Version classiqueVersion mobile

Passages

 | 
Joëlle Ducos
, 
Patrick Henriet

Postface

Joëlle Ducos

Texte intégral

1À la différence du voyage ou du transfert, le passage se signale par son caractère polymorphe et sa complexité. Comment définir ce qui a priori est donné comme fugitif, comme un entre- deux, qu’il s’agisse de deux lieux, deux temps, deux langues, deux états ou deux cultures ? Si Walter Benjamin a contribué à en faire le signe de la modernité, le sémantisme du nom se caractérise par une multiplicité, signe d’une complexité et d’un emploi pour tout ce qui échappe à une catégorie figée et bornée. Le nom français passage a comme étymon passagium, qui, comme on l’a dit, désigne le voyage et même la croisade à partir du XIIIe siècle ; cette origine contraste avec l’étendue de son sémantisme et de ses emplois, à notre époque : dérivé du verbe passer, il désigne sans doute un déplacement, mais aussi un lieu qui permet d’aller d’un endroit à un autre, qui peut être aussi bien un couloir, une galerie ou une issue. Paradoxalement, c’est aussi l’obstacle au mouvement comme dans le syntagme le passage à niveau, qui désigne moins un type de passage, qu’un lieu où il est régulé, voire arrêté. Le trait du mouvement qui en est le sème fondamental, est parfois transféré du spatial au temporel, signifiant ainsi un moment, ou à un état pour désigner l’éphémère, le transitoire entre deux formes statiques. Mais le passage est aussi un rituel comme le passage de la ligne qui, dans la marine, correspondait au moment où le bateau franchissait l’équateur. Le nom peut enfin désigner un extrait, comme le passage d’un texte ou celui d’un morceau de musique, c’est-à-dire un lieu délimité entre deux frontières. Il serait long d’énumérer l’ensemble des acceptions de passage, utilisé par exemple en ornithologie, en astronomie, dans le domaine militaire, en peinture, en informatique, qui signale combien ce nom dans notre époque de mouvement et de changement est essentiel. Cette étendue sémantique n’empêche pas des traits communs : il faut toujours trois composantes pour faire un passage, un point de départ, qu’il soit spatial ou métaphorique, et un point d’arrivée, et l’état transitoire, parfois borné, parfois non.

2Les lieux où l’on passe créent des habitudes, des rituels et des identités et peuvent être porteurs de civilisation et de culture, comme l’a montré Walter Burley. Pour le Moyen Âge, on pouvait penser que cette notion était inopérante. De fait, si les transferts culturels, d’Est en Ouest, sont aussi bien mis en évidence par les écrits médiévaux et la translatio studii que par les études récentes autour des contacts intellectuels, des traductions et des phénomènes d’acculturation, la notion de passage pouvait apparaître plus imprécise, plus anachronique peut-être. Or, à la différence des études sur le transfert ou celle sur les voyages, elle permet de montrer la relation forte entre les déplacements d’hommes, ceux des textes et la création d’habitus où des communautés ou des consciences identitaires se font jour.

3Les passages sont rarement unilatéraux : si l’on sait le rôle de la péninsule ibérique dans le transfert de la culture arabe vers l’ Occident, il est moins fréquemment montré que les passages du nord vers le sud, par exemple des Francs vers l’Espagne, existent et provoquent des phénomènes de coexistence dont la toponymie peut garder trace. La péninsule ibérique est évidemment au cœur de ce colloque car elle est une terre de passages et de contacts entre les hommes, les textes, les religions et les cultures : inversement aux Francs, les Mozarabes qui remontent vers le Nord sont confrontés aux mêmes questions d’identité, d’existence. La symétrie est frappante comme l’est celle des projets culturels et d’une conception du pouvoir entre Alphonse X et les Omayyades : imitation, identité de position, opposition identitaire qui passe par les mêmes moyens ? La question reste posée. Le rôle des cours et du roi paraît ainsi fondamental, que ce soit en Espagne, à Byzance ou en Hongrie, ne serait ce que par l’importante documentation qui nous est restée et qui vise à montrer la construction identitaire autour de la figure royale par delà les mouvements de population, les arrivées ou les départs, qui suscitent des cohabitations nouvelles aussi bien d’habitus que de religion.

4Ce sont donc les textes qui rendent perceptible le passage et, parmi eux, les nombreuses traductions en sont le résultat volontaire avec un désir manifeste de compréhension d’une autre culture. Tel est le cas des traductions du Coran dont les tentatives successives aboutissent pourtant à des paradoxes : la fidélité au signifiant ne correspond pas à une diffusion large, la traduction qui marque un désir de connaissance aboutit à une déformation, et le contact linguistique n’est donc pas porteur d’une compréhension. Les traducteurs, il est vrai, ne sont pas toujours doués comme celui du Guide des égarés qui ne maîtrise pas les idiotismes de l’hébreu, ni la langue technique latine. Pourtant, malgré les lacunes, la traduction permet de rendre conscience de l’importance de l’œuvre, qu’elle soit arabe ou hébraïque : passage sans doute, même s’il y a déperdition.

5Si le passage peut se faire entre deux civilisations, il peut se faire aussi entre générations, dans une relation familiale qui illustre l’évolution du manuscrit latin à l’imprimé en langue vulgaire. Jacopo di Poggio Bracciolini, traducteur de l’œuvre de son père, Historiae Florentini Populi, apparaît véritablement comme un passeur, dans le sens où il permet la diffusion de cette œuvre en italien, diffusion bien plus importante que l’original. Le traducteur témoigne ainsi de la période de transition qu’est l’humanisme italien, mais aussi qu’il est possible de transmettre dans le temps par delà les ruptures linguistiques et culturelles.

6Mais le texte peut être aussi témoin d’autres passages, plus spirituels, et révéler la valeur symbolique du déplacement de l’extérieur vers l’intérieur : les récits de déplacements du personnage royal qu’est Louis le Pieux dans le texte de l’Astronome mettent en scène, par un changement d’écriture le passage de la peregrinatio, vers une perigrinatio spirituelle. C’est que le texte sert de filtre où les contacts sont subtilement déformés : c’est ainsi que le témoignage devient récit de martyre par l’insertion subtile de chroniques, dans les lettres des missionnaires d’Orient. Les contaminations entre les textes et les sources, volontairement ou non, comme dans le Libro del caballero Zifar, aboutissent à un monde de fiction où s’entremêlent digressions géographiques, récits de fiction, récits hagiographiques pour finalement transformer l’antagonisme entre Sarrasins et Chrétiens en l’opposition entre Chrétiens et Juifs. Le passage ne masquerait-il finalement que des antagonismes profonds des trois religions et ne serait-il finalement qu’une illusion ?

7Pourtant des hommes semblent incarner le passage : ce sont les juifs convertis et les chrétiens hébraïsants qui manifestent dans leur identité et leur état cette double composante significative du passage. Mais les textes à leur sujet, souvent polémiques contribuent à construire une identité religieuse au détriment de ceux qui passent d’une religion à une autre ou qui vivent au contact d’une autre religion que la leur : le discours anti-juif prédomine, comme dans le Libro del caballero Zifar, le but exégétique transforme la vision géographique. De nombreux témoins textuels signifient pourtant ces passages : textes hébraïques écrits en arabe (Maïmonide) ; textes arabes écrits en caractères hébraïques. Ainsi peut-on rappeler également que les tout premiers témoins de lexique technique français se trouvent en caractère hébraïque dans des gloses de la Bible. Par-delà la propagande, le passage se fait et se repère dans les marges.

8L’objet, pourtant inerte dans sa matérialité, peut aussi marquer le passage. Le tombeau sculpté de l’évêque Pierre d’Osma en est l’un des signes les plus manifestes. L’histoire de la Véronique est aussi exemplaire car elle associe à la fois une transmission des textes jusqu’au français, et le transfert d’un objet jusqu’au rituel symbolique. Le passage est ainsi compris dans toute sa polysémie.

9Les études réunies dans ce volume sont cependant majoritairement centrés sur les sources écrites car ce sont l’écriture et ses modalités qui mettent en évidence combien l’identité médiévale se fait dans les contacts et la transition. La correspondance est évidemment un témoin de ces échanges. Mais toute écriture médiévale rend compte de ces confrontations entre mondes et cultures. Qu’il s’agisse des traductions, où les différents niveaux de gloses font voir les lectures différentes comme autant de traces d’un parcours du texte, ou des compilations nombreuses où se juxtaposent des auteurs et des théories éloignées géographiquement ou historiquement, la culture médiévale se forge en soulignant ses héritages, plutôt qu’en les gommant. Rappelons la formule chartraine « Nous sommes des nains sur des épaules de géants », qui signale à la fois une filiation, mais aussi l’orgueil d’une connaissance qui arrive à dominer le savoir accumulé pendant des siècles pour aller au-delà dans de nouvelles perspectives. Rappelons aussi les Questiones d’Adélard de Bath, qui dans un dialogue entre un oncle et son neveu, met en scène à la fois un changement de génération et l’intégration du savoir arabe dans un monde qui l’ignorait : texte-passage, mais aussi texte sur un passage qui va donner forme à la pensée du monde européen. L’intellectuel médiéval est ainsi passeur du savoir antique et arabe, mais aussi fondateur de la pensée européenne.

10Ces questions, on le voit, posent celle du seuil : où s’arrête la réception de modèles ou de textes ? Où commencent la création, l’innovation, l’identité nouvelle ? Le passage est justement ce moment ou ce lieu où apparaissent de nouvelles formes – textuelles, culturelles, ou d’objets – où l’on reconnaît des influences, des traditions, des modèles anciens mais où l’agencement fait apparaître des nouveautés, intellectuelles, religieuses ou identitaires. Éphémère, il construit pourtant et c’est ce paradoxe qui en fait un objet complexe d’études. Ce volume ne prétend pas fournir de nouvelles clés, mais plutôt contribuer à une approche de tensions, de forces dans leur mouvance qui rend compte d’un Moyen Âge multiple.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search