Illuminé, actif dans les mêmes lieux au début du XIVe siècle, nous avons retenu seulement deux textes parmi ses œuvres : le Livre du Gentil et des Trois Sages et son Livre de prédications contre les juifs24. Ces deux ouvrages fournissent à la fois la matière pour l’étude de la polémique elle-même et une comparaison intéressante avec les méthodes des autres polémistes dans l’espace aragonais. Bernard Oliver, membre de l’Ordre des Ermites de saint Augustin, maître en théologie en 1313, évêque d’Huesca en 1337, évêque de Barcelone en 1345 et de Tortosa en 1346 est lui aussi auteur d’un traité de polémique : Contre la cécité des juifs25. Enfin, un anonyme Miroir des Moines ne se présente pas comme un ouvrage de polémique, mais en développe les thèmes habituels26.

12Nous disposons enfin de plusieurs recueils de sermons, pour la plupart anonymes et qui émanent de l’abbaye de Ripoll en Catalogne. Leur date est souvent imprécise, mais leur production ou leur copie remonte au XIIIe ou au XIVe siècle. Ils ne représentent que peu de choses au regard des traités de polémique, mais ils témoignent de la diffusion des thèmes anti-juifs classiques, non seulement au niveau des plus lettrés, mais peut-être également au sein du commun.

  • 27 B. D. Weinryb, « Responsa as a Source for History (Methodological Problems) », in Essays P (...)
  • 28 Les responsa sont édités dans le CD-Rom Responsa Project (en hébreu) de l’Université Bar I (...)

13En ce qui concerne la documentation juive, nous devons déplorer une réelle carence de sources qui permettraient d’appréhender le quotidien ; il n’existe pas l’équivalent des actes de la pratique. Seuls les recueils de responsa, réponses rabbiniques à des questions portant sur tous les aspects de la vie juive et s’enquérant de la conformité avec la halakha – la loi juive-, sont en mesure de fournir des données de ce type. Les questions posées soulèvent des problèmes pratiques et concrets et non des points de théologie. Elles abordent en effet souvent le champ des relations entre juifs et chrétiens, les juifs se trouvant confrontés à l’équilibre parfois difficile à trouver entre le respect dû aux injonctions de la loi juive, qui constituent une obligation pour le fidèle où qu’il soit, et celui dû aux lois du pays d’accueil. Ces documents fournissent de nombreux renseignements, mais dans la mesure où ils ont une valeur jurisprudentielle, très peu de détails sont donnés sur les circonstances qui conduisent à poser la question. On sait tout au plus de quelle communauté elles émanent, mais les noms et les dates en sont absents27. Or l’espace aragonais connaît l’un des auteurs de responsa les plus prolifiques et les plus célèbres de tous les temps : Salomon ben Adret. Connu sous l’acronyme Rashba, dirigeant de la communauté de Barcelone dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, halakhiste et talmudiste, il correspond avec des juifs de tous les pays et il a laissé une collection extraordinaire de réponses rabbiniques. Trois mille ont été conservées, mais les historiens estiment qu’il en produisit sans doute le double. La diversité des sujets abordés permet d’étudier tous les aspects de la vie des communautés juives dans l’espace catalan et alentour28.

  • 29 R. David Kimhi, Teshuvot le Nozrim, dans R. Yom Tov Lippmann Muelhausen, Sefer ha Nizzaon, (...)
  • 30 Méir Bar Simon, Milhemet Mizvah, éditions partielles dans M. Y. Blau, Shitat ha Kadmonim a (...)

14Les autres sources juives sont exclusivement théoriques, il s’agit de traités de polémique ou de commentaires bibliques qui donnent lieu à la polémique. Parmi les nombreux sages juifs qui vivent dans l’espace aragonais ou à proximité, dans des zones de contact, peu nombreux sont ceux qui affrontent explicitement les chrétiens. Trois se distinguent par l’importance de leurs écrits, leur diffusion et la richesse de leur contenu. Le premier, David Kimhi, connu sous l’acronyme Radak, est né vers 1160 à Narbonne, et meurt vers 1235. Commentateur et grammairien de renom – sa Grammaire est utilisée par les juifs comme par les chrétiens qui souhaitent s’initier à l’hébreu-, il est l’auteur d’un recueil de passages polémiques, les Réponses de Radak aux Chrétiens29 tirés de ses commentaires des Psaumes. La renommée et la diffusion de ses commentaires expliquent que l’on retienne cet auteur même s’il n’appartient pas à proprement parler à l’espace aragonais. De même l’œuvre de Méir Bar Simon de Narbonne a été retenue. Actif dans cette ville dans la première moitié du XIIIe siècle, talmudiste et polémiste, il est l’auteur d’un traité de polémique célèbre : la Guerre sainte30 qui reflète à la fois les arguments théoriques anti-chrétiens et les conditions d’existence des juifs dans le midi de la France. Il s’agit là peut-être d’un des ouvrages de controverse antichrétienne les plus riches de la littérature juive.

  • 31 Nahmanide, Vikuah, éd. et trad. E. Smilévitch, La dispute de Barcelone, Paris, 2002.
  • 32 Rashba, Responsum n° 187, 4ème partie, édité dans le CD-Rom Responsa Project de l’Universi (...)

15Est fondamental également le traité de Moïse ben Nahman (Nahmanide 1190- 1270) intitulé Dispute31 et qui correspond à la rédaction du compte-rendu de la dispute de Barcelone organisée en 1263, sous les instances du roi Jacques Ier par son confesseur Raymond de Peñafort, entre Nahmanide, rabbin de Gérone et chef spirituel de la communauté juive aragonaise, et Paul Chrétien, juif converti devenu prédicateur dominicain. Cette dispute orale a été transcrite par Nahmanide quelques années après son déroulement et a connu une diffusion dans les milieux lettrés juifs de l’époque. Elle constitue la somme des arguments juifs anti-chrétiens classiques, ainsi que la réponse aux nouveaux thèmes et fondements de la polémique chrétienne, telle qu’elle apparaît à travers les paroles de Paul Chrétien. Enfin on peut citer un responsum de Rashba qui se présente comme une réponse aux arguments d’un polémiste chrétien et qui s’apparente à un petit traité de polémique32.

16Ainsi, la diversité et parfois le nombre des sources dont nous disposons permettent de tenter d’appréhender les relations entre juifs et chrétiens dans les territoires aragonais de la façon la plus homogène possible, tout en les observant à plusieurs niveaux. Si l’on ne prétend pas retrouver la Vérité de l’histoire, on essaiera toutefois d’en tracer les cadres, tels que la documentation permet de les découvrir.

Notes

1 J. Parkes, The Jew in the Medieval Community, New York, 1976 ; S. W. Baron, A Social and Religious History of the Jews, vol. 3-12, New York-Philadelphie, 1958-1968. Et plus récemment M. Cohen, Under Crescent and Cross : The Jew in the Middle Ages, Princeton, 1994.

2 G. Dahan, Les intellectuels chrétiens et les juifs au moyen âge, Paris, 1990.

3 J. N. Hillgarth, The Spanish Kingdoms 1250-1516, vol. I, 1250-1410, Oxford, 1976 et T. Bisson, The Medieval Crown of Aragon : A Short History, Oxford, 1986.

4 D. W. Lomax, The Reconquest of Spain, Londres-New York, 1978 ; R. I. Burns, Muslims, Christians and Jews in the Crusader Kingdom of Valencia : Societies in Symbiosis, Cambridge, 1984 ; E. Lourie, Crusade and Colonisation : Muslims, Christians and Jews in Medieval Aragon, Aldershot, 1990.

5 Iberia and the Mediterranean World of the Middle Ages, Studies in Honor of R. I. Burns, vol. I and II, Leiden-New York-Köln, 1995, 1996.

6 J.-P. Barraqué, B. Leroy, Des écrits pour les rois, En Espagne médiévale, la réflexion politique d’Isidore de Séville aux Rois Catholiques, Limoges, 1999.

7 Y. T. Assis, The Golden Age of Aragonese Jewry, Community and Society in the Crown of Aragon, 1213-1327, London-Portland, 1997.

8 Dont la tradition remonterait aux chroniqueurs juifs du Moyen Âge et qui établit une continuité dans l’intolérance et la persécution jusqu’au XXe siècle. Ainsi les ouvrages de N. Cohn, Europe’s Inner Demons, Londres, 1975, R. Moore, The Formation of a Persecuting Society, Oxford, 1987 ; Antisemitism in Times of Crisis, S. Gillman et S. Katz, (eds.) New York, 1990.

9 A. Lopez de Meneses, « Una consecuencia de la peste negra en Cataluña : el Pogrom de 1348 », Sefarad, 19 (1959) t. 1, p. 92-131.

10 J. Cohen, The Friars and the Jews. The Evolution of Medieval Anti-Judaism, Ithaca-London, 1982.

11 F. Y. Baer, Studien zur Geschichte der Juden im Königreich Aragonien während des 13. und 14. Jahrunderts, Berlin, 1913 ; et Die Juden im christlichen Spanien, 2 vol., Berlin, 1936 (rééd. Londres, 1970).

12 A. Neuman, The Jews in Spain. Their Social, Political and Cultural Life during the Middle Ages, 2 vol., Philadelphie, 1948.

13 J. Régné, History of the Jews in the Crown of Aragon, rééd. Y. T. Assis, Jerusalem, 1978.

14 Entre autres A. Castro, España en su historia : cristianos, moros y judíos, 2a éd. Barcelone, 1983 ; M. A. Motis Dolader, Los Judíos en Aragón en la Edad Media (siglos XIII-XV), Aragon, 1990 ; Colloqui d’Historia dels jueus a la Corona de Aragó, Barcelone, 1991 ; E. Feliu, « Bibliografia sobre la historia dels jueus de Catalunya-Aragó i Provença, 1985-1994 », Tamid, 1 (1997) p. 157-265 ; F. Abad, « Aspectos de la historiografia actual sobre los judíos españoles », dans Judaísmo y límites de la modernidad, M. Beltrán, J. M. Mardones (éds.) Barcelona, 1998, p. 175-183.

15 Plusieurs documents ont été publiés par F. de Bofarull i Sans, « Jaime I y los Judíos », I Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Barcelona, 1913 ; H. Finke, Acta Aragonensia. Quellen zur Kirchen und Kulturgeschichte aus der diplomatischen Korrespondenz Jaymes II, Berlin Leipzig, 1908 ; A. Rubio i Lluch, Documents per l’Historia de la Cultura Catalana mig.eval, 2 vol., Barcelona, 1908- 1921.

16 Voir entre autres Y. T. Assis, Jewish Economy in the Medieval Crown of Aragon, 1213-1327 : Money and Power, Leiden, 1997.

17 J. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, Vol. 22, 23, 24, 25, Florence-Paris.

18 F. Stegmüller, Repertorium Commentariorum in Sententias Petri Lombardi, Würzburg, 1947 et Repertorium biblicum Medii Aevi, Madrid, 1950-1980.

19 K. Reinhardt, H. Santiago Otero, Biblioteca Bíblica Ibérica Medieval, Madrid, 1986.

20 A. Boureau, S. Piron, (éds.) Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Paris, 1999. Ont été retenues : l’Exposicio in Canticum Canticorum, In Ezechielem, In Isaïam, BnF ms. Lat. 15588 f°5-14, f°163-179 ; BnF ms. Lat. 15559 f°1-116 ; et BnF ms. Lat. nouv. Acq. 774. L’Exposicio in Canticum Canticorum est éditée par J. Schlageter, Grottafferrata, 1999.

21 Respectivement BnF ms. Lat. 646 B 1 et 2 ; Sequitur alia questia determinata ab eodem, BnF ms. Lat. 16523, f°83r-86v ; et Expositorium Decreti, BnF ms. Lat. 3914.

22 BnF ms. Lat. 14940.

23 Pugio Fidei, BnF ms. Lat. 3356 et Capistrum Iudeorum, BnF ms. Lat. 3643.

24 Nous retenons la version française médiévale du Livre du Gentil et des trois sages de Raymond Lulle, éditée par A. Llinares, Paris, 1966, à partir de BnF ms. Fr. 22933 ; et le Liber predicationis contra Iudeos, éd. J. Millás Vallicrosa, Madrid-Barcelona, 1957.

25 Bernard Oliver, Contra Cecitatem Iudeorum, éd. F. Cantera Burgos, Madrid-Barcelona, 1965.

26 Speculum Monachorum, ACA Ripoll ms. 96.

27 B. D. Weinryb, « Responsa as a Source for History (Methodological Problems) », in Essays Presented to Chief Rabbi Israel Brodie on the Occasion of his 70th Birthday, éd. H. J. Zimmels, J. Rabbino-wiytz & I. Finestein, London, 1967.

28 Les responsa sont édités dans le CD-Rom Responsa Project (en hébreu) de l’Université Bar Ilan. I. Epstein, The « Responsa of Rabbi Solomon ben Adreth of Barcelona, (1235-1310), as a Source for the History of Spain, New York, 1968, décrit la communauté juive telle qu’elle apparaît à travers les responsa de Rashba.

29 R. David Kimhi, Teshuvot le Nozrim, dans R. Yom Tov Lippmann Muelhausen, Sefer ha Nizzaon, Amsterdam, 1542. F. E. Talmage, Apples of Gold in Settings of Silver. Studies in Medieval Jewish Exegesis and Polemics, Toronto, 1999, publie un petit traité, Vikuah ha Radak – La Dispute de Radak – qui passait pour avoir été écrit par D. Kimhi, mais des incertitudes demeurent quant à son véritable auteur.

30 Méir Bar Simon, Milhemet Mizvah, éditions partielles dans M. Y. Blau, Shitat ha Kadmonim al Masekhet Nazir, New York, 1974, et W. Herskowitz, Judaeo-Christian Dialogue in Provence as Reflected in Milkhemet Mizvah of R. Meir ha-Meili, Doctorat dissertation, Yeshiva University, New York, 1974. Tous deux sont cités par R. Chazan, Fashioning Jewish Identity in Medieval Western Christiandom, Cambridge, 2004.

31 Nahmanide, Vikuah, éd. et trad. E. Smilévitch, La dispute de Barcelone, Paris, 2002.

32 Rashba, Responsum n° 187, 4ème partie, édité dans le CD-Rom Responsa Project de l’Université Bar Ilan.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search